Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

« Un colloque sur les ports antiques »

G. p. Berlanga et J. p. Ballester eds., (2003), Puertos fluviales antiguos : ciudad, desarrollo e infraestructuras, IVe jornadas de Arqueologia subacuatica, Actas, Facultat de Geografia i Historia, Universitat de Valencia, Generalitat Valenciana, 382 p.
Christophe Morhange
p. 134
Bibliographical reference

G. p. Berlanga et J. p. Ballester eds., (2003), Puertos fluviales antiguos : ciudad, desarrollo e infraestructuras, IVe jornadas de Arqueologia subacuatica, Actas, Facultat de Geografia i Historia, Universitat de Valencia, Generalitat Valenciana, 382 p.

Full text

1Ces actes du IVe colloque d’archéologie subaquatique de Valence (2001) présentent 28 articles traitant des ports fluviaux antiques. La structure du volume est simple puisqu’elle rassemble les communications par région géographique. Cinq articles traitent des ports et des fleuves de la façade atlantique de la Péninsule ibérique. Les auteurs remarquent que l’importance du marnage explique partiellement la localisation des ports dans des espaces margino-littoraux comme des lagunes ou des estuaires. L’évolution du port romain de Lisbonne est précisée. Une synthèse épigraphique et archéologique sur le port de Séville (Hispalis) montre que ce site de fond d’estuaire a connu une progradation d’origine terrigène particulièrement importante. Le lit mineur du Guadalquivir a aussi connu des variations latérales. Le port d’Hispalis ne s’est vraiment développé qu’à partir de l’Époque romaine, période à partir de laquelle la navigabilité du chenal a été améliorée par de nombreux aménagements hydrauliques et une politique de gestion fluviale. Le petit port de Myrtilis (Merola), sur le Guadiana, se localise lui aussi loin de son embouchure. La localisation exacte du port est précisée par la découverte d’une bitte d’amarrage. Sept articles traitent des ports de la façade méditerranéenne de l’Espagne. C. Ferrer Garcia, p. Carmona et al. traitent de la mobilité des paysages de plusieurs sites portuaires du littoral valencien dans des contextes géomorphologiques variés (Dénia, Sagonte, Valence…). La modification du littoral est expliquée parfois par des variations modestes du niveau marin et surtout par les apports sédimentaires fluviatiles à l’origine d’une régularisation des rivages depuis 5000 ans. Les rias ont été progressivement colmatées par l’édification de cordons littoraux, à l’origine de l’isolement de lagunes. Les sites portuaires protégés se sont ainsi retrouvés enclavés. Trois communications traitent des ports fluviaux de l’Ebre et insistent sur le style méandriforme et la mobilité du lit mineur (ports de Zaragossa à l’amont et de Derosa à l’aval). Le golfe du Lion constitue la troisième section de cet ouvrage. L’article de L. Long et Cl. Sintes insiste sur le rôle d’Arles dans l’Antiquité. Les fouilles récentes apportent des données nouvelles sur la question de la rupture de charge et sur le tracé du littoral antique. Les plongées archéologiques de J.M. Falgueraet al. précisent la date d’utilisation de Port La Nautique entre leIer siècle avant J.-C et 70 après J.-C. L’Hérault est le seul cours d’eau en Languedoc occidental à avoir fait l’objet de recherches subaquatiques. Les découvertes archéologiques (gisements de céramiques ne pouvant être interprétés comme des vestiges de cargaison et instruments d’ancrage) ont largement alimenté l’idée de l’existence d’un port fluvial à Agde durant la Protohistoire. Cependant, aucune structure portuaire n’est pour l’instant attestée. La quatrième partie traite de la côte tyrrhénienne avec trois articles sur les ports de Pise et de Florence, dans le cadre du bassin-versant de l’Arno, et sur les bassins fluviaux de Rome. Sur la côte adriatique, le port et le paléoenvironnement d’Aquileia sont présentés. Les auteurs insistent sur les possibilités de navigation intra-lagunaire de Rimini à Grado. Enfin, deux ports de Méditerranée orientale sont présentés : Alexandrie et Sidon. Au total, ces actes sont particulièrement intéressants car ils ne présentent pas seulement des sites portuaires majeurs, mais insistent aussi sur les problèmes de rupture de charge en fond d’estuaire et sur l’intégration des ports dans leurs contextes géomorphologiques et en rapport avec les réseaux commerciaux. Cette publication, un peu confidentielle, mérite d’être beaucoup mieux connue.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Morhange, « « Un colloque sur les ports antiques » », Méditerranée [Online], 104 | 2005, Online since 27 January 2009, connection on 22 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/1562

Top of page

About the author

Christophe Morhange

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page