Skip to navigation – Site map
Marseille à l'heure de 2013 : laboratoire artistique et urbain

Lille 2004, capitale européenne de la culture ou la quête d’un nouveau modèle de développement

Lille 2004 European Capital of Culture, or the Search of a new Model of Development
Christine Liefooghe
p. 35-45

Abstracts

In the cultural life of this transborder metropolis and of Nord-Pas-de-Calais Department, Lille 2004 was an exceptional year, one duty bound to also be a turning point in the trajectory of development and a tool of urban regeneration on the Glasgow model. The media success materialized, but it is not easy to evaluate the impact of the factual on questions of image, attractiveness, tourism, and employment. Transformation of factories into experimental cultural centres and the increased prestige of its historic patrimony in Lille have not reached the level found in Glasgow’s urban regeneration. Nevertheless the preparation for Lille 2004 gave instutitions and the various political units the opportunity to reconsider the role of culture in development and to invent, at least for a time, a new form of governance. The long-term impact, unmeasurable though it may be, seems to be a desire for sharing culture and a change in thinking toward more initiative and creativity.

Top of page

Full text

1La culture peut sembler être un luxe dans une région de tradition industrielle, un plaisir de gens aisés alors que nombre d’habitants sont au chômage ou dans des emplois précaires. Pourtant, l’aventure de Lille 2004 a mobilisé tous les acteurs et la population autour d’un projet qui s’affichait dès le départ comme un outil de développement économique et de régénération urbaine, puis s’est étoffé d’une justification en termes de lien social et de démocratisation de la culture. La décision de poser la candidature de Lille au titre de Capitale européenne de la culture relève presque du hasard: l’événement que les acteurs locaux rêvaient d’obtenir était l’organisation des jeux olympiques, coup médiatique pour faire parler de Lille dans un contexte où la mondialisation met les métropoles en concurrence. Un espoir perdu mais une mobilisation populaire pour le sport qu’il s’agissait de transformer en enthousiasme pour la culture. Comme d’autres capitales européennes de la culture (Lucchini, 2006), la métropole lilloise a parié sur Lille 2004 pour montrer sa capacité à organiser un grand événement et pour changer son image. L’élaboration de cet événementiel fut un temps de refondation collective (Chaudoir, 2007), de légitimation par étapes d’un projet de développement par la culture d’un territoire qui s’est peu à peu étendu de la métropole lilloise à l’ensemble de l’Eurorégion, versant belge compris. L’originalité de Lille 2004 est que l’initiative est venue en grande partie du monde économique, qui en attendait des retombées en termes de médiatisation et d’attractivité touristique, mais aussi de revitalisation économique et urbaine par la culture, sur le modèle de Glasgow, de Manchester, de Bilbao ou des villes américaines (Vincent, 1997; Landry, 2006; Werquin, 2008).

2Lille 2004, Capitale européenne de la culture, a déjà fait l’objet d’articles, sous l’angle de la ville festive, de la ville éphémère, de la légitimation politique d’un événement culturel (Lucchini, 2006; Chaudoir, 2007; Gravari-Barbas, 2007; Grésillon, 2008). Nous souhaitons l’aborder par le biais du modèle de développement, économique en particulier, car tel était l’objectif initial de Lille 2004, et des retombées de l’année culturelle. Pour ce faire, nous croiserons des sources diversifiées, dont les travaux réalisés par des chercheurs lillois en sciences politiques (Lefèbvre, 2006), en économie (Werquin, 2006), ceux de la plateforme d’observation des politiques métropolitaines (POPSU), et en particulier les études de M.-T. Grégoris, géographe, et I. Estienne, architecte, sur la dynamique culturelle de la métropole lilloise et le renouvellement urbain. Les mémoires des étudiants de l’UFR de géographie et d’aménagement de Lille 1, ainsi que les nombreux documents institutionnels sur Lille 2004 déposés à la DRAC nous ont permis de remonter à la source du projet et de décrypter certains jeux d’acteurs. L’analyse du programme et les bilans de l’année culturelle sont issus des plaquettes d’informations et bilans officiels de l’association Lille Horizon 2004, tant il nous est apparu que les différentes publications universitaires donnaient chacune des chiffres différents. Enfin, nous souhaitons faire bénéficier le lecteur d’une entrée qui n’apparaît pas dans les autres publications sur Lille 2004, celle d’une géographe lilloise qui a vécu l’événement du point de vue du public, mais qui a surtout eu l’occasion d’observer l’émergence d’un tel projet au contact des universitaires et des acteurs de la métropole lilloise. En tant que membre du Comité Grand Lille, mais sans réel pouvoir, j’ai observé et noté ce qui se disait dans les diverses réunions de ce comité au fur et à mesure du montage des projets, des jeux olympiques d’abord, de l’année culturelle ensuite. La revue Méditerranée me donne ici l’occasion d’exploiter ce filon d’observations participantes, pour reprendre l’expression utilisée par les ethnologues, d’en structurer l’apport grâce aux travaux d’autres chercheurs, et de les resituer par rapport à mes propres travaux sur l’économie culturelle et créative, et son rôle dans le développement des territoires de tradition industrielle.

