Skip to navigation – Site map

Les paysans de la Délégation de Nasrallah (Tunisie)

Les invisibles du territoire
Farmers of Nasrallah’s Delegation (Tunisia)
Invisible people of the earth
Sbai Chokri

Abstracts

The Delegation of Nasrallah is located south of the Kairouan region. It is marked by prime quality soils suitable for agriculture. Around 1850 the area was a popular destination for European colonists who were attracted by favorable settlement conditions. After the independence, the Tunisian government imitated those colonists, perpetuating the coexistence of two land structures: large fertile governmental allotments on the one hand, small private properties over bad lands on the other. This paper attempts to demonstrate the impact of the agrarian landscape's inertia, almost frozen since the 19th century, on the local population. Through this study, the rural areas of Nasrallah will be visited in search of a local territorial ideology built up over time, developed, sliced and adopted by poor farmers.

Top of page

Full text

  • 1 Maurel M.-C., (1991), "Territoires nationaux en périphérie", in Lévy J. (dir.), Géographies du poli (...)

Reconnu, délimité, codifié, le territoire devient signe, référent à partir duquel la mémoire élabore une représentation identitaire1. Maurel M.-C

1Depuis le 14 janvier 2011, date du début de la dernière « révolution », la Tunisie Centrale subit les conséquences d’une nouvelle conjoncture nationale. Face à ces changements que beaucoup souhaiteraient radicaux, le modèle de développement territorial hérité du passé colonial figure parmi les obstacles majeurs que rencontrent les autorités tunisiennes dans leur effort de promotion des campagnes. La Délégation de Nasrallah, située au sud de la région kairouanaise (fig. 1), est un exemple très significatif de cette situation. Son modèle de développement local est libéral depuis quelques décennies.

Figure 1 ‑ Localisation de la Délégation de Nasrallah

Figure 1 ‑ Localisation de la Délégation de Nasrallah

Source : S. Chokri

2La Délégation de Nasrallah, composée pour l’essentiel de sa superficie (70 251 hectares) de sols cultivables de bonne qualité, est une destination prisée des colons européens dès les années 1850. Avec l’indépendance nationale (1956), les exploitations abandonnées par les colons sont aussitôt nationalisées par l'État tunisien qui les convertit en domaines autogérés. À partir de cette date, l’économie se développe dans un sens de plus en plus libéral, avec une implication directe de l'État dans la gestion et l’exploitation des terres. Si l’on excepte la parenthèse d'une coopérative dont les activités se sont prolongées jusqu’à la fin des années 1960, l’État a eu recours à des investisseurs privés exogènes qui se sont implantés grâce à la location.

3L'exclusion ancienne de la population locale aboutit à la coexistence de deux structures foncières : d'une part de grandes parcelles domaniales capitalistes, de grande richesse ; d'autre part, de petites propriétés privées sur les marges vouées à l'exploitation vivrière. La Délégation de Nasrallah est marquée par un décalage entre les investissements agricoles (privés et publics) et le processus de dépossession des paysans. Ainsi, devenir propriétaire pour certains paysans peut être l'ambition d'une vie, voire d'une lignée familiale. Une telle situation engendra naguère des sentiments de discrimination dans les "douars" et dans les hameaux abritant les paysans pauvres qui se croyaient invisibles.

4Il va sans dire que le modèle de développement local adopté est porteur de paradoxes, de conflits et de contradictions. Si l'on admet que ce processus historique, qui remonte au début du XIXe siècle, est devenu vecteur de valeurs spatiales et culturelles, nous devrions retrouver dans les représentations mentales que partagent les paysans, et dans les pratiques adoptées par les acteurs endogènes et exogènes, l'effet structurant d'une idéologie territoriale locale que l'on définit comme la relation spécifique qui s'établit entre l'homme, la société et l'espace.

5La présente étude a pour objectif de dévoiler cette idéologie territoriale bâtie au fil du temps. Pour y parvenir, ne faut-il pas d'abord écouter les paysans ? Effectivement, nous avons réalisé une enquête de deux mois (décembre 2012 et janvier 2013) à travers les hameaux et les "douars" de Nasrallah. L'échantillon de l'étude est composé de 43 familles, soit un nombre total d'interlocuteurs de 104 personnes (Tableau 1).

