Skip to navigation – Site map
Terroir : reterrorialisation et renouveau des produits typiques en France

Autre légume, autres lieux. La mâche dans le bassin maraîcher nantais

Another vegetable, other places: mache in the Nantes truck-farming district
Valérie Jousseaume and Christine Margetic
p. 47-53

Abstracts

This paper’s aim is to show how the specialisation of Nantes market-gardening area towards lamb’s lettuce production leads to the possibility of a change in the cultivation area. We could speak here of the end of the market-garden “terroir” in the agricultural meaning of the word. At the same time, this increase in lamb’s lettuce production, linked to a context of resumption of Nantes agglomeration’s residential sprawl, brings about a lack of market-gardening land and use conflicts among farmers. These territorial policies, important in Southern Loire Atlantique near Vendée, are associated with the affirmation of variably sized alliance networks eventually improving the market-gardening area.

Top of page

Index terms

Geographical index :

France, Loire-Atlantique, Nantes
Top of page

Author's notes

Nos remerciements s’adressent en particulier à Mesdames TESSIER et BARBO, à Monsieur LIMEUL de la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique, au comité économique Fruits et Légumes du Val de Loire, à Messieurs de GRANDMAISON, VINET, MÉNARD et TÊTEDOIE, maraîchers. Nous tenons à remercier les étudiants de L3 géographie 2006-2007 qui ont mené des travaux de relevés de terrain ou d’enquêtes. Enfin, que tous ceux qui ont répondu à nos multiples questions trouvent ici l’expression de notre gratitude.

Full text

1 - Introduction

1En 1979, D. Rapetti (1979) écrivait : « La frontière (de la banlieue maraîchère nantaise) se déplace en un mouvement plus ou moins rapide (…). Cette mutation, visible dès le début du 20e siècle, s’accentue au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ; le processus s’accélère et connaît un paroxysme des années 1960 à 1972-73 et depuis lors une certaine stagnation ». Or, depuis la fin de la décennie 1990, sous l’effet conjugué de la spécialisation du bassin vers la production de mâche et d’un important regain de l’étalement résidentiel autour de Nantes, le bassin maraîcher nantais connaît une réactivation de ce mouvement, comme l’a mis en évidence un travail de collecte statistique auprès notamment de la Chambre d’agriculture, du comité économique Fruits et Légumes (FEL) du Val de Loire et l’inter-FEL, croisé avec un travail d’enquêtes sur le terrain, mené en partie par des étudiants de L3 en décembre 2006, ainsi que de nombreux entretiens avec des maraîchers et des acteurs de la filière.

2En croisant les notions de terroir et de compétitivité, nous insisterons sur trois facteurs spécifiques de ce processus de recomposition des zones de production : le potentiel agro-climatique sera mobilisé pour montrer comment la spécialisation du bassin maraîcher nantais vers la mâche rend possible une évolution de la zone de culture ; la structuration géographique de la filière et l’efficacité de son fonctionnement seront envisagées à travers la trajectoire individuelle de certains maraîchers, et du jeu complexe des stratégies collectives.

2 - De la fin du terroir maraîcher à la faim de terres maraîchères

3En 2006, le bassin nantais produit 88% des 36000 tonnes de mâche produite en France. Le développement de cette niche économique est récent et date des années 1990. Cette spécialisation a d’importantes conséquences foncières.

2.1 - De la fin de la carotte nantaise à l’essor de la mâche nantaise

4Depuis la crise de la carotte au début des années 1990, la filière maraîchère nantaise s’est réorientée et connaît une forte spécialisation vers la production de mâche. Rappelons qu’au milieu des années 1980, suite à l’apparition de la machine à récolter, la carotte landaise, cultivée sur de grandes parcelles sablonneuses anciennement orientées vers la production céréalière, à moins de 1 franc le kilo à la production, concurrence brutalement la carotte de la région nantaise, produite sur des structures d’exploitations réduites à quelques hectares et un parcellaire émietté (Chupin, 1996). Fleuron du bassin maraîcher nantais, la production de carottes qui était de 40000 tonnes en 1977, n’est plus que de 13000 tonnes en 1990. Elle s’effondre totalement en 1992 et est aujourd’hui limitée à la vente d’un millier de tonnes de carottes fines en bottes (fig. 1).

