Navigation – Plan du site
Dynamiques spatiales contemporaines et enjeux de gestion

Les zones humides littorales de la plaine albanaise

Reflet des évolutions socio-économiques en Albanie (1945-2015)
Albanian coastal wetlands, as an accurate picture of the country’s recent socio-economic transformations (1945-2015)
Anila Shallari et Nicolas Maughan
p. 165-187

Résumés

Jusqu’à la seconde guerre mondiale, la plaine littorale albanaise était occupée par un vaste complexe de deltas, lagunes, marais et prairies humides. Les travaux de bonification de la période communiste (1945-1990) ont transformé ces écosystèmes en profondeur. L’assèchement et la mise en culture furent d’une ampleur et d’une rapidité qui n’ont eu d’équivalent en Europe que la bonifica integrale de l’Italie fasciste. L’étendue spatio-temporelle de ces transformations et leurs conséquences sur les écosystèmes sont ici présentées ainsi que le rôle des milieux humides placés au centre de la politique agricole nationale. L’influence positive des bouleversements socio-économiques de la période post-communiste sur le fonctionnement hydrologique et la connectivité écologique des zones humides résiduelles et leur renaturation progressive est soulignée. Si la plaine littorale joue aujourd’hui un rôle crucial pour le pays, en concentrant une grande partie de la population et la majorité des activités économiques, le complexe de zones humides est aussi au centre d’enjeux environnementaux nationaux et internationaux. En effet, de par sa situation géographique, il possède un rôle écologique majeur (couloirs de migrations avifaunistiques) mais est aussi à un carrefour entre de nouveaux pôles de développement de l’Albanie et à la croisée de projets d’infrastructures internationales de transport d’hydrocarbures. Cette situation nécessite la mise en place d’initiatives et d’outils de gestion et de conservation adaptés à des écosystèmes dont l’importance écologique dépasse largement le cadre national mais aussi à des contraintes réglementaires liées à la récente signature par l’Albanie des principales conventions environnementales internationales.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 - Avant 1945, l’archipel du vide
2 - Des zones humides au cœur du système idéologique et économique pendant la période communiste
2.1 - Bonification et politiques agricoles
2.2 - La mise en œuvre rapide d’une politique d’asséchement et d’irrigation de grande ampleur
2.3 - Les impacts environnementaux directs
2.3.1 - La diminution de la superficie des zones humides suite au drainage
2.3.2 - Les aménagements hydrauliques et la déviation des cours d’eau
2.3.3 - Le développement d’une agriculture intensive
2.3.4 - Les pollutions d’origine industrielle
2.4 - Les impacts environnementaux indirects
3 - La période post-communiste : un espace multi-stratégique
3.1 - Une évolution des pressions anthropiques sur les écosystèmes
3.2 - Refonte des systèmes agraires et désengagement de l’État
3.3 - De nouvelles pressions qui fragilisent les milieux humides
3.3.1 - L’agriculture post-communiste albanaise
3.4 - Enjeux socio-économiques et écologiques multi-scalaires et effets sur les écosystèmes
4 - Des zones humides littorales à la croisée des dynamiques socio‑économiques et des enjeux de conservation
Conclusion

Aperçu du texte

Au centre d’un ensemble balkanique très montagneux, l’Albanie se singularise par la présence d’une longue plaine alluviale côtière, bordée par la mer Adriatique et caractérisée par une grande richesse en zones humides (PANO et al., 2007 ; CAESSTEKER et TOMAS-VIVES, 2007). La façade littorale s’étend sur environ 380 km avec 284 km le long de la mer Adriatique et 96 km sur la mer Ionienne. Avant 1945, les deltas, lagunes, marais, marécages et prairies humides occupaient une superficie de 55 000 ha, soit environ 20 % du territoire national (28 748 km2). Pendant la période communiste, une grande partie de ces espaces naturels a été transformée dans un but agricole mais aussi sanitaire. Suite à ces travaux, il n’en restait plus que 10 900 ha (environ 190 km2) en 1996, soit 4 % du territoire (PANO, 1998 ; PAPAYANNIS et SALATHE, 1999).

Ces espaces qui ont été au cœur des révolutions économiques et politiques du pays durant toute la seconde moitié du xxe siècle sont aujourd’hui soumis à des ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anila Shallari et Nicolas Maughan, « Les zones humides littorales de la plaine albanaise », Méditerranée [En ligne], 125 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/8121 ; DOI : 10.4000/mediterranee.8121

Haut de page

Auteurs

Anila Shallari

Université Paul-Valéry Montpellier 3, CEFE, UMR-CNRS 5175, 1919 route de Mende, 34293 Montpellier, France, anilashallari@yahoo.it

Nicolas Maughan

Aix Marseille Univ, CNRS, Cent Marseille, I2M, ECCOREV FR no 3098, case 18, 3 place V. Hugo, 13331, Marseille, cedex 03, France, nicolas.maughan@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page