Skip to navigation – Site map
Marseille à l'heure de 2013 : laboratoire artistique et urbain

Marseille-Provence 2013: genèse, objectifs et enjeux d’un projet culturel métropolitain

Marseille-Provence 2013 : genesis, objectives and stakes of a cultural metropolitan project
Bernard Latarjet
p. 27-29

Full text

1 - Les référents de la candidature de Marseille-Provence 2013

1Avant d’aborder le cas de Marseille, quelques mots sur Lille, capitale européenne de la culture en 2004 et à maints égards exemplaire. Lille 2004 marque à la fois symboliquement, politiquement et concrètement, un moment de rupture, de profonds changements. Lorsque les lampions de Lille 2004 se sont éteints, l’un des principaux promoteurs de la candidature de Lille, le patron Bonduelle, s’est rendu immédiatement dans le bureau de la maire pour lui dire: « dès demain nous recommençons Lille 2004. Lille 2004 c’est terminé et on recommence demain. », et de fait les Lillois ont recommencé Lille 2004 le lendemain. Ils ont inventé une manière de pérenniser la capitale européenne de la culture sous la forme d’une biennale, qui s’appelle Lille 3000, dont le deuxième millésime, consacré à l’élargissement de l’Europe (« l’Europe XXL »), s’est déroulé en 2009. Cette biennale reproduit les grandes logiques de la capitale européenne de la culture. Et M. Bonduelle avait demandé cette pérennisation de la capitale européenne de la culture avec l’argument suivant, qu’il nous a répété quand il est venu ici à Marseille nous parler de Lille: « Ne nous demandez pas d’études, d’analyses, de recherches savantes sur les impacts et sur les retombées de Lille 2004, moi je peux vous dire que Lille 2004 nous a fait gagner dix ans, à nous les chefs d’entreprises, nous les représentants du monde économique, nous les acteurs principaux de la stratégie de développement de la métropole lilloise ». Que voulait-il dire? Il entendait par là dix ans de notoriété, de reconnaissance, de rayonnement, d’attractivité, et la situation acquise de Lille parmi les métropoles de référence européenne; une reconnaissance atteinte par un investissement culturel exceptionnel, massif.

2Pour compléter cet avant-propos, j’évoquerai un exemple plus proche de nous, celui de la grande rétrospective Cézanne en 2006 à Aix. Cette exposition fut un véritable succès puisqu’elle a attiré plus de 400000 visiteurs. En outre, son impact économique a donné lieu à une évaluation de la part des représentants et responsables de la chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence, qui ont fait un travail très sérieux en s’efforçant de quantifier tout ce qui pouvait l’être en termes de retombées directes et indirectes. Et curieusement, ils ont dégagé un résultat assez proche de celui que l’on rencontre dans toutes les études d’impact des grandes manifestations internationales un peu partout en Europe depuis une quinzaine d’années (qui d’ailleurs ne concerne pas seulement des manifestations culturelles, mais aussi sportives ou pluridisciplinaires comme les expositions internationales), à savoir: six euros générés pour un euro investi. Evidemment, les euros investis ne sortent pas des mêmes poches que les euros générés, mais le rapport de 1 à 6 est à peu près toujours de cette ampleur, du moins pour les événements réussis.

  • 1  De ce point de vue, j’encourage ceux que cela pourrait intéresser, parce que le travail reste à fa (...)

3Pourquoi est-ce que je cite ce repère? Parce qu’à lui seul il explique la prodigieuse inflation des candidatures à ces grands projets que l’on constate depuis quelques années. Tandis qu’en 2004 il n’y avait aucune autre candidature que Lille en France pour l’attribution du label « capitale européenne de la culture », en 2016, un des deux pays bénéficiaires de ce label sera l’Espagne, et il y a dès aujourd’hui quinze villes espagnoles candidates pour l’obtention de ce label. Cette prodigieuse et déraisonnable inflation des candidatures, ainsi que la volonté des responsables politiques, économiques, culturels, intellectuels, éducatifs des métropoles pour obtenir le label s’expliquent en grande partie par cette prise de conscience: entre M. Bonduelle qui dit « ça fait gagner dix ans à la ville » et la chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence qui dit « ça fait gagner six euros pour un euro investi », il n’y a plus beaucoup de place pour l’hésitation. Il faut aussi prendre conscience de ce que Lille 2004 a incarné dans la réalisation d’un bon nombre d’édifices, de bâtiments, d’espaces, d’implantations singulières, de formes singulières, de vocations et de programmations culturelles singulières qui venaient bouleverser toute la nomenclature des équipements culturels académiques traditionnels, et marquer une nouvelle forme d’implantation dans les quartiers, une nouvelle forme d’intégration dans des programmes de rénovation urbaine qui n’étaient pas du tout dans les normes de programmation et de planification des équipements culturels jusqu’alors. Lille 2004, ainsi que Gênes la même année et la rénovation du port, puis plus tard les capitales européennes successives, notamment Liverpool en 2008 et Essen-Ruhr en 2010, expriment, par la réalisation concrète de bâtiments nouveaux, une manière totalement différente et novatrice de concevoir les équipements culturels dans leur fonction et dans leur rôle de ferment de régénération urbaine conçue de manière globale1.

