Skip to navigation – Site map
Renouveler la ville-port

Le front de mer de Valencia et l’héritage de l’America’s Cup 2007

Valencia’s Sea Front and the Legacy of the America’s Cup
Renzo Lecardane
p. 109-114

Abstracts

The topic of this paper studies the relationship between temporalities and the transformative mechanisms in cities and neglected port zones. The central hypothesis posits that major events can be understood as tools of transformation of the contemporary city in which the event, by its very nature impermanent in character, can nevertheless have a permanent effect on the development of certain facilities. The permanency that gets established as a result of an short-term happening differs from traditional forms of urban intervention. Analysis of urban development growing out of a short-term event uses the case of the 2007 America’s Cup of Valencia to explicate a durable strategy between these two modalities. The stages which have allowed a reconfiguration of large portions of this Spanish city follow a profile used and reused in other European cities.

Top of page

Full text

  • 1  L’activité de recherche en cours, dans le cadre du Programma “Rientro dei Cervelli” , pour le Mini (...)

1La ville européenne est aujourd’hui un lieu extraordinaire d’innovation. Depuis quelques décennies, plusieurs villes, grandes ou moyennes, ont proposé des projets de régénération du tissu urbain et de l’espace public pour la rénovation du front de mer, du patrimoine historique et pour la construction d’édifices remarquables. Le sujet de ce texte, qui s’inscrit dans le courant des recherches sur la culture de la transformation de la ville contemporaine1, concerne la contribution des grands évènements à la transformation durable des contextes métropolitains, en particulier les aspects spécifiques du projet urbain et architectural. L’intérêt croissant des villes moyennes européennes à se porter candidates à l’organisation des grands événements s’explique par ce phénomène de la rénovation urbaine.

2La relation entre la ville, le front de meret l’événement, à partir de l’exemple de l’America’s Cup 2007 de Valencia, permet d’analyser l’aménagement du front de mer de cette ville espagnole et l’extension du port dans la ville. À travers l’examen de quelques paradigmes, il est possible de retrouver des projets et des procédures valables pour la requalification d’autres sites portuaires délaissés. La succession des évènements sportifs et culturels, accueillis de plus en plus par des villes européennes, met en évidence des problématiques actuelles sur les effets des transformations de la ville après la manifestation. Les exemples de Barcelone, Gênes et Lisbonne montrent non seulement la capacité de ces villes à se servir des grands événements internationaux comme levier du projet urbain, mais aussi le potentiel des ces opérations exceptionnelles liées à une stratégie de planification métropolitaine. À l’occasion des Jeux Olympiques de 1992, la méthodologie adoptée par la municipalité de Barcelone a permis d’amorcer la requalification des espaces publics, du tissu urbain et d’une vaste zone du littoral ; à Gênes, les événements culturels qui se sont succédé depuis 1990 ont ouvert la perspective de la requalification du paysage portuaire du Porto Antico et du centre ville. De même à Lisbonne, l’Expo’98, inscrite dans le cadre du Plan Stratégique élaboré par la municipalité en 1990, a défini les orientations prévues pour la Zone d’intervention de l’Arc fluvial et la création d’une nouvelle centralité au nord-est de la ville.

3À Valencia, ville portuaire de la Méditerranée, l’événement sportif de l’America’s Cup a inscrit, comme ailleurs, ses opérations dans un projet urbain ambitieux, avec une stratégie de requalification de la darse intérieure du port, d’extension des espaces portuaires face à la ville et de déplacement partiel des activités portuaires à Sagunto. Elle a adopté le principe de la permanence des transformations pour fonder une stratégie urbaine à long terme et pour réaliser des projets sur le front de mer, jusqu’alors seulement esquissés. Le site de la darse intérieure, autrefois cœur de l’activité portuaire, fait partie des priorités des futurs aménagements stratégiques que la ville et le port s’engagent à réaliser ensemble en utilisant l’événement sportif comme levier de la rénovation et de l’extension du port.

4Les villes font appel aux plus célèbres architectes pour dessiner les nouveaux monuments de la contemporanéité et privilégier en même temps l’aménagement des espaces publics. Comme l’écrit Bruno Gabrielli (2004), « l’idée d’améliorer la qualité de l’espace urbain signifie obtenir concrètement deux résultats : acquérir le consensus des citoyens et attirer de nouvelles activités économiques ». Si certaines opérations ont réussi, il y a aussi des échecs. C’est à partir de cette constatation qu’Alberto Ferlenga (2004) déclare que malgré des similitudes le caractère exceptionnel de l’architecture contemporaine perdure.

