Skip to navigation – Site map
Nouvelles frontières de la migration en Méditerranée

Regards croisés sur la migration marocaine en Andalousie à travers ses origines géographiques, ses profils socio-démographiques et ses expériences migratoires

A review of Moroccan migration to Andalusia: its geographical origins, socio-demographic profiles and migratory experiences
Mohamed Berriane and Aron Cohen
p. 55-69

Abstracts

The use of the socio-geographic approach to study recent migration between Morocco and Andalusia, which is based on two parallel observation points located on either end of the social space that this phenomenon comprises, constitutes, in itself, a major heuristic challenge, in the sense that it may confound and complement different perspectives. This approach is used by a Spanish-Moroccan study which, by combining quantitative and qualitative methods, as well as its “trans-national perspective”, is characterised by not only the different social contexts, but also by the attention it gives to both sides of the spatial variations and dynamics of this phenomenon. The methodological research challenges are presented. Specific themes which will be addressed include the geography of the migrants’ origins and destinations, their socio-demographic background and certain dimensions of their migration experiences.

Top of page

Full text

1Une « perspective transnationale », basée généralement sur une méthodologie ethnographique, a fait du chemin dans le domaine de l’étude des migrations, en y abordant les clés d’une « globalisation par le bas » (Portes, 1997 ; Tarrius, 2002). À la limite, elle comporterait une tentative d’intégrer au même champ d’observation et d’analyse à la fois des territoires et des sociétés émetteurs de flux migratoires et ceux qui les reçoivent, en même temps que les processus sociaux qui sont liés par des interactions diverses à ces flux d’un côté comme de l’autre, et éventuellement toutes les manifestations et les formes de mobilité que peut impliquer la « circulation » des migrants.

2Longtemps pays d’émigrations massives, l’Espagne a vu, surtout à partir des années 1980, la position de sa balance migratoire tourner à l’immigration, avant de devenir le premier récepteur de l’Union Européenne des débuts du xxie siècle et d’atteindre très rapidement des effectifs qui le rapprochent à présent des grands foyers d’immigration en Europe (5,6 millions de ressortissants étrangers enregistrés par une des sources statistiques espagnoles, le Padrón de habitantes, au premier janvier 2009, soit 12 % de la population de l’Espagne). En dépit d’une composante latino-américaine qui est dans l’ensemble prédominante, de la présence toujours importante des Européens de l’ouest et d’une diversification poussée des provenances, l’immigration marocaine s’est très tôt avérée un des flux majeurs vers l’Espagne : presque sans interruption, les Marocains ont formé le groupe national le plus nombreux dans les statistiques des résidents étrangers, bien qu’ils viennent d’être doublés par les Roumains, dont l’effectif s’est vertigineusement accrû au cours de la dernière décennie (710 000 Marocains et près de 800 000 Roumains au 1er janvier 2009).

3L’intensité de la migration entre le Maroc et l’Espagne, sa précocité et sa continuité par rapport à celles d’autres origines, ainsi que la proximité géographique entre les deux pays justifient tout particulièrement un effort d’appréhension du phénomène à caractère globalisant (par sa visée géographique, mais aussi parce qu’embrassant la multiplicité des facteurs concernés – économiques, sociaux, culturels, voire socio-psychologiques). Guidé par cette motivation, un projet hispano-marocain développe, depuis 2006, une étude socio-géographique de l’immigration marocaine dans une série de localités de la région andalouse, en essayant de saisir le plus près possible sa mobilité à l’intérieur de l’Andalousie et dans l’ensemble de l’Espagne, mais aussi en remontant le parcours des migrants jusqu’aux espaces sociaux de provenance au Maroc, pour y atteindre les milieux familiaux d’origine et leurs « histoires migratoires ».

  • 1 Recherche financée d’après l’appel d’offre de 2006 relative aux « projets de recherche d’excellence (...)
  • 2 Composée de C. Carvajal, V. de Miguel, P. Pumares, D. Jolivet, M.E. Urdiales, A. Ferrer, F. Ramírez (...)
  • 3 Équipe relevant de la E3R, université Mohammed V – Agdal, composée de M. Aderghal, L. Amzil, A. Ous (...)

4Qui, quand, comment, d’où et où a-t-on migré ? Quels seraient éventuellement les traits différentiels de ces migrations par rapport aux étapes précédentes de l’émigration marocaine (et autres) vers d’autres pays européens ? L’émergence abrupte de l’Espagne comme destination intervenant dans un contexte (économico-social, politico-administratif) qui ne correspond plus à celui des trente glorieuses, comment ses conditions ont-elles marqué l’installation des immigrés ? Outre la distribution géographiquement fort contrastée de ceux-ci, repère-t-on des situations différenciées en fonction de certaines caractéristiques des milieux locaux d’immigration et de la durée du phénomène selon les lieux (chronologie des flux et stabilité ou instabilité de la présence d’immigrés) ? Y décèle-t-on les effets d’une diversité (socio-démographique, géographique) de l’émigration marocaine ? Quel rôle revient aux réseaux de sociabilité des migrants, quels types et quelle intensité des relations entre les immigrés et leurs milieux d’origine... ? Tels sont les axes du questionnement de base de la recherche1qui fait l’objet du partenariat entre une équipe espagnole de géographes appartenant à trois universités andalouses (Grenade, Almeria et Malaga)2 et une équipe marocaine rattachée à l’université Mohammed V de Rabat-Agdal3. Depuis la préparation et l’élaboration du projet, les objectifs de la recherche dans les deux pays relèvent d’une idée d’articulation et d’interdépendance, quitte à croiser ensuite nos résultats respectifs et d’y saisir les complémentarités et les convergences, sans exclure les contrastes éventuels comme matière de la réflexion commune poursuivie.

1 - Une conjugaison d’approches quantitatives et qualitatives quasi instantanées sur les deux rives de la Méditerranée

1.1 - En Andalousie

5Méthodologiquement, notre démarche répond à trois caractéristiques principales :

  • 4 En supposant un tirage aléatoire simple et s’agissant de questions à réponses dichotomiques.

6a) Un choix mixte d’instruments d’analyse quantitatifs et qualitatifs. D’une part, une enquête à un échantillon d’immigrés marocains en Andalousie basée sur un questionnaire à réponses pour la plupart fermées et structuré autour des axes suivants : profil socio-démographique ; projets et itinéraires migratoires et expérience migratoire familiale ; mode de migration et situation administrative actuelle ; activité ; conditions d’habitation et composition des ménages ; sociabilités et relations avec le pays d’origine. L’option de procéder à un échantillonnage systématique à partir d’un registre de population (le Padrón) recelait les difficultés d’un défi : du fait, entre autres raisons, de l’instabilité résidentielle d’une partie des immigrés, du décalage entre les informations du registre et la réalité, spécialement en ce qui concerne les adresses portées sur le registre (parfois incomplètes, inexactes ou difficile à localiser, ou bien simples formalités sans correspondance avec la demeure des individus enregistrés...). Si une garantie permanente d’exhaustivité de l’enregistrement relèverait de la pure abstraction, la présomption d’une résidence réelle sur place de l’intégralité des effectifs inscrits négligerait les risques de surenregistrement dans telle ou telle municipalité : doubles enregistrements, inscrits sans présence habituelle dans la commune... Les statisticiens de l’IEA ont tiré du Registro de Población de Andalucía au 1er juillet 2006 (lui-même issu du Padrón) un échantillon de la population de nationalité marocaine âgée de 18 ans ou plus enregistrée dans une sélection de municipalités andalouses établie par nos soins, suivant un critère de proportionnalité par rapport à la composition par sexe et âge de chaque effectif municipal et en s’en tenant à une marge d’erreur théorique4 autour de +4 % pour l’ensemble de l’échantillon (à l’échelle municipale : +8 % pour les apports les mieux lotis ; voir tableau 1 et fig. 1).

Tableau 1 - Population totale, ressortissants marocains et effectifs enquêtés en Andalousie.

Tableau 1 - Population totale, ressortissants marocains et effectifs enquêtés en Andalousie.

Sources : Padrón (au 1er janvier 2006) et enquête Marroquíes en Andalucía : dinámicas de la movilidad geográfica y condiciones de inserción (DINAMO).

Fig. 1 - Localisation du travail de terrain en Andalousie

Fig. 1 - Localisation du travail de terrain en Andalousie

Sources : Padrón (au 1er janvier 2006)

7Pour que tienne cette stratégie de terrain il a fallu consentir une réduction de la taille de l’échantillon (après validation, 584 questionnaires complétés retenus, au lieu des 700 initialement prévus), après un travail assez lourd de repérage réalisé par les enquêteurs, qui on dû multiplier les tentatives, puisque chaque substitution d’un membre de l’échantillon devait, sauf exception, se dérouler suivant un protocole universel communiqué d’emblée par l’IEA (répétitions et étalement temporel des visites, listes ordonnées de remplaçants possibles pour chaque destinataire prioritaire). Notre échantillon final est donc issu de l’effectif beaucoup plus grand formé par les individus que les enquêteurs ont essayé de joindre (3 001), en n’y réussissant que pour à peine 28 % d’entre eux (825, y compris ceux qui ont – en général plus ou moins implicitement – refusé de répondre et ceux qui étaient temporellement absents mais dont la résidence habituelle fut confirmée). On ne peut pas exclure que l’enquête dessine un tableau trop influencé par la fraction la plus sédentarisée des immigrés. Instabilité et stabilisation relatives correspondent souvent à des phases différentes des parcours migratoires. Aussi elles se superposent en proportions variables en chaque lieu, y compris pour des immigrés provenant du même pays, le Maroc en l’occurrence. Bien sûr, d’un point de vue de statisticien pur, un taux de remplacement très élevé entame gravement la qualité d’une enquête. Or les géographes ou les sociologues qui, nombreux, s’occupent de population immigrées en Espagne depuis une vingtaine d’années, doivent se contenter d’exigences bien plus modérées. Avec toutes ses limites, l’enquête par échantillon aléatoire n’implique pas moins une meilleure maîtrise des biais qui s’ensuivent d’autres démarches plus utilisées dans notre domaine. Bien entendu, la prudence des argumentations et des conclusions est toujours de mise. Toutes les données chiffrées qui seront mentionnées dans ce texte prendront comme référence l’effectif enquêté, sans en proposer une estimation pondérée en termes de population totale. Une telle estimation n’est en tout cas envisageable qu’au niveau de l’échantillon total ou tout au plus des trois localités qui approchent ou dépassent la centaine de cas, et encore au prix d’une réduction sévère des variables et des réponses qui pourraient être prises en compte.

