Skip to navigation – Site map
La construction de territoires de la mobilité

Ancrages territoriaux, réseaux sociaux et initiatives des acteurs migrants : cas des constructions des itinéraires transsahariens

Territorial implantation, social networks and initiatives of the migrant actors : the case of the construction of the trans-Saharan routes
Ali Bensaâd
p. 127-138

Abstracts

The migratory routes are an interface with, on one hand, the territories on which they are built and rooted and, on the other, the voluntary action of the migrants who « develop » them and crystallize all their capacities in order to be mobile. Whereas this aspiration interacts with the socio-spatial transformations in order to be realized, these transformations affect migratory projects, modifying, inspiring and even revealing them. These migratory routes are a consequence of this interaction as well as being a decoder and a mirrored-image which questions again the relationship between the action and experience of the actors of mobility on one hand, and the significance of socio-spatial transformations of territories, on the other. If mobility tends to occur more frequently in a transgressive way, it appears in the socio-spatial dynamics of the territories.

Top of page

Full text

1Confrontées à des entraves croissantes à l’échelle mondiale, les circulations migratoires se déclinent dans un contournement et une tension grandissants. Cette situation de conflit illustre l’effet paradoxal de la globalisation sur les mobilités et le double mouvement qu’elle implique entre d’une part le désenclavement des territoires, la généralisation et la densification des connexions entre les différents espaces, leur mise en rapport directe et, d’autre part, la multiplication des obstacles à la circulation des personnes.

2Ce cadre dual, conditionnant les mobilités, a pour effet une reconfiguration des modalités de circulation, particulièrement de leurs itinéraires. Ceux-ci sont ainsi contraints à une « clandestinisation » et un redéploiement permanent pour échapper aux contrôles et, en même temps, se démultiplient, empruntant les vecteurs et les interstices que mettent à leur disposition les connexions, multiples et aux horizons toujours plus diversifiés, que construisent les transformations socio-spatiales qui travaillent tous les territoires de l’espace mondial et tendent à les interconnecter, y compris dans les marges.

3Comment dans ces conditions de contrainte extrême se construisent les itinéraires migratoires et comment s’organise et se réalise le franchissement des frontières ? Quelles conditions mobilisent-ils et que révèlent-ils des mutations des configurations migratoires et de celles des espaces traversés ? Les mobilités se définissant et se réalisant comme/par un déplacement dans l’espace, celui-ci traduit autant les dispositions des acteurs de la mobilité avec les capacités qu’ils peuvent déployer pour la concrétiser que celles des espaces traversés avec leur combinaison de contraintes, possibilités et impulsions voire suggestions à la mobilité.

4Dans un contexte de circulations entravées, les mobilités tendent à se réaliser de plus en plus sur le mode de la transgression. Si celle-ci, comme action de subversion des territoires, sollicite et développe des capacités particulières, toujours renouvelées et perfectionnées, des aspirants à la migration et révèle plus que jamais le rôle actif et la place centrale des migrants dans le processus migratoire, elle ne se réalise qu’en empruntant les vecteurs et interstices qu’offrent des territoires en mutations et ouvertures polyformes et permanentes.

5En opposition au verrouillage des frontières à la circulation des hommes, la démultiplication des connexions tous azimuts, le désenclavement généralisé des territoires et leur ouverture à l’extérieur – comme peut l’attester le développement des circulations qui traversent le Sahara, espace pourtant archétype de la marge et de l’enclavement – engendrent des situations de tensions, d’incertitudes et d’ambiguïtés propices à autant d’instrumentations et de transgressions.

6Comment l’aspiration à la mobilité interagit avec les transformations socio-spatiales pour tenter de se concrétiser et comment celles-ci pèsent sur les projets migratoires, les modifient voire les inspirent et les révèlent ?

7En interface, avec d’un côté les territoires où ils se construisent en s’ancrant et de l’autre, l’action volontaire des migrants qui les « bricolent » et y cristallisent toutes leurs capacités à concrétiser leur aspiration à la mobilité, les itinéraires migratoires sont ainsi une mise en miroir qui réinterroge, en confrontant ces deux éléments, la question récurrente dans les études sur les migrations : celle du rapport entre l’action et l’expérience des acteurs de la mobilité et la prégnance des transformations socio-spatiales des territoires, particulièrement dans un contexte où ces derniers densifient leur interconnexion.

8L’émergence et l’affirmation de la figure du migrant « acteur actif » tend aujourd’hui à devenir prédominante dans le champ de la recherche. Elle s’affirme encore plus, vu l’extrême opacité du Sahara, dans le cas des migrations transsahariennes avec la figure de « l’aventurier ». Cette affirmation reflète-t-elle le changement de perspectives global aux sciences humaines qui retrouvent et réhabilitent la puissance structurante de l’action et de l’impulsion émanant des individus ou traduit-elle plutôt une mutation profonde des configurations migratoires et l’affirmation de mobilités qui se construisent en porte à faux des schémas généraux sur les déterminants des migrations internationales par la loi de l’offre en terme d’emploi ou plus généralement par les notions de « forces répulsives et attractives » ?

9Au contraire du milieu du xxe siècle où les flux migratoires du sud au nord étaient organisés par les États et les entreprises économiques, les flux actuels s’organisent en dehors de ces derniers voire contre eux, et, contrairement à ce qui en est médiatisé, ils concernent moins l’Europe que le Maghreb à travers un mouvement qui s’est construit plusieurs décennies avant que n’apparaissent les routes terrestres et maritimes « clandestines » vers l’Europe. En déficit d’emploi et générateurs d’émigration vers l’Europe notamment, n’offrant pas d’emplois explicitement et n’étant pas demandeurs de main d’œuvre, les pays du Maghreb sont devenus, malgré cela, des pays d’immigration avant et indépendamment de la récente attraction européenne qui en fait des espaces de transit. Cette situation paradoxale, tout en révélant des formes nouvelles de migrations, ajoute à la complexification des parcours migratoires.

10Espaces migratoires devenus multifonctionnels et loin de se réduire à la seule fonction du transit vers l’Europe, le Sahara et le Maghreb, remettant en question la conception de la migration comme déplacement de populations entre un pays de départ et un pays d’accueil, sont le lieu d’une particulière complexification des itinéraires et des statuts des migrants.

Flux migratoires et circulation au Sahara

Flux migratoires et circulation au Sahara

Source : Fond de carte Pons (2000) et Schmitz (2000) et enquête de terrain Bensaâd (2000-2008)

1 - Entre régionalisation et mondialisation, des itinéraires migratoires transsahariens à sens multiples 

11La construction de l’espace européen sur le mode d’un espace fermé et la définition de politiques migratoires restrictives à l’échelle européenne reformule la question de la frontière de l’Europe avec ses Sud sous l’angle de sa fonction de limes ou de containment (Ballibar, 2001 ; Bensaâd, 2006a ; Delmote, 2001 ; Fabre, 1999). Fonction qui s’exerce par une externalisation des contrôles et un glissement des frontières européennes de plus en plus vers le sud jusqu’au Sahara (Bensaâd, 2008, Gonin et Robin, 2009) et dont l’une des conséquences est de transformer l’espace saharien en espace de contrôle et de rétention de potentiels migrants se dirigeant vers l’Europe.

12Si les migrants en recherche de voies de passage vers l’Europe l’empruntent pour contourner les contrôles et atteindre de possibles points de passage depuis la rive Sud méditerranéenne ou atlantique, l’UE, pour les contenir, y déploie des dispositifs de contrôle soit directement (à l’exemple de la Mauritanie devenue une base pour des contrôles menés directement par les hommes de la Guardia civil espagnole avec vedettes et hélicoptères et la construction par celle-ci d’un centre de rétention) soit en impliquant et faisant prendre en charge ses préoccupations sécuritaires par les pouvoirs locaux, étendant ainsi au Maghreb, voire au Sahel, l’externalisation de sa politique migratoire, celle‑ci se définissant comme la volonté des pays européens de conférer aux pays du Sud une responsabilité croissante de la gestion et du contrôle des frontières des pays du Nord (Beaudu, 2007 ; Delouvin, 2003).

