Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

C. BROODBANK, The Making of the Middle Sea, A History of the Mediterranean from the Beginning to the Emergence of the Classical World

(2013), Thames and Hudson, ISBN 9780500051764, 672 p.
Christophe Morhange
p. 149
Bibliographical reference

C. BROODBANK, (2013), The Making of the Middle Sea, A History of the Mediterranean from the Beginning to the Emergence of the Classical World, Thames and Hudson, ISBN 9780500051764, 672 p.

Full text

1The Making of the Middle Sea est un livre imposant, novateur, ambitieux, passionnant et très bien illustré qui présente de manière holistique une histoire de la Méditerranée de la préhistoire à la période classique. Il est une lecture très complémentaire à l’ouvrage maintenant classique d’Horden et Purcell (2000) qui couvre la période postérieure.

2Dans le premier chapitre, l’apport des géographes à une présentation holistique de l’espace méditerranéen est curieusement ignoré. C’est pourtant au début du xixe siècle qu’une « aire méditerranéenne » apparaît sous la plume du géographe Malte-Brun (1775-1826) qui est l’un des premiers à présenter une Méditerranée selon une approche naturaliste. Mais, c’est surtout Reclus (1830-1905) qui va consacrer la Méditerranée comme un objet d’étude maritime autonome, un lieu d’histoire organisé autour de la mer. Le regard qu’il porte se déplace d’une définition physique restreinte à la prise de conscience d’un espace géographique, historique, économique et culturel. Par ailleurs, sa vision politique, lui inspire l’idée de «patrie» et initie véritablement le mouvement d’appartenance à un monde méditerranéen. Il dévoile le pouvoir d’identification à cet espace. La Méditerranée est pensée comme une nature d’exception, chargée de culture et d’histoire, qui est élevée au rang de valeur de civilisation. À la construction de l’objet géographique s’est substituée la naissance d’une entité culturelle, concept qui sera ensuite largement exploité par des historiens comme Pirenne puis Braudel. Leur démarche s’intègre donc logiquement dans l’histoire culturelle d’une Europe qui, depuis des décennies, connaît une intense activité intellectuelle des géographes,

3Selon un plan chronologique assez classique, C. Broodbank présente une fresque préhistorique de grande qualité, qui s’étale du paléolithique jusque vers 500 avant J.-C., soit sur près de 50 000 ans. Il décrit avec soin les lames de fond qui rythment la préhistoire, puis la protohistoire de la Méditerranée : émergence et propagation du Néolithique (chap. 5) ; âge d’or des ve et ive millénaires qui voit progrès techniques, échanges lointains, anthropisation poussée du paysage, naissance des élites matérialisée par l’existence d’architectures prestigieuses (chap. 6). Vers 3500 avant J.-C., surtout dans l’Est méditerranéen, des mutations importantes se font jour : passage à l’Âge du Bronze, urbanisation, stratification sociale, débuts de l’écriture, tandis que la Méditerranée occidentale s’ouvre à la première métallurgie. Les architectures majestueuses, les insignes de richesse et les échanges de biens manifestent une opulence quasi générale. Il se constitue ainsi, dès le iiie millénaire, un réseau permettant le commerce du bois, des céréales et des produits agricoles du Levant vers l’Égypte (chap. 7). La fin du iiie millénaire voit un peu partout s’étioler le dynamisme créateur précédent (chap. 8). De très sensibles différences régionales affectent les zones méditerranéennes. Innovations techniques, croissance démographique, expansion urbaine, hiérarchisation sociale ou manifestations d’opulence s’expriment en effet à des degrés et à des moments divers, qui se manifestent, par exemple, dans les techniques de constructions, l’ampleur et l’organisation des agglomérations et l’importance des échanges maritimes. Au iie millénaire, le bassin oriental voit fleurir l’empire hittite, les royaumes mycéniens, les villes prospères du Levant et le Nouvel Empire égyptien. Un commerce « international » relie toutes ces contrées (chap. 9). Les Égéens s’infiltrent en Italie méridionale et en Sicile. Les cultures « barbares » d’Occident, continentales ou insulaires, bien qu’encore non urbanisées, sont brillantes. Une rupture survient autour de 1200 ans avant J.-C. Le Nouvel Empire égyptien décline, les royaumes mycéniens et l’empire hittite s’effondrent pour laisser place à de simples cités-États. Levantins et Chypriotes prennent alors le relais maritime des Égéens et poursuivent le commerce avec l’Ouest, préfigurant l’expansion phénicienne et grecque (chap. 10). Autour de l’an mille, la Méditerranée est alors devenue un espace totalement ouvert.

4Broodbank insiste, avec raison, sur quelques éléments majeurs comme l’importance des navigations trans-méditerranéennes précoces, le rôle des îles dans l’articulation de l’espace méditerranéen, ou le poids des centres péri-méditerranéens que sont la Mésopotamie et l’Égypte. Les relations entre les changements environnementaux et les mutations sociales sont toujours présentées de manière prudente, subtile et non-déterministe, ce qui contraste avec la tonalité de la majorité des publications naturalistes anglo-saxonnes. Ce livre ne peut qu’intéresser des lecteurs géographes avides d’analyses spatiales sur la longue durée, magnifiées par une cartographie didactique d’excellente qualité. On note enfin une très riche bibliographie particulièrement utile pour un non-spécialiste. On ne peut donc que conseiller vivement la lecture d’une introduction aussi remarquable, véritable tour de force, la préhistoire archéologique de la Méditerranée étant relue comme une unique aventure dont le bassin méditerranéen formerait l’acteur principal. C. Broodbank a gagné son redoutable pari de rédiger une fresque unitaire de la préhistoire de la Méditerranée.

Top of page

Bibliography

HORDEN Peregrine, PURCELL Nicholas, 2000, The Corrupting Sea: A Study of Mediterranean History, Blackwell, 761 p.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Morhange, « C. BROODBANK, The Making of the Middle Sea, A History of the Mediterranean from the Beginning to the Emergence of the Classical World », Méditerranée [Online], 123 | 2014, Online since 25 March 2016, connection on 24 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/7523

Top of page

About the author

Christophe Morhange

Aix Marseille‑Université, UMR 6635 CEREGE

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page