Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Gildas Simon, (2008), La planète migratoire dans la mondialisation

collection U Géographie, Armand Colin, Paris, 256 p.
Josepha Milazzo
p. 151
Bibliographical reference

Gildas Simon, (2008), La planète migratoire dans la mondialisation, collection U Géographie, Armand Colin, Paris, 256 p.

Full text

1Migrer est désormais un acte que l'on peut qualifier de répandu à l'échelle de la planète, quelles que soient les origines géographiques et sociales, les destinations qu'inspirent des motivations et des espoirs divers. Nombreux sont en effet ceux qui perpétuent ce mode d'être déjà ancien. On s'accorderait pourtant à penser ce dernier comme un phénomène singulièrement actuel.

2Autres temps, autres mœurs : l’acte migrant vit sans aucun doute avec son temps. L'usage de technologies de plus en plus sophistiquées par les migrants n'en est qu'une mince évidence. Néanmoins, les représentations du monde et de ses logiques intrinsèques sont pour leur part histoires d'idéologies, lesquelles ont pour habitude de traverser les âges ou de faire leur temps. C'est précisément sous l'angle d'observation de certains effets mondialisant indéniablement contemporains que la migration pourrait alors revêtir une ampleur et une raison inédites. Les mobilités connaissent des mutations propres au contexte mondialisé dans lequel elles se forment. Mais dans quelle mesure la généralisation et la diversification des flux à l'échelle planétaire ne présenteraient pas des effets globalisant ? La mondialisation migratoire participerait ainsi à rendre un peu plus visibles certains aspects de la mondialisation, notamment ses contradictions les plus flagrantes, comme en termes de régulation par exemple.

3Tel est le débat ouvert par cet ouvrage, qui fait naturellement écho à la mondialisation comme donnée systémique et complexe à traiter, qui s'auto-entretiendrait telle une machine infernale lancée à toute allure. La question migratoire n'en serait-elle alors simplement qu'une énième illustration incontestable, le migrant contournant de surcroît les frontières à mesure qu'elles s'étendent ? L'acte migrant ne peut-il être envisagé en dehors de toute référence à une planète qui se veut mondialisée ?

4L’observation des migrations à l'échelle globale permet à l'évidence d'étayer la connaissance de leur trame au vu du contexte présent. Cependant, elle renvoie la question migratoire à l'impasse à laquelle aboutit cette vision dualiste des phénomènes qui s'organisent actuellement dans le monde : la solution tant rebattue d’une gouvernance globale, pendant de modèles adaptés localement, sans pour autant en indiquer le chemin. Ne pas envisager les migrations autrement qu'à l'échelle mondiale fausse d’autant plus les cartes lorsque des pratiques et des logiques migratoires restent ancrées dans un passé et une culture spécifiques, ce qui prête débat quant à une harmonisation des politiques migratoires. L’exemple européen étudié l’illustre parfaitement. Le contexte actuel est marqué par une démultiplication des échelles d'autorité et une mobilité réticulaire des frontières étatiques qui s'adaptent aux échelles mouvantes des espaces migratoires, mais également à leurs lieux d'ancrage territorial. La mondialité, sous les divers aspects qu’elle recouvre, notamment migratoires, ne doit pas être uniquement considérée comme une utopie du vivre ensemble. Il s’agit de développer une approche qui soit adaptée à la diversité de ses représentations.

5Cette exigence peut en partie expliquer la spatialisation progressive des approches migratoires. Une approche systémique est en effet nécessaire pour comprendre un phénomène dont les spatialités se réorganisent à l'échelle planétaire, mais également dans quelle mesure des logiques peuvent-elles s’organiser localement. La géographie migratoire comme approche pluridisciplinaire refait alors de l’espace un cadre d'étude pertinent, en considérant notamment les répercussions de ces mobilités sur des territoires et des sociétés en continuelle mutation.

6Cet ouvrage est ouvert à toutes les disciplines des sciences humaines et sociales mais est également accessible à tout lecteur intéressé par une thématique on ne peut plus d'actualité. Il se veut complet sur l'étude du phénomène migratoire, tant dans son approche historique et conceptuelle, que dans la diversité des logiques, des pratiques, des figures migrantes étudiées et des systèmes de régulation migratoire qui font actuellement  le plus d'échos médiatiques. Outre le cas déjà éprouvé des États-Unis d'Amérique, on peut noter avec intérêt l'étude des enjeux migratoires euro-méditerranéens. Un seul regret pour un livre qui est relativement exhaustif sur le sujet : ne présenter en bibliographie que les indispensables et ne pas être ainsi plus prolifique pour ceux qui s'y intéressent tout particulièrement. La présence de nombreuses cartes est par ailleurs grandement appréciable, pour les géographes comme pour les non-spécialistes.

Top of page

References

Electronic reference

Josepha Milazzo, « Gildas Simon, (2008), La planète migratoire dans la mondialisation », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 31 December 2009, connection on 27 April 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3853

Top of page

About the author

Josepha Milazzo

Doctorat de Recherche en Géographie, cotutelle internationale sous la direction de V. BABY-COLLIN (Université de Provence Aix-Marseille I) et de R. MOREN ALEGRET (Universidad Autonoma de Barcelona)

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page