5Créneau de remplacement au départ, la mâche nantaise explose ensuite : de 9000 tonnes en 1992, on passe en 2006 à un peu plus de 30000 tonnes (fig. 1). La production a donc presque triplé en 15 ans et cette croissance explique à elle seule celle de la production nationale.

Fig. 1 - L’évolution des principales productions maraîchères de la Loire-Atlantique entre 1977 et 2006 (en tonnages cumulés).

Fig. 1 - L’évolution des principales productions maraîchères de la Loire-Atlantique entre 1977 et 2006 (en tonnages cumulés).

2.2 - La mâche libère les maraîchers de leur terroir ancien

6Dans le bassin nantais, on distingue deux types de maraîchers qui jouent sur le lien au terroir : d’une part, les maraîchers de plein champ, avec petits tunnels et de plus en plus grands abris plastiques froids, producteurs de mâche, poireau primeur et radis, d’autre part les producteurs de tomates et de concombres sous serres en verre chauffées et de plus en plus en hors-sol.

7Pour les maraîchers de plein champ et abris froids, le terroir nantais, au sens agronomique, s’appuyait jusqu’aux années récentes sur des sols profonds, sablonneux et bien drainés (Chupin, 2000). Si la profondeur permet l’enfouissement des légumes racines spécifiques au bassin comme l’asperge (cultivée jusqu’au milieu du 20e siècle), le radis, le navet et la carotte, ou l’allongement de la partie blanche du feuillage du poireau en lien avec la demande des consommateurs, la texture sablonneuse permet quant à elle un développement idéal, évitant les formes tortueuses, les blessures provoquées par un sol trop compact et la présence de cailloux. De plus, les sols chauds sont nécessaires à la précocité de légumes vendus en primeurs, de même un bon drainage. Autre facteur agronomique déterminant, la proximité de réserves importantes d’eau permet l’arrosage. On trouve ces facteurs en particulier sur les bords et fonds des vallées de l’Erdre et de la Loire, le pourtour du lac de Grandlieu, le quartier des Chaumes à Machecoul (fig. 2). Par ailleurs, sur des sols de moindre qualité, comme sur le plateau de Carquefou (Rapetti, 1967), au Loroux-Bottereau ou à l’extrême sud du département, ont été privilégiés des légumes comme le flageolet de conserve ou le melon par le passé, le concombre et la tomate sous serres aujourd’hui.

8La mâche en revanche, qui poussait à l’état sauvage entre les rangs de vigne, a des besoins sensiblement différents. Cette plante dont le feuillage est consommé en salade, ne nécessite que 25 mm d’eau en hiver et 80 mm d’eau en été, c’est à dire 30 % des apports d’eau nécessaire au poireau (150 à 250 mm) et elle ne demande qu’un enracinement de moins de cinq centimètres. La culture de la mâche est donc possible sur un lit de culture de quelques centimètres comprenant néanmoins un apport très important de sable, six tonnes par hectare chaque année, pour rendre aisée la sortie de terre et la pousse afin d’obtenir un feuillage sans blessure conforme au cahier des charges de commercialisation.

2.3 - Une faim de terres maraîchères dans un contexte de concurrence urbaine

9Le rendement de la mâche étant en moyenne de 5 à 5,5 tonnes par hectare et par récolte, la surface développée utile est de 5 700 hectares en Loire-Atlantique et de 300 hectares en Vendée. Néanmoins, sachant que la mâche est récoltée 2 à 3 fois par an, le rendement annuel est d’environ 10 tonnes par hectare réel. La surface réelle occupée par la mâche est donc d’environ 3000 hectares en Loire-Atlantique et 150 hectares sur la Vendée. Pour comparaison, la surface totale occupé par le maraîchage en production principale était de 3 600 hectares au Répertoire des Exploitations Agricoles (REA 2000) de la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique, pour 4 300 ha de légumes en tout. Mais, ces données ne sont que des ordres de grandeur. Il est extrêmement difficile de connaître les chiffres exacts : les surfaces maraîchères portent plusieurs récoltes chaque année, les calculs de SAU sont localisés au siège d’exploitation il existe des productions de légumes en production secondaire sur des parties d’exploitation.

