Skip to navigation – Site map
Note

Habiter en Méditerranée

Living in the Mediterranean area
Jean-Paul Ferrier
p. 95-98

Full text

1Ce texte parle de l’habitation des territoires. Dans le parc immobilier actuel, il privilégie la réflexion sur les maisons. À cause de la place qu’elles tiennent, dans les pays les plus riches, dans les désirs des hommes d’aujourd’hui si facilement subjugués par l’image « effrayante » de l’explosion urbaine. À cause aussi de la longue aventure de la construction vernaculaire, qui débuta avec les premiers abris sous roches et les premières cabanes. À cause enfin du changement des goûts et des programmes de construction dans les pays développés, et de la pression démographique dans les pays en développement. Avec une intensité nouvelle et irrésistible, les maisons des pays de la Méditerranée, tellement évocatrices de soleil et de vacances, ont nourri la demande d’habitat individuel de nos contemporains. Elles tiennent dès lors une place importante dans les transformations territoriales des lieux et des façons d’habiter (Ferrier, 1983), quand avec le début des années 1970, les conditions réelles et virtuelles de la mobilité commencèrent à tellement s’élargir, qu’elles firent naître la Modernité 3. Une époque se finissait, fonctionnaliste, « fordiste » : cette Modernité 2, qui avait bouleversé le monde depuis le début du siècle, caractérisée notamment par l’explosion mondiale de l’urbain et la multiplication des grands immeubles (GEH). Cette nouveauté bouleversa les territoires hérités de la longue histoire précédente, commencée avec l’invention de la ville et de l’écriture aux premiers âges de l’histoire, millénaires inauguraux utilement désignés sous le nom de Modernité 1 (tabl. 1). Mais l’attention portée aux maisons a une raison plus profonde encore… La « maison » est en effet, de l’abri le plus précaire construit à la hâte par les plus pauvres, aux maisons autoconstruites et continuellement modifiées et améliorées qui nappent les agglomérations immenses des pays en développement, jusqu’aux maisons-palais des couches sociales les plus riches…, la forme principale de la construction des logements dans les pays en développement. Ainsi, du nord au sud, de l’ouest à l’est de la Méditerranée, d’innombrables maisons tapissent les nouveaux archipels de « villes » et de « campagnes », tenant une place majeure dans les territoires et leurs paysages (Sauzet et al., 1998). Cette réalité contemporaine est celle de tous les territoires du monde actuel, ici plus faciles à observer en raison des apprentissages touristiques des uns et des migrations liées aux recherches d’emplois mieux payés des autres.

Tabl. 1 - Les processus majeurs de la territorialisation de la Terre

Périodisation

Modernité 1 (Mé1)

Modernité 2 (Mé2)

Modernité 3 (Mé3)

Secteur économique

Primaire

Secondaire

Tertiaire

Système productif

Ateliers, manufactures

Fordisme

Post-Fordisme

Type d’emplois

Ouvrier qualifié

Ouvrier spécialisé

Ingénieur, technicien,

(OQ)

(OS)

(ITC)

Dynamique spatiale

VILLE/CAMPAGNE

URBAIN

METROPOLISATION

Mode de déplacement

Marche ; animaux

Chemin de fer

Automobile ; avion

Mode de construction des logements

Habitat vernaculaire

Habitat collectif industrialisé (GEH)

Habitat individuel industrialisé et autoconstruction

Visée géographique

Territoire (T)

Territorialisation (T°)

Territorialité (Té)

2Aborder la Méditerranée par une telle réflexion est une façon géographique de se pencher sur la vie des habitants et leurs façons d’habiter. C’est une façon d’ouvrir une approche ontologique des territoires, de leurs processus de territorialisation et des dimensions subjectives et réglementaires des lieux (la territorialité). L’existence des hommes est en effet liée, pour le meilleur et pour le pire, à leur présence dans les lieux : leur habitation. Le terme désigne à la fois le logement qui nous abrite, et l’action d’habiter dans un lieu, de loger d’une manière durable dans une « maison ». On disait autrefois des hommes qui manquaient de cet abri si nécessaire à la dignité humaine, qu’ils étaient « sans feu ni lieu » ; on dit aujourd’hui de façon trop pudique, qu’ils sont « SDF » (sans domicile fixe) – les Anglais disent plus courageusement « homeless ». Et si les habitants échouent à réussir suffisamment leur habitation, c’est le rapport même de leur être-au-monde qui devient difficile et douloureux, cause profonde aujourd’hui de tant de difficultés sociospatiales dans les quartiers des villes françaises. Les lieux et les logements, comme les manières d’habiter, de vivre chacun dans les territoires, sont en effet inséparables de l’épanouissement des personnes : chaque habitant s’y confronte à l’aventure vitale de la construction de sa personnalité et à la question du sens de son aventure humaine.

