Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

N. CARCAUD, G. ARNAUD‑FASSETTA (dirs), La géoarchéologie française au xxie siècle

(2015), CNRS Éditions, 622 p.
Pierre Stéphan
p. 147-148
Bibliographical reference

N. CARCAUD, G. ARNAUD‑FASSETTA (dirs), (2015), La géoarchéologie française au XXIe siècle, CNRS Éditions, 622 p.

Full text

1L’ouvrage dirigé par N. Carcaud et G. Arnaud‑Fassetta vient d’être édité aux CNRS éditions. Il se compose de cinq parties thématiques et regroupe 22 chapitres qui, dans leur ensemble, balayent les champs d’application où s’exerce la géoarchéologie française depuis 30 ans. Au total, 98 auteurs ont contribué à sa rédaction. Une originalité de l’ouvrage : il se présente tel un Janus. L’une des faces est rédigée en langue française et l’autre en anglais. Le livre s’adresse donc non seulement aux lecteurs francophones mais également à l’ensemble de la communauté scientifique internationale et peut en cela être accessible par‑delà les frontières de l’Hexagone. L’ouvrage s’ouvre sur une belle introduction de Joëlle Burnouf visant 1) à retracer l’émergence de la géoarchéologie comme discipline à part entière dans le paysage scientifique français et 2) à apporter les éclairages épistémologiques et conceptuels préalables à la lecture des chapitres qui suivent.

2La première partie, intitulée « Paléoenvironnements, biogéographie et paysages », regroupe quatre contributions de grande qualité, illustrant diverses approches méthodologiques mises en œuvre pour étudier l’évolution des milieux naturels au cours du Tardiglaciaire et de l’Holocène à partir des archives sédimentaires. La dynamique des paysages est reconstituée dans les marais de Dourges (chap. 1, DESCHODT et al..), dans les savanes soudano‑sahéliennes du Pays dogon au Mali (chap. 2, LE DREZEN et al.), dans la plaine alsacienne (chap. 3, SCHNEIDER et al.) et dans la plaine deltaïque de Xanthos en Grèce (chap. 4, ÉCOCHART et al.). Le rôle de l’Homme dans les mutations paysagères est au cœur de la réflexion.

3La deuxième partie rassemble cinq contributions, principalement dédiées à l’étude des hydrosystèmes fluviaux, qui visent à analyser la réponse de quelques grands fleuves et rivières aux changements du climat et de l’occupation des bassins versants par les sociétés. Cette partie est remarquable par l’effort de synthèse réalisé par les différents contributeurs. S’y trouvent ainsi résumées, en quelques pages seulement, plusieurs décennies de recherches menées dans la vallée de la Somme (chap. 5, ANTOINE et al.), dans les fonds de vallée du bassin parisien (chap. 6, PASTRE et al.), de la Moselle (chap. 7, CORDIER et al.), de la Loire (chap. 8, CASTANET et al.) et en Anatolie (chap. 9, KUZUCUOĞLU).

4La troisième partie s’intitule « Alluvionnement, peuplement, stratégies et formes d’adaptation » et réunit cinq contributions qui s’appuient sur des exemples français (plaine alluviale Lyonnaise et du Roussillon) et étrangers (Grèce, Égypte, Maroc). Le chap. 10 (FRANC et VÉROT‑BOURRÉLY) revient sur les résultats obtenus par l’archéologie préventive lyonnaise au cours des 30 dernières années et propose une mise en relation des diverses occupations humaines avec la mobilité des rives du Rhône et de la Saône au cours des derniers millénaires. Le chap. 11 (LESPEZ et al.), brillamment construit, est un plaidoyer extrêmement convainquant à l’encontre d’un certain déterminisme environnemental qui attribuerait trop facilement des liens de causalité entre changements climatiques et mutations sociales. Il s’appuie sur les résultats d’un programme de recherche mené dans le sud des Balkans visant à comprendre le hiatus archéologique à la transition chalcolithique‑Âge du Bronze. Le chap. 12 (GHILARDI) s’intéresse à la mobilité du Nil en Haute‑Égypte, et à Karnak en particulier, où les phases d’écoulement du fleuve à proximité du complexe culturel ont pu être datées et précisées à partir de données paléoenvironnementales. Une synthèse des données géoarchéologiques et historiques de la plaine du Roussillon au cours du dernier millénaire est proposée en chap. 13 (CAROZZA et al.). Une crise détritique, étroitement liée au changement du climat qui s’opère notamment à la transition entre l’amélioration climatique médiévale et le petit âge glaciaire, est mise en évidence. Elle se solde par la disparition de petits établissements ruraux et la mise en place de nouvelles structures agraires sur un temps plus ou moins long selon la résilience des communautés. Enfin, le chap. 14 (GILLIOT et VALLAT) présente l’oasis de Figuig au Maroc comme un site où une géoarchéologie de l’urbain devrait être engagée rapidement en raison des menaces qui pèsent sur le patrimoine bâti de cette région.

