Skip to navigation – Site map
Approches terroirs dans les États méditerranéens de l'Union européenne

Les produits agroalimentaires entre économie et culture

Une expérience de recherche en Toscane
The agrifood products between economy and culture - A research experience in Tuscany
II prodotti agroalimentari fra economia e cultura - Un’esperienza di ricerca in Toscana
Margherita Azzari, Laura Cassi and Monica Meini
p. 93-99

Abstracts

In order to cataloguing the tuscan traditional agrifood products by ARSIA (Regional Agency for Agricultural and Forest Development) the Rural Land Historical Memory Research Group of the University of Florence has organized a research itinerary about connections between agrifood products and their original land. The main guidelines of this work are: the traditional agrifood products as expressions of economic and cultural connections; the historical memory of rural land as a basic componentof local culture; local culture as the basis of sustainable development processes. In order to increase interest in cultural heritage some itineraries have been organized. Here particularly the Orange of Massa (Province of Massa Carrara) is pointed out.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Italie, Toscane, Massa (Massa-Carrara)
Top of page

Full text

1 - Introduction

1Le thème des « produits typiques » représente une intéressante opportunité de réflexion sur les rapports entre les productions traditionnelles et les lieux géographiques, sur la modification de ces rapports dans le temps et sur la signification de la pertinence territoriale pour l’image et la promotion de ces produits.

2La mise en fiche des produits agroalimentaires traditionnels toscans, réalisée par la Région toscane, a ainsi offert au groupe de recherche « La memoria storica del territorio rurale » (La mémoire historique du territoire rural) une occasion de réfléchir sur les rapports entre économie et culture. Ce groupe, né de la collaboration entre Agence Régionale pour le Développement et l’Innovation dans les secteurs de l’Agriculture et des Forêts (ARSIA) et le Département des Études Historiques et Géographiques de l’Université de Florence a commencé à travailler depuis quelques années à partir du catalogage des métiers et des activités qui risquent de disparaître, objet de la Loi Régionale n° 15 du 5 mars 1997.

3Une méthodologie pour la valorisation des zones rurales à travers la demande naturaliste et celle relative aux produits agroalimentaires traditionnels a été mise au point, notamment en ce qui concerne les rapports entre les produits et le territoire d’origine, en se référant au rôle des aspects culturels dans le cadre du développement territorial. La recherche a été axée sur les points suivants :

  • signification de la typicité dans le cadre de la redécouverte de la culture locale et en rapport avec les récentes transformations des espaces ruraux;

  • réflexion sur la signification du « traditionnel;

  • recherche des sources pour la reconstruction du cadre géo-historique des productions traditionnelles;

  • présentation de la gamme des produits agro-alimentaires toscans;

  • approfondissement sur quelques produits particulièrement significatifs.

4En vous renvoyant au volume qui recueille les résultats de cette recherche (Cassi, Meini, 2001) sur la gamme des produits toscans typiques, nous nous proposons d’illustrer ici les principaux aspects conceptuels et méthodologiques qui sont à la base de cette recherche.

2 - La typicité entre économie et culture

5Les produits traditionnels illustrent de façon très significative le binôme « économie-culture ». C’est à partir du début des années 1980 qu’on a pris conscience, dans le débat sur le développement, de la nécessité de tenir compte non seulement des variables socio-économiques, mais aussi de la dimension culturelle. La signification et la valeur de la culture locale ont fait l’objet d’une véritable redécouverte. La mémoire historique du territoire est à la base de la culture locale, qui à son tour constitue une composante fondamentale du développement soutenable. La redécouverte du « local » donne une plus grande ouverture aux problèmes de l’écologie et à la sauvegarde de l’environnement qui présuppose la connaissance des cultures qui ont façonné le milieu des sociétés humaines, en l’adaptant à leurs besoins. Ainsi, le rôle des produits traditionnels est mis en évidence, car ils représentent un fait culturel encore plus qu’économique. Leur caractère typique est l’une des « révélations » de ces dernières années. Ce sont l’expression concrète de l’histoire et de l’identité du territoire. Ils jouent le rôle d’« ambassadeurs » d’un territoire, selon F. Bencardino et G. Marotta (2000). Aujourd’hui, la volonté de reconstruire les racines de l’identité culturelle d’un territoire et de ses valeurs traditionnelles est évidente. Elle est le fruit, du moins en partie, de la réaction aux processus de globalisation en cours. L’homogénéisation qui caractérise les sociétés développées a impulsé la recherche des spécificités locales et des caractéristiques qui identifient un lieu comme unique.

