Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

A. Lambert, Protection durable du littoral varois : fonctionnement hydrosédimentaire de plages micro‑tidales équipées de systèmes de drainage

thèse soutenue à l’Université d’Aix-Marseille I
Arnaud Héquette
p. 147-148
Bibliographical reference

A. Lambert, Protection durable du littoral varois : fonctionnement hydrosédimentaire de plages micro-tidales équipées de systèmes de drainage, thèse soutenue à l’Université d’Aix-Marseille I

Index terms

Geographical index :

France, Côte d'Azur, Var
Top of page

Full text

1Les problèmes d’instabilité du trait de côte sont une préoccupation croissante le long de la plupart des littoraux du monde, particulièrement le long des côtes sableuses dont la majorité sont en érosion depuis plusieurs décennies. Le recul des côtes est d’autant plus inquiétant que l’occupation humaine de la frange côtière ne fait qu’augmenter, ce qui a conduit à développer diverses méthodes de lutte contre l’érosion allant de l’ouvrage d’art à des procédés dits « souples » qui présentent chacun des inconvénients, soit parce qu’ils perturbent la dynamique sédimentaire de la zone côtière et/ou que le coût de leur mise en œuvre est trop élevé. La thèse soutenue par Adrien Lambert s’inscrit dans ces préoccupations en tentant d’évaluer sur deux plages du littoral varois l’efficacité d’un système de stabilisation du trait de côte par drainage artificiel de la nappe phréatique, technique de lutte contre l’érosion des plages qui n’en est encore qu’à ses balbutiements. Si la mise en place d’un tel système n’est pas nécessairement des plus aisées d’un point de vue technique, le principe en est par contre relativement simple. Le drainage de la plage, en favorisant l’infiltration de l’eau du jet de rive, doit en principe permettre au sédiment de s’accumuler plus facilement sur le haut de plage. En outre, cette infiltration diminue la quantité d’eau disponible pour la nappe de retrait, théoriquement érosive. Outre une validation expérimentale de ce type de procédé, ce qui représente un travail de géomorphologie appliquée, cette thèse poursuit également des objectifs de recherche fondamentale en essayant d’améliorer nos connaissances des processus hydro-sédimentaires liés au battement de la nappe sur les plages à faible marnage.

2Les deux sites retenus pour cette étude sont la plage de la baie d’Agay, à l’est de Saint-Raphaël, et la plage de la Garonette, au nord-est de Sainte-Maxime, sur lesquelles ont été implantées des systèmes de drains sur une longueur de 600 m et de 300 m respectivement, reliés à une pompe permettant de rabattre artificiellement le niveau de la nappe de plage. La démarche poursuivie dans la thèse est d’examiner l’évolution de ces plages avant et après l’implantation des systèmes de drainage afin d’en évaluer les effets et de tester l’efficacité du procédé. Toute la difficulté de l’exercice réside dans la capacité de distinguer la part de variabilité morphologique des plages étudiées qui peut être attribuée au système de drainage artificiel de celle qui est due à l’évolution « naturelle » de ces formes d’accumulation littorale. Pour y arriver, Adrien Lambert a réalisé une étude de l’évolution du trait de côte de 1951 à 1998 à l’aide de photographies aériennes, de l’évolution du bilan sédimentaire avant et après l’installation du système de drainage, à l’aide de séries de levés topographiques et bathymétriques peu profonds sur une période d’environ deux ans, et d’une analyse de la propagation des houles à la côte. L’étude se termine par une analyse des effets du système de drainage à l’aide de mesures in situ du battement de la nappe de plage et de ses effets sur la variabilité morphologique du profil de plage.

3L’analyse de l’évolution du trait de côte sur une période de 47 ans permet cependant difficilement de cerner les tendances « naturelles » à long terme de ces plages en raison de faibles valeurs de variation de la ligne de rivage, mais aussi à cause d’actions de maintien du trait de côte qui depuis les années 1970 ont été responsables, au moins localement sur la plage d’Agay, d’une avancée de la ligne de rivage. En outre, d’autres interventions humaines, comme la construction de digues et des dragages, contribuent aussi à perturber la dynamique naturelle des sites. L’auteur s’emploie ensuite à caractériser les conditions hyrodynamiques des sites étudiés en analysant des données de houles enregistrées au large de Nice entre juin 2002 et juin 2004. Après une analyse des états de mer, une caractérisation du climat de tempête et un calcul des temps de retour des houles, l’auteur se livre à une simulation de la propagation des houles à la côte sur ses deux sites d’investigation à l’aide d’un modèle de propagation de houles qui utilise les équations de Berkhoff, capable de simuler la réfraction, mais aussi la diffraction et la réflexion des houles sur les bords, ce qui semble particulièrement adapté aux sites étudiés qui présentent des configurations relativement complexes. Les résultats de la modélisation des houles sont éclairants et utiles lorsque mis en relation avec l’évolution de la ligne de rivage.