1 - La culture, un pari économique risqué dans une région de tradition industrielle

3Il n’allait pas de soi que Lille se propose pour être capitale européenne de la culture, même si les élus socialistes de la métropole lilloise comme de la région Nord-Pas-de-Calais travaillaient depuis les années soixante-dix à améliorer tant l’équipement culturel de haut niveau qu’à développer les pratiques culturelles. Entre ces politiques culturelles et l’événementiel que l’on souhaite organiser, il y a des différences majeures. D’une part, la culture n’est plus seulement un investissement pour le développement des individus et des liens sociaux, mais devient, à travers Lille 2004, un moteur de développement économique et de régénération urbaine, un vecteur de communication à l’échelle nationale et internationale. D’autre part, on passe d’une politique de subvention à une problématique de financement en termes de partenariat public/privé. Autant dire que l’aventure n’a pas duré qu’une année. Parier sur la culture dans une région de tradition industrielle n’est pas nouveau en soi, mais le défi était de persuader les acteurs d’utiliser la culture comme moteur de transformation des territoires, en transcendant les querelles de clocher et les divisions historiques entre monde ouvrier et monde patronal.

1.1 - Du sport à la culture ou comment placer Lille sur la carte du monde

4L’événement Lille 2004 plonge ses racines dans le souhait du Comité Grand Lille de faire connaître la métropole lilloise sous un meilleur jour que celui d’agglomération industrielle en crise. La volonté de changer l’image du Nord-Pas-de-Calais n’est pas nouvelle et le Comité Grand Lille n’est qu’une des formes de mobilisation qui ont émergé pour mobiliser les énergies et chercher une nouvelle voie de développement. Ce groupement informel de décideurs économiques, politiques, culturels et d’universitaires vise à mettre en relation des mondes qui s’ignorent, pour faire émerger des projets qui seront proposés aux institutions locales. Aucun statut, aucun pouvoir, juste des réunions régulières autour de thèmes comme la métropolisation, la notoriété, la qualité urbaine, l’unité territoriale, les défis de la mondialisation. Lancé sous l’impulsion de Charles Gachelin, géographe et responsable de l’IUP d’aménagement et de développement régional de l’université de Lille 1, le Comité Grand Lille adhère à l’idée qu’un grand événement est fondamental pour montrer la capacité d’initiative locale, mobiliser les populations et atteindre l’objectif de notoriété nationale voire internationale. Inspiré par les exemples de reconversion d’Atlanta aux États-Unis et de Barcelone en Espagne, C. Gachelin propose au Comité Grand Lille de porter l’idée, saugrenue en 1994, d’une candidature de Lille, capitale régionale, aux jeux olympiques de 2004. Quand Lille a été choisie pour défendre la candidature de la France, la mobilisation régionale a atteint son paroxysme. Lille n’a finalement pas été sélectionnée, mais l’objectif initial de notoriété était plus qu’atteint. Pouvait-on alors décevoir la population, les entreprises et les politiques qui avaient mis tant d’espoir dans l’organisation de cet événement? Comment rebondir pour mettre à profit le professionnalisme local acquis lors du montage du projet? Le Comité Grand Lille va proposer l’idée d’une candidature de Lille au titre de Capitale Européenne de la Culture, en 2004 pour garder la symbolique des jeux olympiques. Ce projet est en lui-même un autre défi, dans une région de tradition industrielle plus ouverte aux émotions sportives qu’à la culture.

