Skip to navigation – Site map
Nouvelles frontières de la migration en Méditerranée

Migrants andins en Espagne : ruptures et continuités d’une géographie économique de l’immigration1

Andean migrants in Spain : Ruptures and continuity in an economic geography of immigration
Virginie Baby-Collin, Geneviève Cortes and Naïk Miret
p. 41-53

Abstracts

Since the 1990s, the migratory panorama of Spain has drastically changed due to the massive economic migration from Andean countries. How does this Latin-American immigration to Spain affect and restructure Spanish geography within the migratory phenomenon ? The profiles of the Andean migrants and the methods of their insertion into the labour market are what characterize the Andean presence in Spain, differentiated by the country of origin (Bolivia, Ecuador, Peru, Columbia), and observed according to the area of arrival (from Spanish metropolitan areas to rural areas). The article will examine how the economic crisis has affected the Andean migrants in Spain since 2008.

Top of page

Full text

  • 1  Cet article est le fruit de la collaboration des auteures, dans le cadre du programme de recherche (...)

1L’Espagne n’est plus le pays d’immigration récente que l’on évoquait à la fin du xxe siècle, encore moins le pays d’émigration qu’elle a longtemps été ; la dernière décennie a montré qu’elle est au contraire l’un des espaces migratoires les plus attractifs au monde, bien que l’impact brutal de la crise globale actuelle interroge sur une réorganisation des échanges de population. La croissance des flux vers l’Espagne a en effet été plus forte que tous les autres courants migratoires enregistrés vers les pays d’Europe occidentale. Cette augmentation a profondément modifié les structures mêmes de cette immigration, en termes socioculturels tout d’abord, mais aussi économiques et géographiques.

  • 2  Nous considérons comme Latino-américains tous les étrangers nés en Amérique latine (telle qu’elle (...)
  • 3  Il s’agit principalement du Padrón municipal, des EPA (enquêtes de population active, de l’INE), d (...)

2Alors que depuis vingt ans l’espace d’immigration espagnol se caractérisait par la prédominance de la présence marocaine, les Latino-américains2 sont devenus le premier groupe étranger en Espagne depuis 2002. Plus récemment, les Roumains, bénéficiant de leur nouveau statut d’Européens communautaires, sont devenus la première nationalité recensée, suivis de près par d’autres nationalités d’Europe de l’est. La tenue des congrès biennaux sur l’immigration en Espagne3 permet de mesurer l’évolution des approches scientifiques de l’immigration ; elle a montré dans ses deux dernières éditions l’émergence de recherches sur de nouveaux groupes migrants, notamment originaires d’Amérique latine, pour la plupart récemment arrivés, et de plus en plus déterminants dans la reconfiguration des systèmes et des champs migratoires en Europe. Ce groupe continental, au sein duquel les nationalités andines (Équatoriens, Péruviens, Colombiens, Boliviens) ont le plus progressé, est toutefois peu homogène.

  • 4  Il s’agit principalement du Padrón municipal, des EPA (enquêtes de population active, de l’INE), d (...)

3Nous souhaitons ici observer de quelle manière ces transformations récentes ont affecté la géographie espagnole de l’immigration. C’est à la spatialisation de l’immigration latino-américaine, et principalement à celle en provenance des pays andins, que nous nous intéresserons. Au-delà de leurs composantes structurelles, liées aux dynamiques plus globales du territoire espagnol – notamment en termes économiques –, les transformations de la géographie migratoire en Espagne renvoient aux profils des migrants latino-américains et andins, ainsi qu’à leurs modes d’insertion professionnelle. Nous tenterons ici de spécifier et d’éclairer par les profils migrants les logiques spatiales de la présence andine sur le territoire espagnol. Les diverses sources censitaires disponibles4, ainsi qu’une révision bibliographique des travaux récemment publiés, sont à la base de cette analyse.

I - La latino-américanisation de l’immigration en Espagne

4L’immigration étrangère progresse très lentement en Espagne dans les décennies 70 et 80, mêlant la présence de nombreux réfugiés d’origine latino-américaine à celle des premiers migrants africains, principalement Marocains, ne connaissant aucune entrave légale à leur installation. On parle néanmoins dès cette période de basculement migratoire : l’Espagne – comme l’Italie, le Portugal ou la Grèce – commence à accueillir une faible immigration, tout en restant pays d’émigration, nombre de ses ressortissants résidant et travaillant à l’étranger (Miret, 2009). La première loi sur l’immigration, la Ley Organica de extranjería (LOE), est votée en 1986 (Munoz-Pérez, 1989), on recense alors en Espagne environ 300 000 étrangers.

  • 5  Le Padrón est un registre de population tenu par les municipalités auquel toute personne est tenue (...)
  • 6  Le renouvellement du titre de séjour implique en effet le maintien en vigueur d’un contrat de trav (...)

5Dix ans plus tard, l’immigration s’est installée (542 000 immigrés) ; en janvier 20085, l’Espagne compte près de 4 millions de personnes possédant un permis de séjour en vigueur et près de 5,3 millions d’immigrés inscrits sur les registres de population (Padrón, 1-01-20085). Cette différence laisse présager qu’un grand nombre d’entre eux sont encore en situation irrégulière, malgré les différentes opérations de régularisation, qui ont permis de les intégrer progressivement. Cinq processus de régularisation ont été mis en place au fur et à mesure du durcissement des lois d’immigration, dites « lois d’extranéité », datant respectivement de 1986, 1991, 1996, 2000 et 2005. Des centaines de milliers de personnes ont ainsi régularisé leur séjour, parfois temporairement, certains étant depuis redevenus irréguliers6. La plus importante régularisation, en 2005, a permis le traitement de 700 000 dossiers, dont 17 % ont été rejetés. Depuis, la régularisation permanente, dite par « enracinement » (arraigó), est en vigueur, mais ses critères de plus en plus restrictifs contribuent à l’engorgement des bureaux des étrangers provinciaux par des migrants en attente d’un titre de séjour.

6Cette croissance des migrations se produit dans un contexte de mondialisation du phénomène touchant l’ensemble de l’Europe : 590 000 entrées en 1994, 1,9 millions en 2004. Les pays de l’Europe du Sud captent les deux tiers de ces flux, l’Espagne étant désormais le pays européen recevant le plus d’entrées (400 300 en 2004 – SOPEMI (2008) –, 641 000 en 2005 – Eurostat (2008)).

I.1 - La transformation des courants migratoires vers l’Espagne

7De nombreux travaux ont mis en évidence la latino-américanisation des flux migratoires vers l’Espagne, qui reflète l’augmentation massive des courants migratoires depuis divers pays d’Amérique latine où la situation politique et économique s’est considérablement aggravée depuis les années 1990. Ils mettent en lumière également la transformation de ces flux qui, jusqu’aux années 1980, étaient intimement liées à la figure de l’exilé politique (Baby-Collin, Cortes, Miret, 2009).

8Selon le critère du lieu de naissance (fig. 1), l’augmentation de l’immigration concerne essentiellement les populations issues d’Amérique du Sud et de l’Union européenne élargie, tandis que l’Afrique, qui en 1996 rassemblait 20 % des pays de naissance des immigrés, a considérablement perdu en importance relative. Si l’on détaille les principales nationalités de naissance, les Marocains demeurent la principale nationalité jusqu’en 2008 où ils sont dépassés par les Roumains (702 954 migrants nés en Roumanie, contre 579 311 nés au Maroc). Dans les dix nationalités suivantes apparaissent cinq groupes d’Amérique du Sud, Équatoriens (415 535) Colombiens (284 043), Boliviens (236 048) Argentins (196 946) et Péruviens (123 173).