13Le processus de report/fermeture des frontières se manifeste donc directement dans l’espace saharien comme une contrainte à la circulation. Mais cette contrainte intervient au moment où justement cet espace se désenclave, s’ouvre à l’extérieur, se développe et développe des circulations diverses qui le traversent.

14En effet, le Sahara connaît d’intenses transformations socio-spatiales, un développement économique et l’émergence de pôles de développement et d’urbanisation devenus comme autant de générateurs et de relais d’échanges et de circulation, (Bison J., 1993 et 2003).

15Les échanges transsahariens, réactivés, sont à la source d’émergence de filières, routes commerciales et places marchandes et de transit de dimension supranationale alors que les mobilités commerciales ainsi générées servent également de support à des flux migratoires qui s’y greffent.

16Ces échanges participent à la construction d’une régionalisation où le Sahara, réarticulé au Sahel et au Maghreb, se retrouve restitué au rôle de jonction et de pont entre eux. Un processus nourri par un différentiel qui ne se limite pas aux inégalités de revenus mais s’exprime plus dans des spécificités socio-économiques et anthropologiques, fondement potentiel de complémentarités et d’un processus d’interpénétration régionale humaine en cours.

17Aussi, plusieurs décennies avant que n’émerge l’immigration irrégulière vers l’Europe, l’immigration était massivement présente au Sahara et, par celui-ci, au Maghreb. C’est ainsi que l’essentiel de l’immigration subsaharienne concerne le Maghreb à travers un mouvement qui s’est construit plusieurs décennies avant que n’apparaissent les routes terrestres et maritimes « clandestines » vers l’Europe (Bensaâd, 2005).

18C’est la fermeture des frontières européennes qui, contraignant les circulations migratoires à la clandestinité et les rabattant toujours plus vers le sud, promeut le Sahara comme nouvel itinéraire vers l’Europe en raison justement et paradoxalement de sa dangerosité et de son opacité qui permettent de déployer une stratégie de contournement comme réponse à la stratégie européenne de verrouillage.

2 - Mouvance et permanence dans l’émergence des itinéraires migratoires transsahariens

19Au-delà de l’intérêt d’itinéraires dont l’émergence est nouvelle, ceux-ci présentent le paradoxe d’être à la fois, comme chemins, bien ancrés dans les territoires qui les portent et de l’autre, notamment en réponse aux politiques migratoires répressives, d’être extrêmement flexibles, réversibles et volatiles. Cette mouvance des itinéraires étant organisée par les migrants eux-mêmes, le plus souvent dans l’urgence, et dans tous les cas en butte aux contraintes des politiques répressives des États dont ils traversent les territoires (Gabrielli, 2006).

20Cette tension continue et extrême entre ancrage et volatilité fait de ces itinéraire une mise en miroir où se reflètent et se croisent le rôle actif des acteurs de la mobilité d’un côté et de l’autre les territoires, à la fois support structurel de cette mobilité et lieu de cristallisation et de condensation de tous les processus socio-spatiaux.

2.1 - Mouvance des itinéraires et volontarisme et savoir-faire des migrants

21Les itinéraires des migrations transsahariennes ont connu des changements rapides et permanents et une reversibilité exceptionnelle, faisant de leur volatilité une de leurs caractéristiques essentielles. Ils ont été d’abord terrestres avant d’être maritimes. Ils se situaient au nord de l’Afrique (Maroc, Libye) pour finir par se situer en Guinée Bissau après le Sénégal.

22Ainsi, en se limitant aux seuls trois derniers mois de l’année 2005 (oct./déc.), moment de forte médiatisation des tentatives de traversées, ces itinéraires se sont déplacés depuis les enclaves espagnoles de Ceuta et Melillla situées au nord du Maroc jusqu’en Mauritanie, 2 000 km plus au sud, faisant des îles Canaries leur destination principale aux dépends de ces enclaves et des côtes de l’Andalousie.

23Ces glissements illustrent bien la réactivité des flux migratoires aux politiques d’immigration. Ils traduisent la mise en œuvre de stratégies territoriales opposant deux acteurs ayant une forte conscience du territoire et des spatialités et les instrumentant. À l’Europe qui repousse toujours plus en amont ses zones de contrôle et de rétention dans des pays du Sud de plus en plus lointains, répond la stratégie des migrants qui, empêchés d’accéder directement aux espaces européens, tentent de forcer le dispositif au travers de ses points vulnérables que sont les micro-territoires avancés de l’Europe sur les marges du continent africain. Après les enclaves espagnoles de Melilla et Ceuta, le détroit de Gibraltar, les côtes andalouses, les îles Canaries puis l’île de Lampedusa et Malte ont été successivement puis en alternance lieux de confrontation et de tension de l’espace migratoire.

24La multiplication des dispositifs répressifs n’a pas réussi à juguler les tentatives de migration mais seulement à en accroître les risques : l’année 2006 par exemple a vu le nombre de morts, proportionnellement, multipliés par au moins 12 par rapport à la décennie 1992/2002, notamment en raison du repoussement de la frontière européenne qui accroit la dangerosité de sa transgression : 25 morts de plus par mètre de glissement vers le sud (Bensaâd, 2006a et 2008)…

25Pourtant la répression reste inefficace : le mouvement migratoire est globalement stable, en croissance continue et s’installe dans la durée malgré les périodiques vagues de répression. Cette « pérennité » s’impose malgré ou plutôt au prix de reflux locaux et ponctuels et d’une adaptation continuelle par des changements d’itinéraires. Ceux-ci illustrent une particulière capacité d’adaptation des migrants au contexte. Cette adaptation est encore plus remarquable s’agissant d’un mouvement spontané et atomisé. Elle révèle autant le caractère déterminé et agissant des migrants comme artisans à part entière de leurs projets individuels que la densité du lien social tissé au travers duquel tentent de se concrétiser, en se contextualisant, leurs trajectoires personnelles. Elle illustre à la fois une volonté et une capacité des migrants confortant l’actuel recentrage des études concernant les mobilités sur le migrant « acteur agissant ».

2.2 - Les itinéraires migratoires, un aboutissement de mutations territoriales sur le temps long

26Cependant, l’examen de l’historique de ces différents itinéraires successifs, révèle toujours que leur émergence est d’abord l’aboutissement de longs processus de désenclavement et d’intégration progressive des espaces qui les portent dans des processus de développement et d’échanges avec pour corollaire l’intégration dans des dispositifs migratoires.

27Regardons de près le glissement le plus significatif qu’il y a eu : l’émergence des côtes atlantiques mauritanienne et sahraouie

28Si, début 2006, la Mauritanie et particulièrement Nouadhibou se retrouvent propulsés comme plateforme de transit vers l’Europe, ce n’est pas seulement le durcissement de la répression des flux migratoires subsahariens au Maroc et leur rabattement vers le sud qui l’expliquent. C’est plutôt l’aboutissement d’un double processus combinant d’un côté interpénétration régionale et de l’autre désenclavement et ouverture sur les autres espaces régionaux.