1.2 - Transformer l’essai ou comment réussir un grand événement

5La mobilisation se reconstruit autour du projet de Capitale Européenne de la Culture, dans une nouvelle configuration des acteurs locaux. En mai 1998, Lille est sélectionnée pour organiser cet événement en 2004, au même titre que Gênes, ville portuaire en reconversion. Pierre Mauroy, maire de Lille et président de Lille Métropole Communauté Urbaine, charge l’agence d’urbanisme de faire une étude comparative des villes qui ont accueilli cette manifestation depuis son lancement en 1985 (ADULM, 1999). Lille se doit d’organiser l’événement avec professionnalisme, mais l’expérience des villes organisatrices n’est pas aussi formalisée que pour les jeux olympiques. Afin de dégager les bonnes pratiques, un recueil systématique des données disponibles est entrepris, des entretiens sont réalisés auprès de témoins étrangers, et des observations sont faites in situ à Stockholm, ville européenne de la culture en 1998. Des questions majeures se posent. Comment articuler expression de la population locale et qualité internationale des œuvres présentées? Comment se distinguer par l’originalité créative du programme tout en laissant une place au patrimoine et à l’histoire de la ville? Quelle doit être la durée de l’événementiel pour qu’il ait une forte attractivité touristique en restant dans un cadre budgétaire raisonnable? Quelle configuration géographique faut-il donner au programme culturel pour en faire un événement populaire d’envergure européenne? Quels modes d’organisation et de financement faut-il choisir pour optimiser les facteurs de succès et éviter les écueils rencontrés par d’autres capitales européennes de la culture? Et surtout, quelle stratégie doit-on adopter pour monter en puissance pendant les six années de préparation de l’événement, scénariser une année de manifestations puis pérenniser les retombées en matière de tourisme, d’attractivité économique et d’image internationale? Cette étude de l’agence d’urbanisme va servir de point d’appui pour mobiliser toutes les instances administratives, politiques, économiques et culturelles concernées par l’événement, à différents échelons territoriaux. L’organisation des championnats du monde de bridge en 1998 est l’occasion de repérer les faiblesses de la métropole lilloise en matière d’accueil touristique. Des actions sont mises en place pour y remédier, ce qui oblige les élus à construire une politique à l’échelle de la métropole lilloise, chaque ville de l’agglomération étant jusqu’alors responsable de la valorisation de son patrimoine et de l’accueil des touristes. La Chambre de commerce et d’industrie plaide quant à elle pour une prospection auprès des organisateurs de grands événements – sportifs, culturels ou politiques – qui pourraient faire de Lille une place internationale reconnue (CCILM, 1999).

