Skip to navigation – Site map
La construction de territoires de la mobilité

Les mobilités induites par les migrations : émergence d’un champ circulatoire transnational

Mobilities induced by migrations : the emergence of a transnational circulatory field
Serge Weber
p. 121-126

Abstracts

The harmonized European migration policies use local development in the countries of origin as an alternative to migration and seek structured incentives to bring migrants back, with a utilitarian objective of imported labour. Migrants are essentially actors of local development, by way of money transfers and return investments. Such returns are implemented by a routine transnational circulation, which builds a post-migration mobility field. However, such practices suppose a facilitated access to long term residence permits in the immigration country rather than restrictive regulations hindering mobility or return incentives. Mobility is multiform and essential for economic growth in both countries, nevertheless they can’t exist without free circulation.

Top of page

Full text

1Les migrations vers l’Italie ne sont plus si récentes : elles sont entrées dans une deuxième phase, celle de la structuration d’un champ migratoire (Simon, 2009). Comme ailleurs dans le monde, ce champ migratoire repose sur la circulation et la mobilité circulaire, qui s’imposent comme les paradigmes pertinents pour interroger les migrations d’aujourd’hui. Elles structurent des territoires circulatoires qui reposent sur les réseaux sociaux, les centralités en archipel et les liens à distance (Tarrius, 2003 ; Ma Mung et Hily, 2002). En Italie, où l’immigration est devenue significative au cours des années 1990, les principaux pays d’origine des immigrants sont les pays d’Europe centrale et orientale, à commencer par la Roumanie, l’Ukraine et la Pologne ; ce sont eux qui feront l’objet des analyses qui vont suivre. Très fortement concernée par la demande en travail immigré dans les secteurs subalternes et dans l’économie informelle, l’Italie a procédé, comme l’Espagne et les autres pays méditerranéens à plusieurs reprises à des régularisations massives de travailleurs sans papiers. À chaque épisode, les circulations des migrants se sont développées entre le pays de destination et leur pays de départ, occasionnant investissements résidentiels, productifs, ou de consommation et reconsolidation des liens sociaux et des filières migratoires.

2Et pourtant, les régularisations n’ont pas été au goût de la plupart des partenaires européens, dans le cadre de l’européanisation des politiques migratoires et de l’espace Schengen, qui préfèrent clairement la canalisation des flux migratoires de travail, strictement ajustés aux besoins des économies nationales. Non que la politique d’immigration italienne soit moins sécurisée et moins utilitariste que celle de ses voisins, mais elle se présente comme un dispositif opportuniste quand il s’agit d’importer une force de travail à bas coût. Le débat européen s’est orienté vers la promotion de la migration circulaire, entendue non pas comme l’ont présentée les chercheurs en sciences sociales, mais comme incitation au retour des migrants au terme de leur séjour d’activité : c’est le cœur du débat sur le co-développement.

3Or, les migrants jouent un rôle central dans le développement local de leur pays d’origine, autant qu’ils apportent un surplus de croissance aux pays d’accueil. Cependant, ces investissements de retour sont complexes et incertains, et ne sauraient se conformer à une gestion globale, fût-elle concertée. Les mécanismes de prise de décision dans l’après-migration sont continuellement renégociés en fonction de la conjoncture, des opportunités et des risques qui évoluent dans chacun des contextes distants.

1 - Mobilité du travail, mobilité du capital : l’émergence d’un couple circulatoire

1.1 - Les pôles d’un champ circulatoire transnational

4Dans les pays d’Europe centrale et orientale (PECO), le démantèlement du tissu productif et du système d’emploi a été suivi d’évolutions différenciées selon les régions dans les deux décennies qui ont suivi le changement de régime (Von Hirschhausen, 2003). La privatisation a réactivé dans certaines régions des trajectoires entrepreneuriales locales, comme dans le Banat ou le Timis pour la Roumanie (Diminescu et Ohliger, 2001) qui sont très vite devenues attractives et dynamiques, pendant que d’autres subissaient de plein fouet des crises régionales de l’emploi (Transcarpatie ukrainienne, Silésie polonaise et ukrainienne, plaine transfrontalière de Moldavie). L’émigration, qui est devenue massive vers l’Italie à la fin des années 1990, doit être comprise comme un processus à la fois historicisé (succession de pionniers et de suiveurs sur des filières ayant consolidé leurs ressources locales en Italie) et sélectif : ce ne sont pas les plus pauvres qui partent, mais ceux qui ont assez de capital social et économique, qui sont qualifiés et qui voient de près des voisins ou des proches profiter de la transition à l’économie de marché (Weber, 2004). C’est le creusement des inégalités à échelle locale et non la pauvreté qui est le principal moteur de la décision de migrer.

