Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Claude de Miras, Julien Le Tellier, Gouvernance urbaine et accès à l’eau potable au Maroc

Paris, L’Harmattan, Coll. Villes et entreprises, (2005), 276 p.
Marc Côte
p. 136
Bibliographical reference

Claude de Miras et Julien Le Tellier, Gouvernance urbaine et accès à l’eau potable au Maroc, partenariat public-privé à Casablanca et Tanger-Tétouan, Paris, L’Harmattan, Coll. Villes et entreprises, (2005), 276 p.

Index terms

Geographical index :

Maroc
Top of page

Full text

1Les études sur l’eau au Maghreb se multiplient, mais étaient focalisées jusqu’à présent sur les ressources et le volet « offre » du système hydraulique. Voici un ouvrage qui aborde de front les questions de la demande et des réponses apportées à cette demande.

2Cela, à travers trois ensembles urbains : Casablanca, Tanger, Tétouan, soit une population urbaine de l’ordre de 5 millions d’habitants. Le choix de ces trois villes n’est pas fortuit. En effet, après quatre décennies de gestion publique de l’eau urbaine à travers les régies municipales, le Maroc (ré)adopte le modèle de délégation de service public (en vigueur durant la période coloniale dans la zone du protectorat français). Les régies autonomes de distribution de l’eau sont passées de 17 à 13 au cours de la dernière décennie, remplacées par des concessions (Lydec à Casablanca en 1997, Redal à Rabat en 1998, Amendis à Tanger et Tétouan en 2002). La Lyonnaise des Eaux et Vivendi sont donc devenues des acteurs essentiels en ce domaine délicat.

3 Le présent ouvrage est le fruit d’une recherche menée dans un cadre plus large sur la gouvernance urbaine et la gestion de l’eau au Maroc et au Vietnam. Il est l’œuvre commune d’un économiste et d’un géographe. Il dresse un tableau précis de la situation dans les trois villes marocaines, tableau étayé de chiffres, graphiques et cartes (qui auraient pu être plus parlantes), tableau qui a l’avantage de poser des problèmes et sous-tendre des réflexions plus larges sur l’eau dans les pays du Sud.

4Pour ces trois villes, l’ouvrage s’attache à décrire et comparer ces nouvelles formes de partenariat public/privé, par un repérage fin du rôle des partenaires. Il s’appuie sur une lecture critique des contrats de délégation, et met l’accent sur la desserte en eau des quartiers précaires, avec le difficile passage de l’accès à l’eau par bornes-fontaines aux raccordements individuels. La démarche d’élargissement de l’offre en eau potable se heurte d’une part à une résistance culturelle et psychologique – car l’eau n’est pas perçue comme un bien marchand mais comme un lien social – et d’autre part à l’impossibilité pour les ménages les plus pauvres de prendre en charge le coût d’un accès domiciliaire au réseau d’adduction. Dans les quartiers défavorisés, ceux qui ont accès à l’eau gratuite des bornes-fontaines échappent au postulat du « consentement à payer », en résistant au passage d’une vision en termes de satisfaction d’un besoin vital à celle de « demande solvable ». Les bailleurs et les opérateurs ont cru que l’ingénierie sociale suffirait à faire triompher l’échange marchand en éradiquant partout la gratuité et le subventionnement. Mais les firmes constatent aujourd’hui les limites du volontarisme marchand face au mur de l’insolvabilité. Le problème ne se résume pas à la question « service public/versus service marchand », puisque le marché est incomplet, et que la pauvreté reste hors-marché. In fine, en raison d’une pauvreté endémique, ni les pouvoirs publics ni les opérateurs délégataires ne parviennent pour le moment à assurer une couverture totale en services de base à l’ensemble de la population.

5Dans les trois villes, les délégataires privés éprouvent des difficultés à tenir la totalité de leurs engagements contractuels. En matière de raccordement général au réseau d’eau potable, mais également à propos de l’assainissement. Les financements considérables que les objectifs supposent interrogent à la fois les autorités qui ont lourdement chargé la barque des opérateurs, et ces derniers qui ont immodérément contractualisé sur ces mêmes objectifs.

6Finalement, les auteurs concluent en constatant que la délégation n’est pas un avatar de la privatisation. Par son système de contrat, de politique des prix, de reprise des personnels des régies municipales (avec leurs avantages statutaires), l’État marocain demeure très présent dans ce nouveau système. Par ailleurs, « le mythe d’un secteur privé venant pallier les défaillances des financements publics a fait long feu ». Mais l’expérience montre que le principe de marchandisation de l’eau ne permet pas de répondre aux besoins et aspirations des plus pauvres. Et les auteurs se demandent – avec raison – s’il n’apparaît pas nécessaire en fin de compte de réintroduire dans cette filière les subventions publiques dans un cadre décentralisé.

7C’est en ces termes que le problème se pose en beaucoup de pays du Sud, si l’on veut se rapprocher des objectifs du Millénaire pour ce qui est de l’accès à l’eau potable.

Top of page

References

Electronic reference

Marc Côte, « Claude de Miras, Julien Le Tellier, Gouvernance urbaine et accès à l’eau potable au Maroc », Méditerranée [Online], 106 | 2006, Online since 14 October 2008, connection on 25 September 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/398

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page