2.2.1 - Désenclavement et ouverture aux autres espaces régionaux

29C’est en effet d’un côté le parachèvement d’un long processus de désenclavement avec l’achèvement de la route transsaharienne atlantique (Tanger-Dakar en passant par les 3 villes mauritaniennes les plus importantes : Nouadhibou, Nouakchott et Rosso), commencée en 2002 pour sa portion mauritanienne (Antil et Choplin, 2004 ; Lepidi, 2005) et celui auparavant de la « route de l’espoir » reliant le Mali à Nouakchott, capitale de la Mauritanie. Ces routes ont mis cette dernière en connexion étoilée avec le Sahel et le Golfe de Guinée à travers Dakar, avec les régions sahélo-sahariennes intérieures à travers Néma et de là vers Gao et Tombouctou, et enfin avec les rives méditerranéennes face au détroit de Gibraltar par Tanger en passant par Nouadhibou. Cette dernière, quoique capitale économique et bâtie par et autour de l’immigration, était, avant ces routes, une sorte d’isolat coupé du reste du pays, fonctionnant comme un comptoir sur l’Atlantique et, malgré sa position d’interface avec les Îles Canaries, ne fut pas un lieu de transit (Bonte, 2001).

30C’est donc cette mise en connexion qui explique cette intégration progressive de la Mauritanie dans le dispositif migratoire. Le redéploiement vers et par la Mauritanie avait commencé depuis au moins deux ans avant qu’elle ne devienne une plateforme de passage direct vers l’Europe. Avant même qu’il y ait cette « redescente » des flux migratoires depuis le nord du Maroc vers le sud, la Mauritanie, et de fait le Sahara occidental, étaient devenus une des principales voies d’accès vers le nord du Maroc alors que ce dernier continuait à être le lieu privilégié des tentatives de passage vers l’Europe et ses enclaves Sud. Aussi, le passage de Nouadhibou au rôle de plateforme de connexion avec l’Europe était déjà inscrit dans les transformations de l’espace mauritanien, en dehors des conjonctures qui l’ont révélé tel le durcissement de la politique de répression marocaine et le glissement du cordon sanitaire européen de plus en plus au sud (Bensaâd, 2006b).

2.2.2 - Développement et interpénétration avec l’espace régional

31Le processus de désenclavement et d’ouverture aux autres espaces régionaux était soutenu et s’alimentait, en amont, d’un processus de développement et d’interpénétration de la Mauritanie avec son espace régional dont le corollaire est une situation d’imbrication humaine avec les deux pays bordiers (Sénégal et Mali). Ces deux pays, puis plus largement l’Afrique de l’Ouest fournissent une grande partie de sa main d’œuvre à la Mauritanie, pays d’immigration quoique pauvre et, en retour, cette même région est le lieu de déploiement d’un réseau boutiquier maure qui l’émaille fortement, constituant un véritable pendant économique et humain à la présence d’immigrés en Mauritanie.

32Le paradoxe du cumul par la Mauritanie de statut de pays pauvre (La Mauritanie figure parmi les 24 pays les plus pauvre dans le classement PNUD) et celui de pays d’immigration s’explique par le fait que les migrations, à l’échelle régionale, se basent sur des complémentarités socio-ethniques et professionnelles où les différentiels de revenus ont un bien moindre rôle. Cette complémentarité qui s’est toujours traduite par une segmentation professionnelle fondée sur une base ethnique (qu’on peut schématiser en Maures commerçants et éleveurs d’une part et Négro-africains sédentaires villageois pratiquant l’agriculture, la pêche et l’artisanat, de l'autre), s’est prolongée dans la modernité par une spécialisation professionnelle où certains métiers (activités urbaines, entreprise artisanale ou industrielle) ne sont pas pratiqués, jusque là, par les Maures. Ce sont en même temps ceux qui ont connu la plus forte demande du fait d’un vigoureux processus d’urbanisation. Pays le moins urbanisé d’Afrique de l’Ouest avec à peine 3 % de sa population vivant dans des villes dont aucune ne dépassait les 10 000 habitants, la Mauritanie est aujourd’hui majoritairement urbaine et le quart de sa population vit dans la seule Nouakchott, la capitale qui est passé de 8 000 à 700 000 habitants en 40 ans multipliant ses effectifs par presque cent ! La forte demande ainsi induite a fait appel à des populations négro-mauritaniennes puis plus largement négro-africaines avec une extension graduellement élargie aux pays sahéliens voisins puis plus lointains.

33Aussi, plusieurs décennies avant que n’émerge l’immigration irrégulière vers l’Europe, l’immigration était massivement présente en Mauritanie. Elle y était déjà présente et importante à un moment où un pays comme l’Espagne, devenu destination de l’immigration irrégulière qui traverse actuellement la Mauritanie, était, et pour longtemps encore, un pays exclusivement d’émigration. Les immigrés représentent au moins 7 % de la population, soit une proportion proche de celle des pays de la rive Nord méditerranéenne voire plus élevée comme pour l’Italie, alors que la Mauritanie, à contrario de ces derniers, figure parmi les 24 pays les plus pauvres au Monde (dans une configuration autre, plus de richesse, avec une proportion de population immigrée évaluée entre 15 et 25 %, la Libye surclasse tous les pays européens). Mais son impact tient surtout à sa très forte concentration dans les deux grandes villes Nouakchott et Nouadhibou où elle représente 20 % de la population de la première (140 000) et 30 % de celle de la deuxième (40 000). On remarquera que la proportion de loin la plus importante des migrants (plus des trois quarts) se situe à Nouakchott et non à Nouadhibou, devenue ville de passage vers l’Europe. L’importance de l’immigration dans cette dernière ville, un habitant sur trois, s’explique par le fait que Nouadhibou est la capitale économique et industrielle de la Mauritanie et non par sa position d’interface avec les Canaries. Celle-ci ne fut valorisée par la migration irrégulière vers l’Europe que récemment, plus de quarante ans après que Nouadhibou soit devenue un creuset migratoire cosmopolite avec des migrants originaires de pays sahéliens identifiés aujourd’hui comme les principales zones pourvoyeuses de mouvements migratoires irréguliers vers le Maghreb et l’Europe et cela longtemps avant que n’apparaissent ces mouvements et longtemps avant que la Mauritanie n’en devienne une des routes majeures.

34La diffusion de l’immigration s’est donc faite en Mauritanie comme aboutissement d’un processus d’interpénétration de cette dernière avec sa région, particulièrement son prolongement sahélien, et, associée avec son pendant que représentent les réseaux boutiquiers maures dans ces pays, elle aboutit à une situation potentielle de véritable « intégration régionale humaine par le bas ».

35C’est la rencontre et la fusion entre deux échelles de son intégration régionale, fruit de son développement, qui vont ouvrir la Mauritanie aux nouvelles circulations migratoires et en faire un itinéraire à leur déploiement : d’une part une interpénétration avec ses pays bordiers avec pour corollaire un développement de la circulation des populations et des mouvements migratoires intenses entre eux, support potentiel pour les futurs circulations se projetant sur l’Europe et, d’autre part, une mise en connexion avec les deux ensembles régionaux que sont d’un côté le Sahel d’où proviennent précisément les candidats à l’émigration irrégulière vers l’Europe et de l’autre le Maghreb, interface de l’Europe par ses rives méditerranéennes et atlantiques et d’où se sont construits, dès les années 80, des itinéraires de migration irrégulière de maghrébins sur lesquels se sont greffés, à partir des années 90, des subsahariens.

36Reconnectée au Sahel et au Maghreb, la Mauritanie retrouve la fonction de passerelle entre eux.

37C’est ainsi qu’après avoir été ignorée et contournée par les flux de migrations internationales qui se sont déployés à partir des années 90 à travers le Sahara pour se projeter sur le Maghreb et l’Europe, la Mauritanie en devient, brusquement, en 2006, le principal itinéraire et sa ville portuaire Nouadhibou la plate forme privilégiée des tentatives de passage des migrants vers l’Europe.