Tableau 1. Échantillon de personnes interrogées

Membres des familles

Interlocuteurs

 % d’interlocuteurs

Pères

38*

33

86.84

Mères

40**

17

42.5

Garçons

103

41

39.8

Filles

99

13

13.13

Total

280

104

37.14

*Cinq pères décédés,**Trois mères décédées

Source : Enquête personnelle

6Le choix des familles a été établi par un sondage raisonné stratifié à trois niveaux de tirage (étape 1 : les secteurs, étape 2 : les lieux –villages, hameaux, "douars"-, étape3 : les familles). Le sondage porte sur 1/20e de la population locale. Les entretiens ont abordé trois thèmes principaux :

fouiller dans la mémoire collective locale ;

redécouvrir des schèmes d'action et de perception antérieurs au 14 janvier 2011 ;

analyser les enjeux spatiaux et sociaux des événements qui font suite au 14 janvier 2011.

I - Nasrallah : la genèse d'un paysage agraire typique. Esquisse d'une idéologie territoriale

7Une approche historique inaugurale, renvoyant en particulier à la mémoire collective locale, permettra de mieux comprendre les rouages de la mise en œuvre d'une idéologie territoriale spécifique de Nasrallah, et d'aller au-delà des simples pratiques individuelles en dévoilant la matrice des relations tissées entre les différents acteurs.

1.1 - L'impact colonial sur l'espace rural local

  • 2 Le pacte fondamental du 10 septembre 1857, promulgué par Mohammed Bey dont le texte rejette tout pr (...)

8La présence coloniale en Tunisie remonte au début du XIXe siècle. À cette époque, la population de la Tunisie ne dépassait guère 1,5 million d'habitants. Le style de vie était marqué autant par le nomadisme que par l'éparpillement dans l'espace ce qui impliquait une forte mobilité spatiale rythmée par les saisons. Cette situation se révéla profitable aux colons européens. Le pacte fondamental de 1857 signé par Mohammed Bey attribua à ces derniers le droit d'appropriation foncière2. En 1881, la Tunisie comptait déjà 708 Français, 11 206 Italiens et environ 7 000 Maltais (MAHJOUBI, 1986).

9La Délégation de Nasrallah suit une trajectoire similaire. Le secteur accueille des étrangers dès les années 1850 : l'arrivée de deux colons italiens, Bebino et Catanese, inaugure un cycle d’exploitation de l’espace. La figure 2 montre qu'ils s'installent dans le secteur El M'nara où l’on trouve des sols riches et cultivables.

  • 3 Représentant régional du Bey jusqu’à 1956.
  • 4 Représentant local du Bey jusqu’à 1956.

10Ainsi donc se dessine un paysage agraire marqué par la grande exploitation. La population locale entame une série de dures épreuves. L'un de mes interlocuteurs, El Hadj Selem, né en 1934, explique la situation difficile de sa famille : « Mon père était un ouvrier recruté dans la ferme de Bebino, il a été contraint de travailler sous la menace du "Kalifa"3 et du "Chikh"4, les favoris des colons, il a contribué au réaménagement de ces terres, c'était un travail forcé pour un salaire de misère ».

11C'est à la lumière de ces propos qu'il faut comprendre les idées, les jugements, les perceptions, les pratiques des habitants. L'idéologie territoriale de Nasrallah se forge peu à peu. Le 12 mai 1881, le traité de Ksar Saïd (dit du Bardo) instaure le Protectorat français. La toute-puissance française se manifeste alors librement.

12Afin d'attirer le maximum d'immigrés français, les autorités adoptent une politique de "peuplement" qui consiste à installer les colons sur les bonnes terres achetées à bas prix. Jean Bouvier écrit en 1972 que "durant la première décennie du protectorat français en Tunisie (1881-1882), les prix des terres achetées variaient entre 50 et 100 Francs pour un seul hectare" (BOUVIER, 1972).

13Cependant, pour garantir de bonnes conditions à cette mainmise et pour satisfaire l'ambition des résidents, le gouvernement français procède au vote d'une loi foncière (le 1er juillet 1885) réservée uniquement à la Tunisie. Cette loi fait renfort au pacte fondamentale de 1857, ce qui permettra dorénavant aux colons d'asseoir leur emprise sur le monde rural.

14La région de Nasrallah, très attractive pour les colons, est un site important pour la mise en œuvre de la politique agricole coloniale (fig. 2). En effet, de nombreux colons s’installent dans les plaines fertiles, ce qui aboutit à un changement radical dans l’organisation de l'espace de vie paysan.

15La figure 2 révèle un paysage agraire défini par de grandes parcelles non clôturées dans les plaines de Touila, El M'nara, Fjij et Nasrallah. En revanche, ce paysage se désagrège progressivement en altitude dans les secteurs El Kabara et Brikat au sud et H'midet au nord. Pour une population locale qui tend vers la sédentarité, ce système présente de multiples inconvénients. Le phénomène s’observe dans les steppes à cette époque "où la peur de l'interdiction de la transhumance à la suite de l'introduction du dry-farming dans le Tell, a amené les communautés à se fixer" (BELHEDI, 1992).