1.3 - Mobiliser le monde économique: le rôle du Comité Grand Lille

6Mais pour organiser ces galops d’essai événementiels et surtout pour réussir l’année culturelle de 2004, il faut trouver de nouveaux financements. L’étude des capitales européennes antérieures montre que la billetterie et le soutien de l’Union européenne couvrent chacune moins de 4% du budget global. La marge de manœuvre des financements publics est également faible. Pour construire un programme attractif et ambitieux, il est donc nécessaire de mobiliser le monde économique. Si les retombées de l’organisation des jeux olympiques étaient un argument de poids, saura-t-on aussi facilement convaincre les entreprises de soutenir une année de manifestations culturelles? Le mécénat n’est pas un vain mot pour les entreprises régionales mais l’ampleur des fonds à trouver pour Lille 2004 est un défi posé au monde économique local. Au fil des assemblées du Comité Grand Lille, entre 1997 et 2004, se construit une rhétorique du rôle de l’événementiel culturel dans le développement économique d’un territoire. Des exemples de capitales européennes de la culture et d’événements culturels comme la Biennale de Lyon sont analysés à la tribune pour en valoriser les retombées potentielles en termes d’accroissement de la fréquentation touristique, du nombre de pays participants (notoriété), du nombre de manifestations dans les programmes (capacité d’organisation) et de millions de retour sur investissement. L’exemple de Glasgow est encensé car cette ville industrielle en déclin a parié sur la régénération urbaine par la culture pour opérer un renversement d’image et retrouver une attractivité touristique et économique. La stratégie suivie par la ville écossaise devient un référentiel: organiser des événements nationaux et internationaux pour monter en puissance, puis maintenir l’effet ville européenne de la culture par des événements tous les deux ans. Avant même que le programme de l’année européenne de la culture ne soit finalisé commence à naître l’idée de ce qui deviendra Lille 3000, une reconduction de Lille 2004 tous les deux ans mais à une échelle géographique et temporelle plus réduite. L’analyse critique des autres capitales européennes de la culture va également nourrir les interventions sur la dimension géographique à donner à l’événement (métropole, région, autres villes nationales?), sur la définition de la culture (art, patrimoine, fête, art de vivre?) et sur la mobilisation du mécénat. On rêve même de faire du Nord-Pas-de-Calais la première région mécène de France et les dirigeants de grandes firmes régionales viennent à la tribune pour témoigner de leur implication dans la musique symphonique, la peinture et la danse contemporaines, ou la réhabilitation du patrimoine. « Une entreprise, une action » pour « créer le foisonnement » des manifestations, tel est le slogan maintes fois scandé au rythme des bilans d’étape qui comptabilisent le nombre d’entreprises associées et de millions d’euros de mécénat promis. La rhétorique dominante, lors des assemblées du Comité Grand Lille, est bien celle du monde économique puisqu’il est question d’investissement, de gestion de projet, de stratégie et d’organisation. Parfois des responsables de structures culturelles expriment leur crainte de voir la programmation de Lille 2004 vider l’offre existante et le public se transformer en consommateur d’événementiel. Des dirigeants d’entreprise rappellent alors l’utilité des artistes, dont les idées peuvent déranger et donc favoriser la créativité et l’innovation, la question étant de savoir comment en faire du business. Ce dialogue peut sembler caricatural mais tel est ce qui se dégage de six années d’observation au cours des assemblées du Comité Grand Lille. Le point fort à retenir est que le projet de Capitale européenne de la culture y a été un formidable catalyseur d’énergie. Des mondes professionnels différents y ont appris à s’écouter et à dialoguer pour construire ensemble l’avenir de la métropole lilloise avec un enthousiasme communicatif. Certes, une grande partie du véritable travail de concertation et de stratégie s’est faite au sein d’un sous-groupe de personnalités du Comité Grand Lille chargées d’imaginer la candidature, certaines d’entre elles ayant rejoint l’Association Lille Horizon 2004 créée en janvier 2000 pour monter et porter l’événementiel. Dès lors, les assemblées du Comité Grand Lille sont devenues la caisse de résonance des débats au sein de l’Association Lille Horizon 2004 et l’outil de mobilisation des membres du comité, représentants de la société civile chargés de porter la bonne parole dans leur environnement professionnel respectif et, par un effet de cascade, vers la société locale dans son ensemble.

1.4 - Un programme eurorégional pour mobiliser les territoires

7Le résultat le plus important de cette mobilisation du Comité Grand Lille est l’excellent résultat réalisé par Lille en matière de financement privé d’un tel événement. Luxembourg et Bruges avaient battu des records avec près de 6 millions d’euros; Lille a plus que doublé la performance avec 13 millions d’euros, chiffre consolidé fourni par l’Association Lille Horizon 2004 en bilan de l’opération (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Budget d’activités de Lille 2004

Source: association Lille Horizon 2004, Lille 2004 Indicateurs

8Quatre vingt deux entreprises ont participé à hauteur de 18 % du budget de fonctionnement, la moyenne pour les Villes européennes de la culture entre 1995 et 2004 étant de 13 % (Palmer/Rae Associates, 2004). Néanmoins, les partenaires officiels sont des groupes nationaux, ainsi qu’une partie des « partenaires Grand Projets » (tab. 1).

Tab. 1

Tab. 1

Typologie des mécènes

Source association Lille Horizon 2004, Lille de A à Z

9Le succès de Lille en matière de mécénat n’est donc pas le seul reflet de l’implication du Comité Grand Lille mais résulte aussi de la capacité de Martine Aubry, présidente de l’association Lille Horizon 2004 en qualité de maire de Lille, à mobiliser ses réseaux nationaux (Lefebvre, 2006). Reste que la majeure partie du budget dépend du soutien qu’accepteront d’octroyer les différents échelons territoriaux et que cette question conditionne la dimension géographique à donner à l’année européenne. Si dix personnalités représentent le monde culturel au sein de l’association Lille Horizon 2004 et si dix autres composent le collège économique, vingt-deux membres constituent le collège institutionnel. Didier Fusillier est le directeur de l’association. Natif du Nord-Pas-de-Calais et depuis vingt ans responsable d’un festival et d’une structure culturelle dans le sud du département du Nord, il a aussi fait ses preuves dans la région parisienne. Il a pour collaborateur Laurent Dréano, coordinateur général de Lille 2004, qui revendique aussi quelques racines dans la région mais fut directeur de la programmation artistique du parc de la Villette à Paris. Ensemble, ils doivent convaincre les partenaires publics et privés de les suivre dans une aventure qui veut jongler avec les échelles, des spectacles circulant de ville en ville, du littoral à la métropole lilloise, entre le Nord-Pas-de-Calais et la Belgique si proche. L’association Lille Horizon 2004 va passer des conventions avec les villes qui s’associent à l’année culturelle, ces villes devant assurer une part significative du financement des manifestations ou des structures qu’elles accueilleront.