38C’est donc l’aboutissement de mutations territoriales sur le temps long et aux diverses échelles qui promeuvent la Mauritanie en potentiel itinéraire migratoire vers l’Europe qui sera valorisé par les migrants dans leurs stratégies d’accès à l’Europe. Mais également, en se construisant et en établissant des connexions nouvelles, ces itinéraires diffusent et cristallisent le désir et la possibilité de migrer et « lèvent » de potentiels migrants ou élargissent l’horizon de ceux qui sont déjà en mobilité et enrichissent et modifient leurs projets migratoires.

3 -« Retour du Sahara » : routes transsahariennes et versant atlantique des circulations transsahariennes

39Ce processus de basculement d’un espace de marge ignoré par la circulation au statut d’itinéraire migratoire procède en fait d’un mouvement plus global de « retour » du Sahara et de son « irruption » dans le système relationnel international, au travers de son développement, avec comme conséquence principale le développement de la circulation et la jonction (re)nouée entre sa rive sahélienne et sa rive maghrébine. Ce processus est intervenu plus tardivement en Mauritanie.

40Le cas particulier mauritanien peut être élargi à toutes les circulations transsahariennes. Il est vrai que c’est la fermeture des frontières européennes qui a promu le Sahara comme nouvel itinéraire vers l’Europe en raison justement et paradoxalement de sa dangerosité et de son opacité qui permettent de déployer une stratégie de contournement comme réponse à la stratégie européenne de verrouillage. Mais si le Sahara est devenu un espace de transit, c’est d’abord parce qu’il est devenu par ailleurs traversable. Il est devenu traversable en raison d’un développement dont les sources et les motivations sont locales et endogènes.

41Si les mobilités entre Sahel et Maghreb ont été réactivées par l’axe central du Sahara (correspondant à l’axe Agadez- Tamanrasset) et que ce dernier fut pour longtemps l’itinéraire privilégié, c’est aussi parce que c’est l’axe qui a connu le plus tôt et le plus fortement des transformations socio-spatiales, un développement économique et l’émergence de pôles de développement et d’urbanisation qui furent des générateurs et des relais de circulation alors que l’axe occidental du Sahara (correspondant à l’axe Mauritanie-Maroc) est resté marqué par l’inertie voire la régression en raison à la fois de la faiblesse de ses ressources et des politiques conservatrices de ses États contrairement au précédent où politiques volontaristes des États et ressources minières importantes se conjuguaient. C’est ainsi qu’avant même que l’instabilité politique s’y installe, l’axe occidental était évité par la circulation.

42Quand on fait l’historique de la circulation dans ces régions on constate que c’est graduellement et de proche en proche qu’ont été renoués les fils de la relation entre rive maghrébine et rive sahélienne, que c’est le développement local qui a impulsé la circulation et balisé les itinéraires. Les migrations se déclinent comme des déplacements entre pôles de développement. C’est ce qui explique qu’avant le désenclavement, un migrant sénégalais ou guinéen faisait un détour de près de 3 000 kms, passant par Agadez et Tamanrasset, pour rejoindre Tanger sans compter les détours volontaires par la Libye pour y travailler et accumuler de l’argent pour le voyage.

Routes et itinéraires migratoires

43Même quand ils sont contraints à une clandestinisation extrême, les itinéraires migratoires s’organisent autour des routes. S’ils évitent de les emprunter directement sur des tronçons plus ou moins importants, ces itinéraires ne peuvent être viables qu’en utilisant (avec plus ou moins de facilités) les possibilités des relais urbains que relient les routes : approvisionnement en eau, carburant, nourriture, devises, hébergement, papiers.

44L’émergence des routes, par ailleurs, intervient le plus souvent comme corollaire à l’existence de potentialités d’échange qui justifient et pressent à leur édification. Et quand elle intervient, cette dernière en révèle toutes les possibilités et les dope. L’édification des trois routes transsahariennes concurrentes qui partent d’Alger, Tripoli ou Tanger (pour aboutir respectivement à Agadez, Abéché et Dakar) est intervenue, pour chacune, à un moment de maturation du développement et des possibilités d’échanges. Elle a eu dans les trois cas pour effet de les démultiplier. Et concomitamment de réactiver les mobilités sur les mêmes axes. L’orientation et la densité des flux migratoires ont épousé la chronologie de la fonctionnalité de ces routes comme le confirme encore en dernier l’émergence de Nouadhibou comme carrefour migratoire concomitamment avec l’achèvement de la transsaharienne Tanger-Dakar dont elle constitue l’étape médiane.

45Ce qui est vrai pour l’émergence des itinéraires, l’est aussi pour leur glissement. Celui-ci ne se fait pas n’importe où et n’importe comment et préexiste toujours aux infléchissements qu’imposent les politiques migratoires comme on l’a vu pour la Mauritanie.

Maritimisation des itinéraires

46Même la récente maritimisation des itinéraires prend appui sur les transformations territoriales continentales sahariennes constituant une sorte de « versant atlantique » des circulations transsahariennes

47Prenons le cas extrême des itinéraires maritimes qui viennent directement du Sahel (Sénégal, Guinée). Ils ne sont pas si exclusivement maritimes que cela : ils se sont construits et continuent à fonctionner surtout en rapport avec les transformations des côtes atlantiques sahariennes (marocaines, sahraouies et mauritaniennes). La maritimisation des itinéraires s’est construite graduellement avec la construction des routes qui a amené la fixation et la consolidation de noyaux urbains notamment au Sahara Occidental où les autorités marocaines ont voulu ancrer leurs revendications territoriales par des transformations socio-spatiales profondes avec particulièrement une urbanisation des côtes.

48Ces noyaux urbains ont pu servir de lieux de départ offrant une grande proximité avec les îles Canaries (le cas de Tarfaya, Laâyoune) puis à mesure que les départs se faisaient depuis des zones plus méridionales, ils ont servi de relais, le voyage se faisant en longeant les côtes avant le virage et le cap sur les îles Canaries. Le développement et la multiplication des noyaux urbains et des échanges sur cet axe côtier atlantique, en offrant les possibilités d’ancrage et de maturation du projet migratoire (depuis la possibilité de s’approvisionner, y compris en moteurs pour barques, jusqu’à la possibilité de travailler dans le bâtiment ou la pêche), a fait de ces zones de nouveaux points potentiels de départ (Oudada, 2009). C’est au fur et à mesure du glissement méridional des points de départ que s’est construite la maritimisation graduelle des itinéraires par apprentissage acquis et développement d’un « savoir-faire maritime ». Celui-ci s’est construit essentiellement à travers la transformation d’un savoir-faire technique, celui des pêcheurs, et sa récupération pour servir un projet migratoire et cela alors que le secteur de la pêche, base des projets de développement sur cet axe, a connu une explosion.

49Ainsi, les itinéraires maritimes, aussi bien par le processus de leur construction que par celui de leur fonctionnement en partie, ont toujours un ancrage saharien. Aussi peuvent-ils être qualifiés de versant atlantique des circulations transsahariennes.

50Il est vrai que si un itinéraire est élu, à un moment ou à un autre, pour une immigration devenue irrégulière, c’est aussi parce qu’il offre la meilleure parade aux velléités de contrôle des flux. Mais avant d’être des itinéraires de contournement et de se projeter sur une destination, ces chemins sont d’abord des liens qui se sont construits entre espaces à échelles diverses. La diversification des parcours migratoires et leur mondialisation est d’abord le fruit de la densification des échanges aux divers échelles de l’espace mondial, y compris dans les périphéries.

51On ne peut donc détacher ces mouvements des territoires qui les portent et de leurs mutations.

3.1 - Mutations socio-spatiales et construction des itinéraires migratoires

52L’ancrage et l’insertion des mobilités dans les mutations socio-spatiales qui les portent et les modèlent se vérifient à toutes les échelles du déploiement des mouvements migratoires.

53Les mobilités ne se déploient pas n’importe où, ni n’importe comment. Elles épousent les potentialités et les sollicitations des territoires

3.2 - Régionalisation, densification des échanges et itinéraires migratoires

54Cette insertion et cet ancrage se vérifient d’abord à l’échelle globale des migrations transsahariennes.