6L’Italie agricole de la fin du XIXe siècle était une mosaïque de réalités économiques, sociales fractionnées et diversifiées pour des raisons historiques et institutionnelles, davantage que celles liées au milieu au sens strict du terme. Le monde agricole, par conséquent, présentait une grande quantité de produits différents. On peut penser, par exemple, à la grande variété du territoire toscan où, sur un tissu physique déjà très varié (en partant d’une Toscane montagneuse, les zones des Apennins et des alentours du Mont Amiata, en passant par les collines, pour arriver aux plaines du centre et à la côte), depuis la plus haute antiquité l’action humaine a donné lieu à une très grande diversité productive et territoriale. Après la phase de l’économie traditionnelle, des processus d’uniformisation toujours plus poussés se sont établis et ont récemment suscité un grand intérêt pour le passé avec la recherche de l’identité historique des lieux, élevée au niveau de composante basique du milieu. Ce n’est pas l’expression d’aspirations nostalgiques, mais plutôt la prise de conscience que la prise en compte des traditions peut contribuer à rendre plus solide la base pour le développement futur. Il faut donc recenser et sauvegarder les produits agroalimentaires traditionnels en tant que patrimoine culturel, tout en considérant leur valeur économique non négligeable, comme d’ailleurs nous le suggère la politique économique communautaire.

7Le développement rural a désormais un rôle de premier plan dans la politique économique de l’Union européenne. Le déclin des modèles fondés sur l’augmentation des quantités des productions entraîne une profonde révision du modèle européen axé sur une « efficace valorisation des ressources endogènes » visant à mettre en évidence les diversités des différents milieux socio-économiques-territoriaux. Par conséquent les procédés de développement au niveau local doivent non seulement intégrer la restructuration et la modernisation de l’agriculture au sens strict, mais aussi les autres activités touristiques, artisanales et environnementales, caractéristiques des ressources endogènes. Dans ce cadre, les produits traditionnels peuvent avoir des retombées positives et contribuer au développement soutenable. Ils peuvent inclure les produits de l’agriculture biologique et contribuer à l’attractivité des espaces ruraux selon les critères de l’Agenda 21 en respectant les spécificités naturelles et culturelles des territoires.

8Les produits typiques peuvent donc constituer une ressource touristique (maintien des paysages…) pour le tourisme alternatif, le tourisme « vert », l’agritourisme qui ne produisent pas de transformations radicales, participent à la prolongation de la saison touristique, facilitent le réemploi des bâtiments existants, sauvegardent ainsi le patrimoine bâti et contribuent à un développement endogène avec des valeurs partagées par la communauté. Ce type de tourisme est encore peu important, mais il est appelé à progresser. Il intéresse de plus en plus de nouvelles couches sociales, comme les jeunes retraités, toujours plus nombreux dans les pays développés, qui attribuent une valeur ajoutée à la cuisine locale, avec ses produits typiques.

9Le tourisme œnogastronomique, désormais dégagé de l’excursionnisme, devient une véritable forme de tourisme, dans la mesure où, pour certains usagers, la typicité de la cuisine devient la motivation principale du déplacement à but récréatif. Il y a une quinzaine d’années, P. Innocenti (2000) l’avait déjà mentionné comme une forme particulière du tourisme traditionnel avec ses propres possibilités de développement, comme le tourisme culturel, de congrès, rural et social. Un tel secteur intéresse surtout les habitants des villes, sensibles aux caractères du milieu rural, aux particularités locales, aux produits agroalimentaires et à leur « naturalité ». À travers la dégustation des produits typiques, le touriste cherche la « saveur » d’un certain terroir, en réalisant une sorte d’appropriation mentale. Des recherches menées parmi les immigrés confirment que l’identité alimentaire est une composante essentielle du sens d’« appartenance ».

