Skip to navigation – Site map
Approches terroirs dans les États méditerranéens de l'Union européenne

Terroirs patrimoniaux andalous : une cohabitation possible avec l’agriculture de contre-saison ?

Andalusian patrimonial terroirs: a potential opening for out-of-season agriculture?
André Humbert
p. 85-91

Abstracts

Between the plastic sea of the Costa del Sol and the sea of olive trees on the Jaén campiñas, the Andalusian countrysides around the Betic mountain chain have seen considerable agricultural abandonment. In rather stark contrast to the coastal dynamism, this Andalusian mountain zone has economically lagged and to survive must seek new opportunities for development. In this regard, an emphasis on “authentic products of the terroir” seems particularly hopeful. Spaniards and other Europeans increasingly respond to traditional or very special products from this zone. In an attempt to conquer new markets, mountain communities have solicited governmental assistance, pursued the development of controlled appellation, and learned modern methods of information gathering.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Espagne, Andalousie
Top of page

Full text

1 – Introduction

La plaine littorale du Llano de Carchuna, à l’est de la Vega de Motril n’est pas la plus vaste du littoral oriental de la Costa del Sol mais elle offre une des images les plus saisissantes de l’emprise de la culture forcée de contre-saison.

(Cl. A. Humbert, 2003)

1Sur une centaine de kilomètres, entre le Cabo de Gata et la Vega de Motril, 25 000 hectares de serres tapissent les plaines littorales (photo 1) et escaladent même les premières pentes de l’adret montagneux qui domine la Méditerranée. Au-delà, vers l’ouest, les vergers de fruits subtropicaux, et notamment d’avocatiers, prennent le relais avec plus de 10 000 ha. En une quarantaine d’années s’est développé un incroyable front pionnier qui alimente, au cœur de l’hiver, en fruits et surtout en légumes frais les pays les plus septentrionaux de l’Europe. Cette agriculture forcée de contre-saison ajoutée au dynamisme touristique du même littoral a contribué à provoquer la désertion d’un arrière-pays dont l’agriculture traditionnelle a été délaissée par les hommes. Plus au nord, l’oléiculture vigoureusement soutenue par la PAC a envahi les collines des campiñas du Guadalquivir et les montagnes subbétiques de Jaén et Grenade. N’y a-t-il pas dans ces vieilles campagnes méditerranéennes qui ont été si pleines des ressources humaines capables de valoriser des terroirs qui ont autre chose à offrir que les produits stéréotypés du littoral ? Les vieux terroirs de l’arrière-pays de la Costa del Sol (fig. 1) ne peuvent-ils revivre dans une cohabitation avec des espaces agricoles qui sont parmi les plus dynamiques du monde ?

Fig. 1 - Carte de la Costa del Sol et de son arrière-pays de terroirs montagnards

Fig. 1 - Carte de la Costa del Sol et de son arrière-pays de terroirs montagnards

2 - De vieilles productions commerciales en déclin

  • 1  Pasa ou uva pasa, c’est-à-dire raisin séché. La production de ces fruits secs est traditionnelleme (...)