5Les émigrés s’insèrent en Italie, comme dans les autres pays d’une Europe du Sud devenue la principale aire de destination, sur le marché du travail salarié subalterne (bâtiment, services domestiques, industrie traditionnelle des districts, restauration) et n’accèdent que dans un deuxième temps à l’auto-entreprise selon les modalités propres aux « niches » économiques du travail migrant indépendant (Waldinger, 1994). Le changement social qui en découle dans les pays de départ est brutal, à la fois générationnel (les absents sont d’âge actif, les enfants restent au pays pendant toute la période de sas où les migrants travaillent sans papiers, le vieillissement est accentué) et régional : dans la mesure où les filières sont locales et régionales, les transferts d’épargne ont un effet très visible dans l’évolution du parc immobilier, la construction, l’équipement des ménages en biens de consommation et plus généralement dans la modernisation.

6En Italie, le recours à la main‑d’œuvre étrangère s’est avéré indispensable dès la fin des années 1980. Le tissu productif hérité des années du « miracle », fondé sur la compétitivité des petites entreprises familiales dans les districts industriels et la flexibilité extrême du marché du travail est alors arrivé à un point de blocage. En effet, traditionnellement alimenté par des migrations internes originaires du Mezzogiorno, il dut affronter l’interruption de cette mobilité (Rivière et Weber, 2006). Ainsi, de graves pénuries locales de main‑d’œuvre se font jour, qui ne peuvent intéresser que des travailleurs acceptant des contrats de courte durée et des conditions de travail précaires. Parallèlement, une nouvelle demande en travail migrant s’est développée dans le domaine de la reproduction sociale : travail domestique, (soin aux personnes âgées, gardes d’enfants), compensant la faiblesse des transferts sociaux et des structures publiques de prise en charge des personnes dépendantes. Enfin, deux secteurs extrêmement concurrentiels n’ont eu d’autre possibilité que de recruter des travailleurs migrants : d’une part la tension affectant le marché du logement et la spéculation immobilière a relancé la construction et la demande en travail flexible dans le bâtiment ; d’autre part, l’agriculture a dû compenser la pénurie d’ouvriers agricoles. En somme, l’essentiel de la croissance, de la même manière qu’en Espagne, s’est faite sur le travail migrant, avec un fort degré d’informalité (Fouteau, 2008).

1.2 - Supports de la mobilité : une logistique transnationale

7Compagnies d’autocars, de microbus, agences de voyages, compagnies aériennes se sont développées de façon considérable avec la multiplication des migrations d’Est en Ouest, en Pologne, en Roumanie, en Bulgarie, en Ukraine et en Moldavie. Elles ont profité d’une demande nouvelle et particulièrement attentive au coût du voyage et se sont adaptées au nouveau mode de vie migrant, largement diffusé. Mais une fois constituées, elles ont joué un rôle indirect : elles ont suscité de nouveaux mouvements Est-Ouest (la migration a été banalisée grâce à elles), mais aussi inverses, Ouest-Est : les employeurs et conjoints occidentaux des migrants, des investisseurs, des touristes (Weber, 2004).

8Les autocars de passagers ont connu un développement récent intense. À titre d’exemple, la gare routière de Rome, située à la gare Tiburtina, héberge la plus grande compagnie de transport roumaine Atlassib, une compagnie de cars dont le siège est à Sibiu. Le représentant de cette agence est situé dans les bâtiments de la Stazione Tiburtina, une des principales gares ferroviaires secondaires de la ville. Les autres lignes les plus représentées sont bien sûr les Eurolines, mais pas seulement. Pour la Roumanie, Atlassib n’est pas le seul transporteur de passagers en cars. Eurolines a longtemps sous-traité les voyages en car pour la Roumanie avec une autre compagnie roumaine, Ognivia. D’autres transporteurs se sont implantés sur ce marché fructueux.

