Skip to navigation – Site map

Terroirs : caractérisation, développement territorial et gouvernance

Terroirs: characacterization, territorial development and governance
Jean-Noël CONSALES and Philippe Moustier
p. 7-8

Editor's notes

Pour toute information ou commande : Campagnes et terroirs de Provence et des Alpes du Sud, 7 impasse de la bastide des Garrias, 13710 Fuveau.

Full text

1Les textes proposés sont scindés en trois parties. La première permet d’approcher l’évolution de la notion de terroir, d’une conception naturaliste (géologie, sol, climat…), de type vidalien (R. Courtot) à une conception qui fait du terroir une construction sociale d’où l’importance de la gouvernance des terroirs (J.-C. Hinnewinkel). Si aujourd’hui le milieu physique reste un des éléments de la délimitation des aires d’appellation, la part de la société locale, avec sa dimension historique, la dynamique des acteurs de la filière et des autres acteurs du territoire est importante. Le terme de terroir ne fait pas uniquement référence aux aires d’appellations géographiques, AOC et IGP. Il est aussi amplement utilisé pour « distinguer » des produits de proximité ou de marque collective dans le cadre notamment de la vente directe (C. Delfosse et C. Bernard). En effet, avec la globalisation des échanges et l’intensification de la concurrence, les stratégies de différenciation des marchés ont été renforcées et ont débouché sur la multiplication des démarches de territorialisation des productions, outil de médiation entre le produit et le consommateur Elles sont organisées autour de trois pôles : le terroir, le mode de production et le pôle « citoyen » (M. Pouzenc et al). Dans ce contexte, la notion de terroir s’est considérablement élargie et complexifiée englobant les aspects identitaires et culturels, paysagers et environnementaux induits par les produits qui en sont issus.

2La deuxième partie illustre les processus de reterritorialisation ou de renouveau de productions par la mise en place d’AOC ou d’IGP. La crise des campagnes est multiforme et concerne tout autant les territoires éloignés que ceux qui sont proches des villes. Elle a souvent été analysée comme le résultat d’une inadaptation des modes traditionnels de production aux nouvelles conditions techniques et commerciales conduisant à la disparition de certaines productions. C’est souvent dans ce contexte de crise que les acteurs locaux ont été amenés à retrouver les spécificités de leurs productions traditionnelles et à entreprendre une démarche de différenciation des produits, avec parfois la mise en place de signes officiels de qualité. Ces produits liés au terroir permettent la redécouverte du territoire  par de nouvelles pratiques économiques recentrées sur le local (ventes directes), avec l’appui des collectivités, comme le montre l’exemple de la moyenne vallée du Rhône (C. Praly). Mais l’étalement urbain génère toujours des conflits d’utilisation du sol. La croissance urbaine nantaise entraîne un glissement du bassin maraîcher vers le sud dans un contexte de concurrence urbaine. La spécialisation du bassin vers la production de mâche (88% de la mâche française) qui s’affranchit des conditions pédologiques traditionnelles des sols maraîchers, facilite cette évolution (V. Jousseaume et C. Margetic). Sur la frange littorale varoise, la viticulture subit la concurrence foncière résidentielle mais de façon paradoxale, la figue de Solliès, aux portes de l’agglomération toulonnaise, est davantage menacée par la concurrence internationale et le vieillissement des exploitants que par la périurbanisation, en raison de la modicité des surfaces concernées et de la possibilité de relocalisation dans les fonds de vallée (Ph. Moustier). Les potentialités des milieux évoluent dans le temps en fonction des densités humaines et des systèmes techniques, économiques et sociaux. Dans les Alpes de Haute-Provence, arrières pays méditerranéens, la culture de la vigne s’est fortement rétractée pour se concentrer sur les terroirs les plus favorables alors que l’olivier se redéploie. À côté de nouvelles plantations, des oliveraies abandonnées depuis des décennies sont réhabilitées dans le cadre de politiques environnementales et patrimoniales (A. de Réparaz). D’autres productions de niche à forte identité patrimoniale sont ainsi mises en exergue. La lentille blonde de la planèze de Saint-Flour ou de l’île italienne d’Ustica, production « confidentielle » mais de qualité, devient un vecteur de développement local relayé ici par la société civile réunie dans l’association Slow Food (D. Ricard).

3La troisième partie présente quelques exemples de produits de terroirs dans les Etats méditerranéens de l’Union européenne. Avec le règlement européen 2081/1992, 700 produits agroalimentaires bénéficient d’une indication géographique. La France arrive en tête avec l’Italie suivie de l’Espagne tandis que la Grèce et le Portugal sont loin derrière. L’oléiculture permet à S. Angles de comparer, dans le cadre d’un même règlement, les approches différentes dans ces Etats entre celles davantage liées aux pratiques culturales des oliviers et d’autres plus attachées aux caractéristiques des huiles. En Andalousie, le phénomène de littoralisation, avec le tourisme de masse mais aussi le développement de cultures légumières et fruitières, a accentué la désertification de l’arrière pays. Les produits du terroir deviennent un élément du développement local avec la revitalisation des vieilles productions méditerranéennes comme les figues, les amandes, le miel, les raisins de table ou encore le jambon (A. Humbert). En Italie, le lien entre le cultural et le culturel dans le cadre d’un développement durable reliant agriculture, gastronomie et tourisme, est analysé en Toscane et appliqué à l’exemple de l’orange de Massa (M. Azzari et L. Cassi).

  • 1  Actes du colloque « Terroirs : caractérisation, développement territorial et gouvernance », mai 20 (...)

4Les lecteurs intéressés par la problématique « terroir » pourront compléter leur information et leur réflexion en se reportant aux actes du colloque1 qui contiennent une trentaine d’autres communications illustrant le foisonnement et la diversité des démarches pour maintenir des campagnes vivantes. Ils y trouveront également les nouvelles exigences de la loi d’orientation agricole de 2006 qui bouleversent l’organisation professionnelle et les instruments de contrôle pour les produits de terroir avec appellation géographique. Face aux controverses que ces produits suscitent au niveau des pays de l’OMC, une rigueur accrue est indispensable pour une meilleure argumentation en rapport avec l’enjeu crucial qu’ils représentent au niveau mondial.

Top of page

Notes

1  Actes du colloque « Terroirs : caractérisation, développement territorial et gouvernance », mai 2006, Aix-en-Provence, Imprimerie Vial (à paraître le 7 décembre 2007).

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Noël CONSALES and Philippe Moustier, « Terroirs : caractérisation, développement territorial et gouvernance », Méditerranée [Online], 109 | 2007, Online since 01 July 2007, connection on 30 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/101 ; DOI : 10.4000/mediterranee.101

Top of page

About the authors

Jean-Noël CONSALES

Maître de conférences à l’Université de Provence, UMR TELEMME, MMSH, Aix-en-Provence

By this author

Philippe Moustier

Professeur agrégé de géographie à l’IUT de l’Université de Provence, UMR TELEMME, MMSH, Aix-en-Provence

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page