8Quant à la partie qualitative de la recherche, elle s’appuie sur la réalisation d’une soixantaine (68) d’entretiens semi-directifs à des immigrés marocains dans le but d’un approfondissement sur tous les aspects abordés par l’enquête. Les interviewés furent contactés à l’occasion du passage de celle-ci et une large majorité d’entre eux a fait partie de l’effectif enquêté. Les entretiens se sont déroulés entre août 2007 et mars 2009 et se sont densifiés à partir de mai 2008.

9b) La perspective transnationale va de pair, aux deux rives de la Méditerranée, avec l’attention portée à l’échelle locale. D’où le choix de l’assise territoriale de la recherche en Andalousie : un ensemble de 11 municipalités réparties entre quatre provinces dont le poids respectif dans l’échantillon de notre enquête ne correspond pas à une reproduction stricte des inégalités inter-municipales de la distribution du groupe ciblé dans la région. Pourtant, sans prétendre une parfaite représentativité, l’ensemble recouvre un vaste éventail des diverses réalités de l’immigration marocaine en Andalousie : par la distance entre les effectifs concernés, mais aussi les différences de la chronologie des arrivées et des contextes locaux (Cohenet Capote, 2007).

10c) La variabilité spatiale de l’immigration et de ses cadres sociaux étant liée aux dynamiques qui leur sont propres, il était question de saisir la dimension temporelle des faits, en nous efforçant de dater les évolutions avec la précision possible. Aussi bien par le questionnaire d’enquête que par les entretiens, notre démarche a été souvent rétrospective. Mais nous l’avons voulue aussi en partie longitudinale, en faisant le choix d’une enquête à passage répété, dans les limites du court terme qui sont forcément celles de notre recherche : le premier tour (mars-juin 2007), suite immédiate au travail indispensable de repérage, fournit la base du panel d’immigrés qui fut à nouveau enquêté à deux reprises (en février-avril et en octobre-décembre 2008), avec quelques adaptations du questionnaire, assurant ainsi un suivi étalé sur une période de presque deux ans. Un amenuisement conséquent de l’échantillon à chaque passage n’a pas fait surprise : 481 contacts récupérés au deuxième tour et 416 au troisième (nouveaux refus compris dans les deux cas). La « perte » de 29 % des effectifs sur les deux ans n’est pas négligeable. Cependant, à l’encontre d’une généralisation stéréotypée, le trait dominant partout révélé par ce travail de terrain est bien une continuité largement majoritaire de la présence sur place des immigrés. La réduction est plus marquée à El Ejido, un des plus gros centres d’agriculture intensive du Sud-Est de l’Espagne (d’un tiers, et de 2/5 à Torrox) ; partout ailleurs les cas conservés approchent ou dépassent les 3/4 des apports municipaux à l’effectif de base. Cette tendance générale et ses disparités locales font appel à une conjugaison d’éléments explicatifs, structurels (renouvellement ininterrompu des vecteurs et des foyers d’instabilité) et conjoncturels (mobilité saisonnière en fonction des variations de l’emploi dans les secteurs de l’agriculture et de l’hôtellerie), sans oublier la grave crise de l’emploi (très aiguë dans le bâtiment) qui a fait brusquement irruption à partir de l’été 2008. D’ailleurs, la frontière entre permanence et départ n’est pas toujours nette : une mobilité habituelle (quotidienne, hebdomadaire, saisonnière ou à intervalles variables) peut assurer la continuité de certaines présences dans la discontinuité. Les entretiens qualitatifs fournissent une information précieuse à cet égard.

1.2 - Au Maroc

11S’inscrivant dans la démarche d’articulation et d’interdépendance, le projet consiste au niveau du Maroc à s’interroger sur la dynamique et les mécanismes des réseaux ainsi que sur les axes de la circulation qui structurent les champs de la mobilité entre le Maroc et l’Andalousie. Il avait à approfondir les histoires migratoires des familles d’origine des émigrés pour examiner dans leurs contextes les flux qui ont ouvert la voie à leur installation en Espagne et en Andalousie. Il cherchait enfin à analyser la vie relationnelle qui s’organise entre les migrants marocains en Andalousie et leurs familles restées au pays. Il s’agissait en somme d’étudier les relations possibles entre l’émigration vers l’Espagne et l’installation en Andalousie, d’un côté, et, de l’autre, la trajectoire familiale de la mobilité des immigrés, d’évaluer l’efficacité des réseaux migratoires et des rôles qu’ils jouent dans le parcours de l’immigré afin d’identifier les contours possibles et spécifiques de l’immigration andalouse. Pour cela le travail repose sur deux enquêtes focalisées sur la famille de l’émigré. La première s’oriente vers une collecte de données quantifiables sur les émigrés et leurs familles, et la seconde plus qualitative se concentre sur l’itinéraire d’un seul émigré et reprend le trajet de la mobilité familiale, avec l’objectif d’approfondir la compréhension des mouvements.

12a) L’approche quantitative à travers l’enquête dans les foyers d’origine s’imposait comme un préalable et visait à révéler les grands traits de l’émigration marocaine vers l’étranger en général et vers l’Espagne en particulier. Elle a été circonscrite aux foyers migratoires qui ont été identifiés comme les plus représentatifs des lieux d’origine des émigrés enquêtés en Andalousie. Ses objectifs étaient multiples : évaluer de façon quantitative le poids de l’émigration vers l’Espagne dans le total de l’émigration des Marocains vers l’étranger, caractériser le milieu social d’où est issu l’émigré à travers le profil de sa famille d’origine, déterminer les profils des émigrés avant le départ en fonction d’une série de variables socio-démographiques, reconstruire les trajectoires des migrants au Maroc et esquisser une cartographie des territoires de la migration vers l’Andalousie, et identifier les types de relations qu’entretient l’émigré avec sa famille restée au pays.

13Le questionnaire cherchait à saisir l’ampleur du phénomène migratoire qui touche les familles des personnes enquêtées et à se documenter sur les émigrés eux-mêmes à travers des variables quantitatives concernant huit émigrés éventuels puis des informations plus qualitatives relatives à un émigré, le plus proche à l’enquêté, portant sur le projet migratoire de cet individu. En principe les questions sur l’expérience migratoire et le nombre de tentatives devaient aider à reconstruire les itinéraires à partir du point de départ, c’est-à-dire le lieu de résidence habituel, jusqu’au franchissement de la frontière. Le dernier aspect abordé par le questionnaire concernait la relation entretenue par l’émigré avec sa famille et son pays d’origine.

14Pour mieux maîtriser la problématique de la mobilité des émigrés dans un territoire circulatoire balisé par des expériences collectives et individuelles, nous avons délimité les foyers à enquêter à partir du critère de la dernière résidence déclarée par l’immigré marocain enquêté en Andalousie. Le total des effectifs transmis par l’équipe de Grenade a été ramené à la province considérée comme l’unité spatiale pertinente, ceci a permis d’effectuer un classement des provinces en fonction de la proportion des effectifs des enquêtés. Nous avons retenu les provinces les plus pourvoyeuses d’émigrés vers l’Andalousie et les villes enquêtées sont les principaux pôles émetteurs d’émigrés vers l’Espagne. Ce sont par ordre décroissant :

15- Nador dans le Rif oriental,
- Béni Mellal et Khouribga dans la plaine du Tadla et le plateau des phosphates,
- Tanger et Tétouan dans la péninsule tingitane,
- Oujda dans l’Oriental,
- Larache dans le bas Loukkos,
- Kénitra, Rabat, Salé et Casablanca dans le littoral nord-moyen atlantique.

16Pour cerner les catégories à enquêter, en l’absence d’une population souche pouvant servir de référence pour choisir un échantillon, nous avons procédé par empirisme en ciblant la catégorie des jeunes scolarisés du niveau de la classe terminale des lycées ou des deux premiers semestres de l’université. La préférence pour cette catégorie dans une enquête sur l’émigration est justifiée par les faits suivants :

17- les études sur l’émigration vers l’Espagne d’une manière générale ont montré l’importance prise par les catégories des plus jeunes. Les élèves et les étudiants suivent de près les informations sur ce sujet et se renseignent auprès de leurs proches et de leurs amis déjà partis sur les possibilités de suivre leur exemple. Ils sont donc généralement bien informés, mieux que les adultes, sur ce genre de questions ;
- c’est une catégorie qu’on peut facilement approcher et qui est peu réticente à répondre aux questionnaires surtout aux questions qui touchent aux aspects légaux ou illégaux de la migration ;
- enfin c’est une catégorie facile à aborder dans un cadre qui ne présente pas de contraintes majeures, d’ordre administratif, pour les enquêteurs.

  • 5 Pour des raisons de calendrier administratif de l’étude, le lancement de l’enquête Maroc est interv (...)

18Pour le choix des effectifs à enquêter nous nous sommes basés sur les proportions enregistrées par chaque province d’après les résultats de l’enquête en Andalousie. Étant donné que cette dernière nous a renseigné sur les provenances d’un effectif de 4875 personnes, et comme nous ne savons pas à quoi il correspond en terme de grandeur de proportion au niveau des foyers d’émission, et du moment que nous cherchons à disposer d’une population de référence pour les enquêtes futures, nous avons conventionnellement multiplié l’effectif déduit de l’enquête en Andalousie au niveau de chaque ville par 10. L’effectif retenu pour être enquêté à ce niveau-là est donc proportionnel au poids de la province respective dans l’échantillon enquêté en Andalousie.