10Il faut aussi prendre en compte la recherche d’une alimentation « naturelle », avec l’essor de l’agriculture biologique, à la suite des crises alimentaires comme celle de la « vache folle » et l’engouement pour la redécouverte de la campagne par la société urbaine dominante, pour laquelle la typicité devient une valeur éthique. Les produits traditionnels prennent aussi des connotations exotiques, l’exotisme n’étant plus seulement représenté par les destinations lointaines – si « proches » dans les stéréotypes les plus en vogue - mais aussi par l’identité culturelle de réalités devenues méconnues bien que proches de nous du point de vue spatial et temporel d’autantque l’insécurité qui prévaut dans nombre de pays, limite le nombre de destinations lointaines.

11La mise en fiche des produits traditionnels, la recherche de leurs racines et de leur ancrage dans le terroir, est donc une opération culturelle tout en restant conscient des progrès irréversibles de l’agriculture. Des nouvelles variétés de tomates, comme l’arletta, qui se conservent longtemps, ont un potentiel commercial bien plus grand que la tomate « cœur de bœuf », belle, savoureuse, à la peau tendre, mais rapidement périssable. Il faut donc conjuguer économie et culture.

3 - La gamme des produits toscans typiques

Fig. 2 - Liste des variétés de pêches dans un tableau de Bartolomeo Bimbi (XVIIe siècle)

Fig. 2 - Liste des variétés de pêches dans un tableau de Bartolomeo Bimbi (XVIIe siècle)

12La gamme des produits agroalimentaires en Toscane est vaste et bigarrée. Cette région offre, en effet, le nombre le plus élevé de produits traditionnels du panier de la ménagère italienne, suivie de la Vénétie et de la Lombardie. Plus de 400 produits sont repartis en huit catégories, des boissons non-alcoolisées aux boissons alcoolisées, aux viandes fraîches et de conserve, aux fromages, aux matières grasses, aux produits végétaux naturels ou transformés. Cette dernière catégorie est la plus représentée, avec environ 150 produits (fruits et légumes…). La deuxième catégorie la plus nombreuse est celle des pâtes fraîches et des produits de la boulangerie-pâtisserie, avec plus de 80 articles, suivie de celle des viandes fraîches et transformées. Suivent les produits de la mer et ceux d’origine animale (miel). Une aussi grande variété représente seulement une petite partie d’une gamme beaucoup plus vaste, comme on peut aisément le déduire de la consultation des listes des fruits cultivés sur les terres qui appartenaient au Grand-duc de Toscane près de la Villa della Topaia aux alentours de Florence, représentés dans les merveilleux tableaux de Bartolomeo Bimbi (fig. 2), réalisés entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle. C’est que dans un régime de subsistance, on cultivait un peu de tout, tenant compte autant que possible des différents types de terrain. De plus, les cultivateurs ont toujours pratiqué des greffes pour les arbres fruitiers et créé des variétés souvent abandonnées par la suite. La liste des principales variétés de pommes de terre de Toscane, avec des noms comme Eesterling, Kennebec, Bintye, Saskia…, nous fait comprendre que les variétés locales ont cédé la place à des sélections affirmées sur une grande échelle bien que la spécificité géographique de quelques produits soit parfois reflétée clairement dans les noms de productions typiques : c’est le cas du très célèbre lardo de Colonnata ou de la moins connue orange de Massa ainsi que des cerises de Lari (Pise) qui expriment une profonde intégration territoriale.

4 - Pour un cadre géo-historiquedes produits traditionnels toscans

13On s’est d’abord interrogé sur la signification du qualificatif « traditionnel » et on a tenté de resituer ces produits dans leur cadre géo-historique en remontant à la période durant laquelle le produit est né ou du moins a acquis les caractéristiques qui le définissent aujourd’hui comme traditionnel. En effet, dans beaucoup de cas, il est impossible de déterminer des limites temporelles précises, les différentes variétés pouvant être le fruit de greffeset d’expérimentations successives, sur lesquelles on n’a pas de documentation certaine. Il suffit de penser aux variétés de fruits « construites » au fil du temps par les greffeurs, comme on peut le déduire de la Naturalis Historia de Pline, où l’on cite une série de noms de pêches et de pommes mises au point par des agriculteurs. On a également recherché les sources utiles pour reconstruire ces produits.