Fig. 1 - Population étrangère en Espagne selon le lieu de naissance, par principaux groupes régionaux 1998-2008. Source : Padrón (* = UE à 25 ;
** = UE à 27)

Fig. 1 - Population étrangère en Espagne selon le lieu de naissance, par principaux groupes régionaux 1998-2008. Source : Padrón (* = UE à 25 ;** = UE à 27)

9L’immigration latino-américaine atteint un maximum de 37 % des étrangers recensés en 2004, pour ensuite être dépassée par les flux issus de l’Europe élargie, et le flux latino-américain de migrants (fig. 2) s’est diversifié.

Fig. 2 - Évolution des principaux groupes de migrants nés en Amérique du sud recensés en Espagne, par pays de naissance, 1998/2008

Fig. 2 - Évolution des principaux groupes de migrants nés en Amérique du sud recensés en Espagne, par pays de naissance, 1998/2008

Source : Padrón

10La prédominance des Équatoriens et des Colombiens est récente, puisqu’ils n’étaient pas du tout présents dans la décennie 90, tandis que les Péruviens, longtemps seuls migrants économiques en provenance de l’Amérique du Sud, stagnent, et que les Boliviens connaissent une progression rapide et plus tardive. La Bolivie est aussi le dernier état andin à s’être vu imposer un visa par l’Europe en avril 2007, alors que les Colombiens et les Équatoriens y sont respectivement contraints depuis 2002 et 2003. Les Vénézuéliens et les Paraguayens, dont les entrées en Espagne augmentent fortement aujourd’hui, sont désormais les deux seuls pays d’Amérique du Sud à ne pas requérir de visa à l’entrée en Europe. Les migrants originaires des quatre pays andins sont au nombre de 1 058 799 en 2008, sur 1 613 587 migrants originaires d’Amérique du Sud (soit 65 % des migrants), et représentent 20 % des résidents en Espagne nés à l’étranger.

11Si l’on considère les stocks de migrants présents sur le sol espagnol en 2007, il apparaît que l’immigration latino-américaine, la plus récente, est aussi contrastée en termes de dates d’arrivée (fig. 3) : 85 % des Boliviens présents sont arrivés après 2002, quand près de 80 % des Colombiens sont arrivés avant.

Fig. 3 - Époque de l’arrivée des migrants sur le sol espagnol, selon les nationalités.

Fig. 3 - Époque de l’arrivée des migrants sur le sol espagnol, selon les nationalités.

Source : Encuesta nacional de inmigración, 2007. NB : cette enquête, la première en Espagne, a été réalisée auprès de 15 500 personnes de plus de 16 ans, nées à l’étranger et résidant en Espagne, fruit d’une collaboration entre le MTAS – Ministère du travail et des affaires sociales – et l’université Complutense de Madrid.

12Ce caractère récent des migrations vers l’Espagne, mais surtout de celles en provenance des pays andins, explique largement, nous le verrons ensuite, leurs caractéristiques socio-économiques. Elles ont fortement contribué au développement économique et démographique récent, et ont grandement influencé la géographie de l’immigration en Espagne.

I.2 - Recompositions de la géographie migratoire espagnole

13Dans les années 1980, première époque de l’immigration étrangère en Espagne, les pôles attractifs du territoire national, qui avaient contribué à structurer les migrations internes des décennies précédentes, se sont renforcés : Catalogne, région de Madrid, pays Basque, principalement. Mais le littoral méditerranéen prend une importance accrue en tant qu’espace d’accueil de la migration internationale : outre qu’il constitue un espace de transit entre le détroit de Gibraltar et le reste de l’Europe, il bénéficie d’un dynamisme lié à l’intensification de l’activité agricole tout comme à l’essor des espaces du tourisme. Alors que les migrations des retraités issus des pays européens riches, mais aussi les migrations marocaines, renforcent une présence étrangère dans des espaces à dominante rurale agricole ou de faible densité démographique, les Latino-américains et les Asiatiques se dirigent préférentiellement vers les grands pôles urbains économiquement dynamiques. Ces deux tendances se retrouvent dans l’espace littoral méditerranéen.

14Les cartes 1 et 2 montrent une certaine continuité de cette géographie globale entre 1996 et 2006. Le bouleversement quantitatif considérable (multiplication par plus de sept du nombre de migrants) n’a pas modifié fondamentalement la forte surreprésentation des deux métropoles, qui ont au contraire renforcé leur poids global par rapport aux villes de plus petite taille, notamment parce qu’elles ont accueilli une grande part des flux d’Amérique du Sud. L’exemple le plus significatif est celui de la communauté de Madrid, qui rassemble en 2006 19 % des immigrés présents en Espagne, mais regroupe 45 % des Sud-Américains (contre 32 % en 1996 – Padrón). C’est bien dans les métropoles de Madrid et Barcelone qu’est rendue le plus fortement visible la présence des Sud-Américains à travers le foisonnement d’activités liées à leur migration (téléboutiques, agences de transferts de fonds, presse gratuite à destination des migrants) ou de commerces ethniques tels que les restaurants, épiceries, coiffeurs récemment implantés dans les quartiers d’immigration (Serra del Pozo, 2007), Garcia Ballesteros (dir.), 2006).

Carte 1 - Part des Sud-Américains dans les étrangers présents en Espagne en 1996, par province.

Carte 1 - Part des Sud-Américains dans les étrangers présents en Espagne en 1996, par province.

Carte 2 - Part des Sud-Américains dans les étrangers présents en Espagne en 2006, par province.

Carte 2 - Part des Sud-Américains dans les étrangers présents en Espagne en 2006, par province.

15Mais le plus remarquable est une transformation des polarités sur le littoral, qui reflètent la grande diversité des contributions de la migration sur ces espaces. En effet, les provinces littorales de Gérone, Valence ou Murcie, ont vu augmenter leur présence étrangère à travers la figure de l’employé sous-qualifié de l’agriculture d’une part (notamment les Équatoriens à Murcie, qui partagent cette activité avec les Marocains et les Roumains), à travers celle des employés des services plus spécifiquement urbains dans des villes comme Valence, d’autre part, où les Latino-américains sont encore fortement présents, ou encore à travers la présence d’une immigration européenne « riche » dans les campagnes littorales (Britanniques et Allemands surtout), dans le cas de Gérone ou Alicante. La présence sud-américaine est relativement faible, en proportion, dans les provinces littorales du Sud (Malaga, Almeria, par exemple) où les Marocains sont nombreux, ce qui permet de soulever l’hypothèse d’une certaine concurrence ou complémentarité géographique entre ces groupes, dans ces espaces où l’insertion professionnelle dans l’agriculture est très significative.

16Les Sud-Américains sont en revanche relativement surreprésentés, par rapport aux étrangers, dans les provinces du nord-ouest (Galice, Pays Basque), qui furent, dès le xixsiècle, des zones de départ vers les Amériques. Une partie des descendants de ces migrants sont revenus en Espagne récemment, alors que les crises économiques ont tendu la situation des pays latino-américains depuis les crises des années 1980. Ces retornados bénéficient de facilités d’obtention de la nationalité espagnole du fait de leurs origines, et il importe ici de tenir compte de l’effet de filière migratoire sur le temps long de l’histoire pour comprendre ces logiques spatiales (Oso, 2000 ; Gil Araujo, 2009).

Carte 3 - Part des Andins dans les Sud-Américains présents en Espagne en 2006, par province.

Carte 3 - Part des Andins dans les Sud-Américains présents en Espagne en 2006, par province.
  • 7  Leur poids relatif est très supérieur à la moyenne nationale – 71% des Sud-Américains sont andins (...)