19b) Les entretiens qualitatifs avec les familles d’origine des émigrés en Andalousie sont intervenus dans un deuxième temps. En effet, appréhender la problématique migratoire en se basant sur le seul volume des flux et leurs caractéristiques nous paraissait réducteur pour rendre compte des déterminants socio-économiques et géographiques de cette migration. Afin d’atteindre la dimension occultée par les données générales, notamment les expériences personnelles des individus que le chiffre est incapable de traduire, nous avons complété la première enquête quantitative par des entretiens adressés aux familles des émigrés enquêtés dans les provinces andalouses.

20Ces entretiens avaient pour objectifs de reconstruire le projet migratoire de l’individu, en rétablissant sa trajectoire au Maroc, retrouver les relations possibles entre l’émigration et la mobilité résidentielle et sociale éventuelle de la famille, et voir dans quelle mesure une vie relationnelle perdure entre l’émigré et sa famille restée au pays d’origine.

21L’originalité de ces entretiens est qu’ils ont été menés selon une démarche fondée sur la coordination et la simultanéité avec les entretiens réalisés en Andalousie. C’est-à-dire que les personnes ciblées pour les entretiens au Maroc ont un rapport familial avec l’émigré enquêté en Andalousie dont le consentement a été une condition nécessaire.

22Les entretiens ont été semi-directifs et s’appuyaient sur une grille de questions articulées sur 6 axes : i) le profil de la famille de l’émigré, ii) les membres du ménage interviewé en situation migratoire (motifs du départ, itinéraire…), iii) la perception de l’étranger par l’interviewé, iv)le profil de l’émigré enquêté en Espagne, v) l’appréciation familiale sur l’aboutissement du projet migratoire, vi) la vie relationnelle avec la famille restée au pays et la localité d’origine. Ces entretiens se sont déroulés entre juillet 2008 et juin 2009 et ont porté jusqu’à maintenant sur 27 familles.

  • 6 À partir des rapports de base élaborés par Alberto Capote et Verónica de Miguel (université de Gren (...)
  • 7 En se basant sur des analyses préliminaires de Mohammed Aderghal et Mohamed Berriane. Voir égalemen (...)

23L’analyse succincte qui suit est le résultat de cette approche croisée d’un même phénomène observé de façon simultanée au nord et au sud. Certes les caractéristiques et les contextes différents des deux enquêtes ne permettent pas de déboucher toujours sur des appréhensions similaires de ces migrations. Et c’est déjà un résultat pertinent de la méthode qui illustre les limites et le caractère parfois unilatéral des démarches qui n’observent le phénomène qu’à un bout, soit à son départ, soit à son aboutissement. Mais nous avons également constaté une convergence considérabledes résultats obtenus permettant de caractériser ces migrations de façon satisfaisante. Les premiers résultats exposés dans les pages qui suivent proviennent, en ce qui concerne l’approche à partir des espaces d’immigration, d’une exploitation de l’enquête mentionnée ci-dessus limitée pour l’occasion aux origines-destinations des immigrés, leurs caractéristiques socio-démo-géographiques et l’expérience de migration internationale de leurs familles6. Portant sur les mêmes paramètres, un premier traitement de l’enquête quantitative organisée sur les lieux d’origine que complète l’exploitation des premiers entretiens qualitatifs avec les familles des émigrés marocains en Andalousie permet de présenter les résultats de l’approche du sud qui recoupent les premiers7.

Tableau 2 - Proportions de chaque ville (chef-lieu de province ou de préfecture) dans la population totale enquêtée

Tableau 2 - Proportions de chaque ville (chef-lieu de province ou de préfecture) dans la population totale enquêtée

Tableau 3 - Répartition géographique des entretiens réalisés et liens de parenté interviewés/migrants

Tableau 3 - Répartition géographique des entretiens réalisés et liens de parenté interviewés/migrants

2 - Origines géographiques et destinations des migrants marocains en Andalousie

2.1 - Vu du Maroc : la place de l’Espagne et de l’Andalousie dans l’émigration marocaine

  • 8 Voir l’abondante bibliographie contenue dans B. López et M. Berriane dir. (2004). Pour une mise au (...)

24L’émigration marocaine vers l’Espagne voisine est considérée comme le phénomène migratoire majeur de ces dernières décennies. Cela a été bien démontré par différentes études8 sur la base de statistiques officielles espagnoles ou marocaines. Les données de notre enquête spécifique sur les lieux d’origine permettent d’aller un peu plus loin dans l’analyse et de mettre en évidence certaines évolutions caractéristiques de ces dernières années. Il s’agit des grandes mutations de la migration marocaine des années 90 à savoir l’élargissement du phénomène migratoire, limité initialement aux régions périphériques en difficulté et au milieu rural, à l’ensemble du territoire marocain et notamment aux villes. Cet élargissement de l’espace d’origine au niveau national, s’accompagne d’un autre élargissement des destinations avec l’apparition de nouveaux pays comme l’Espagne ou l’Italie. On se demande à quel point ces flux migratoires qui mettent en relation de nouveaux foyers de départ au Maroc et de nouvelles destinations en Europe seront différents des flux qui relevaient de l’ancien système migratoire qui reliait le Maroc aux destinations comme la France ou la Belgique. L’approche des migrations marocaines vers l’Andalousie du côté du Maroc complète l’approche du côté andalou dans la mesure où elle fournit pour l’échantillon enquêté au Maroc les autres destinations en Espagne et en Europe, ce qui permet de saisir le poids et la spécificité de cette migration dans l’ensemble des destinations.

25En se basant sur les données de l’enquête Maroc et si on se limite aux seules données de la famille restreinte, on relève que sur une population totale de 23 105 personnes touchées par l’enquête, les émigrés représentent 8,2 %. C’est là une valeur proche de la proportion relevée au niveau national en 2005, soit 8,6 % d’émigrés. Le poids de la population émigrée apparaît encore mieux au niveau familial. Sur la totalité des familles enquêtées, 27,9 % comptent parmi leurs membres un émigré à l’étranger, avec une moyenne de 1,8 émigrés par famille.

26Sur 10 541 émigrés recensés pour la totalité des familles (restreintes et élargies), 44,8 % reviennent à l’Espagne. Lorsqu’on ne considère que la famille restreinte ce sont 46,1 % des membres émigrés de ces familles qui ont choisi l’Espagne comme pays d’immigration. De façon générale on est frappé par le nombre élevé de déclarations des deux nouvelles destinations européennes : 43,2 % des émigrés sont en Espagne et 12,5 % en Italie, soit un total de 55,7 % (contre seulement 32,2 % pour toutes les destinations européennes traditionnelles : France, Belgique, Hollande, etc.). Ces données globales illustrent le poids de plus en plus important de l’Espagne dans l’émigration marocaine (fig. 2).

Fig. 2 - Part de l'Espagne parmi les émigrés déclarés par leurs familles sur les lieux d'origine

Fig. 2 - Part de l'Espagne parmi les émigrés déclarés par leurs familles sur les lieux d'origine

Source : Enquête Maroc

27Au sein de l’Espagne, l’Andalousie comme région d’accueil occupe une part non négligeable : 14,6 % des émigrés déclarés pour le total des familles restreintes et élargies, ce qui rejoint les données des statistiques espagnoles officielles (le Padrón).

28La prise en compte de la place de l’Andalousie selon les provinces marocaines d’origine dégage trois ensembles. Beni Mellal et Casablanca affichent les moyennes les plus fortes (22 à 27 % des déclarations de résidences des populations originaires de ces villes reviennent à l’Andalousie), alors que des villes comme Tétouan et Nador approchent ou atteignent lamoyenne. D’autres villes (Tanger, Larache) bien qu’émettant des flux important vers l’Espagne n’accorderaient à l’Andalousie que des flux comparativement discrets par rapport à ceux qui ont emprunté d’autres destinations. Il est ainsi remarquable de constater que parmi les villes dont les originaires sont peut-être moins présents qu’on s’y attendrait en Andalousie figurent des villes du Nord du pays qui sont fortement liées à l’Espagne par l’histoire et la culture et qui pour ces mêmes raisons ont de longue date alimenté les flux migratoires marocains vers le pays voisin. Les originaires de ces villes du Nord du Maroc se concentrent surtout en Catalogne et dans la région de Madrid. En même temps des régions du centre qui n’ont pas de liens historiques avec l’Espagne semblent concentrer l’essentiel de leurs populations immigrées en Andalousie avec une présence moindre en Catalogne et à Madrid (Béni Mellal et Casablanca).

2.2 - Vu de l’Andalousie : diversification inégale des provenances, variations locales

29D’une manière générale, notre échantillon confirme les traits principaux de la dynamique géographique de l’émigration marocaine vers l’Espagne que B. López et M. Berriane (2004) avaient dégagés pour les années 1990 à partir des registres consulaires marocains : une considérable extension spatiale du phénomène à partir de certains grands foyers « traditionnels » qui on gardé leur vigueur (l’ensemble Rif-Oriental, l’axe atlantique et la péninsule tingitane), l’émergence tardive – dans l’histoire générale de l’émigration marocaine – du puissant foyer du Maroc central (Tadla-Plateau des phosphates-Atlas central), et l’effacement quasiment complet de la vieille composante pionnière soussie. Ainsi, la diversification des provenances « régionales » n’a limité que relativement la concentration des origines des flux : qu’il s’agisse des lieux de naissance ou des résidences au Maroc déclarées par nos enquêtés, les quatre grands ensembles mentionnés (central, rifain-oriental, atlantique et tingitan, dans l’ordre décroissant) totalisent 9 immigrés sur 10. L’effet le plus visible de suivre le critère des lieux de dernière résidence c’est qu’il rapproche les fréquences à l’intérieur de ce groupe, notamment dans la mesure où il fait sortir le Nord-Ouest de la position plutôt modeste qui lui revient lorsqu’il s’agit des lieux de naissance ; aussi la participation de l’axe atlantique en est renforcée, en même temps que baissent celles du couple Rif-Orientale et surtout de la région centrale (fig. 3): ces changements sont les signes de migrations internes situées en amont des parcours des immigrés dans nos municipalités andalouses, mais ne recouvrent pas la totalité de ce type de trajectoire migratoire.