55Ainsi les flux sont canalisés selon un couloir principal saharien, condensé des mutations qui secouent cet espace et de la diversité voire de l’opposition de leurs sources d’impulsion.

56Pendant longtemps et avant que n’apparaissent d’autres itinéraires, la circulation transsaharienne se faisait essentiellement par deux portes : une « porte d’entrée » de la circulation Sahel-Maghreb par Tamanrasset (selon l’axe transfrontalier algéro-nigérien Agadez-Assamaka-Tamanrasset) et une « porte de sortie » principale par Maghnia (selon l’axe transfrontalier algéro-marocain Maghnia-Oujda-Tanger) pour la partie de cette circulation qui se destine à l’Europe. Longtemps quasi-exclusive, ces deux portes principales de la circulation transsaharienne restent toujours primordiales.

57Or ces deux « portes » correspondent à des espaces qui sont les lieux de processus de mise en place et de densification des échanges.

58Alors que les échanges officiels entre Maghreb et Sahel sont statistiquement insignifiants et les échanges entre pays maghrébins infimes au regard de leurs échanges extérieurs (notamment entre l’Algérie et le Maroc que des conflits récurrents ont conduit à un gel de leurs frontières communes), ces deux « portes » sont, en contre point, les « interstices » par lesquelles se sont mis en place de véritables couloirs d’échanges.

59Les flux de contournement, relevant de la fraude et de la contrebande sont en effet intenses entre l’Algérie et le Maroc malgré la tension entre les deux gouvernements liée à des querelles de leadership régional et surtout au problème sahraoui. Quand aux échanges transsahariens, ils prennent une réelle importance et sont à la source d’émergence de filières, routes commerciales et places marchandes et de transit à l’image d’Agadez ou Tamanrasset. C’est sur ces échanges, source déjà de mobilités commerciales, que se sont greffés les flux migratoires.

60Ces échanges, initiés sous forme de « commerce de fourmis » ont été les liens précurseurs d’un processus de régionalisation et les marchands de véritables « explorateurs » et constructeurs de réseaux pour investir les nouveaux espaces maghrébins (ou sahéliens) et y prospecter les opportunités et construire des échanges.

61Leur déploiement précurseur souligne, une fois de plus, cette caractéristique du migrant comme « acteur agissant ».

62Cependant, pour volontaire qu’elle soit, cette mobilité « initiale » ne s’est pas moins faite d’abord comme écho aux transformations socio-spatiales bouleversant l’espace saharien et aux nouvelles opportunités et sollicitations qu’elles ont fait émerger et elles n’ont pu se déployer qu’en utilisant les nouvelles possibilités offertes par ces transformations.

4 - L’effet paradoxal et inattendu des « nationalisations » du Sahara : l’émergence et la projection dans des mouvements transnationaux et l’amorce d’une régionalisation « par le bas »

63Confins plongés dans une latence depuis le déclin du commerce transsaharien puis la colonisation, les espaces sahariens connaissent une revitalisation avec les indépendances et le désir des États‑nations de marquer leur territoire et particulièrement ces confins mal contrôlés et mal connus mais porteurs d’une profondeur stratégique car constituant partout une frontière et objets de contestations. Avec des nuances entre pays, les États entreprennent des actions volontaristes de développement des infrastructures, de fixation des habitants et de développement des activités d’autant que les indépendances correspondent avec les débuts de l’exploitation d’importantes ressources minières qui y sont découvertes. Ces sont ces multiples actions qui revivifient ces régions et les rendent attractives, y développent l’activité et la circulation et donc les possibilités d’échanges. C’est paradoxalement le marquage des frontières et leur institutionnalisation avec les « nationalisations » et le développement des différentes portions de Sahara qui vont fouetter la circulation à l’intérieur de chacune des « portions » mais aussi entre elles, chacune étant l’interface d’une autre « portion » rattachée à un autre système d’État-nation.

64Plus l’action de l’État s’exerce aux frontières et plus celle-ci développe les mouvements transnationaux. L’illustration en est donnée emblématiquement par des villes comme Tamanrasset ou Sebha, villes frontières conçues comme vitrines et postes avancés du nationalisme algérien ou libyen et qui se trouvent prises aux pièges d’une circulation transnationale qu’elles ont suscitée par leur propre affirmation de pôle national : les vastes étendues d’habitat précaire des réfugiés et migrants encerclant les multiples casernes de la ville de Tamanrasset ou les édifices publiques de Sebha, en un raccourci morphologique, donnent une image saisissante de ce « paradoxe ».

65L’effet inattendu, transnational, de ces nationalisations ne tient pas seulement et tellement au creusement du différentiel. Il s’explique aussi par une caractéristique principale de l’espace saharien, son fonctionnement en réseau, sur lequel se sont juxtaposées les frontières nationales. Ce système s’est conservé, même à l’état ténu, malgré la régression qui a embrassé tout l’espace saharien, comme l’illustrent toujours la circulation, même entravée, des populations nomades (Touaregs, Toubous ou Maures) ou les relations entre centres urbains toujours régis par une logique réticulaire transsaharienne. L’affirmation des nouveaux pôles a pour effet de remobiliser et de restructurer autour d’eux les potentialités de réseaux comme ce fut le cas pour Tamanrasset ou Sebha. C’est ce qui explique que, parmi les implantations urbaines nouvelles, nombreuses au Sahara, ce sont celles qui se situaient sur des axes potentiels d’échanges et à la confluence de réseaux, qui ont connu une pérennité et surtout un croît démographique surpassant les prévisions (Cote, 2002).

66Enfin, le différentiel creusé par les frontières, même s’il s’est creusé très fortement, notamment entre Maghreb et Sahel, ne se limite pas à la dimension d’inégalités de revenus mais s’exprime plus dans des spécificités socio-économiques dont nombre ont pour source des spécificités anthropologiques qui s’expriment, entre autre, en des spécialisations ethno-professionnelles, fondement potentiel de complémentarités.

4.1 - Déficits étatiques, échanges et mobilités informels et « régionalisation par le bas »

67Si les échanges sur ce couloir ont été activés et se sont nourris des énormes potentialités dégagées par le développement du Sahara, ils se construiront plutôt en se faufilant dans les interstices des limites générées par ce développement, en dehors des États voir en opposition à eux.

68Ainsi, schématiquement, en plus des différentiels entre pays, les modèles « développementistes » algérien ou libyen génèrent une double contradiction : d’une part accroissement des besoins et du pouvoir d’achat des populations mais concentration des investissements sur les secteurs productifs et infrastructurels aux dépens des investissements sociaux et au dépens des importations de bien de consommation autres que ceux primordiaux, générant des pénuries récurrentes ; et d’autre part forte subvention des produits de première nécessité. Cette situation et l’inconvertibilité du dinard algérien et libyen vont alimenter un commerce de « contrebande » qui mobilisera une multitude de réseaux de petits commerçants sahéliens puis de grands opérateurs (Grégoire, 1999). Si, graduellement, une grande part de ces mobilités se transformera en migrations de travail, elle sera assez souvent accompagnée d’une activité marchande qui permet de contourner le problème du change et qui raffermit le courant d’échange, démultipliant les liens qui pourront servir de supports aux migrations.

69En dehors des impulsions des États et échappant à leur contrôle, se construisent des courants d’échanges de manière informelle voire illégale. Ce qui ne les empêche pas de structurer des circuits marchands internationaux dans le cadre d’économies parallèles qui animent de véritables filières et routes commerciales, à travers le Sahara, faisant émerger de nouvelles places marchandes et de transit (dont certaines sont d’anciens centres de transit transsahariens marginalisés) et dont l’importance est d’ordre supranational.

