Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Ton van Naerssen , Ernst Spaan, Annelies Zoomers (dir.), 2008, Global migration and development

USA: Routledge, Routledge studies in development and society, 336 p.
Assaf Dahdah
p. 151-152
Bibliographical reference

Ton van Naerssen , Ernst Spaan, Annelies Zoomers (dir.), 2008, Global migration and development, USA: Routledge, Routledge studies in development and society, 336 p.

Full text

1Depuis plus d’un demi-siècle, les études portant sur les relations entre les migrations et le développement se sont multipliées. Faisant l’objet de l’attention croissante de la part de nombreux acteurs institutionnels, politiques et universitaires, la connaissance des impacts des migrations internes et internationales sur un développement à différentes échelles spatiales et temporelles est devenue essentielle dans la compréhension de la mondialisation contemporaine.

2L’ouvrage Global Migration and Development, édité chez Routledge (New York), sous la direction de Ton van Naerssen et Annelies Zoomers, géographes, et d’Ernst Spaan, anthropologue, tente de montrer la complexité des situations contemporaines et de sortir des schémas explicatifs classiques qui ont tendance à occulter certaines clés de compréhension. Il insiste ainsi sur la difficulté d’établir un modèle unique en mettant l’accent sur la diversité à la fois des processus migratoires à travers le monde et de leurs impacts en matière de développement. À travers seize articles écrits en anglais par des chercheurs de différentes nationalités, issus de différentes disciplines, telles que la géographie, l’anthropologie et la sociologie, Global Migration and Development n’est pas simplement une liste de différentes problématiques migratoires, mais un ensemble de travaux qui montre la diversité des situations existantes et leur complexité à différentes échelles, du local au global.

3Après un article introductif des trois coordinateurs de l’ouvrage, qui retrace les évolutions théoriques, depuis plus d’un demi-siècle, des concepts de migration et de développement, leurs relations ainsi que les différents enjeux qui y sont liés, suivent quatre parties plus ou moins thématiques regroupant quinze articles traitant de populations et de zones géographiques différentes.

4Une première partie traite des transferts monétaires, ou remises, et de leur importance comme facteur de transformations des lieux d’origine des migrants. Différents exemples géographiques et sociaux mettent en évidence la diversité des stratégies migratoires mises en œuvre à différentes échelles, aussi bien internes qu’internationales, pour assurer le renvoi de revenus à la famille ou à la communauté dans un champ plus large. Les effets de ces remises ont tendance à transformer les économies locales voire nationales, par une arrivée monétaire qui peut redéfinir les structures économiques et productives ainsi que les paysages, comme le montrent les articles de H. de Haas au Maroc ou celui de V. Baby-Collin (et al.) en Bolivie et au Mexique.

5La deuxième partie est consacrée aux diasporas et aux communautés transnationales, en tant qu’acteurs de développement dans les pays de départ mais également en tant que groupes doués pour leur capacité d’organisation dans les pays d’installation. L’ouvrage montre comment de nombreuses associations communautaires, regroupant des populations venant d’un même pays voire d’un même village, tels les Mexicains aux États-Unis (article de G. Rivera-Salgado et L. Escala Rabadán) ou les Philippins en Italie (F. Baggio and M.M.B. Asis), se pérennisent par la mise en place de réseaux nationaux et/ou transnationaux d’échanges et d’entraides, cause ou résultat d’une structuration de ces communautés.

6L’un des aspects de la relation entre migration et développement peu souvent abordé dans la littérature est l’acquisition de compétences par le migrant grâce à son expérience migratoire, au cœur des différents exemples de la troisième partie de l’ouvrage, qui porte sur les transferts de compétences, d’idées et de savoirs. Car au-delà de sa capacité à transférer de l’argent, le migrant est un individu en circulation dans des sociétés entre lesquelles existent des échanges réciproques. De retour dans son pays d’origine, même si c’est temporaire, le migrant ramène avec lui de nombreux savoir-faire et une nouvelle façon d’appréhender le monde dans lequel il évolue, que ce soit dans le pays d’installation ou de départ. Les migrants deviennent ainsi des acteurs de développement dans toute la complexité à laquelle renvoie ce concept, c’est-à-dire des acteurs sociaux parfois indispensables, des agents de modernité sinon de changements. Il arrive ainsi que ce rôle influence la vie politique de leur pays d’origine. Les gouvernements des pays de départs essaient alors de légiférer afin de favoriser le retour de ces migrants, et tendre vers un « brain gain » (retour des cerveaux), comme le montre l’article sur les Ghanéens hautement qualifiés résidant en Allemagne sous la plume de K. Goethe et F. Hillmann. Ceci remet en question les schémas explicatifs classiques de « push and pull » et de « brain drain » (fuite des cerveaux), fréquemment mis en avant depuis un demi-siècle. Enfin, et c’est que tente de montrer Liza M. Nell dans l’article sur la formation d’acteurs transnationaux (post) coloniaux au Surinam, il serait faux de croire que les migrants puissent avoir une influence quelconque sans l’aide des non-migrants qui sont leurs relais sur place.

7La quatrième et dernière partie consiste en des études de cas compréhensives. Elle interroge notamment les relations parfois ambiguës entre les États indien et chinois et leur diaspora respective, qui ont eu un rôle réel mais somme toute relatif dans l’émergence économique de ces deux pays (articles de W.H. Leung et P. Raghuram). Mais surtout elle traite d’un aspect incontournable de la migration économique contemporaine, sa féminisation croissante et la reconsidération du rôle des femmes migrantes, devenues actrices de leur mobilité. Dans la nouvelle division internationale du travail, et en lien avec l’évolution des économies et des mœurs dans de nombreux pays développés ou en développement, les femmes représentent à l’aune du xxie siècle, près de la moitié des migrants. Deux articles traitent de ce processus mondial, celui de Hye-Kyung Lee sur les migrantes sud-coréennes, et celui de Feneke Reysoo. Ce dernier, dans le cadre du travail domestique, compare deux situations géographiquement et socialement très différentes mais aux effets relativement proches. D’une part les migrations internationales entre le Sri Lanka et le Liban, d’autre part les migrations internes entre les campagnes sénégalaises et Dakar, dont les retombées économiques mais aussi sociales et culturelles sont ici comparées.

8À travers ces études de cas issues de différentes régions du monde et mettant en évidence la mondialisation migratoire, Global Migration and Development tend à nuancer voire à contredire de nombreux discours et théories actuels faisant du migrant un simple agent de développement capable de remplacer l’aide au développement voire l’État lui-même comme principal acteur du développement. Grâce à ces approches pluridisciplinaires, cet ouvrage est une référence pour tous ceux qui souhaitent comprendre la complexité des problématiques migratoires contemporaines, de leur échelle locale à leur dimension mondiale.

Top of page

References

Electronic reference

Assaf Dahdah, « Ton van Naerssen , Ernst Spaan, Annelies Zoomers (dir.), 2008, Global migration and development », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 31 December 2009, connection on 23 July 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3848

Top of page

About the author

Assaf Dahdah

Doctorant – Telemme – Université d’Aix-Marseille I - assaf.dahdah@univ-provence.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page