14La fin du XVIIIe siècle s’est imposée comme référence temporelle plausible pour le concept de tradition, pour la majorité des produits listés, conscients du fait que pour certains d’entre eux cette limite est trop haute et pour d’autres trop basse. En effet, des écrits d’agronomes toscans du XVIIIe siècle ont encore un écho dans nos mémoires. La documentation est abondante, grâce à l’œuvre féconde de l’Académie des Georgofili. Les écrits d’auteurs tels que Targioni Tozzetti, Marco Lastri, Saverio Manetti, Cosimo Ridolfi, pour en citer quelques-uns, sont des références fondamentales.

15Les catégories dans lesquelles on a réparti les produits traditionnels recensés par l’ARSIA nous renvoient aux catégories fondamentales de l’alimentation de nos contrées depuis les temps classiques des Etrusques et des Romains. La triade qui encore de nos jours distingue les cultures traditionnelles de la zone méditerranéenne - blé, vignoble, olivier - était en effet à la base de l’alimentation. L’intégration et l’équilibre actuels entre le pain, la viande et le lait plongent ses racines dans le passage de l’époque classique à la domination des peuples germaniques. Malgré des phases d’avancée et de recul - telles que la reprise de la culture du blé pendant la Renaissance, suivie d’une extension de l’élevage à l’époque de la Contre Réforme - on peut remarquer une linéarité de parcours, abstraction faite des transformations profondes du paysage qui ont eu lieu. La continuité supplante les ruptures, l’alimentation trop riche en viande représentant une exception récente. Pour dresser le cadre géo-historique des produits agro-alimentaires traditionnels et rappeler la saisonnalité, presque oubliée aujourd’hui, des fruits et légumes nous avons sélectionné des textes appartenant à des périodes différentes. D’un auteur classique comme Pline nous avons tiré des remarques, non seulement pour retrouver les racines des produits actuels, mais aussi pour rendre compte d’un monde lointain mais pas complètement étranger, même quand il décrit les vertus thérapeutiques des céréales, par exemple. Nous avons utilisé davantage un auteur moderne comme Marco Lastri, pour des approfondissements spécifiques à propos d’activités traditionnelles, de produits particuliers et pour un cadre général de la Toscane agricole à la fin du XIXe siècle, limite plausible du seuil de réminiscence et suffisamment ancienne pour être pleinement considérée comme appartenant au monde « traditionnel ». Ces écrits sont une référence idéale pour explorer les racines de nombreux produits traditionnels toscans. Le seuil pour déterminer la qualité traditionnelle d’un produit, par exemple, fixé seulement à 25 ans, rend d’autant plus nécessaire un encadrement valable au niveau général. On a également sélectionné de nombreuses descriptions régionales, véritables monographies, très proches des modèles qui seront proposés beaucoup plus tard en France par Vidal de la Blache. Les descriptions de Lastri sont exemplaires pour leur solide formulation et leur efficacité. Elles expriment justement la personnalité des lieux, cette « saveur » des terroirs qui nous attire tant aujourd’hui.

5 - L’orange de Massa (Toscane, Italie)Un parcours dans l’histoiredu territoire apuanà travers un produit traditionnel

« Un vago giardino... pieno di chiari et freschi rivi,di amenissime colline, di folti boschi di cedri, d'aranciet d'olivi »
(Leandro Alberti, Descrittione di tutta l'Italia et isole pertinenti ad essa, 1546)

16La redécouverte de l’identité territoriale, du genius loci, dans le but d’activer des projets de développement soutenable, donne du sens à l’histoire d’un produit traditionnel avec le poids qu’il a eu dans l’économie locale et dans les traditions (fêtes, rites, cuisine traditionnelle, etc.). Dans le cas de l’orange de Massa, au-delà de l’indubitable qualité du produit, c’est précisément son caractère territorial qui nous intéresse, dans le but de réaliser des projets de revalorisation du territoire, dans le respect de ses caractères spécifiques.