70La construction de ces circuits illustre, encore une fois, la capacité et le caractère agissant de ces « migrants précurseurs » que sont ces commerçants informels, ceci étant d’autant plus remarquable que, le plus souvent, ces circuits font face à une répression de l’État qui n’est pas contradictoire avec leur prédation par ses agents.

71Cependant, là aussi, on n’est pas seulement dans la transgression par les individus des cadres normatifs. Ces circuits exploitent et répondent d’abord à des déficiences structurelles. Ils sont l’expression des contradictions et des limites des systèmes socio-économiques, leur contestation pratique. Les échanges informels qui, en Algérie, se sont construits pour l’essentiel pour répondre aux besoins insatisfaits voire créés (pénuries) de l’économie étatiste, ont été également une base pour l’accumulation et la constitution d’une masse critique socio-économique qui fournira au final, en conjonction avec des facteurs géopolitiques externes, la base économique et sociale du processus de libéralisation du pays.

72Les processus socio-spatiaux ne dépendent que partiellement des projections et interventions des États. Ils sont d’abord l’émanation des forces sociales et économiques qui travaillent les sociétés et qui, lorsqu’elles sont entravées par les cadres institutionnels, finissent par se créer les interstices à leur déploiement.

73C’est en se saisissant des contradictions du cadre structurel que les individus inscrivent leur action de subversion du dit cadre. Pour « subversive » et transgressive qu’elle soit, leur action s’inscrit bien donc dans les dynamiques socio-spatiales des territoires.

4.2 - Survivances protoétatiques, subversion du cadre national et régionalisation

74Si, se déployant en dehors voire contre les États, les échanges et les flux migratoires qui s’y greffent empruntent le couloir susmentionné, c’est parce qu’ils peuvent y échapper au contrôle desdits États.

75Les espaces traversés sont en effet des espaces de contestation ou plutôt de soustraction à l’État-Nation. C’est le cas à l’entrée du « couloir » susmentionné traversant les espaces touaregs dont la mobilité, malgré la volonté des États‑nations de la brider, est restée transnationale et les territoires touaregs, notamment sur le versant sahélien du Sahara restent des territoires incontrôlés au prix de conflits armés qui perdurent depuis quasiment les indépendances (Dayak, 1992). C’est le cas également de sa sortie qui emprunte le passage rifain, autre espace à tradition centrifuge vis-à-vis de l’État central marocain (Vermeren, 2001) et qui entretient, hors légalité, d’importants échanges avec l’Algérie. En fait, l’irrédentisme de ces régions est bien plus ancien que les velléités d’État-Nation et remonte très loin dans l’époque précoloniale, le Sahara ayant été toujours considéré comme « bilad siba » (territoire sans contrôle, littéralement « délaissé ») alors que les régions rifaines, toujours réfractaires à l’ordre royal, se sont même illustrées par un combat contre la colonisation en opposition à la monarchie (guerre du Rif).

76Il s’agit de réseaux dont on pourrait dire qu’ils sont « protoéatiques » dans le sens qu’ils ont préexisté à l’État-Nation et que celui-ci n’a pas réussi à les réguler dans son cadre. Ils lui échappent et le contestent et se renforcent de ces nouveaux courants transnationaux qu’ils servent. Aussi la notion de « passeurs » comme acteurs criminels opérant dans une transgression de la norme est à réviser. La reprise, depuis l’été 2006, des rebellions touaregs au Niger et au Mali, facteur de fragilisation de la région, est une conséquence de cette perception réductrice et criminalisant des Touaregs comme « passeurs » et du traitement répressif qu’elle induit. Leur rébellion est une réaction à la répression accrue de leurs mouvements transfrontaliers par des États tenus dorénavant responsables, devant l’Europe, de leurs frontières sahariennes. Aussi, à la marginalisation pratiquée à leur encontre par les pouvoirs centraux s’ajoutent désormais un nouvel interdit de mobilité et un confinement qui accroît leur déclassement, génère un désespoir et une révolte.

5 - Ancrages historiques et dynamiques territoriales actuelles dans la construction des itinéraires transsahariens

77Le mouvement migratoire actuel, nouveau après une longue phase de latence, n’intervient pourtant pas dans un territoire vierge mais dans un espace où des héritages, notamment les maillages spatiaux antérieurs, constituaient autant de pierres d’attente. Dans un espace particulièrement hostile où tous les sites viables, peu nombreux, ont déjà été utilisés, ces maillages canalisent, de fait, spatialement les mouvements migratoires actuels. Cependant, c’est seulement par leur investissement par des dynamiques contemporaines que sont mobilisés et valorisés ces héritages. Leur mobilisation par le déploiement du mouvement migratoire et leur transformation en fonction des besoins de celui-ci, renforce un processus de régionalisation et d’interpénétration qui multiplie les jonctions et les interstices que les mouvements migratoires peuvent instrumentaliser.

78Si les flux actuels se construisent des chemins dans la contrainte mobilisant les capacités d’innovation et de contournement des migrants, ils aboutissent également, à exhumer, revivifier et récupérer une épaisseur historique, celle des échanges caravaniers qui ont animé le Sahara pendant 10 siècles. S’appuyant sur tous les nœuds existants dans l’espace saharien, ils s’inscrivent forcément dans le tracé des anciens itinéraires caravaniers, ils reprennent les mêmes axes. Ainsi les grands axes médiévaux ont pour la plupart repris une actualité, les carrefours d’autrefois retrouvent leur vitalité (Agades, Ouargla) alors que les divers projets de transsaharienne reprennent les tracés anciens (Cote, 2005 et 2009).

79Cependant, ces « héritages » ne sont mobilisés dans ce nouveau redéploiement que parce qu’ils ont pu être (ou non) revivifiés par des dynamiques contemporaines qui les ont investis sélectivement en fonction d’enjeux de développement local et de régionalisation, évoqués précédemment, en interaction avec les effets de la mondialisation. Aussi, si souvent les nouvelles places marchandes et de transit sont d’anciens centres de transit transsahariens marginalisés, beaucoup de ces derniers restent figés dans la régression ou ont même complètement disparus et sont donc ignorés par les mouvements migratoires et les échanges actuels. Si Agadez, par exemple, renoue avec son rôle de carrefour migratoire et d’échanges après avoir connu une régression confinant à l’agonie (ancien centre caravanier dont la population était estimée à 50 000 habitants au Moyen Âge, cette dernière ne totalisait que moins de 3 000 habitants à la moitié du xxe siècle, (Aboubacar, 1979), c’est à la fois grâce à l’exploitation de l’uranium d’Arlit et à la construction de la « route de l’uranium » qui la repositionne en situation de carrefour dans le réseau routier qui se reconstitue et par rapport aux autres centres qui se développent comme Tamanrasset ou Kano.

80Les « interférences » de la mondialisation ont également un rôle dans la mobilisation sélective des anciens centres. Ainsi Atar, également ancien relais transsaharien, présentait la même configuration qu’Agadez avec la présence, à proximité et dans son axe, d’une ville minière (Zouerate). Mais celle-ci n’a pas eu le même impact sur son développement ni sur celui de la circulation parce que les flux, grâce au train du désert, sont détournés, pour l’exportation, directement vers la mer, par Nouadhibou, évitant les anciens axes d’échange transsaharien, laissant la ville d’Atar dans une sorte d’angle mort.

81Mais en retour, le mouvement migratoire actuel, en confortant et amplifiant la revivification des anciens itinéraires et des anciens centres transsahariens qui avaient été marginalisés par la colonisation (Grégoire et Schmitz, 2000), renforce la reprise des échanges méridiens et consolide et raffermit le processus de régionalisation et de jonction entre Maghreb et Sahel, créant une situation d’interpénétration propice à l’encouragement de la circulation et multipliant les interstices où, même contrariés, les mouvements migratoires peuvent se couler.

