Navigation – Plan du site
Analyses spatiales et socio-économiques contemporaines

L’expérience technopolitaine en Algérie

Enjeux et perspectives de la diaspora pour l’attractivité territoriale
The technopolitan experience in Algeria: challenges and prospects of the diaspora for territorial attractiveness
Linda Gardelle, Josselin Droff et Aziz Nafa
p. 45-53

Résumés

À la lumière des démarches technopolitaines au Maghreb, cet article pose la question de l’expérience technopolitaine algérienne. Les travaux existants montrent un certain retard de l’Algérie dans cette démarche par rapport à d’autres pays de l’espace méditerranéen. Ce retard est en passe d’être comblé si l’on en croit l’ambitieuse politique des « pôles d’excellence » initiée par les pouvoirs publics. Le cas du technopôle de Sidi-Abdellah est illustratif des ambitions d’une telle politique technologique. En partant de la présentation du contexte technopolitain au Maghreb et de sa mise en œuvre sur le site de Sidi‑Abdellah, on discute des perspectives qui en découlent pour la diaspora algérienne. En particulier, on s’intéresse au regard de ces expatriés de haut niveau sur des opportunités professionnelles qui les concernent potentiellement. Ce rôle de la diaspora peut s’exercer par deux canaux : le retour au pays des cadres expatriés et les réseaux pour lesquels les pôles technologiques pourraient devenir des points d’ancrage territoriaux dans une économie de la connaissance globalisée.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 - Positionnement de l’Algérie dans la démarche technopolitaine en Afrique du Nord
2 - Genèse et développement du cyberparc de Sidi-Abdellah
3 - La diaspora algérienne
Conclusion

Aperçu du texte

Du fait de la « décennie noire » qui a marqué l’Algérie des années 1990, pendant laquelle le terrorisme a freiné, voire anéanti tout développement économique, et du fait d’une certaine lourdeur administrative héritée de l’économie planifiée, l’exploitation des hydrocarbures a représenté depuis près de cinquante ans la branche principale de l’économie algérienne, les autres secteurs demeurant très marginaux et fragiles. La rente de situation qui en a découlé, au-delà des entrées de devises générées, impose une trajectoire économique spécialisée et bloque la diversification de l’économie algérienne. Aussi, depuis les années 2000, le gouvernement algérien exprime sa détermination à diversifier le secteur industriel, en s’appuyant notamment sur les PME.

Afin de favoriser l’émergence de ces PME, l’idée de développer des technopôles a fait son chemin, encouragée par les exemples marocains et tunisiens. L’économie de la connaissance est fondée sur l’idée que la croissance est stimulée par l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Gardelle, Josselin Droff et Aziz Nafa, « L’expérience technopolitaine en Algérie », Méditerranée [En ligne], 124 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/7690 ; DOI : 10.4000/mediterranee.7690

Haut de page

Auteurs

Linda Gardelle

ENSTA Bretagne (École nationale supérieure de techniques avancées), linda.gardelle@ensta-bretagne.fr

Josselin Droff

ENSTA Bretagne (École nationale supérieure de techniques avancées), Université de Bretagne occidentale, Brest, josselin.droff@ensta-bretagne.fr

Aziz Nafa

CREAD (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement), Alger, nafa.aziz@cread.edu.dz

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page