Navigation – Plan du site

« Espaces publics et nouveaux compromis urbains. Regards croisés à partir de la Méditerranée », no 129 de la revue Méditerranée, à paraître fin 2017

“Public spaces and new urban compromises. Perspectives from the Mediterranean area”, n°129 issue to appear in the end of 2017

Version française

Depuis les années 1980, dans un contexte de généralisation de l’urbain, d’apparition de nouvelles centralités et de renforcement des centralités anciennes, nous assistons à des formes de réinvestissement des espaces publics, replacés au centre des préoccupations des politiques publiques. Des rôles variés et quelque fois ambitieux sont assignés à ce type d’espaces au travers de programme de réhabilitation ou d’embellissement qui sont à l’ordre du jour de nombreuses villes, quelle que soit leur taille. En effet, les espaces publics sont le centre d’enjeux économiques importants, faisant intervenir une diversité d’acteurs, formels et informels, de statuts très divers. Ils sont aussi parés d’objectifs de régulation de la vie collective, visant à retrouver une certaine mixité idéalisée. Ils sont enfin des lieux où s’expérimentent des discours et des pratiques de la durabilité.

Ces questions traverseront les trois axes thématiques choisis en cherchant à relier les espaces, les acteurs et leurs pratiques. Il s’agira donc de mettre en avant la complexité des espaces publics, leur place dans les dynamiques urbaines récentes, ainsi que les nouvelles questions qu’ils posent dans un contexte urbain en constante recomposition.

Axe 1 : Quelles nouvelles pratiques urbaines dans les espaces publics ?

De nouvelles pratiques apparaissent dans les espaces publics, à partir de la remise en question de la place de l’automobile et du développement de mobilités « douces », transformant certains espaces publics (partage de l’espace, mobilier urbain, aménagement paysager, etc.). La requalification d’espaces centraux et le réaménagement de délaissés urbains (réouverture de berges, friches, etc.) ont également pour conséquence de lancer une réflexion sur de nouvelles pratiques de l’espace. Elles s’accompagnent d’un mouvement de réinvestissement des rues, des places, de certains interstices du tissu urbain au travers de l’action de groupes sociaux particuliers (rap, danse de rue), d’événements festifs (apéritifs entre voisins), de la végétalisation des voies, etc. Ce mouvement de récupération d’espaces publics s’appuie aussi sur une fonction renouvelée donnée à l’art, et sur la diffusion de nouvelles technologies en milieu ouvert (géolocalisation sur smartphones, réseaux Wifi gratuits, etc.).

Dans ces conditions, on pourra se demander comment ces nouvelles pratiques redonnent un sens à l’urbain et contribuent à redessiner la ville de demain, mais aussi comment les acteurs de ces pratiques innovantes s’inscrivent dans le projet urbain et le font évoluer.

Axe 2 : Entre privatisation et ouverture, quelles qualités pour les espaces publics nouvellement produits ?

La question de la production et de la gestion des espaces d’usages publics interroge la multiplicité des articulations entre public et privé, notamment au travers des nombreuses opérations de redynamisation des centres où ces espaces retrouvent un statut de bien commun.

Une partie de la production de nouveaux espaces publics passe par des opérations publiques/privées de grande ampleur, s’inscrivant souvent dans des stratégies de rénovation urbaine, de développement, ou de requalification urbaine avec des enjeux de patrimonialisation, d’image, de marketing territorial.

En parallèle se multiplient des formes de privatisation ou de gestion de l’espace qui réduisent son accessibilité ou la diversité de ses usages, particulièrement dans la ville libérale, où l’espace est considéré comme une ressource à valoriser. Les injonctions de sécurité toujours plus pressantes, émises aussi bien par les institutions que par les usagers, se traduisent par diverses formes de prévention situationnelle, de vidéosurveillance, etc. Les opérations d’aménagement elles-mêmes tendent parfois à fermer, restreindre, ou contrôler l’accès à une partie des espaces publics, ou à les orienter vers des espaces privés ouverts au public (galeries commerciales, ensembles résidentiels fermés, etc.).