3Un grand domaine culturel (le plus grand domaine ?), à la fois populaire et savant, encore trop peu reconnu, s’ouvre ici dans les sociétés contemporaines, où pendant que les uns partagent les plaisirs et les satisfactions de l’habitation, de l’intimité, du loisir et du voyage, les autres supportent injustement les insatisfactions et les souffrances de la vie quotidienne : double lecture qui mérite d’être conduite dans le même cadre interprétatif, aussi bien sur le plan des formes urbaines de l’habitation que sur celui des dynamiques économiques de la concentration des habitants.

1. Une illustration du caractère méditerranéen de l’habitat

4La Provence - comme la Méditerranée - est « un pays froid où le soleil est chaud » (A. Siegfried). Le soleil, la lumière surtout sont le fait majeur. L’ensoleillement dépasse partout 2200 heures, la majeure partie du territoire bénéficie de 2600 à 2800 heures (mille heures de plus que la moyenne française), le sud de la région dispose de plus de 3000 heures. Mais si les températures moyennes annuelles sont élevées (surtout à cause des jours d’été), il peut faire froid, même très froid quand s’installe le Mistral.

5Les maisons traditionnelles étaient habiles à tirer parti des atouts et des contraintes de l’exposition, pour multiplier les jeux de l’ensoleillement et de l’ombre, comme les vues, proches et lointaines... Elles représentent une excellente réponse aux conditions climatiques : se protéger de la chaleur l’été et du froid l’hiver, des violences du vent et de la pluie, souvent aussi de la colère des eaux. Autrefois, l’orientation comme le tracé des rues ou la disposition des places en tenaient soigneusement compte, donnant tant de prix aux lieux orientés au sud, innombrables cagnards qui font les délices des lumineuses mi-journées d’hiver... La petitesse - ou l’absence - des ouvertures au nord, comme l’évitement des ouvertures à l’est - ou le soin apporté à leurs fermetures - ainsi que le fréquent renforcement des murs orientaux, protégeaient la maison des effets du Mistral et de la violence des pluies. Le mur traditionnel, par son épaisseur à la base et la nature argileuse des « terres » qui entrent dans la composition de ses joints, était une remarquable « machine thermique », pendant que l’exposition au sud et la taille et la forme des ouvertures, comme leur équipement et leur environnement, constituaient la meilleure adaptation possible aux actions saisonnières du soleil. L’exposition choisie, la forme des façades comme celles des fenêtres et volets, la présence fréquente des arbres à feuilles caduques et des fontaines jouent ici un rôle décisif. Les travaux du GAMU (1968) ont montré comment la quasi-généralité de l’exposition privilégiée vers le Sud permet à la fois l’abri au Mistral (Nord), aux pluies (Est), aux interminables insolations du soleil couchant en été (Ouest). Il offre un habitat qui capte le soleil d’hiver (parce que les feuilles sont tombées et que la façade sud se gorge de chaleur quand le soleil entre généreusement par les hautes fenêtres...) et préserve du soleil d’été (parce que les feuilles offrent leurs ombrages rafraîchissants et que persiennes, tentes, canisses, pergolas et vérandas... filtrent la lumière...).

6Il faut imaginer ces lieux avec tous leurs moments vécus en plein air... parce que chacun est sensé inscrire son habitation dans le repérage et l’aménagement soigneux de l’espace selon les heures et les saisons. Il en va ainsi de cette façon méditerranéenne d’habiter qui n’en finit pas de trouver des coins variés autour de la maison - et dans la maison - pour manger, faire la sieste ou dormir, s’isoler en profitant de l’ombre et de la fraîcheur l’été, du soleil et de la chaleur l’hiver, de la lumière en toutes saisons. Cette aptitude à trouver des endroits différents « archipélise » la maison et son jardin : de la cheminée aux abris ensoleillés qui donnent leur chaleur quand les jours sont courts, aux fenêtres closes et aux « chambres vertes » sous les feuillages qui offrent leur fraicheur quand les jours sont longs. Cette maison multiplie les parcours entre les lieux, les circulations entre dedans et dehors.

7Maisons anciennes « authentiques » et maisons neuves « traditionnelles » de la construction industrielle, le pavillonnaire actuel pousse à des apprentissages territoriaux qui sont en train de réinventer les traits et les gestes associés à l’habitat plus ancien. Toutes les « maisons » en effet, qu’elles soient parfaitement neuves ou plus ou moins anciennes, de tous styles, ne cessent d’être réaménagées. Tentures, auvents, verrières, vérandas, pergolas, murs aveugles, coins d’hiver et coins d’été patiemment aménagés dans l’habitation et autour d’elle, sans parler de tant de travaux de peinture et d’agrandissement... continuent de transformer les maisons habitées. Cet ensemble de pratiques incessantes, qui guident tant d’aménagements et de réaménagements des lieux, joue un rôle actif dans la construction actuelle de l’univers culturel des habitants qui fréquentent ou habitent la Méditerranée. Il a du sens dans la production des territoires déployés de la péninsule ibérique à la péninsule balkanique et la Grèce, des riviera de la Mer Noire à celles des îles grandes et petites de la Méditerranée…