17La carte 3 montre, par province, la part des populations andines au sein de la migration sud-américaine. Elle confirme une double logique métropolitaine et littorale tout en mettant en valeur d’autres régions attractives. Si la communauté de Madrid regroupe le plus grand nombre d’andins (près de 300 000 en 2006), leur poids relatif7 est néanmoins dépassé par la province littorale de Murcie, quasi exclusivement dominée par la présence andine (92 % des Sud‑Américains y sont andins – soit un peu plus de 70 000 personnes). Les provinces intérieures du nord (Navarre, Rioja, Soria, secondairement le pays basque) accueillent également en termes relatifs d’importants effectifs andins, ainsi que celles de Ciudad Real, Jaen, Albacete, au nord de l’Andalousie et à l’ouest de Murcie (partout plus de 80 % des Sud‑Américains). En revanche, les provinces de Galice et des Asturies, où les Sud-Américains sont fortement représentés (carte 2), n’accueillent que peu de populations andines (carte 3). Ceci est cohérent avec le phénomène précédemment décrit des migrants de retour, issus de familles ayant émigré aux Amériques par le passé : en effet, les destinations privilégiées alors ne concernaient guère les Andes, mais bien plutôt le cône Sud (Argentine notamment) ou encore le Venezuela, d’où les migrants de retour sont les plus nombreux. Dans une moindre mesure, les provinces littorales d’Almeria, Alicante, et la Catalogne, où les contingents migrants sont très importants, apparaissent moins significatives quant à la présence andine, en termes relatifs.

18Il serait bien sûr insuffisant d’en rester là. Nous avons souligné ailleurs les spécificités de la géographie andine à la fois en termes de différenciations nationales, et selon des niveaux scalaires plus fins, en observant la distribution des migrants andins à l’échelle des municipalités, nationalité par nationalité (Baby-Collin, Cortes, Miret, 2009). Rappelons ici simplement la forte installation urbaine des migrants andins, plus présents dans les capitales de province et les grandes villes de plus de 100 000 habitants que d’autres collectifs, notamment les Marocains. Il importe aussi de nuancer cette tendance selon les nationalités : si les Péruviens et les Colombiens restent préférentiellement installés dans ces centres urbains d’importance, une certaine diffusion des migrants équatoriens et boliviens dans des communes de plus petite taille (10 000 à 50 000 habitants) est observable, attestant pour eux une relative déconcentration urbaine, notamment dans la province de Murcie et sur le littoral sud-est de l’Espagne.

19Ainsi, les transformations récentes de l’immigration en Espagne, en grande partie imputables à l’arrivée massive de migrants latino-américains, et plus spécifiquement andins, confirment une tendance forte à la métropolisation liée à l’attrait de la capitale et au renforcement des polarités littorales de la Catalogne et du Levant espagnol. On aurait tort, cependant, de conclure à une homogénéité des logiques de ces évolutions. Elles sont à nuancer fortement selon les groupes étudiés, les profils des migrants et leur mode d’insertion professionnelle.

2 - Profils des migrants andins et insertion sur le marché du travail espagnol

2.1 - L’attractivité du marché de l’emploi espagnol, élément majeur des migrations de travail

  • 8  Voir Baby-Collin, Cortes, Miret, 2009, pour une vision synthétique de ces facteurs.

20Outre les facteurs internes aux pays d’origine, sur lesquels nous ne reviendrons pas ici8, l’immigration andine en Espagne procède d’un véritable « appel d’air » lié à la fois à la croissance économique espagnole lors de la dernière décennie (jusqu’à la crise actuelle amorcée en 2007), et à des mutations démographiques et sociales nationales. Les recompositions du marché de l’emploi en Espagne, avec une demande accrue de main-d’œuvre dans certains secteurs d’activité, constituent un élément majeur du processus d’attraction migratoire.

21Rappelons brièvement les principaux éléments de la transformation du marché du travail espagnol dans les années 1990 : (1) l’amélioration du niveau d’instruction des jeunes générations espagnoles a accru les mécanismes de promotion sociale dans le monde du travail (emplois plus qualifiés libérant des emplois moins qualifiés) ; (2) l’insertion professionnelle croissante des femmes a créé de nouveaux besoins dans le secteur de la domesticité (ménage, garde d’enfants, garde de personnes âgées, notamment) ; (3) la croissance rapide de secteurs économiques peu régulés et offrant de bas salaires, en particulier le tourisme, l’agriculture intensive, les services domestiques et la construction, ont créé une forte demande de travailleurs migrants ; (4) la baisse de la natalité généralisée en Espagne depuis les années 1970 a constitué des classes d’âge creuses au sein de la population active.

22Ces processus, qu’ont connus d’autres pays européens avant l’Espagne, sont ici caractérisés par leur rapidité. Ils s’accompagnent d’une segmentation du marché du travail, assignant aux migrants les plus récemment arrivés les travaux les moins bien payés et les plus dépréciés selon un processus classique de substitution de main-d’œuvre (Martinez Veiga, 1997). Il existe également, au moins jusqu’à la crise récente, une certaine complémentarité dans les emplois entre travailleurs étrangers et nationaux, qui prend différentes formes et n’exclut pas toujours les concurrence (Gil Alonso, Domingo i Valls, 2007).

23Le marché du travail espagnol se caractérise aussi par une très grande importance des contrats temporaires, dans presque toutes les professions, selon une proportion presque trois fois supérieure à la moyenne européenne (25 % au premier trimestre 2009 – EPA– Enquête population active, 2009). Le phénomène affecte surtout les jeunes, les femmes, les étrangers et les emplois peu qualifiés (taux supérieurs à 50 % dans l’agriculture et dans les services domestiques). Si la proportion de contrats temporaires tend à se stabiliser, la rotation de la main-d’œuvre continue à croître, ce qui signifie que la durée des contrats tend à diminuer, élément considéré comme critique par les spécialistes (Martinez Veiga, 2004 ; Abad Marquez, 2002). Ces caractéristiques s’accompagnent, d’une part, d’un taux d’emploi informel élevé plaçant l’Espagne devant la Grèce et l’Italie dans l’UE, et d’autre part, d’une forte mobilité géographique des emplois (la mobilité inter-provinciale pour l’emploi a par exemple augmenté de 15 % entre 2004 et 2005), qui affecte plus particulièrement les hommes, les étrangers (deux fois plus que les Espagnols) et certains secteurs comme l’agriculture et la construction qui sont les plus exposés (Pumares et al., 2006).

24L’Espagne se distingue néanmoins d’autres pays européens (Belgique, Allemagne, Irlande, Hollande, Suède, Grande-Bretagne) en ce que le taux d’activité des étrangers y est supérieur à celui des Espagnols, pour les hommes comme pour les femmes, et pour toutes les classes d’âge. Au premier trimestre 2009, le taux d’activité global en Espagne est de 60,1 %, de 74,2 % pour la population âgée de 16 à 64 ans, mais il reste malgré la crise de 78 % pour les étrangers, et supérieur à 83 % pour les Latino-américains (EPA, mai 2009). Cette donnée souligne à la fois la structure par âge de la population migrante (principalement des adultes en âge de travailler), et la forte prédominance des migrations de travail.

25En effet, l’apport des étrangers au marché du travail espagnol est considérable depuis une dizaine d’années. Entre 2000 et 2007, ils représentent 38 % des nouvelles inscriptions sur les registres de la sécurité sociale, soit 2,8 millions de travailleurs étrangers en 2007, et 14 % de la population active occupée, pourcentage que l’on peut supposer plus important encore si l’on considère l’économie informelle sur laquelle les statistiques font défaut (Pumares, 2009). L’accélération de la courbe matérialisant la croissance des affiliés latino-américains (fig. 4) permet de mettre en évidence les effets des régularisations de 2001 et 2005, années à la suite desquelles les intégrations au régime de sécurité sociale espagnole s’accélèrent. En 2005, pour la première fois, les inscriptions nouvelles des étrangers à la sécurité sociale dépassent celles des Espagnols (près de 400 000 nouveaux inscrits étrangers sur un total inférieur à 800 000), et de 1999 à 2005, les Latino-américains sont le groupe qui a le plus augmenté dans les nouveaux inscrits (x 6,6, Pumares et al., 2006).

