Skip to navigation – Site map
Notes

Le câprier, une espèce arbustive pour le développement rural durable en Algérie

Latifa Assia Benseghir-Boukhari and Ratiba Seridi
p. 101-105

Index terms

Geographical index :

Algérie
Top of page

Full text

1Le câprier est l’une des rares espèces arbustives qui présente autant de qualités avec de nombreux usages.Plante spontanée, xérophyte et héliophile, elle est très répandue dans le bassin méditerranéen. Elle tolèreles conditions climatiques contraignantes des zones arides et semi-arides ainsi que des températures extrêmes.Elle peut donc jouer un rôle écologique très utile,dans ces régions, pour la protection contre l’érosion.Mais le câprier est aussi cultivé. Il fournit un condiment recherché, la câpre, qui correspond au bouton floralde la plante. Il est utilisé également comme fourrage, plante mellifère et ornementale. Surtout, il possèdedes qualités médicinales importantes utilisées dansla médecine traditionnelle.

2La culture de cette capparidacée remonte à l’antiquité (Noailles, 1965). Ses boutons floraux, ses jeunes pousses et jeunes fruits tendres sont utilisés dans l’alimentation humaine (Couplan, 1986). Au Maroc, le câprier possède une importance économique indéniable. Il est cultivé dans les régions de Fès, Safi et Marrakech. Les câpres en conserve ou semi-conserve sont exportées vers l’Italie, l’Espagne et la France notamment. Le Maroc est le premier exportateur mondial de câpres. En revanche, en Algérie, le câprier n’est pas ou peu cultivé, mais la population rurale algérienne a tissé des liens solides avec cette plante, car elle présente de nombreuses propriétés thérapeutiques qui sont décrites minutieusement lors des enquêtes locales. Les boutons floraux des câpriers contiennent de la rutine très utilisée dans l’insuffisance veineuse (Dorvault, 1982). Le bilan géographique et écologique préliminaire des travaux effectués décrit un schéma écologique qui pourrait avoir une implication dans les domaines de la thérapeutique (fig. 1).

Fig.1 - Tableau récapitulatif des enquêtes de terrain.

Fig.1 - Tableau récapitulatif des enquêtes de terrain.

(a) En Espagne, des flavonoïdes ont été extraits des câpres (Tomas, Ferreres, 1976).
(b) Le miel est des plus appréciés (Biri, 1986).
(c) Des travaux récents notent la présence de rutine dans les feuilles de la variété aegyptia (Seridi et al., 1976).
(d) Au Sahara, les baies immatures sont cuisinées (Ozenda, 1983).
(e) La plante contient un hétéroside sulfuré libérant par hydrolyse une huile essentielle (Couplan, 1986). Des cellules à myrosine sont présentes dans les parenchymes de Capparis (Crete, 1965). Les graines, écrasées dans un liquide chaud, sont utilisées en gargarismes dans le mal des dents. À quelques menus détails, le mode d’utilisation médicinale est le même dans toute l’Afrique (Maire, Monod, 1950).

*MA : Domaine maurétanien méditerranéen : secteur algérois - MN : Domaine maurétanien méditerranéen : secteur numidien - MO : Domaine maurétanien méditerranéen : secteur oranais -
MT : Domaine maurétanien méditerranéen : secteur tell méridional - SC : Secteur des hauts plateaux constantinois - SSC : Secteur saharien constantinois - RS : Région saharienne.

3 sites tunisiens adjoints inventoriés
Elhouaria (Nord Tunisie) Cap Bon - échantillon altéré;
Tabarka (Nord Tunisie) Mur antique-échantillon altéré;
Gorges de Midès à Tamerza (Sud Tunisie)-inerme. Sa présence est aussi signalée ailleurs, en particulier dans l’Oued Mellaza à Djebel Mansour
(Biotopes assez divers) (Boudouresque, 1978).