Fig. 3 - Régions d’origine et régions de dernière résidence au Maroc

Fig. 3 - Régions d’origine et régions de dernière résidence au Maroc

Source : Enquête DINAMO

30L’échelle des provinces et des préfectures de provenance précise davantage la configuration géographique des flux vers l’Espagne côté marocain : 44 ont été inventoriées sur notre échantillon ; mais les 6 les plus représentées parmi les lieux de naissance dépassent à elles seules la moitié de l’effectif total (52 %) : Béni Mellal, Nador, Casablanca, Larache, Al Hoceïma et Kénitra (dans l’ordre décroissant). Tanger-Assilah et Khouribga complètent le groupe des provinces fournissant au moins 20 cas ; la première, destination principale des migrations réalisées préalablement par nos enquêtés à l’intérieur du Maroc, passe au troisième rang du classement provincial à partir des lieux de résidence, entre Béni Mellal et Nador, qui la précèdent, et Casablanca, Larache, Tétouan et Kénitra, qui viennent ensuite : ces sept provinces concentrent près des 2/3 de l’échantillon (63 %).

31En croisant des données sur les lieux d’origine au Maroc et les communes de résidence en Andalousie on relève des variations locales qui traduisent l’existence de filières migratoires à orientations géographiques partiellement spécialisées (fig. 4).

Fig. 4 - Régions de naissance selon les lieux d’immigration

Fig. 4 - Régions de naissance selon les lieux d’immigration

Source : Enquête DINAMO

32Dans le groupe des quatre destinations les plus représentées sur notre échantillon, on note ainsi, dans le chef-lieu de la province d’Almeria, le poids de la migration provenant du Maroc central (majoritairement de la province de Béni Mellal, comme il arrive aussi parmi les immigrés de Nijar et de Zafarraya), suivie par les Rifains (surtout de Nador) qui sont très présents aussi à El Ejido et dans la capitale provinciale grenadine. À El Ejido, c’est Kénitra qui fournit le contingent provincial le plus nombreux, tandis qu’à Marbella la primauté revient aux originaires des provinces de Tétouan et Tanger-Assilah (contrairement à la petite commune d’Albuñol, sur la côte grenadine, où l’immigration marocaine est issue surtout de la province de Larache). Le tableau résultant des lieux de résidence au Maroc reproduit celui des lieux de naissance, à peu de différences remarquables près, dont une présence plus nombreuse de la provenance tingitane dans la ville de Grenade qui va de pair avec une diminution de celle du Rif (surtout d’Al Hoceïma). Les réseaux de sociabilité des migrants (de voisinage, familiaux) jouent un rôle considérable dans leurs choix de localisation et, pour cela, dans la géographie des flux. Nous nous y arrêterons quelque peu quand nous aborderons les histoires migratoires familiales.

2.3 - Les familles d’origine de la migration marocaine en Andalousie

33S’intéresser à l’origine des migrants marocains en Andalousie ne peut pas se limiter aux seules origines géographiques. L’origine sociale informe entre autre sur les raisons qui se trouvent derrière le déclenchement de la migration et celle-ci est généralement présentée comme une solution aux problèmes socio-économiques vécus au niveau du pays d’origine. Elle devrait donc émaner théoriquement des catégories sociales les plus défavorisées. Or, il semblerait que dans le contexte actuel de l’émigration marocaine vers l’Espagne et l’Andalousie, le profil social des candidats au départ tende à se diversifier, et la recherche d’une vie ailleurs est un choix qui n’est plus soumis aux seules contraintes matérielles. Pour approcher cette nouvelle réalité migratoire nous nous sommes intéressés donc à certains aspects relatifs à la catégorie sociale de la famille de l’émigré au Maroc et à son statut socio-professionnel avant le départ et ce à partir des données de l’enquête sur les lieux d’origine.

34Ce sont des familles assez nombreuses : la catégorie des familles de 6 à 9 membres tourne autour de 55 % de l’échantillon et celle des 3 à 5 personnes avoisine les 37 %. Les émigrés sont issus généralement de familles dont le père est soit patron (26,9 %), soit salarié du secteur privé ou de l’État (22,1 %), les journaliers et les gérants constituent chacun 20 % de l’ensemble (fig. 5).

Fig. 5 - Profession du père dans les familles avec ou sans émigrés

Fig. 5 - Profession du père dans les familles avec ou sans émigrés

Source : Enquête Maroc

35La répartition par secteur d’activité donne une relative dominance au secteur des services qui englobe aussi l’administration publique dans le cas de ceux qui ont spécifié la profession du père, soit 10,8 % du total des familles ayant au moins un émigré.

36Le type de logement prédominant est la maison individuelle de type traditionnel (69,6 %) et 88,5 % des chefs de foyers sont des propriétaires contre 8 % de locataires. Les proportions enregistrées par les familles ayant des émigrés en Espagne sont dans les mêmes ordres de grandeur. Si l’on considère que les maisons individuelles correspondant à un logement familial construit sur un lotissement et comprenant de un à trois étages avec garage est une forme d’habiter à laquelle les familles marocaines accèdent d’une manière générale sur la base d’un autofinancement collectif, l’on peut dire que les émigrés sont généralement issus de familles dont les caractéristiques correspondent à celles de vastes couches de la société marocaine. En somme, ni le type de logement, ni le statut de la propriété ne différencient réellement les familles n’ayant pas d’émigrés de celles dont des membres ont émigré (fig. 5). Finalement, l’hypothèse selon laquelle la migration va toucher prioritairement des familles en grandes difficultés socio-économiques est loin de se vérifier.

3 - Profils socio-démographiques des migrants marocains en Andalousie

37Tel que décrit par la littérature classique sur les migrations, le profil de l’émigré marocain des premières phases de cette migration était dominé par des hommes d’un âge adulte, analphabètes et d’origine rurale. Les recherches récentes ont montré que ce profil a changé considérablement suite à diverses mutations dont les transformations du profil socio-démographique des candidats à l’émigration. Les résultats de nos investigations aussi bien celles sur les lieux d’origine que celles des lieux d’immigration convergent pour dresser un profil du migrant qui confirme ces mutations avec quelques spécificités pour l’Andalousie.

3.1 - Une immigration jeune et à dominante masculine (en voie d’atténuation)

  • 9 Enquête lieux d’origine – Maroc.

38Au départ du Maroc, les déclarations des ménages laissent entrevoir une structure par âge des membres émigrés fortement jeunes, jeunesse encore plus marquée en Andalousie par rapport au total des émigrés vers l’Europe ou vers l’Espagne. La classe d’âge 18-29 ans est remarquablement élevée puisqu’elle représente 45,5 % pour la moyenne de la population installée en Andalousie (contre 31,5 % pour le total des émigrés déclarés), alors que celle des 30 à 49 dépasse les 37 % en Andalousie contre 34,9 % pour la moyenne de l’Espagne. Par contre les plus de 60 ans ne fournissent que 1,0 % en Andalousie contre 3,4 % pour les émigrés dans les autres pays européens9.

  • 10 Enquête lieux d’immigration – Andalousie.

39La population déjà installée en Andalousie confirme cette constatation. Même dans un échantillon composé par définition de personnes âgées d’au moins 18 ans, la jeunesse apparaît comme un des traits démographiques qui marquent la présence marocaine en Andalousie10 (fig. 6): les 3/4 de l’effectif enquêté sont compris entre 18 et 40 ans, et la moitié entre 25 et 35 ans, des proportions qui – en bonne correspondance avec les critères d’échantillonnage précédemment décrits – reproduisent de très près celles de la population marocaine en Andalousie inscrite au Padrón (au-dessus du même seuil d’âge). Dans 85 % des cas, les migrants avaient moins de 35 ans lors de leur arrivée en Espagne (y compris 10 % avec moins de 18 ans) : le caractère habituellement sélectif des migrations s’exprime donc ici, tout d’abord, par une prépondérance très accusée des jeunes acteurs.

Fig. 6 - Pyramide des âges de l’échantillon enquêté en Andalousie

Fig. 6 - Pyramide des âges de l’échantillon enquêté en Andalousie

Source : Enquête DINAMO

40Les hommes y sont pour presque 70 %, mais le contraste est vif entre les destinations observées : des compositions beaucoup plus équilibrées que l’on trouve à Grenade et à Marbella (avec plus de 40 % de femmes), voire à Roquetas (38 % de femmes) qui fait exception parmi les municipalités de la province d’Almeria, à une surreprésentation masculine plus marquée ailleurs. Les structures et les conditions de l’emploi déterminent dans une large mesure ces variations locales, sans négliger pour autant l’incidence d’autres facteurs comme l’accès au logement. En général, la présence féminine est moindre là où l’agriculture est le principal secteur d’emploi de la main‑d’œuvre immigrée et où les conditions d’installation de celle-ci s’avèrent plus précaires, favorisant une mobilité géographique persistante. La ville d’Almeria (seulement 23 % de femmes parmi les enquêtés de cette commune) donne un profil très éloigné de celui que l’on observe à Grenade et à Marbella, malgré l’importance et l’ancienneté relative de l’immigration marocaine dans sa province.

41Cette présence de la femme permet d’avancer que cette migration bien que relativement récente est en train de connaître une mutation démographique qui se manifeste par une tendance à la constitution des familles par regroupement familial, au vieillissement des émigrés de la première heure, et à la montée d’une nouvelle génération née sur place.