Fig. 4 - Évolution du nombre de travailleurs étrangers affiliés à la sécurité sociale, par région d’origine, 1999/2009.

Fig. 4 - Évolution du nombre de travailleurs étrangers affiliés à la sécurité sociale, par région d’origine, 1999/2009.

Source : Boletin de estadisticas laborales, MTIN – ministère du travail et de l’immigration, 8 mai 2009.

26La crise récente, nous y reviendrons, a néanmoins contracté le nombre des inscrits : 2 millions d’étrangers au premier trimestre 2008, 1,9 millions un an plus tard (fig. 5). La baisse des affiliés est forte dans le régime général, modérée dans le régime des autonomes, mais inexistante dans les régimes agricoles et des employés domestiques, dont les effectifs ont continué à croître : ce sont deux des régimes clés de l’insertion professionnelle des migrants latino-américains.

Fig. 5 - Nombre de travailleurs étrangers affiliés aux principaux régimes de sécurité sociale espagnole (janvier-mars 2008 / janvier-mars 2009).

Fig. 5 - Nombre de travailleurs étrangers affiliés aux principaux régimes de sécurité sociale espagnole (janvier-mars 2008 / janvier-mars 2009).

Source : Boletín de estadísticas laborales, MTIN, 8 mai 2009.

2.2. Des travailleurs jeunes, féminins et formés

27La migration étrangère en Espagne montre, de façon générale, et en relation à la pyramide des âges des Espagnols, une forte représentation des jeunes adultes, une faible proportion de jeunes de moins de 15 ans et de personnes âgées (fig. 6). Ce phénomène, particulièrement marqué pour les Latino-américains, tend à souligner l’importance de la migration de travail de jeunes actifs, qui contraste avec le vieillissement de la population espagnole.

Fig. 6 - Structure par âge des principaux groupes migrants en Espagne en 2008. « Total Espagne » concerne toute la population résidant en Espagne, espagnole et étrangère.

Fig. 6 - Structure par âge des principaux groupes migrants en Espagne en 2008. « Total Espagne » concerne toute la population résidant en Espagne, espagnole et étrangère.

Source : Padrón, INE, 2008.

28Au sein des Andins, on observe que, pour les Péruviens, installés de plus longue date en Espagne, le taux de personnes âgées est près de quatre fois supérieur à celui, très faible (2 %), des Boliviens, dont la migration en Espagne est aussi la plus récente. Ces données confirment simplement la jeunesse classique de la migration de travail, particulièrement pour les primo-migrants, et l’élargissement progressif de la pyramide des âges au fur et à mesure que le groupe s’installe.

29La prédominance des femmes, en revanche, est une caractéristique plus spécifique de la migration latino-américaine, même si elle n’a jamais atteint les taux de féminité des courants migratoires féminins classiques comme les Philippines ou les Dominicaines (pour ces dernières, le taux de féminité de la migration était de 72 % en 2001, mais descendu à 58,7 % en 2008). Elle contraste avec une migration majoritairement masculine, pour tous les groupes de nationalités (46,8 % de femmes pour le total des étrangers), avec des taux de féminité très faibles pour les Africains et les Asiatiques (32,4 et 37 % en 2008 – fig. 7).

Fig. 7 - Hommes et femmes nés à l’étranger, en Espagne, en 2008.

Fig. 7 - Hommes et femmes nés à l’étranger, en Espagne, en 2008.

Source : Padrón, INE, 2009.

30Pour toutes les nationalités andines, à l’exception de l’Equateur et plus récemment du Pérou, les taux de féminité sont supérieurs à la moyenne latino-américaine (fig. 8). Cette forte prédominance féminine dans les migrations andines vers l’Espagne, ou plus généralement vers l’Europe, est liée aux départs de femmes seules (mariées ou non, avec ou sans enfants). Dans le cas de la migration colombienne, des études soulignent l’importance des célibataires au sein des effectifs migrants (70 % de célibataires, selon A.F. Diez Jimenez, 2007). Si l’on note une féminisation constante de la migration des Boliviens (les derniers arrivés), les taux de féminité tendent à baisser pour les Péruviens et les Colombiens, présents depuis plus longtemps sur le sol espagnol.

Fig. 8 - Évolution 2001-2008 de la part des femmes au sein des migrants andins, par nationalité.

Fig. 8 - Évolution 2001-2008 de la part des femmes au sein des migrants andins, par nationalité.

Source : Padrón, INE, 2009.

31Les processus de regroupement familial, selon des rythmes différenciés et liés aux temporalités des vagues migratoires vers l’Espagne, tiennent un rôle important dans ces évolutions. Dans le cas d’une migration d’abord féminine, le rééquilibrage de la structure par sexe (et par âge, comme nous l’avons vu plus haut) traduit une sédentarisation des migrants. Notons néanmoins que les procédures de regroupement se multiplient aussi lorsque les possibilités d’entrée et de régularisation du séjour se raréfient, ce qui peut expliquer leur augmentation dans le contexte espagnol récent. En effet, habituellement les regroupements croissent proportionnellement à l’ancienneté de l’installation sur le territoire, mais les migrants d’origine andine, et notamment les Équatoriens, ont pourtant massivement participé à ce mouvement au cours des dernières années : la lecture des demandes réalisées auprès de la mairie de Barcelone en 2005 montre que les Andins sont plus enclins au regroupement familial puisqu’ils sont les premières nationalités demanderesses. Les Équatoriens représentent 28 % des demandes de regroupement pour 14,6 % de la population d’extra-communautaires recensée au 1er janvier 2006 ; les Péruviens (11,3 % des demandeurs) et Colombiens (9,1 %) sont moins nombreux, mais déposent plus de demandes que les Marocains ou les Chinois. Le regroupement familial est en revanche quasi inexistant pour les Boliviens, arrivés le plus récemment (1,8 %). Contrairement au modèle migratoire traditionnel en Europe, ces demandes émanent majoritairement de femmes, 58 % pour les Colombiens, 57,6 % pour les Équatoriens, 51,5 % pour les Péruviens, ce qui souligne à nouveau ici le rôle des femmes.

32Selon les données relatives aux travailleurs étrangers affiliés à la sécurité sociale fin 2007, les femmes représentent 39 % des étrangers, et 51 % des Latino-américains (55 % des Boliviens et des Colombiens, seulement 47 % des Péruviens). Lorsque l’on considère l’origine des affiliés étrangers, seulement 31 % des hommes affiliés sont latino-américains, alors que cette région regroupe 50,2 % des femmes étrangères affiliées (Anuario de inmigración, MTAS, 2007). Soulignons néanmoins que, dans un marché du travail espagnol caractérisé par une féminisation croissante, les hommes latino-américains sont passés de 40 à 45 % de la population active entre 2000 et 2005 ; ce processus en cours de masculinisation de la main-d’œuvre latino-américaine est à mettre en lien avec le développement des procédures de rapprochement familial suite aux vagues de régularisation précédemment évoquées.

33Une autre spécificité des migrants latino-américains, au regard des autres groupes, réside dans leur niveau d’éducation relativement élevé. Plus de 56 % des migrants péruviens, selon les données du recensement de l’INE en 2001 (Diez Jimenez, 2007), ont un niveau éducatif secondaire complet, près de 18 % d’entre eux ont un diplôme de l’enseignement supérieur (10 % pour les Colombiens, 7,7 % les Équatoriens). Néanmoins, le niveau d’études des actifs latino-américains a évolué depuis le début de la décennie : entre 2000 et 2005, le nombre de ceux qui ont un diplôme universitaire a été multiplié par 4, ceux qui ont un diplôme secondaire par 8, et ceux qui ont un niveau d’études inférieur par 9. Ainsi, si globalement la migration latino-américaine en Espagne reste à haut niveau de formation, on observe une croissance plus forte des migrants moins formés au cours des dernières années, et généralement une plus grande hétérogénéité des niveaux éducatifs des migrants. Ce processus peut s’expliquer par plusieurs facteurs. D’abord, la diminution progressive du poids des élites intellectuelles exilées politiques qui ont constitué l’essentiel des vagues migratoires latino-américaines dans les années 1970 et 80, explique la baisse progressive du niveau de qualification. Lorsque les courants migratoires ont augmenté, les moins éduqués se sont insérés dans les réseaux plus anciens. Ensuite, le processus est également lié à la croissance de migrants issus de pays dont le niveau éducatif global est moins élevé (cas des vagues récentes de migrants boliviens). Mais on peut aussi se demander s’il n’y a pas une adaptation progressive des niveaux de qualification des migrants les plus récents en fonction des secteurs d’emploi demandeurs en Espagne. En effet, l’une des observations récurrentes réside dans le fait que les migrants latino-américains souffrent d’une certaine surqualification, au regard de activités qu’ils occupent (Domingo et Houle, 2004 ; Pumares, 2009).