2. Les maisons du sud et de l’est de la Méditerranée

8Pour les pays de l’est et du sud de la Méditerranée, les très fortes croissances de populations maintenant en fin de transition démographique, sont associées à un immense chantier de construction. Les causes en sont multiples et faciles à comprendre : prégnance des modèles du nord de la Méditerranée ; opportunités de la société de consommation attachées à la première région touristique du monde ; contraintes souvent terribles de la pauvreté (et de la guerre et de ses cortèges de réfugiés) ; enrichissements relatifs liés à l’émigration ; accumulations des populations pauvres dans les grandes agglomérations ; nouvelles stratégies résidentielles des bourgeoisies nationales et notamment de leurs fractions les plus riches… Cette passion bâtisseuse, liée à tant de passe-droits, d’illégalités, de corruptions… est aussi source de plus-values et base de développement. Les territoires en sont profondément transformés, rendant, en ces régions du monde qui sont au cœur de la civilisation de l’Islam, tant de « villes » et de « campagnes » si comparables, tout autour de la Méditerranée. Pour tant de familles, des plus pauvres aux plus riches, l’(auto)construction et la construction ont permis l’accès à des « maisons ». Un parc immobilier immense en résulte, neuf et si souvent toujours inachevé et en évolution, dont témoignent tous ces fers à béton dressés vers le ciel.

9Les vastes territoires métropolisés tout autour de la Méditerranée en sont devenus très ressemblants. Cette nouvelle et immense réalité géographique, souvent appelée « littoralisation », est très majoritairement composée de ces « maisons/villas » qui se tassent dans les creux souvent insalubres et inondables et tapissent les hauteurs si facilement proches, toujours recherchées pour des raisons de vue et de relative fraîcheur, capables de surplomber les nappes de pollutions qui chapeautent les villes en contrebas.

10La civilisation islamique classique est urbaine. Davantage à l’est, où le Machrek a fourni comme les Grecs voisins tant de marins et de navigateurs, qu’à l’ouest, où le Maghreb était plus tourné vers la terre et l’agriculture. La maison y a son originalité. La pièce principale y est un espace polyvalent : salle où l’on prend les repas le jour où l’on dispose les tables basses et les plateaux emplis de mets ; salle où l’on dort la nuit quand on a déployé les matelas autour de la chambre. Comme le dit Marc Côte, dans L’Algérie ou l’espace retourné (1988), « la pièce algérienne traditionnelle est organisée à partir du pourtour : le centre y est trop important pour qu’on l’occupe ; on le respecte, on le laisse vide ; seuls s’y croisent les regards. » (op. cit. : 23-24). Cette disposition autour d’un vide central se retrouve pour la maison elle-même, où les pièces sont disposées autour d’une cour centrale. Cette réalité s’observe de la maison rurale la plus pauvre aux maisons de villes les plus confortables à plusieurs étages. Cette construction « se présente comme un lieu clos : de hauts murs aveugles et anonymes assurent l’unité et l’intimité de la maison ; leur continuité n’est interrompue que par quelques ouvertures, petites et haut perchées, et une porte unique et discrète. Une fois franchie cette porte, la maison se dérobe encore par une skifa (chicane, petit mur dans l’axe de la porte d’entrée. […] Au-delà, on pénètre enfin au centre de la maison : dans la cour […] cœur de la maison traditionnelle. Elle est l’élément intégrateur des pièces, qui ne communiquent généralement pas entre elles ; toute la circulation se fait par elle. Elle est animée de mouvements, encombrée de matériel, habitée par la volaille. Une large partie de la vie féminine s’y déroule. Elle est le lieu géométrique de la maison et de la famille, l’espace sacré ouvert sur le ciel, la pièce la plus importante de la maison. C’est ‘la maison dans la maison’. » (op. cit. : 24). On dit en général que cette maison à cour, analogue à la maison espagnole à patio, est l’héritière de la maison romaine à atrium, dont l’origine est souvent associée à la maison étrusque. Quelle grande leçon géographique nous donne-t-elle, qui fait des territoires de la civilisation de l’Islam les héritiers les plus fidèles de la romanité.