9Les liaisons avec la Pologne et les compagnies de transport polonaises se sont aussi multipliées : Contribus, l’agence de Rome, fonctionne en association avec Panaceum (siège à Rzeszów), Alipol (siège à Cracovie), Bermuda (Cracovie) et Eurobus (Rzeszów).

10Certaines des compagnies polonaises se sont associées avec des transporteurs ukrainiens de Lviv, par exemple Sira, dont le siège est à Rome, qui a deux liaisons, l’une de Salerne à Kiev en passant la frontière à Tarvisio et en desservant Lviv, Ryvne et Zitomyr, l’autre de Naples à Radom en passant par tout le sud et le sud-est de la Pologne. En bref, la massification de la migration a entraîné un boom des exploitants de la circulation.

11Une autre évolution importante est à noter, les vols à prix réduits : ils sont d’abord apparus à destination de Timişoara depuis Milan, dès 1998, pour les entrepreneurs italiens qui devaient circuler vers leur nouveau Mexique, puis vers Bucarest. Ensuite, ce fut le tour de Lviv et de Kiev, en partance de Naples, dès 2003. Enfin, ce fut le tour de la Pologne, avec Air Polonia, qui dessert Cracovie et Varsovie.

12Rompues à la connaissance des formalités de passage, puisque – dans le cadre de la sous-traitance européenne du contrôle des migrations – elles sont soumises à des sanctions si elles ne garantissent pas la validité des autorisations de circulation de leurs passagers, ces compagnies peuvent être aussi des ressources précieuses dans l’organisation de la migration (obtention de visas pour les ressortissants des pays voisins, contacts pour la première insertion, relations de confiance avec les passagers). Elles ne transportent pas que des passagers mais aussi des marchandises (import-export, colis envoyés par les migrants) et de l’argent (transferts d’épargne). La multiplication de ces entreprises et de leur parc de véhicules, leur coût concurrentiel (compagnies aériennes low cost au départ de Cracovie, de Lviv, de Timisoara, qui sont directement liées aux petites villes d’immigration en Italie, comme Forli, Ferrare ou Vicence), dû à l’essor de la migration est une opportunité pour d’autres mouvements.

13La migration vers l’Italie a donc impulsé la généralisation de pratiques de circulation routinière avec les pays d’émigration, qui ne sont pas le fait des seuls migrants, mais aussi des employeurs italiens, que ce soit pour des raisons professionnelles (investissement dans les régions de départ aujourd’hui comparables à des maquiladoras) ou personnelles (multiplication des mariages mixtes entre Italiens et migrantes au cours des années 2000).

2 - Quelle place pour la circulation dans les politiques migratoires européennes ?

2.1 - La gestion concertée des migrations au cœur de la politique de voisinage

14Les politiques migratoires européennes, qu’elles soient nationales ou communautaires, ont adopté depuis une décennie un profil utilitariste. Après trente ans d’une prétendue « immigration zéro » de travailleurs, les défis économiques (compétitivité et financement des retraites) et démographiques (augmentation du rapport entre populations dépendantes et populations actives, croissance démographique négative sans l’apport migratoire) ont fait renaître des politiques d’immigration de travail (Héran, 2007 ; Wihtolde Wenden, 2009). Mais pour un faisceau de raisons, qui tiennent à la fois à la volatilité des électorats, à la sensibilité identitaire nationale face aux élargissements récents et aux négociations intergouvernementales qui achoppent sur la question de la souveraineté dans le contrôle des frontières et des entrées d’étrangers, la mise en œuvre des politiques d’immigration s’est faite sous un double mot d’ordre : d’une part choisir les migrants selon leur utilité économique et limiter leur séjour à la période de pénurie de main-d’œuvre selon les secteurs ; d’autre part mettre en avant la sécurisation des contrôles et la surveillance des entrées pour éviter le séjour de migrants sans papiers. Ainsi, les outils de gestion globale des migrations sont les contrats de travailleurs saisonniers contraignant au retour au bout des quelques mois de recrutement, dont l’exemple le plus abouti est le « contrat en origine » mis en œuvre par l’Espagne en 2000 mais qui se sont multipliés en Italie depuis 1998, les titres de séjour d’un an soumis au renouvellement et réservé aux actifs occupés pouvant témoigner d’un contrat de travail, une politique beaucoup plus restrictive de l’asile, une soumission à condition de la délivrance du visa unique Schengen (de courte durée) dans les consulats, et un traitement biométrique des entrées (Bigo et Guild, 2003). Les procédures d’éloignement sont harmonisées et simplifiées, notamment grâce au SIS (Système d’information Schengen) et à la Directive Retours de 2008, qui standardise à la hausse les procédures de détention administrative pour les sans papiers et les demandeurs d’asile faisant l’objet d’un ordre d’expulsion dans des camps de rétention.