3 - Participation au marché du travail, évolutions récentes

34Cette participation croissante à l’économie espagnole se traduit par une évolution des modalités d’insertion professionnelle, notamment pour les migrants andins, qui explique les spécificités de cette nouvelle géographie de l’immigration. Quelles sont les composantes de cette insertion dans le marché du travail espagnol ? Comment la crise économique actuelle affecte-t-elle cette migration de travail, notamment pour les Andins, arrivés le plus récemment ?

3.1 - Les travailleurs latino-américains dans la crise actuelle

Tab. 1 - Population, travailleurs, demandeurs d’emploi : ventilation des étrangers par groupe régional ( %).

Tab. 1 - Population, travailleurs, demandeurs d’emploi : ventilation des étrangers par groupe régional ( %).

Tab. 2 - Population, travailleurs, demandeurs d’emploi : la part des andins au sein des Latino-Américains ( %).

Tab. 2 - Population, travailleurs, demandeurs d’emploi : la part des andins au sein des Latino-Américains ( %).

Pour 2007, données issues de l'anuario estadístico de inmigración, MTIN, 2007. *Lire : les Andins représentent 59,9 % de la population, 71,4 % des affiliés, et 68,9 % des demandeurs d’emploi latino-américains en Espagne.

Tab. 3 - Taux de chômage des étrangers, 1er trimestre 2009.

Tab. 3 - Taux de chômage des étrangers, 1er trimestre 2009.

Source : élaboration personnelle à partir des données Encuesta de coyuntura, MTIN, 8 mai 2009 (rapport des demandeurs d’emploi sur les affiliés à la sécurité sociale).

35Le tableau 1 souligne un taux de chômage inégal selon les groupes migrants. Alors que les Africains sont très durement touchés et que les Européens le sont beaucoup moins, les Latino-américains se situent en position intermédiaire, leur part dans la population affiliée et au sein des demandeurs d’emploi étrangers étant la même. Les Andins ont un très fort taux d’affiliation (71 % des affiliés latino-américains, quand ils ne sont qu’à peine 60 % de la population latino-américaine présente en Espagne), supérieur à leur participation au volume des demandeurs d’emploi (68,9 %). Les Équatoriens témoignent des effets des vagues de régularisation récente, qui ont permis l’incorporation sur le marché du travail de nombreux migrants auparavant clandestins ; ce processus n’est pas encore visible pour les Boliviens, qui sont moins nombreux sur les régimes d’affiliés que ne le laisserait penser leur présence dans la population latino-américaine. La différence d’une année entre les données du Padrón ici utilisées et les données de l’annuaire de l’immigration, dans un contexte où la population bolivienne connaît une forte croissance de ses entrées sur le territoire espagnol, peut expliquer partiellement ce décalage ; mais nous pouvons aussi faire l’hypothèse d’une moindre régularisation des migrants Boliviens, élément pourtant nécessaire à l’inscription sur les registres de sécurité sociale.

36Par ailleurs, les Péruviens semblent les moins touchés par le chômage.
Ce sont aussi les plus qualifiés, caractérisés par une plus grande stabilité dans des emplois également plus qualifiés. Le tableau 3 confirme cette observation. La crise économique actuelle affecte bien sûr plus durement les étrangers (26,6 % de chômeurs). L’Espagne est devenu le pays européen où le taux de chômage est désormais le plus élevé (17,3 % au premier trimestre 2009 – données MTIN – contre un peu moins de 10 % pour l’UE). Si les Équatoriens et les Colombiens apparaissent proches de cette moyenne, les Péruviens et les Boliviens se caractérisent par des taux de chômage bien inférieurs. On aurait cependant tort d’assimiler ici ces deux derniers groupes : les Péruviens, mieux insérés dans des emplois stables que les autres groupes migrants, résistent sans doute mieux à la crise que les autres (leur taux de chômage est proche de la moyenne espagnole), alors que les Boliviens sont sans doute d’une part nombreux dans le secteur informel (donc non comptabilisés dans ces pourcentages), mais aussi très intégrés dans le secteur de la domesticité, l’une des niches professionnelles où la croissance des affiliés est constante.

3.2 - Une dominance forte du secteur tertiaire, mais des profils andins contrastés dans l’emploi

37Les étrangers, par rapport à l’ensemble de la population résidant en Espagne, présentent des profils d’emploi moins tertiarisés, plus agricoles, moins industriels et plus tournés vers le secteur de la construction (fig. 9).

Fig. 9 - Travailleurs étrangers affiliés à la sécurité sociale, selon leur branche d’activité, par région et nationalité, au 31/12/2007.

Fig. 9 - Travailleurs étrangers affiliés à la sécurité sociale, selon leur branche d’activité, par région et nationalité, au 31/12/2007.

Source : Anuario de estadísticas del MTIN, 2007, sauf : * total national : données Encuesta de conyuntura, 1er trimestre 2009.

38Ce profil général souligne l’importance de la présence étrangère dans les emplois peu qualifiés, soumis à de moindres réglementations, et à une forte précarité en termes de contrats de travail et de rotation de main-d’œuvre, qui sont aussi des secteurs ayant connu un fort dynamisme à l’échelle espagnole durant les quinze dernières années (agriculture, construction). C’est ce qui explique aussi leur présence dans les espaces ruraux. Mais les Latino-américains dans leur ensemble se distinguent de ce profil général : ils sont très présents dans le tertiaire (70 %, soit une part équivalente à celle de l’ensemble de la population, contre 61 % pour l’ensemble des étrangers), et peu dans l’agriculture (qui emploie 22 % des Africains, et moins de 5 % des Latino-américains). Nationalité par nationalité, on souligne la parité des profils des Colombiens et des Péruviens, ainsi que ceux des Équatoriens et des Boliviens. Les deux premiers sont plus tournés vers le secteur des services, alors que les deux derniers sont nombreux dans la construction (22 % des actifs affiliés), mais aussi (fig. 9 et 10), relativement importants dans le régime des affiliés agricoles (7-8 %) et dans celui des employés de maison, où les Boliviens sont de loin les plus représentés (près de 30 % des affiliés, contre moins de 15 % pour les trois autres nationalités). Ces deux domaines expliquent la double logique de localisation décelée plus haut, à la fois très urbaine et très dispersée dans les petites communes du littoral méditerranéen des provinces de Murcie et de Valence notamment.

Fig. 10 - Travailleurs étrangers selon leur régime d’affiliation à la sécurité sociale, selon les nationalités, en % du total des régimes, au 31.12.2007. On a ici écarté le régime des travailleurs de la mer, très minoritaire.

Fig. 10 - Travailleurs étrangers selon leur régime d’affiliation à la sécurité sociale, selon les nationalités, en % du total des régimes, au 31.12.2007. On a ici écarté le régime des travailleurs de la mer, très minoritaire.