10Quant aux autres niveaux institutionnels, ils participeront à l’année culturelle dans le cadre de leurs attributions habituelles (tab. 2) dans une logique d’affichage institutionnel et de communication.

Tab. 2

Tab. 2

Exemples d’implication des collectivités publiques dans le financement de Lille 2004

Réalisé par C. Liefooghe (2009, TVES, Lille 1) d’après: Lemaire C., 2004, Master 1, Grégoris M.-T. (dir.), Lille 1; rapport POPSU Lille, 2008; association Lille Horizon 2004, Lille 2004 de A à Z

11Dès 2002, l’État accorde des crédits d’investissement exceptionnels, notamment pour la réhabilitation du patrimoine et des opérations d’aménagement. En matière de programmation culturelle, il soutiendra les grandes expositions d’intérêt national et passera des commandes publiques à des artistes. Les deux départements profitent de Lille 2004 pour mettre sous le projecteur leurs priorités culturelles, tantôt autour du patrimoine historique des villes moyennes (fortifications, musées, histoire industrielle), tantôt autour des pratiques culturelles locales comme les géants ou les fanfares. Le Conseil régional développe quant à lui une programmation spécifique, appelée « autour de Lille 2004 ». Le Nord-Pas-de-Calais, première région de France pour l’investissement culturel public, veut faire en sorte que la démocratisation culturelle soit aussi importante que l’attractivité métropolitaine (Lavieville, 2006), ce qui est en soi une façon de contrebalancer la vision issue du Comité Grand Lille qui insiste beaucoup plus sur la visibilité internationale et la culture comme moteur de développement économique. Quant à la collaboration avec les villes belges, nécessaire pour faire de Lille 2004 un événementiel réellement international, il est aussi le fruit d’un travail politique commencé de longue date pour établir des liens transfrontaliers entre Valenciennes, Maubeuge et Mons d’une part, la métropole lilloise, Courtrai et Tournai d’autre part. Encore fallait-il convaincre ces territoires de partager leur destin avec Lille et le Nord-Pas-de-Calais, et pouvoir dépasser les nombreux obstacles institutionnels qui compliquent la construction de projets binationaux. Six années ont donc été nécessaires pour tisser les collaborations institutionnelles et territoriales, pour construire la programmation et poser le décor urbain d’un événement qui doit mettre la métropole lilloise transfrontalière et toute l’Eurorégion sous les feux de la rampe. Le défi est de taille, puisqu’il s’agit ni plus ni moins de rendre attractif et créatif un territoire qui traîne depuis plus de trente ans une image négative de région industrielle en crise, minée par le chômage et les problèmes sociaux.

2 - Lille 2004: un tournant dans la trajectoire de développement?

12Comment changer l’image d’une région marquée par plus d’un siècle de développement industriel? D’un côté en remontant dans son passé, celui de l’histoire espagnole et flamande, pour reconstruire une fierté perdue. De l’autre en braquant les projecteurs sur l’audace architecturale d’un Euralille, sur le design industriel ou les artistes émergents, sur les « anneaux de vitesse » et les « métamorphoses urbaines » inventés par Didier Fusillier, chantre de la modernité et des nouvelles technologies. Mais de l’image au développement économique, de la réinvention de l’espace urbain par les artistes à la régénération urbaine, du lien social par la culture à la création d’emplois, le lien est-il si direct?

2.1 - Quelle place pour Lille sur la carte du monde?

