Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Recension croisée de deux ouvrages sur Marseille: Franck LIRZIN, Marseille, itinéraire d’une rebelle et Jean VIARD, Le réveil violent d’une ville impossible

(2013), L’Aube, coll. « L’urgence de comprendre », 280 p. et (2014), L’Aube, coll. « L’urgence de comprendre », 192 p.
Boris Grésillon
p. 145
Bibliographical reference

Franck LIRZIN, (2013), Marseille, itinéraire d’une rebelle, L’Aube, coll. « L’urgence de comprendre », 280 p.

Jean VIARD, (2014), Marseille, le réveil violent d’une ville impossible, L’Aube, coll. « L’urgence de comprendre », 192 p.

Full text

1Est-ce dû au succès de Marseille-Provence 2013 et à la bonne couverture médiatique de l’événement ? Toujours est-il que Marseille est à la mode, et que les éditeurs – du moins les éditeurs régionaux – se réintéressent de près à Marseille. Tandis que les éditions Actes Sud, basées à Arles, s’apprêtent à lancer une série d’ouvrages sur Marseille et sa région, les éditions de l’Aube, sises à La Tour‑d’Aigues, viennent de publier coup sur coup deux essais fort intéressants sur Marseille. Nous avons choisi d’en faire une recension croisée car, d’une part, ces ouvrages sont parus à quelques mois d’intervalle dans la même collection, d’autre part, ils se complètent fort bien. Le premier émane de Franck Lirzin, un jeune polytechnicien qui occupa pendant trois ans un poste auprès du préfet de Marseille. Il fut un observateur avisé de la vie de la cité phocéenne, et a décidé de faire un ouvrage de ses impressions et de ses recherches. Son ouvrage, intitulé « Marseille, itinéraire d’une rebelle », épouse les formes d’un essai, savamment documenté, bien informé et bien écrit. Le style est clair. La maxime de Boileau : « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement » pourrait être la devise de cet ouvrage. Franck Lirzin jette un regard sans fard sur l’histoire, les mœurs politiques ou encore les sociabilités marseillaises. Son regard à la fois extérieur et intérieur lui permet d’aller droit au but et d’aborder y compris les éléments tabous de l’identité marseillaise, sans propension aucune au sensationnel : « les identités plurielles », « l’ivresse du pouvoir », « le clientélisme », « le trafic d’opium », « le refuge religieux », etc. Mais il est bien sûr des chapitres plus attendus et tout aussi fouillés, tels que sur l’histoire migratoire de Marseille, les rapports entre Marseille et Aix ou encore « le polypôle provençal » (expression un peu technocratique). Au total, l’ouvrage insiste sur une idée qui nous semble centrale : l’identité éclatée de la « ville aux 111 quartiers », riche de sa diversité, certes, mais aussi écartelée par des communautés qui ne se fréquentent plus et par des différentiels de richesse qui s’aggravent. Le défi pour Marseille est alors de « faire ville » malgré tout. À la lecture de cet ouvrage, on mesure que le défi est de taille.

2L’essai de Jean Viard, sociologue, vice-président de la communauté urbaine de Marseille (MPM) et directeur des éditions de l’Aube, est à l’image de son auteur : foisonnant. Si Jean Viard n’existait pas, il manquerait cruellement à Marseille. En effet, c’est quelqu’un d’extrêmement lucide sur les problèmes, les faiblesses mais aussi les forces de la cité phocéenne ; il la connaît intimement, et son profil de chercheur lui permet d’objectiver sa pensée. C’est aussi un homme d’action, qui n’hésite pas à s’investir personnellement, en tant qu’élu à MPM, pour faire aboutir certains dossiers comme celui de la rénovation du vieux port. Jean Viard, dans cet essai comme dans les précédents, mêle opinions pertinentes, formules percutantes et intuitions passionnantes. Son essai nous plonge dans l’ADN marseillais mais aussi dans les défis que la cité phocéenne doit relever : le défi de la ville cosmopolite, le défi de la mondialisation, le défi de la métropole, le défi du vivre ensemble, sans doute celui qui tient le plus à cœur du sociologue. Au fil de six chapitres brefs, Jean Viard nous livre un portrait très vif de Marseille, où on décèle bien les faiblesses et les potentialités de la ville. Le premier chapitre, publié dans une version allégée dans le magazine Géo, est une remarquable introduction géographique au territoire provençal, que Jean Viard arpente quotidiennement et qu’il connaît sur le bout des doigts. Au-delà, la géographie est loin d’être absente de cet essai à dominante sociologique et politique. Jean Viard a une conscience aigüe des enjeux de territoire. Avec son ami et collègue Jacques Boulesteix, il est d’ailleurs à l’origine du « manifeste métropolitain » qui permit à une partie de la société civile de prendre fait et cause pour le projet de métropole. Au fil des pages, Jean Viard n’évite pas certaines répétitions, qui correspondent chez lui à des obsessions, comme sur la nécessité de la métropole justement, ou encore sur le fait qu’aujourd’hui, la mondialisation passe par l’eau et les bateaux. Mais c’est bien pardonnable, dans un essai aussi percutant, qui invite à poursuivre la réflexion. On pourra juste regretter que l’essai de Jean Viard, comme celui de Franck Lirzin, ne présente pas de bibliographie, car cela aurait été intéressant de savoir quels ouvrages et articles les auteurs ont consultés.

Top of page

References

Electronic reference

Boris Grésillon, « Recension croisée de deux ouvrages sur Marseille: Franck LIRZIN, Marseille, itinéraire d’une rebelle et Jean VIARD, Le réveil violent d’une ville impossible », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 20 December 2016, connection on 22 November 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/7514

Top of page

About the author

Boris Grésillon

Université d’Aix-Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page