Source : Anuario de estadisticas del MTIN, 2007

39Une lecture sexuée révèle une prédominance des hommes latino-américains dans les emplois de la construction (plus de 46 % d’entre eux, contre environ 20 % des hommes résidant en Espagne), et des femmes dans le secteur des services (plus de 90 % des latino-américaines, proportion supérieure à tous les autres groupes de migrants, contre 85 % des résidents en Espagne), avec une large domination des secteurs de l’hôtellerie et des services domestiques (données EPA - INE 2006, citées par J.I. Perez Infante, 2007). La féminisation de la migration, via les latino-américaines, s’est en effet traduite, notamment dans les grandes villes, par une insertion privilégiée dans le secteur de la domesticité. La demande forte dans ce domaine est liée à la fois à l’insertion croissante des femmes espagnoles sur le marché du travail, aux besoins issus du vieillissement de la population (économie du care), et aux déficiences de couverture des services sociaux espagnols. Y. Herranz Gomez (1998) soulignait déjà à la fin des années 1990 que les Latino-américaines tendaient à remplacer dans ces emplois les Philippines, Polonaises et Portugaises, selon un processus de substitution de main-d’œuvre assez classique. On peut penser que ce processus se poursuit, et que les Boliviennes, les dernières arrivées, sont aussi celles qui acceptent les conditions de travail les plus difficiles et les salaires les plus bas, trouvant ainsi dans la niche de la domesticité un mode d’intégration rapide sur le marché du travail espagnol. Les entretiens réalisés à Madrid et Barcelone en 2008-2009 le confirment. S’ils montrent que les femmes ayant un emploi socialement mieux situé (commerçantes autonomes, employées) sont toutes passées par une période de femme de ménage ou de domestique à leur arrivée, on manque néanmoins encore d’études sur le devenir de ces femmes après dix ans d’expérience professionnelle en Espagne, sur les éventuels processus de mobilité et l’émergence de nouvelles niches professionnelles, malgré les travaux importants de Beltran et al., (2006), L. Oso (2000, 2002, 2008, 2009) ou de A. Escriva (1999, 2003).

3.3 - Des migrants surqualifiés ?

40L’enquête récente réalisée par l’INE, dite enquête ENI, nous donne quelques éléments de précision quant aux qualifications de la main-d’œuvre immigrée, lisibles en relation à leur emploi, afin de dégager quelques pistes sur l’évolution des trajectoires professionnelles.

41La figure 11 souligne que pour l’ensemble des Latino-américains (résidant depuis plus de trois ans en Espagne et actifs), la proportion de travailleurs non qualifiés est conforme à la moyenne des migrants (autour de 27 %) ; ces chiffres sont toutefois nettement plus importants pour les Équatoriens et les Boliviens (près de 40 %), très représentés aussi dans la catégorie « artisans » et « travailleurs qualifiés de l’industrie ».

Fig. 11 - Travailleurs migrants résidant en Espagne depuis plus de 3 ans, selon leur occupation actuelle, par groupes et nationalités (en %, 2007).

Fig. 11 - Travailleurs migrants résidant en Espagne depuis plus de 3 ans, selon leur occupation actuelle, par groupes et nationalités (en %, 2007).

Source : ENI, 2007

42Il semble, là encore, que deux profils se dégagent. Celui des Boliviens et des Équatoriens, aux plus faibles qualifications dans l’emploi, et celui des Colombiens, bien plus représentés dans les emplois qualifiés (direction d’entreprise, techniciens et professions scientifiques et intellectuelles, techniciens professionnels d’appui – sur la gauche du graphique). L’enquête n’isole pas les Péruviens, mais l’on peut penser que le profil de qualification de ce groupe, présent depuis plus longtemps en Espagne, et très tertiarisé, se rapproche plus du profil colombien que bolivien ou équatorien.

43Ces données permettent de reprendre l’hypothèse selon laquelle l’ancienneté de la migration faciliterait des formes d’ascension professionnelle, surtout pour des populations qui, on l’a vu, arrivent en Espagne avec une relative qualification. L’étude de A. Gil et al. (2007) sur l’évolution des types d’emplois des Latino-américains entre 2000 et 2005 indique une plus forte croissance brute dans les postes de travail non qualifiés (services à la personne, restauration, commerce). En termes relatifs, bien que les volumes restent encore peu élevés, ce sont pourtant des postes plus qualifiés qui ont connu le taux de croissance le plus élevé : techniciens et professionnels, ouvrières spécialisées pour les femmes, artisans et ouvriers spécialisés pour les hommes. Les auteurs concluent à l’émergence d’une mobilité sociale ascendante, bien que l’on ait, de façon très largement dominante, une surqualification de la main-d’œuvre latino-américaine employée en Espagne. La régularisation des migrants semble permettre le développement de ces formes de mobilité sociale ascendante. L’étude de Pumares et al. (2006) reprend ce thème d’une mobilité sociale plus forte pour les Latino-américains, les « préférés du siècle », selon le titre de l’étude d’Izquierdo et al., 2002, liée à leur plus forte qualification professionnelle, leur maîtrise de l’espagnol et une moindre discrimination de la part de la société espagnole (par rapport aux migrants d’origine africaine notamment). Néanmoins, d’autres, comme Domingo et Houle (2004) attirent l’attention sur des formes de plus grande exclusion des Latino-Américains de certains secteurs du marché de l’emploi, en raison de leur arrivée plus récente sur le sol espagnol, hypothèse qui semble en accord avec nos observations sur le groupe des Boliviens.

Conclusion

44La croissance forte et très rapide des migrations latino-américaines en Espagne depuis dix ans a renouvelé le panorama de la présence étrangère sur le sol hispanique. Outre que l’Espagne est devenue le premier pays européen récepteur de migrants, après avoir été longtemps un pays au solde migratoire négatif, l’immigration s’est considérablement latino-américanisée. Les nationalités andines ont supplanté à la fois les exilés politiques des décennies 60 à 80, issus des dictatures sud-américaines et très qualifiées, et les migrations des retornados, introduisant une présence latino-américaine dans des régions d’ancienne émigration espagnole (Galice, Pays basque, notamment). La généralisation des migrations de travail souligne tout à la fois les crises économiques andines qui ont généré ces flux massifs depuis les années 1990, et le dynamisme du marché du travail espagnol, du moins jusqu’à la crise actuelle amorcée en 2007-2008. Les régions d’installation des migrants sont ainsi plus lisibles en termes d’organisation spatiale du marché économique espagnol. Toutefois, les espaces de résidence des migrants latino-américains et plus spécifiquement andins ne correspondent pas complètement à ceux de l’ensemble de la population immigrée en Espagne. Si l’on met à part les migrations issues de l’Europe communautaire (surtout de celle d’avant l’intégration de la Roumanie et de la Bulgarie), plus caractéristiques d’une migration qualifiée et de personnes âgées, et mettant en évidence le poids des régions touristiques et littorales méditerranéennes, les migrations andines sont d’abord très concentrées dans les espaces métropolitains (Madrid au premier chef, Barcelone ensuite), ainsi que sur le littoral sud-est, notamment de la région de Murcie (mais aussi Ciudad Real, Jaen, Albacete) et dans le nord (Navarre, Rioja).

