Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Richard Florida, Cities and the creative class

(2005), New York-London, Routledge, 198 p.
Silvère Jourdan
p. 138-139
Bibliographical reference

Richard Florida (2005), Cities and the creative class, New York-London, Routledge, 198 p.

Index terms

Geographical index :

Etats-Unis, Newak (New Jersey)
Top of page

Full text

1En interpellant une nouvelle génération de chercheurs et d’urbanistes, dans son essai très controversé « Cities and the creative class », Richard Florida annonce sa théorie humaniste selon laquelle la compétitivité, la croissance et le développement des villes ou des régions ne dépendent plus de leur proximité aux matières premières alimentant les industries et la densité de leurs réseaux de communications, mais plutôt de leur capacité à attirer et à conserver les travailleurs créatifs, scientifiques, ingénieurs, chercheurs, romanciers, artistes, acteurs, designers, penseurs de la société contemporaine. Si la théorie de Richard Florida parait attrayante pour de nombreux professionnels de l’urbanisme et les partisans d’un libéralisme social, tant en Amérique du Nord qu’en Europe, elle n’en est pas moins controversée.

2En s’appuyant sur l’exemple de la petite cité ouvrière de Newark où il a passé son enfance, l’auteur pose comme pré requis l’avènement d’un nouveau cycle économique, celui de la créativité, caractérisé par la prédominance du capital humain sur le capital financier. Il assoit ce nouveau paradigme, sur l’équilibre de trois facteurs, les 3T : la Technologie qu’il définit comme une fonction de deux composantes (les innovations et les hautes technologies), le Talent qui est mesurable par le niveau d’études (généralement supérieur au baccalauréat) et la Tolérance qui exprime l’ouverture d’esprit d’une société donnée, permettant aux primo-arrivants une intégration « douce », pour conserver une certaine diversité culturelle. Mais cet idéal d’intégration est contredit par le caractère élitiste et utopiste de la vision de l’économiste, qui prône une ville que l’on pourrait qualifier de « ré-créative et tendance » fabriquée pour une minorité qu’il estime à 30% des actifs aux États-Unis. On devine alors la mise en place d’un processus de gentrification extrême, marginalisant les moins bien nantis, les moins créatifs, ce qui provoquerait ce que l’économiste dénonce lui-même, à savoir un communautarisme empêchant la diversité, socio-économique cette fois.

  • 1 Florida R., (2007), The Flight of the creative class: the new global competition for talent, Harper (...)
  • 2 Lévine Marc V. (2004). La “classe créative” et la prospérité urbaine: mythes et réalités, Document (...)

3À travers des approches qualitatives et quantitatives, il propose une géographie de la créativité aux États-Unis, comme il l’a fait pour des pays européens1. L’innovation de sa démarche scientifique ne se situe pas tant au niveau de la méthode qui reste assez traditionnelle puisque basée sur des analyses multivariées ou bivariées, que sur les indices utilisés, très critiqués et qualifiés « d’indices bidon » par Lévine (2004)2 : l’indice de hautes technologies (pourcentage d’exportation de biens et services liés à la haute technologie), d’innovation (nombre de brevets par habitant), l’indice gay (représentatifs de la tolérance et mesuré par le pourcentage de ménages gays), l’indice « bohémiens » (pourcentage d’artistes et de créateurs) et de talent (pourcentage de la population ayant au moins le baccalauréat). Ce sont pour les indices évaluant le Talent et la Tolérance, que de nombreuses imprécisions terminologiques sont à observer. Le déterminisme social exclut de la créativité les plus défavorisés. Peut-on lier le potentiel créatif à une catégorie socioprofessionnelle ? Quant à la tolérance, mesurée par « l’indice gay » et « l’indice bohémien », elle laisse perplexe. L’homosexualité représente-t-elle « la dernière frontière de la diversité dans notre société ». Les « barrières » les plus importantes ne sont-elles pas d’ordre économique et social. Pour « l’indice bohémien », Richard Florida reste dans le flou, comme David Brooks avec le concept de bobos.

4La finalité des analyses statistiques est de mettre en évidence les corrélations existantes entre la Tolérance, le Talent, la Technologie et le développement d’un territoire. Une importance capitale est accordée au facteur Tolérance comme un des éléments déterminants de la localisation des travailleurs créatifs. Les résultats obtenus sont peu surprenants. Les espaces les plus créatifs sont San Francisco et sa périphérie (Silicon Valley), Boston, Washington District, Dallas, Seattle… À l’inverse, ceux qui le sont le moins sont les vieux territoires industriels, non encore reconvertis. Les résultats de la démarche scientifique et plus particulièrement de la méthode statistique révèle certaines incohérences. Enfin reste à savoir si le concept de la créativité est vérifiable à l’échelle globale. Le concept de créativité est innovant dans le sens où l’épanouissement personnel est corrélatif de la croissance économique, mais s’il est possible que cette théorie soit fondée aux Etats-Unis et dans les sociétés occidentales ayant connu la fin du fordisme, qu’en est-il dans les pays émergents et la Chine plus particulièrement ?

5On peut se demander si la « classe créative » n’est pas un fantasme car Richard Florida reste très imprécis quand à l’implication de cette classe dans la nouvelle économie. Ce concept ne crée-t-il pas une utopie, certes humaniste et progressiste dans sa formulation, mais au final élitiste et conservatrice. Sur le plan politique, la posture avant-gardiste ne fait que conforter l’ordre économique et social actuel. Quel projet de société nous propose Richard Florida ? De nombreux points restent à préciser ou à redéfinir Nous retiendrons la volonté de l’économiste d’interpeller les chercheurs en sciences sociales en leur proposant de nouveaux axes de recherches.

Top of page

Notes

1 Florida R., (2007), The Flight of the creative class: the new global competition for talent, Harper Collins Business, 326p.

2 Lévine Marc V. (2004). La “classe créative” et la prospérité urbaine: mythes et réalités, Document de la conférence présentée à Montréal, Réseau VRM, INRS-UCS, 33 p.

Top of page

References

Electronic reference

Silvère Jourdan, « Richard Florida, Cities and the creative class », Méditerranée [Online], 111 | 2008, Online since 01 June 2008, connection on 30 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/2878

Top of page

About the author

Silvère Jourdan

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page