42Mais les entretiens qualitatifs menés au Maroc attestent aussi de flux de migrants de sexe féminin à titres individuels et souvent célibataires, divorcées ou veufs. L’acceptation de la mobilité des femmes dans une société jusqu’ici conformiste est le résultat d’une transformation socio-culturelle imposée non seulement par une plus grande ouverture sur l’autre, mais surtout par la pression des besoins matériels qui pèsent sur la vie des familles. La femme a aussi rejoint le monde du travail et s’investit de plus en plus des mêmes responsabilités à l’égard de la famille que l’homme, en ville comme à la campagne. Au même titre que l’homme, la femme sera tentée par l’émigration, quel que soit son statut familial.

3.2 - Prépondérance des célibataires au départ, inversée assez tôt par la suite

43Parmi les émigrés déclarés par leurs familles au Maroc, 67,5 % de ceux installés en Andalousie étaient célibataires à leurs départs contre 66,5 % pour ceux installés en Espagne (toutes destinations confondues) et 58 % pour le collectif déclaré pour l’Europe, avec une différence notable selon les sexes : 70 % pour les hommes et 42,8 % pour les femmes. L’enquête andalouse menée directement auprès des immigrés eux-mêmes a confirmé ces moyennes avec une très forte concordance. Deux immigrés sur trois étaient célibataires au moment d’émigrer, ce qui est en rapport étroit avec la composition très majoritairement masculine des flux et avec sa jeunesse : 71 % des hommes restaient célibataires à leur arrivée en Espagne, alors que le pourcentage d’émigrées célibataires n’atteignait pas 42 %, du fait de l’impact différentiel selon le sexe de la migration de « regroupement familial ». Chez les hommes, le célibat est le statut matrimonial le plus fréquent à l’émigration dans les groupes d’âge jeunes jusqu’aux 25-34 ans (compris), tandis que pour les femmes la dominante célibataire s’arrête au seuil des 25 ans, trois femmes sur quatre émigrées dans le groupe d’âge des 25-34 ans étant mariées. Outre les différences d’âge au mariage entre hommes et femmes, on perçoit dans ces chiffres la tendance au retard des noces qui a eu lieu au Maroc au cours des dernières décennies (Fargues, 1988 et 2003).

44Ce tableau subit une mutation substantielle lorsqu’il s’agit du statut matrimonial actuel des immigrés. Le pourcentage des célibataires se réduit presque de moitié (un peu moins de 40 % des hommes et 20 % des femmes). Le mariage après migration touche 28 % de l’échantillon (et presque 1/3 des hommes) : il a eu lieu au Maroc dans les 3/4 des cas, et avant la phase initiale de notre enquête (la plupart) ou bien pendant la période de déroulement de celle-ci. Toutefois, en dessous des 35 ans les célibataires restaient légèrement majoritaires (les deux sexes confondus) en début d’enquête.

45Nous avons tenté une typologie incomplète des ménages immigrés en Andalousie en tenant compte à la fois du statut matrimonial actuel de chaque personne enquêtée et éventuellement du pays de résidence de sa famille conjugale (conjoint et fils/filles). Les enquêtés cohabitant avec leurs familles nucléaires complètes comptent pour 50 % de nos interlocuteurs au premier passage (45 % des hommes et 60 % des femmes), les célibataires pour 1/3. Ce qui est intéressant c’est qu’on confirme que, assez souvent, les regroupements familiaux ont mis relativement peu de temps à se produire (Gómez, 2004) : ils touchent 38 % des enquêtés arrivés en Espagne à partir de 2000, et même 30 % de ceux qui sont venus depuis 2003. En revanche, les permanences très longues n’entraînent pas toujours des mouvements de regroupement, pouvant s’accompagner par contre de visites très fréquentes à la famille restée au Maroc. Les entretiens qualitatifs réalisés en Andalousie comme au Marocnous ont renseigné sur la diversité des circonstances et des choix des migrants, la proximité géographique entre l’immigré et le lieu de résidence familial amenant parfois le premier à substituer par une circulation intense la migration des siens.

3.3 - De moins en moins d’illettrés et de précarité extrême au départ

46L’émigration vers l’étranger comme solution aux problèmes socio-économiques vécus au niveau du pays d’origine a longtemps constitué le lot des catégories sociales les plus défavorisées et parmi les raisons invoquées pour expliquer les causes de cette émigration, on fait référence souvent au chômage, au sous-emploi et à la précarité d’une manière générale. Or, dans le contexte actuel de l’émigration, le profil social des candidats au départ tend à se diversifier, et la recherche d’une vie ailleurs est un choix qui n’est plus soumis aux seules contraintes matérielles.

47Vu du Maroc, plus de 81 % de nos émigrés savaient lire et écrire au moment de leur émigration, dont 41,8 % ont un niveau scolaire secondaire et 16 % un niveau supérieur contre 17,7 ayant un niveau primaire et 6 % qui n’ont pas dépassé l’école coranique. Si on considère cette fois le collectif d’immigrés enquêté en Andalousie on constate que les résultats divergent légèrement. Un tiers de l’échantillon a complété des études secondaires, sans compter 10 % qui ont fait des études universitaires. Des proportions semblables ont été relevées pour ceux qui en sont restés à la formation élémentaire (29 %) et ceux qui n’en ont pas eu ou n’ont pas complété ce niveau-là (28 % ; 18 % d’analphabètes). Certes, une telle répartition amène à penser au poids qui correspond à la ville de Grenade dans l’effectif total : 2/3 des Marocains que nous y avons enquêtés ont suivi au moins une formation secondaire et un sur cinq des études supérieures, contre 10 % d’illettrés (qui représentent, en revanche, 1/3 des cas à Almeria et à El Ejido, face à 30 % avec formation secondaire ou au-delà dans cette dernière ville). Le fait que l’université de Grenade soit celle qui accueille en Espagne le plus grand nombre d’étudiants marocains est une des raisons de la spécificité grenadine, mais il est loin de l’expliquer totalement. Si on excluait les réponses de la ville de Grenade de notre échantillon, les proportions seraient de 32 % aussi bien pour les illettrés (au sens large) que pour les formations élémentaires, de 36 % pour les secondaires ou supérieures : une variation non négligeable mais qui ne confirme pas moins les profils contrastés au sein du collectif immigré et des ordres de grandeur qui ne s’éloignent que très peu de ceux repérés par d’autres enquêtes de terrain sur l’immigration marocaine en Espagne (Aparicio et al., 2005).

48On relève aussi des différences en fonction des lieux de naissance entre les grandes régions d’émigration (position relativement avantageuse des immigrés de l’axe atlantique, plus forte présence des moins qualifiés parmi ceux du Maroc central), mais c’est au niveau des provinces qu’elles se creusent et deviennent plus significatives : de 68 % d’originaires de Casablanca avec au moins formation secondaire à 16 % pour ceux de Kénitra ; de 53 % des Tangérois à 20 % pour ceux de Larache… La variable formation contribue ainsi à préciser le caractère sélectif que recèlent les courants migratoires différenciés qui participent aux flux entre le Maroc et l’Andalousie et configurent des tableaux socialement et spatialement contrastés suivant les combinaisons variables entre les localisations de provenance et de destination que nous avons vues précédemment. Signalons enfin que spécifiquement chez les femmes, le profil de qualification s’élève avec la féminisation des effectifs, celle-ci dépendant à son tour des structures local d’« accueil » : les plus formées sont proportionnellement trois fois plus nombreuses à Grenade, presque autant à Roquetas et deux fois plus nombreuses à Marbella, qu’à Almeria et à El Ejido, et on retrouve ces variations dans le sens inverse en ce qui concerne les illettrées.

  • 11 Enquête lieux d’origine – Maroc.

49À propos maintenant de la situation professionnelle avant l’émigration, on constate que sur le total des effectifs des émigrés, 26,7 % étaient déclarés chômeurs avant le départ et 45,6 % étaient des actifs occupés, alors que 18,6 % seulement étaient considérés comme étudiants11. Par rapport à ces moyennes, il ressort du cas des émigrés résidents en Espagne et en Andalousie qu’ils étaient plus nombreux à être actifs occupés (48,5 %) ou chômeurs (28,9 %). Ce qui signifie que les motivations qui poussent à l’émigration ne relèvent pas toujoursd’une recherche stricte de subsistance matérielle. Cette conclusion est appuyée par les entretiens, surtout dans le cas de certains émigrés issus des villes avec un niveau d’étude avancé et qui occupaient avant le départ des fonctions dans l’administration publique ou dans des entreprises privées. Car à la campagne comme dans certains quartiers urbains déshérités, l’activité déclarée se réduit souvent à un travail peu rémunéré dans un secteur informel, commerce et services, ou dans l’agriculture et le bâtiment. Dans ce cas les personnes interviewées justifient la résolution de l’émigré à partir par sa recherche à se libérer du carcan de la pauvreté dans lequel il est maintenu en dépit de son statut d’actif occupé.

4 - L’expérience migratoire

50Les expériences des Marocains migrants en Andalousie illustrent de nouvelles pratiques de mobilité qu’imposent les mutations récentes du contexte migratoire. Elles évoluent selon des trajectoires individuelles très variables et changeantes en fonction des conjonctures. Elles intègrent surtout de nouvelles destinations sans tradition en matière d’immigration, suite à l’élargissement du champ migratoire.

4.1 - Une immigration majoritairement récente vers une destination privilégiée

51Bien que cette immigration figure parmi celles qui sont à l’origine du tournant de la balance migratoire espagnole (et andalouse) depuis déjà un bon quart de siècle, et que pour cela son accroissement à la fin des années 1990 et dans les années 2000 n’ait pas revêtu l’allure spectaculaire d’autres flux vers l’Espagne, l’empreinte de ce bond récent marque singulièrement la chronologie des flux entre les deux pays. Il en ressort nettement ainsi des courbes des années d’arrivée en Espagne qui laissent voir la force de l’élan entre 1996 et 2001, suivi d’une décélération relative – moins prononcée chez les femmes –, cependant des fréquences toujours élevées (fig. 7). Ceux qui y sont venus à partir de 2000 frôlent les 3/5 de l’effectif au premier passage de l’enquête et les arrivés depuis 2003 y comptent pour plus de 1/4, alors que les présences les plus anciennes (d’avant 1992) n’en dépassent pas 10 %.