15La politique de voisinage fait une large place au contrôle concerté des migrations entre pays membres et pays tiers, qu’ils soient pays de transit ou pays de départ. La politique de voisinage est née du Programme de La Haye (2005‑2010) au Conseil européen de novembre 2004. Il s’agit d’une politique strictement intergouvernementale entre les États membres et les pays tiers frontaliers de l’UE. Ainsi, l’Ukraine et la Moldavie ont signé des plans d’action contractuels soumis à des conditionnalités (avancées des réformes économiques et politiques, accords de libre échange). La mise en place de la cogestion du contrôle frontalier passe par une externalisation des points de frontière : création de zones d’attente pour demandeurs d’asile ou pour migrants en transit dépourvus du visa Schengen, élaboration d’un système unifié d’information sur les visas, le VIS (Système d’information visa), la généralisation des documents d’identité et des passeports biométriques attendue pour 2012 dans les pays impliqués, coopération policière et douanière s’accompagnant de formations techniques, d’équipements de surveillance et d’unités mixtes de gardes frontières, renforcement de la coopération judiciaire, le tout étant placé sous les auspices de la « prévention de l’émigration clandestine» (Glasson‑Deschaumes, 2006). Les accords de réadmission sont la cheville ouvrière de cette politique concertée, obligeant les pays tiers à accepter les demandeurs d’asile déboutés ou les migrants sans papiers ayant reçu un ordre d’expulsion dans un pays Schengen et ayant transité par ces États. Ainsi, on peut parler d’une « institutionnalisation des frontières en cascade » (Glasson‑Deschaumes, 2006).

16Les procédures d’asile étant elles aussi externalisées depuis 2005, par le biais des programmes de protection régionaux et du programme AENEAS, les nouveaux États membres et les PECO voisins sont amenés à verrouiller leurs frontières. Au final, les espaces de circulation transfrontalière entre ces deux groupes de pays sont fortement entravés, comme en témoigne l’exemple de la frontière entre Roumanie et Moldavie (Michalon, 2007).

17Les PECO devenus nouveaux États membres sont l’objet d’autres restrictions mises en œuvre par un certain nombre de pays membres, celles qui limitent l’accès indifférencié de leurs ressortissants aux marchés du travail occidentaux. Selon des délais qui varient, ces États membres appliquent une période transitoire à la circulation des travailleurs polonais, roumains ou bulgares, alors même que ces pays ont signés tous les points de la convention Schengen sur l’espace de libre circulation des personnes. En conséquence, l’octroi de titres de séjour est la seule garantie de circulation pérenne entre les deux pôles de l’espace de vie des travailleurs circulants.