2L’agriculture de la façade maritime et de l’arrière-pays montagneux bétique est depuis longtemps engagée dans une production destinée à l’industrie ou à marché parfois lointain. La canne à sucre a régné de façon plus ou moins continue depuis le cœur du Moyen Âge, mais des produits plus prestigieux ont tenu une place importante dans le commerce international. Il s’agit d’abord, bien entendu, des productions du vignoble de Malaga avec du vin liquoreux qu’il est inutile de présenter, aussi célèbre que le Porto ou le Xérès. Son appellation s’était imposée bien avant la réglementation moderne. Moins connues sans doute que le raisin de Corinthe, les pasas de Malaga 1 n’en ont pas moins occupé une place importante dans la pâtisserie et la confiserie d’une partie de l’Europe et de l’Amérique, surtout dans la seconde moitié du XVIIIe siècle lorsque les vins et les raisins secs embarqués au port parvenaient jusque sur la table de Catherine II de Russie (Mignon C., 1981, p 136…). La viticulture malagueña a incontestablement contribué à l’essor des campagnes de ces montagnes méditerranéennes et à faire de leurs terroirs si longtemps voués à un élevage extensif et à une agriculture misérable, des espaces d’excellence et de prospérité. Ils sont aujourd’hui, avec leurs productions, exaltés pour leur valeur patrimoniale et leurs qualités reconnues. La reconnaissance officielle des vins de Malaga est déjà ancienne puisque l’appellation « Vino de Málaga » et « Vino des las Sierras de Málaga » a été obtenue dès 1933 ; en revanche l’appellation « Pasas de Málaga » a été attribuée récemment dans la vague des « Appellations d’Origines Protégées » et des « Indications Géographiques Protégées » qui a déferlé au profit d’innombrables « produits de terroirs » avec la mise en place de la législation européenne. Le label de qualité a été obtenu en 1997 pour les pasas qui ont été produites selon les normes réglementaires appliquées au cépage traditionnel du Moscatel d’Alexandrie, dit aussi Moscatel de Málaga. Mais la crise du vignoble de Malaga est trop profonde pour que des appellations évoquant d’anciennes gloires soient suffisantes pour affronter la concurrence d’activités autrement plus lucratives sur le littoral proche. C. Mignon, dans les années 1970, considérait déjà que le déclin était irréversible. Au milieu des années 1950, le vignoble couvrait plus de 25 000 ha ; les surfaces étaient tombées à environ 16 000 ha au début des années 1980. Au début du XXIe siècle le vignoble de Malaga couvre moins de 7 000 ha dont un peu moins de 1 200 ha bénéficient d’une appellation d’origine protégée pour le vin et 3 000 environ pour les pasas. (photo 2) Le repli est donc considérable.

Photo 2 - Maisons du vignoble de Malaga et séchoirs à pasas près de Curumbela, province de Malaga.

Photo 2 - Maisons du vignoble de Malaga et séchoirs à pasas près de Curumbela, province de Malaga.

Un certain nombre de villages du vignoble de Malaga, notamment ceux de l’Axarquía continuent à produire du vin et des raisins secs. Les batteries de séchoirs à pasas (secaderos ou paseros) orientés vers le sud constituent un trait caractéristique des paysages du vignoble.

(Cl. A. Humbert, février 2007)

3Dans le domaine viticole, la situation est sans doute plus grave encore pour une ancienne gloire de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. En effet, les terroirs de la dépression orientale de la Alpujarra, dans la province d’Alméria, ont connu, pendant des décennies, une prospérité remarquable grâce au commerce international du raisin de table. Cette production d’abord dominée par le négoce malagueño a été soutenue ensuite depuis Alméria où était organisé le commerce avec l’Angleterre, notamment. En 1910, les vignes sur pergola – les parrales – couvraient plus de 6000 ha et débordaient de la vallée du río Andarax jusque sur les plaines littorales. La uva del barco – le raisin de bateau – était alors expédié pour Noël vers la plupart des pays d’Europe du Nord-Ouest et même vers les États-Unis. Un tel succès s’explique en grande partie par les caractéristiques du raisin dit de Ohanes, du nom du village accroché à mi-versant au-dessus de la vallée du rio Andarax, dont la peau épaisse permettait de le transporter sans dommages. Or, ce qui a fait la fortune d’un produit d’exportation de luxe représente aujourd’hui son principal handicap : les goûts de la clientèle ont changé et celle-ci préfère de beaucoup les raisins à peau fine et parfois sans pépins que proposent d’autres pays méditerranéens (Italie, Turquie) ou même d’autres régions espagnoles : dans la province de Murcie et dans celle d’Alicante (vallée du Vinalopó) les surfaces de parrales se sont développées de façon spectaculaire et elles y couvrent aujourd’hui, respectivement, 5 500 et 9 500 ha alors qu’il n’ y en a plus qu’environ 750 ha dans la province d’Alméria. Des groupements de viticulteurs militent pour l’introduction de nouvelles variétés à peau tendre et apyrènes mais il semble difficile d’obtenir une appellation Ohanes qui valoriserait un patrimoine agricole vieux de plus d’un siècle alors que ce patrimoine est si intimement associé à une variété qui est à l’origine de la renommée d’un terroir.

3 - De vieilles productions méditerranéennes revitalisées

4Si les gloires viticoles d’antan ont incontestablement souffert du dynamisme économique du littoral andalou, un certain nombre de productions dites traditionnelles, c’est-à-dire caractéristiques depuis longtemps des terroirs méditerranéens de montagne semblent pouvoir profiter de conditions favorables pour revitaliser certains terroirs.