5La sélection de la ville de Valencia, en 2003 comme siège de la xxxiie Coupe d’Amérique en 2007, a permis d’intensifier les processus et les stratégies entamées dans les années quatre-vingt pour transformer et agrandir la zone portuaire. L’objectif annoncé par la municipalité de Valencia d’utiliser un tel potentiel pour animer le débat sur le futur de la ville et en particulier sur le rapport entre ville, mer et extension du port, a conduit Valencia à viser un rôle de premier plan en Méditerranée qui dépasse l’évènement lui-même. L’America’s Cup, le plus grand spectacle organisé sur la mer, a été l’occasion de requalifier la ville portuaire en récupérant des portions importantes du tissu urbain et en relançant son image au niveau international.

1 - De la ville au fleuve et de la ville à la mer

6Depuis ses origines, la relation de Valencia avec l’eau a été liée au fleuve Turia, qui traversait le centre ville, plutôt qu’à la mer. Entourée de villages, la ville fluviale fortifiée s’est étendue aux abords du fleuve dont l’embouchure naturelle est éloignée de trois kilomètres. En 1792, l’ingénieur Manuel Mirallas bâtit le premier embarcadère de pierres à la place de celui en bois au bord de la plage. Au cours des xixe et xxe siècles, la darse intérieure a été occupée par différentes installations portuaires, entrepôts, gares maritimes, jusqu’à s’étendre sur les nouveaux quais maritimes. Mais progressivement, toutes les activités portuaires de la darse historique ont été déplacées avec l’augmentation de la capacité des navires et l’arrivée des containers qui nécessitaient des eaux plus profondes et de grands espaces de stockage. La croissance de la ville vers le littoral ainsi que la démolition des fortifications qui entouraient la ville de Valencia, en 1865, ainsi que la construction de la ligne du chemin de fer Valencia-Grao, en 1877, en modifient le caractère fluvial. La crue du 14 octobre 1957, appelée « gran riada de Valencia », conduit à dévier le lit du fleuve et consacre le rapprochement de la ville avec la mer. Le Plan régulateur de la ville approuvé en 1988 démontre que cette relation constitue désormais une grande ressource urbaine, économique, environnementale et culturelle.

7Le lit de l’ancien fleuve a été comblé et aménagé en axe vert structurant la ville. Comme prévu par le projet de l’architecte Ricardo Bofill en 1982, le Jardín del Turia, constitue la première phase de liaison entre la ville et la darse intérieure avec sa transformation en espace public majeur pour la ville. Le projet de l’architecte Santiago Calatrava, lauréat en 1991 du concours d’idées pour la requalification de le lit majeur du Turia, a proposé un parc urbain et un équipement culturel avec la Cité des Arts et des Sciences sur l’ancienne embouchure du fleuve. Devenu aujourd’hui un lieu de grande attraction touristique, cette opération a marqué le rapprochement de la ville avec la mer et elle introduit le deuxième processus de transformation du front de mer, le projet Balcón al Mar. Conçu par l’architecte José Maria Tomas Llavador, suite au concours d’idées lancé en 1997 par l’administration portuaire, la municipalité, le gouvernement régional et le gouvernement central, ce projet s’inscrit dans le cadre d’une politique qui établit la priorité du rapport entre la ville et la darse intérieure par l’ouverture d’un nouveau canal d’accès à la darse historique et son réaménagement avec la construction d’édifices emblématiques destinées à l’activité commerciale et aux loisirs. Le développement du port vers des quais dotés de meilleures infrastructures avait causé l’abandon de la darse intérieure qui avait été cédée à la municipalité de Valencia et le transfert du siège du port. L’objectif était la récupération de la façade maritime de Valencia pour installer des activités ludiques, culturelles et économiques avec la réhabilitation des édifices historiques des Tinglados, de l’Edificio del Reloj, du Varadero et de l’Edificio de Aduanas, la construction d’une tour panoramique et la création d’un port de plaisance. La requalification de la darse est à l’origine de la suppression des infrastructures routières et ferroviaires qui la cernaient et de l’extension des axes viaires reliant directement le port et les plages de la Malvarosa. Les récents processus de rénovation urbaine, réalisés au Port Vell de Barcelone ou dans la darse historique du port de Gênes, ont servi de références pour les actions entreprises à Valencia. Ce projet d’urbanisation maritime a ensuite été modifié dans ses aspects architecturaux et fonctionnels pour être adapté aux usages de l’évènement sportif de la Coupe d’Amérique. En effet, en 2003, c’est Valencia qui est choisie pour l’organisation de l’America’s Cup 2007 parmi les quatre villes candidates (Valencia, Lisbonne, Marseille et Naples).