45Cette géographie doit être lue à la lumière des profils migratoires et des modes d’insertion professionnels des migrants travailleurs. Elle souligne une migration féminine dominante, même s’il existe une tendance à la masculinisation progressive. Cette migration, jeune, est aussi relativement qualifiée, très concentrée dans le secteur tertiaire, très métropolitaine. Cependant, la physionomie de l’implantation andine en Espagne fait apparaître une géographie différenciée, non seulement au regard de la migration latino-américaine, mais également au sein même du groupe andin. L’analyse a mis en évidence certaines parentés des comportements entre différentes nationalités, notamment entre les migrants boliviens et équatoriens d’un côté, péruviens et colombiens de l’autre. La relativement forte présence des Boliviens et des Équatoriens dans la région de Murcie renvoie à leur plus forte insertion dans le secteur agricole. L’implantation très métropolitaine des Péruviens renvoie à leur plus forte qualification et à leur insertion hyperdominante dans le secteur tertiaire, ainsi que, plus encore que les Colombiens, dans des emplois plus qualifiés. L’importance de Madrid comme pôle largement dominant dans les migrations andines, quelles que soient les nationalités (mais plus encore pour les Péruviens et les Boliviens – et on a insisté pour ces derniers sur le rôle sans doute essentiel de leur emploi dans la domesticité), est le point commun principal entre ces groupes de migrants issus des Andes. Il s’agit là d’un élément important de la recomposition de la géographie migratoire espagnole qui invite, dans les recherches à venir, à privilégier l’échelle de cette première porte d’entrée en Europe pour les migrants venus d’outre Atlantique. Il incite également à poursuivre cette analyse comparative de la migration des Andins dont les temporalités, les modes d’insertion professionnelle et les formes d’inscription spatiale dans les territoires de destination révèlent une différenciation des processus en cours. Différenciation, cependant, qui peut fort bien se gommer au regard de la crise actuelle : le retour obligé au pays d’origine, du fait de la forte rétraction du marché de l’emploi, mettrait-il alors les migrants sur un pied d’égalité ?

Top of page

Bibliography

Abad Márquez L.V., (2002), Trabajadores inmigrantes en las economías avanzadas. La paradoja de la demanda adicional en mercados con exceso de oferta, F.J. Garcíay C. Muriel (eds), La inmigración en España, Laboratorio de Estudios Interculturales, Univ. Granada, 2, p. 459-468.

Baby Collin V., Cortes G., Miret N., (2009), Les migrants « andins » en Espagne. Inscriptions spatiales et repérage de filières, Cortes G., Miret N. (éds), Mélanges de la Casa de Velásquez, 39-1, p. 115-140.

Beltran J., Oso L., Ribas N., (2006), Empresariado étnico en Espana, Madrid,documentos del observatorio permanente de la inmigración no 12, Ministerio de trabajo y asuntos sociales.

Domingo Valls A., (2005), Trás la retórica de la hispanidad : la migración latino-americana en España entre la complementariedad y la exclusión, Papers del Centre d’estudis demografics, 254 p.

Domingo, A. et Houle R., (2004), La actividad de la población de nacionalidad extranjera en España, entre la complementariedad y la exclusión, conférence au IV congreso sobre la Inmigración en España, Girona, 10-13 novembre 2004.

Diez JiménezA.F., (2007), Analisis de la inmigración colombiana en España, … 1995-2004, V congreso sobre la inmigración en España, Migración y desarrollo humano, Valencia, mars, (actes électroniques).

Escriva A., (1999), Mujeres peruanas en el servicio domestico de Barcelona, trayectorias socio-laborales, Tesis doctoral de sociologia, Universidad autonoma de Barcelona, Barcelona.

(2003), Inmigrantes peruanas en España, conquistando el espacio laboral extradomestico, Revista internacional de sociologia, 36, p. 59-83.

Eurostat, (2008), L’Europe en chiffres, Union européenne, 576 p.

Garcia Roca J., Lacomba J., (2008), Inmigración en la sociedad española. Una radiografía multidisciplinar, ed. Bellaterra, 925 p.

Garcia Ballesteros A., dir, (2006), Inmigrantes emprendedores en la comunidad de Madrid, Madrid, Comunidad de Madrid, consejería de economía e innovación tecnolígica, 125 p.

Gil Alonso F., Domingo i Valls A., (2007), La población femenina extra comunitaria en España : análisis territorial de los factores de inserción laboral, V. congreso sobre la inmigración en España, Migración y desarrollo humano, Valencia, mars, (actes électroniques).

Gil Araujo S., (2009), Las periferias de las metrópolis : políticas migratorias, género y estratificación de la población latino-americana en España, Mélanges de la casa de Velásquez, Cortes G. et Miret N. (éds), Casa de Vélásquez, Madrid,nouvelle série, 39-1, p. 57-74.

Herranz Gomez Y., (1998), Servicio domestico y feminización de la inmigración, Ofrim suplementos, dec. 1998, p. 65-83.

Izquierdo Escribano A. et al., (2002), Los preferidos del siglo XXI : la inmigración latinoamericana en España, La inmigración en España : contextos y alternativas. Volumen II : ponencias, Garcia Castano F.J. et Lopez C.M. (ed), Granada, Laboratorio de Estudios Interculturales, p. 237-249.

Martinez Bujan R., Golias Perez M., (2005), La latinoamericanización de la inmigración en España, Cuadernos Geograficos, 36, 2005-1, p. 51-65.

Martínez Veiga U., (1997), La integración social de los inmigrantes extranjeros en España, Madrid, Fundación Trotta.–(2004), Trabajadores invisibles : precariedad, rotación y pobreza de la inmigración en España, Madrid, Los libros de la Catarata.

Miret N., (2009), L’immigration dans un contexte de basculement migratoire récent : l’exemple de l’Espagne, Bonnefoy A., Gonin P., et Hamelin D., Migrants d’ici et d’ailleurs. Du transnational au local., Poitiers, éd. Atlantiques de l’Actualité Poitou-Charentes, 200 p.

Munoz-Pérez F., Izquierdo Escribano A., (1989), L’Espagne, pays d’immigration, Population, 44, p. 257-289.

Oso, L., (2000), Estrategias migratorias de las mujeres ecuatorianas y colombianas en situación irregular : servicio doméstico y prostitución en Galicia y Pamplona”, II Congreso sobre la inmigración en España, Madrid, Universidad Pontificia de Comillas.

– (2002), Stratégies de mobilité sociale des domestiques immigrées en Espagne, Revue Tiers Monde, 53, 170, p. 287-305.

– (2008), L’intégration des Latino-américain(e)s sur le marché du travail en Espagne. Le rôle des femmes, Yépez I. et Herrera G. (éds), Nouvelles migrations latino-américaines en Europe, bilans et défis,Barcelona, université de Barcelone, Obreal, UCL, p. 221-240.

– (2009), Familia, empresa y movilidad occupacional : mujeres latinoamericanas en España, Cortes G. et Miret N. (ed), Mélanges de la casa de Velásquez, Casa de Vélásquez, Madrid,nouvelle série, 39-1, p. 57-74.

Pajares M., (2007), Inmigración y mercado de trabajo. Informe 2007. Análisis de datos de España y Cataluña, Madrid. Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales.

– (2008), Inmigración y mercado de trabajo. Informe 2008. Madrid, Doc. del observatorio permanente de la inmigración n° 17, ministerio de Trabajo e Inmigración.

Pumares Fernandez P., Garcia Coll A., Ascensio Hita A., (2006), La movilidad laboral y geográfica de la población extranjera en España, Madrid, documentos del observatorio permanente de la inmigración, 10, 217 p.

Pumares Fernández P., (2009), Luces y sombras en la inserción laboral de los inmigrantes latino-americanos en España”, Cortes G. et Miret N. (ed), Mélanges de la casa de Velásquez, Casa de Vélásquez, Madrid,nouvelle série, 39-1, p. 33-55.

Relaño Pastor E., (2004), Los continuos cambios de la política de inmigración en España, Migraciones internacionales, 2-3, COLEF, Tijuana, Mexico, p. 110-141.

Serra del Pozo P., (2007), Le commerce des immigrés dans la vieille ville de Barcelone, Audebert C. et Ma Mung E. (éds), Les nouveaux territoires migratoires : entre logiques globales et dynamiques locales, éditions de l'université de Deusto, Bilbao, HumanitarianNet, p. 87-96.

SOPEMI, (2008), Perspectives des migrations internationales, éditions OCDE,Paris, 420 p. (en ligne sur OCDE.org).

Top of page

Notes

1  Cet article est le fruit de la collaboration des auteures, dans le cadre du programme de recherches PICS-IMITMA, dirigé par Geneviève Cortes.

