Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

L’habilitation à diriger des recherches de Virginie Baby‑Collin : Prendre place ici et là-bas. Géographie multisituée des migrations boliviennes (Argentine, États-Unis, Espagne),

soutenue à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense, le 4 décembre 2014
Sylvie Daviet
p. 111-112
Bibliographical reference

Virginie Baby‑Collin, Prendre place ici et là-bas. Géographie multisituée des migrations boliviennes (Argentine, États-Unis, Espagne), 1390 p.

Full text

1Composition du jury : Philippe GERVAIS-LAMBONY (professeur de géographie à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense), Emmanuel MA MUNG (géographe, directeur de recherche CNRS au laboratoire MIGRINTER de Poitiers), Gioconda HERRERA (professeur de sociologie à la faculté latino-américaine de sciences sociales de l’Équateur), Geneviève CORTES (professeur de géographie à l’université de Montpellier III), Guy DI MÉO (professeur de géographie à l’université de Bordeaux III), Anne RAULIN (professeur d’anthropologie à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense), Sylvie DAVIET (professeur de géographie à l’université Aix-Marseille).

2L’habilitation à diriger des recherches de Virginie Baby‑Collin, Prendre place ici et là-bas, porte sur les populations en situation de mobilité, étudiées sous deux angles d’approche : celui de l’insertion de ces populations dans les espaces urbains, et celui des enjeux du développement au Sud. Virginie Baby‑Collin s’intéresse aux rapports des habitants à l’espace, aux citadins, notamment aux populations marginalisées ou précaires, à la citoyenneté souvent négligée. Elle s’intéresse aux migrations internationales depuis le début des années 2000. Les mots clés en sont : circulations migratoires, pratiques de mobilité, territoires de la migration, enjeux de développement des espaces d’origine et processus d’intégration. Ces thématiques sont croisées dans ses travaux qui envisagent les migrants dans les métropoles, autour de quelques entrées : les modes d’habiter, les rapports aux lieux, les territorialités, les ancrages et les mobilités, les appartenances et les processus d’identification.

3Ces thématiques ont été déclinées sur des terrains privilégiés. La recherche de Virginie Baby‑Collin, initialement développée en Amérique latine (au Mexique, puis en Bolivie et au Venezuela), s’est progressivement élargie à d’autres lieux : en Amérique latine (à Buenos Aires), en Europe (à Marseille, Madrid et Barcelone), et plus récemment aux États‑Unis (en particulier à New York et Washington DC). C’est donc une recherche transatlantique, qui s’est construite avec les apports de trois traditions scientifiques : française, latine (latino-américaines) et anglo-saxonne, et de plusieurs disciplines au sein des sciences sociales (géographie, aménagement-urbanisme, sociologie et anthropologie). Virginie Baby‑Collin défend la pratique d’une géographie sociale « par le bas », en dialogue avec d’autres sciences sociales, une géographie de la comparaison et une géographie de terrain : « le terrain ne valide pas seulement les hypothèses, il est une plongée dans l’altérité d’où surgissent de nouveaux questionnements où les hypothèses initiales se transforment et où les inflexions sont possibles » (p 61 volume 1).

4Son volume inédit propose une géographie multisituée des migrations boliviennes dans la mondialisation, à partir de l’observation de trois espaces métropolitains de destination (Buenos Aires, en Argentine ; Washington DC, aux États‑Unis ; Madrid, en Espagne). Il dialogue avec quelques notions clés qui traversent les différents chapitres, entre points théoriques analysant la littérature en sciences sociales, et éléments issus de la pratique dialogique des terrains. Il montre comment prendre place, c’est élaborer dans la mobilité des territorialités souvent multisituées. Virginie Baby‑Collin montre comment sa recherche est passée d’une géographie en termes de métissage, à une géographie multisituée. Il s’agit d’une proposition de lecture des territorialités, multisituées en ce qu’elles associent des modes de rapports à l’espace dans des vies contemporaines articulant plusieurs lieux distants. Il s’agit aussi d’une proposition méthodologique qui engage un dialogue entre acteurs et structures, entre disciplines, entre terrains et théorie. Fondamentalement comparative, la recherche multisituée porte une attention à l’autre et doit faire des efforts constants de déplacement du regard pour comprendre un monde mobile, complexe et connecté.