2.2 - Le codéveloppement et la migration circulaire instrumentalisés pour une incitation au retour

18Le codéveloppement a été rapidement lié à la question des retours volontaires ou incités de migrants vers leur pays. Visant à la « bonne gouvernance» des migrations et des rapports Nord-Sud, le codéveloppement a pour objectif de justifier les aides au retour volontaire des migrants et la prévention de l’émigration en agissant à la source, c’est-à-dire sur les causes de départ. On s’est sensiblement éloigné de l’idée fondée par Sami Naïr en France, qui pensait développer des micro-projets optimisant les transferts d’épargne (Naïr, 1997). Ces opérations engageant instances communautaires et gouvernementales, acteurs locaux et ONG devraient donc réduire la pauvreté sur place et inhiber les projets migratoires (Weber, 2007). L’idée qu’il existe une « alternative à la migration» a fait son chemin, justifiant la mobilisation d’ONG et de coopératives aidées par le biais de programmes de différents ministères des Affaires étrangères ou des réflexions sur l’usage de l’épargne des migrants, qui ont fait l’objet de la Conférence de Marrakech sur les migrations, les transferts de fonds et le développement économique des pays d’origine et qu’on retrouve dans le texte du Pacte européen pour l’immigration et l’asile de 2008.

19Le Livre vert de 2005 sur les migrations économiques, tout en admettant la nécessité de relancer l’immigration de travail, révélait les impasses d’une politique strictement sécuritaire : la coopération avec les pays tiers (…) devrait inclure une série de questions telles que la fuite des cerveaux, le fait que les pays d’origine investissent dans le développement des qualifications des personnes qui partiront travailler à l’étranger ; il faudrait réfléchir aux mesures visant à faciliter le retour des travailleurs temporaires à l’expiration de leur contrat (Commission des communautés européennes, 2005). Le codéveloppement serait donc une manière de dédommager les pays de départ de la fuite des qualifiés, d’orienter et surtout de canaliser l’usage de l’épargne et des compétences, et de valoriser le retour des travailleurs temporaires (Godfrain et Cazenave, 2007). Le Pacte de 2008, quant à lui, promeut la migration circulaire, dans l’objectif assumé de diriger la mobilité d’une main‑d’œuvre ciblée et temporaire, assortissant le contrat de travail à une obligation de retour.

20Or, ces prétentions à prendre le contrôle de décisions individuelles sont illusoires à double titre : si à long terme le développement réduit la migration, à court terme il l’accentue (Massiah, 2008) car les gains de productivité, le creusement des inégalités sociales et la pénurie de capital productif entraînent une période d’émigration intense ; d’autre part, les migrants sont les meilleurs acteurs spontanés du développement local dans leur pays d’origine, aucun système d’organisation institutionnel, aussi sophistiqué soit-il, ne pourra se substituer à leur propre prise de décision et ni à leur évaluation des opportunités ou des risques.

3 - Les investissements de retour : le développement ne va pas sans circulation

3.1 - Pratiques transnationales et statut social dans le pays d’origine

21Le projet migratoire originel est par définition lié à un projet de retour, à la fois en raison de l’embeddedness, telle que l’a développée Mark Granovetter (Granovetter, 1973), c’est-à-dire de la réciprocité des liens de solidarité qui se conjuguent pour rendre possible la migration d’un membre du ménage, et également du fait de la visibilité sociale que doit avoir l’entreprise migratoire. Plus que de retours, il s’agit d’une circulation internationale à des rythmes plus lents et avec une périodicité inversée par rapport à la circulation qui prévalait durant le séjour de migration de travail.

22Les projets de retour sont avant tout le fruit d’une concurrence sociale serrée (Cingolani et Piperno, 2005). Les retours durables sont le fait des migrants qui ont le mieux réussi l’expérience migratoire, qui sont propriétaires d’au moins un logement dans leur pays et dans le pays de migration et qui se sont sensiblement enrichis ; ces migrants entrepreneurs sont en général les plus qualifiés. Ils sont en concurrence avec les entrepreneurs qui n’ont pas migré et qui ont réussi sur place, soit la grande majorité des entrepreneurs, qui appartiennent aux anciens milieux de nomenklatura locale et qui ont des amitiés politiques sur place, avec lesquels il faut nécessairement garder des amitiés sédentaires.

