Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Ali Bensaâd (dir.), (2009), Le Maghreb à l'épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration

Karthala, Paris, 448 p.
Hocine Zeghbib
p. 153
Bibliographical reference

Ali Bensaâd (dir.), (2009), Le Maghreb à l'épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Karthala, Paris, 448 p.

Full text

1Le livre, sorti en librairie en mars 2009, regroupe les travaux d'une vingtaine de chercheurs sur les migrations subsahariennes. Il vient, fort opportunément, combler un vide important sur une question qui a, par ailleurs, beaucoup intéressé médias et politiques durant les quinze années écoulées. Enfin un ouvrage rassemblant des travaux scientifiques pour clarifier le débat et tordre le coup aux approximations dont certains médias ne se privent pas dès lors qu'il faut mettre en scène, contre toute évidence (en Espagne, par exemple, seulement 4% des immigrés sont des subsahariens), « l'envahissement » de l'Europe par des hordes de subsahariens affamés : les « attaques » de Ceuta et Melilla montrées quasiment en direct à la télévision, les plages d'Andalousie jonchées de « pateras », Lampedusa craquant sous le nombre de boat peoples, Tenerife noyée sous les flots de migrants harassés de fatigue, la Méditerranée, enfin, devenue boulevard de passage. De tout cela, les médias nous abreuvent au gré des campagnes électorales. Qu'on ne s'y trompe pourtant pas : loin de nier la réalité du phénomène, l'ouvrage en démonte les mécanismes complexes. Et en évalue scientifiquement et statistiquement l'importance, sans effet de loupe. Il y décèle une tendance forte et durable : la création d'un « nouvel espace migratoire » et en étudie les conséquences essentiellement sur le Maghreb. Principalement, l'ouvrage postule ainsi que « le Maghreb devient (…) un espace migratoire multifonctionnel » et que « l'immigration subsaharienne y est désormais un fait sociétal et spatial majeur et inédit ». Affirmant clairement la centralité de cette hypothèse, l'ouvrage fait, par suite, de l'immigration subsaharienne au Maghreb « un outil d'interrogation et d'analyse des mutations de l'espace maghrébin et des modalités de son insertion dans le processus de mondialisation ». Le propos de fond n’en est que plus varié et plus « disputé » du point de vue scientifique. Au plan de la forme, les analyses sont distribuées autour de trois grands axes donnant sens à trois grandes parties. Chacune d'entre elles fait focus sur une dimension spécifique des migrations subsahariennes, dimension déclinée en sous-thèmes précis, le tout se terminant par une réflexion en contrepoint : la première d'entre elles, « les mouvements transsahariens d'hier à aujourd'hui », est de la plume de Marc Côte ; la seconde, « intérêt et faisabilité de l'approche des territoires des circulations transnationales », est donnée par Alain Tarrius ; la troisième, « l'espace migratoire méditerranéen et ses enjeux », l'ouvrage la doit à Catherine Wihtol de Wenden. Le Maghreb constituerait-il en soit un espace d'immigration ? Autrement dit, deviendrait-il un espace d'aboutissement final du processus migratoire subsaharien comme le terme « immigration » le laisserait entendre ou, comme le soutiennent l'Union européenne mais aussi les États maghrébins eux-mêmes, un simple « espace de transit », une simple étape dans un parcours migratoire visant l’Europe comme destination finale ? Comment qualifier, alors, un transit qui s'inscrit de plus en plus dans la durée et dont les effets sur les espaces territoriaux étatiques ne sont pas négligeables tout comme ses conséquences sociétales? Peut-on souscrire entièrement à la notion de transit sans pour autant souscrire à l'idée que cette migration dite de transit est conjoncturelle car liée au seul « désir d'Europe » des migrants subsahariens et qu'elle peut donc prendre fin au moyen de politiques d'endiguement drastiques ? Acceptant comme vraie la proposition selon laquelle « les itinéraires qui se projettent sur une destination sont d'abord des liens qui se sont construits entre espaces à échelles diverses », on ne peut exclure que ces interconnexions spatiales produisent, autre proposition dont on doit tout autant présupposer la véracité, des opportunités de migration non liée à la seule « attraction européenne ». Hypothèse défendue et développée, en croisant divers champs disciplinaires, autour de trois principales interrogations : comment se réalisent les « inscriptions socio-spatiales de l’immigration au Maghreb » ? Quels « constructions juridiques et discours politiques » les accompagnent-elles ? Comment, enfin, analyser « l'émergence (de ce) nouvel espace migratoire et ses enjeux » ?

2Sur une thématique aussi disputée, il eût été surprenant de faire consensus sans sacrifier à l'artificialité. L'ouvrage dirigé par Ali Bensaâd n'est, fort heureusement, ni un guide du politiquement correct, ni un pamphlet partisan : c'est un ouvrage collectif qui balise un terrain fort accidenté, sans saillies verbales exagérées comme pouvait le laisser craindre pareil objet de recherche. C'est un ouvrage qui remplit avec simplicité mais détermination son office : faire le point sur un phénomène fortement instrumentalisé depuis près de deux décennies. Et offrir aux chercheurs quelques outils supplémentaires.

Top of page

References

Electronic reference

Hocine Zeghbib, « Ali Bensaâd (dir.), (2009), Le Maghreb à l'épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration », Méditerranée [Online], 113 | 2009, Online since 31 December 2009, connection on 26 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/3899

Top of page

About the author

Hocine Zeghbib

Université Paul Valéry-Montpellier III

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page