Situation géographique du câprier (épineux et inerme) en Algérie

3En Algérie, le câprier couvre de vastes surfaces mais de manière éparse. Il a été redécouvert depuis peupar les forestiers qui ont alors engagé l’étude de son développement. Celui-ci pourrait, il est vrai, être plantédans les espaces inaptes à l’agriculture, pour la reconstitution végétale des zones où on ne saurait faire pousser des espèces délicates. En effet, le câprier est doté d’un système racinaire très puissant qui mobilise des volumes importantsde sous-sol. Cette caractéristique lui confère une forte tolérance à la sécheresse. Il a donc la particularitéde se développer sur les sols les plus ingrats et sur de fortes pentes, d’où son intérêt écologique contre l’érosion dansles zones arides et semi-arides. Il est signalé dans les stations les plus xérophiles (Kadik, 1986; Maire, 1965; Ozenda, 1983). On a observé, lors de la campagne de terrain, que deux câpriers phénotypiquement différents peuvent être présents ensemble sur une même station, sans facteur de variation écologique. Des variétés moins épineuses intermédiairesà la variété inermis sont présentes, dont certaines semblent rarement donner des fruits.

4Les expositions Sud et Sud-est, les sols marneuxet schisteux très fragiles, les rochers calcaires concentrent les plus importants peuplements de câpriers. Mais,ils sont également présents sur les pentes argileuses,les terres légères, graveleuses et les sols sablonneux secs. Le pH courant est de 7,5 à 8. Les tiges, les feuilles et les fruitssont teintés de rouge sur les sols schisteux, couleurs probablement liées aux anthocyanes. L’absence de matière organique est observée dans 75% des relevés. Le câprier s’accommode donc bien des sols les plus mauvais.D’un point de vue climatique, on le rencontre souventdans les secteurs semi-arides et en second lieudans le subhumide. Son cycle végétatif et son développement floral exigent un climat sec et chaud (Gorini, 1984).Les espèces végétales accompagnatrices les plus fréquentes dans les relevés sont le jujubier sauvage, l’olivier,le pistachier lentisque et quelques fois le pin d’Alep. On remarque surtout qu’il y a une constante écologique correspondant à un décor minéral toujours ensoleillé : gorges, falaises, pentes rocailleuses, éboulis, ravins et vieux murs de pierres en zones urbaines. En effet, les baies,très appréciées des oiseaux (Maire, Monod, 1950), expliquent la forte relation entretenue avec l’habitat des oiseaux. Des stocksde graines enrobées de matières fécales ont été trouvés, en basde falaises, dans les gorges de Palestro et de Midès.Par ailleurs, les oiseaux semblent être les disséminateurs potentiels de la graine, ce qui explique son extension dispersée. En effet, on pense que le passage des grainespar le suc gastrique des oiseaux facilite la régénération naturelle. Cette observation rejoindrait l’hypothèse confirmée par les travaux relatifs à l’effet positifde l’acide sulfurique sur la dormance des graines de câprier (Benseghir Boukhari et al., en préparation).

5Le secteur du Tell méridional, dans le domaine maurétanien méditerranéen, est la zone biogéographique de prédilection du câprier. C’est une espèce de moyenne et basse altitude. Les adaptations remarquables du câprier, face aux effets de l’érosion combinés à ceux de la chaleur et de la xéricité du climat, peuvent lui conférer une certaine importance dans des régions climatiques et édaphiques où d’autres espèces semblent ne pas s’adapter.

Utilisations en médecine traditionnelle

6Récemment, l’effet bénéfique des câpres en tant que plante condimentaire a été confirmé par des travaux de chimie alimentaire (Rivera et al., 2003 ; Romeo et al., 2007). L’efficacité thérapeutique des organes de la plante, s’inspirant des références d’ethnobotanique, semble donner des résultats pour des traitements anticancéreux et anti-inflammatoires naturels. De nombreux scientifiques de phytopharmacie mènent activement à l’heure actuelle des recherches sur la molécule de la plante. Dans plusieurs pays, ce regain d’intérêts alimentaire et médicinal pour le câprier ainsi que pour la câpre est exprimé dans de nombreux travaux.