13L’événement Lille 2004 Capitale européenne de la culture a été proposé par le Comité Grand Lille en suivant l’hypothèse que le développement économique d’une métropole repose sur sa capacité à s’inscrire dans l’espace mondial, à ne plus être le simple relais régional d’un développement piloté par la capitale nationale. Il était donc important pour les organisateurs de mettre en valeur l’impact de Lille 2004 en matière de notoriété de la métropole. L’association Lille Horizon 2004 fournit ainsi une batterie d’indicateurs tels le nombre de journalistes (4000) venus pour couvrir l’événement, la fréquentation du site Internet de Lille 2004 (100 000 visiteurs par mois), le nombre de reportages audiovisuels réalisés (2000) et d’articles de presse (7900), et même la quantité de dépliants, affiches et autres drapeaux distribués pour la promotion des manifestations. L’accent est mis sur la dimension internationale de la médiatisation de Lille 2004, par l’inventaire systématique des chaînes de télévision et des titres de journaux d’Europe, de Russie, d’Amérique du nord et du sud, d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient qui ont parlé de l’événement. L’inventaire des 140 délégations françaises et étrangères (30 pays) venues observer l’organisation et la qualité de la programmation vise enfin à souligner l’exemplarité de l’événementiel. Il est clair que cette litanie de chiffres a pour fonction de justifier l’investissement réalisé, même si le simple décompte des articles de presse montre que sur les 7900 parus, 5000 l’ont été dans la presse locale et régionale. La dimension européenne, voire mondiale, de Lille 2004 est également valorisée dans l’inventaire des artistes mobilisés pour l’occasion, plus de 5000 étant « issus de l’étranger ». On remarquera le vocabulaire utilisé, qui prête à confusion dans une région qui est depuis longtemps une terre d’accueil pour l’immigration. La même ambiguïté géographique touche le nombre des « ambassadeurs de Lille 2004 », bénévoles ou vecteurs d’information au sein de leurs réseaux personnels, dont 10 % sont « répartis aux quatre coins du monde ». Ce satisfecit de l’association Lille Horizon 2004 est le reflet du bilan positif ressenti et exprimé par les milieux professionnels qui se retrouvent dans le Comité Grand Lille, et l’article du journal La Voix du Nord du 11 décembre 2004 traduit bien cet enthousiasme: « Lille 2004 aura réussi là où trente ans de campagnes publicitaires ont échoué pour tenter de changer notre image ». Si Lille capitale européenne de la culture a permis d’atteindre cet objectif de notoriété, c’est bien parce que tout a été fait pour réussir ce marketing territorial. L’expérience de médiatisation acquise lors de la candidature aux jeux olympiques a été réinvestie, de même que les relations patiemment construites au sein du Comité Grand Lille entre les responsables de la presse régionale, du tourisme local, des politiques, du monde économique et de celui de la culture ont sans doute permis de coordonner les efforts de communication et de promotion de l’événement. Il faut ajouter la mobilisation des réseaux citoyens et professionnels par le biais d’une combinaison de divers outils: le statut, purement honorifique, d’ambassadeur de Lille 2004, l’appel à la fierté identitaire régionale, une communication de type virale sur Internet qui a utilisé ce qu’on ne nommait pas encore réseaux sociaux. Enfin, Martine Aubry, maire de Lille depuis 2001 mais aussi ancien ministre, a mobilisé son aura médiatique nationale pour faire la promotion de Lille 2004. Ce travail à plein temps a nécessité le recrutement d’une chargée des relations avec la presse nationale et internationale, qui s’était auparavant occupée de la communication de ministres socialistes (Lefebvre, 2006). Il s’agit de placer Lille sur la carte du monde, pour reprendre l’expression du Comité Grand Lille, mais aussi de changer les représentations des Français, voire des étrangers, pour accroître l’attractivité de la région au profit du développement économique. L’objectif n’est pas nouveau, mais l’événement Lille 2004 a-t-il permis de gagner ce pari?

2.2 - Nouvelle image et attractivité touristique: un effet Lille 2004?

14Pour en rester dans un premier temps aux indicateurs fournis par l’association Lille Horizon 2004, le succès de l’événementiel se mesure d’abord aux quelques neuf millions de participants aux manifestations (fig. 2) dont près de cinq millions ont été comptabilisés lors des fêtes données dans des espaces publics, avec toute l’incertitude qui pèse sur ce genre d’évaluation.