5Même dans le domaine viticole, certaines contrées qui avaient connu un essor important à l’époque de la vague viticole amorcée dès le XVIIIe siècle mais qui ont été durement frappées par les crises successives tentent de se refaire une place au soleil. Une de ces comarcas viticoles proches des rivages de la Costa del Sol est la sierra de Contraviesa ou Alpujarra maritime. Ce vignoble installé sur un support aride et médiocre produisait des vins fortement alcoolisés mais de qualité très hétérogène et ne jouissait d’aucune réputation internationale contrairement à ceux de Malaga. La faiblesse des rendements et une organisation commerciale déficiente ont entraîné un déclin rapide et dès la fin des années 1970, C. Mignon présente un tableau très sombre de la situation et pose un diagnostic très pessimiste (1981, p. 352). En effet, les premières pentes du relief qui domine la mer portent aujourd’hui les reliques de ces terroirs viticoles avec leurs terrasses abandonnées piquetées parfois de squelettes d’amandiers ; cet espace délaissé est aujourd’hui en partie réinvesti par les serres de versant qui sont tantôt installées sur les anciennes terrasses, tantôt construites sur des plans inclinés remodelés au bulldozer. Pourtant la mort annoncée ne s’est pas produite – pas encore du moins – et le vignoble de la Contraviesa connaît même une vitalité nouvelle résultant d’un effort des paysans qui y vivent encore pour améliorer la qualité de leurs produits en profitant des aides communautaires, notamment celles qui sont destinées à replanter des cépages nobles compatibles avec une appellation « vin de pays » (vino de la tierra). De nombreuses comarcas andalouses qui avaient eu un passé viticole plus ou moins marqué ont tenté de tirer profit de la législation européenne en matière d’appellations pour obtenir la qualification qui place leurs produits juste au-dessus du tout venant des vins de table, c’est-à-dire celle des « Indications Géographiques Protégées » (Indicaciones Geográficas Protegidas). Douze « pays » andalous possèdent actuellement cette IGP de vignoble ; La Contraviesa y a eu accès en 1992 avec l’appellation « vino de la tierra Contraviesa-Alpujarra ». Les effets de cette réaction sont-ils visibles ? Sur le terrain, incontestablement, car toutes les communes de la Contraviesa de la zone d’appellation (13 communes) présentent des terroirs qui paraissent bien entretenus avec des vignes souvent jeunes, la plupart de moins de 10 ans ; les paysans rencontrés confirment ce rajeunissement mais ne sont pas totalement assurés de la rentabilité économique sur le long terme ; la plupart essaient de diversifier leurs productions afin d’amortir les effets des fluctuations du marché.

6Aussi bien dans la Contraviesa que dans les autres parties de la Aljujarra grenadine, deux autres productions méditerranéennes traditionnelles contribuent à l’effort de revitalisation de la montagne par la diversification et la valorisation des terroirs : il s’agit des amandes et des figues.