2 - Marseille-Provence 2013: les raisons du succès de la candidature

4Si le programme de Marseille-Provence 2013 s’accomplit, sur les deux kilomètres et demi qui séparent la tour du fort Saint-Jean des bassins d’Arenc, à Marseille, on aura une gamme d’équipements, d’établissements culturels d’une diversité et d’une quantité inégalées aujourd’hui dans aucune autre métropole européenne et probablement mondiale. Entre le nouveau bâtiment de Rudy Ricciotti pour le futur Mucem (Musée des civilisations européennes et méditerranéennes), le bâtiment de Boéri pour le futur Centre régional de la Méditerranée, la réhabilitation de l’ancienne gare maritime sur le J1, le nouveau bâtiment japonais du FRAC (Fonds régional d’art contemporain), l’ouverture du Silo (salle de concert), la rénovation des Docks avec l’implantation des activités du type de la Fiesta des Suds, le nouveau complexe cinématographique de Luc Besson confié à l’architecte italien Massimiliano Fuksas, et bien sur deux kilomètres et demi, donc, – on a toujours à l’esprit la référence du Guggenheim de Bilbao, de la cité des sciences de Valence ou de la nouvelle cité de la musique de Hambourg –, ce qui se prépare actuellement sur Marseille est sans commune mesure avec les références dont on dispose en matière de création de grands équipements culturels dans les métropoles européennes. Je ne pense pas, d’ailleurs, que les acteurs marseillais et provençaux en aient parfaitement conscience.

5Il y a donc depuis 2004 une importance croissante de la place de ces projets nouveaux dans les stratégies de rénovation urbaine. Sur le plan social, l’enjeu principal pour les capitales européennes de la culture, mais aussi la condition de leur réussite ou la source de leur échec, est le suivant: c’est la capacité des promoteurs de ces projets à concilier, d’une part, une haute exigence artistique qui place définitivement la ville labellisée « capitale culturelle européenne » parmi les métropoles de référence européenne, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui de Marseille-Provence, et d’autre part une dimension citoyenne et populaire qui fait en sorte que la plus large part de la population de ce territoire, et notamment les populations qui sont socialement les plus éloignées des pratiques artistiques et culturelles, adhère et participe le plus possible à cet évènement exceptionnel. Avec l’idée que cet investissement culturel exceptionnel constitue aussi un enjeu d’intégration sociale. Depuis Lille 2004, on a cherché à ne pas trop dissocier cette dimension citoyenne, participative, intégrative, de l’ambition artistique proprement dite, qui doit être d’un niveau de référence international.

6Par rapport à ces grandes évolutions et à la place des stratégies culturelles dans les stratégies globales de développement économique, urbain et social, quelles sont les quatre raisons pour lesquelles nous avons été moins mauvais que les autres candidats français? Nous étions, je le rappelle, huit candidats en lice, dont quatre en finale, les quatre finalistes étant Lyon, Bordeaux, Toulouse, et Marseille-Provence.

2.1 - Marseille-Provence est la candidature qui avait le plus besoin du label européen

7La première raison est que nous avons su convaincre le jury que, par rapport aux enjeux de développement économique, urbain et social, nous étions de loin les plus mauvais, les plus en retard et donc ceux qui avaient le plus besoin du label. Nous avons dit: « Lyon, Toulouse, Bordeaux sont bien meilleurs que nous, ils sont très en avance sur nous. Ils n’ont pas autant besoin que nous du titre de capitale culturelle. Ils sont tout à fait capables, s’ils le veulent, d’organiser un grand événement culturel. Pas nous. On est en retard sur tous les indicateurs, les indicateurs économiques, les indicateurs sociaux, les indicateurs urbains caractéristiques des métropoles européennes de situation démographique comparable à celle de Marseille-Provence: la composition de la population, le taux de chômage des jeunes, le taux d’emplois tertiaires ou supérieurs, le taux de construction de logements sociaux, le potentiel fiscal des ménages, on pourrait s’amuser à prendre tous les indicateurs, on est en-dessous des autres. On est en-dessous de la moyenne nationale, on est largement en-dessous de la moyenne européenne, même si notre situation va plutôt en s’améliorant. On est plutôt sur une ligne ascendante ». Pour conclure, nous avons dit: « voilà on est en retard, on a des difficultés considérables, on n’est pas bon, et donc on a plus besoin d’être aidés que les autres. » Cela a été la première raison de notre succès: le témoignage de cette volonté qui fait que dans une situation économique et sociale difficile, nous faisions confiance à la culture et que nous étions prêts à prendre des risques sur ce terrain, des risques importants sur le plan financier, mais aussi des risques liés aux échecs éventuels de ces investissements et de ces nouvelles activités.