Figure 2 - La présence coloniale dans la Délégation de Nasrallah, 1863-1956

Figure 2 - La présence coloniale dans la Délégation de Nasrallah, 1863-1956

Source : Enquête personnelle, S. Chokri

16Lorsque la sédentarisation des nomades est devenue une réalité concrète, les paysans asphyxiés déjà par le rétrécissement de leur espace de vie se sont heurtés à un problème énorme, celui de la médiocrité des terres délaissées par les colons. Ils ont alors regagné les lieux plus escarpés situés aux pieds des montagnes.

17Certes, le modèle familial endogame basé sur l'esprit communautaire va donner libre cours à la « solidarité organique » ‑ au sens d’E. Durkheim (DURKHEIM, 1912) ‑ qui unit souvent les paysans isolés. Cet esprit marque l'espace par le regroupement des maisons et par la multiplication de constructions « en dur » sous la forme de hameaux et de « douars » localisés jusqu'à nos jours dans les secteurs pentus. L'exemple du « douar » d’El Brahmiya est très significatif (fig. 3).

18Désormais, la population groupée va constituer un réservoir de main-d'œuvre pour les Français et Italiens attachés aux activités agricoles. Un de mes interlocuteurs assez âgé, nommé Belguacem raconte : « J'ai travaillé depuis 1953 dans la ferme de Charles Matin, j'ai arraché les cactus, j'ai planté les oliviers, j'ai surveillé les troupeaux. J'ai été un esclave sur les terres de mes ancêtres ! ».

Figure 3 - Des paysans expulsés sur les mauvais sols. Douar El Brahmiya, secteur d’El M’nara

Figure 3 - Des paysans expulsés sur les mauvais sols. Douar El Brahmiya, secteur d’El M’nara

Cliché S. Chokri, 2012

19Les paroles de M. Belguacem sont très répandues chez les répondants, notamment les plus âgés. Si l’on considère que, dans la genèse des idéologies territoriales, la culture et la mémoire collective jouent un rôle de filtre, nous admettrons que ces vieillards ont joué un rôle moteur dans la mise en place d'une culture locale de résignation face à la loi du plus fort. L'idéologie territoriale n'est-elle qu'une culture paysanne très fortement enracinée dans l'histoire ?

1.2 - Évolution du paysage agraire après l'indépendance

20L'évolution du paysage agraire après l'indépendance est loin de rompre avec le passé colonial. Au contraire, la nationalisation des terres abandonnées par les colons va renforcer la grande propriété, désormais sous l'emprise de l'État. En conséquence, les paysans demeurent fixés dans les zones accidentées, à l'exception d'une parenthèse coopérative « de mise en valeur et de polyculture » (DLALA, 1980).

  • 5 Les coopératives agricoles de production ont été un des fondements de l'expérience socialiste duran (...)

21Au cours des années 1960, l'expérience coopérative5 impose un remembrement dans un espace déjà marqué par la grande propriété. Un pas supplémentaire est franchi vers une territorialité moderne. Étant donné la rareté des terres privées dans la Délégation de Nasrallah, les paysans acceptent sans aucune réticence (à l’exception de quelques-uns) la politique agricole mise en place dès 1962.

22Évidemment, cette phase coopérative fut une opportunité pour la paysannerie locale hantée depuis longtemps par le désir d'appropriation. C'est ainsi que de nombreux paysans quittent leurs anciennes demeures pour se reloger sur les propriétés de l'État. Il en va ainsi des terres de Touila par exemple (fig. 4).

Figure 4 - Des propriétés domaniales. Exemple du secteur de Touila

Figure 4 - Des propriétés domaniales. Exemple du secteur de Touila

Cliché S. Chokri, 2013

23L'État est désormais le principal acteur. La participation physique des paysans aux travaux agricoles s’appuie sur la croyance en une vraie propriété collective. Dépourvus de stratégie commune, les paysans vont participer à la construction d'un territoire qui n'est pas véritablement le leur, l'État ayant un mainmise complète sur la destination des biens. L'extrait suivant d'une rencontre réalisée avec une veuve originaire d'El Fayid – un petit village situé au pied du "Jbal Al Gas'a" (secteur de Touila, fig. 5) montre bien cette relation dissymétrique entre l'État et les paysans. « Mon mari décédé en 1998 a toujours rêvé d'une petite parcelle sur les plaines, il a contribué lui-même, dès les années 1960, à la plantation des oliviers qui s'amoncellent là-bas sur les terres de l'État. C'était un travail laborieux pour une récompense mensuelle de dix francs et un kilo et demi de farine". Dans ces conditions, les relations successives d'assujettissement ont produit des effets délétères sur la mentalité et la santé des exploitants directs.