7L’Espagne dans sa totalité possède environ 640 000 ha d’amanderaies sur les 810 000 que compte l’Union européenne, soit 40 % des surfaces mondiales pour environ 15 % du tonnage de fruits secs. L’Andalousie représente à elle seule 30 % des surfaces nationales dont une grande partie occupe des terroirs difficiles des chaînes bétiques : sur le versant méridional et occidental de la Sierra Nevada, la petite région agricole (comarca agraria) de la Alpujarra-Valle de Lecrín en a plus de 15 000 ha. La plus grande partie de ces amanderaies sont en culture pluviale (secano) et sont d’un rendement bien inférieur aux vergers irrigués de Californie. Il n’est donc pas abusif de considérer la culture des amandiers comme une culture extensive. En effet, certaines plantations paraissent fort négligées avec un sol travaillé sommairement et des talus de séparation des terrasses envahis par les mauvaises herbes. Certaines de ces amanderaies semblent avoir été établies comme un pis-aller cultural par des propriétaires qui souvent vivaient d’autre chose que de l’agriculture. Mais comme dans d’autres secteurs, l’Union européenne (UE) a eu une politique incitative pour améliorer la production en volume et en qualité. Les aides conjointes de l’UE, de l’État espagnol et des Communautés autonomes à la plantation et à l’amélioration s’élèvent, en 2007, à 241 €/ha. La commercialisation s’est organisée par le biais de puissantes coopératives qui recherchent des marchés à l’extérieur de l’Espagne. Une grosse coopérative regroupant 4200 producteurs a installé son siège à Cartama dans la province de Malaga. Almendra del Sur exporte 70 % de la collecte d’amandes vers l’Europe centrale, les États-Unis, l’Europe de l’Est, l’Amérique centrale et les Pays arabes. Le caractère extensif des vergers d’amandiers est aujourd’hui utilisé comme un argument commercial face à la concurrence et les producteurs de la province d’Alméria qui en entretiennent environ 45 000 ha prétendent pouvoir les mener dans leur totalité de manière « écologique » dans les prochaines années. Il n’est pas sûr que cette prétention de qualité et « d’autenthicité » d’un produit de terroir soit suffisante pour faire face aux menaces qui se précisent. Un cri d’alarme a été lancé l’an dernier dans la presse par les organismes professionnels quand les prix de la campagne 2006 se sont effondrés de 50 % par rapport à ceux de 2005. La faute en incomberait à l’agressivité commerciale des producteurs californiens accusés de dumping pour s’emparer des parts de marché des Espagnols et ainsi dominer totalement le marché mondial qu’ils alimenteraient déjà pour 85 %. Il conviendrait donc de suivre l’évolution du marché de l’amande lors des prochaines campagnes pour tenter d’apprécier les chances de consolidation de « cette culture refuge » selon l’expression des représentants de l’Union des petits producteurs d’Alméria.

8La morosité relative du marché vinicole, même soutenu par l’appellation « vin de pays », et les menaces qui pèsent sur celui des amandes incitent certains agriculteurs à chercher un complément de revenus dans une troisième culture méditerranéenne, celle des figues. Les figuiers qui depuis toujours sont ubiquistes dans les terroirs, mais le plus souvent de façon dispersée, sont aujourd’hui cultivés en véritables vergers spécialisés. La commercialisation des figues semble très concentrée entre les mains de quelques grands expéditeurs : les fruits produits et séchés dans les villages de la Sierra Contraviesa, par exemple, sont achetées par des courtiers d’un expéditeur de Badajoz en Extrémadure. Les petits producteurs estiment que, pour l’instant du moins, les figues assurent les revenus les plus substantiels mais ils s’efforcent d’asseoir la survie de leur exploitation sur la trilogie « fruitière » qu’est l’association vigne, amandiers, figuiers. Cette stratégie a finalement créé, dans les zones de montagne où elle se déploie, des paysages plutôt soignés même si la reconquête agricole qu’ils expriment est peut-être très fragile (photo 3).

Photo 3 - Terroir « réactivé » de la Sierra de Contraviesa, province de Grenade

Photo 3 - Terroir « réactivé » de la Sierra de Contraviesa, province de Grenade

La vieille trilogie arboricole est présente sur ce cliché pris près de Cádiar. La vigne qui a fait un retour en force est souvent jeune, mais il est rare que les viticulteurs n’exploitent pas aussi quelques vergers d’amandiers (ici en fleurs) et de figuiers dont les pieds trapus sont bien reconnaissables.

(Cl. A. Humbert, février 2007)

