Navigation – Plan du site

Appel à articles pour la revue Méditerranée, numéro spécial,
Au Sud du Nord ? La ségrégation dans les villes méditerranéennes, à paraître en 2016

Call for papers for Méditerranée, Journal of Mediterranean Geography, special issue,
South of the North? Segregation in Mediterranean Cities, to be published in 2016
Thomas PFIRSCH et Giovanni SEMI

Version française

Les études sur l’impact social de la globalisation dans les villes contemporaines se sont multipliées depuis une trentaine d’années. Influencées par les théories de la recherche anglophone sur les villes globales, comme celle de la polarisation socio-spatiale (SASSEN, 1991), elles ont accrédité l’idée d’une hausse de la ségrégation urbaine sous l’effet des transformations du capitalisme post-fordiste. Pourtant, des études récentes appellent à « recontextualiser » ces théories globales (MALOUTAS et FUJITA, 2012), en montrant leurs multiples déclinaisons locales en fonction des politiques publiques ou des modèles culturels. En insistant sur les différences entre villes des « Nord » et des « Suds », métropoles « nord-américaines » et « européennes », « nord-européennes » et « méditerranéennes », elles rouvrent ainsi en même temps le débat sur l’existence et l’utilité de modèles régionaux de villes à l’âge global (ROBINSON, 2006), et sur la circulation internationale des théories urbaines.

Situées sur une des grandes lignes de fracture Nord-Sud de la planète, les villes méditerranéennes occupent une place particulière au sein de ce débat. En effet, dès 1990, Lila Leontidou posait l’idée d’une « résistance » méditerranéenne aux transformations socio-spatiales de la ville post-fordiste. Dans l’aire méditerranéenne, le poids des filières informelles dans l’accès au logement, la faible mobilité et l’importance de la proximité résidentielle dans la famille, ou encore le faible zoning fonctionnel contribueraient à limiter la ségrégation sociale. Les villes méditerranéennes constitueraient un modèle hybride entre « Nord » et « Sud » (LEONTIDOU, 1996) caractérisé par une ségrégation sociale atténuée. Le problème est que ces théories sont longtemps restées sans validation empirique, du fait de la rareté des études sur la géographie sociale des villes méditerranéennes. Largement sous-estimé dans le champ académique, le thème de la ségrégation est d’ailleurs également marginal dans le débat public des pays de l’aire méditerranéenne (La France faisant ici figure d’exception…), caractérisés par l’absence de politiques publiques anti-ségrégatives (MALOUTAS, 2012 ).

Depuis quelques années, les études sur la ségrégation urbaine en Méditerranée connaissent cependant un renouveau. Sur la rive Nord, des travaux récents, menés à l’échelle nationale, ont commencé à donner une image plus complexe et diversifiée de la ségrégation urbaine en Grèce (MALOUTAS, 2007) ou en Italie (BARBAGLI, 2012). Les « Southern Europe Studies » se sont aussi développées dans la littérature académique anglophone (ALLEN et al., 2004, PETSIMERIS, 2004 ; ARBACI, 2014), dans une perspective comparative et internationale. Renonçant au mythe de la ville méditerranéenne ces dernières affirment en revanche la pertinence d’un modèle urbain « sud européen », dont la force est d’ailleurs revenue sur la scène médiatique à la faveur de la crise des dettes souveraines de la zone euro, occasion de redécouvrir les différences de gestion publique et de modèles d’État-providence entre « Nord » et « Sud » de l’Europe (ESPING‑ANDERSEN, 1990)… L’ensemble de ces travaux montrent la moindre intensité de la ségrégation résidentielle dans les villes sud-européennes, voire sa baisse (BARBAGLI, 2012), mais ils mettent aussi en lumière les formes originales qu’elle peut prendre, critiquant par exemple l’application du modèle de la gentrification à l’Europe du Sud, et démontrent que la faible ségrégation résidentielle peut s’accompagner de processus de marginalisation sociale, notamment en ce qui concerne les migrants (ARBACI, 2014). Sur la rive Sud de la Méditerranée, l’importance récente des mouvements sociaux en relation avec de grands projets urbains a montré également l’acuité de la question des ségrégations urbaines (FLORIN et al., 2014, ).