24Malgré les ennuis liés à l'expérience coopérative, de nombreux paysans ont perçu cette phase comme un intermède de « prospérité » locale. Afin d'éclairer d'une manière plus précise les représentations que se forgent les individus de notre échantillon, nous leur avons posé la question suivante : que pensez-vous de cette parenthèse coopérative ? Cette question a été adressée aux personnes qui ont directement vécu l'expérience, soit un nombre total de 45 interlocuteurs.

25De toute évidence, les terres domaniales de l'expérience coopérative ont profité aux familles pauvres pendant une courte période. La présence coloniale qui a conduit à la sédentarisation des nomades sur les terres marginales a paradoxalement produit un renforcement des liens entre les paysans et leurs « douars ». Dès lors, l'espace local est devenu de plus en plus un champ d'action et de vie, pourvoyeur de valeurs (tableau 2).

Tableau 2. La phase coopérative perçue par les paysans de Nasrallah

Images mentales

Réponses

 %

Malgré les sentiments d'humiliation liés à cette expérience, c'était mieux que maintenant

17

38

Durant cette période, nous avons eu la chance d’exploiter nos terres

11

24

C'était une période de stabilité et de solidarité sociale

8

18

Durant les années 1960, nous avons eu une marge de liberté, ce qui nous a permis de nous reloger dans les plaines

6

13

Même les paysans exclus du remembrement ont pu participer aux activités agricoles

3

7

Total

45

100

Source : Enquête personnelle, S. Chokri

26Les images mentales révélées par les interlocuteurs montrent bien que l'espace est au centre des préoccupations des acteurs. Le territoire est conçu comme un moyen de défendre les intérêts des paysans dont les objectifs convergent : accéder à la propriété et améliorer la qualité de vie sont des ambitions communément affichées et liées.

27La liquidation de l'expérience coopérative à la fin des années 1960 introduit un changement très important dans la vie des paysans de Nasrallah. Dès les années 1970, l’État adopte une nouvelle politique agricole. Il s'agit de passer à la grande culture mécanisée afin d'augmenter la capacité productive des fermes domaniales. Pour y parvenir, la nouvelle stratégie vise deux objectifs : expulser définitivement les paysans hors des terres domaniales ; donner la priorité aux investissements privés.

28Les paysans sont à nouveau chassés vers les marges, comme à El Fayid par exemple (fig. 5). Toutefois, sous l'effet écrasant du pouvoir de l'État, ce revirement politique suscite des réactions. La population commence à murmurer : « l'État nous doit nos terres ». Dès lors, « le territoire est devenu un espace chargé de sens » (LAMINE, 2001) et de valeurs, source de conflits de plus en plus souvent acharnés.

Figure 5 - Des paysans repoussés sur les pentes depuis les années 1980. Village d’El Fayid, secteur de Touila

Figure 5 - Des paysans repoussés sur les pentes depuis les années 1980. Village d’El Fayid, secteur de Touila

Cliché S. Chokri, 2013

29La faillite de l'expérience coopérative tend à multiplier les acteurs exogènes. Des investisseurs initialement extérieurs au monde agricole obtiennent de plus en plus de terres en location. Une logique de rentabilité économique guide les nouveaux grands acteurs. Cette étape anéantit les ambitions des paysans.

2 - L'impact du modèle de développement agricole libéral sur les paysans de Nasrallah

30Les éléments précédents tendent à montrer que l'évolution s'est faite, malgré la parenthèse coopérative, vers une stabilisation des structures agraires et un renforcement du modèle capitaliste. Dès les années 1980, le cycle économique local est mû par l'intervention chronique des investisseurs publics et surtout privés. On compte ainsi sept compagnies agricoles privées dans la Délégation de Nasrallah jusqu’en 2012, occupant un total de 8 630 hectares.

31L'inauguration du barrage de Sidi Saâd en 1982 est un signal pour les acteurs exogènes (hommes d'affaires) sans attache rurale. Ces derniers s'adonnent en priorité à la grande culture du blé, de l'olivier, à la culture irriguée, en s’appuyant sur des machines agricoles modernes. Ces intervenants extérieurs ont été accueillis avec méfiance par la paysannerie locale, contrariée par la distribution inégalitaire du capital foncier et par des rapports de production déséquilibrés.

32Les conflits fonciers anciens de la Délégation de Nasrallah trouvent dans la « révolution » du 14 janvier 2011 une raison de s’exprimer en mettant face à face des acteurs qui n'ont pas les mêmes capacités stratégiques.