2  Nous considérons comme Latino-américains tous les étrangers nés en Amérique latine (telle qu’elle est généralement considérée : Amérique du sud, Amérique centrale, Caraïbes, Mexique) ; les Sud-Américains concernent les populations issues d’Amérique du sud, hors Amérique centrale, Caraïbes et Mexique (soit pays au sud de Panama) ; les Andins regroupent les Équatoriens, Boliviens, Péruviens et Colombiens, quatre nationalités des Andes, fortement représentées au sein des migrants en Espagne.

3  Il s’agit principalement du Padrón municipal, des EPA (enquêtes de population active, de l’INE), de l’ENI (Encuesta nacional de inmigración, 2007), des Anuarios estadísticos de inmigración, éditions 2006, 2007 (publiés par le MTIN, Ministerio de trabajo e inmigración, appelé jusqu’à l’édition 2006 incluse MTAS, ministerio de trabajo y asuntos sociales), des boletines de coyuntura (INE). La plupart de ces sources sont en libre accès sur le web.

4  Il s’agit principalement du Padrón municipal, des EPA (enquêtes de population active, de l’INE), de l’ENI (Encuesta nacional de inmigración, 2007), des Anuarios estadísticos de inmigración, éditions 2006, 2007 (publiés par le MTIN, Ministerio de trabajo e inmigración, appelé jusqu’à l’édition 2006 incluse MTAS, ministerio de trabajo y asuntos sociales), des boletines de coyuntura (INE). La plupart de ces sources sont en libre accès sur le web.

5  Le Padrón est un registre de population tenu par les municipalités auquel toute personne est tenue de s’inscrire pour bénéficier des services municipaux, et qui peut fournir une preuve de résidence pour un éventuel processus de régularisation. Cette donnée a longtemps abouti à une surreprésentation, puisqu’on ne se désinscrivait pas forcément des registres municipaux en cas de départ vers une autre région ou de retour au pays d’origine, mais elle a été « épurée » de 492 000 personnes en 2006, par élimination des étrangers qui ne s’étaient pas réinscrits après deux années comme le leur imposait la nouvelle loi en 2004, ce qui explique à cette date un fléchissement dans les statistiques de la présence étrangère en Espagne.

6  Le renouvellement du titre de séjour implique en effet le maintien en vigueur d’un contrat de travail, condition difficile à respecter dans un contexte d’extrême mobilité professionnelle et d’emploi fréquent sur le marché informel, plus encore en contexte de crise.

7  Leur poids relatif est très supérieur à la moyenne nationale – 71% des Sud-Américains sont andins à cette échelle, et on atteint 82% dans la seule capitale.

8  Voir Baby-Collin, Cortes, Miret, 2009, pour une vision synthétique de ces facteurs.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Population étrangère en Espagne selon le lieu de naissance, par principaux groupes régionaux 1998-2008. Source : Padrón (* = UE à 25 ;** = UE à 27)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-1.jpg
File image/jpeg, 376k
Title Fig. 2 - Évolution des principaux groupes de migrants nés en Amérique du sud recensés en Espagne, par pays de naissance, 1998/2008
Credits Source : Padrón
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-2.jpg
File image/jpeg, 424k
Title Fig. 3 - Époque de l’arrivée des migrants sur le sol espagnol, selon les nationalités.
Credits Source : Encuesta nacional de inmigración, 2007. NB : cette enquête, la première en Espagne, a été réalisée auprès de 15 500 personnes de plus de 16 ans, nées à l’étranger et résidant en Espagne, fruit d’une collaboration entre le MTAS – Ministère du travail et des affaires sociales – et l’université Complutense de Madrid.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-3.jpg
File image/jpeg, 232k
Title Carte 1 - Part des Sud-Américains dans les étrangers présents en Espagne en 1996, par province.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-4.png
File image/png, 78k
Title Carte 2 - Part des Sud-Américains dans les étrangers présents en Espagne en 2006, par province.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-5.png
File image/png, 78k
Title Carte 3 - Part des Andins dans les Sud-Américains présents en Espagne en 2006, par province.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-6.png
File image/png, 64k
Title Fig. 4 - Évolution du nombre de travailleurs étrangers affiliés à la sécurité sociale, par région d’origine, 1999/2009.
Credits Source : Boletin de estadisticas laborales, MTIN – ministère du travail et de l’immigration, 8 mai 2009.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-7.png
File image/png, 28k
Title Fig. 5 - Nombre de travailleurs étrangers affiliés aux principaux régimes de sécurité sociale espagnole (janvier-mars 2008 / janvier-mars 2009).
Credits Source : Boletín de estadísticas laborales, MTIN, 8 mai 2009.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-8.png
File image/png, 22k
Title Fig. 6 - Structure par âge des principaux groupes migrants en Espagne en 2008. « Total Espagne » concerne toute la population résidant en Espagne, espagnole et étrangère.
Credits Source : Padrón, INE, 2008.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-9.png
File image/png, 32k
Title Fig. 7 - Hommes et femmes nés à l’étranger, en Espagne, en 2008.
Credits Source : Padrón, INE, 2009.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-10.png
File image/png, 34k
Title Fig. 8 - Évolution 2001-2008 de la part des femmes au sein des migrants andins, par nationalité.
Credits Source : Padrón, INE, 2009.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-11.png
File image/png, 24k
Title Tab. 1 - Population, travailleurs, demandeurs d’emploi : ventilation des étrangers par groupe régional ( %).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-12.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Tab. 2 - Population, travailleurs, demandeurs d’emploi : la part des andins au sein des Latino-Américains ( %).
Credits Pour 2007, données issues de l'anuario estadístico de inmigración, MTIN, 2007. *Lire : les Andins représentent 59,9 % de la population, 71,4 % des affiliés, et 68,9 % des demandeurs d’emploi latino-américains en Espagne.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-13.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Tab. 3 - Taux de chômage des étrangers, 1er trimestre 2009.
Credits Source : élaboration personnelle à partir des données Encuesta de coyuntura, MTIN, 8 mai 2009 (rapport des demandeurs d’emploi sur les affiliés à la sécurité sociale).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-14.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Fig. 9 - Travailleurs étrangers affiliés à la sécurité sociale, selon leur branche d’activité, par région et nationalité, au 31/12/2007.
Credits Source : Anuario de estadísticas del MTIN, 2007, sauf : * total national : données Encuesta de conyuntura, 1er trimestre 2009.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-15.png
File image/png, 26k
Title Fig. 10 - Travailleurs étrangers selon leur régime d’affiliation à la sécurité sociale, selon les nationalités, en % du total des régimes, au 31.12.2007. On a ici écarté le régime des travailleurs de la mer, très minoritaire.
Credits Source : Anuario de estadisticas del MTIN, 2007
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-16.png
File image/png, 30k
Title Fig. 11 - Travailleurs migrants résidant en Espagne depuis plus de 3 ans, selon leur occupation actuelle, par groupes et nationalités (en %, 2007).
Credits Source : ENI, 2007
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3662/img-17.png
File image/png, 36k
Top of page

References

Electronic reference

Virginie Baby-Collin, Geneviève Cortes and Naïk Miret, « Migrants andins en Espagne : ruptures et continuités d’une géographie économique de l’immigration », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 31 December 2011, connection on 24 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3662 ; DOI : 10.4000/mediterranee.3662

Top of page

About the authors

Virginie Baby-Collin

maître de conférences en géographie, laboratoire Telemme - université de Provence, virginie.baby-collin@univ-provence.fr

By this author

Geneviève Cortes

maître de conférences en géographie, laboratoire ART-Dev - université de Montpellier III, genevieve.cortes@univ-montp3.fr

Naïk Miret

maître de conférences en géographie, laboratoire MIGRINTER - université de Poitiers, naik.miret@univ-poitiers.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page