Fig. 7 - Années d’immigration en Espagne

Fig. 7 - Années d’immigration en Espagne

Source : Enquête DINAMO

52Du côté du Maroc, les déclarations des ménages vont dans le même sens. Du total des immigrés installés en Espagne, 69 % sont arrivés après 2000, contre 44 % pour ceux partis pour les pays d’immigration traditionnelle. Là aussi l’Andalousie s’individualise par rapport au reste de l’Espagne par la continuité dans la progression des flux qu’elle a accueillis. Aprèsune phase de progression, 1,7 % avant 1980, 10,8 % entre 1980 et 1990, il y a eu une phase de stagnation, 10,8 % entre 1990 et 2000, avant que la région ne connaisse une progression vertigineuse des flux, 76 % après l’an 2000.

  • 12 Enquête lieux d’immigration – Andalousie.

53La durée relative des présences au pays d’immigration (exprimée en % des âges en début d’enquête) ajoute de la valeur sociologique à la chronologie12. Pour environ 2/3 des immigrés elle n’atteint pas 25 % de leur vie, mais près de 1/3 en accumulent de 25 à 50 % en Espagne, 1 sur 20 dépassant 50 %. Les variations repérées selon les destinations suscitent des associations déjà évoquées à d’autres propos : d’un côté, nous avons un exemple d’ancienneté relative de l’immigration marocaine à Marbella, où sa présence remonte au-delà de 2000 dans 60 % des cas et même à avant 1992 pour une fraction de presque 30 %, plus de la moitié des enquêtés qui y résident accumulant une durée d’installation en Espagne d’au moins 25 % de leur vie. Par contre, El Ejido joint à une haute fréquence des arrivés de courte date (41 % depuis 2003) une proportion nettement plus faible des présences de plus longue durée relative (30 % des enquêtés atteignent au moins 1/4 de leur vie en Espagne). Les données d’El Ejido expriment bien la juxtaposition sur cette aire de la province d’Almeria, d’une part, d’une attraction puissante de migrants et, de l’autre, de flux considérables de départ de ceux-ci, les conditions matérielles locales agissant plus clairement ici qu’en d’autres localisations à la façon d’une pompe aspirante-foulante des migrants (Pumares, 2005 ; Pumares, Garcia et Asensio, 2006).

4.2 - Une migration clandestine importante avec une diversification des conditions administratives d’accès

54Au démarrage de notre enquête en Andalousie (mars‑juin 2007), et suite aux régularisations réalisées par les gouvernements espagnols successifs en 2000, 2001 et 2005, les séjours irréguliers d’immigrés marocains n’étaient que résiduels, en dépit des variations locales subsistantes. Le tableau n’est pas du tout le même si la question des conditions administratives se pose au sujet des modes d’immigration en Espagne : les entrées clandestines forment le groupe modal avec un tiers de l’effectif enquêté. D’autres voies d’accès (visas de touriste, d’étudiant…) ont fait grossir les séjours irréguliers, dans la mesure où elles ont donné lieu à l’exercice non autorisé d’activités.

55Pour une partie des étudiants, par exemple, le projet de mener des études en Andalousie comporte une part de risque de ne pas réussir dans une carrière universitaire. Car démunis de moyens matériels suffisants, certains se mettent à la recherche d’un travail et à évoluer vers des situations de migrants en situation irrégulière, avant de chercher à régulariser leur situation administrative et à changer de perspectives quant à la nature de leur installation en Andalousie. Le passage du statut d’étudiant à celui d’immigré est bien illustré par ce cas d’un étudiant parti faire des études de doctorat à l’université de Grenade :

  • 13 Entretien réalisé au Maroc avec le frère de cet étudiant, le 22 juin 2009.

B. ne voulait pas aller en Espagne, car il n’avait pas l’intention d’émigrer. Après son baccalauréat, il avait préparé le dossier pour aller étudier en Espagne (…). Son problème c’est qu’il a vécu environ deux années de chômage ici (c’est-à-dire dans sa ville natale), vous comprenez, pour étudier il lui faut beaucoup d’argent. Il a réfléchi et s’est dit que c’est mieux de travailler, se débrouiller d’abord,…lui pensait pouvoir aider le père, aider la maison… Il y a beaucoup de facteurs qui se sont réunis et l’ont obligés à travailler. Il a été dans l’obligation de chercher un travail et d’interrompre ses études13.

56Or l’importance relevée de l’accès par un visa de regroupement familial (23 % des enquêtés en Andalousie) ou même un « contrat en origine » – censé avoir été établi avant immigration – (12 %) constitue en soi l’indice d’une régularisation généralisée et d’une installation progressive des migrants. Du reste, les inégalités entre les localités andalouses sont remarquables, notamment en ce qui concerne la fréquence de l’immigration clandestine : moins de 10 % des cas dans la ville de Grenade, de 10 à 20 % à Marbella et à Roquetas, 40 % ou plus presque partout ailleurs, voire des sommets qui se situent au-delà des 50 et 60 % (Nijar, Torrox, Albuñol et Zafarraya).

4.3 - Diversité des trajectoires migratoires, prépondérance des migrations « directes »

57Une typologie des parcours migratoires relève la fréquence modale des trajectoires simples entre le lieu de naissance au Maroc et la municipalité de destination en Andalousie. Ceci n’empêche pas que la plupart des itinéraires qui ont pu être reconstitués comprennent au moins une étape intermédiaire, que ce soit à l’intérieur du Maroc, à l’étranger ou bien conjuguant les déplacements internes et extérieurs. L’importance prise par les mouvements à l’intérieur de l’Espagne – qui comptent pour au moins 1/3 des trajectoires, étant donné que ce type de mouvement intègre aussi une bonne partie de celles qui passent par un ou plusieurs pays tiers et que nous avons toujours classées sous la rubrique « autre migration internationale » – correspond à une tendance observée aussi bien à l’appui des statistiques espagnoles des « variations résidentielles » (Recaño, 2002 ; Pumares, 2005 ; Pumares, Garcia et Asensio, 2006 ; Domingoet Bayona, 2007) que par la toute récente Encuesta Nacional de Inmigrantes (Ine, 2009).

58Or une application de cette typologie, à l’échelle des municipalités andalouses, découvre l’influence décisive de celles de la province d’Almeria (pôle principal d’immigration marocaine en Andalousie) dans la haute fréquence observée des migrations « directes » : celles-ci y dépassent toujours 50 % des trajectoires. En revanche, ce schéma migratoire est beaucoup moins fréquent partout ailleurs, que ce soit en corrélation avec un poids plus grand des migrations préalables vécues au Maroc (chez les immigrés de Grenade, entre autres), ou avec les étapes franchies en Espagne (que l’on observe particulièrement bien chez ceux qui se sont installés dans les petits pôles émergents que sont nos deux communes cordouanes), ou successivement dans les deux pays (Zafarraya) ou encore impliquant d'autre(s) étape(s) internationale(s) (situation qui se présente plus fréquemment parmi les immigrés de Marbella) (fig. 8).

Fig. 8 - Parcours migratoires selon les municipalités d’immigration

Fig. 8 - Parcours migratoires selon les municipalités d’immigration

Source : Enquête DINAMO

4.4 - Une vaste expérience familiale d’émigration, mettant à profit la solidarité et la circulation afin de se polariser sur l’Espagne

59L’enquête menée sur les lieux d’origine met en évidence une certaine dispersion par pays des membres de la famille du migrant. Les attaches familiales qu’un candidat à l’émigration peut avoir dans plusieurs pays, notamment européens, sont un facteur encourageant pour être tenté par l’aventure de l’émigration et une garantie de réussite de son expérience migratoire. Cette dispersion des émigrés issus d’une même famille dans plusieurs pays peut être considérée comme un indicateur des possibilités de mise en place de réseaux qui fonctionnent dans un large espace. Les résultats de cette enquête révèlent que 47,3 % des émigrés ayant des rapports de parenté sont localisés dans un seul pays, contre 33,7 % dans 2 pays, 15,8 % dans 3 pays, et 3 % dans 4 pays et plus.

60Ainsi même si l’Andalousie figure parmi les destinations récentes de l’émigration marocaine, son ancrage aux réseaux migratoires qui fonctionnent à l’échelle de l’espace européen est une réalité mise en évidence par les entretiens. Dans plusieurs cas l’entrée clandestine en Andalousie peut à la fin déboucher sur une fixation définitive dans le pays où ces attaches familiales fonctionnent avec le plus d’efficacité. Parmi les cas relevés, celui d’une famille du Nord du Maroc où le père actuellement décédé n’a jamais émigré, mais où sur 6 enfants, 5 ont émigré. Trois se sont fixés en Andalousie, alors que deux vivent entre Amsterdam, Madrid et le Maroc. Dans le cas de A, qui à son départ avait 23 ans et s’occupait de l’entreprise familiale de mécanique et du petit bateau de pêche, l’entrée en Andalousie en 2002 s’est faite de manière clandestine par Almeria où il a été accueilli par une amie espagnole de la famille. Selon son frère avec qui l’entretien a été réalisé,

Il est resté en Espagne une quinzaine de jours avant de partir en Hollande. Il est resté en Hollande 3 ans (…) jusqu’en 2005, puis est reparti en Espagne quand il y a eu la vague de régularisation des papiers. Il est revenu à Almeria. F. (un autre frère de A) était là-bas. Il a habité avec lui quelques temps. Après avoir fait la connaissance d’autres personnes travaillant dans l’agriculture, il est resté avec eux en attendant d’avoir un contrat afin qu’il puisse faire la demande pour avoir les papiers.