2.1 - La structuration de l'espace par les investisseurs, facteur essentiel de marginalisation

33L'examen de l'historique foncier de la Délégation de Nasrallah, après l'expérience coopérative, permet de distinguer une première phase entre 1970 et 1985 marquée par l’emprise du domaine semi‑étatique. Au cours de cette période, la population locale admet encore sa situation « vu l'accès libre au parcours domanial et le taux de chômage moins élevé au niveau de la paysannerie locale », – c'est un argument commun à tous les interlocuteurs.

34À partir des années 1990, le régime politique de Ben Ali, instauré le 7 novembre 1987 après un coup d'État, gagne en force. Il en résulte un renforcement des liens entre une bourgeoisie naissante et l'État, ce qui brouille peu à peu le vécu rural dans un système de relations opaques. Dans cette région « où les organismes de développement ne sont pas bien représentés » (SELMI 1998), la privatisation des terres domaniales devient un objectif stratégique. On assiste ainsi à un transfert de biens immobiliers au profit d’hommes d'affaires proches de l'ancien régime. Les investisseurs qui proviennent essentiellement du Sahel – Sousse, Sfax, Tunis (fig. 6)  « jettent l'ancre » dans les plaines fertiles de Nasrallah en dépit de la résistance locale.

Figure 6 - Origine géographique des investisseurs (décembre 2012)

Figure 6 - Origine géographique des investisseurs (décembre 2012)

Source : Enquête personnelle, S. Chokri

  • 6 Données du Centre régional de développement agricole de Kairouan, et calcul personnel à partir de l (...)

35La figure 7 révèle un paysage agraire presque gelé depuis l'indépendance. De fait, l'État – qui a hérité des colons s'empare de vastes étendues, autour de 18 400 hectares6. Une grande partie de ces terres est restée sous l'emprise de compagnies agricoles privées jusqu’en 2012.

Figure 7 - Le paysage agraire de Nasrallah en 2012

Figure 7 - Le paysage agraire de Nasrallah en 2012

Source : Enquête personnelle, données CRDA et carte topographique

36Ce nouveau système « privatisé » sollicite l'utilisation des techniques les plus efficaces pour tirer le maximum des surfaces exploitées. Subséquemment, des centaines d'ouvriers agricoles sont licenciés, remplacés par des machines de haute technologie. En réaction, les sinistrés n’ont eu de cesse de manifester, depuis l'année 2000, contre ces investisseurs protégés par l'ancien régime. Cette preuve d'audace a été durement réprimée. Le tableau 3 récapitule les slogans et demandes que partageaient les paysans au cours de cette période.

37Afin de protéger les investisseurs, le gouvernement de Ben Ali octroie quelques compensations aux paysans locaux sous forme de cession de petites parcelles sur les marges des terres domaniales. Ce palliatif à la crise n'a jamais satisfait les paysans indignés. Les positions adoptées par les paysans en témoignent :

Tableau 3 - Les demandes des paysans de Nasrallah avant la révolution de 2011

Slogans et demandes

Nombre de réponses

 %

S'approprier des terres domaniales non exploitées par les investisseurs

81

33

Allouer une partie des terres domaniales fertiles aux paysans

65

27

Avoir le droit de louer des terres d'État

39

16

Recruter le maximum de main‑d'œuvre dans les compagnies agricoles.

31

13

Réajuster le salaire des ouvriers agricoles

29

12

Total

245

100

Source : Enquête personnelle, S. Chokri

38De leur côté, les investisseurs s'efforcent de minimiser leurs frais et de maximiser la production afin d'optimiser leurs gains. Ce système qui oppose paysans sans terre et acteurs exogènes crée marginalité géographique et invisibilité sociale.

39"Que faire ?" se demande l'un de mes interlocuteurs. Le reste de ses propos est très significatif : « Vous savez ! Jadis, nos grands‑parents étaient demeurés de simples ouvriers agricoles par obligation, de même nos parents, ils sont de petits "fellahs" pauvres sur les marges. Notre vécu actuel est dû à cette mentalité de soumission et de résignation qui passe d'une génération à l'autr »".

  • 7 L'habitus : un concept élaboré et soutenu par Pierre Bourdieu, constitué par l'ensemble des disposi (...)
  • 8 Le seuil de pauvreté en Tunisie est constitué de deux composantes: 1-la composante alimentaire est (...)