7On pense que si la phytothérapie a le souci de fournir des produits de qualité, selon des méthodes sûres concernant les principes actifs et provenant de sites de prélèvement appropriés, la récolte officielle du matériel biologique du câprier ne devrait pas se pratiquer à n’importe quel moment, n’importe où et sur n’importe quelle variété. En général, une plante élabore des essences différentes en fonction des paramètres écologiques définis : sol, climat, altitude, exposition, latitude… On peut citer l’exemple de l’écorce des racines de câprier connue pour soigner les rhumatismes (région de Sétif). Il existerait probablement des qualités thérapeutiques basées botaniquement et biochimiquement sur des paramètres de sol. La substance contenue dans les racines permettrait leur enfouissement exceptionnel dans les rochers. Ces observations sont difficiles à interpréter sans analyse. La thérapie populaire livre donc aux scientifiques des données à éclaircir.

8Des quantités énormes de rameaux feuillés et de baies sont prélevées et fournies aux herboristes. De surcroît,les femmes, les enfants et les personnes âgées, sans cultiver la plante, ramassent en abondance les câpres (Nord de Sétif, Nord de Bordj Bou Arreridj, Mila) qui sont acheminées vers Bejaia pour être traitées et exportées. Sur l’ensemble des stations étudiées en Algérie, comportant des plantations spontanées, trois seulement font l’objet de cueillette de câpres destinées à l’exportation, mais sans filière définie. En revanche, dans la quasi-totalité des sites, la population rurale utilise cette ressource pour se nourrir et se soigner. Le rôle socio-économique du câprier est donc important.

Conclusion

9On assiste à une prise de conscience du rôle du câprier dans le développement durable des territoires ruraux d’Afrique du Nord et de l’Algérie en particulier. Ses fonctions écologiques, médicinales et socio-économiques doivent être intégrées dans les programmes actuels du développement rural durable. Pour cela, la recherche de l’âge des sujets est indispensable pour l’analyse de la régénération naturelle du câprier. Son type biologique étant chamaephyte, il n’est pas aisé d’estimer l’âge de la souche d’autant plus qu’il s’agit de plantes sauvages. L’âge le plus élevé, retenu arbitrairement, est de 30 ans. La tranche d’âge la plus représentée dans nos relevés est de 10-30 ans avec une hauteur des rameaux atteignant 1,50 m. Elle est de 5-10 ans pour seulement 6 stations. Les arbustes de moins de 5 ans sont rares sur les pentes faibles, en raison d’un excès de pâturage sur les terrains accessibles aux animaux qui éliminent les jeunes pousses. La présence de troupeaux de chèvres est fréquente sur les lieux des relevés. En revanche, les jeunes arbustes sont nombreux sur les rochers, en hauteur. Les zones à câpriers correspondent à des espaces de parcours très dégradés. Leur mise en valeur par des plantations résoudrait, entre autres, les problèmes pastoraux de ces régions, surtout pendant la période estivale. La présence naturelle du câprier génère une économie de cueillette. La mise en valeur de ce potentiel passe par la création d’un véritable terroir, c’est-à-dire d’une mise en culture du câprier avec une gouvernance susceptible d’entraîner un développement territorial durable.

Top of page

Bibliography

Afsharypuor S., Jeiran K., Jazy A.-A., (1998), First investigation of the flavour profiles of the life, ripe fruit and root of Capparis spinosa var. mucronifolia from Iran,Pharmaceutica Acta Helvetia, n° 72-5, p.307-309.

Ahmed Z.-F.,Rizk A.-M.,Hammouda F.-M.,Seif El Nasr M.-M., (1972), Glucosinolates of eagyptian Capparis species, Phytochemistry, n° 11-1, p.251-256.

Ananda R.,Silpi D., (1978),Idioblast typology on the taxonomy of Capparis spinosa complex curr, Sei INDIA, n° 47-23, p. 917-919.

Bonina F.,Puglia C.,Ventura D.,Aquino R.,Tortora S.,Sacchi A.,Saija A., TomainoA.,Pellegrino M.-L.,de Caprarris P., (2002), In vitro antioxydant and in vivo photoprotective effects of a lyophilized extract of capparis spinosa L. buds,Journal of cosmetic science, n° 53-6, p. 321-335.