61Quant à l’enquête menée en Andalousie, elle met très clairement en relief l’intensité de l’émigration internationale dans l’entourage familial des personnes enquêtées, aussi bien familles proches (parents et frères/sœurs) que collatérales (oncles/tantes, cousins/-es). S’agissant des premières, l’émigration à l’étranger (toutes destinations confondues) a touché à un moment donné, trois immigrés sur quatre dans notre échantillon au premier passage de l’enquête. Migration à forte dominante horizontale ou générationnelle (au sens généalogique du terme), dans la mesure où elle concerne 2/3 des interviewés quand il est question des frères et des sœurs, contre à peu près un sur six aussi bien pour les pères que pour les mères. 10 % de nos interlocuteurs ont manifesté qu’au moins un de leurs proches a réalisé cette migration dans le laps de temps écoulé entre le deuxième et le troisième passage de l’enquête (entre février-avril et octobre-décembre 2008), c’est-à-dire lorsque la récession de l’emploi en Espagne était bien entamée, et dans un contexte d’infléchissement des flux d’immigration (Cohen, 2009).

  • 14 Chiffres établis par rapport aux lieux de naissances des individus enquêtés et ne concernant que le (...)
  • 15 Une telle pratique se rapproche de celle qui a été observée en France avec les « contrats OMI » : p (...)
  • 16 Parfois ce type de contrat a en fait servi à régulariser le séjour en Espagne, moyennant « retour » (...)

62L’expérience familiale d’émigration est particulièrement généralisée parmi les immigrés originaires du Rif-Oriental (85 %), en dépit de sa haute fréquence quelle que soit la provenance au Maroc (plus si c’est la région centrale, 77 %, que pour l’axe atlantique et le Nord-Ouest : 71 % et 69 % respectivement14). Nous sommes bien devant un trait largement transversal à la migration entre le Maroc et l’Andalousie, quelles que soient les variables prises en compte. Mais le fait que ce soit le groupe ayant bénéficié d’un « contrat en origine » qui donne la proportion la plus élevée (88 %, un peu plus même que celle qu’on obtient pour ceux qui ont joué d’un visa de regroupement familial !) n’est pas un constat banal : il confirme que cette voie d’accès est sinon réservée, du moins frayée la plupart des fois (3 cas sur 4 dans notre échantillon) par l’implantation préalable en Espagne d’un parent proche (le plus souvent frère/sœur). En quelque sorte, et contrairement aux intentions d’une politique d’immigration que prône la désignation de ces contrats, c’est plutôt « en destination » qu’on les négocie15, par un membre de la famille du candidat à l’immigration interposé16.

63La proportion des immigrés « pionniers » (par rapport à leurs familles proches) augmente assez régulièrement avec l’âge, de même qu’avec l’ancienneté de l’immigration ; elle est significativement plus élevée parmi les immigrés illettrés. Inversement, éclairant notre constat antérieur, le « contrat en origine » se révèle comme le statut administratif d’entrée en Espagne où ce genre de situation apparaît le moins souvent (moins de 25 % de ceux qui ont emprunté cette voie d’accès), et le seul où les « frères pionniers » (en général nombreux) affichent une primauté.

64Mais, en revenant à un plan plus général, c’est la polarisation marquée de l’émigration sur l’Espagne qui, avec la fréquence relevée du phénomène, caractérise l’expérience migratoire des familles. Trois pères émigrés sur quatre, la quasi totalité des mères migrantes (97 %) et à peine moins de neuf frères/sœurs migrants sur dix (86 %) se sont acheminés en Espagne. La France figurant au deuxième rang affiche une incidence particulière dans la migration des pères (20 %). En outre, près des 3/4 de notre échantillon ont au moins un membre de leurs familles collatérales qui a émigré en Espagne.

65Le choix de l’Espagne comme destination privilégiée des Marocains n’est pas fortuit, et relève d’un changement des stratégies migratoires en réponse à la rigueur des restrictions imposées par les pays d’immigration traditionnelle. Cette stratégie relève en fait de la consécration d’une rationalité dans la mobilité qui donne à l’Espagne une fonction particulière dans le système migratoire. Selon la déclaration des parents des migrants, L’Andalousie constitue une possibilité privilégiée dans le choix de la destination, et ce pour diverses raisons qu’on peut synthétiser comme suit :

66-le coût économique de la migration légale ou clandestine est moins élevé, compte tenu de la proximité géographique de l’Espagne, et de l’éventualité d’une prise en charge du migrant à son arrivée par des membres de sa famille ou des amis déjà installés sur place ;

67- les interlocuteurs soulignent l’existence en Espagne et particulièrement en Andalousie de plus de tolérance envers les migrants en situation irrégulière. Avant la détérioration brusque de la situation de l’emploi en Espagne depuis 2008, ces derniers arrivaient à trouver assez facilement du travail dans les secteurs de l’agriculture, du bâtiment et des services même si c’est dans des situations difficiles, en attendant de régulariser leur situation administrative ;

68- la perspective d’obtenir des papiers de résidence au cours des régularisations collectives réalisées par l’État constitue un facteur positif qui met l’Espagne, et en l’occurrence l’Andalousie, en première ligne des destinations considérées dans le projet migratoire des migrants illégaux.

69En effet, l’Andalousie est parmi les régions d’Espagne où le renouveau économique est allé de pair avec la métamorphose du marché du travail. Le développement des secteurs de l’agriculture industrielle et des services a largement fait appel à une main d’oeuvre immigrée peu exigeante en termes de salaire et de droits sociaux. Mais les possibilités d’installation qu’elle offre aux nouveaux venus sont loin de rimer toujours avec l’existence de facilités d’intégration sociale et économique. Cette particularité est bien présente dans la perception que les parents ont de l’Espagne et de l’Andalousie. Et c’est ce qui fait que le choix d’une fixation plus ou moins longue peut découler aussi bien d’un projet migratoire bien défini dès le départ que d’une solution imposée par le hasard des circonstances.

70Par ailleurs, l’installation de plusieurs membres d’une famillesur les mêmes communes (qui n’est pas forcément cohabitation) est très fréquente : tel est le cas pour près de la moitié de l’échantillon enquêté en Andalousieen ce qui concerne les membres de la famille proche, pour près des 2/5 en ce qui concerne les collatéraux ; suivant le type de lien, les enquêtés sont un peu moins du tiers de l’effectif et plus du quart, respectivement, à en avoir au moins deux qui résident dans la même commune qu’eux en Andalousie.

71Ce regroupement géographique de membres des mêmes familles sur les lieux d’immigration, un trait banal dans l’histoire des migrations, ne se confond pourtant pas avec une migration gouvernée par les flux dits de regroupement familial, même si les deux phénomènes se recoupent en partie. La relation entre l’âge des immigrés et la résidence dans une même commune d’au moins un membre de sa famille proche est des plus claires : cette situation-là est d’autant plus fréquente que les immigrés sont plus jeunes, mais la barre des 50 % est atteinte ou dépassée dans tous les groupes d’âge en dessous de 35, voire de 40 ans. Étant donnée la chronologie des flux d’arrivée, nous ne saurions pas imputer l’essentiel de l’immigration de frères/sœurs des individus enquêtés – pas plus que l’installation dans les mêmes communes des uns et des autres – à des migrations dans un cadre partagé de regroupement familial à proprement parler, c’est-à-dire entraînées par l’immigration préalable des parents (ou du père, nous n’avons pas relevé de cas de mères seules « pionnières »).

72Les volets de l’enquête menée en Andalousie que nous avons présentés ici dessinent une migration à forte empreinte générale et familiale sur des couches diverses des régions marocaines les plus concernées. Par contre, apparemment ces mêmes milieux sociaux ne se comptaient pas parmi les fractions de la population marocaines les plus touchées par les vagues antérieures d’émigration massive vers d’autres pays européens. Les signes sont, d’autre part, insistants sur la fréquence de ce qu’on peut désigner des fratries migratoires, entendant par là des mouvements plus ou moins « autonomes » dont les jeunes acteurs, le plus souvent d’origine citadine, mais aussi des ruraux (des provinces de Béni Mellal, Khouribga, Kénitra…), sont souvent des frères. Y aurait-il un comportement migratoire spécifique à ces courants récents par rapport aux étapes précédentes de l’émigration marocaine (en France, en Belgique, etc.), et si oui à quel point ? De quelles dynamiques sociales au Maroc ces mobilités seraient-elles tributaires ?

Conclusion

73L’approche coordonnée du même phénomène à partir de deux observatoires, chacun placé à un bout du champ socio-spatial que ce phénomène embrasse, constitue en soi un défi heuristique, dans la mesure où il permet de confronter les perspectives et de les compléter : que ce soit par les confirmations qu’on en dégage, par la complémentarité entre les apports respectives, ou même encore les écarts qui parfois se manifestent et qui appellent à se questionner davantage et à mieux nuancer. C’est bien cela l’intérêt de la démarche que nous avons essayé d’illustrer à partir d’un éventail choisi et forcément restreint des thèmes que nous abordons dans notre recherche.

74Un récapitulatif rapide et non-exhaustif de ce qui a été dit doit relever les convergences assez nettes : ainsi, à propos de la diversification des profils socio-démographiques des migrants, la jeunesse prononcée prépondérante, le statut matrimonial avant départ dominé par le célibat (en particulier chez les hommes), l’importance des flux postérieurs à 2000, le rôle qui revient aux contacts avec d’autres immigrés (famille et/ou amis) installés en Andalousie. Ces convergences sont plus nuancées quand il est question, par exemple, de la composition des flux selon les niveaux d’instruction des migrants, en dépit d’une diversité qui est en tout cas hors de doute, avec la présence accrue des titulaires d’une formation secondaire ou universitaire… ce qui est loin de leur éviter une insertion professionnelle assez souvent difficile et peu valorisée. Les approches à partir du pays d’origine s’interrogent et invitent à se questionner sur les milieux sociaux qui nourrissent les flux. L’analyse en pays d’accueil amène à une réelle prise en compte, dans le temps, des disparités entre les lieux d’immigration et à l’intérieur des communes étudiées, des facteurs dont ces inégalités relèvent.