23Ces retours sont également conditionnés à des relations de complémentarité et de confiance. Tout d’abord avec les travailleurs qui n’ont pas migré et qui ont joué le rôle de substitut ou d’associé pendant l’absence du migrant qui rapatrie son épargne, assurant selon les termes de Dana Diminescu la « présence dans l’absence » (Diminescu, 2002), qui passe par de bonnes relations avec les fournisseurs, les transporteurs et les autorités locales, et une information continuelle sur l’évolution des opportunités du contexte conjoncturel. Ces solidarités sont le plus souvent familiales, ce qui explique que près de la moitié des entreprises fondées par des migrants dans le pays d’origine soient des associations familiales (Cingolani et Piperno, 2005). Des relations de confiance sont aussi nécessaires avec les Italiens qui ont investi en Roumanie et qui disposent à la fois de capitaux, de savoir-faire entrepreneurial et de contacts stratégiques. Les migrants ont d’abord été utilisés par les investisseurs italiens, qui sont dans bien des cas leurs anciens employeurs en Italie (Weber, 2004), comme intermédiaires linguistiques et administratifs pour le lancement de leur propre entreprise dans les pays de l’Est. Et comme ces intermédiaires sont souvent des femmes, il n’est guère étonnant de voir se combiner ces relations professionnelles avec les mariages mixtes entre Italiens et Roumaines ou Ukrainiennes. En conséquence, les petites entreprises fondées par les migrants de retour se développent dans trois secteurs : les commerces de type italien (habillement et chaussures, pizzerias et restauration), la promotion immobilière et le développement durable (agriculture biologique, traitement des déchets, services d’hygiène), qui bénéficient d’aides européennes substantielles.

3.2 - L’installation dans la circulation une condition à la réussite

24Le système productif circulatoire n’est pas autonome mais doublement dépendant des contextes locaux distants : c’est l’interaction entre les deux, reposant sur la circulation des entrepreneurs et travailleurs, qui prolonge l’espérance de vie des entreprises (Rivière et Weber, 2006). Les domaines d’activité les plus compétitifs sont liés à la circulation. Les ressources naturelles comme le bois sont exportées vers l’Italie, alors que le matériel de construction pour le bâtiment est importé. Le boom immobilier en Roumanie et en Ukraine renforce la demande, qui suscite l’implantation de nombreux entrepôts et commerces de matériel. Les équipements touristiques de petite envergure bénéficient d’un tourisme d’affaires des investisseurs italiens et concurrencent durement les complexes hôteliers hérités de l’époque socialiste. Par ailleurs, le développement d’un tourisme alternatif selon la formule italienne de l’agritourisme fleurit, notamment dans les Carpates, la Bucovine et le Maramures, qui permet à des ménages agriculteurs de devenir pluriactifs.

25La demande émerge dans des domaines où la réciprocité entre les deux pôles du champ circulatoire est tout aussi indispensable. Les infrastructures et les réseaux techniques sont lacunaires dans les nouvelles zones périurbaines qui se développent du fait de l’investissement de l’épargne des migrants dans l’immobilier : collecte des déchets, traitement de l’eau, fosses et pompes sont une nouvelle niche pour les capitaux italo-migrants, en l’absence d’un accompagnement planifié de la périurbanisation (Cingolani et Piperno, 2005). De même, la modernisation dans les industries mécaniques et la construction, fondée sur un outillage numérique, suppose à la fois l’importation des machines et la valorisation de l’expérience des migrants acquise en Italie. Les concessionnaires automobiles et la téléphonie mobile n’échappent pas à la nécessité d’importer d’Italie le marketing et les services de suivi.

26Une telle imbrication à distance de systèmes entrepreneuriaux se lit dans la multiplication des jumelages entre collectivités locales, de forums en ligne associant une commune ou un district italien et son homologue roumain ou ukrainien, bénéficiant à une coopération décentralisée en plein développement.