Fig. 2

Fig. 2

Distribution des 9 millions de participants à Lille 2004

Source: Liefooghe / Domont, TVES, Lille 1, 2009. D’après: Lille Horizon 2004, Indicateurs Lille 2004

15On mesure l’écart avec les 2,8 millions de billets émis et près de 110 000 Pass permettant de multiples entrées à prix réduit. Une grande incertitude règne sur l’évaluation de la participation aux manifestations de Lille 2004 puisque aucune méthodologie rigoureuse n’avait été prévue pour ce faire, à l’exception de la billetterie. En outre, aucun chiffre ne donne d’indications sur la répartition entre spectateurs locaux, nationaux voire étrangers. L’évaluation de l’impact touristique de Lille 2004 n’en est pas plus aisée, comme le souligne la thèse de Thomas Werquin(2006). Les chiffres de l’association Lille Horizon 2004 annoncent une augmentation de 27 % du nombre de nuitées dans les hôtels de Lille entre 2003 et 2004. Elle atteint près de 40 % en ne comptant que les touristes et donc en éliminant la clientèle d’affaires et 37 % pour les seuls étrangers, notamment belges, néerlandais, allemands et anglais. L’année 2005 fut un retour aux chiffres de 2003 pour pratiquement tous les indicateurs classiques de la fréquentation touristique. Dans un contexte national morose pour le tourisme, les résultats de Lille 2004 sont indéniablement positifs sur le court terme. Cependant cette évaluation passe sous silence la stagnation des arrivées et des nuitées dans les hôtels du reste de l’agglomération lilloise, c’est-à-dire pour près de la moitié de l’offre hôtelière de la métropole. L’événement, qui se voulait à dimension régionale, a renforcé la centralité lilloise dans l’activité hôtelière, en particulier vis-à-vis des touristes étrangers. Une étude réalisée par T. Werquin (2004) auprès des restaurateurs confirme l’attractivité de la ville de Lille, créant des frustrations parmi les restaurateurs qui ont participé au financement des campagnes de communication mais qui n’ont finalement pas bénéficié de retombées économiques. Une enquête réalisée en 2004 par la chambre de commerce et d’industrie de Lille Métropole montre enfin que les touristes ont privilégié la visite des grands équipements culturels, comme le palais des Beaux Arts de Lille qui présentait une exposition sur Rubens, et la Piscine, musée d’Art et d’industrie de Roubaix qui exposait des œuvres de Picasso. L’impact à plus long terme de Lille 2004 est cependant positif. Le comité régional du tourisme observe en effet une reprise de l’augmentation des arrivées, des nuitées et du taux d’occupation des hôtels pour l’ensemble de la région, y compris quand la météorologie n’est pas favorable. En 2006, le comité régional du tourisme relève l’impact positif de Lille 3000 sur la fréquentation touristique, ce qui confirme pour le moment l’intérêt d’entretenir périodiquement la nouvelle image culturelle de Lille. En 2008, un événement inattendu a gonflé les chiffres de la fréquentation touristique régionale, et en particulier autour de la ville de Bergues: le succès national du film « Bienvenue chez les Ch’tis ». Tous ces éléments prolongent l’impact positif de Lille 2004 sur l’activité touristique, les opérateurs de voyage ayant inscrit dans leurs circuits certains lieux réputés d’un point de vue culturel ou médiatique. Ce qui ne peut que profiter aux grandes chaînes hôtelières qui avaient anticipé l’effet Lille 2004, la fréquentation étrangère et la croissance de la clientèle d’affaires, en construisant des hôtels dans la métropole lilloise.

2.3 - Le développement économique: quel impact de Lille 2004?

16L’impact économique de Lille 2004 concerne deux domaines, l’économie régionale classique et l’économie culturelle. Pour la première, nous ne disposons pas de données permettant d’évaluer les retombées éventuelles de l’événement sur les entreprises qui en ont été les partenaires ou les fournisseurs. Quelques études existent en revanche sur l’impact de Lille 2004 en matière de création d’emplois ou d’évolution du chiffre d’affaires dans le commerce. Les chiffres de l’INSEE présentés par l’association Lille Horizon 2004 (tab. 3) tendent à accréditer l’idée d’un effet positif sur l’emploi dans l’hôtellerie, la restauration, le commerce de détail et les activités culturelles.

