Skip to navigation – Site map

Le Parc national de Samaria (Montagnes Blanches, Crète)

Des gorges entre défi de la fréquentation et empilement de protections
The Samaria National Park (White Mountains, Crete)
mass tourism and a tangled web of conservation measures
Camille Girault and Lionel Laslaz

Abstracts

The purpose of this paper is to analyse tourist numbers and to explain how the White Mountains’ National park (Samaria National park) in Crete (Greece) is protected. The park was founded in 1962, and is located in the southwest of the island and covers 48 square kilometers. It is famous for its gorges, particularly the "Iron Gates". This article explores the effectiveness of governance of a protected area visited by around 210,000 people a year, in a context of socioeconomic difficulties in Greece and facing regular problems of environmental management. Park management strategies consist of numerus overlapping conservation measures, financed at the national and European level, leading to an “overprotection” whose environmental benefits are inconclusive.

Top of page

Outline

Top of page

Full text

Greece, Crete, Samaria Gorge, White Mountains, Chania

Samaria, un espace protégé crétois dans le contexte grec et européen

1Créé en 1962, soit un an avant le parc national de la Vanoise, le premier en France, le Parc national des Montagnes Blanches (Lefka Ori), selon son nom officiel, est le cinquième à voir le jour en Grèce, occupant 48 km², soit 0,6 % de la Crète (8 336 km²). Il est institué par décret royal (R.D. 781, Government Gazette A/200/20-11-1962) la même année que celui du mont Ainos, le plus petit parc national grec. Les deux premiers ont été fondés en 1938 (loi 856/1937 sur les parcs nationaux) autour du mont Olympe (Laslaz, dir., 2012, p. 44-45) et du mont Parnasse, suivis en 1961 par le mont Parnès. Le mont Athos, autre lieu sacré sous statut de protection, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco comme bien mixte et parc national depuis 1988 (Philippou, Kontos, 2009), représente à lui seul (331 km²) la moitié de la superficie couverte par les 10 parcs nationaux terrestres grecs (744 km²). Ce nombre est inchangé depuis 1974, mais s’y ajoutent deux parcs marins (Sporades et Zante ou Zakynthos) (2 222 km²)1. La Grèce compte au total 1263 espaces protégés couvrant 3 600 km² en décembre 2014.

2Les gorges de Samaria sont situées dans ce parc national des Montagnes Blanches, au sud-ouest de la Crète (figure 1).

3

Figure 1

Figure 1

Localisation du Parc national de Samaria en Crète : provinces et principaux pôles urbains.

© C. Girault et L. Laslaz, 2015.

4Creusées au milieu de ce massif montagneux culminant à 2453 m. d’altitude au mont Pachnès, soit 3 m. de moins que le point culminant de l’île (le mont Ida), elles cumulent de nombreux superlatifs (« une des sept merveilles d’Europe » selon Duffey, 1982, p. 270) et des dimensions fluctuantes (une profondeur variant de 300 à 1000 mètres selon que l’on considère les gorges ou le dénivelé total des reliefs où elles s’inscrivent) pour des parois d’une centaine de mètres de haut. Les gorges s’étirent entre le plateau d’Omalós et la mer de Libye sur plus de 16 kilomètres.

5Le site des « Portes de Fer », désignation générique d’un resserrement au fond des gorges qui en rappelle d’autres (celles sur le Danube ont donné leur nom à un parc national roumain, frontalier avec le parc national serbe de Djerdap ; Patroescu et Necsuliu, 2008), est particulièrement réputé en raison de son étroitesse (3 à 3,5 m) dont on disait abusivement qu’un animal chargé de deux valises ne pouvait les franchir. Les gorges sont fréquemment concernées, à l’échelle internationale comme nationale, par des statuts de protection : le parc national grec de Vikos Aoos, à la frontière avec l’Albanie, préserve notamment les gorges du fleuve Voidomatis. Le parc national de Samaria, tel que nous le nommerons dans la suite de l’article, est aussi représentatif des espaces protégés grecs dans la mesure où plus de 65 % d’entre eux (55 % en France) concernent les montagnes, contre seulement 30 % pour les espaces côtiers. Le parc de Samaria est enfin inclus depuis 2006 dans plusieurs zones Natura 2000.

6À la marge des territoires grecs et crétois, peu accessibles, les gorges de Samaria bénéficient pour autant d’une forte notoriété, ce qui en fait un « spot » touristique majeur à l’échelle de la Crète. Cette notoriété et cette fréquentation touristiques contrastent avec un fonctionnement qui apparaît peu efficient.

7Le parc national de Samaria s’inscrit dans des référentiels nationaux et européens au détriment du local, ce qui conduit, en raison du système grec (et crétois en particulier) de protection de l’environnement, à un déficit d’appropriation et à des déficiences de gestion. Les reconnaissances européennes (Natura 2000) et internationales (UNESCO) compensent, par une forme de saut scalaire, la faiblesse de la reconnaissance et de l’implication nationales. Cette aspiration supranationale conduit en outre à un empilement d’espaces protégés, ces derniers faisant davantage office de labels touristiques que de gages d’efficacité de la protection.

8Le premier constat est celui d’une contradiction entre la superposition de dispositifs de protection et la défaillance fonctionnelle de l’État grec en proie aux difficultés financières et aux licenciements des fonctionnaires. Or, un parc national fonctionne avec une administration et des financements d’État, ce qui constitue un premier facteur de fragilisation. En dépit de ses statuts censés articuler gestion nationale et participation des acteurs locaux aux conseils d’administration des parcs (Amine, 2010), les habitants du dème (municipalité) de Sfakiá restent en pratique peu impliqués dans cette gouvernance. Il en résulte une lacune de gestion à l’échelle locale, dans un système très descendant, où la défiance existante vis-à-vis du pouvoir national s’accroît dans un contexte de crise.

9Pour autant, les gorges de Samaria et le dispositif de protection qui les concerne sont de puissants facteurs d’attractivité et de développement territorial du sud-ouest crétois. Elles sont en outre marquées par des formes d’organisation spécifique de la mobilité touristique. Marges du territoire crétois, elles n’en constituent pas moins, paradoxalement, un des principaux sites touristiques payants.

10Enfin, il s’avère que la « surprotection » n’est pas nécessairement un gage d’efficacité, mais se traduit par une multiplication de labels contribuant à renforcer l’attractivité touristique sans mieux protéger le site. Cette accumulation de mesures de protection dissimule une faible conscience environnementale, un manque de moyens et une absence de coordination. Ne s’agit-il pas d’une forme de dédouanement, substituant la quantité d’espaces protégés à leur qualité ? Par ailleurs, un glissement des impératifs de protection semble manifeste : l’Union européenne, grande pourvoyeuse de moyens de développement (fonds européens) pour la Grèce (et la Crète notamment) et de labels (diplôme européen des espaces protégés), joue un rôle majeur dans la hiérarchisation des objectifs du parc national.

1 - Samaria, emblème des espaces protégés grecs face à la faillite de l’État

11Comprendre la dynamique actuelle du parc national de Samaria suppose de le replacer dans un cadre plus large. L’appréhension de l’environnement en Grèce, le contexte général des espaces protégés tout comme les effets de la crise permettent d’en saisir les principaux enjeux. Pourtant, le pilotage bicéphale du parc national permet d’identifier, davantage que les difficultés économiques, des problèmes structurels de fonctionnement.

1.1 - L’environnement en Grèce :
mise en perspective culturelle et incidences de la situation socio‑économique

12Avec 26,4 % de chômage en juillet 2014, et surtout 56,3 % des moins de 25 ans sans emploi, la Grèce connaît une situation socio-économique très difficile ; elle a perdu 24 % de son PIB depuis 2008 et la dette publique représentait près de 175 % de ce dernier en 2012 (Chiclet in Bost, dir., 2013 ; OCDE, 2014 ; Eurostat). La Grèce est en décroissance depuis 2008 selon les chiffres de l’OCDE (2014). Toutefois, des résultats rapides ont été enregistrés suite aux politiques drastiques mises en œuvre sous la pression de la « troïka » (Banque centrale européenne, Commission européenne et Fonds monétaire international) à partir de 2010. Or, les ONG, comme le WWF Grèce, dénoncent une « austérité environnementale » et la dégradation des législations environnementales pour favoriser l’immobilier et l’investissement touristiques, notamment par des fonds privés grecs et sous couvert des recommandations de la troïka, a fortiori lorsque, comme en 2013, la saison touristique est excellente dans un pays où cette activité, vue comme un des moyens de sortie de la crise, pèse 17 % du PIB. Pourtant, la situation économique en Grèce et en Europe a occasionné une baisse de la fréquentation touristique.