2.- L’America’s Cup et l’aménagement du vieux port de Valencia

  • 2  Le président du Consorcio est le maire Rita Barbera, le secrétaire général est José Salinas, direc (...)

8C’est dans ce contexte de requalification urbaine que la candidature de Valencia pour la 32eAmerica’s Cup est apparue extrêmement avantageuse. Les édifices historiques étaient déjà restaurés et le projet Balcón al Mar était bien adapté aux exigences de la Coupe d’Amérique. La désignation de Valencia comme siège de la compétition a soulevé de grands espoirs sur les possibilités d’investissement et de développement de la ville, en raison de la résonance internationale de l’événement. Après que le Gouvernement espagnol a déclaré l’événement « manifestation sportive d’importance spéciale », la gestion et la réalisation des opérations ont été confiées à la société anonyme Consorcio Valencia 20072, constituée par les trois administrations publiques territoriales : Gouvernement (50 %), région de Valencia (25 %), municipalité (25 %). Comme pour les sociétés Porto Antico à Gênes et Parque das Naçoes à Lisbonne, le domaine public a été donné en concession au Consorcio Valencia 2007, organisme juridique de droit public, avec patrimoine propre, pleine capacité de réalisation des projets et gestion des ouvrages destinés à rester après l’événement. Parmi les objectifs du Consorcio figure en tout premier lieu l’adaptation de la darse historique (fig.1) aux exigences de la compétition sportive et de la société America’s Cup Management (ACM), propriétaire des droits de l’événement pour le compte de la dernière équipe gagnante, soit l’équipe suisse Alinghi.

Fig.1 - Planimétrie du vieux port et des aménagements réalisés pour la 32e America’s Cup.

Fig.1 - Planimétrie du vieux port et des aménagements réalisés pour la 32e America’s Cup.

L’événement sportif s’inscrit dans un projet urbain d’ensemble ambitieux à travers une stratégie de requalification et d’agrandissement des espaces portuaires.

© Consorcio Valencia 2007.

9Les travaux débutent à la fin de 2004. Ils concernent la construction d’infrastructures : l’avancement du bord de la darse sur la mer (fig.2), le percement d’un nouveau canal d’accès à la darse de 80 m de largeur et 600 m de longueur à partir de la digue orientale, la construction d’une digue et d’une contre digue pour protéger le nouveau canal, l’installation d’un quai en forme de T au milieu de la darse pour l’amarrage des megayatchs. Des bâtiments temporaires et permanents sont ensuite réalisés, ainsi l’édifice Veles y Vents, des architectes David Chipperfield et Fermín Vázquez, qui accueille le Foredeck club (fig.3) ;

Fig.2 - Travaux d’adaptation de la darse historique aux exigences de la compétition sportive et de la société America’s Cup Management avec l’élargissement des quais pour l’installation des constructions éphémères des équipes sportives qui cachent actuellement la vue depuis la mer des édifices historiques des Tinglados.

Fig.2 - Travaux d’adaptation de la darse historique aux exigences de la compétition sportive et de la société America’s Cup Management avec l’élargissement des quais pour l’installation des constructions éphémères des équipes sportives qui cachent actuellement la vue depuis la mer des édifices historiques des Tinglados.

© Consorcio Valencia 2007.

Fig.3 - Vue aérienne du bâtiment Foredeck Club, arch. David Chipperfield et Fermin Vásquez, 2007.

Fig.3 - Vue aérienne du bâtiment Foredeck Club, arch. David Chipperfield et Fermin Vásquez, 2007.