17L’oranger de Massa, à cause de son profond enracinement sur le territoire et de sa capacité à évoquer un climat doux, une nature luxuriante et de beaux paysages… a été le produit-symbole du territoire apuan. Bien que les données tirées des estimations cadastrales et des gabelles indiquent une diffusion réduite des agrumes et la presque totale absence de plantation spécialisées, les oranges en particulier constituent, depuis toujours, un élément qui caractérise non seulement le paysage rural apuan mais aussi la décoration urbaine. Les caractéristiques du climat, malgré le risque de gelées, permettent le développement d’une telle culture, qui toutefois ne pourra que représenter une production marginale dans une zone où prédomine le travail dans les secteurs industriel et touristique. Le caractère typique du produit, la beauté de l’arbre qui en font une plante ornementale très appréciée, sa diffusion dans presque chaque jardin, permettent de récupérer et revaloriser cette production particulière, de façon à en faire encore une fois l’ambassadrice du territoire apuan.

18On a ainsi projeté un parcours touristique culturel qui intègre les vestiges des « jardins de fruits » du XVI et XVIIe siècles, les villes des Malaspina, les fermes encore concernées par la production des agrumes et des haltes où les gens peuvent déguster les produits et leurs dérivés et en acheter.

19La culture des agrumes est attestée depuis la première moitié du XIVe siècle, époque durant laquelle Massa était l’un des Vicariats de Lucques. Probablement les espèces les plus répandues étaient les cédratiers, suivis des orangers et des citronniers. L’oranger, dont on parle plusieurs fois dans des documents des XIVe et XVe siècles, des actes notariés, des gabelles, des estimations cadastrales, devait être celui de qualité forte, la bigarade, car l’oranger doux ne fut introduit que beaucoup plus tard. D’après une estimation cadastrale de 1398, il résulte que les plantes d’oranger étaient insérées de façon stable dans le panorama de l’agriculture de Massa, avec les cultures prédominantes du vignoble, de l’olivier, des céréales, et des autres espèces d’arbres fruitiers comme les pommiers, les poiriers, les figuiers et les cerisiers. Il s’agissait d’une culture limitée, conduite en complantation. Seulement un « viridarium aranceorum » est attesté dans un parchemin de 1339. Pour la culture des agrumes, les éléments discriminants sont l’exposition et la nature du terrain. Ces plantes, en effet, ont besoin de terrains irrigués, exposés au soleil et protégés des vents du Nord, comme dans les zones de Lavacchio e Castagnola. Des documents du XVe siècle démontrent qu’alors, la production des oranges excédait les besoins locaux, vu que l’on pouvait en exporter une partie : dans les Gabelles de Massa Lunense, on parle de chargements d’oranges qui partaient pour Fivizzano, Fosdinovo, Castelnuovo, Sarzana, Carrara et même pour la Lombardie et la zone de Parme. Des Gabelles de Lucques de 1399, on apprend que même Lucques et Florence étaient des marchés ouverts à ce commerce, et les fruits y étaient transportés « a mezzo di bestia grossa » (par le moyen de grandes bêtes). Au XVIe siècle, la culture des agrumes était très répandue. À l’intérieur des remparts de la Rocca était située une « place des orangers », et autour de la villa de Bagnara, premier noyau du Palais Ducal, se trouvait un jardin avec plusieurs orangers. Il ne s’agissait pas de cas isolés, car un anonyme, contemporain de Alberico Cybo, dans sa description du territoire de Massa, parle d’un « luogo di cento case incirca, ciascuna delle quali risiedeva in mezzo a boschi di agrumi » (un lieu d’environ cent maisons, chacune d’entre elles était au milieu d’un bois d’agrumes) (Archivio di Stato di Massa, Manoscritti, 84).