13L. Kastani et al. (2013) indiquent le manque de moyens et de personnels du parc national de Samaria quand D. Vokou et al. (2014, p. 2841) avancent que 70 % des gestionnaires d’espaces protégés ont des problèmes de financement. Toutefois, ces difficultés sont évoquées par K. Papageorgiou et A. Vakrou (2001) bien avant la crise. En effet, sur le plus long terme, C. Koutalakis (2011) souligne que les politiques environnementales n’ont pas été la priorité des trente dernières années en Grèce. K. Papageorgiou et I.N. Vogiatzakis (2006) ajoutent que les principaux échecs relatifs à la conservation sont liés aux structures du pouvoir socio-économique et à l’engagement limité de l’État grec en faveur de celle-ci. Le contexte de crise économique qui accentue les risques de corruption et de clientélisme à l’échelle locale et régionale explique aux yeux de l’auteur que l’État grec ait cherché à recentraliser sa politique environnementale : depuis la loi de 2011, un plan de gestion intégrée approuvé par le Ministère de l’environnement est obligatoire dans les parcs nationaux.

  • 2 La Canée (Chania en grec) est le chef-lieu d’un des 4 nomes qui composent la Crète. Ce nome s’étend (...)

14De surcroît, l’efficience des politiques environnementales grecques est limitée par une faible sensibilité environnementale de la population (Jones, 2011), en dépit d’un rapport culturel spécifique à la nature. L’inspiration orthodoxe de ce dernier est fortement teintée de spiritualité ; dans un autre parc national grec, F. Labande (2004) a rappelé la mobilisation forte des ONG environnementalistes (dont Mountain Wilderness - Mountain Wilderness, 1994) contre les projets d’équipement du mont Olympe, perçu comme le « séjour des dieux ». Comme le rappelle R. Darques (2005), l’accès au mont Athos se fait uniquement par voie de mer, une caractéristique proche de celle des Gorges de Samaria, même si l’accès en amont, malaisé, prédomine. Ces gorges revêtent aussi une dimension symbolique ancienne, relevant de la mythologie et de la symbolique des brèches, pertuis et abîmes décrite par Samivel (1973, p. 229-231). Elles sont effectivement près de 60 dans le nome de La Canée2, notamment sur la côte sud-ouest de l’île, toutes d’orientation nord-sud, comme autant de « déchirures » (Xaphia) : Tripiti, Klado à l’ouest de Samaria ; à l’est, Eligia ou Imbros, empruntée par la route jusqu’à Chora Skafion, départ des bateaux pour Samaria.

1.2 - Un réseau d’espaces protégés dense
et précoce

15Ces lacunes et faiblesses ne doivent pas masquer le fait que, bien avant une urbanisation peu contrôlée et la crise économique actuelle, la république hellénique et en particulier le régime militaire de Metaxas avaient mis en œuvre précocement (les premières lois remontent à 1932), et de manière assez étoffée, un dispositif de protection relativement abouti (Sivignon, dir., 2003, p. 18).

16À défaut de qualité organisationnelle et performative, c’est donc la quantité qui a été privilégiée, souvent sur de faibles superficies : 6 % des espaces protégés grecs occupent moins de 100 ha quand seuls 7 % sont au-delà de 10 000 ha. Toutefois, les premiers parcs nationaux (alors gérés par le ministère de l’Agriculture, service des forêts, comme en France), naissent avant la mise en place officielle d’un système global des parcs nationaux qui n’est créé qu’en 1971 ; ils sont marqués par des déficits de gestion et d’organisation que le temps et les tentatives de rattrapage des standards des autres États de l’Union européenne n’ont jamais réussi à combler (Valavanidis et Vlachogianni, 2011).

17Ainsi, R. Darques (2005) dénonce les faiblesses du dispositif de protection environnementale en Grèce s’apparentant plus à une façade qu’à une volonté structurée et planifiée de préservation, avec des lois et des règles peu contraignantes en pratique (urbanisation débridée du littoral, notamment des îles), une inertie administrative et une cacophonie générale. Ces faiblesses des autorités grecques chargées des parcs nationaux, les lacunes de gestion qui entraînent une protection jugée insuffisante, ainsi que des dégradations de la qualité des écosystèmes censés être protégés, sont aussi mentionnés par les auteurs grecs (Papageorgiou, Kassioumis, 2005), ou par S. Mabile (2001, p. 14) au sujet de la création du parc national marin de Zakynthos (Zante) au nord-ouest de la Grèce, en mer Ionienne. Après 21 ans de procédure, le deuxième parc national marin grec est né en 1999, sous la pression du Conseil de l’Europe, de trois ONG grecques et du WWF qui en vient à acheter des plages, lieu de ponte des tortues marines que cet établissement devait protéger. L’acquisition foncière est ainsi une des solutions mobilisées pour faire face à la « carence du gouvernement grec » selon l’auteur (Mabile, op. cit.). La loi sur la protection de l’environnement de 1986 comporte pourtant une dimension marine, mais les services du ministère de l’Environnement sont insuffisants et les organismes de gestion des espaces protégés ne sont obligatoires que pour les parcs nationaux, avec toutes les limites identifiables (cf infra). Seuls 28 espaces protégés en sont dotés, dont Samaria depuis 2002, la même année que 19 autres parcs nationaux et 6 autres espaces protégés, mais seuls 4 subsistent depuis 2013 (Vokou et al., 2014). Le gouvernement peine, face aux résistances, à créer les espaces protégés puis à faire appliquer la loi. L’évitement ou le contournement du conflit reste ainsi une des stratégies majeures des décideurs (Laslaz et al., dir., 2014).

1.3 - Samaria, un parc national précoce
et reconnu

18La Crète (figure 1) est dans les représentations collectives un paradis perdu, teinté d’exotisme pour les « Grecs du continent », auquel elle fut rattachée en 1913. La création du parc national s’explique en partie par la survalorisation des gorges de Samaria au détriment de gorges voisines similaires mais non protégées et non préalablement peuplées (Aradena, Akrotiri). À égale distance de trois continents, la Crète a toujours fait office de carrefour de biodiversité en Méditerranée (Karagiannis, 2003, 2005). Outre ses caractéristiques paysagères, quelques 1500 espèces floristiques protégées (dont 200 endémiques, tels que le Pinus brutia ou le cyprès crétois) figurent au rang des motifs officiels de création et de notoriété de l’espace protégé. L’emblématique kri-kri (Capra aegagruscretica, chèvre sauvage ou ibex de Crète, dite aussi agrimi), réputé pour ses sauts de dix mètres sans élan pour une hauteur de 1,5 m au garrot, symbolise l’âme indomptable de la Crète et l’amour de ses habitants pour la liberté.

19Dès 1931, la gorge fait l’objet de visites de groupes organisées par le Club alpin grec de La Canée (Plimakis, 1994). Comme dans de nombreux espaces protégés, la création du périmètre de protection est synchrone de sa mise en tourisme : à partir de 1962, date de création du parc, la traversée de la gorge est systématiquement organisée et dès 1969, les agences de voyages proposent la destination à leurs premiers clients. Ils ne sont alors guère qu’un millier par an, contre 300 fois plus 21 ans après.

20Une des spécificités du fonctionnement des parcs nationaux grecs réside dans un pilotage complexe - évoqué plus haut - dont K. Papageorgiou et I.N. Vogiatzakis (2006) écrivent qu’il est « confus et fragmenté » (p. 476), « bureaucratique et inefficace » (p. 484). Le parc national de Samaria repose sur une administration bicéphale3, composée de l’organisme de gestion ou de direction4 (administration du parc, comprenant un ingénieur forestier, un ingénieur en environnement, deux comptables, un ingénieur en informatique) créé en 2008. Il est piloté par un conseil d’administration qui n’a pas le pouvoir de faire appliquer la loi ; la mise en place de cet organisme devait s’accompagner d’une extension spatiale du parc via la création d’une zone de transition, non effectuée à ce jour. L’autre acteur est la Direction des Forêts de La Canée5, supervisée par le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et du Changement Climatique6, qui emploie, durant la période d’ouverture du parc, quatre gardiens, deux ouvriers, un chauffeur, trois personnels administratifs, deux experts de la protection forestière, deux ingénieurs et deux techniciens forestiers. L’organisme de gestion assure le suivi de la biodiversité, la direction des forêts s’occupe des flux touristiques.

21Cette bi-partition de la gestion, commune à d’autres parcs nationaux (Trakolis (2001b, p. 675) prône ainsi un pilotage unique dans le cas Vikos Aoos), peut expliquer certaines lacunes : concurrence entre institutions, manque de clarté dans la répartition des missions, déficit de communication et de pédagogie ou encore absence de projet pointé par les autorités européennes délivrant le diplôme européen des espaces protégés (cf infra). En outre, dans un pays de tradition très centralisatrice, notamment aux heures sombres de la dictature, la bicéphalie résulte de la volonté d’attribuer des responsabilités à des échelons plus proches du terrain (élus), supposés favoriser l’appropriation par les acteurs locaux. Mais celle-ci demeure faible, en partie en raison des modalités de création et d’articulation au local. Le double pilotage administratif peut aussi permettre de comprendre le découplage entre enjeux scientifiques et finalité touristique. Ainsi, divers acteurs sont à l’œuvre, tout comme différents outils de protection sont superposés, mais le manque de concertation globale ne permet pas d’obtenir une synergie collective.