82Le remodelage de l’armature urbaine au profit des anciens centres transsahariens (tel Agadez croissant aux dépens de la capitale Niamey) ou des villes nouvellement créées au Sahara qui se situent sur les axes potentiels d’échanges méridiens (Sebha, Tamanrasset) marque le nouvel ancrage méridien des différents espaces nationaux avec son corollaire inévitable de circulation de biens et de personnes.

83Cet élément complique fortement les velléités de contrôle pourtant exigé par l’Europe à ses partenaires Sud et est largement instrumenté par les migrants pour circuler entre le Maghreb et le Sahel ou pour atteindre des voies de passage vers l’Europe.

6 - « Culture de mobilité » et « prédispositions » à la migration :
le nomadisme un enfermement ?

84Si le lien, voire un raccourci, est souvent fait entre migrations internationales et une « culture de la mobilité » qui y prédisposerait, le Sahara offre l’exemple d’un singulier paradoxe qui infirme ce type de liens trop souvent mécaniquement établis.

85Alors que cet espace abrite des populations parmi les plus mobiles au monde (les Maures, les Touaregs et les Toubous, respectivement au Sahara occidental, central et oriental), que celles-ci sont en déplacement permanent sur de grandes distances et qu’elles ont construit une culture de mobilité sur le temps long d’un millénaire, paradoxalement, ces populations ne sont pas du tout concernées, directement du moins, par les intenses mouvements de migrations internationales qui traversent le Sahara et, bien plus, ne fournissent quasiment aucun candidat à cette migration.

86Ce paradoxe est d’autant plus frappant que, par ailleurs, la forte dégradation de leurs conditions de vie comme conséquence de la sécheresse et leur marginalisation politique, voire leur persécution, dans quasiment tous les États où ils se trouvent, ont abouti à un déclassement qui surpasse, de loin, celui des populations d’origine des migrants.

87Enfin, ces populations sont toutes, sous l’effet de la sécheresse, devenues de fait des réfugiés et le plus souvent dans un autre pays que celui auxquels ils sont rattachés. Mais même réfugiés, en aucun cas, ils ne sont établis en dehors du Sahara.

88Ce « paradoxe » n’en est pas un en fait et n’est pas non plus un cas particulier. Il en fut ainsi pour les migrations internationales dans la région qui ont toujours concerné quasi exclusivement les populations sédentaires comme ce fut le cas dans le cadre du « couple migratoire euromaghrébin ». Ainsi même quand les populations migrantes maghrébines étaient essentiellement rurales (sauf pour la Tunisie où l’émigration fut d’emblée citadine, Simon, 1995), c’est les sociétés villageoises paysannes sédentaires (Kabylie, Souss) qui ont fourni les contingents de migrants et non pas les sociétés agro-pastorales nomades, composante pourtant essentielle du Maghreb contrairement aux nomades sahariens moins importants.

89Le nomadisme ne serait-il pas dans ce cas une forme d’enfermement où la mobilité cyclique ne sert qu’à reproduire et perpétuer la communauté et l’ordre social qui la cimente, une soustraction et une imperméabilisation aux changements sociaux dont la cristallisation est toujours territorialisée ?

90Le balisage spatial des mobilités nomades dont les déplacements cycliques suivent des parcours balisés, allant du connu vers le connu, au contraire des périples incertains des voyageurs et des migrants (Boyer, 2003 ; Digard, 2000), traduit spatialement un ordre de protection contre l’ouverture à l’inconnu du changement social.

91Mais au travers de ce cas empirique saharien, nous retrouvons la question telle que Georg Simmel l’avait déjà posée un siècle plus tôt estimant que la mobilité ne peut se concevoir sans l’immobilité, avec l’effet paradoxal dans la « période moderne » que le sédentaire peut facilement se déplacer et se trouve alors mieux doté et plus libre de mouvement que « l’homme sans attaches », qui se trouve privé des ressources de la sédentarité (Simmel, 1908).

92Cependant cet héritage d’une « culture de la mobilité » est valorisé autrement en ressource par la négociation de leur connaissance des itinéraires comme convoyeurs de flux dont le gonflement constitue, pour eux, une ressource supplémentaire.

93S’instituant comme « médiateurs de mobilité », les nomades préservent leurs « prérogatives » au prix d’une violence exercée contre les migrants. Celle-ci a aussi pour fonction de marquer leur prééminence sur le territoire saharien. Si les migrants convoyés sont souvent dépouillés et abandonnés dans le désert, ce n’est pas seulement pour s’accaparer leurs biens, c’est aussi pour s’affirmer comme médiateurs incontournables. Renouvelant leurs fonctions de guides et de convoyeurs dans le passage de la frontière, ces tribus renouvellent également les pratiques caractéristiques des tribus nomades marquées par le double rôle du « convoyeur/pilleur », le pillage renforçant leur fonction de convoyage comme ressource supplémentaire mais surtout comme marquage d’une emprise sur un territoire.

Conclusion

94Malgré leur extrême volatilité et leur construction toujours plus innovante mobilisant une particulière détermination et une créativité toujours renouvelée des migrants pour contourner les contrôles, les itinéraires des migrations transsahariennes ne sont donc pas dessinés par une simple réactivité des projets des migrants aux politiques migratoires. En amont de leur émergence, il y a toujours des transformations socio-spatiales, territoriales, qui construisent des connexions indépendamment de ces flux qui vont les investir, les valoriser ou même les détourner.

95C’est en interaction avec ces transformations socio-spatiales que les projets migratoires se construisent, naissent, émergent et se modifient et c’est en s’y insérant et en s’y ancrant qu’ils tentent de se concrétiser. Les itinéraires migratoires constituent l’interface entre les transformations des territoires notamment la démultiplication des connexions (infrastructurelles, marchandes, religieuses, idéelles et virtuelles) et l’action volontaire et le savoir faire des migrants.

96Mais également, en se construisant et en établissant des connexions nouvelles, ces itinéraires diffusent et cristallisent le désir et la possibilité de migrer et « lèvent » de potentiels migrants ou élargissent l’horizon de ceux qui sont déjà en mobilité et enrichissent et modifient leurs projets migratoires.

97C’est l’aboutissement de mutations territoriales sur le temps long et aux diverses échelles qui promeuvent des espaces sahariens en potentielles étapes d’itinéraires migratoires vers l’Europe et qui seront valorisées par les migrants dans leurs stratégies d’accès à celle-ci.

98Pour « subversive » et transgressive qu’elle soit, leur action s’inscrit dans les dynamiques socio-spatiales des territoires.

99La diversification des parcours migratoires et leur mondialisation est le corollaire de la densification des échanges aux divers échelles de l’espace mondial, y compris dans les périphéries. Elle est une conséquence directe de l’intense transformation socio-spatiale des territoires, à toutes les échelles, aboutissant à une démultiplication des connexions-des échelles locales à celles planétaires-et à une intensification des échanges et une « contraction du monde ». Les itinéraires qui se projettent sur une destination sont d’abord des liens qui se sont construits entre espaces à échelles diverses.

100Le passage de la frontière n’intervient pas comme une simple transgression extérieure mais il emprunte les vecteurs et les interstices que mettent à sa disposition ces connexions démultipliées.

101Si la mobilité s’affirme de plus en plus comme un projet individuel valorisé par du lien social, elle s’inscrit et se concrétise aussi et toujours dans les dynamiques socio-spatiales des territoires qui révèlent, stimulent et canalisent les mobilités. Les mobilités sont toujours en connexion avec les changements territoriaux qui les rendent possibles et les imposent comme un élément structurel.