Pièce centrale du dispositif de l’America’s Cup, ce bâtiment permanent est l’icône de la manifestation appelé à requalifier, avec le nouveau parc de 10 ha., l’accès au vieux port de Valencia.

© Consorcio Valencia 2007.

10 le grand parc urbain de 10 ha à côté de l’entrée du nouveau canal ; les édifices temporaires pour les bases sportives, les installations ludiques ; le parking souterrain ; l’édifice destiné au bureaux pour les juges de la régate ; un magasin et un centre logistique. Parmi ces opérations, c’est le canal de liaison à la mer qui modifie l’image de l’espace portuaire à cause de la fermeture définitive de son accès traditionnel et du changement d’orientation de la darse historique ouverte sur la mer. Le percement du nouveau canal a généré toutefois une forte opposition, car l’étude d’impact sur l’environnement mentionnait le risque de cette opération, soit l’agrandissement du port, ce qui est confirmé par la prévision du Plan stratégique Valenciaport (2002-2015) qui place le port de Valencia parmi les plus importants de la Méditerranée.

  • 3  Le premier prix ex aequo a été accordé à l’équipe dirigé par l’agence GMP Internacional Arquitecto (...)

11Le caractère provisoire des bases des équipes, édifices démontables, n’a pas empêché de modifier la darse historique, prolongeant les quais ver la mer. La modification irréversible de la skyline des constructions et de la sealine du port historique de Valencia a été critiquée par l’urbaniste Joan Olmos. Les accords entre la ville et le port ainsi que le bref délai nécessaire pour la conception et la réalisation des aménagements ont certainement limité la réflexion sur le rôle de la temporalité et de la durabilité des opérations, concentrant en revanche une grande attention à la requalification de l’espace public. Tomas Llavador (2006) a affirmé à ce sujet que « La darse rejoindra son objectif final lorsqu’elle sera restituée à sa destination publique... Je crois que le canal, qui avait été prévu dans projet du Balcón al Mar, l’édifice de Chipperfield et la base dessinée par Renzo Piano sont des bons projets... La darse doit devenir un espace public qui se différencie de celui des autres villes ». Depuis l’organisation de l’America’s Cup, la darse historique constitue une nouvelle centralité dans la structure urbaine de la ville capable de dynamiser les processus de transformation en cours et d’activer de nouveaux projets d’aménagement dans le cadre de l’organisation du Grand Prix de Formule 1 et de Valencia del mar-Marina Reale Juan Carlos I3avecl’aménagement de 130 ha supplémentaires pour renforcer l’ouverture de la ville sur le port de commerce, l’intégrer dans le paysage valencien, concilier les liaisons urbaines et la desserte portuaire.

3. – L’extension du port et le plan stratégique Valenciaport

12L’aménagement urbain de Valencia requiert de grandes synergies mais derrière la reconversion de la darse intérieure se cache l’intérêt des pouvoirs publics et privés pour l’extension du port vers le nord, après l’extension vers le sud, malgré les risques environnementaux. Ainsi la cession de certains espaces portuaires à la ville a été suivie, non seulement de la requalification de l’espace public, mais aussi de l’autorisation de l’extension du port au nord de la ville. Cette entente entre la municipalité et l’autorité portuaire, déjà avalisée en 1990, a provoqué de fortes critiques. L’extension des espaces portuaires au sud de Valencia a causé la perte de la plage de Natzaret et l’érosion du littoral méridional, d’où l’inquiétude de l’opinion publique et des spécialistes sur l’impact des nouvelles extensions et la vulnérabilité à l’érosion de la plage de la Malvarosa et du littoral septentrional.