  • 7 Dernier organigramme du Parc national de la Vanoise en date de novembre 2014 : [clic].

22Outre cette difficulté, la sous-dotation en personnel est visible au faible nombre de gardes moniteurs rapporté à la superficie et surtout au nombre de visiteurs face à la faible implication des gardes sur le terrain. En effet, avec 8 agents de terrain pour 48  km² (soit un garde pour 6 km²), le parc national de Samaria semble mieux encadré que celui de la Vanoise (46 agents de terrain pour 525 km², soit un pour 11,4 km²) ou que le PNR du Verdon (13 gardes en période estivale pour 1 800 km², soit un pour 145 km²). Pour l’ensemble du personnel, comprenant celui du siège, l’écart se réduit : 21 personnes en tout contre 82 en Vanoise7. Cependant, la fréquentation touristique respective de ces espaces est peu comparable : du 1er mai au 31 octobre 2013, 8 300  randonneurs ont emprunté le sentier Martel dans le PNR du Verdon alors que 136 650 visiteurs se sont rendus dans les gorges de Samaria. Ce décalage peut être relativisé par la faible superficie de l’espace protégé et la concentration des flux touristiques sur un itinéraire unique.

23En dépit de ces lacunes de gestion, les gorges de Samaria sont un haut lieu crétois dont l’enclavement supposé ne fait que renforcer son intégration à l’espace touristique insulaire.

2 - Le parc national de Samaria :
une attractivité touristique basée sur la rhétorique de la distance et de l’épreuve

24L’échelon national du statut de protection des gorges offre indéniablement une forte visibilité à cet espace et se traduit par une fréquentation touristique élevée dépassant les frontières du pays. En revanche, la dimension locale et l’intégration territoriale du parc national restent les parents pauvres d’un écotourisme de façade, qui n’est en réalité que l’émanation du tourisme balnéaire de masse de la côte nord de la Crète.

2.1 - Un « bout du monde » habité et protégé, entre dépeuplement, déguerpissement et mise en tourisme

25Si les gorges et les montagnes crétoises ne sont plus aujourd’hui des lieux de fuite ou des bases pour fomenter des rébellions, elles restent des marges, mais idéalisées par les nombreux touristes qui cherchent à s’y aventurer.

2.1.1 - Un espace refuge, devenu un espace protégé dans un contexte de dépeuplement

  • 8 En raison de contraintes éditoriales, ce paragraphe a dû être raccourci. Se reporter à Kokonas (200 (...)

26Peuplées dès le 3e millénaire av. J.C., les gorges deviennent un repaire de soldats au xive siècle puis de résistance durant l’occupation ottomane. La Crète devient autonome en 1898. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ces gorges ont aussi été un espace refuge et un haut lieu de la résistance, puis à nouveau durant la Guerre civile grecque, entre 1946 et 1949, avec la guérilla communiste qui y affronta en juin 1948 les troupes gouvernementales8.

27Alors que la population crétoise augmente de 483 000 à 621 000 habitants entre 1961 et 2011, celle des espaces ruraux et pastoraux du sud-ouest crétois connaît un déclin dès la fin du xixe siècle (Kolodny, 1968 ; Ispikoudis et al., 1993). Dans le dème de Sfakia, la population est presque divisée par deux entre 1961 (~ 3600 habitants) et 2011 (1889 habitants). Ce dépeuplement s’observe aussi à plus grande échelle, dans le village de Samaria, au cœur des gorges. Ce dernier comptait 75 habitants en 1900, 40 en 1920 et seulement 21 en 1951 ; il restait 7 familles en 1962. En revanche, l’ancien village d’Agia Roumeli voit sa population augmenter entre 1920 et 1961 (de 119 à 155 habitants) en accueillant des habitants de Samaria en quête de désenclavement progressif.

28En 1962, la création du parc national s’inscrit dans ce contexte de recul démographique et d’apparition de l’activité touristique. Les principaux objectifs de préservation des valeurs scientifiques, esthétiques, récréatives et culturelles le rendent assez proche d’autres parcs nationaux dans le monde (Héritier et Laslaz, coord., 2008).

2.1.2 - Expropriation et déguerpissement : une stratégie de mise à l’écart

29Contrairement à ce que suggère le décret royal instituant cet espace protégé en invitant à « protéger le patrimoine naturel et l'équilibre écologique, tout en permettant l’éducation environnementale et la récréation des visiteurs » (Papavasileiou, éd., 2008), la conservation écologique l’a emporté sur la volonté de préserver des communautés rurales vivant d’un pastoralisme fragile. Par exemple, les chèvres domestiques des éleveurs ont été perçues comme une menace vis-à-vis de la « pureté génétique » (Conseil de l’Europe, 1985) de la chèvre sauvage. Ainsi, l’État a acquis les terres incluses dans le périmètre du parc et a mis en œuvre une politique d’expropriation des habitants qui occupaient encore les gorges de Samaria en 1962. La totalité de la population des villages de Samaria et d’Agia Roumeli, essentiellement des bûcherons et des éleveurs, fut déplacée avant 1965 (figure 2).

Figure 2

Figure 2

L’organisation spatiale du parc national de Samaria : une structuration linéaire, un équipement sur le modèle nord-américain

© C. Girault et L. Laslaz, 2015

Photo 1

Photo 1

Le village d’Agia Roumeli

© C. Girault, mai 2013

30Certains s’installèrent dans le nouveau village d’Agia Roumeli (photo 1), en bord de mer et construit en dehors des limites du parc, d’autres choisirent plutôt Omalos ou Paleochora, les bourgades les plus proches, mais nombreux sont ceux qui s’installèrent à La Canée. Le retard pris dans l’adoption du plan du nouveau village d’Agia Roumeli, défini seulement en avril 1973, explique que la majorité des habitants des gorges se soit dirigée vers cette ville voisine. La volonté de progrès à marche forcée à partir de 1974 accélère un mouvement de rejet de la ruralité jugée archaïque au profit des pôles urbains.

31Les modalités de ce déplacement forcé de population, dont les traces sont peu manifestes, restent en outre peu documentées. L’expropriation ayant été le corollaire de la genèse du parc national, la valorisation de l’héritage anthropique de cet espace nouvellement protégé s’avérait dès lors délicate. D. Trakolis (2001a) a bien montré que les principaux conflits et les ressentiments les plus forts des populations vis-à-vis du parc national des lacs Prespa provenaient de ces pratiques d’expropriation. De l’héritage agraire et pastoral, caractérisé par des activités multiples, il ne reste rien, si ce n’est le vieux pressoir à olives de Samaria restauré.

Photo 2

Photo 2

Panneau d’information défraîchi, avec une traduction approximative du grec en trois langues : anglais, français et allemand

© C. Girault, mai 2013

32Aujourd’hui encore, toute mémoire de la présence humaine antérieure à 1962 est négligée, à la fois dans les discours officiels, les publications et les panneaux d’information (un panneau vieillissant et traduit avec négligence rappelle simplement la présence ancienne d’éleveurs, sans évoquer leur expropriation ; photo 2) proposés aux visiteurs, notamment étrangers. Ce constat suggère une dépréciation de la culture des communautés rurales et apparaît comme un évènement fondateur de la défiance de celles-ci vis-à-vis de l’État décideur et gestionnaire (Kastani et al., 2013).

2.1.3 - Une protection contradictoire : rendre l’espace inhabité pour mieux le faire visiter

33En plus d’un ancrage territorial faible, le Parc national de Samaria illustre une contradiction forte entre les finalités souhaitées et les pratiques observées. La conception biocentrée de la protection, plaçant la « nature sauvage » au cœur des préoccupations, a guidé sa création mais n’est pas propre à la Grèce (Sutherland, 2009) ; elle est toutefois totalement en opposition avec la « protection anthropocentrée » (Depraz, 2008), où l’homme est partie intégrante des politiques de protection, qui s’observe dans ce même parc national fréquenté par des dizaines de milliers de touristes chaque année. Le biocentrisme s’accommode en effet beaucoup plus mal des populations locales que du tourisme qui contribue au financement de la protection.