Boudouresque E., (1978),Étude bioclimatique et phytosociologique de l’ensemble orographique du Djebel Mansour (Tunisie), Thèse de Doctorat3e cycle, Écologie méditerranéenne, Faculté des Sciences et Techniques St Jérôme, 152 p.

Çali ς I., E Kuruüzüm A., Rüedi P., (1999),1H-Indole-3-acetonitrile glucosides from Capparis spinosa fruits, Phytochemistry, n° 50-7, p. 1205-1208.

Çali ς I., E Kuruüzüm A., A Lorenzetto P., Rüedi P., (2002),(6S)-hydroxy-3-oxo-α-ionol glucosides from Capparis spinosa fruits, Phytochemistry, n° 59-4, p. 451-457.

Couplan F., (1986), Retrouvez les légumes oubliés. 50 légumes, condiments et fruits. Culture, historique, propriétés, recettes, éd. La maison rustique, Flammarion, Paris.

Crete P., (1965), Précis de botanique Systématique des angiospermes, tome II, 2e éd., Masson et Cie, Collection de précis de pharmacie, Paris, 429 p.

Dorvault F., (1982), L’officine, 21eéd., Vigot, Paris, 1958 p.

Eddouks M., Lemhadri A., Michel J.-B., (2004), Caraway and caper: potential anti-hyperglycaemic plants in diabetic rats, Journal of ethnopharmacology, n° 94-1, p. 143-148.

Eddouks M., Lemhadri A., Michel J.-B., (2005), Hypolipidemic activity of acqueous extract of Capparisspinosa L. in normal and diabetic rats, Journal of ethnopharmacology, n° 98-3, p. 345-350.

Fallah Huseini H., Alavian S.-M., Heshmat R., Heydari M.-R., Abolmaali K.,(2005), The efficacy of liv-52 on liver cirrhotic patients : a randomized, double-blind, placebo-controlled first approach, Phytomedicine, n° 12-9, p. 619-624.

Gadgoli C., Mishra S.-H., (1999), Antihepatotoxicactivity of p-methoxy benzoic acid from capparis spinosa,Journal of ethnopharmacology, n° 66-2, p. 187-192.

Gorini F., (1984), Le Câprier, CTIFL B 2/TP, p. 1-3 (Traduit de l’italien par Henri Zuang).

Kadik B., (1986), Contribution à l’étude du Pin d’Alep (Pinus halepensisMILL.) en Algérie : Écologie, dendrométrie, morphologie, Office des Publications Universitaires, Alger, 580 p.

Khanfar M.-A., Sabri S.-S., Abu Zarga M.-H., Zeller K.-P., (2003), The chemical constituents of Capparis spinosa of Jordanian origin, Natural product research, n° 17-1, p. 9-14.

Maire R., Monod Th., (1950), Études sur la flore et la végétation du Tibesti, Mémoires de l’Institut français d’Afrique noire, éd. Librairie La Rose, Paris, 140 p.

Maire R., (1965), Flore de l’Afrique du Nord, Volume XII, Encyclopédie biologique. LXVII, éd. Le Chevalier, Paris, 407 p.

Noailles M.-C., (1965), L’évolution botanique, éd. du Seuil, Le rayon de la Science, France, 73 p.

Ozenda P., (1983), Flore du Sahara, 2e éd. du CNRS, Paris, 624 p.

Quezel P., Santa S., (1962), Nouvelle flore de l’Algérie, CNRS, Paris, 570 p.

Rivera D., Inocencio C., Obon C., Alcaraz F., (2003), Review of food and medicinal uses of capparis L. subgenus Capparis (Capparidaceae), Economic Botany, n°57-4, p.515-534.

Roméo V., Ziino M.,Giuffrida D., condurso C., Verzera A., (2007), Flavour profile of capers (Capparis spinosa L.) fromthe eolian archipelago by HS-SPME/GC-MS, n° 101-3, p. 1272-1278.

