Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

R. MILLET, Dictionnaire amoureux de la Méditerranée

2015, Plon, 806 p.
Christophe Morhange
p. 146
Bibliographical reference

R. MILLET, (2015), Dictionnaire amoureux de la Méditerranée, Plon, 806 p.

Full text

1Après Braudel, Guilaine, Matvejevitch et tant d’autres, R. Millet s’est lancé dans la gageure de la rédaction d’un texte sur la Méditerranée, en l’occurrence un dictionnaire amoureux. Le géographe spécialiste de la Méditerranée ne peut qu’être intrigué par un défi aussi ambitieux que subjectif. Au premier abord, ce dictionnaire « catholique romain » apparait assez conservateur et très nostalgique. Maurice Barres est cité à plusieurs reprises, Charles Maurras a l’honneur d’une notice ainsi que Charles Martel, Unamuno, D’Annunzio et son État de Fiume, le général Moshe Dayan… La corrida est magnifiée. On y croise tout un interminable chapelet de lieux saints chrétiens, autant de haltes de pèlerinages biblique ou Paulinien (Damas, Kuneitra, Tabarja, la Terre Promise du Saint Sépulcre mais pas du Mur des Lamentations ….). Par bonheur, la Via Dolorosa a disparu. On y note aussi la Palestine et Gaza, mais pas Israël, l’auteur ne masquant pas ses préférences. Dès l’introduction, il nous avertit avec élégance : « Quant à mon rapport personnel, intellectuel, mémoriel, sensuel avec l’espace méditerranéen, il est forcément partial, négligeant certains éléments pour en privilégier d’autres : l’amour seul autorise ces partis pris, ces écarts, ces affinités, ces lacunes, ces silences qui sont en réalité les demi-teintes de la pudeur et de la préférence ».

2Si l’on ne peut donc pas reprocher à l’auteur sa sélection et ses absences volontaires (quid du soleil ou de la sécheresse estivale ? les Balkans réduits à une portion assez congrue…), on note aussi quelques entrées un peu surprenantes (Toulouse, le cassoulet, la Garonne et même Alain Ducasse !), plus méridionales que méditerranéennes et qui relèvent d’un dictionnaire des amours d’enfance et des origines familiales de l’auteur. Quelques entrées apparaissent trop personnelles pour devenir vraiment intéressantes ou convaincantes, comme pour Marseille ou Gênes, par exemple, dont les textes sont assez décevants et creux.

3Si l’auteur ne sombre pas dans le « wikipédisme », on cerne les limites d’un tel exercice digne de Prévert, où l’Arménie côtoie Atatürk et Mastroianni, Massada ! Il s’agit, en partie, d’une déclaration d’amour au Liban chrétien de sa jeunesse qui n’existe plus et à la langue française de la période classique… Fidèle à la ligne éditoriale de cette collection à succès, l’approche kaléidoscopique est très culturelle et la démarche égotiste. On a l’impression que l’auteur est surtout intéressé par les rives septentrionale et extrême-orientale, Le Maghreb semblant presque absent et évoqué de manière un peu elliptique et distante. R. Millet aurait peut-être du rédiger un dictionnaire amoureux de l’arc levantin, de Damas au Mont Hermon, d’Alep au Mont des Oliviers en passant par Zahlé, d’Alexandrie à Alexandrette ? En attendant la parution du dictionnaire critique Dicomed, en phase finale de préparation chez Actes Sud et à la MMSH d’Aix-en-Provence, on pourra parcourir ces notices, souvent agacé, parfois avec bonheur et humour (comme la notice concernant les héros archéologues, historiens et linguistes), ce gros volume dont la lecture invite à la fois au voyage et fustige le tourisme.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Morhange, « R. MILLET, Dictionnaire amoureux de la Méditerranée », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 10 January 2015, connection on 25 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/7517

Top of page

About the author

Christophe Morhange

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page