34Actuellement, les ruines de l’ancien village de Samaria font office de cabane pour les gardes du parc et de poste de secours. Les figuiers de la place du village et les oliviers délaissés offrent leur ombre aux touristes, les murets servent de bancs et une ancienne maison a été transformée en toilettes. Un point d’eau a aussi été aménagé, comme le rappellent les tuyaux bleus ou noirs mal dissimulés qui longent le sentier ou descendent des versants. Autant d’éléments mettant en doute la nécessité d’exproprier et de déplacer pour protéger, selon les pratiques de déguerpissement, engagées au nom de l’incompatibilité supposée entre la présence humaine et les objectifs de protection ; un tabou qui demeure couramment entretenu par les instances de gestion et les États.

2.2 - Une fréquentation touristique placée sous le double sceau de l’accessibilité et de l’effort

35Le parc national de Samaria constitue a priori un espace « naturel » caractéristique du paysage à la fois montagnard et maritime du sud de la Crète. Pourtant, plusieurs aspects en font davantage une enclave touristique répondant aux logiques spatiales du tourisme de masse développé sur toute la côte nord de l’île. La gestion des flux de 200 000 visiteurs annuels, rationalisée et organisée à partir d’un double accès routier et maritime, la visibilité ‑ voire un marketing territorial ‑ reposant sur le statut de Parc national et le cumul de divers labels interpellent les modalités de la protection.

2.2.1 - Le Parc national de Samaria comme produit du système touristique crétois

36Les raisons de la patrimonialisation pour le moins lacunaire évoquée précédemment sont à mettre en parallèle avec le « tourisme de masse » qui s’est développé, de manière plus ou moins assumée. Les visiteurs des gorges des Samaria sont en très grande partie des excursionnistes encadrés par des voyagistes de la rive nord de l’île et non des éco-touristes. Les chiffres de fréquentation confirment cette massification touristique. Entre 1981 et 2013, le nombre moyen de visiteurs/an s’élève à 210 500 (figure 3).

37Toutefois, il faut nuancer cette fréquentation : si elle a culminé à près de 300 000 visiteurs au début des années 1990, elle fluctue entre 100 et 150 000 visiteurs depuis les cinq dernières années. De tels chiffres font certes de Samaria le parc national le plus visité de Grèce et le second site le plus visité de l’île derrière le palais minoen de Knossos. Mais cette fréquentation annuelle s’étale en réalité sur six mois et se concentre particulièrement sur les mois de juin, juillet et août. Proportionnellement à l’ensemble des touristes accueillis en Crète, les chiffres de fréquentation sont supérieurs en mai ou en septembre. Si on ramène cette fréquentation moyenne au kilométrage de sentiers balisés, on mesure l’ampleur des flux : 12 500 randonneurs par an et par km à Samaria contre 2000 sur le sentier Martel des Gorges du Verdon ou 580 au sein du parc national de la Vanoise (Laslaz, 2005).

Figure 3

Figure 3

Évolution de la fréquentation touristique du parc national de Samaria de 1981 à 2014 . Cet histogramme empilé montre à la fois l’évolution de la fréquentation annuelle sur les trente dernières années et la répartition mensuelle de cette fréquentation

Source : National Park of Samaria, 2012, complété. Réalisation : C. Girault et L. Laslaz, 2014

38Alors que le tourisme crétois n’a cessé de se développer depuis les années 1960, atteignant même une croissance moyenne annuelle de 9 % entre 1981 et 2001 (Briassoulis, 2003), la baisse de la fréquentation observée à Samaria met en cause l’efficacité des différents acteurs pour développer le tourisme du sud-ouest crétois, et ainsi de l’ensemble de l’île.

39Si les gorges de Samaria ont pu être un atout majeur pour attirer des devises étrangères, l’instauration d’un droit d’entrée en 1990 explique sans doute cette chute de fréquentation au cours des deux décennies suivantes, parmi d’autres facteurs : l’offre touristique s’est construite autour des activités balnéaires et non autour de la fréquentation des espaces de montagne et des activités sportives afférentes ; la crise économique a réduit le tourisme intérieur en Grèce. Pourtant, les flux touristiques n’ont cessé de croître vers la Crète durant les 25 dernières années, en lien notamment avec l’essor des vols low cost. Ce déclin touristique relatif s’explique davantage à l’échelle locale dans la recomposition de l’offre touristique crétoise qu’au niveau national ou international. Malgré ces constats, la fréquentation de ce parc national reste forte et s’explique par son intégration sous forme d’exclave à l’espace touristique massifié du nord de l’île.

2.2.2 - Un équilibre touristique entre distances, accessibilités et temporalités

40Les gorges sont accessibles depuis deux entrées. La première est à Xyloskalo, au nord et en amont des gorges, à 45 kilomètres de La Canée. Cet accès routier malcommode semble pourtant aisé en regardant la carte routière, mais il faut une heure et demie de voiture pour parcourir cette distance, un peu plus en bus, ce qui rend l’accessibilité du Parc national toute relative, d’autant plus que la route vers le plateau d’Omalos est souvent en travaux. La seconde entrée se fait par la mer à Agia Roumeli, au sud et en aval. Ce trajet dépend des conditions de navigation et, comme les ferries partent tous de la côte sud, il faut donc d’abord rejoindre Chora Sfakion, Paléochora ou Sougia par la route, ce qui est tout aussi long. Néanmoins, cela permet de gagner plus rapidement les « Portes de fer » et de raccourcir la randonnée. En 2014, 89 % des visiteurs ont choisi la première entrée pour descendre les gorges durant une journée de marche à pied. Cette formule est celle qui est favorisée par les agences de voyages organisant des excursions vers Samaria, notamment à partir de La Canée.

Photo 3

Photo 3

Les Portes de fer

© L. Laslaz, juillet 2012

41La randonnée renvoie classiquement à un modèle de « tourisme alternatif » (Lapompe‑Paironne, 2008). Pourtant, dans les gorges de Samaria, la quantité des flux prime sur leur gestion qualitative pour des raisons économiques. Pour les professionnels du tourisme, la difficile accessibilité s’apparente à un périple vers la Crète dite « authentique et sauvage » et les 16 kilomètres de sentier entre Xyloskalo et Agia Roumeli sont présentés comme un défi à relever. Les tour operators utilisent les distances vers Samaria et au sein des gorges comme des éléments du marketing touristique. Les excursionnistes cherchent d’abord à vivre une expérience forte, en l’occurrence une journée de randonnée exigeante au cours d’un séjour marqué par la frénésie balnéaire et le farniente. Avant de comprendre ce patrimoine regroupant une topographie originale, un écosystème singulier et un ancien paysage agropastoral, ils souhaitent se confronter à leurs propres capacités physiques dans un lieu marqué par les superlatifs, souvent mensongers au demeurant (gorges les plus longues et les plus profondes d’Europe ; plus grand parc national d’Europe).

42Les mobilités touristiques sont donc corsetées selon un sentier unique et par le double accès terrestre et maritime (figure 2). En plus d’être circonscrits dans l’espace, ces flux sont aussi limités du 1er mai au 31 octobre, de 6 h à 16 h. À l’image d’autres parcs nationaux européens (Engadine, en Suisse, ou certains parcs nationaux français), il est interdit de passer la nuit en son sein, en l’absence de refuge. L’hébergement n’est possible que dans les hôtels et auberges situés aux portes du parc, comme à Agia Roumeli (210 lits). Ainsi la fréquentation des gorges de Samaria s’explique moins par la valorisation environnementale des autorités gestionnaires du parc national que par le discours des agences touristiques mobilisant le champ lexical de l’effort et de l’accomplissement personnel.

2.3 - Les effets induits d’une fréquentation touristique massive et concentrée

  • 9 Entretien le 20 novembre 2013.

43L’équipement et le fonctionnement du parc de Samaria en font un parc national « à l’américaine ». La concentration des flux touristiques sur des points et des lignes équipés (figure 2) afin d’éviter leur dispersion dans la totalité de l’espace protégé reprend le système nord-américain des honey pots (Depraz et Héritier, 2012). Assimilés à des abeilles, les touristes sont ainsi regroupés par des aménagements (le miel) qui les invitent à emprunter un itinéraire défini au préalable et à stationner dans des aires de repos délimitées autour d’un point d’eau ou d’une aire de pique-nique. Bornes kilométriques régulières, toilettes, poubelles, poste de secours complètent ces dispositifs. S’il s’agit aussi d’une organisation pragmatique s’appuyant sur la topographie très marquée des gorges, une telle concentration des flux touristiques facilite la gestion d’un tourisme de masse dans un espace protégé. Elle offre en contrepartie une fréquentation quasi-nulle en dehors du sentier, car une licence spéciale est requise. Contrairement aux méfaits supposés de la « sur-fréquentation » qu’un tel fonctionnement pourrait supposer, le biologiste et président du Parc national de Samaria Petros Lymberakis9 affirme qu’il n’y a pas de preuves concernant les répercussions négatives de cette concentration touristique sur la biodiversité, mais ce constat est en partie lié à l’absence d’études précises (Papavasileiou E., ed., 2008) !