13La planification urbaine de Valencia a été une source constante de débat et de polémique, entre différents partis, administrations, collèges professionnels, chefs d’entreprise, mouvements civiques. Même si les projets réalisés à Valencia pour la Coupe d’Amérique témoignent de la capacité d’élaborer une stratégie d’aménagement dans le cadre de la requalification du littoral, la limitation du contrôle de la spéculation immobilière réservée seulement au front de mer, selon le compromis accepté par toutes les forces politiques intéressées à l’événement, a fait naître un fort scepticisme sur les effets de cette opération sur le littoral. Nombreuses sont les critiques concernant l’élaboration du Plan stratégique Valenciaport pour 2015 qui propose l’agrandissement de 290ha des ports de Valencia et de Sagunto. L’étude d’impact environnemental, élaboré en annexe du Plan stratégique, indique que l’expansion portuaire au nord de Valencia aurait un fort impact paysager et environnemental, puisque la nouvelle digue portuaire serait à 1380 m face à la zone de loisir aménagée pour la Coupe d’Amérique et des plages de la Malvarosa. L’urbaniste Alejandro Greffier, auteur du Plan Général de Valencia, considère l’extension du Port de Valencia justifiée mais craint un préjudice pour les plages. C’est pourquoi il défend le projet de l’extension portuaire sur le plan d’eau, qui épargne l’espace urbain et le littoral, « à un moment en plus où la ville a déjà conquis la darse intérieure avec la Coupe d’Amérique » (Alberola, 2006). Des réserves ont été également exprimées par Joan Olmos qui suggère qu’il faut mieux évaluer les coûts et les bénéfices de l’agrandissement du port s’ « il produit des économies contraires comme le préjudice des plages » (Alberola, 2006). Il rappelle encore que l’extension des surfaces portuaires, ainsi que le creusement du canal d’accès à la darse, a satisfait les intérêts de l’autorité portuaire avec une nouvelle extension du port, « cette fois-ci vers le nord », plutôt que de répondre aux nécessités logistiques liées à la compétition.

14Pour mieux comprendre la polémique sur l’extension portuaire, l’analyse publiée dans les pages du quotidien El Pais montre qu’il n’y a aucune relation entre l’augmentation du trafic de containers (le trafic du port a doublé entre 2000 et 2007) et l’extension des surfaces du port. « Actuellement les neuf terminaux du port de Hong-Kong, le premier au monde pour les mouvements de containers (plus de 21millions de TEUs annuels soit 10 fois plus que le port de Valencia), occupent 285ha. Ils gèrent environ 73684 containers par ha, contre environ 14459 par ha à Valencia… En 2004, le jeune port italien de Gioia Tauro a déplacé environ 3,2millions de TEUs de containeurs avec une surface portuaire de 90 ha » (El Pais 11 juin 2006). Depuis cette analyse, des doutes se manifestent sur le Plan stratégique élaboré par l’autorité portuaire de Valencia, d’autant que d’autres ports, avec une superficie inférieure, gèrent beaucoup plus de containers que Valencia.

Conclusion

15Même si les grands événements ont un rôle incontestable dans les stratégies contemporaines de requalification des villes, nous sommes face à une action complexe dont les effets ne sont pas acquis d’avance. Si ces opérations constituent une accélération pour la détermination de nouvelles stratégies urbaines, certaines opérations sont loin d’être parfaitement réussies. Au-delà de la Coupe d’Amérique, les trois administrations concernées ont montré leur intérêt pour que la darse historique, une fois la compétition terminée, devienne une nouvelle centralité dans la ville, soutenue par une forte transformation urbaine et par l’intégration de diverses fonctions. Cette question fondamentale pour la ville esquissée avec le projet Balcón al Mar a été repoussée aux futurs projets après Coupe de la Marina Reale Juan Carlos I et du Grand Prix de Formule1. La question relative aux usages et aux activités liés aux loisirs, à caractère public ou lucratif, constitue le maillon clé du processus de rénovation du site portuaire, tâche complexe, qui nécessite des analyses multidimensionnelles et des propositions équilibrées capables de définir l’échelle de l’opération, dans le cadre du rapprochement entre la ville et le port et de la création d’une nouvelle centralité urbaine. Valencia ne cesse d’affirmer son identité maritime.

Top of page

Bibliography

Alberola M., (11 juin 2006), « El puerto de Valencia crecerá más en superficie que el de Hong Kong », in El Pais.

Busquets J., (1989), « Barcellona : una riflessione complessiva », in Casabella, n0553-554, p.70-77.

Busquets J., (2002), « Planeamos Juntos: Plan Estratégico del Puerto de Valencia 2002-2015 », in Puertos-Información mensual de Puertos del Estado, n0100, p.17.

Ferlenga A., (2004), « La vita delle città », in Urban reGENeration, p.37-43.