102Aussi la tension qui entoure les mobilités aujourd’hui n’est pas seulement celle qui oppose désir de mobilité légitime des migrants et volonté régulatrice des États. Elle est d’abord une tension entre d’une part la généralisation et la densification des connexions entre les différents espaces, leur mise en rapport directe et instantanée et d’autre part le « malthusianisme spatial » qui préside encore à la gestion des mobilités et qui, en bloquant celles-ci, bloque l’aboutissement et la consolidation de ces connexions par leur incarnation en la mobilité des hommes.

103En finalité, l’analyse du processus de construction des itinéraires migratoires soulève une question théorique dont les implications politiques sont grandes : l’éclairage du rôle actif des migrants dans la construction de ces itinéraires-notamment la capacité à tisser des liens sociaux d’une extrême densité comme autant de ponts pour enjamber les frontières- restitue le migrant dans toute sa dimension d’acteur agissant et de constructeur de son projet migratoire, remettant en cause les visions « misérabilistes » du migrant et celle mécaniste des mobilités. Mais déconnecter ces mobilités des transformations socio-spatiales des territoires qui les rendent inéluctables et nécessaires, c’est les réduire à une « subversion » « volontariste » qui peut, en retour, légitimer le désir de la contenir.

104L’émergence et la construction des itinéraires transsahariens illustrent bien un phénomène d’interpénétration régionale et sa traduction en intensification des mobilités, entre pays de la région, qui ne doivent rien à l’attraction européenne et qui ne sont pas régis directement par des demandes explicites du marché du travail.

105La réalité de ces mouvements migratoires régionaux est, sous un angle supplémentaire, une confirmation de la pertinence du concept de « l’autonomie des migrations », formule entendant indiquer l’irréductibilité des mouvements migratoires contemporains aux “lois” de l’offre et de la demande qui gouvernent la division internationale du travail, et signifier que les demandes qui s’y expriment excèdent les “causes objectives” qui les déterminent, (Mezzadra, 2005).

106Aussi posent-ils le besoin de qualifier et de prendre en compte ces mouvements migratoires et d’identifier les processus qui les animent en dehors de l’attraction européenne et en dehors des logiques de « la fonction économique de l’immigration », celle-ci s’étant construite culturellement et intellectuellement, dans des contextes d’attractivité forte des pays d’immigration, américains ou européens (Rea et Tripier, 2008).

Top of page

Bibliography

Aboubacar A. (1979), Agadez et sa région. Contribution à l’étude du Sahel et du Sahara nigériens, Niamey, Études Nigériennes, 44, 358 p.

Antil A., Choplin A., (2004), Le chaînon manquant : la route Nouakchott-Nouadhibou, dernier tronçon de la Transsaharienne Tanger-Dakar, Afrique contemporaine, 208, p. 115-126.

Ballibar E., (2001), Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, La Découverte, Paris, 220 p.

Beaudu G., (2007), l’Externalisation dans le domaine des visas Schengen, Culture et Conflits, 68, hiver 2007, p. 85-109.

Bensaâd A., (2005), Les migrations transsahariennes, une mondialisation par le marge in Bensaâd A. (dir.), Marges et Mondialisation. Les Migrations Transsahariennes, no spécial Maghreb-Machrek, 185, Choiseul/La Documentation Française, Paris, 148 p.

– (2006a), La Méditerranée, un mur en devenir ? La militarisation de l’espace humain méditerranéen comme mode de gestion de la question migratoire, in De la richesse et de la pauvreté entre Europe & Méditerranée, Arles, Actes Sud, 190 p.

– (2006b) Mauritanie, un territoire de marges et de liens, in Bensaâd A. (dir.), Mauritanie le devenir d’un État-charnière, no spécial Mauritanie « Maghreb-Machrek, 189, Choiseul/La Documentation française, Paris, 148 p.

– (2008), La migration des frontières européennes vers le sud, Projet, 302, Paris, p. 50-63.

Bison J., (1993), Développement et mutations dans le Sahara maghrébin, CRDP, Orléans-Tours, 172 p.

– (2003), Mythes et réalités d’un désert convoité, le Sahara, l’Harmattan, Paris, 479 p.

Bonte P., (2001), La montagne de fer. La SNIM (Mauritanie). Une entreprise minière saharienne à l’heure de la mondialisation, Karthala, Paris, 368 p.

Boyer F., (2003), L’enfermement du voyage : construire la frontière pour passer la frontière, Cahiers d’outre-mer, avril-juin, 56, p. 229-253.

Cote M., (2002), De quelques villes nouvelles au Sahara, Méditerranée, 99, Aix-en-Provence, p. 71-77.

– (2005), Ces itinéraires du Moyen Âge qui font les flux d’aujourd’hui, Maghreb-Machrek, 185, p. 95-99.

– (2009), Les mouvements transsahariens d’hier à aujourd’hui in Bensaâd A., Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes, l’Harmattan, Paris, 462 p.

Dayak M., (1992), Touaregs, la Tragédie, Jean-Claude Lattès, Paris, 232 p.

Delmote G., (2001), Ponts et frontières entre Espagne et Maghreb, l’Harmattan, Paris, 262 p.

Delouvin P., (2003), Europe vers une externalisation des politiques migratoires, Hommes et Migrations, 1243, p. 88-93.

Digard J.-P., (2000), Le nomadisme entre réalité et fantasme, in Barret-Ducrocq F. (dir.), Migrations et errances, Grasset, Paris, p. 47-52.

Fabre T. (dir.), (1999), La Méditerranée. Frontières et passages, Actes Sud, Arles, 190 p.

Gabrielli L., (2006), Interaction dynamics between immigration policies and migratory flows in the transit spaces of the west-African migration to Southern Europe. A migration system analysis essay. Communication in Wokshop Transit Migration in the Middle East and North Africa, 8th Mediterranean Social and Political Research Meeting, Montecatini Terme, 21–25 March 200.

Gildas S., (1995), Géodynamique des migrations internationales, PUF, Paris, 320 p.

Gonin P., Robin N., (2008), les routes migratoires par le Sénégal, in Bensaâd A. (éd.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes, Karthala, Paris, p. 139-170.

Grégoire E. (1999), Touaregs du Niger, le destin d’un mythe, Karthala, Paris, 318 p.

Grégoire E., Schmitz J., (2000), Monde arabe et Afrique noire : permanence et nouveaux liens, Autrepart, 16, p. 5-20.

Lepidi P., (2005), Nouakchott-Nouadhibou, la Mauritanie trace sa route, Ibis Press, Paris, 156 p.

Mezzadra S., (2005), Capitalisme, migrations et luttes sociales. Notes préliminaires pour une théorie de l’autonomie des migrations, Multitudes, [http://multitudes.samizdat.net/Capitalisme-migrations-et-luttes].

Oudada M., (2008), Les villes portuaires sahariennes, nouvelles étapes pour l’immigration : le cas de Lâayoune, in Bensaâd A. (éd.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes - Immigration sur émigration, Karthala, Paris, p. 169-179.

Rea A. et Tripier M., (2008), Sociologie de l’immigration, La Découverte, Paris, 220 p.

Simmel G., (1908), Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, trad. par Deroche-Gurcel L., 1999, PUF, Paris.

Vermeren P., (2001), Le Maroc en Transition, La Découverte, Paris, 250 p.

Top of page

List of illustrations

Title Flux migratoires et circulation au Sahara
Credits Source : Fond de carte Pons (2000) et Schmitz (2000) et enquête de terrain Bensaâd (2000-2008)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/3805/img-1.jpg
File image/jpeg, 210k
Top of page

References

Electronic reference

Ali Bensaâd, « Ancrages territoriaux, réseaux sociaux et initiatives des acteurs migrants : cas des constructions des itinéraires transsahariens », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 31 December 2011, connection on 18 November 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3805 ; DOI : 10.4000/mediterranee.3805

Top of page

About the author

Ali Bensaâd

maître de conférences en géographie, université de Provence, IREMAM
bensaadali@wanadoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page