On pourra ainsi s’interroger à la fois sur les modèles et les formes, mais aussi sur les équilibres entre espaces publics et privés dans la production de la ville, ainsi que sur les qualités recherchées pour ces espaces publics actuels et en devenir.

Axe 3 : Quelle place pour les espaces publics dans le développement urbain durable ?

Les politiques de développement urbain durable, qui se sont diffusées à partir des années 1990, ont transformé les formes, les normes et les fonctions associées aux espaces publics existants ou nouvellement produits. En termes de conception urbaine, des dispositifs écologiques deviennent structurants pour améliorer les « performances environnementales » du fonctionnement de ces espaces, pour favoriser ou contraindre certaines pratiques.

Ces espaces publics conçus au nom de la durabilité sont l’objet d’un ensemble de présupposés sur leurs usages, touchant à la fois à la vie collective qui pourrait s’y déployer (mixité sociale, inclusion, participation citoyenne, convivialité) qu’aux pratiques individuelles. Les règles de gestion de ces espaces sont elles-mêmes transformées en profondeur, questionnant les pratiques des acteurs ou habitants et leurs représentations, et se heurtent aux tendances à la privatisation et à la fermeture.

Les espaces publics sont confrontés aux mots d’ordres du développement durable ou de l’adaptation au changement climatique, renouvelant la place de la nature en lien notamment avec de nouvelles formes de déplacement.

Des réflexions seront donc attendues sur les transformations des espaces publics dans les discours et les pratiques du développement urbain durable : quels impacts des politiques urbaines sur la conception, la gestion ou les usages des espaces ? Quelles appropriations, résistances, négociations pour l’utilisation de ces espaces ?

La publication du volume est attendue pour fin 2017. Un résumé de la proposition (250 mots et mots-clés) sera transmis avant le 12 décembre 2016. Le comité éditorial transmettra un avis sur la proposition début janvier 2017.

Les contributions acceptées devront être transmises au plus tard le 14 mars 2017 pour relecture suivant les conditions de publication dans la revue Méditerranée.

Merci de consulter avec attention les recommandations aux auteurs (http://mediterranee.revues.org/584).

Renseignements à fournir

Titre de la proposition :

Auteur(s) (si plusieurs auteurs, souligner l'auteur correspondant) :

Adresse du correspondant :

Résumé et abstract (250 mots maximum) :

Mot-clés et keywords (5 maximum) :

Index géographique

Contacts

Elisabeth DORIER, Aix-Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement, elisabeth.dorier@univ-amu.fr

Serge Schwartzmann, Aix-Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement, serge.schwartzmann@univ-amu.fr

François Valegeas, Aix-Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement, francois.valegeas@univ-amu.fr

English version

Since the 1980s, in a context of generalized urbanization, appearance of new centralities and strengthening of old ones, we have been witness forms of reoccupation of public spaces that are once again at the core of public policy concerns. Diverse and often ambitious roles are assigned to these public spaces via rehabilitation or upgrading programmes, which are on the agenda of numerous towns, of whatever size. Public spaces are at the core of major economic issues, involving a range of different stakeholders, formal and informal, of diverse status. They are also the focus of objectives related to the regulation of community life, aimed at re-establishing a certain ideal social mix. Finally, they are the site of expression of discourses and practices related to sustainability.

These issues will be central to the three chosen themes, seeking to link up the spaces, the stakeholders and their practices. This will mean highlighting the complexity of public spaces, their place in recent urban dynamics and the new questions that they raise in an urban context that is under constant re-composition.

Axis 1: What are the new urban practices in urban spaces?