Gabrielli B., (2004), « Dal rinnovamento alla rigenerazione urbana », in F. Alcozer, S. Gabrielli, F. Gastaldi (dir.), Urban reGENeration, Florence, Alinea Editrice, p. 23-25.

Lecardane R., (2007) « L’Expo ’98 e la riqualificazione del waterfront di Lisbona / L’Expo’98 et la requalification du waterfront de Lisbonne », in C. Ajroldi, C. Girard, D. Rouillard (dir.), Expo Lisboa 1998. Palermo-Paris, Rome, Officina Edizioni, , p. 77-80 et p. 93-95.

Masboungi A. (dir.), 2004, Penser la ville par les grands événements. Gênes, Paris, éditions de la Villette.

Olmos J., (2004), « Urbanismo litoral. Proyectos para un evento marinero », in Arquitectura Viva, no 103, 2005, p. 23-27.

Olmos J., (2004), « Valencia, su frente marítimo y la Copa America », in Ingeníeria y territorio, no 67, p. 66-73.

Tomás Llavador J.M., « Plan de reordenacíon de la ciudad de Valencia. Projecto Balcón al Mar », in Portus, no8, p.52-61.

Entretien avec J.M. Tomás Llavador, « Es vital que la dársena sea un espacio público y que se diferencie de otra ciudades », in Levante, 3 septembre 2006, p. 22.

Top of page

Notes

1  L’activité de recherche en cours, dans le cadre du Programma “Rientro dei Cervelli” , pour le Ministero dell’Istruzione dell’Università e della Ricerca, pour le Dipartimento di Storia e Progetto nell’Architettura dell’Università di Palermo et pour le Laboratoire Infrastructure Architecture et Territoire de l’ENSA Paris Malaquais s’adresse aux phénomènes de régénération urbaine et au rôle des grands événements culturels et sportifs dans la transformation de la ville contemporaine européenne.

2  Le président du Consorcio est le maire Rita Barbera, le secrétaire général est José Salinas, directeur de Valencia Turismo Convention, les trois représentants de la région de Valencia sont : Gerardo Camps (Economia y Hacienda), Esteban Gonzalez Pons (Cultura, Educacion y Ciencia) et un représentant de la Conselleria de Obras Publicas.

3  Le premier prix ex aequo a été accordé à l’équipe dirigé par l’agence GMP Internacional Arquitectos e Ingenieros, dirigée par Meinhard von Gerkan, et à l’équipe des architectes Jean Nouvel, José María Tomás, J. Ribas G. y J. Ribas F.

Top of page

List of illustrations

Title Fig.1 - Planimétrie du vieux port et des aménagements réalisés pour la 32e America’s Cup.
Caption L’événement sportif s’inscrit dans un projet urbain d’ensemble ambitieux à travers une stratégie de requalification et d’agrandissement des espaces portuaires.
Credits © Consorcio Valencia 2007.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/2827/img-1.png
File image/png, 1.0M
Title Fig.2 - Travaux d’adaptation de la darse historique aux exigences de la compétition sportive et de la société America’s Cup Management avec l’élargissement des quais pour l’installation des constructions éphémères des équipes sportives qui cachent actuellement la vue depuis la mer des édifices historiques des Tinglados.
Caption © Consorcio Valencia 2007.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/2827/img-2.png
File image/png, 806k
Title Fig.3 - Vue aérienne du bâtiment Foredeck Club, arch. David Chipperfield et Fermin Vásquez, 2007.
Caption Pièce centrale du dispositif de l’America’s Cup, ce bâtiment permanent est l’icône de la manifestation appelé à requalifier, avec le nouveau parc de 10 ha., l’accès au vieux port de Valencia.
Credits © Consorcio Valencia 2007.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/2827/img-3.jpg
File image/jpeg, 989k
Top of page

References

Electronic reference

Renzo Lecardane, « Le front de mer de Valencia et l’héritage de l’America’s Cup 2007 », Méditerranée [Online], 111 | 2008, Online since 01 June 2010, connection on 25 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/2827 ; DOI : 10.4000/mediterranee.2827

Top of page

About the author

Renzo Lecardane

Facoltà di Architettura dell’Università di Palermo, Dipartimento di Storia e Progetto nell’Architettura (DISPA), Laboratoire Infrastructure Architecture et Territoire (LIAT-ENSA Paris Malaquais)

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page