2.2 - Marseille-Provence est la candidature qui peut apporter le plus à l’Europe

8La deuxième raison de la réussite, c’est que nous avons également convaincu le jury que si nous étions ceux qui avaient le plus besoin du label européen, nous étions aussi ceux qui pouvaient apporter le plus à l’Europe par rapport aux trois autres villes rivales. C’est un point important. Les métropoles européennes sont en train de devenir toutes de plus en plus méditerranéennes. Le maire de Stuttgart [ndlr: ville située au Sud de l’Allemagne et accueillant une communauté turque importante] est venu à Marseille en juin dernier pour la réunion des élus des grandes métropoles du monde, et il a commencé son intervention devant ses collègues des différents continents, en disant: « je suis le maire d’une ville méditerranéenne ». Il a ainsi revendiqué une appartenance méditerranéenne, au sens large, comme le font actuellement de nombreuses villes d’Europe. Or, sur tous les enjeux de cette » méditerranéisation » de l’Europe, qui sont les enjeux de l’immigration, des rapports entre les cultures, des rapports entre les religions, des rapports entre les sexes, etc., sur tous ces enjeux qui ont une dimension culturelle de plus en plus forte, Marseille a un temps d’avance. Donc, si nous n’avons pas de leçons à donner, nous avons des expériences et des histoires à faire valoir qui seront de plus en plus utiles à l’ensemble des métropoles de l’Europe.

2.3 - Marseille-Provence a réalisé l’union sacrée des différents acteurs impliqués dans la candidature

9La troisième raison du succès était inattendue pour les membres du jury, c’était l’union sacrée autour du dossier, en tout cas le sentiment qu’on en a donné: le fait que les politiques, les acteurs économiques, les acteurs culturels, les acteurs des mondes de l’éducation, de la recherche, de l’innovation se soient présentés ensemble devant le jury en disant: « Nous adorons nous disputer, mais nous savons nous fédérer sur quelques grands projets dans des circonstances exceptionnelles, jouer collectif et assurer la bonne fin de ces grands projets. Nous en avons administré la preuve ces dernières années sur quelques grands chantiers, et sur la capitale européenne de la culture, nous assurons la garantie de bonne fin de l’opération ». Le monde économique a pris des engagements sonnants et trébuchants, audacieux, importants et là encore, convaincants vis-à-vis du jury. Ce jeu collectif n’était pas attendu de la part de ce territoire. Cette présentation a convaincu.

2.4 - Marseille-Provence dispose sans doute du programme le plus original

  • 2  Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, située à Aix-en-Provence.

10La quatrième raison, c’est que le contenu du dossier est sans doute meilleur que celui des trois autres villes candidates. Deux mots sur ce contenu. Pour prendre une image, c’est un chapiteau soutenu par deux colonnes. Le chapiteau est la traduction de ce que j’indiquais tout à l’heure quant à la capacité de Marseille-Provence à apporter à l’Europe un cadeau dont elle aurait bien tort de se passer – d’autant plus qu’elle ne participe pas au financement de ce cadeau. Nous avons intitulé ce chapiteau les ateliers d’Euroméditerranée;c’est la traduction du constat selon lequel ce qui manque sans doute le plus dans le volet culturel des échanges entre l’Europe et la Méditerranée, c’est la création contemporaine. Ce n’est pas un hasard. En effet, la création contemporaine fait peur, surtout dans un certain nombre de pays méditerranéens. Par conséquent, la création contemporaine est pratiquement absente aujourd’hui des accords de coopération entre l’Europe et les pays des rives sud et orientales de la Méditerranée. Il y a eu des programmes importants sur le terrain du patrimoine, notamment en ce qui concerne la sauvegarde des grands éléments de patrimoine, des programmes importants dans le domaine des industries culturelles et notamment de l’audiovisuel, mais pratiquement rien dans le champ de la création contemporaine. Donc nous nous sommes dit: « voilà, nous allons apporter notre contribution à cette géopolitique culturelle euroméditerranéenne en proposant que notre territoire devienne une plateforme d’accueil, de création, de production, de reconnaissance et de diffusion pour des œuvres de toutes disciplines, pour des créateurs de toutes disciplines issus de l’Europe et de la Méditerranée ». L’objectif étant d’arriver à 250 studios, ou encore 250 « ateliers de la Méditerranée » d’ici 2013, la plupart d’entre eux installés dans des entreprises, mais aussi dans des universités et des structures de recherche comme la MMSH2, dans des hôpitaux, dans des établissements culturels, dans des écoles d’enseignement artistique supérieure. Ces ateliers seront des studios installés de manière professionnelle, pouvant accueillir des étudiants, des maîtres, des artistes reconnus ou des artistes méconnus pour créer des projets inédits et offrir les conditions de développement de ces projets.