New practices have been emerging in public spaces, based on rethinking the role of the automobile and the development of 'soft' mobility, transforming some public spaces (space sharing, urban furniture, landscaping, etc.). The rehabilitation of central spaces and the redevelopment of urban wastelands (reopening of river banks, vacant plots, etc.) also encourage reflection on new practices for public spaces. They are accompanied by a movement of reoccupation of the streets, squares, certain interstices of the urban fabric through the action of particular social groups (rap, street dancing), festive events (neighbourhood street parties), the vegetalisation of streets, etc. This movement of recovery of public spaces is also based on a renewal of the function attributed to art, and on the spread of new technologies in open environments (geolocalisation on smartphones, free Wifi networks, etc.).

Under these conditions, one might wonder how these practices may give a new meaning to the urban context and contribute to redesigning the city of tomorrow, but also how the actors of these innovative practices operate in phase with the urban project and make it evolve.

Axis 2: Between privatisation and openness, what are the qualities of newly produced public spaces?

The question of the production and the management of spaces dedicated to public use reflects the multiplicity of the interface between public and private spheres, in particular through the numerous city centre regeneration operations where these spaces recover the status of public property.

Part of the production of new public spaces involves large scale public/private sector operations, often driven by urban renovation, development or rehabilitation strategies, with issues of heritage, image-building and territorial marketing at stake.

In parallel, multiple forms of privatisation or management of public space are emerging, which limit its accessibility and diversity of uses, in particular in the neoliberal city where civic space is considered as a resource to be valorized. The increasing pressure of security imperatives, generated as much by institutions as by the users, is reflected in various forms of situational prevention, video surveillance, etc. The redevelopment operations themselves sometimes tend to block, restrict or control access to part of the public spaces, or to refocus them towards private spaces open to the public (shopping malls, gated residential estates, etc.).

One might thus reflect on both the models and forms, but also on the balance between public and private space in the production of the city, as well as on the qualities sought for these existing and emerging public spaces.

Axis 3: What will be the role of the public spaces in sustainable urban development?

Sustainable urban development policy, which began to emerge in the 1990s, transformed the form, the norms and the functions associated with existing or newly produced public spaces. In terms of urban design, ecological systems contributed to improving the 'environmental performance' of the functioning of these spaces, in order to encourage or restrict certain practices.

These public spaces, conceived under the banner of sustainability, are subject to a range of presuppositions regarding their use, involving both the community life which might be deployed there (social mixing, inclusion, public participation, conviviality) and individual practices. The management rules for these spaces are themselves transformed and extended, calling into question the practices of the actors or inhabitants and their representations, and are often in conflict with tendencies towards privatisation and closure.

Public spaces are confronted with the imperatives of sustainable development or the adaptation to climate change, renewing the role of nature in particular in relation to the new forms of mobility.

Reflections are thus expected on the transformations of public spaces in the discourses and practices of sustainable urban development : what is the impact of urban policy on the design, management and use of public spaces ? What appropriation, resistance, negotiation occur regarding the use of these spaces ?

The publication of this volume is expected for the end of 2017. An abstract of the proposal (250 words and key words) should be submitted before 12th December 2016. The Editorial Committee will give an opinion regarding the proposal in the beginning of January 2017.

The contributions that are accepted should be submitted by 14th march 2017 at the latest for proof-reading according to the conditions of publication in the journal Méditerranée.

Please pay particular attention to the Recommendations to Authors (http://mediterranee.revues.org/584).

Information required

Title of the proposal :

Author(s) (if several authors, underline the corresponding author) :

Address of corresponding author :

Résumé and Abstract (250 words maximum) :

Mots-clefs and Key-words (5 maximum) :

Geographical index

Contacts

Elisabeth Dorier, Aix-Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement, elisabeth.dorier@univ-amu.fr

Serge Schwartzmann, Aix-Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement, serge.schwartzmann@univ-amu.fr

François Valegeas, Aix-Marseille Université, Laboratoire Population Environnement Développement, francois.valegeas@univ-amu.fr

Bibliographie

BEAL Vincent, GAUTHIER Mario, PINSON Gilles (2011), Le développement durable changera-t-il la ville ? Le regard des sciences sociales, Publications de l’université de Saint‑Étienne.

BEJA Alice (2012), « L’espace public, le bien commun par excellence », Esprit, n° 11, p. 71-72.