27Cependant, les désillusions sont nombreuses dans ces trajectoires d’investissement post-migratoire (Castagnone et al., 2007 ; Cingolani et Piperno, 2005). Telle qu’elle est mise en œuvre, la politique migratoire utilitariste sous-utilise les qualifications des migrants spontanés plus qu’elle ne s’oriente vers un brain drain cohérent : tous les migrants qualifiés se trouvent fortement déqualifiés au cours de leur séjour d’activité en Italie ou dans les autres pays d’Europe. Il y a donc une perte de continuité professionnelle et une perte des réseaux professionnels, au terme d’un séjour en apnée sur les emplois subalternes, où aucun programme de formation professionnelle ou de reconversion pour sortir des niches salariées n’est prévu dans les pays de destination. Le crédit reste difficile d’accès pour ces petits entrepreneurs, qui se retrouvent dépassés par les capacités d’investissements des entrepreneurs occidentaux. Les rares programmes d’aides à la création d’entreprise ou à l’emploi dans les pays de départ sont captés par les non-migrants et les mécanismes clientélistes privilégient ceux qui ne sont pas partis. La tension foncière et immobilière qui accompagne les épisodes de circulation consécutifs aux grandes régularisations (notamment celle, historique désormais, de 2003) absorbe tout ou partie de la capacité d’investissement des migrants. Enfin, les migrants qualifiés qui ne renoncent pas à exercer leurs compétences préfèrent tenter une seconde migration vers un pays plus ouvert, comme le Royaume-Uni, les États‑Unis ou le Canada, plutôt que de revenir au pays, où le salaire sera insuffisant, et plutôt que de rester en Italie, où l’accès au marché du travail qualifié est rendu difficile par les conditions de délivrance du permis de séjour.

Conclusion

28La structuration des espaces de circulation ne peut s’effectuer que par des interactions continuelles entre contexte d’origine et contexte de départ. Une fois que la migration a fait irruption dans la vie des acteurs sociaux, elle laisse une trace dont il est intéressant d’observer l’évolution dans les trajectoires post-migratoires. Ceux qui ont migré élaborent un tissu existentiel conjuguant plusieurs appartenances, plusieurs réseaux de liens et plusieurs accès à des dispositifs de ressources. Le projet de retour au pays d’origine est régulièrement réaffirmé, et dans bien des cas effectivement mis en œuvre. Mais ce retour ne va pas sans un certain nombre de critères de réussite de l’entreprise migratoire : accumulation de capital économique, de capital social ou de compétences, certes, mais aussi et surtout sécurisation du statut par le biais d’un titre de séjour longue durée. Les seuls migrants qui ne circulent pas sont les sans papiers : le permis de séjour est avant tout un passeport, reconnaissant le droit à la mobilité (Wihtol de Wenden, 2009 ; Pécoud et De Guchteneire, 2009). Comment imaginer qu’un migrant qui se voit refuser le renouvellement de son permis de séjour ne reste pas dans le pays d’immigration pour pérenniser les ressources dont il compte faire usage dans son pays d’origine ? Inversement, l’investissement entrepreneurial de retour, qui est la condition à la réinsertion dans la vie économique du pays de départ en l’absence d’un système salarial solide, pose de nombreuses difficultés, à commencer par la concurrence avec les entrepreneurs non-migrants et les entrepreneurs italiens ou plus généralement occidentaux. Ces difficultés ne peuvent être affrontées qu’avec la possibilité ouverte de repartir, pour une nouvelle période de travail salarié dans le pays de destination.

29Ainsi, les politiques d’immigration qui imaginent canaliser et ajuster les migrations circulaires aux seuls besoins conjoncturels du marché du travail, que ce soit par le biais d’un contrat de séjour, du contrat saisonnier ou de la politique de codéveloppement, sont inadaptées à la réalité des enjeux du retour. Le retour est par définition un va-et-vient. La migration circulaire peut et doit être valorisée mais à une seule condition : la délivrance de permis de séjour longue durée et garantis.

Top of page

Bibliography

Bigo D., Guild E., (2003), La mise à l’écart des étrangers. La logique du visa Schengen, Cultures et Conflits, 49, 148 p.

Castagnone E., Eve M., Petrillo E., Piperno F., Chaloff J., (2007), Madri migranti. Le migrazioni di cura dalla Romania e dall’Ucraina in Italia : percorsi e impatto sui paesi di origine, rapport de recherche, programme MigraCtion, 2004-2005, CESPI, Rome, 101 p.

Cingolani P., Piperno F., (2005), « Il Prossimo anno, a casa ». Radicamento, rientro e percorsi translocali : il caso delle reti migratorie Marginea-Torino e Focsani-Roma », rapport de recherche, programme MigraCtion, 2004-2005, CESPI, Rome, 118 p.