Seridi R., Hadef Y., Benseghir L.A., Ben Abdallah A., et Boukhdiri S., (2004), Étude phytochimique d’une Capparidacée : Capparis spinosa (le câprier) de la région de Mila, Communication aux 1ères journées du Département de Pharmacie organisées à Annaba le 8 et 9 décembre 2004, Université Badji Mokhtar, Faculté de médecine Annaba.

Sharef M., El-Ansri M.-A., Saleh N.-A.-M.,(2000), Quercetin triglycoside from Capparis spinosa, Fitoterapia, n° 71-1, p. 46-49.

Tomas F., Ferreres F., (1976), Contribution à l’étude de la dotation flavonoïdique dans Capparis spinosa, Rev. Agroquim.Technol.Alimen, n° 16, p. 252-256.

Trombetta D., Occhiotto F., Perri D., Puglia C., Santagati N.-A., De Pasquale D., Saija A., Bonina F., (2005), Antiallergicand antihistaminic effect of two extracts of Capparis spinosa L. flowering bud,Phytotherapy Research, n° 19-1, p. 29‑33.

Wu J.-H., Chang F.-R., Hayashi F.-R., Shiraki K., Liaw C.-C., Nakanishi Y., Bastow K.-F., Yu D.-L., Chen I.-S., Lee K.-H., (2003), Antitumor agent. Part 218: Cappamensin A, a new in vitro anticancer principle, from Capparis sikkimensis, Bioorganic et Medicinal Chemistry Letters, n° 13-13, p. 2223-2225.

Yaniv Z., Dafni A., Friedman J., Palevitch D.,(1987), Plant used for the treatment of diabetes in Israël,Journal of ethnopharmacology, n° 19-2, p. 145-151.

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 - Tableau récapitulatif des enquêtes de terrain.
Caption (a) En Espagne, des flavonoïdes ont été extraits des câpres (Tomas, Ferreres, 1976). (b) Le miel est des plus appréciés (Biri, 1986).(c) Des travaux récents notent la présence de rutine dans les feuilles de la variété aegyptia (Seridi et al., 1976).(d) Au Sahara, les baies immatures sont cuisinées (Ozenda, 1983).(e) La plante contient un hétéroside sulfuré libérant par hydrolyse une huile essentielle (Couplan, 1986). Des cellules à myrosine sont présentes dans les parenchymes de Capparis (Crete, 1965). Les graines, écrasées dans un liquide chaud, sont utilisées en gargarismes dans le mal des dents. À quelques menus détails, le mode d’utilisation médicinale est le même dans toute l’Afrique (Maire, Monod, 1950).*MA : Domaine maurétanien méditerranéen : secteur algérois - MN : Domaine maurétanien méditerranéen : secteur numidien - MO : Domaine maurétanien méditerranéen : secteur oranais -MT : Domaine maurétanien méditerranéen : secteur tell méridional - SC : Secteur des hauts plateaux constantinois - SSC : Secteur saharien constantinois - RS : Région saharienne.3 sites tunisiens adjoints inventoriésElhouaria (Nord Tunisie) Cap Bon - échantillon altéré;Tabarka (Nord Tunisie) Mur antique-échantillon altéré; Gorges de Midès à Tamerza (Sud Tunisie)-inerme. Sa présence est aussi signalée ailleurs, en particulier dans l’Oued Mellaza à Djebel Mansour(Biotopes assez divers) (Boudouresque, 1978).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/117/img-1.png
File image/png, 86k
Top of page

References

Electronic reference

Latifa Assia Benseghir-Boukhari and Ratiba Seridi, « Le câprier, une espèce arbustive pour le développement rural durable en Algérie », Méditerranée [Online], 109 | 2007, Online since 01 July 2009, connection on 22 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/117 ; DOI : 10.4000/mediterranee.117

Top of page

About the authors

Latifa Assia Benseghir-Boukhari

IREMAM, MMSH - Aix-en-Provence - benseghir_latifa@yahoo.fr

Ratiba Seridi

Université Badji Mokhtar - Annaba

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page