BIDOU-ZACHARIASEN Catherine (dir.) (2003), Retours en ville, Paris, Descartes & Cie, p. 9-44.

CHARMES Eric (2006), La Rue, village ou décor ? Parcours dans deux rues de Belleville, Grâne, Créaphis.

Da CUNHA Antonio, GUINAND Sandra (2014), Qualité urbaine, justice spatiale et projet, Presses polytechniques et universitaires romandes.

DAVID Jean-Claude, 2002, « Espace public au Moyen-Orient et dans le monde arabe, entre urbanisme et pratiques citadines », Géocarrefour, vol. 77, n° 3, p. 219-224.

DORIER Elisabeth et alii (2012), « Fermeture résidentielle et politiques urbaines, le cas marseillais », Articulo - Journal of Urban Research, n° 8.

DORIER Elisabeth, DARIO Julien (2016), « Des marges choisies et construites : les résidences fermées », in Grésillon E., Alexandre B., Sajaloli B. (cord.), La France des marges, Armand Colin, Paris, p. 213-224.

DRIS Nassima (dir.) (2016), dossier « Espace(s) public(s) en Méditerranée. Mobilisations, médiations et citoyenneté », Les Cahiers d’EMAM, n° 28, mis en ligne le 21 juillet 2016. URL : http://emam.revues.org/1194

FLEURY Antoine (2009), « Espaces publics et environnement dans les politiques urbaines à Paris et à Berlin », Annales de géographie, 2009/5 n° 669, p. 522-542.

GHORRA-GOBIN Cynthia (dir.) (2001), Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, l’Harmattan, Paris, p. 5-16.

GHORRA-GOBIN Cynthia, MUSSET Alain (dir.) (2010), dossier « La centralité urbaine à l’heure de la métropolisation : entre patrimonialisation et valorisation des espaces publics », Cahiers des Amériques latines, n° 59, mis en ligne le 31 janvier 2013. URL : http://cal.revues.org/1152

GHORRA-GOBIN Cynthia (2012), « L'espace public : entre privatisation et patrimonialisation », Esprit, n° 11, p. 88-98.

HACKWORTH Jason (2006), The Neoliberal City: Governance, Ideology, and Development in American Urbanism, Ithaca-London, Cornell university Press.

HARVEY David (1989), « From Managerialism to Entrepreneurialism: The Transformation in Urban Governance in Late Capitalism », Geografiska Annaler B, n° 71, p. 3-17.

LEFEBVRE Henri (1968). Le Droit à la ville, Paris, Anthropos.

LEVY Bertrand (2008), « La place urbaine en Europe comme lieu idéal », in S. Ghervas, F. Rosset (dir.), Lieux d’Europe, Maison des Sciences de l’Homme, Paris.

NEVEU Catherine (2003), Citoyenneté et espace public. Habitants, jeunes et citoyens dans une ville du Nord, Villeneuve‑d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

ROGERS, Richard (1999), Towards an Urban Renaissance, Urban Task Force.

SCHWARTZMANN Serge (2013), Gentrification et conflits d’un quartier dans la mondialisation. Le cas de Palermo Viejo, Buenos Aires, Doctorat de Géographie et d’Aménagement Urbain, Université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle.

STAMBOULI Jacques (2005), « Les territoires du tramway moderne : de la ligne à la ville durable », Développement durable et territoires, Dossier 4.

TERRIN Jean-Jacques (dir.) (2011), Le piéton dans la ville. L’espace public partagé, Éditions Parenthèses, coll. « La ville en train de se faire ».

TOMAS François (2001), « L'espace public, un concept moribond ou en expansion ? », Géocarrefour, vol. 76, n° 1, p. 75-84

VALEGEAS François (2014), Concevoir et habiter un quartier dit durable. Injonctions écologiques et dynamiques collectives à Beauregard (Rennes) et Les Brichères (Auxerre), Doctorat en urbanisme et aménagement de l’espace, LVMT/Lab’Urba, Université Paris Est.

Haut de page