En rassemblant des articles sur des villes des deux rives de la Méditerranée, et en ouvrant des comparaisons avec l’Europe septentrionale, l’Amérique du Nord ou les villes des « Suds », ce numéro spécial entend faire un bilan critique sur le modèle de ségrégation des villes méditerranéennes, et ouvrir par là un débat plus général sur les relations entre tendances globales et contextes locaux dans la mondialisation.

Loin de faire référence à une réalité ontologique, les modèles « sud européen » ou « méditerranéen » seront avant tout conçus comme des outils analytiques, des « cadres de référence » (HERZFELD, 2005) permettant de rendre compte des variations territoriales de la ségrégation, et devront être réinterrogés de manière critique. Les articles seront donc attentifs aux différences et aux points communs entre « Suds » et « Nords » du bassin méditerranéen, mais ils devront également montrer les contrastes au sein de ces différents ensembles, à l’heure où les réorganisations institutionnelles des Etats-Nations en Italie ou en Espagne par exemple (régionalisation, fortes autonomies locales) entraînent une diversité régionale accrue des politiques urbaines. Une importance particulière sera donnée aux questions méthodologiques et aux problèmes posés par l’approche comparative.

En conformité avec la ligne éditoriale de Méditerranée, revue de géographie, des articles d’autres disciplines des sciences sociales sont acceptés (sociologie urbaine et anthropologie urbaine notamment), mais à condition d’avoir une approche spatiale marquée et de se fonder, si possible, sur des cartes.

Trois thèmes principaux pourront être développés

Formes et intensité de la ségrégation résidentielle dans les villes méditerranéennes : quels modèles ?

Il s’agira de réinterroger de manière critique les caractéristiques de la ségrégation résidentielle traditionnellement considérées comme typiques des villes méditerranéennes.

- L’intensité de la ségrégation : la ségrégation est-elle vraiment moins élevée dans les villes méditerranéenne, et a-t-elle augmenté ces dernières années dans le contexte de la métropolisation ?

- Les formes spatiales de la ségrégation résidentielle: les villes méditerranéennes se caractérisent-elles par une « micro-ségrégation » à une échelle plus locale qu’ailleurs ? Les grands modèles auréolaires ou sectoriels sont-ils adaptés pour la décrire ?

- Les groupes sociaux particulièrement concernés pas la ségrégation résidentielle : quelles classes sociales sont particulièrement touchées par la ségrégation dans les villes méditerranéennes ? La classe y joue-t-elle vraiment un rôle plus déterminant que la « race » ? Peut-on déceler des formes de ségrégation en fonction du genre ou de la génération, ou d’autres variables jouant un rôle déterminant dans les sociétés méditerranéennes ?

‑ Distance spatiale et distance sociale
dans les villes méditerranéennes :
les dimensions non résidentielles de la ségrégation

Alors que la majorité des travaux sur la ségrégation restent souvent limités à sa dimension résidentielle, les articles étudieront les relations entre ségrégation résidentielle et pratiques sociales : une faible ségrégation résidentielle peut-elle s’accompagner d’une forte ségrégation scolaire ou de l’accès aux espaces publics ? Ce faisant, le concept de ségrégation pourra être critiqué. Faut-il lui préférer celui de marginalisation par exemple ?

Faire la ségrégation et y faire face dans les villes méditerranéennes

Il s’agira d’étudier les processus qui produisent la ségrégation dans les villes méditerranéennes : le rôle des politiques publiques et des grands projets urbains d’inspiration néolibérale, mais aussi l’impact des pratiques sociales, du cadre matériel urbain, des trajectoires historiques et fonctionnelles des villes et du modèle familial par exemple. Là encore, les relations entre modèles de gestion urbaine internationaux et particularités contextuelles locales seront interrogées. Les articles s’attacheront aussi à étudier les dynamiques déségrégatives ou de « résistance » à la ségrégation, qu’elles émanent des politiques publiques ou des pratiques habitantes.