20Alberico même, dans une lettre au Duc de Tribalda de 1602, évoque les nombreux jardins d’orangers et cite le village de Lavacchio, enserré par un verger d’agrumes, en montrant une sorte d’orgueil envers cet aspect spécifique de sa petite principauté. L’apogée, des agrumes se situe au XVIIe siècle. De nombreuses études à propos des techniques de culture sont publiées. En plus, les agrumes constituent pour les jardins un élément ornemental très intéressant. Le XVIIIe siècle connaît une reprise générale de l’agriculture, provoquée par l’augmentation de la population et soutenue par de nombreuses études. La production et la commercialisation du produit se développent. Ce n’étaient donc pas seulement l’aspect esthétique, l’originalité et le parfum de la plante qui rendaient l’oranger cher aux Cybo Malaspina. On vendait les agrumes aux bateliers qui débarquaient sur la plage et ils les transportaient à Livourne, Gênes et Marseille, ou bien ils étaient acheminés par voie terrestre, à dos de mulet, vers la plaine padane. Ils étaient destinés essentiellement à la cuisine, à la cosmétique et à la pharmacopée. En gastronomie, l’orange était employée pour préparer des boissons désaltérantes, des confitures, des fruits confits et des confiseries diverses. Les fleurs fournissaient de l’eau parfumée et de l’huile, des sirops et des bonbons, tandis qu’on préparait avec les fruits des conserves très appréciées. L’eau d’orange, l’acqualanfa mentionnée par Boccace dans la dixième nouvelle de la huitième journée du Décaméron, était le produit de la distillation de fleurs, feuilles et fruits et elle possédait des applications en cosmétique bien connues, tandis qu’on employait le jus pour se laver les mains et les rendre blanches, comme le témoigne une lettre de Lucrezia d’Este. Souvent les Cybo offraient des produits cosmétiques et gastronomiques à leurs parents et amis : par exemple Alberico Cybo envoya des flacons d’eau d’orange et d’huile de cédrat et d’orange, produite exclusivement avec des fleurs, au Duc Cesare d’Este : un cadeau particulièrement raffiné (Giampaoli, 1976). Même la pharmacopée utilisait des produits dérivés de l’orange, auxquels on attribuait des vertus thérapeutiques et de prévention, en particulier pendant les grandes épidémies. Boccace nous raconte que pendant la peste de 1348 beaucoup de personnes, pour éviter la contagion, tenaient dans la main des petits bouquets d’herbes aromatiques et en aspiraient le parfum. Les fleurs et les fruits d’orangers aussi étaient réputés très utiles dans ce but, au point où, pendant la peste de 1624, le prince Carlo 1er, réalisant que les régions limitrophes demandaient une très grande quantité de fruits, en empêcha l’exportation, de crainte que la population du duché puisse rester sans provisions. Le volume des exportations n’était jamais très imposant, mais il pouvait enregistrer des pics en relation avec des conditions sanitaires particulières. Des oscillations plus petites, mais plus fréquentes, résultaient des gelées.

21Du point de vue du climat, le territoire de Massa, protégé des vents du Nord par la chaîne des Alpes apuanes et exposé à l’effet radoucissant de la mer, offre des conditions privilégiées pour le développement de la culture des agrumes. La douceur du climat est attestée par les voyageurs des siècles passés, aux princes de Massa. Même Leopardi, dans une lettre de 1827 à sa sœur Paolina, manifeste le projet de s’installer à Massa « dove in inverno si esce senza ferraiolo » (où en hiver on sort sans manteau). Toutefois, le risque de gelée est récurrent. Ricciarda Malaspina, par exemple, écrit à Ercole d’Este qu’elle ne peut pas lui envoyer de l’eau de cédrats qu’il désirait parce qu’une chute de neige a détruit non seulement la récolte mais aussi les plantes. De même, Alberico II s’excuse de ne pouvoir envoyer au Grand Duc de Toscane une plus grande quantité d’agrumes, à cause de la récolte compromise par deux hivers particulièrement rigoureux (Giampaoli, 1976). Ces témoignages et d’autres semblables nous informent aussi sur le fait que les Cybo Malaspina avaient l’habitude d’offrir leur produit typique aux seigneurs dont ils désiraient conserver l’amitié ou la consolider, attribuant à l’oranger une fonction, pour ainsi dire, diplomatique. Les Médicis, peut-être plus que les autres, s’adressèrent aux Cybo pour leurs jardins et sollicitèrent leur avis à propos des agrumes qu’il possédaient en grand nombre. Il semblerait que quelques agrumes plantés dans le jardin de Boboli proviendraient du jardin de Camporimaldo.