11Tel est le chapiteau, les ateliers d’Euroméditerannée. Puis il y a deux colonnes sur lesquelles il repose, une colonne plus internationale qui correspond au vocable même de capitale européenne de la culture, et une colonne plus territoriale dans laquelle nous retrouvons la question des rapports entre culture et ville, culture et cité, culture et métropole. Deux mots sur la colonne internationale. Nous avons repéré les grands thèmes d’aujourd’hui, qui dans les relations euro-méditerranéennes ont un contenu culturel fort. Quatre thèmes ont été sélectionnés: « migrations et mémoires », « valeurs et croyances », « les sexes ou les genres », et « le partage de l’eau ».Chacun de ces thèmes se décline selon des sous-thèmes, et chaque sous-thème sera concrètement illustré par une exposition, des commandes à des artistes, des spectacles, des rencontres, des colloques, des travaux, des ateliers dans des écoles. Prenons un exemple de sous-thème dans l’axe « valeurs et croyance »:Camus, personnage euro-méditerranéen emblématique, synthèse des déchirements entre les deux rives de la Méditerranée, et dont nous célébrerons le centenaire de la naissance en 2013, là encore en essayant de conjuguer le savant et le populaire, la recherche et le grand public. On commandera un opéra, évidemment contemporain, sur une des pièces de Camus, et on organisera également un tournoi de football entre l’Olympique de Marseille et le club de football d’Alger, en se souvenant que la plus grande des passions de Camus était le football. Il s’agira donc de célébrer Camus dans des travaux inédits, dans des recherches inédites, dans des publications inédites, mais aussi au stade Vélodrome de Marseille et au stade d’Alger.

12La colonne territoriale est elle aussi construite autour de quatre grands thèmes, dont on pourrait résumer la philosophie en une phrase: « Comment l’Art transforme la ville, et comment la ville transforme l’Art ». En 2013, ce mouvement d’exposition des œuvres, de sortie des projets de leurs ateliers, permettra sans doute une espèce d’évaluation, de récapitulation internationale à laquelle nous nous efforcerons de procéder sur l’ensemble du territoire, en convoquant le plus grand nombre d’artistes possible, européens et méditerranéens, sur cette double interrogation, avec un volet de présentation d’œuvres et d’artistes, mais surtout un volet de commandes pour l’espace public au sens le plus large du terme, de La Canebière à la prison des Baumettes, des hôpitaux Nord aux différents sites portuaires.

13Pour conclure, j’aimerais émettre un souhait. Un comité de suivi composé d’experts européens suivra attentivement le projet jusqu’à la fin de l’année 2013. Au-delà de ce comité d’évaluation, nous sommes réellement demandeurs que ce projet à haut risque soit accompagné, soit suivi, par des évaluations d’autre nature, qui sont celles des chercheurs, et dont les méthodes d’évaluation seront les plus diverses, les plus ouvertes possible et même les plus éloignées possible des pratiques d’évaluations des institutions bruxelloises sous la surveillance desquelles nous sommes.

Top of page

Notes

1  De ce point de vue, j’encourage ceux que cela pourrait intéresser, parce que le travail reste à faire, à étudier cette comparaison architecturale et urbaine entre les établissements culturels nouveaux réalisés depuis dix ans dans les différentes capitales européennes de la culture et leur manière de s’insérer dans des politiques, dans des stratégies de régénération urbaine, économique et sociale.

2  Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, située à Aix-en-Provence.

Top of page

References

Electronic reference

Bernard Latarjet, « Marseille-Provence 2013: genèse, objectifs et enjeux d’un projet culturel métropolitain », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2012, connection on 20 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4219 ; DOI : 10.4000/mediterranee.4219

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page