Les textes complets, mis en forme selon les normes de la revue Méditerranée (http://mediterranee.revues.org/584), et accompagnés d’un titre et d’un résumé bilingues (français et anglais), ainsi que d’une liste de mots-clés et de lieux –clés cités, sont attendus pour le 30 octobre 2015 au plus tard

Ils sont à envoyer en version électronique à Thomas Pfirsch (thopfirsch@hotmail.com), et Giovanni Semi (giovanni.semi@unito.it).

English version

In the last three decades many studies have discussed the social impact of globalization on contemporary cities. Mainly influenced by global cities and urban polarization debates (MOLLENKOPF and CASTELLS, 1991 ; SASSEN, 1991), such works have argued for a growing urban segregation due to postfordist transformations. Still, recent contributions praise for a « re-contextualization » of such global theories (MALOUTAS et FUJITA, 2012), highlighting their multiple local translations under several policy, cultural and national regimes. By distinguishing between « Northern » and « Southern » cities, between « North American » and « European » metropolis and between « North European » and « Mediterranean » cities, they have led to the reconsideration of both the existence and the usefulness of urban regional models in the global age (ROBINSON, 2006) and the international circulation of urban theories.

Located on one among the largest North–South divides in the world, Mediterranean Cities play a key role in this debate. Since Lila Leontidou’s pioneering works in the early 1990’s, researchers have suggested the idea of a Mediterranean “resistance” to postfordist transformations. In the Mediterranean area, social segregation is often considered a marginal phenomenon because of informal channels in housing, weak spatial mobility, patterns of residential proximity within the family or weak functional zoning. Cities in the Mediterranean are thus associated to a hybrid model between both “North” and “South” (Leontidou, 1996), characterized by a weak social segregation. Nonetheless such theories have long suffered a lack of empirical validation. Indeed, residential segregation has long been an under-researched topic in Mediterranean Countries, with few official surveys and data, echoing a similar absence in both the media and public discussions (MALOUTAS, 2012 ; ARBACI, 2014).

We nonetheless have faced a vibrant renewal in Mediterraenan cities segregation analysis in recent years. New works have showed the complexities and diversities of urban segregation at a national scale, both in Greece (MALOUTAS, 2007) or Italy (BARBAGLI and PISATI, 2012), while comparative « Southern Europe Studies » emerged in the Anglophone academic field (ALLEN et al., 2004, PETSIMERIS, 2004 ; SEIXAS and ALBET, 2012 ; ARBACI, 2014). Discarding the myth of a Mediterranean City such strand of literature praises for the relevance of a “Southern European” model, somehow reinforced by the media coverage of sovereign debt crises within the Euro zone and the recognition of huge differences in welfare state regimes and public policy attitudes between the “North” and the “South” of Europe (ESPING‑ANDERSEN, 1990). As a whole, these works are, on the one hand, showing the lesser strength of residential segregation in Southern European cities, and even its decrease (BARBAGLI and PISATI, 2012), while on the other hand they highlight the rising of new urban segregation patterns, less dependent on the sole application of the gentrification model and rather mixing both low residential segregation with social marginalization processes, especially regarding migrants and minorities (ARBACI, 2014). On the south Bank of the Mediterranean, the growing importance of social movements and mobilizations against megaprojects has shown that segregation is still a key urban issue (FLORIN et al., 2014).

Bringing together papers on the two banks of the Mediterranean basin, and comparing them with Northern Europe, North America and the Global South, we aim at providing a critical state of the art on segregation within Mediterranean cities that will open up a more general debate on the global-local nexus in the contemporary age.

In that perspective, “Southern European” or “Mediterranean” models are not referring to any ontological reality. They are rather used as analytical tools and frameworks (Hertzfeld, 2005) in order to catch the territorial variations of segregation. Papers will have to compare the “north” and the “south” of the Mediterranean basin, but will also pay attention to internal differences within these two groups of countries, in a context of growing local diversity of urban policies in association with decentralization and regionalization reforms in the Mediterranean Nation-States. They will also focus on methodological issues and the difficulties associated with the comparative approach.

According to the Méditerranée Journal editorial line, papers from various academic disciplines are accepted (Geography, urban sociology, urban anthropology), but with a spatial approach preferably using maps.