9Un autre fruit de montagne occupe des niches beaucoup plus réduites que la trilogie précédente. Il s’agit de la châtaigne qui, depuis le Moyen Âge au moins, participe à l’alimentation des montagnards de certaines contrées des chaînes bétiques. En effet, les livres d’Apeos qui recensent les biens des Morisques expulsés à la fin du XVIe siècle mettent en évidence la présence des châtaigniers dans tous les terroirs de la Alpujarra et du Marquesado del Cenete (versant nord de la Sierra Nevada. Actuellement, deux foyers andalous représentent de façon significative l’exploitation de la châtaigneraie : l’un est à l’extrémité occidentale du territoire, dans la province de Huelva, en Sierra Morena (Sierra de Aracena), l’autre est dans l’arrière-pays de Malaga, dans la Serranía de Ronda (Vallée du Genal et Sierra de las Nieves). Les surfaces ne sont pas considérables - 5 000 et 3800 ha respectivement - mais le second foyer semble exploité de façon plus intensive si l’on considère qu’un hectare de châtaigneraie de la vallée du Genal produit 1100 kg de fruits contre seulement 480 pour celle de Huelva. Les mécanismes d’impulsion et de promotion sont les mêmes que pour les autres fruits de « terroirs ». Les organisations de producteurs réclament une aide communautaire plus substantielle que les 119 €/ha actuellement accordée au châtaignier, alors que l’olivier bénéficie de 266 € ; ils demandent même d’avoir accès à l’aide spéciale accordée aux cultures ligneuses sur terrain en pente ou sur terrasses qui est de 423 €/ha, en 2007. Les producteurs se sont organisés en coopératives dont les plus représentatives sont au nombre de six parmi lesquelles quatre au moins sont dans la zone de Ronda. L’écologie, « l’authenticité », les paysages sont mobilisés pour exalter le terroir. En Espagne, la Galice vient d’obtenir une IGP pour la châtaigne de la région ; les producteurs andalous ne vont sans doute pas être en reste et vont s’efforcer d’obtenir également une appellation. En attendant, l’attention est attirée sur la région et ses productions par l’organisation de « fêtes de la châtaigne » comme celle de Ronda qui a eu lieu pour la troisième fois en 2006.

10Même s’il ne s’agit pas d’un fruit et même s’il n’est pas exclusif de l’aire méditerranéenne, il est un produit qui plus peut-être encore que les autres profite de l’aura écologique des régions méditerranéennes dans leurs parties montagneuses. Il s’agit du miel qui a toujours été produit ici mais qui est paré, plus encore qu’autrefois, de toutes les vertus de la naturalité des garrigues et des maquis de la montagne andalouse. Le caractère patrimonial du miel est renforcé par le maintien des pratiques de transhumance des ruches entre les zones proches du littoral et les étages les plus élevés du versant des chaînes bétiques, même si les déplacements se font en camion. Dans la province de Granada, il y a un peu plus de 300 apiculteurs à la production significative, parmi lesquelles un tiers environ sont des professionnels qui possèdent souvent plus de 500 ruches. La profession a su s’organiser suffisamment pour obtenir, en 2004, une Appellation d’Origine Protégée (DOP) certes assez large puisqu’elle couvre toute la province de Grenade, mais qui, pour l’instant, est la seule avec la Denominación Miel de La Alcarria, celle d’un « pays » de Nouvelle Castille au nord-est de Madrid. Cette appellation ne garantit pas cependant la rentabilité de l’apiculture car, une fois de plus, les producteurs se plaignent amèrement des concurrences étrangères, notamment celles du Mexique, de l’Argentine et surtout maintenant de la Chine.

4 - Un savoir faire de terroir : le jambon de Trevélez

11Le jambon espagnol a acquis une réputation internationale bien avant la mise en place d’une réglementation officielle sur la qualité. Il apparaît depuis longtemps comme un des produits de terroir les plus « authentiques » en raison de la spécificité de la race de porcs qui fournit la matière première, d’un mode d’élevage associant écologie et liberté et d’un savoir-faire paysan multi-séculaire. De l’ordre a été mis récemment dans l’extrême diversité d’une production à laquelle participe un grand nombre de régions en Espagne. La première distinction a été établie en fonction de la race des porcs fournissant la viande. L’excellence est censée être représentée par la raza ibérica (l’appellation « de pata negra » n’est pas reconnue par la législation en vigueur) ou en tout cas par des porcs de race ibérique pour au moins 50 % de leur stock génétique, à condition qu’ils aient été croisés avec des races autorisées ; d’autres facteurs interviennent pour établir une hiérarchie à l’intérieur de ce groupe, en particulier le mode d’alimentation des animaux. À un niveau inférieur sont rassemblés la plupart des jambons produits avec d’autres races de porcs mais dans un environnement climatique « montagnard » qui leur vaut d’être appelés serranos. Au cours des années récentes, un tri supplémentaire a été réalisé par le biais de l’attribution d’appellations d’origine protégées (Denominación de Origen Protegida : DOP) à l’intérieur du groupe des « jamones ibéricos ». Actuellement, les principales DOP de jambon ibérique sont celles « de Huelva », « de los Pedroches » (province de Cordoue), « de Guijuelo » (Salamanque), « de dehesa de Extremadura » (Caceres de Badajoz).