44L’exemple du sentier Martel semble renforcer la pertinence du système des honey pots. En effet, alors que ce sentier fait aussi une quinzaine de kilomètres, il est emprunté au maximum par 30 000 randonneurs chaque année, soit sept fois moins que le sentier crétois. Pourtant, faute de toilettes et de poubelles aménagées le long du parcours, les problèmes de déchets et de déjections sont beaucoup plus présents dans les gorges du Verdon que dans celles de Samaria. Cette brève comparaison montre que les répercussions environnementales ne sont pas seulement liées à la quantité des flux touristiques mais à leur modalité de gestion.

Photo 4

Photo 4

Entrée payante du Parc national en amont de l’ancien village d’Agia Roumeli

© L. Laslaz, juillet 2012

Figure 4

Figure 4

Ticket d’entrée dans le parc national de Samaria (recto-verso). Les toilettes, les points d’eau et les bornes incendies sont mentionnés au verso du ticket

Source : Parc national de Samaria, 2011. Collection L. Laslaz

45Le droit d’entrée est collecté par la Direction des forêts de La Canée, mais il est destiné en totalité au ministère grec de l’Environnement. Seule une petite partie de cette somme est reversée indirectement pour la gestion du parc national de Samaria. Néanmoins, ce système permet de financer les aménagements touristiques sus-dits ; ces derniers sont attendus par les touristes en raison de leur participation financière.

46Dans ce paysage méditerranéen, cette fréquentation massive et linéaire présente aussi des contraintes liées aux risques d’incendie. Ils sont prévenus par une information du public et anticipés par l’installation de bornes d’eau et de lances prêtes à l’emploi, par des chemins d’accès pour les véhicules des pompiers aménagés sur les versants et régulièrement entretenus. Ce risque est d’autant plus pris en compte depuis 2007, année durant laquelle la Grèce avait été ravagée par de nombreux et violents incendies de forêts. La présence sur les tickets d’entrée (figure 4) de la localisation des bornes incendies relève donc d’un véritable plan de prévention de ces risques. Alors que d’aucuns considèrent que la mise en tourisme est une menace pour la protection, il s’agit ici plutôt de se servir de la première pour étoffer la seconde et vice versa.

3 - Les espaces protégés de Samaria :
une marqueterie de protections
entre empilement, emboîtement et illisibilité

47Néanmoins, d’autres formes de protection se sont ajoutées au parc national depuis 1962, le massif des gorges cumulant douze dispositifs et programmes différents. Les raisons et les effets de cette course aux labels sont multiples et à certains égards contradictoires. En effet, outre un problème de lisibilité évident, cette imbrication semble engendrer des flottements dans l’effectivité de la protection.

3.1 - Un parc national dans le maillage touffu
des espaces protégés grecs

48Le tableau 1 et la figure 5 soulignent l’extrême complexité liée à la multiplication des espaces protégés qui se superposent et s’emboîtent en partie : il importe d’en saisir les effets et les écueils.

3.1.1 - L’empilement de protections, moyen de substitution et de défiance vis-à-vis d’un acteur étatique défaillant ?

Figure 5

Figure 5

Les différents périmètres d’espaces protégés des Montagnes blanches : une superposition illisible ?

© C. Girault et L. Laslaz, 2015

Tableau 1. Les différents dispositifs de protection des Montagnes blanches : une superposition diachronique complexe et difficilement lisible

Espace protégé

Date de création

Superficie

(km²)

Catégorie UICN

particularité

Parc national de Samaria

1962, décret royal

48,5 pour le cœur

catégorie II

Les cœurs de PN grecs doivent être > 15 km²

zone principale du parc national

1962

47,5

catégorie II

Réserve de Biosphère des Gorges de Samaria (UNESCO)

1981

48,5

international, hors catégorie UICN

Réserve européenne biogénétique de Samaria

1976 en Europe

48,5

international, hors catégorie UICN

Conseil de l’Europe

Lefka Ori Anatolikou Selinou kai Sfakion Wildlife Refuge (ou Game Refuge)

2001

75,8

catégorie IV

refuge de chasse/ de vie sauvage ; aire de gestion des habitats ou des espaces

Stylou Katochoriou Wildlife refuge (ou Game Refuge)

2002

10,5

Prostateftiko dasos oreinou ogkou Lefkon Oreon nomou Chanion Protected Forest

2007

388,3

catégorie VI

aire protégée de gestion des ressources

Ethnikos Drymos Samarias - Farangi Trypitis - Psilafi-Koustogerako

GR4340014

1987

81,3

ZPS* ; international, hors catégorie UICN

202 ZPS* en 2014 en Grèce

Lefka Ori Kai Paraktia Zoni

GR4340008

1995

533,6

SIC** ; international, hors catégorie UICN

englobe le littoral

Fre Tzitzifes - Nipos -

GR4340011

2011

12,2

SIC** ; international, hors catégorie UICN

241 SIC** en 2014 en Grèce

Réseau pilote de 7 micro-réserves de plantes (PMR, Plant Micro-Reserves) en Crète, dont 4 dans les Montagnes blanches

LIFE04 NAT/GR/000104

Projet 2004-2007

< 10 ha chacune

international, hors catégorie UICN

1er site grec à appliquer cet outil

situées entre 4 SIC** de Crète

Important Bird and Biodiversity Area

2000

540

international, hors catégorie UICN

créé par l’ONG Birdlife international

patrimoine mondial UNESCO

demande d’inscription, soumise le 31 janvier 2003, renouvelée en 2014

* ZPS : Zone de protection spéciale (Directive Oiseaux), Natura 2000

**SIC : Site d’importance communautaire (Directive Habitats), Natura 2000

Synthèse : C. Girault et L. Laslaz, 2015. Sources : www.protectedplanet.net, 2012 ; United Nations List of Protected areas of Greece, 2014 (data based on the WDPA October release) ; divers.

49La « surprotection » (Laslaz, 2005) correspond à un empilement de différents outils de préservation et fréquemment d’acteurs et de niveaux d’intervention, dont les périmètres sont plus ou moins identiques ou emboîtés. Cette situation a plusieurs conséquences : des outils peu contraignants se rajoutent à d’autres préexistants et plus exigeants, ce qui soulève la question de l’intérêt des premiers ; la lisibilité de chacun d’entre eux et des politiques conduites s’en trouve amoindrie ; l’acceptation sociale est souvent péjorée, les populations locales ressentant une saturation de protection. Evidemment leur absence au sein du parc national rend ici cette problématique secondaire.

50Le secteur des Montagnes Blanches est doté de douze niveaux de protection emboîtés et superposés, un record à l’échelle de la Grèce. Outre le parc national, également Réserve de Biosphère, une forêt de protection et un refuge pour la faune sauvage créé par la loi 2637 de 1998 (Special Protection Area pour l’avifaune, catégorie IV, dominante dans le bassin méditerranéen) ceinturent les deux précédents. En outre, quatre des sept micro-réserves de plantes créées dans le district de La Canée sont situées dans les Montagnes Blanches ; or, leur localisation, sur des terrains publics pour éviter des conflits avec les propriétaires, répond à une stratégie d’évitement puisqu’elles sont hors du parc national, dont la faune est considérée comme moins menacée que celle qui l’entoure (Kargiolaki et al., 2007). Enfin, la création de deux refuges de chasse/de vie sauvage en 2001 et 2002 apporte-t-elle une réelle plus-value ? N’est-ce pas une solution de facilité et au rabais ?

51Ces périmètres sont, comme dans la plupart des États européens qui ont privilégié la constitution du réseau Natura 2000 sur les espaces protégés préexistants, inscrits dans un site d’importance communautaire (SIC, GR4340008) de la directive Habitats et une zone de protection spéciale (ZPS, GR4340014) de la directive Oiseaux. En Grèce, seuls 145 sites sur les 359 du réseau Natura 2000 en 2006 ne bénéficiaient pas de désignation préalable d’espace protégé (Papageorgiou, Vogiatzakis, 2006, p. 481) : le choix politique de l’empilement est donc évident. Natura 2000 se concrétise désormais par 241 SIC et 202 ZPS sur 4,3 millions d’hectares, dont 3,6 terrestres (27,2 % du territoire) et 0,7 marins (6.1 % des eaux territoriales)6. Cette dimension quantitative ne doit pas faire illusion : la Grèce demeure le troisième pays européen vecteur de contentieux contre Natura 2000, après l’Italie et la France (Laslaz, dir., 2012, p. 83). La demande d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO (cf infra) vient couronner ce tableau complexe.