Papers are invited to discuss three key issues:

‑ Patterns and intensity of residential segregation in Mediterranean cities

Features of residential segregation which are often described as typical of Mediterranean cities will be discussed :

- Intensity and measure of residential segregation : is segregation lower in Mediterranean cities ? And has it increased in recent years, due to the globalization context ?

- Spatial patterns of residential segregation : Are “micro-segregation” or “vertical segregation” more important than “neighbourhood segregation” in Mediterranean Cities ? Classical patterns of segregation such as the concentric zone or sector models are of any relevance to describe Mediterranean Cities ?

- Social groups and residential segregation : Which groups are most affected by segregation in Mediterranean Cities ? Besides class, which variables (“Race”, gender, “generation”…) play a key role in urban segregation in the Mediterranean ?

‑ Spatial distance and social distance in Mediterranean cities

While most of the studies about Segregation focus on its residential dimension, papers will also discuss other forms of urban segregation, such as school segregation or segregation in accessing public space.

‑ Making segregation / Dealing with segregation in Mediterranean cities…

Papers are asked to analyze the making of segregation in Mediterranean cities, focusing on the effect of public policies and « neoliberal » megaprojects on segregation, but also on the role of the built environment, historical and economic profiles of cities, and Mediterranean social features (such as the “family model”). The relationship between global models of urban policies and local context will be discussed.

Moreover, papers will also pay attention to desegregation processes in Mediterranean Cities, whether these are due to public policies or spontaneous reactions and strategies of urban residents trying to resist or deal with urban segregation…

The deadline for full texts submission is 30 october 2015. Papers will be formatted in accordance to the Journal editorial standards (see http://mediterranee.revues.org/584), with bilingual title, abstract, key words, and a list of the main places mentioned in the text.

Papers, in electronic files, will be sent to both guest editors Thomas Pfirsch (thopfirsch@hotmail.com) and Giovanni Semi (giovanni.semi@unito.it).

Bibliographie

ALLEN J., BARLOW J., LEAL J., MALOUTAS T., PADOVANI L., 2004, Housing and Welfare in Southern Europe, Oxford, Blackwell

ARBACI S., 2014, “(Re)viewing Ethnic Residential Segregation in Southern European Cities: Housing and Urban Regimes as mechanisms of Marginalisation”, Housing Studies, vol. 23, 4, p. 589-613

BARBAGLI M., PISATI M., 2012, Dentro e fuori le mura. Città e gruppi sociali dal 1400 a oggi, Bologna, Il Mulino.

ESPING-ANDERSEN G., 1990, The Three Worlds of Welfare Capitalism, Cambridge, Polity Press.

FLORIN B., LEGROS O., SEMMOUD N., TROIN B., 2014, Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, Tours, Pufr.

HERZFELD M., 2005, “Practical Mediterraneanisms: Excuses for everything, from epistemology to eating”, in HARRIS W.V. (ed.), Rethinking the Mediterranean, Oxford, Oxford University Press.

LEONTIDOU L. 1990, The Mediterranean City in Transition: Social Change and Urban Development, Cambridge, Cambridge University Press.

LEONTIDOU L., 1996, "Alternatives to Modernism in (Southern) Urban Theory : Exploring In-Between Spaces", International Journal of Urban and Regional Research, vol. 20.

MALOUTAS T. & K. FUJITA (eds), 2012, Residential segregation around the world. Why context matters, Farnham, Ashgate.

MALOUTAS T., 2007, “Segregation, social polarization and immigration in Athens during the 1990’s : theoretical expectations and contextual difference”, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 31, p. 733-58

PETSIMERIS P., 2005, "Out of squalor and towards another urban renaissance? Gentrification and neighbourhood transformations in Southern Europe", in R. ATKINSON et G. BRIDGE, Gentrification in a global Context: the new urban colonialism, Londres‑New York, Routledge.

ROBINSON J., 2006, Ordinary Cities. Between Modernity and Development, London, Routledge.

SASSEN S., 1991, The Global City: New York, London, Tokyo. Princeton, Princeton University Press.

SEIXAS J., ALBET A., (eds), 2012, Urban Governance in Southern Europe, London, Ashgate

Haut de page