10Dans un premier temps, la croissance de la production de mâche s’est opérée aux dépens des autres légumes par une spécialisation des productions. La mâche représentait 4 % des tonnages maraîchers en 1977, 16 % en 1999 et 24 % en 2006, pour un volume de production, tous légumes confondus, assez stable d’environ 130 à 140000 tonnes (fig. 1). Jusque dans les années 1980, les maraîchers cultivaient 6 ou 7 produits parmi la carotte, le poireau d’hiver, le poireau primeur de printemps, le radis, le navet primeur, le céleri, la laitue, la mâche, la tomate, le melon ainsi que le glaïeul et le muguet. Au fil des années 1990, ils ont réduit ce nombre à deux légumes, tomate et concombre pour les serristes, mâche et poireau primeur ou mâche et radis pour les autres. Parmi ces derniers, 20-25 % sont même aujourd’hui en monoculture de mâche ; cette dernière est la production principale de tous (hors serristes).

11Aujourd’hui, les surfaces maraîchères existantes sont déjà pour plus de moitié occupées par la mâche. Or, les perspectives de croissance du marché, estimées à +10000 tonnes d’ici 10 ans, entraînent un besoin foncier à moyen terme de l’ordre de 1 000 hectares. Au tournant des années 2000, on observe donc une faim de terres maraîchères qui poussent les maraîchers, libérés de leur terroir, à convoiter d’autres terres agricoles, vignes et prairies. Ce mouvement s’inscrit en parallèle à un regain de la poussée résidentielle issue de la ville de Nantes, qui exerce une pression foncière puissante sur les terres agricoles. Entre 1999 et 2005, le département de la Loire-Atlantique a connu une croissance démographique vive de 1,07 % par an avec un développement de la construction et une reprise du mouvement d’étalement résidentiel.

3 - L’expansion du bassin maraîcher nantais

3.1 - L’attrait des terres au sud du bassin traditionnel

12Malgré cette pression sur la terre, entre les REA de 1994 et de 2000, la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique note une progression de 7 % de la surface maraîchère en lien avec l’essor de la mâche, dans un contexte de déclin des surfaces agricoles départementales. Sur la période 1988-2000, la source Agreste donne une croissance de 22,4% de la SAU légumes en Loire-Atlantique pour une perte de 45 % des exploitations, répartie en +20 % pour le plein champ et +35% pour les serres et abris hauts. Depuis 2000 (ces sources n’ayant pas été réactualisées), les maraîchers enquêtés évaluent la progression à 12 %, et nos actualisations menées par enquêtes fin 2006 soulignent partout une bonne résistance et le plus souvent même, une augmentation de la SAU maraîchère, à l’exception de communes de la communauté urbaine de Nantes, comme Rezé, Sainte-Luce-sur-Loire, Basse-Goulaine ou Sautron.

13Les politiques de protection de l’environnement protègent indirectement le maraîchage. Ainsi, dans le val nantais, qui représente environ 1 700 ha, le plan de prévention  du risque inondation restreint la construction (Jousseaume et al., 2004), et la SAU maraîchère progresse encore lentement malgré une urbanisation soutenue (Joyeux, 2004 ; Le Guillou, 2004) ; À Carquefou, sur les bords de l’Erdre, le classement de la rivière en grand site contribue au maintien des surfaces (290 ha en 2006). Enfin, autour du lac de Grandlieu, même si elle limite la possibilité de construction des serres, la loi littoral préserve toutefois l’agriculture de l’urbanisation et Sandrine Martinez (2000) notait entre 1989 et 2000, une hausse de 68 ha maraîchers aux Sorinières, (+65 % des terres maraîchères), de 32,6 ha à Pont-Saint-Martin (+205 %), de 83 ha à La Chevrolière (+252 %) et de 194 ha à Saint-Philbert-de-Grandlieu (+200 %), dans un contexte de déclin des surfaces agricoles communales, ce qui traduit bien la spécialisation maraîchère du secteur. Nos enquêtes soulignent la poursuite de la croissance au Loroux-Bottereau (141 ha en 2006, +19 % par rapport à 2000), à La Chevrolière, à Pont-Saint-Martin (100 ha, +38 %), aux Sorinières, mais surtout à Machecoul, à La Planche (135 ha en 2006, +27 %) et Arthon-en-Retz. Des terres maraîchères sont même apparues au Bignon, à la Limouzinière, à Touvois (fig. 2).

Fig. 2 - L’évolution actuelle de la localisation des cultures maraîchères du bassin nantais.

Fig. 2 - L’évolution actuelle de la localisation des cultures maraîchères du bassin nantais.