22Au début du XIXe siècle, sous la domination de Elisa Baciocchi, une liste des produits du territoire de Massa recense huit espèces d’orangers présents dans la zone, parmi lesquels l’oranger Nostrano (de chez nous). Les autres espèces étaient : l’Oranger du Portugal, le Sanguigno (sanguin), le Dolce (douce), celui de Chine, le Settembrino (de Septembre), le Forte (fort) et le Subamaro (sub-amer) de Sainte Marguerite. Le prix des plantes à transplanter était 3.50 £ chacune. Il y avait aussi une variété domestique de citronniers (ASMS, Principato lucchese, 163). Ortalli, d’ailleurs, dans « Cenni storico-statistici della Lunigiana Estense e del Ducato di Massa » ne manque pas de mentionner, parmi les produits traditionnels, les citronniers, les cédratiers et les orangers qui « prosperano felicemente nel suolo Massese [...] e se ne raccoglie in tanta abbondanza che se ne fa smercio all'estero » (qui prospèrent heureusement sur le terrain de Massa […] et la récolte est tellement abondante qu’on en commerce à l’étranger) (ASMS, Manoscritti, 89). Le plan parcellaire du cadastre de Maria Beatrice de 1824 permet d’évaluer l’étendue des cultures d’agrumes et ses caractéristiques. À Bergiola, Castagnola, Massa, Mirteto, Turano et Volpignano on trouvait 79 jardins d’agrumes, 134 jardins avec des agrumes et 173 parcelles emblavées, avec des vignobles ou des oliviers dans lesquelles on cultivait aussi des agrumes, en culture mixte. Raffaelli, dans sa Monografia storica ed agraria del territorio di Massa (1882) écrit que « nel Massese si coltivano con speciale affetto e in proporzzioni non indiffèrenti gli Aranci e i Limoni » (dans le territoire de Massa on cultive avec une affection particulière et dans des proportions non négligeables les orangers et les citronniers), qui sont exportés surtout en Allemagne et en Autriche, où « il commercio dei marmi dié modo di aprire sbocchi anche agli altri prodotti del suolo Massese » (le commerce du marbre donna l’occasion d’ouvrir des débouchés aussi pour les autres produits du territoire de Massa), comme les oranges. Elles font concurrence à celles de Naples et de la Sicile soit pour le prix soit pour la qualité.

23En 1929, selon les donnés du Cadastre agraire, dans le territoire de la commune de Massa, 16 hectares étaient consacrés à la culture spécialisée des orangers, tandis que dans 12 hectares l’oranger était associé à d’autres cultures. La production moyenne en quintaux par hectare était de 120 quintaux en culture spécialisée et 60 en culture mixte pour les six années de 1923 à 1928, et elle avait atteint respectivement 127,3 quintaux et 63,7 quintaux en 1929. Il y avait 7000 plantes d’agrumes en culture spécialisée, c’est-à-dire avec une présence supérieure à 50% et 2000 en culture mixte, cultivées pour la plupart « a mezzo vento » (à demi-vent). Cette production dans le territoire de Massa se concentrait le long du Frigido, à Romagnano et à Castagnara. Entre 1938 et 1950, la production d’oranges frôlait les 3000 quintaux et était la plus importante de la Toscane. Pour cette raison, on institua, sur instance de l’Inspectorat agraire, une fête de la fleur d’oranger. La dernière eut lieu en 1955 car l’hiver suivant, un terrible gel détruisit la récolte et endommagea irrémédiablement la presque totalité des arbres. La concurrence des productions plus méridionales, l’expansion urbaine au détriment des cultures et les gels successifs de 1963 et de 1985 ont réduit la production des agrumes de Massa à une consommation familiale, mais l’oranger représente toujours un élément caractéristique du paysage local qui souligne les persistantes conditions favorables du climat du territoire, ce qui nous invite à renouer avec cette culture traditionnelle.