40Ces paroles démontrent le poids des représentations, des idées et des idéologies sur les pratiques et les capacités stratégiques des acteurs locaux. Ce constat renvoie aux notions d’«  habitus7 social », au sens de Pierre Bourdieu (BOURDIEU, 1984), et d’«  habitus socio‑spatial », au sens de Guy Di Méo (DI MEO, 1996). L’idéologie territoriale locale se structure autour de l’idée d'une campagne riche et pauvre en même temps, la main­­‑d'œuvre profitant quasi exclusivement aux acteurs exogènes. Or, Nasrallah est l'une des régions les plus pauvres de la Tunisie avec un taux de pauvreté8 de 43,9 % en 2012 (données du ministère des Affaires sociales).

41Le tableau 4 présente les réponses à la question suivante : pour quelle raison la population locale critique-t-elle l'intervention des investisseurs privés dans la Délégation de Nasrallah ?

Tableau 4 - Principales critiques des paysans à l’encontre des investisseurs

Arguments

Nombre de réponses

 %

La domination des investisseurs sur les terres domaniales de bonne qualité

93

25

Accès libre aux ressources en eau (barrage de Sidi Saâd)

91

25

La population locale est prise en otage/esclave

58

16

Les ouvriers agricoles ne profitent d'aucun droit

41

11

Pas d'investissements industriels dans la Délégation de Nasrallah

29

8

Licenciement de main d'ouvre

23

6

Fuite des bénéfices hors de Nasrallah

19

5

Les investisseurs utilisent le pouvoir de l'État à leur profit

13

4

Total

367

100

42Source : Enquête personnelle, S. Chokri

  • 9 Le premier code encourageant l'investissement date de 1969. Il s’accompagne d’autres mesures d’inci (...)

43Protégés par une législation9 qui leur est favorable, les investisseurs tentent de drainer la production agricole vers les villes du Sahel tunisien, essentiellement Sfax et Sousse, ou même vers l'étranger. Cette stratégie commerciale fonctionne sur le principe d’une exploitation « minière » des ressources locales (eau et terre).

Ainsi, la Délégation de Nasrallah est un espace porteur de nombreux paradoxes. Cette situation ne pouvait qu’éclater en conflit à partir du 14 janvier 2011.

2.2 - Après le 14 janvier 2011, les paysans à la recherche de nouvelles stratégies

44Avec la chute du régime le 14 janvier 2011, les paysans locaux rêvaient d'une société rurale égalitaire, d’un nouvel Eden où chaque agriculteur disposerait d'une superficie cultivable à la hauteur de ses ambitions. Quelques semaines plus tard, de nouveau, un obstacle administratif infranchissable se levait devant eux.

45Des jeunes, jusque-là étouffés et refoulés, soutenus par leurs familles, s'enthousiasment dans un premier temps et militent pour un changement radical dans la Délégation de Nasrallah. Certains prennent le chemin du palais de justice afin de réclamer un droit d'appropriation perdu. D'autres, si nombreux, s'implantent clandestinement sur les terres domaniales, jusque-là sous l'emprise des compagnies agricoles privées : un phénomène spatial remarquable dans les deux secteurs de Touila et Fjij.

46Pour toute réponse, le gouvernement provisoire légitimé par l’élection du 23 octobre 2011 accuse ces paysans d'être hors‑la‑loi. Beaucoup d'entre eux sont condamnés à des peines de prison. C’est le cas de Kamel, un jeune diplômé que j'ai rencontré dans le village de Sidi Saâd : « Nous sommes fouettés comme des animaux, ce gouvernement a falsifié les objectifs de notre révolution ». Certes, dans l'esprit de mes interlocuteurs, la paix avec le gouvernement et les investisseurs n’était pas à l'ordre du jour !

47Par crainte que la pression sociale n’augmente, le gouvernement provisoire propose un réajustement des salaires agricoles et l'élévation du nombre d'ouvriers employés par les compagnies privées. Cette décision produit un effet spatial très important. La figure 8 en apporte l’illustration.

Figure 8 - Le paysage agraire de Nasrallah en janvier 2013

Figure 8 - Le paysage agraire de Nasrallah en janvier 2013

Source : Enquête personnelle, données CRDA et carte topographique

48Face à des paysans qui militent "pour battre le système" (CROZIER et FRIEDBERG, 1977) et confrontés à une administration qui leur impose l’embauche d’une centaine d'ouvriers supplémentaires par compagnie agricole, les investisseurs changent de stratégie. Deux d’entre eux s'enfuient en signe de refus, un autre négocie. Un quatrième investisseur se lance dans un bras de fer juridique avec les paysans autochtones d'El Fayid et Sidi Saâd qui revendiquent la propriété des terres (fig. 8). Tous les autres se résignent aux injonctions administratives pour s'attirer la reconnaissance des partis politiques au pouvoir en 2012 et 2013.