3.2 - Une expansion conduite par les maraîchers déjà en place

14Le renforcement du bassin maraîcher est avant tout le fait des maraîchers mêmes. En effet, compte tenu des investissements nécessaires, le passage d’une exploitation de production de viande bovine ou de lait classique du sud de la Loire-Atlantique vers une tenue maraîchère spécialisée en mâche, est difficilement envisageable pour plusieurs raisons. D’une part, l’amendement des terres, leur drainage, la mise en place d’un système d’irrigation coûte environ 12000 €/ha. Sachant que pour rentabiliser l’investissement, le site exploité en mâche doit atteindre entre 20 et 30 ha, le coût est donc compris entre 240000 à 360000 €, hors achat de terres. Un tel montant suppose l’obtention préalable d’un contrat de production, alors même que la construction d’un nouveau sol allié à un manque de savoir-faire sont des freins lourds pour assurer une bonne commercialisation les premières années. Du strict point de vue financier, aucune exploitation de polyculture-élevage ne peut avoir, seule, les financements nécessaires à une telle opération. D’autre part, le changement de métier s’exprime à la fois dans la gestion d’un personnel plus nombreux – d’un couple sans salarié ou avec un salarié, on passe à 4 ou 5 salariés – et par une variante du rythme de travail annuel : la succession périodes de travail intense/période creuse laisse place à des rythmes courts d’un mois à un trimestre. Enfin, alors que la polyculture-élevage s’inscrit dans le contexte d’une agriculture très encadrée, dont les revenus sont composés en grande partie de subventions, le maraîchage répond à la stricte logique du marché.

15Pour autant, les enquêtes de terrain nous ont montré un exemple récent dans le contexte de la crise du vignoble du muscadet. Il s’agit d’un viticulteur, qui, arrivant à l’âge de 55 ans, a profité des primes d’arrachage de la vigne pour mettre son exploitation de 12 ha en maraîchage de plein champ (navet, salade, céleri, fenouil…), la terre lourde et argileuse rendant toutefois impossible la culture de la mâche. L’âge de M. et de Mme V., surtout l’absence d’un successeur connu les ont freinés dans leur projet, mais cet exemple démontre toutefois la faisabilité d’une démarche de conversion.

16Par ailleurs, en fonction du contexte et par mimétisme, des agriculteurs du groupe des « légumiers » sont de potentiels maraîchers, d’autant qu’ils possèdent déjà un certain savoir-faire. Or, selon la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique (REA 2000), 750 ha étaient cultivés en productions secondaires de légumes, et le RGA identifiait 400 ha de légumes destinés à la transformation, en dehors de la filière en légumes frais. Cela nous ramène à la généalogie des maraîchers nantais décrite par Jean Renard. En 1975, il les classait en 3 groupes : les « maraîchers purs » héritiers des jardins nantais ; les « semi-maraîchers » dans la vallée de la Loire produisant sur une partie de leurs exploitations des légumes vendus sur les marchés nantais ; des « légumiers » de plein champ dans le sud du département liés par contrat aux conserveries nantaises. Dans ces écrits, seuls les premiers semblaient posséder savoir-faire et capitaux. Pourtant, aujourd’hui ces catégories sont obsolètes, car, bien que cela paraissait impossible voici 30 ans, tous ont évolué vers un même modèle de spécialisation maraîchère dans un contexte de modernisation rapide de l’agriculture.

3.3 - D’une croissance en continuité spatiale à une croissance en « tache »

17La spécialisation vers la mâche rend aisée une sortie du terroir sablonneux et profond propice à la carotte. Cette sortie se fait à différentes échelles de proximité, l’exemple de la vallée de la Loire étant révélateur de cette double dynamique continuum/discontinuité spatiale.

18La vallée ligérienne (fig. 2, communes a, b, c, d et e) comprenait en 2000, la moitié des surfaces maraîchères en orientation principale de la Loire-Atlantique. Ce secteur s’est développé après la Seconde Guerre mondiale, au moment où le maraîchage nantais disparaît sous la pression urbaine. Mais, ce maraîchage est très à l’étroit au fond de la vallée de la Loire (Jousseaume et al, 2003), et la conquête récente de terres nouvelles s’y oriente dans deux directions. Premièrement, la progression se fait sur le coteau et le plateau à La Chapelle-Basse-Mer. Secondement, elle conquiert les prairies les plus humides grâce au progrès technique que représentent les grands abris plastiques froids, sous lesquels la culture de la mâche est possible sur un sol créé de quelques centimètres, en particulier sur la commune de Saint-Julien-de-Concelles (Jousseaume et Mercier, 2005).