11Mais Marc Côte ajoute aussitôt, pour l’Algérie encore, que « ce type d’espace habité ne représente plus aujourd’hui qu’une partie de l’habitat rural, et une très petite proportion de l’habitat urbain […] Sur les 200 agglomérations de plus de 7 500 habitants que compte aujourd’hui le pays et que l’on peut qualifier d’ » urbaines », 32 sont des héritières de médinas, souvent fortement transformées, 122 sont dans le droit fil des villes et villages de colonisation créés ex-nihilo, le reste correspondant à des ksour sahariens hypertrophiés ou à des centres nés de façon spontanée au cours du xxe siècle. » (op. cit. : 35, 133). Les thèses les plus récentes de ses étudiants permettent de mesurer toute la force et l’intensité de ces territorialisations, pour l’ensemble du Maghreb (Rousseaux, 2004) comme apparemment a contrario pour le Sahara libyen (Pliez, 2003). Les photos du site internet d’Urbama nous en montrent les paysages pour Le Caire. La lecture en termes d’ » agglomérations » (Moriconi-Ebrard, 2000 ; Ferrier, 2000, 2002) y trouve sa pleine efficacité…

12Comme les autres habitants de la Terre, les « Méditerranéens » vivent donc maintenant dans des ensembles territoriaux de grandes tailles, où les anciennes habitudes de voisinage ont souvent perdu toute réalité, les nouveautés de la mobilité s’y déroulant partout avec les mêmes contraintes de prix, d’entassements, de durées, de malheurs liés à tant d’accidents de la circulation. Des quotidiennetés comparables s’y observent, si bien que la connaissance d’une ville quelque part en Méditerranée peut donner à chacun, pauvre ou plus riche, le savoir-faire nécessaire pour se sentir partout chez lui dans toute autre ville. L’habitant de Marseille est ainsi vite familier de Barcelone, Gênes, Rome, Naples, Athènes, Beyrouth, Damas ou Jérusalem…, Istanbul ou le Caire…, tout autant que de Tunis, Alger ou Casablanca – et inversement. Des vitrines urbaines des États du Golfe aux camps de réfugiés les plus démunis dont les jeunesses peuvent être si scolarisées, c’est bien le spectre entier de l’habitation contemporaine qui est observable en Méditerranée!

Top of page

Bibliography

Bertrand R., Bromberger C., Ferrier J.-P., Martel Cl., Mauron Cl., Onimus J., (1989, réédition 2002), Provence. Encyclopédie régionale, Bonneton, Paris, 432 p.

Côte M., (1988), L’Algérie ou l’espace retourné, Paris, Flammarion, 364 p.

Ferrier J.-P., (1983), Leçons du territoire. Nouvelle géographie de la région Provence Alpes-Côte d’Azur, Aix-en-Provence, Edisud, 304 p.

Ferrier J.-P., (2000), De l’urbain au post-urbain : théorie géographique de la métropolisation et prospective pour une habitation durable des territoires, in Bailly A. S., Cadène Ph., Ferrier J.-P., Gibson L. J., Glenn E., Lozato-Giotard J.-P., Paulet J.-P. dir., Les très grandes villes dans le monde, Paris, CNED-SEDES, p. 165-213.

Ferrier J.-P., (2001), Pour une lecture post-urbaine de la Méditerranée au XXIe siècle, in Lozato-Giotard J.-P., La Méditerranée, Paris, CNED-SEDES, p.197-229.

Ferrier J.-P., (2002), La métropolisation dans le monde arabe et méditerranéen : un outil majeur du développement des macro-régions du monde, Cahiers de la Méditerranée (Les enjeux de la métropolisation en Méditerranée), n° 64, p.359-393.

GAMU, (1968), Caractère méditerranéen. Étude des caractéristiques générales d’un urbanisme méditerranéen en Provence, Marseille, OREAM, 3 rapports ronéotés.

Moriconi-Ebrard F., (2000), De Babylone à Tokyo. Les grandes agglomérations du monde, Paris, Géophrys, 346 p.

Observatoire de la métropolisation (Marseille), site : http://www.metropolisation.org

Ostrowetsky S., Bordreuil J.-S, (1980), Le Néostyle régional, Paris, Dunod, 192 p.

Pliez O., (2003), Villes du Sahara : urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen, Paris, CNRS éditions, 199 p.

Roncayolo M.,(1996), Les grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, Ed. de l’école des Hautes études en sciences sociales, 510 p.

Rousseaux V., (2004), L’urbanisation au Maghreb, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 250 p.

Sauzet M., Berque A., Ferrier J.-P., (1998), Entre Japon et Méditerranée. Architecture et présence au monde, Paris, Massin, 190 p.

Urbama, site : http://www.univ-tours.fr/urbama/sommaire.htm

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Paul Ferrier, « Habiter en Méditerranée », Méditerranée [Online], 105 | 2005, Online since 03 September 2008, connection on 27 July 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/348 ; DOI : 10.4000/mediterranee.348

Top of page

About the author

Jean-Paul Ferrier

Professeur, UFR des Sciences géographiques et de l’aménagement, Université d’Aix-Marseille I, UMR 6061 ESPACE.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page