49Ces péripéties post‑« révolutionnaires » assurent-elles aux paysans une autonomie plus grande ? Les jeunes paysans, qui affichent des ambitions supérieures à celles de leurs parents, sont-ils à l'origine d'une conversion idéologique ? Un retour au statu quo ante paraît exclu. Pourtant, 100 % des interlocuteurs ne croyaient pas à un vrai changement après le 14 janvier 2011. Au contraire, certains n’hésitaient pas à avancer « qu'on va droit dans le mur ». Il est vrai que l'inertie du paysage agraire dans la Délégation de Nasrallah est une vraie contrainte. Les réponses fournies à la question suivante en apportent la preuve : quels sont les effets de l'inertie du paysage agraire sur les paysans de Nasrallah (tableau 5) ?

Tableau 5 - Effets de l'inertie du paysage agraire sur la population locale

Les effets

Nombre de réponses

 %

Dépeuplement rural très important (migration et exode)

100

38

Population locale de plus en plus pauvre

77

29

Conflits acharnés entre paysans et acteurs exogènes

51

19

Multiplication des vols et problèmes sociaux

23

9

Mobilité spatiale pour créer des réseaux de mendicité

13

5

Total

264

100

Source : Enquête personnelle, S. Chokri

50Dans la Délégation de Nasrallah, les familles sont socialement très fragilisées. Le comportement paysan est dicté par des influences réciproques en lien avec la proximité géographique et les relations de parenté. En l’absence de capitaux et faute de capacité de résistance, les paysans quittent la région, souvent en groupes, en direction des villes du Sahel tunisien, ou vers l'étranger (SBAI, 2011). Les chiffres révélés par le tableau 5 sont éloquents. On y découvre même des pratiques socio‑spatiales liées à une pauvreté extrême : la mendicité. Sans aucun doute, pour qu'il y ait un réel changement local, du point de vue des interlocuteurs, il faut renoncer aux structures foncières qui ont figé cet espace depuis la phase coloniale.

Conclusion

  • 10 Synthèse des propos tenus par les paysans interrogés.

51La Délégation de Nasrallah est un espace rural profondément marqué par les acteurs exogènes depuis le XIXe siècle. La domination foncière est passée des colons à l'État issu de l'indépendance avant de se retrouver entre les mains d’une bourgeoisie agraire soutenue par les pouvoirs publics. De ce fait, Nasrallah s'est affirmé au fil du temps comme un territoire agricole productif irrespectueux des synergies locales10.

52Les valeurs véhiculées par les vieillards comme par les jeunes se conjuguent pour constituer un système idéologique local qui préside aux pratiques socio‑spatiales des paysans. Ce système idéologique a permis une transmission intergénérationnelle de la précarité. La "révolution" du 14 janvier 2011 n’échappe pas au schéma : les paysans de Nasrallah restent encore aujourd’hui des invisibles.

53Dans cette région, le paysage souffre d'une exceptionnelle inertie depuis la phase coloniale, si l’on excepte la modernisation des outils. Cette géographie rurale de l’« égoïsme » organise une pauvreté qui se loge au cœur de la richesse. Pour seul salut, beaucoup de paysans pauvres ont choisi de s'aventurer ailleurs, dans les villes « rêvées » du Sahel tunisien ou des pays du Nord méditerranéen. La mobilité spatiale n'est-elle pas classiquement une réponse à un excès de mal ?

Top of page

Bibliography

BELHEDI A., (1992), L'organisation de l'espace en Tunisie, production et reproduction de l'espace, Publications de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Tunis, 270 p.

BOULET D., (1971), Étude économique des coopératives agricoles de production en Tunisie, in Agriculture de groupe, Options Méditerranéennes, n° 6, CIHEAM, Paris, p. 97‑103.

BOURDIEU P., (1984), Question de sociologie, Éd. Minuit, Paris, 268 p.

BOUVIER J., (1972), Initiation au vocabulaire et aux mécanismes économiques contemporains, Robert Laffont, Paris. 499 p.

CROZIER M. et FRIEDBERG E., (1977), L'acteur et le système, les contradictions de l'action collective, Éd. Seuil, Paris, 507 p.

DI MÉO G., (1996), Les territoires du quotidien, L'harmattan, Paris, 208 p.

DLALA H., (1980), Développement économique et action régionale en Tunisie, in Revue tunisienne de géographie, p. 67‑85.

DURKHEIM É., (1912), Les formes élémentaires de la vie religieuse, PUF, Paris, 647 p.

HAMZA A., (1980), Données préliminaires sur l'aménagement intégré de la Tunisie Centrale et le barrage de Sidi Saâd, in Revue tunisienne de géographie, p. 87‑101.