Commission des communautés européennes, (2005), Livre vert sur une approche communautaire de la gestion des migrations économiques, COM (2004) 811 final, 11 janvier 2005.

Diminescu D. (éd.), (2002), Les migrations à l’âge des nouvelles technologies, Migrants.com, Hommes et migrations, 1240, p. 6-9.

Diminescu D., Ohliger R., (2001), La construction de l’Europe par ses marges. Stratégies et stratagèmes de la circulation migratoire des Roumains, rapport final, ministère de l’Emploi et de la Solidarité, direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, MIRE, MSH, ENS-LSH, 136 p.

Fouteau C., (2008), Combien ça coûte, combien ça rapporte, in Rodier C. et Terray E. (éd.), Immigration : fantasmes et réalités. Pour une alternative à la fermeture des frontières, La Découverte, Paris, 150 p., p. 35-41.

Glasson-Deschaumes G., (2006), La politique européenne de voisinage, in GISTI (Groupe d’information et de soutien aux travailleurs immigrés), Externalisation de l’asile et immigration, [http://gisti.org], p. 10-15.

Godfrain J., Cazenave R., (2007), Rapport sur le codéveloppement, ministère des Affaires étrangères, 42 p.

Granovetter M., (1973), The Strength of Weak Ties, American Journal of Sociology, 78-6, p. 1360-1380.

Héran F., (2007), Le temps des immigrés. Essai sur le destin de la population française, Le Seuil, Paris, 110 p.

Ma Mung E. et Hily M.-A., (2002), Catégories et lieux des circulations migratoires, rapport final, MIRE, Migrinter, Poitiers, 235 p.

Massiah G., (2008), Le codéveloppement, otage de la maîtrise des flux migratoires, in Rodier C. et Terray E. (éds), Immigration : fantasmes et réalités. Pour une alternative à la fermeture des frontières, La Découverte, Paris, 150 p., p. 89-95.

Michalon B., (2007), La Périphérie négociée. Pratiques quotidiennes et jeu d’acteurs autour des mobilités transfrontalières entre la Roumanie et la Moldavie, L’Espace politique, 2, [http://espacepolitique.revues.org/index460.html].

Naïr S., (1997), Rapport de bilan et d’orientation sur la politique de codéveloppement liée aux flux migratoires, La Documentation française, Paris.

Pécoud A. et De Guchteneire P. (éds), (2009), Migrations sans frontières. Essais sur la libre circulation des personnes, éditions de l’UNESCO, Paris, 384 p. 

Rivière D., Weber S., (2006), Le modèle du district italien en question : bilan et perspectives à l’heure de l’Europe élargie, Méditerranée, 106, PUP, Aix-en-Provence, p. 57-64, [http://mediterranee.revues.org/index445.html].

Simon G., (2008), La Planète migratoire dans la mondialisation, collection U, Armand Colin, Paris, 256 p.

Tarrius A., (2003), La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Balland, Paris, 172 p.

Von Hirschhausen B. et Roth H., (2003), Les systèmes passent, les murs restent. Du rôle de l’immobilier d’entreprise dans la trajectoire du système industriel est-allemand, Géocarrefour, 78-4, p. 349-362.

Waldinger R., (1994), The Making of an Immigrant Niche, International Migration Review, 28-1, p. 3-30.

Weber S., (2004), Des Chemins qui mènent à Rome. Trajectoires et espaces migratoires roumains, ukrainiens et polonais à Rome, 2000-2004, thèse de doctorat en géographie, université Paris I, Paris, 521 p.

– (2007), Nouvelle Europe, nouvelles migrations. Mondialisation, frontières, intégration, Le Félin, Paris, 128 p.

Wihtol de Wenden C., (2009), La Globalisation humaine, PUF, Paris, 262 p.

Top of page

References

Electronic reference

Serge Weber, « Les mobilités induites par les migrations : émergence d’un champ circulatoire transnational », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 31 December 2011, connection on 25 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3790 ; DOI : 10.4000/mediterranee.3790

Top of page

About the author

Serge Weber

maître de conférences en géographie, université Paris-Est, laboratoire Villes mobilités transports (ENPC-INRETS-UMLV)
serge.weber@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page