19Néanmoins, aujourd’hui, la vallée est exsangue : émiettement des structures d’exploitation, taille des parcelles mal adaptée aux exigences de la mécanisation, pression urbaine … Aussi, si en 1955-1965, ce sont quelques familles maraîchères de Nantes qui ont fait bouger le territoire maraîcher vers de nouveaux espaces au nord-est, au sud-ouest de l’agglomération nantaise (Renard, 1975) ou vers Machecoul (Rapetti, 1967 ; Michaud, 1998), ce sont aujourd’hui les maraîchers de la deuxième couronne, en particulier ceux de la vallée ligérienne, qui semblent être les moteurs d’un déplacement du bassin (fig. 2).

20Lors d’un entretien, un maraîcher de la vallée nous a dit : « se développer vers le sud : c’est le rêve de tout le monde ! » ; mais, mesurer ce mouvement est extrêmement délicat. Outre que les exploitations sont recensées sur la commune de leur siège, aucune source ne répertorie l’achat ou l’exploitation de terres hors de la commune de ce siège. Pour autant, les enquêtes de terrain et nos entretiens nous ont révélé une douzaine de cas. Ainsi, 5 exploitations de La Chapelle-Basse-Mer, 3 de Saint-Julien-de-Concelles, 1 de Carquefou, 2 de Nantes, 1 aux Sorinières, 1 à Gétigné possèdent des terres sur les communes suivantes : Le Cellier, Grandchamps-des-Fontaines, Petit-Mars, Nort-sur-Erdre, Saint-Mars-le-Jaille au nord de la Loire, La Limouzinière, Le Bignon, La Chevrolière, Vieillevigne, Touvois, Saint-Hilaire-de-Clisson au sud Loire, ainsi que Soullans et Saint-Vincent-sur-Jard en Vendée.

21Cette conquête en « tache » se fait le plus souvent par reprise de grandes exploitations en polyculture-élevage, non sans tensions localement, par exemple sur Carquefou, mais surtout à l’est du lac de Grandlieu, sur Machecoul ou La Planche (fig. 2) où les fortes compétitions foncières entre polyculteurs et maraîchers tournent toujours à l’avantage de ces derniers tant le différentiel de valeur de fermage est fort entre ces deux orientations agricoles. Aussi, de façon un peu simplifiée, on peut dire que la taille moyenne des sites d’exploitations maraîchères, est inversement proportionnelle à la distance à la ville et à l’ancienneté de l’activité maraîchère sur le secteur.

4 - Du terroir au territoire ?

4.1 - Les acteurs de la mâche face à la croissance spatiale

22La diffusion du maraîchage dans de nouvelles communes est soutenue par l’appui technique, commercial et financier de l’exploitation-mère, selon quatre modes de fonctionnement :

  • installation d’un membre de la famille (frère ou fils) sur le nouveau site, avec une exploitation unique (GAEC avec l’exploitation-mère);

  • association entre un maraîcher et un polyculteur;

  • désignation d’un salarié de confiance comme responsable du site, le chef d’exploitation se déplaçant alors plusieurs fois par semaine sur le site délocalisé;

  • organisation centralisée pour une exploitation basée sur 3 sites au sud du département, l’outillage étant déplacé sur camion d’un site à l’autre, en rotation.

23Dans les deux derniers cas, le maraîcher de l’exploitation-mère est responsable de l’ensemble des sites. Dans les entretiens, les maraîchers soulignent le changement de métier que cela suppose, l’un d’eux disant : « J’ai dû faire quelque chose d’impensable pour moi avant : laisser faire les semis par un salarié. Avant j’étais toujours dans les terres, sur le tracteur. Aujourd’hui c’est un autre métier, il y a la gestion des sites et de la société de commercialisation qui prennent beaucoup de mon temps».

24Datée de 1962 avec la création de la Coopérative maraîchère du Val de Loire par des maraîchers de la vallée, la coopération fait ensuite tache d’huile, ce qui conduit à un regroupement de coopératives fin 1971 qui donne naissance à la SICA maraîchère du Val de Loire nantais (Peyon, 1974). Cette structuration collective a été réactivée après la mise en application de la nouvelle OCM légumes (règlement européen 2200/96) et la crise de la mâche en 1997. Aujourd’hui, face à une cinquantaine de producteurs indépendants coexistent 3 grosses organisations de producteurs (OP) : la coopérative du Val Nantais, Nanteurop F&L et la SCA Océane. Lieux centraux d’un système territorial fondé sur une articulation concurrence-complémentarité entre structures, leurs outils de conditionnement se situent en 3 pôles : l’historique (Nantes), la vallée (Saint-Julien-de-Concelles) et le secteur en devenir (Machecoul).