12Dans l’arrière-pays de la Costa del Sol, le jambon compte aussi parmi les produits de terroirs mais celui qui y est élaboré n’appartient qu’à la catégorie « jamón serrano », c’est-à-dire celui des jambons dits « blancs » parce qu’ils ne sont pas issus de la « raza ibérica ». Le domaine géographique concerné est un des plus prestigieux qui soient puisqu’il s’agit de la haute Alpujarra, celle du versant méridional de la Sierra Nevada auquel sont accrochés des villages dont les noms et les maisons rappellent la longue présence musulmane. Trevélez – l’éponyme du jambon – est l’un d’entre eux, le plus élevé, à quelque 1700 m d’altitude. Mais pas un seul porc n’est actuellement élevé à Trevélez. La réputation et l’appellation « Jamón de Trevélez » sont fondées exclusivement sur un savoir-faire appliqué à de la viande de porcs élevés loin de là, principalement en Catalogne. Les liens de cette Denominación Específica Protegida (Indication Géographique Protégée ou IGP) n’a donc que des liens ténus avec le terroir si ce n’est l’ancienneté des pratiques et les conditions climatiques probablement très favorables. L’élaboration du jambon de Trevélez n’est pas le fait de petits paysans qui appliqueraient un savoir-faire ancestral mais bien d’entreprises spécialisées dont les hauts bâtiments bien aérés des séchoirs à jambon (secaderos) dominent le village (photo 4). Il en existe une douzaine dans l’ensemble de la zone d’appellation mais 8 seulement se soumettent aux règles de la Denominación. En 2005-2006, 190 000 pièces de 8 kg en moyenne ont obtenu cette indication géographique et ont été vendues en Espagne mais aussi à l’étranger par l’intermédiaire de sociétés commerciales qui mettent les producteurs en relation avec des clients dans différents pays européens y compris la Russie ainsi qu’au Japon en dépit de normes sanitaires très strictes. Pour l’instant les Etats-Unis sont toujours fermés.

Photo 4 - Un séchoir à jambon de Trevélez à Pórtugos, province de Grenade.

Photo 4 - Un séchoir à jambon de Trevélez à Pórtugos, province de Grenade.

Ce vaste bâtiment aux nombreuses fenêtres protégées de grilles est un séchoir à jambons de l’aire d’appellation « Jamones de Trevélez ». Le camion semi-remorque qui arrive pour une livraison de jambons frais (« jamones de carne ») vient de la province de Gérone où sont élevés une partie importante des porcs dont les jambons sont séchés (curados) dans la Alpurraja

(Cl. A Humbert, février 2007)

5 - La mise à profit de niches climatiques

13Si les plaines littorales de la Costa del Sol sont très largement envahies par les cultures sous serres de contre-saison au point d’avoir fini par éliminer la multiséculaire culture de canne à sucre (la dernière zafra a eu lieu en avril 2006 avant la fermeture de la dernière sucrerie de la vega de Motril), les fruits tropicaux occupent une place relativement importante dans les vallées et sur les premières pentes de la partie de la Costa à l’ouest de Motril. Il ne s’agit plus ici de réhabiliter ou de défendre de vieilles valeurs fruitières mais de mettre des avantages climatiques au service d’une fruiticulture commerciale aussi intensive que la culture des légumes. L’arbre qui s’est imposé avec le plus de vigueur est l’avocatier qui couvre plus de 7 000 ha dans les provinces de Grenade et de Malaga. Cette culture commerciale ne bénéficie pour l’instant d’aucun label de qualité particulier mais il est un autre fruit qui occupe une niche climatique plus étroite encore car il est sensible au moindre coup de froid, c’est la chirimoya (Anona Cherimolia). Originaire du Pérou d’où elle a gagné les Antilles, la chirimoya ressemble à une grosse poire verte à facettes et elle est connue depuis longtemps sur la côte où elle avait été acclimatée dans les jardins de la région d’Almuñécar. D’une certaine manière elle peut donc être considérée comme un patrimoine végétal de la région. Mais depuis les années 1960, les chirimoyers sont devenus une spéculation culturale dans des terroirs très protégés climatiquement et peu étendus. Au début des années 1970, C. Mignon en recensait 700 ha ; il y en a actuellement 2800 ha environ et cette surface ne devrait plus guère progresser hors des niches qu’occupent ces fruitiers dans la vallée du Río Verde et dans les vegas de Motril et Vélez-Málaga. Profitant de la spécificité de ce fruit tropical et de sa diffusion très restreinte en Europe, les producteurs ont réussi à obtenir une appellation d’origine protégée. La Denominación Chirimoya Costa Tropical a des normes de qualité vérifiées par l’expéditeur et par le Conseil de Surveillance de l’Appellation (Consejo Regulador). Actuellement sur les 30 000 tonnes produites annuellement environ 3 000 seulement bénéficient de l’appellation et sont vendues sous la marque Anona’s. Une petite partie seulement de la production – environ 2 000 tonnes - est exportée dans quelques pays d’Europe car le transport des chirimoyas est délicat et le prix sur les marchés de détail est élevé. Même si les agriculteurs de la Costa del Sol ne peuvent vivre de la seule culture des chirimoyers – la surface moyenne par producteur est d’un demi à un hectare – cette culture très spéciale est d’un rapport intéressant dans le cadre d’une polyculture fruitière ou d’une pluriactivité liée notamment au tourisme.