5Il y a un véritable plaisir à lire ce dossier très soigné dans sa facture, impressionnant par sa taille (1 390 pages) et surtout par sa qualité. L’auteur y présente son itinéraire scientifique sur les vingt dernières années, ce qui est l’occasion d’un retour réflexif sur celui-ci. Il permet de cerner la genèse de l’engagement de Virginie Baby‑Collin dans et pour une géographie sociale comportant plusieurs caractéristiques : prévalence du terrain, pluridisciplinarité, comparatisme, recherches collectives. L’accent est mis sur le migrant comme sujet de sa migration, saisi dans les différents lieux vécus, d’où la nécessité d’une géographie multisituée. Le volume inédit composé de cinq chapitres de 80 à 100 pages prend appui sur de très nombreux travaux dont témoigne l’imposante bibliographie de plus de 600 références puisées dans la plupart des disciplines des sciences humaines. Cette bibliographie abondamment mobilisée tout au long du texte montre une profonde connaissance de la littérature sur les migrations internationales et sur la métropolisation, la fragmentation urbaine, la question urbaine en Amérique latine.

6Ce volume présente également plusieurs contributions théoriques et méthodologiques au champ des études migratoires en Amérique latine. L’analyse est développée à partir des concepts de champ migratoire, de transnationalisme, de translocalité et de transmigration, tout en laissant place à une géographie de l’altérité empreinte d’humanisme, avec une attention particulière à la place des femmes, au travail, à l’informel. Virginie Baby‑Collin traite avec talent la question des champs migratoires, des modes d’habiter, des processus d’identification qui définissent aussi les migrants en tant que sujets réflexifs et compétents de leurs destinées. Elle apporte également des éléments significatifs de connaissance sur les formes d’intégration et sur les trajectoires migratoires des Boliviens à Buenos Aires, à Washington et à Madrid (lieux majeurs de leurs destinations).

7Cet imposant dossier témoigne enfin du magnifique parcours scientifique et professionnel de Virginie Baby‑Collin : son cursus de normalienne, d’agrégée, puis de PRAG et de maître de conférences (précédant de nouvelles évolutions de carrière), dont la dimension internationale se retrouve dans la diversité des terrains parcourus (Amérique latine, États‑Unis et Méditerranée). Virginie ne dépend pas d’un seul terrain de prédilection ; en suivant les acteurs, elle suit et analyse des systèmes dans la mondialisation, ses terrains sont au service d’une réflexion globale, c’est aussi une géographe de la mondialisation. Par ailleurs, Virginie Baby‑Collin se positionne au sein d’une géographie engagée, critique, mais sans les excès d’un engagement militant. Entre géographie et sciences sociales, ce sont les objets plus que les disciplines qui structurent sa recherche ; elle trouve aux États‑Unis cette porosité, cette absence de frontières disciplinaires qui satisfait sa démarche, et qui interpelle aujourd’hui nombre de chercheurs ; car en France, comme aux États‑Unis, et toutes disciplines confondues, nous assistons effectivement à une recomposition des champs de recherche qui se réorganisent autour de nouveaux objets à forts enjeux sociétaux. L’espace de la mondialisation, de la mobilité, comme l’espace plus intime de l’habiter permet de comprendre l’être dans son habitus (p. 297). De l’individu multisitué du xxie siècle découle l’existence de territorialités multisituées, et la nécessité d’une géographie multisituée. La publication de ce volume inédit aura très certainement un retentissement mérité.

Top of page

References

Electronic reference

Sylvie Daviet, « L’habilitation à diriger des recherches de Virginie Baby‑Collin : Prendre place ici et là-bas. Géographie multisituée des migrations boliviennes (Argentine, États-Unis, Espagne),  », Méditerranée [Online], 124 | 2015, Online since 15 June 2016, connection on 25 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/7761

Top of page

About the author

Sylvie Daviet

Professeur à Aix-Marseille Université, UMR TELEMME

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page