25Ces OP offrent une structuration en réseau qui fonctionne sur une double logique de proximité géographique et de production spécifique. Pour autant, l’adhésion d’un maraîcher vendéen à l’une des OP entraîne une double altération dans les modes de fonctionnement du bassin. D’une part, il doit supporter une « prime d’éloignement » au centre de conditionnement (une première dans le bassin). D’autre part, il perturbe le découpage fonctionnel des structures de conseil technique. Actif pour la promotion et l’expérimentation collective, le Comité économique des fruits et légumes des Pays de la Loire est structuré par département, avec notamment, en Loire-Atlantique, le Comité Départemental de Développement Maraîcher (CDM) et en Vendée le Groupement de Développement Maraîcher (GDM). Pour l’activité « mâche », chaque organisme s’appuie sur une stratégie donnée en termes de conseils, que transcende ce maraîcher en demandant son rattachement à la structure ligérienne. Cet exemple préfigure sans doute une territorialité renouvelée sous l’impulsion d’acteurs individuels.

4.2 - Une IGP « mâche nantaise » en concurrence avec la 4e gamme

26Très précocement, les maraîchers se sont regroupés pour commercialiser leurs produits. Dès 1930 est créée la marque des Maraîchers Nantais (Renard, 1975). En 1998 est obtenue la CCP mâche nantaise, puis en 1999 l’IGP mâche nantaise gérée par l’association Qualifrais qui regroupe 34 adhérents en 2006. La zone géographique associée à l’IGP recouvre la quasi-totalité de la Loire-Atlantique, 8 cantons de Vendée et 2 du Maine-et-Loire, soit le bassin naturel de l’estuaire de la Loire (fig. 2). Participant d’une stratégie commerciale de la part des maraîchers les plus performants (pôle de Machecoul) qui veulent éviter la délocalisation de la mâche après celle de la carotte, elle reflète une anticipation de la poursuite du glissement spatial de la zone de production.

27Peu de tonnage (350-400 tonnes annuelles) en raison d’une conjugaison de facteurs qu’on peut graduer comme suit :

  • enjeux « polico-stratégiques » pour certains ;

  • aucune différence de prix avec la mâche classique car la zone est extrêmement concurrentielle en interne (unique en France, le Bureau Interprofessionnel mâche (BIM) n’arrive pas complètement à anticiper les à-coups des prix);

  • très (trop ?) bonne réputation, ce qui pose la question de la dénomination : dans l’esprit des consommateurs, la mâche est « nantaise », d’autant que les noms des OP ou des marques font référence à Nantes. L’IGP n’apporte donc pas de dimension identitaire supplémentaire, même à l’étranger;

  • effet boomerang pour les producteurs qui se sont battus pour que le conditionnement reste attaché au bassin, à une période où la 4e gamme n’existait pas encore.

28Aujourd’hui, les ateliers de conditionnement de la 4e gamme sont surtout localisés sur Lyon et en Normandie, et, à elles trois, Bonduelle(qui a racheté en 1997 Salade minute), Les Crudettes et Soleco font 95% du chiffre d’affaires de cette niche. Dans le « rapport de force » avec les industriels, les maraîchers sont plutôt en position favorable puisque ceux-ci ont des contraintes d’approvisionnement continu dans le temps, que traduit d’ailleurs l’absence de critères qualitatifs pré-définis. Pour autant, la logique des producteurs est avant tout de chercher à capter durablement ce créneau, ce qui passe à la fois par une sélection qualitative « volontaire » et par la contractualisation (certains sont intégrés à 100%), en contradiction avec les enjeux d’une l’IGP dont les contours sont en voie de redéfinition.

29Dans cette logique de recomposition du bassin nantais, la logique de territoire tend donc à se renouveler, les réseaux se (re)structurant aussi autour d’outils extérieurs au bassin, dans un contexte d’activation de la concurrence au stade productif : si le risque est réel avec l’Allemagne, les essais en Normandie, dans les Landes ou en Flandre belge se sont révélés peu concluants car ils ne regroupent jamais les cinq éléments majeurs qui font la rente territoriale, à savoir la technologie, les hommes, le climat, le sol et le sable.