75Les analyses en cours sur chaque volet de la recherche dans chaque pays et dans les deux dimensions, quantitative et qualitative, de celle-ci, feront le bilan d’une démarche qui tirera parti de l’information très variée et volumineuse qu’elle a déjà produite sous un angle peu développé et, en ce qui concerne les flux migratoires entre le Maroc et l’Espagne, en grande partie inédit jusqu’à ce jour.

Top of page

Bibliography

Aparicio R. et al., (2005), Marroquíes en España, Universidad Pontificia de Comillas, Madrid. 264 p.

Berriane M., Aderghal M, Amzil L., (sous presse), Flux migratoires et profils des migrants. Éléments méthodologiques pour une analyse quantitative et qualitative de l’émigration marocaine vers l’Andalousie (Espagne), African Migrations Research : Methodologies and Methods, ed. James Currey, Londres.

Capote A., (2008), Immigrants marocains en Andalousie : provenances, itinéraires, caractéristiques socio-démographiques, Atelier « Recherches sur les migrations africaines : méthodologies et méthodes », Rabat, 26-29 novembre 2008, Rabat, 30 p., [http://www.imi.ox.ac.uk/pdfs/capote-amw-2008].

Cohen A., (2009), España en la encrucijada migratoria (trans-)mediterránea. Una revisión sociogeográfica, Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, 32 p.,[http://ccec.revues.org/index2718.html].

Cohen A., Capote A., (2007), Los espacios sociales de la movilidad : reflexiones y perspectivas de investigación, Rivista Italiana di Economia, Demografia e Statistica, 61, 1-2, p. 9-26.

Domingo A., Bayona J., (2007), Movilidad, vivienda y distribución territorial de la población marroquí en Cataluña, Seminario « Las movilidades geográficas de la población en el Mediterráneo occidental » (Granada, 26‑28 octubre de 2006), Grenade, 29 p., [http://www.redamed.com/docs/Domingo_Bayona_seminario_movilidades_ %20granada.pdf].

Fargues Ph., (1988), La baisse de la fécondité arabe, Population, 6, p. 975-1004.
– (2003), La femme dans les pays arabes : vers une remise en cause du système patriarcal ?, Population & Sociétés, 387, p. 1-4.

Gomez P., (2004), El proceso de reagrupación familiar, Lopez B. et Berriane M. (dir.), Atlas de la inmigración marroquí en españa, p. 226-227.

Herman P., (2008), Les nouveaux esclaves du capitalisme, Au diable Vauvert, Vauvert, 409 p.

Instituto Nacional de Estadística,(2009), Encuesta Nacional de Inmigrantes : una monografía, INE, Madrid, 160 p., [http://www.ine.es/prodyser/pubweb/eni07/eni07.pdf].

Khalid M., (2007), Les Marocains en Espagne, in Marocain de l’extérieur ,
éd. Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’Étranger.

Lopez B., Berriane M. (dir.), (2004), Atlas de la inmigración marroquí en España, UAM ediciones, Madrid, 527 p.

Portes A., (1997), Globalization from Below : The Rise of Transnational Communities, Working Paper, Princeton, 27 p., [http://www.transcomm.ox.ac.uk/working %20papers/portes.pdf].

Pumares P., (2005), Distribución territorial y movilidad interprovincial de la población marroquí en España, Di Comite L., Rodríguez V., Girone S. (éds), Quaderni, 32(Sviluppo demografico e mobilità territoriale delle popolazioni nell’area del Mediterraneo : Italia e Spagna, due paesi a confronto), p. 203-230.

Pumares P., Garcia A., Asensio A., (2006), La movilidad laboral y geográfica de la población extranjera en España, MTAS, collection Documentos del OPI, 10, Madrid, 217 p.

Recaño J., (2002), La movilidad geográfica de la población extranjera en España : un fenómeno emergente, Cuadernos de Geografía, 72, p. 135-156.

Tarrius A., (2002), La mondialisation par le bas, éd. Balland, Paris, 169 p.

Top of page

Notes

1 Recherche financée d’après l’appel d’offre de 2006 relative aux « projets de recherche d’excellence » du gouvernement régional de l’Andalousie : Marroquíes en Andalucía : de los espacios sociales de la inmigración a los de la movilidad (SEJ-1390). Le projet a aussi bénéficié du soutien logistique de l’Instituto de Estadística de Andalucía (IEA).

2 Composée de C. Carvajal, V. de Miguel, P. Pumares, D. Jolivet, M.E. Urdiales, A. Ferrer, F. Ramírez, E. de los Reyes, A. Capote, J.A. Nieto et J.A. Hernández et coordonnée par A. Cohen. 

3 Équipe relevant de la E3R, université Mohammed V – Agdal, composée de M. Aderghal, L. Amzil, A. Oussi et des étudiants du Master relevant du même laboratoire et coordonnée par M. Berriane.

4 En supposant un tirage aléatoire simple et s’agissant de questions à réponses dichotomiques.

5 Pour des raisons de calendrier administratif de l’étude, le lancement de l’enquête Maroc est intervenu avant que la validation des premières enquêtes andalouses fût complétée. De ce fait, le choix des lieux enquêtés au Maroc a été établi à partir d’un échantillon représentant 86% de la population enquêtée en Andalousie dont les lieux de dernière résidence au Maroc furent établis (565 individus). Ceci explique la différence entre les deux chiffres qui n’a, d’autre part, qu’un effet très modeste sur les proportions représentées par les provinces telles que nous les avons appliquées pour produire l’échantillon d’enquête au Maroc.

6 À partir des rapports de base élaborés par Alberto Capote et Verónica de Miguel (université de Grenade) et Dominique Jolivet (université d’Almeria), avec la collaboration de Pablo Pumares (université d’Almeria), Carmen Carvajal (université de Malaga) et Aron Cohen (documents internes, juin 2009). On peut consulter A. Capote (2008).

7 En se basant sur des analyses préliminaires de Mohammed Aderghal et Mohamed Berriane. Voir également M. Berriane, M. Aderghal, L. Amzil
(sous presse).

8 Voir l’abondante bibliographie contenue dans B. López et M. Berriane dir. (2004). Pour une mise au point d’ordre général plus récente voir « Marocains de l’extérieur ».

9 Enquête lieux d’origine – Maroc.

10 Enquête lieux d’immigration – Andalousie.

11 Enquête lieux d’origine – Maroc.

12 Enquête lieux d’immigration – Andalousie.

13 Entretien réalisé au Maroc avec le frère de cet étudiant, le 22 juin 2009.

14 Chiffres établis par rapport aux lieux de naissances des individus enquêtés et ne concernant que les membres de leurs familles proches.

15 Une telle pratique se rapproche de celle qui a été observée en France avec les « contrats OMI » : par exemple, pour le recrutement de travailleurs saisonniers dans les Bouches-du Rhône (Herman, 2008). La formule des « contrats en origine » espagnols ne vise pas seulement les saisonniers.

16 Parfois ce type de contrat a en fait servi à régulariser le séjour en Espagne, moyennant « retour » de l’immigré à son pays pour formaliser la demande de visa.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 - Population totale, ressortissants marocains et effectifs enquêtés en Andalousie.
Credits Sources : Padrón (au 1er janvier 2006) et enquête Marroquíes en Andalucía : dinámicas de la movilidad geográfica y condiciones de inserción (DINAMO).
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3709/img-1.jpg
File image/jpeg, 196k
Title Fig. 1 - Localisation du travail de terrain en Andalousie
Credits Sources : Padrón (au 1er janvier 2006)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3709/img-2.png
File image/png, 231k
Title Tableau 2 - Proportions de chaque ville (chef-lieu de province ou de préfecture) dans la population totale enquêtée
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3709/img-3.jpg
File image/jpeg, 156k
Title Tableau 3 - Répartition géographique des entretiens réalisés et liens de parenté interviewés/migrants
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3709/img-4.jpg
File image/jpeg, 204k
Title Fig. 2 - Part de l'Espagne parmi les émigrés déclarés par leurs familles sur les lieux d'origine
Credits Source : Enquête Maroc
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3709/img-5.png
File image/png, 234k
Title Fig. 3 - Régions d’origine et régions de dernière résidence au Maroc
Credits Source : Enquête DINAMO
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3709/img-6.png
File image/png, 32k
Title Fig. 4 - Régions de naissance selon les lieux d’immigration
Credits Source : Enquête DINAMO
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3709/img-7.png
File image/png, 79k
Title Fig. 5 - Profession du père dans les familles avec ou sans émigrés
Credits Source : Enquête Maroc
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3709/img-8.png
File image/png, 21k
Title Fig. 6 - Pyramide des âges de l’échantillon enquêté en Andalousie
Credits Source : Enquête DINAMO
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3709/img-9.png
File image/png, 21k
Title Fig. 7 - Années d’immigration en Espagne
Credits Source : Enquête DINAMO
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3709/img-10.png
File image/png, 29k
Title Fig. 8 - Parcours migratoires selon les municipalités d’immigration
Credits Source : Enquête DINAMO
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3709/img-11.png
File image/png, 56k
Top of page

References

Electronic reference

Mohamed Berriane and Aron Cohen, « Regards croisés sur la migration marocaine en Andalousie à travers ses origines géographiques, ses profils socio-démographiques et ses expériences migratoires », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 31 December 2011, connection on 25 May 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3709 ; DOI : 10.4000/mediterranee.3709

Top of page

About the authors

Mohamed Berriane

professeur de géographie, université Mohammed V, Agdal, Rabat, laboratoire E3R, mohamed.berriane@menara.ma

By this author

Aron Cohen

professeur de géographie, université de Grenade, acohen@ugr.es

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page