52Ce cumul, qui suppose une grande qualité de protection, entraîne des redondances et des lacunes de gestion (avec deux, voire trois organes gestionnaires des différents espaces protégés). Le caractère flottant de certains (absence de gestionnaire et de matérialisation sur le terrain, périmètre difficilement identifiable, vacuité des dispositifs réglementaires qui en font des protections plutôt faibles) invite d’ailleurs à reconsidérer le statut réel d’espace protégé. Outre l’empilement des espaces protégés, la tendance est fréquemment à leur extension spatiale : J.L. Aspacus (2014) mentionne une proposition du Plan de gestion général d’étendre le parc national de Samaria sur 221 km² ; en d’autres termes, les déficiences qualitatives de la protection sont masquées par une fuite en avant quantitative.

3.1.2 - L’inflation de la labellisation

53Aux périmètres protégés s’ajoute un cumul de labels qui relèvent plus de la communication que de finalités écologiques. Cette course aux labels se traduit par le titre de Legal protection awards qui en fait le parc le mieux reconnu et le plus primé de Grèce. Le diplôme national de la protection de la nature (1971), le statut de site de beauté naturelle spéciale (1973) contribuent à sa notoriété, tout comme le prix de l’UNESCO pour « la plus belle gorge d’Europe » (1962-1965). Surtout, le diplôme européen des espaces protégés (cf infra), l’appartenance au réseau des réserves biogénétiques du Conseil de l’Europe et le statut de réserve de biosphère (Man and Biosphere, UNESCO) participent de cet appétit de reconnaissance. La labellisation est utilisée pour attirer, au contraire des gorges de Tripiti ou d’Aradena (figure 1) qui ne sont que très peu fréquentées, inaccessibles par voie maritime ou voie routière. Le risque est toutefois l’existence de labels de papier au même titre que de « parcs de papier », sans grand engagement ou auquel ces derniers ne seraient pas tenus (tableau 2).

3.2 - Une réserve de biosphère au suivi scientifique rigoureux, mais à la valorisation touristique lacunaire

54Les seules réserves de biosphère grecques concernent deux parcs nationaux emblématiques, ceux des Gorges de Samaria et du mont Olympe, inscrits la même année, en 1981. Dans le cas de Samaria, il s’agit de préserver la biodiversité d’une forêt méditerranéenne (forêt sclérophylle à feuilles persistantes) qui se développe et s’étage du littoral à une altitude supérieure à 2 000 mètres.

55Plusieurs programmes de recherche ont d’abord permis de dresser des inventaires précis des espèces présentes, protégées ou strictement protégées. Pour autant, la valorisation des écosystèmes dans les gorges de Samaria demeure très lacunaire : ce sont bien les moyens humains et financiers dont disposent ces programmes scientifiques qu’il convient de mettre au regard de ceux destinés à la gestion du tourisme. Par exemple, l’organisme de gestion du parc assure la surveillance des espèces sauvages grâce à dix caméras et une dizaine d’autres sont en cours d’installation, notamment le long des sentiers. Deux zones ont été clôturées, pour étudier plus en détail les oiseaux nécrophages, dont le gypaète barbu, espèce menacée emblématique. À l’inverse, les aménagements touristiques non indispensables pour faciliter les mobilités touristiques comme les panneaux d’information touristique sont absents ou en mauvais état. Un ensemble d’indices laissent à penser que la protection se finance par le tourisme, sans que les touristes ne profitent pleinement de celle-ci.

56La sensibilisation des visiteurs vis-à-vis de la biodiversité des gorges de Samaria et de sa protection est pourtant un objectif à part entière des gestionnaires du parc national. À cette fin, trois centres d’information (Xyloskalo, Samaria et Agia Roumeli) ont été construits et sont gérés par l’organisme de direction de Samaria. Si les visiteurs peuvent en théorie trouver des renseignements et rencontrer des personnes compétentes pour répondre à leurs questions, aucun de ces lieux ne remplit avec satisfaction les objectifs attribués : posters mal valorisés, peu de documentation en anglais et questions qui semblent surtout déranger les gardes. Ces écarts entre suivi scientifique et communication ont d’ailleurs été pointés à plusieurs reprises par le Conseil de l’Europe (cf infra). Ce dernier remarque aussi une transmission imparfaite entre les conclusions des chercheurs et les gestionnaires du parc. L’offre de visites guidées des gorges par des professionnels capables d’expliquer les particularités de cet écosystème est nulle, ou presque. Une telle absence relève de multiples raisons, mais son constat suffit à illustrer de nouveau la disjonction entre observations scientifiques, protection et tourisme.

3.3 - Reconnaissance, financements
et périmètres d’inventaire européens

57Le parc national est titulaire du diplôme des espaces protégés du Conseil de l’Europe depuis 1979 ; il est alors le 17e espace protégé à l’échelle de l’Europe à l’obtenir, alors que 73 en sont bénéficiaires en 2014. La question du reversement des droits d’entrée du parc national perçus par le ministère de l’environnement (725 180 € en 2008) est posée par le Conseil de l’Europe et semble être un des nœuds gordiens des carences de financement de l’espace protégé. Les rapports du Conseil de l’Europe signalent peu de changements, si ce n’est une meilleure prise en compte de ces rentrées d’argent (2004) et l’embauche d’un expert de la biodiversité (2009). Un projet de gestion et de valorisation du Parc national de Samaria est en cours (2010-2016). Il est financé à 80 % par des fonds européens dans le cadre de la politique régionale et à 20 % par l’État grec (Conseil de l’Europe, 2010) et s’inscrit dans un contexte national de renouvellement de la gestion et de la communication autour des parcs nationaux. À l’échelle de l’ensemble des espaces protégés grecs, D. Vokou et al. (2014) confirment que les financements européens sont majoritaires : reconnaissance et stratégie de survie vont donc de pair.

58Ces efforts récents pour améliorer la protection, la recherche, l’éducation et la communication sont aussi liés aux recommandations du même Conseil de l’Europe lors de l’examen du parc national pour la délivrance du diplôme européen des espaces protégés et son cinquantenaire, fêté en 2012, évènement prétexte pour engager un renouvellement de sa gestion. Trois spécialistes de la protection des forêts sont alors employés. Ils reçoivent des publics scolaires variés aux centres d’information de Xyloskalo et d’Agia Roumeli (tableau 3). Exceptionnellement, le centre de Xyloskalo peut accueillir des groupes d’étudiants durant l’hiver.

Tableau 2. Évolution des recommandations du Conseil de l’Europe de 1979 à 2013 dans le cadre du renouvellement du diplôme européen des espaces protégés attribué au parc national de Samaria

Tableau 2. Évolution des recommandations du Conseil de l’Europe de 1979 à 2013 dans le cadre du renouvellement du diplôme européen des espaces protégés attribué au parc national de Samaria

Synthèse C. Girault et L. Laslaz, 2015. Sources : diplômes européens 1979-2004. Remarque méthodologique : Le classement des recommandations du Conseil de l’Europe en deux catégories selon leur effectivité repose à la fois sur les observations de terrain qui permettent d’assurer leur suivi et sur la récurrence de certaines d’entre elles dans les rapports successifs du Conseil de l’Europe, qui laisse entendre qu’elles n’ont été que partiellement mises en œuvre.

Tableau 3. Principales campagnes d’éducation à l’environnement conduites ces dernières années dans le parc national de Samaria

Année scolaire

Nombre d’écoles élémentaires concernées

Nombre d’élèves concernés

2010-2011

20

525

2011-2012

14

891

2012-2013

24

1211

Source : http://www.samaria.gr/​environmental-education/​ (site internet officiel)

59Quelle est la finalité de ces campagnes éducatives ? En effet, avant 2010, il semble que les visites scolaires étaient très marginales, non comptabilisées ni évaluées. La création de l’organisme de gestion en 2008, en très grande partie grâce à des financements européens, impulse leur organisation en parallèle de l’implication accrue de l’Union européenne dans la gestion du Parc national. En outre, 2012 a été une année singulière où les projets de ce type ont été plus nombreux en raison du cinquantenaire du parc. Cependant, l’absence de chiffres pour les années 2013 et 2014 laisse supposer des difficultés de pérennisation de ce programme délaissé par la suite avec le détournement de l’attention médiatique et politique.

Conclusion. Le projet d’inscription au patrimoine mondial comme ressort : quelle utilité ?

  • 10 Entretien en novembre 2013, cité en 3.

60Au regard de cette dernière partie, la demande d’inscription au patrimoine mondial formulée depuis 2003, et soumise de nouveau en 2014, ne serait-elle qu’une couche supplémentaire, sans plus-value ? Ou s’agit-il pour la Grèce de diversifier ses biens inscrits au patrimoine mondial, puisque 10 de ses 17 sites sont à ce jour des sites archéologiques (Cattaruzza et Sintès, 2012, p. 78-79) ? D’après le président du Parc national de Samaria, Petros Lymberakis10, il est possible de justifier la valeur de cet espace naturel, « l’âme de la Crète », en listant toutes les distinctions nationales et internationales qu’il a reçues. Mais une telle relation est-elle si évidente ?