4Les suivis de la morphologie des plages avant et après l’implantation des systèmes de drainage ont été réalisés pendant une période d’un peu plus de deux ans à l’aide de levés topographiques et bathymétriques. On ne peut que noter le souci constant de quantification des marges d’erreurs, ce qui donne une crédibilité importante aux résultats obtenus. Malgré les précautions prises par l’auteur et la rigueur du travail mené, il lui est cependant parfois difficile d’aboutir à des conclusions fermes quant à l’effet potentiel du système de drainage sur l’évolution du stock sédimentaire, notamment sur la plage d’Agay où des opérations de dragage et de rechargement sont intervenues. L’efficacité du système de drainage semble être plus probante sur la plage de la Garonnette où tous les profils montrent une accumulation, ou au moins une stabilité après l’implantation du système de drainage, alors que la plage était en recul quasi général pendant la période précédant son implantation. La totalité du gain en sédiments ne peut cependant être attribuée aux seuls effets du système de drainage puisqu’un rechargement en sables de 2800 m3 a été réalisé immédiatement après la mise en place du système. L’auteur reste d’ailleurs prudent, et avec raison, sur les conclusions qui peuvent être tirées à partir de ces suivis, soulignant que la période de mesure de 18 mois reste relativement courte pour évaluer l’efficacité du dispositif de drainage, mais aussi que les apports artificiels de sable ont également contribué à l’engraissement.

5Le dernier chapitre de la thèse, qui constitue la partie la plus volumineuse de l’ouvrage, présente les résultats de mesures hydrodynamiques, topographiques et de position de la nappe de plage réalisées sur le site d’Agay dans le but de mieux comprendre l’action du drainage sur la morphodynamique de la plage. À l’aide notamment de capteurs de pression piézo-résistifs permettant de réaliser des mesures in situ à haute fréquence du battement de la nappe, Adrien Lambert a examiné les liens qui existent entre l’hydrodynamique de la zone de swash, le battement de la nappe phréatique et l’évolution du profil de plage. Il s’agit là d’une étude détaillée qui a permis de suivre l’évolution du toit de la nappe phréatique, en présence et en l’absence de drainage artificiel de la plage, et d’observer ses effets sur le profil de plage à une échelle de temps courte (échelle instantanée à quelques heures). À cette échelle de temps, les réactions des profils de plage à une élévation ou à un rabattement de la nappe sont évidentes, et montrent bien, même si elles ne sont pas nécessairement instantanées, que le drainage en abaissant le niveau de la nappe favorise l’accumulation de sédiments dans la zone d’action du swash, alors que de l’érosion tend à se produire lorsque le niveau de la nappe remonte. Cette partie de la thèse constitue une étude à une échelle fine qui nous renseigne non seulement sur les capacités du système artificiel de drainage à favoriser l’accumulation sur les plages, mais aussi sur la dynamique de la nappe phréatique et ses interrelations avec la marée et l’amplitude de la houle.

6À la lecture de ce travail, le laps de temps qui a été consacré au suivi de la morphologie de ces plages semble peut-être un peu court pour pouvoir juger de façon certaine de l’efficacité du système de drainage implanté, ce que l’auteur admet lui même. Peut-être faudrait-il que les effets de ce procédé soient évalués sur une période plus longue et, surtout, suite à des événements météo-marins de plus forte intensité que ceux qui ont pu se produire pendant la période de l’étude, puisqu’il semble que sur le site étudié « l’effet du drainage sur la stabilisation et l’accrétion de la plage ne soit plus efficace au-delà d’une hauteur de houle de 0,6 à 0,8 m ». Malgré ces limites, liées à la durée d’une thèse, l’étude menée par Adrien Lambert constitue indéniablement un enrichissement à la connaissance de la réponse morphologique des plages aux variations de la nappe phréatique et représente un apport qui servira à évaluer l’efficacité du drainage artificiel sur la stabilisation des plages. On ne pourra que conseiller cet ouvrage à ceux et celles qui s’intéressent à la morphodynamique des plages micro-tidales et aux solutions alternatives de lutte contre l’érosion des côtes sableuses.

Top of page

References

Electronic reference

Arnaud Héquette, « A. Lambert, Protection durable du littoral varois : fonctionnement hydrosédimentaire de plages micro‑tidales équipées de systèmes de drainage », Méditerranée [Online], 108 | 2007, Online since 01 January 2007, connection on 27 May 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/203

Top of page

About the author

Arnaud Héquette

GEODAL - Université du Littoral-Côte d'Opale 2 - F 59140 Dunkerque

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page