5 - Conclusion

30Terroir et compétitivité : la volonté des maraîchers nantais d’être les leaders incontestés sur le marché de la mâche pousse à réviser ce couple. La maîtrise de la filière depuis l’amont jusque l’aval en 1ère gamme est une des grandes forces du bassin nantais, mais les recompositions en termes de localisation des terres maraîchères, les reconfigurations commerciales, le renforcent et le fragilisent tout à la fois. Activité peuplante, forte d’une image positive auprès des consommateurs, la production de mâche doit de plus relever depuis quelques années deux nouveaux enjeux : l’environnement pris au sens large (fertilisation, eau …), mais aussi (et surtout ?) l’acceptabilité du bassin par la population locale en termes de paysages, en particulier depuis la diffusion des serres à grands châssis.

Top of page

Bibliography

Chupin O., (1996), Le maraîchage périurbain à l’épreuve de la croissance urbaine. L’exemple du nord-est de l’agglomération nantaise, Nantes, mémoire de maîtrise, IGARUN, 251 p. + annexes.

Chupin O., (2000), Place et évolution du maraîchage nantais en Loire-Atlantique, Méditerranée, n°3.4, p. 43-50.

Jousseaume V., Croix N., Mercier D., (2003), La Chapelle-Basse-Mer, commune ligérienne. Guide de géographie locale, Rennes, PUR, 96 p.

Jousseaume V., Landrein J., Mercier D., (2004), La vulnérabilité des hommes et des habitations face au risque d’inondation dans le Val nantais (1841-2003), entre législation nationale et pratiques locales, Norois, n°192, p. 29-45.

Jousseaume V., Mercier D., (2005), Processus et acteurs de l’aménagement de la zone inondable du val nantais, Cahiers nantais, n°64, p. 25-46.

Joyeux E., (2004), Vers une nouvelle approche de la vulnérabilité face au risque d’inondation. Le cas de l’agriculture dans le val de la Divatte en basse vallée de la Loire, mémoire de DEA, université de Paris 8, 209 p.

Le Guillou A.-F., (2004), Dynamique de l’urbanisation et zones inondables ; l’exemple du Val nantais, Nantes, mémoire de maîtrise, IGARUN, 102 p.

Martinez S., (2000), Maraîchage entre Saint-Philbert-de-Grandlieu et Les Sorinières de 1989 à 2000, Nantes, mémoire de maîtrise, IGARUN, 115 p. + annexes.

Michaud S., (1998), Évolutions des cultures maraîchères à Machecoul depuis 1972, Nantes, mémoire de maîtrise, IGARUN, 97 p.

Peyon J.-P., (1974), Un regroupement coopératif : la SICA maraîchère du Val de Loire nantais, Norois, n° 81, p. 65-86.

Rapetti D., (1967), L’implantation des maraîchers nantais à Carquefou, Sainte-Luce et Thouaré-sur-Loire, Nantes, mémoire de DES, IGARUN, Nantes, 142 p.

Rapetti D., (1979), Frontière mouvante, frontière éclatée : la banlieue maraîchère nord-est de Nantes. Évolution et problèmes de transfert d’exploitations 1948-1978, Cahiers Nantais, n° 16, p. 63-125.

Renard J., (1975), Les évolutions contemporaines de la vie rurale dans la région nantaise (Loire-Atlantique, bocages vendéens, Mauges), thèse de Doctorat d’État de l’Université de Paris I, Les Sables d’Olonne, Éditions du Cercle d’Or, 432 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - L’évolution des principales productions maraîchères de la Loire-Atlantique entre 1977 et 2006 (en tonnages cumulés).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/84/img-1.png
File image/png, 25k
Title Fig. 2 - L’évolution actuelle de la localisation des cultures maraîchères du bassin nantais.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/84/img-2.png
File image/png, 84k
Top of page

References

Electronic reference

Valérie Jousseaume and Christine Margetic, « Autre légume, autres lieux. La mâche dans le bassin maraîcher nantais », Méditerranée [Online], 109 | 2007, Online since 01 July 2009, connection on 20 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/84

Top of page

About the authors

Valérie Jousseaume

maître de conférences

Christine Margetic

Professeur, UMR CNRS 6590 ESO - CESTAN

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page