6 - Conclusion

14L’image de front pionnier agricole que donne l’Andalousie avec les cultures forcées de contre-saison qui couvrent ses plaines littorales doit donc être nuancée. Dans le vaste arrière-pays montagneux qui sert de toile de fond aux plages et à la mer de serres, toute vie agricole n’a pas été stérilisée. Certes, les formes traditionnelles d’agriculture méditerranéenne (viticulture, arboriculture pluviale) ont été durement frappées et les terroirs ont été désertés au point d’être abandonnés à la friche dans certaines zones. Pourtant, sur les ruines d’une ancienne économie paysanne réapparaissent des activités agricoles qui sont souvent des rejets issus des anciennes souches locales fortifiés grâce aux engrais de la PAC et dont les fruits sont valorisés par des réseaux de commercialisation organisés de façon efficace. Les acteurs de cette agriculture ancienne modernisée ont compris le rôle essentiel de la communication pour la promotion de leurs produits : ils savent jouer sur la sensibilité des consommateurs éventuels par l’exaltation de la nature, du terroir et de « l’authenticité » des produits de la terre andalouse ; des manifestations festives sont organisées et, surtout, les groupements de producteurs ont désormais un site Internet pour présenter des images alléchantes de leurs productions et pour les proposer à la vente sur le web. Un de leurs objectifs prioritaires est d’obtenir une appellation reconnue par l’UE, la plus noble si possible, ou un label fondé sur une aire géographique connue tout du moins. Mais la politique des appellations protégées a ses limites. Le trop est l’ennemi du bien et le risque de dilution est réel. On le voit à propos de l’huile d’olive, production plus massive encore que celle des légumes de la Costa ; des groupements de producteurs s’efforcent de se dégager du « tout venant » grâce à l’obtention d’une « Appellation d’Origine Protégée »; ces DOP sont larges et de plus en plus nombreuses au point d’entrer en coalescence et de tendre à couvrir la plus grande partie des aires oléicoles. Dans la province de Grenade, deux aires délimitées à l’intérieur des zones très oléicoles ont obtenu récemment (2003) les DOP « Poniente de Granada » et « Montes de Granada ». La première concerne 25 000 ha d’oliviers et 5 000 producteurs. Des surfaces considérables donc même si lors de la première année 600 tonnes d’huile seulement sur les 24 000 produites ont été « certifiées » en DOP. À l’intérieur de cet immense domaine oléicole – la seule province de Jaén possède environ 500 000 ha d’oliveraies – quelques niches culturales se sont installées mettant à profit d’anciennes valeurs locales et des avantages climatiques tout à l’opposé de ceux de la Côte. Une de ces niches est occupée par un fruitier de climat tempéré, le cerisier primeur, qui cohabite parfaitement avec l’olivier dans la partie supérieure de l’habitat de ce dernier c’est-à-dire jusque vers 1 200 m. Il est venu se glisser parfois entre les rangées d’oliviers, parfois dans les fonds de vallées aux terroirs les plus oléicoles des chaînes subbétiques, dans les provinces de Jaén et Grenade (Humbert A. 1992). La seconde spécialité culturale est installée dans la partie occidentale de la Vega de Grenade. Elle met à profit une vieille pratique de cueillette, celles des asperges sauvages dont un cultivar est issu. Une fois encore, c’est sur « l’authenticité » qu’est fondée la promotion favorisée par l’obtention d’une appellation, celle de « Espárrago Triguero de Huétor-Tájar ». Cette IGP ne concerne, en réalité, que moins de 100 hectares sur le millier d’hectares d’asperges vertes cultivées dans la zone d’appellation. Bel exemple du rôle de locomotive dévolu aux labels de qualité dans un environnement dominé par la communication !