5La quatrième partie aborde la question de la ressource en eau, du risque hydroclimatique et des aménagements à partir 4 contributions qui sont le fruit de recherches d’ores et déjà publiées en majeure partie, mais qui sont présentées ici de manière synthétique ou sous un angle totalement renouvelé. Le chap. 15 (DESRUELLES et FOUACHE) s’intéresse à la gestion de l’eau sur l’île de Délos (Grèce) durant l’époque antique et montre, à partir des données géomorphologiques et archéologiques, par quels biais les contraintes hydriques ont été dépassées au moyen d’aménagements hydrauliques adaptés et complémentaires. Le chap. 16 (ARNAUD‑FASSETTA et LENDURÉ) offre une plongée dans les sociétés anciennes occupant le delta du Rhône de l’époque grecque au haut Moyen Âge, dont l’exposition aux aléas hydroclimatiques est clairement mise en évidence. L’exploitation des données archéologiques met en lumière les logiques d’implantation des sites visant à réduire leur vulnérabilité face aux inondations, tout en recherchant la proximité du fleuve. Sur ces bases solides, les auteurs nous invitent à réfléchir sur les notions de seuil/vulnérabilité/résilience des systèmes sociétaux et environnementaux. Le chap. 17 (FOUACHE et al.) présente un exemple instructif en contexte lacustre où les fluctuations de niveau du lac Maliq (Albanie) sont mises en relations avec les différentes occupations humaines et l’exploitation du milieu par les communautés du Néolithique ancien au Bronze final. Enfin, le chap. 18 (BORDERIE et al.) est une contribution originale qui aborde l’étude des terres noires qui sont le résultat d’une accrétion progressive de rejets d’activité diverses en contexte urbain et constituent l’essentiel de la documentation archéologiques des villes du ive au xie siècle de notre ère.

6La cinquième partie intitulée « De la mobilité du trait de côte à la contrainte portuaire » réunit, en quatre chapitres, les travaux de géoarchéologie menés sur la frange littorale du bassin méditerranéen. À travers l’étude des anciens cordons littoraux de la baie des Anges, le chap. 19 (SIVAN et al.) illustre l’ampleur des changements morphosédimentaires durant le Pléistocène et l’Holocène au débouché des rias méditerranéennes. L’important détritisme a abouti à la formation rapide de prismes sédimentaires progradants qui se sont traduits par une avancée du trait de côte dans les plaines fluvio‑deltaïques et des changements importants dans la physionomie des rivages. L’évolution holocène de la plaine côtière de Thessalonique (Grèce) qui est retracée dans le chap. 20 (GHILARDI) à l’aide de nombreux carottages témoigne de cette progradation des rivages, dont la chronologie s’accorde parfaitement avec les vestiges archéologiques et les nombreuses sources écrites de l’Antiquité. Enfin, les deux derniers chapitres de l’ouvrage abordent l’étude des ports antiques. Une brillante synthèse à l’échelle du bassin méditerranéen est présentée en chap. 21 (MORHANGE et al.). Trois exemples situés en contexte deltaïque (deltas du Nil et du Tibre) sont détaillés dans le chap. 22 (GOIRAN et al.) dont la lecture apporte des éléments de base pour interpréter les contextes portuaires et en extraire l’information utile aux reconstitutions paléoenvironnementales. Le livre s’achève par une conclusion de Tony BROWN qui revient sur les spécificités de la géoarchéologie française et propose de suivre deux directions pour le futur de la géoarchéologie, à savoir 1) le recours à la modélisation dynamique des changements de l’environnement, en incluant l’humain, et 2) la conceptualisation de plus en plus sophistiquée des relations Milieux‑Sociétés.

7Ce livre est tout à fait remarquable par le nombre de contributions et les multiples synthèses qu’il propose, fruit de nombreuses années de recherches géoarchéologiques conduites dans les universités, au CNRS, à l’INRAP et dans les SRA. Il offre également à lire quelques contributions originales, sur des sujets plus ciblés, mais toujours de qualité, et qui ouvrent sur des perspectives intéressantes. En dépit de la grande diversité des contextes environnementaux étudiés, on pourrait regretter l’absence d’une ouverture sur les mondes atlantiques, mais ce livre ne cherche pas l’exhaustivité, bien qu’il s’en approche. En outre, la présence d’une introduction qui rappelle des éléments historiographiques et conceptuels, et d’une conclusion qui ouvre sur des perspectives nouvelles à développer, rend l’ouvrage très didactique. On retiendra, au fil de la lecture des différents chapitres, la grande complexité du rapport que les sociétés passées ont entretenu avec leurs milieux. La géoarchéologie française du xxie siècle intègre désormais les notions de résilience des systèmes sociaux et environnementaux et met en garde contre des interprétations déterministes et catastrophistes que l’on retrouve encore abondamment dans la littérature internationale. Ces recommandations devraient trouver un écho au‑delà du monde francophone grâce à l’effort réalisé par les directeurs de l’ouvrage d’en proposer une version française et anglaise. On soulignera la qualité éditoriale. Les contributions s’accompagnent systématiquement d’une bibliographie extrêmement riche et sont illustrées par une iconographie abondante et d’excellente qualité. C’est un livre qui fera date et qui fait honneur à la discipline géoarchéologique, illustrant sa rigueur scientifique et sa vitalité.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Stéphan, « N. CARCAUD, G. ARNAUD‑FASSETTA (dirs), La géoarchéologie française au xxie siècle », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 25 March 2016, connection on 23 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/7519

Top of page

About the author

Pierre Stéphan

CNRS Université de Brest

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page