Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Virginie Baby-Collin et Delphine Mercier (dir.), (2008), Sud à sud. Dynamiques sociales et spatiales Amérique latine/Méditerranée

Publications de l'université de Provence, Aix-en-Provence, 320 p.
Ali Bensaâd
p. 153-154
Bibliographical reference

Virginie Baby-Collin et Delphine Mercier (dir.), (2008), Sud à sud. Dynamiques sociales et spatiales Amérique latine/Méditerranée, Publications de l'université de Provence, Aix-en-Provence, 320 p.

Full text

1L'ouvrage, issu d'un colloque international organisé à Aix en Provence en mai 2006, ne se situe nullement dans une démarche comparatiste entre aires culturelles et se garde bien de l'écueil de la réification essentialiste. Ces aires ne sont pas prises comme un objet de réflexion en soi mais plutôt, à travers la confrontation des analyses des processus sociaux qui s'y développent, comme cadre de reformulation de la question du rapport Nord/Sud avec, sous-jacente à celle-ci, celle de l'approche « sud/sud » et de sa potentielle fécondité pour interroger ce rapport.

2Une reformulation qui remet d'abord en question la pertinence de l'opposition classique Nord-Sud dans un contexte de mondialisation faisant interagir fortement des espaces et des sociétés longtemps considérés comme structurellement différents. La multiplication des échanges et des mises en relation, si elle n'amenuise pas les forts  décalages sociaux et économiques, contribue à faire bouger les frontières entre nord et sud alors que les « lignes de rupture » des décalages se recomposent continument et clivent les espaces jusqu'aux échelles les plus fines comme celles des villes que marquent l'inégalité et la fragmentation. Un brouillage des lignes qui pose la question de la possibilité de délimiter aujourd'hui un sud par distinction d'un nord. « C'est par des travaux comparatifs Nord/Sud et des échanges sur les méthodes, les concepts et les résultats utilisés au Nord et au Sud que l'on fera avancer la réflexion sur l'un et l'autre, sur l'ici et l'ailleurs ». Cette conviction déclinée dans une introduction de la revue Autrepart ( « on dirait le sud », 41, 2007 ), les auteurs la font leur tout en se proposent de lire les processus sociaux et spatiaux à partir d'une sémantique située au sud, et du côté des acteurs qui en sont à l'origine. Cette discussion entre approches développées dans des aires culturels distinctes  est justifiée d'autant que celles-ci sont le lieu de processus d'innovation sociale et économique qui, permettant de jeter des regards décalés sur les nord ou les « sud des nord », enrichissent la réflexion scientifique.

3Ces dynamiques sont abordées à partir de trois entrées thématiques qui structurent le plan du livre, chacune d'elle sollicitant des apports pluridisciplinaires et associant approche scientifique et regard artistique.

4L'adverbe « entre » qui structure le titre de chacune des trois parties (entre voyage et ancrage, entre identité et altérité ; entre cabas et maquiladora ; entre imagerie urbaine et résistances citoyennes) est un parti-pris des auteurs pour restituer formellement dans l'énoncé du titre la tension qui sous-tend et structure toutes ces dynamiques marquées par les hésitations des acteurs et la multiplicité des processus en jeu dans des ajustements complémentaires ou conflictuels mais toujours en tension. Cette dernière indique l'incertitude des rapports de force  et en conséquence l'indécis des choix politiques et des constructions socio-spatiales qui peuvent en émerger.

5La restitution de cette tension et de cette incertitude sont au cœur des démarches des articles de la troisième partie de l'ouvrage qui observe les modes de construction des espaces urbains au travers des relations entre image de villes, politiques urbaines et résistances citadines. Tensions entre des pratiques populaires, formelles ou informelles, légales ou illégales, et des constructions politiques qui les questionnent, les bousculent ou s'inscrivent en faux par rapport à elles. L'observation des pratiques populaires, plus familière au regard du sud, permet de questionner les grilles d'analyse des villes du nord et invite à y intégrer la prise en compte de ces pratiques.

6La tension et la mouvance sont aussi celles du processus de mondialisation dans lequel se sont engagées ces deux aires, analysées dans la deuxième partie, et qui se traduit par une recomposition des formes du travail, un contournement des législations par la création de nombreuses formes de zones franches, une complexification des modes de travail informel et une réarticulation des espaces de prises de décisions, de production et de consommation entre Nord et Sud. Ici aussi, la diffusion de modèles construits au sud, souvent par défaut, marque la division internationale du travail qui les « exporte » dans les pays du nord en modifiant le rapport de force et les formes de domination existantes.

7La tension et l'ambiguïté se retrouvent également dans les dynamiques migratoires de ces aires dont l'histoire est faite de mouvements migratoires massifs inscrits dans la longue durée. Ces dynamiques ont contribué à des constructions identitaires articulant le même et l'autre, questionné la notion de métissage et d'intégration, recomposé les frontières des groupes culturels et imposé des choix politiques aux États, sans pour autant interrompre les dynamiques impulsées par les acteurs de la migration.

8L'interrogation du Nord par les dynamiques du Sud est ici encore plus directe dans le sens où comme au sud-ouest états-unien, le sud est déjà dans le nord et, à travers l'ampleur de la migration « latino », questionne les fondements de l'identité états-unienne.

9Mais l'analyse des processus sociaux dans chacun des sud est aussi un questionnement et un apport à la réflexion sur ces processus dans l'autre sud comme permet justement de l'entrevoir également la question migratoire. Celle-ci investit plus l'imaginaire social latino-américain et sa place, sociale et politique, y est plus reconnue (comme également dans les rapports avec l'Amérique du Nord avec l'importance des latinos y résidant). Cette situation a pour vertu de mieux mettre en exergue le décalage de l'espace méditerranéen où la question migratoire suscite plus de crispation.

10Ainsi détachée des réifications essentialistes et articulée à une mise en miroir des dynamiques socio-spatiales, peut se construire une confrontation scientifiquement féconde.

Top of page

References

Electronic reference

Ali Bensaâd, « Virginie Baby-Collin et Delphine Mercier (dir.), (2008), Sud à sud. Dynamiques sociales et spatiales Amérique latine/Méditerranée », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 31 December 2009, connection on 26 May 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3858

Top of page

About the author

Ali Bensaâd

Maître de conférence en géographie, université de Provence, IREMAM, bensaadali@wanadoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page