KASSAB A., (1980), Problèmes de l'aménagement des plaines telliennes, in Revue tunisienne de géographie, p. 103‑111.

LAMINE R. (dir.), (2001), Du paysage au territoire, les géographes à la recherche d’un nouveau paradigme, in Une géographie au temps du monde : postures intellectuelles pour une géographie tunisienne, Actes du colloque de géographie, F. L. S. H., Sousse, p. 179-190.

MAHJOUBI A., (1986), L'établissement du protectorat français en Tunisie, C.E.R.E.S., Tunis, 175 p.

SBAI C., (2011), La mobilité spatiale et la mobilité socio-territoriale dans le sud Kairouanais, Thèse de Doctorat, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 586 p.

SELMI S., (1998), Quels leviers de développement dans les zones collinaires du Centre-Ouest Tunisien : Kasserine, Siliana et Kairouan ?, Revue de l'association des géographes tunisiens, p. 119‑133.

Top of page

Notes

1 Maurel M.-C., (1991), "Territoires nationaux en périphérie", in Lévy J. (dir.), Géographies du politique, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

2 Le pacte fondamental du 10 septembre 1857, promulgué par Mohammed Bey dont le texte rejette tout privilège au sein de la nation, garantit à tous les habitants, quelle que soit leur religion, les services publics essentiels : sécurité et justice ainsi que l'entière liberté en matière industrielle et commerciale pour les étrangers qui voudront s'établir et exercer des activités en Tunisie.

3 Représentant régional du Bey jusqu’à 1956.

4 Représentant local du Bey jusqu’à 1956.

5 Les coopératives agricoles de production ont été un des fondements de l'expérience socialiste durant la période 1962-1969.

6 Données du Centre régional de développement agricole de Kairouan, et calcul personnel à partir de la carte topographique de Nasrallah (1/50 000e).

7 L'habitus : un concept élaboré et soutenu par Pierre Bourdieu, constitué par l'ensemble des dispositions, schèmes d'action ou de perception que l'individu acquiert à travers son expérience sociale. Ainsi, tout individu incorpore au fil du temps un ensemble de manières de penser et d'agir qui se révèlent durables.

8 Le seuil de pauvreté en Tunisie est constitué de deux composantes: 1-la composante alimentaire est calculée sur la base du besoin énergétique recommandé (2 200 Kcal/J) et du coût unitaire de la calorie 2- la composante non alimentaire est estimée sur la base d'un modèle de régression appliqué au total des dépenses.

9 Le premier code encourageant l'investissement date de 1969. Il s’accompagne d’autres mesures d’incitation, notamment fiscales.

10 Synthèse des propos tenus par les paysans interrogés.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 ‑ Localisation de la Délégation de Nasrallah
Credits Source : S. Chokri
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7067/img-1.jpg
File image/jpeg, 548k
Title Figure 2 - La présence coloniale dans la Délégation de Nasrallah, 1863-1956
Credits Source : Enquête personnelle, S. Chokri
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7067/img-2.jpg
File image/jpeg, 732k
Title Figure 3 - Des paysans expulsés sur les mauvais sols. Douar El Brahmiya, secteur d’El M’nara
Credits Cliché S. Chokri, 2012
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7067/img-3.jpg
File image/jpeg, 2.8M
Title Figure 4 - Des propriétés domaniales. Exemple du secteur de Touila
Credits Cliché S. Chokri, 2013
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7067/img-4.jpg
File image/jpeg, 2.3M
Title Figure 5 - Des paysans repoussés sur les pentes depuis les années 1980. Village d’El Fayid, secteur de Touila
Credits Cliché S. Chokri, 2013
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7067/img-5.jpg
File image/jpeg, 3.2M
Title Figure 6 - Origine géographique des investisseurs (décembre 2012)
Credits Source : Enquête personnelle, S. Chokri
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7067/img-6.jpg
File image/jpeg, 260k
Title Figure 7 - Le paysage agraire de Nasrallah en 2012
Credits Source : Enquête personnelle, données CRDA et carte topographique
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7067/img-7.png
File image/png, 31k
Title Figure 8 - Le paysage agraire de Nasrallah en janvier 2013
Credits Source : Enquête personnelle, données CRDA et carte topographique
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7067/img-8.jpg
File image/jpeg, 885k
Top of page

References

Electronic reference

Sbai Chokri, « Les paysans de la Délégation de Nasrallah (Tunisie) », Méditerranée [Online], Varia, document 1, Online since 11 December 2014, connection on 30 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/7067

Top of page

About the author

Sbai Chokri

Assistant en Géographie humaine, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université de Sousse, Tunisie, sbaichokri@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page