61Depuis 2008, la nouvelle structure administrative créée s’est fixé des objectifs plus ambitieux dans la gestion du parc. Toutefois, c’est surtout à l’occasion de son cinquantième anniversaire en 2012 que ce renouvellement discursif a été mis en avant lors de conférences et d’expositions. La collecte des données au sein de l’espace protégé, l’application du droit de l’environnement, l’instauration d’un plan de gestion, l’information du public (notamment auprès du public scolaire local) ainsi que la promotion de l’écotourisme sont les enjeux actuels auxquels ce nouvel organe de gestion doit répondre. De plus, un conseil d’administration de onze membres est chargé de la conduite de cette nouvelle charte.

62En dépit de ce volontarisme affiché, il convient d’être prudent quant à l’efficacité de la gestion du parc national, si renouvelée soit elle : selon la littérature, les systèmes de surveillance sont jugés insuffisants par les gestionnaires eux-mêmes. En effet, de simples observations sur le terrain permettent de douter de leur volonté, et en premier lieu de celle des gardes du parc, de communiquer avec les visiteurs et de les aider dans leur découverte. L’accompagnement observé consiste surtout à reconduire les touristes vers la sortie du parc quand les horaires de fermeture approchent.

63Face à des difficultés certaines, l’attitude des gestionnaires n’est pourtant pas d’améliorer le fonctionnement des outils existants et de pérenniser les structures actuelles. Au contraire, nous observons une fuite en avant dans la quête de labels et le dernier dossier en cours déposé à l’UNESCO par la délégation grecque, en même temps que celui pour le mont Olympe (également parc national et réserve de biosphère) en est la preuve. D’une certaine façon, le label appelle le label, et l’espace protégé ne prend sens que dans une logique cumulative. Ainsi, le projet d’inscription au patrimoine mondial soulève les questions habituelles relatives aux critères de sélection, notamment l’évaluation de la « valeur universelle exceptionnelle », mais surtout, en creux, à l’intérêt et à l’efficience des outils de protection précédents. Est-ce un espoir d’obtenir un cadre de protection et des moyens à la hauteur de la « beauté naturelle et de l’importance esthétique exceptionnelle » des gorges de Samaria, telles que mises en avant au titre du critère (vii) du dossier d’inscription ? Ou est-ce à l’image des hôtels de luxe une étoile supplémentaire, et la plus brillante, pour ce site qui les collectionne ? Quoi qu’il en soit, cette nouvelle reconnaissance internationale servirait davantage le développement touristique que la protection environnementale et serait plus un succès pour l’État grec que pour le district de Sfakia.

64Enfin, le dossier déposé propose une inscription dans la catégorie « naturelle » et non en tant que « bien mixte », ce qui risque de faire oublier un peu plus l’histoire de ces gorges anciennement anthropisées. La reconnaissance par l’UNESCO des gorges de Samaria serait donc une acceptation de facto de la fin de leur occupation humaine permanente et, paradoxalement, de leur fort développement touristique, alors même que les lois grecques sur l’environnement poussent au co-management.

Cartes

Carte topographique au 1 : 125 000e de la Crète, Leadercom, 2011.

Carte topographique au 1 : 25 000e des Montagnes blanches (Lefka Ori), Road, 2012.

Top of page

Bibliography

ASPACUS J.L., (2014), An evaluation of the ecosystem and administration of the Samaria Gorge, a Greek biosphere reserve, African Journal of Geography and Regional Planning, vol 1, no1, p. 17-29.

AMINE K., (2010), Les Parcs nationaux de la Méditerranée et leurs perspectives de coopération, Communication lors du colloque Les Parcs naturels et l’Union pour la Méditerranée, La Garde (Var), 10 et 11 juin 2010.

BOST F. dir., (2013), Images économiques du Monde. 2014, Armand Colin, Paris, 395 p.

BRIASSOULIS H., (2003), Crete: endowed by nature, privileged by geography, threatened by tourism?, Journal of Sustainable Tourism, vol. 11, no 2, p. 97-115.

CATTARUZZA A. et SINTES P., (2012), Atlas géopolitique des Balkans. Un autre visage de l’Europe, Autrement, coll. « Atlas-Monde », Paris, 96 p.

Conseil de l’Europe, (1979 ; 1985 ; 1989 ; 1994 ; 1999 ; 2004 ; 2009), Résolutions concernant le renouvellement du Diplôme européen des espaces protégés octroyé au parc national des Montagnes blanches de Crète, Samaria (Grèce).

Conseil de l’Europe, (2010), Convention on the conservation of European wildlife and natural habitats - Annual report I, 295 p.

DARQUES R., (2005), Logiques de protection de l’environnement en Grèce : le cas de la péninsule athonite, Méditerranée, no105, p. 73-80.

DEPRAZ S., (2008), Géographie des espaces naturels protégés, genèse, principes et enjeux territoriaux, Armand Colin, coll. « U Géographie », Paris, 320 p.

DEPRAZ S. et HÉRITIER S., (2012), La nature et les parcs naturels en Amérique du Nord, L'Information géographique, vol. 76, no4, p. 6-28.

DUFFEY E., (1982), Parcs nationaux et réserves naturelles d’Europe occidentale, éditions du Fanal, Paris, 283 p.

HÉRITIER S. & LASLAZ L., coord., (2008), Les Parcs Nationaux dans le Monde. Protection, gestion et « développement durable », Ellipses, coll. « Carrefours », Paris, 336 p.

ISPIKOUDIS I., LYRINTZISB G., KYRIAKAKISC S., (1993), Impact of human activities on Mediterranean landscapes in western Crete, Landscape and Urban Planning, vol. 24, no1-4, p. 259-271.

JONES N., (2011), Social capital and environmental policies in Greece, in LEONARD L., BOTETZAGIAS I., ed., Sustainable Politics and the Crisis of the Peripheries: Ireland and Greece (Advances in Ecopolitics, Vol. 8), Emerald Group Publishing Limited, Bingley, p. 201-216.

KARAGIANNIS S., (2003), Natur und Kultur Griechenlands als unerschöpfliche Grundlagen des zukunftsfähigen Tourismus, Tourism Review, vol. 58, no1, p. 41‑46.

KARAGIANNIS S., (2005), Kreta - Absage an den Massentourismus - Förderung des Ökotourismus, Tourism Review, vol. 60, no2, p. 16-20.

KARGIOLAKI H. and MARIA E.A., (2006), Multiple legal tools for conservation of protected areas: the case study of Samaria Gorge, International Conference Protection and Restoration of the Environment VIII, Proc. CD, p. 353, Hania, 9 p.

KARGIOLAKI H., THANOS C. A., FOURNARAKI C., MARIA E. A., KARPATHAKI H., (2007), Plant micro-reserves (a pilot project implemented in western Crete) & Samaria biosphere reserve, in GUZIOVA Z., dir., International Conference Priorities for Conservation of Biodiversity in Biosphere Reserves in Changing Conditions, Proceedings from the Conference Stara Lesna Tatry Biosphere Reserve, Slovakia, 2-6 June 2007, Institute of Landscape Ecology/Slovak National Committee for UNESCO MAB Programme, p. 17-23.

KASTANI L., FELESAKI I. & KONTAKOS D., (2013), Samaria National Park, Forest Directorate of Chania/Management Body of Samaria, 45 p.

KOKONAS N., (2004), The Cretan Resistance 1941-1945, Mystis Éditions, Athènes, 200 p.

KOLODNY E.-Y. (1968), La Crète : mutations et évolution d’une population insulaire grecque, Revue de géographie de Lyon, vol. 43, no3, p. 227-290.

KOUTALAKIS C. (2011), “Environmental policy in Greece reloaded: Plurality, participation and the Sirens of neo-centralism”, in LEONARD L., BOTETZAGIAS I., ed., Sustainable Politics and the Crisis of the Peripheries: Ireland and Greece (Advances in Ecopolitics, Vol. 8), Emerald Group Publishing Limited, Bingley, p. 181-200.

LABANDE F., (2004), Sauver la montagne, Olizane, Genève, 397 p.

LAPOMPE-PAIRONNE L., (2008), Tourisme de masse et tourisme alternatif : une approche géographique du tourisme par les pratiques : l'exemple de la randonnée en Languedoc-Roussillon, Thèse de Doctorat en Géographie, Université de Nice, 722 p.

LASLAZ L., (2005), Les zones centrales des Parcs Nationaux alpins français (Vanoise, Ecrins, Mercantour) : des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards, Thèse de Doctorat en Géographie, Université de Savoie, 644 p.

LASLAZ L., dir., (2012), Atlas mondial des espaces protégés. Les sociétés face à la nature, Autrement, coll. « Atlas-Monde », Paris, 96 p.

LASLAZ L., GAUCHON C., DUVAL M. & HERITIER S., dir., (2014), Les espaces protégés. Entre conflits et acceptation, Belin, coll. « Mappemonde », Paris, 416 p.

