Skip to navigation – Site map

Presentation

The journal Méditerranée, founded in 1960, publishes research on all aspects of human and physical geography. It focuses on the circum-Mediterranean. Review articles on the Provence-Alps-Côte d’Azur region are also frequently published. The journal accepts papers in French and English, and is open to international contributions.
The latest issues of the journal are accessible via the Cairn portal using a subscription. Consult the journal issues available in restricted access.

Latest issue
122 | 2014
Le petit âge de glace en Méditerranée

Little Ice Age in Mediterranean
Edited by Jean-Michel Carozza, Benoît Devillers, Christophe Morhange and Nick Marriner
Ce numéro de la revue Méditerranée, dédié au petit âge de glace (PAG) rassemble treize articles de l’Espagne à la Syrie et même à la mer Caspienne, du Bas-Rhône à la lagune de Venise, des derniers glaciers résiduels des Balkans à l’Atlas marocain, traitant des températures, des pluies, des variations du trait de côte, des modifications géomorphologiques fluviales, des variations du couvert végétal, des crues et des étiages… Cette richesse traduit à la fois la diversité des méthodes utilisées par de nombreuses disciplines, la complexité de la période étudiée ainsi que la diversité des milieux péri-méditerranéens. Ce volume aborde quatre questions majeures :
Quelles sont les limites de début et de fin du PAG autour de la Méditerranée ? Sont-elles identiques à celles proposées pour l’Europe atlantique ? 
Les manifestations du PAG sont-elles homogènes ou variables à l’échelle de la Méditerranée ? Si autour du golfe du Lion les travaux ont montré une tendance à l’augmentation de l’hydraulicité et aux hivers froids, les données issues de la péninsule ibérique tendent à souligner, parallèlement à la baisse des températures, l’augmentation de la sécheresse. Il en va de même en Méditerranée orientale où le PAG est certes froid mais sec. 
La rythmicité séculaire interne du PAG telle qu’elle a été définie en Europe centrale est-elle transposable en Méditerranée et notamment l’opposition entre une phase précoce (dès la fin du xiiie s.) et une phase sévère (débutant au milieu du xvie s) ? 
Enfin, la question des effets sur les sociétés des modifications climatiques liées au PAG doivent être pensé dans le cadre spécifique des sociétés méditerranéennes où la question de la gestion de la ressource en eau est un problème récurrent. Appréhender cette question nécessite de prendre des précautions car la coïncidence chronologique ne saurait assurer en rien un lien causal. Le climat ne fait pas l’Histoire, mais il peut contribuer aux dynamiques sociales et d’innovation en favorisant l’adoption de pratiques, de règlements ou de techniques. Si l’exacerbation des irrégularités hydrologiques et du détritisme ont eu un rôle négatif dans les zones d’altitudes et sur les milieux urbains confrontés à une aggravation de l’aléa, il n’est pas sur qu’il en soit de même dans toutes les basses plaines agricoles avec les « terres nouvelles » gagnées sur la mer et les fleuves. 
Il reste encore difficile de se faire une idée précise de l’évolution climatique au cours du PAG à l’échelle régionale, de sa variabilité spatiale et chronologique. La première raison en est l’hétérogénéité spatiale des sources documentaires. Si l’opposition entre données de la Méditerranée de l’Ouest et de l’Est reste encore prégnante, cette différence tend à se combler. De la lecture de ces articles, se dégage toutefois une Méditerranée amputée de sa rive sud et donc une image nécessairement incomplète du PAG. D’un point de vue de l’histoire de l’environnement récent, la Méditerranée n’a encore qu’une rive.