Top of page

Bibliography

Alberti L., (1546), Descrittione di tutta l'Italia et Isole pertinenti ad essa, Venezia.

ASMS, Manoscritti, 84, f. 44, Descrittione dell'Antichità di Stato di Massa (sec. XVI).

ASMS, Manoscritti, 89, f. 30v.

ASMS, Manoscritti, 98, ff. 62-63.

Bencardino F., Marotta G., (2000), Slivuppo rurale e produzioni tipiche, “Economia agro-alimentare”, Milano, p. 237‑253.

Bertolino A., (1975), Gastronomia e sviluppo turistico, in “Toscana Economica”, 20, p. 56-59.

Cassi L., Meini M., (2001), Alle radici dei prodotti agroalimentari tradizionali della Toscana, Firenze

Cassi L., Meini M., (2003), The tuscan rural landscape: cultural heritage and local development, in “La durabilité des systèmes ruraux, une construction sociale et culturelle / The sustainability of rural systems, a social and cultural construction”, Actes du colloque de la commission “Le développement durable et les systèmes ruraux” Union Géographique Internationale (UGI), Rambouillet, France, luglio 2001, a cura di L. Laurens, Montpellier, p.62-73.

Cherubini G. (1996), Il paesaggio agrario toscano attraverso i secoli, in regione Toscana, “L’uomo e la terra. Campagne e paesaggi toscani”, Firenze, Archivio Fotografico Toscano, p. 13-36.

Giampaoli S., (1976) Appunti sulla coltivazione degli agrumi a Massa, in “Annuario Biblioteca Civica”, Massa, 1976, p. 7‑58.

Giorgieri G., (1875), Memoria sulla coltivazione degli agrumi e loro prodotto, in “Bollettino del Comizio Agrario di Massa”, n°. 5-6, 1875.

Istituto centrale di statistica del regno d’Italia, (1934), Catasto Agrario 1929, Provincia di Massa Carrara, Roma

Montanari M., (1999), Sistemi alimentari e modelli di civiltà, in Flandrin j. l., Montanari m., “Storia dell’alimentazione”, Roma-Bari, 1999, p. 73-82.

Pitte J.-R., (1995), Géographie historique et culturelle de l’Europe. Hommage au Professeur X. de Planhol. Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 423 p.

Raffaelli R., (1882), Monografia storica e agraria del circondario di Massa, Lucca,

Repetti E, (1939) Dizionario geografico, fisico, storico della Toscana, Firenze, vol. III, p. 114-139

Rocca O., (sec. XVIII), Varie memorie del mondo e in ispecie dello Stato di Massa Carrara dal 1481 al 1738

Sereni E., (1965, rééd. 2006) Storia del paesaggio agrario italiano, Ed. Laterza, 499 p.

Targioni O.,Tozzetti, (1853), Cenni storici sull’introduzione di varie piante nell’agricoltura e orticoltura toscana, Firenze

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 2 - Liste des variétés de pêches dans un tableau de Bartolomeo Bimbi (XVIIe siècle)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/95/img-1.jpg
File image/jpeg, 72k
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/95/img-2.png
File image/png, 59k
Top of page

References

Electronic reference

Margherita Azzari, Laura Cassi and Monica Meini, « Les produits agroalimentaires entre économie et culture », Méditerranée [Online], 109 | 2007, Online since 01 July 2009, connection on 22 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/95 ; DOI : 10.4000/mediterranee.95

Top of page

About the authors

Margherita Azzari

Dipartimento di Studi Storici e Geografici - Università di Firenze

Laura Cassi

Dipartimento di Studi Storici e Geografici - Università di Firenze

Monica Meini

Dipartimento Scienze Gestionali Economiche e Sociali - Università del Molise

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page