MABILE S., (2001), Conflits d’usages et développement durable au sein du Parc National de Zakynthos, Grèce, Université Aix Marseille III, Faculté de droit et de sciences économiques, 63 p.

MOUNTAIN WILDERNESS, (1994), Point de vue. Manifeste pour le mont Olympe, Revue de Géographie Alpine, vol. 82, no1, p. 81-84.

ÉTAT NATIONAL PARK OF SAMARIA (Samaria Gorge), (2012), Annual report, 13 p.

OCDE, 2011, Études économiques de l'OCDE, Grèce, août 2011, 26 p.

OCDE, 2014, Profil statistique par pays : Grèce, 2 p.

PAPAGEORGIOU K., KASSIOUMIS K., (2005), The national park policy context in Greece: Park users’ perspectives of issues in park administration, Journal for Nature Conservation, vol. 13, no4, p. 231-246.

PAPAGEORGIOU K., VAKROU A., (2001), Can Greek parks pay their own way? Issues revealed from two contingent valuation studies in two Greek parks, Medit, vol. 12, no1, p. 35‑44.

PAPAGEORGIOU K., VOGIATZAKIS I.N., (2006), Nature protection in Greece: an appraisal of the factors shaping integrative conservation and policy effectiveness, Environmental Science & Policy, vol. 9, n5, p. 476‑486.

PAPAVASILEIOU E., ed., (2008), The gorge of Samaria. Shelter for life, den of freedom, Chania, Samaria national park management body/Prefectural Administration of Chania, 216 p.

PATROESCU M. ET NECSULIU R., (2008), Le Danube dans le secteur du Défilé des Portes de Fer. Vers la création d’une réserve transfrontalière Portes de Fer - Djerdap ?, Balkanologie, Vol. X, no 1-2 mai 2008, mis en ligne le 03 juin 2008, [clic].

PHILIPPOU I., KONTOS K., (2009), The protected area of the peninsula of the Athos Holy Mountain, in PAPAYANNIS T. and MALLARACH J.-M. (eds), The Sacred Dimension of Protected Areas: Proceedings of the Second Workshop of the Delos Initiative - Ouranoupolis, 2007. Gland, Switzerland: IUCN and Athens, Greece: Med-INA, p. 107‑126.

PLIMAKIS A.G., (1994), La Gorge de Samaria, Spiros S. Viglis, Chania, 64 p.

SAMIVEL, (1973), Hommes, cimes et dieux : les grandes mythologies de l’altitude et la légende dorée des montagnes à travers le monde, Arthaud, Paris, 380 p.

SIVIGNON M., dir., (2003), Atlas de la Grèce, CNRS/Libergéo/La Documentation française, Paris, 190 p.

SUTHERLAND W. J., (2009), Conservation Science and Action, John Wiley & Sons, New York, 376 p.

TRAKOLIS D., (2001a), Local people’s perceptions of planning and management issues in Prespes Lakes National Park, Greece, Journal of Environmental Management, vol. 61, no3, p. 227‑241.

TRAKOLIS D., (2001b), Perceptions, Preferences, and Reactions of Local Inhabitants in Vikos-Aoos National Park, Greece, Environmental Management, Vol. 28, no5, p. 665‑676.

VALAVANIDIS A. et VLACHOGIANNI Th., (2011), The most important and urgent environmental problems in Greece in the last decade (2000-2010), Report from Department of Chemistry, University of Athens, 17 p.

VOKOU D., DIMITRAKOPOULOS P.G., JONES N. et al., (2014), Ten years of co-management in Greek protected areas: an evaluation, Biodiversity Conservation, n23, p. 2833‑2855.

Top of page

Annex

Parc national de Samaria : [clic]

Protectedplanet.net : [clic]

Eurostat : [clic]

Réseau européen Natura 2000 (Commission européenne) : [clic]

Diplôme européen du Conseil de l’Europe : [clic]

Important Bird and Biodiversity Area : [clic]

Réserve de Biosphère (UNESCO), 40e anniversaire du programme MAB : [clic]

UNESCO : [clic] et [clic]

Top of page

Notes

1 http://www.parks.it/world/GR/Findex.html.

2 La Canée (Chania en grec) est le chef-lieu d’un des 4 nomes qui composent la Crète. Ce nome s’étend sur 2 376 km².

3 Entretien avec P. Lymberakis, biologiste spécialiste de la pédofaune au Muséum d’histoire naturelle de Crète, président du conseil d’administration de l’organisme de gestion de Samaria, novembre 2013.

4 Φορέα Διαχείρισης, Phoréa Diakhírisis.

5 Διεύθυνση Δασών Χανίων, Diefthinsi Dason Khanion.

6 http://www.ypeka.gr/Default.aspx?tabid=235&language=en-US

7 Dernier organigramme du Parc national de la Vanoise en date de novembre 2014 : [clic].

8 En raison de contraintes éditoriales, ce paragraphe a dû être raccourci. Se reporter à Kokonas (2004) ; Kolodny (1968) et Papavasileiou, ed., (2008).

9 Entretien le 20 novembre 2013.

10 Entretien en novembre 2013, cité en 3.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1
Caption Localisation du Parc national de Samaria en Crète : provinces et principaux pôles urbains.
Credits © C. Girault et L. Laslaz, 2015.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7275/img-1.jpg
File image/jpeg, 312k
Title Figure 2
Caption L’organisation spatiale du parc national de Samaria : une structuration linéaire, un équipement sur le modèle nord-américain
Credits © C. Girault et L. Laslaz, 2015
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7275/img-2.jpg
File image/jpeg, 332k
Title Photo 1
Caption Le village d’Agia Roumeli
Credits © C. Girault, mai 2013
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7275/img-3.jpg
File image/jpeg, 216k
Title Photo 2
Caption Panneau d’information défraîchi, avec une traduction approximative du grec en trois langues : anglais, français et allemand
Credits © C. Girault, mai 2013
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7275/img-4.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Figure 3
Caption Évolution de la fréquentation touristique du parc national de Samaria de 1981 à 2014 . Cet histogramme empilé montre à la fois l’évolution de la fréquentation annuelle sur les trente dernières années et la répartition mensuelle de cette fréquentation
Credits Source : National Park of Samaria, 2012, complété. Réalisation : C. Girault et L. Laslaz, 2014
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7275/img-5.jpg
File image/jpeg, 280k
Title Photo 3
Caption Les Portes de fer
Credits © L. Laslaz, juillet 2012
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7275/img-6.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Photo 4
Caption Entrée payante du Parc national en amont de l’ancien village d’Agia Roumeli
Credits © L. Laslaz, juillet 2012
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7275/img-7.jpg
File image/jpeg, 372k
Title Figure 4
Caption Ticket d’entrée dans le parc national de Samaria (recto-verso). Les toilettes, les points d’eau et les bornes incendies sont mentionnés au verso du ticket
Credits Source : Parc national de Samaria, 2011. Collection L. Laslaz
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7275/img-8.jpg
File image/jpeg, 240k
Title Figure 5
Caption Les différents périmètres d’espaces protégés des Montagnes blanches : une superposition illisible ?
Credits © C. Girault et L. Laslaz, 2015
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7275/img-9.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Tableau 2. Évolution des recommandations du Conseil de l’Europe de 1979 à 2013 dans le cadre du renouvellement du diplôme européen des espaces protégés attribué au parc national de Samaria
Credits Synthèse C. Girault et L. Laslaz, 2015. Sources : diplômes européens 1979-2004. Remarque méthodologique : Le classement des recommandations du Conseil de l’Europe en deux catégories selon leur effectivité repose à la fois sur les observations de terrain qui permettent d’assurer leur suivi et sur la récurrence de certaines d’entre elles dans les rapports successifs du Conseil de l’Europe, qui laisse entendre qu’elles n’ont été que partiellement mises en œuvre.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/7275/img-10.jpg
File image/jpeg, 948k
Top of page

References

Electronic reference

Camille Girault and Lionel Laslaz, « Le Parc national de Samaria (Montagnes Blanches, Crète) », Méditerranée [Online], Varia, Online since 08 December 2015, connection on 18 November 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/7275

Top of page

About the authors

Camille Girault

Agrégé de géographie, doctorant, laboratoire EDYTEM UMR 5204 CNRS-Université Savoie Mont Blanc, Pôle Montagne - Université Savoie Mont Blanc, 73 376 Le Bourget‑du‑Lac, Camille.Girault@univ-savoie.fr

Lionel Laslaz

Maître de conférences en géographie, laboratoire EDYTEM UMR 5204 CNRS-Université Savoie Mont Blanc, Pôle Montagne - Université Savoie Mont Blanc, 73 376 Le Bourget-du-Lac cedex, Lionel.Laslaz@univ-savoie.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page