Top of page

Bibliography

Mignon C., (1981), Campagnes et paysans de l’Andalousie méditerranéenne, Clermont-Ferrand, Université de Clermont-Ferrand 2, 459 p.

Humbert A., (1992), Oléiculture et nouvelles cultures fruitières dans les chaînes subbétiques de Jaén, in J.-P. Diry (éd.), Des régions paysannes aux espaces fragiles, Actes du colloque international en hommage au Professeur A. Fel, Clermont-Ferrand, CERAMAC, 1992, p 493-502.

Top of page

Notes

1  Pasa ou uva pasa, c’est-à-dire raisin séché. La production de ces fruits secs est traditionnellement concentrée dans deux secteurs principaux des montagnes de Malaga, à l’est, dans la Axarquía et à l’ouest, dans la Manilva. Le séchage ou soleado est réalisé dans de longs casiers rectangulaires, les paseros, installés, près des maisons, sur les fortes pentes tournées vers le sud. Le séchage dure environ 3 semaines avant que chaque grain ne soit soigneusement séparé de la rafle, à l’aide de ciseaux afin de laisser subsister un fragment de pédoncule. Une partie de la production – environ 10 % - est cependant commercialisée en grappes entières et en emballage de luxe. Les paseros peuvent être aussi utilisés pour provoquer une concentration de sucre dans les raisins destinés à la fabrication du vin de Malaga.

Top of page

List of illustrations

Caption La plaine littorale du Llano de Carchuna, à l’est de la Vega de Motril n’est pas la plus vaste du littoral oriental de la Costa del Sol mais elle offre une des images les plus saisissantes de l’emprise de la culture forcée de contre-saison.
Credits (Cl. A. Humbert, 2003)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/93/img-1.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Fig. 1 - Carte de la Costa del Sol et de son arrière-pays de terroirs montagnards
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/93/img-2.png
File image/png, 26k
Title Photo 2 - Maisons du vignoble de Malaga et séchoirs à pasas près de Curumbela, province de Malaga.
Caption Un certain nombre de villages du vignoble de Malaga, notamment ceux de l’Axarquía continuent à produire du vin et des raisins secs. Les batteries de séchoirs à pasas (secaderos ou paseros) orientés vers le sud constituent un trait caractéristique des paysages du vignoble.
Credits (Cl. A. Humbert, février 2007)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/93/img-3.jpg
File image/jpeg, 76k
Title Photo 3 - Terroir « réactivé » de la Sierra de Contraviesa, province de Grenade
Caption La vieille trilogie arboricole est présente sur ce cliché pris près de Cádiar. La vigne qui a fait un retour en force est souvent jeune, mais il est rare que les viticulteurs n’exploitent pas aussi quelques vergers d’amandiers (ici en fleurs) et de figuiers dont les pieds trapus sont bien reconnaissables.
Credits (Cl. A. Humbert, février 2007)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/93/img-4.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Photo 4 - Un séchoir à jambon de Trevélez à Pórtugos, province de Grenade.
Caption Ce vaste bâtiment aux nombreuses fenêtres protégées de grilles est un séchoir à jambons de l’aire d’appellation « Jamones de Trevélez ». Le camion semi-remorque qui arrive pour une livraison de jambons frais (« jamones de carne ») vient de la province de Gérone où sont élevés une partie importante des porcs dont les jambons sont séchés (curados) dans la Alpurraja
Credits (Cl. A Humbert, février 2007)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/93/img-5.jpg
File image/jpeg, 71k
Top of page

References

Electronic reference

André Humbert, « Terroirs patrimoniaux andalous : une cohabitation possible avec l’agriculture de contre-saison ? », Méditerranée [Online], 109 | 2007, Online since 01 July 2009, connection on 19 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/93 ; DOI : 10.4000/mediterranee.93

Top of page

About the author

André Humbert

Professeur émérite de géographie - Université de Nancy

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page