Tab. 3

Tab. 3

Impacts de Lille 2004: évolution de l’emploi entre octobre 2003 et septembre 2004

Source: INSEE - Lille Horizon 2004, impact de Lille 2004 sur l’économie du tourisme

17Dans un contexte national, voire régional, peu dynamique, la ville de Lille tire encore une fois son épingle du jeu. T. Werquin(2006) constate également une hausse sensible du chiffre d’affaires des cafés-hôtels et restaurants situés sur la commune centre, mais relève qu’elle ne se traduit pas pour autant par une création significative d’emplois. Les organisateurs de Lille 2004 soulignent que les grandes enseignes lilloises dans l’équipement de la personne ont vu leur chiffre d’affaires croître de 10 à 15 %, et suggèrent un lien avec la décision des Galeries Lafayette de s’implanter à Lille fin 2004. On peut cependant douter que ces chiffres et cette décision soient du seul fait de l’année culturelle, même si cet événement a dû accroître la visibilité d’un travail de fond qui vise depuis le début des années quatre-vingt dix à promouvoir la métropole lilloise, ses sites économiques et sa vitalité culturelle auprès des cadres et des investisseurs potentiels. Dans le domaine des activités artistiques, le lien avec Lille 2004 est par contre incontestable. Techniciens et artistes ont été mobilisés pour réaliser et animer les manifestations. Des stages de formation et d’insertion ont été proposés à des personnes sans emploi sur des postes d’accueil ou de billetterie, ou pour permettre le retour à l’emploi d’artistes allocataires du RMI (Dreano, 2004). Néanmoins l’impact de cette création d’emplois a un horizon temporel souvent limité à l’événementiel. Il est significatif que sur les 1341 personnes embauchées par l’association Lille Horizon 2004, 49 % étaient en CDD et 36 % des intermittents du spectacle. Il n’y a rien d’original dans cette situation puisque le monde de la culture fonctionne avec des emplois très flexibles, au gré des projets (Menger, 2005). Cependant, en dépit d’une politique culturelle régionale volontariste, l’arrondissement de Lille a un effectif salarié culturel inférieur d’un tiers à celui de l’arrondissement de Lyon (Werquin, 2006). La faiblesse des emplois culturels dans la métropole lilloise, et plus encore dans les autres aires urbaines du Nord-Pas-de-Calais, accompagne celle des autres professions créatives, en particulier des emplois de service très qualifiés (Liefooghe, 2004; Chantelot, 2009). L’investissement dans un grand événementiel culturel n’a pas profondément changé cette fragilité structurelle.

2.4 - L’événement culturel: un accélérateur de projets urbains?

18Comme pour d’autres capitales européennes de la culture, Lille 2004 est un événement qui s’est accompagné d’investissements dans l’aménagement urbain (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Aménagements urbains réalisés à l’occasion de Lille 2004

Conception/réalisation: C. Liefooghe / J. Domont, TVES, Lille 1, 2009

19Si le budget de fonctionnement propre à l’organisation des manifestations s’est élevé à 74 millions d’euros, celui des investissements est estimé à près de 70 millions d’euros. L’État et les collectivités locales ont fait un effort budgétaire (cf. tab.2) pour améliorer les espaces publics (« promenades urbaines », parcs) et l’équipement culturel (opéra, musées), pour réhabiliter le patrimoine monumental (fortifications, églises, palais) ou faire de la régénération urbaine (Lille Sud, Maisons Folies). Il est cependant difficile d’évaluer le montant réellement investi dans ces aménagements urbains, à cause de la dispersion des maîtres d’ouvrage et parce qu’une part non négligeable des projets n’a pas de lien direct avec l’événement. Certains, comme la rénovation de l’opéra, ont été accélérés afin que les travaux soient terminés pour le lancement de Lille 2004. D’autres, enlisés dans des discussions sans fin, ont pu enfin se réaliser, comme le sauvetage de la villa Cavrois de l’architecte R. Mallet-Stevens, ou le parc naturel de la Deûle prévu depuis 1968. L’intégration du parc des nouveaux sports de Lille Sud (près de 10 millions d’euros) dans le bilan de Lille 2004 est quant à lui le symbole de l’implication de Martine Aubry, maire de Lille, dans la revitalisation des quartiers en difficulté. Près du tiers du total des investissements est cependant allé à la création des Maisons Folies, équipements culturels et festifs spécifiquement imaginés pour Lille 2004 en lieu et place de bâtiments industriels, de ferme, d’hospice ou de fort désaffectés. Elles ont pour fonction de créer du lien social sur le long terme, de servir de laboratoire d’un nouvel art de vivre, pour reprendre l’expression portée par Martine Aubry et Didier Fusillier. Si, au regard de ce qui a été fait à Glasgow (Jeannier, 2008), les aménagements réalisés dans la métropole lilloise sont d’une faible envergure financière et spatiale, Lille 2004 a facilité la coordination des acteurs pour réaliser les projets urbains susceptibles d’améliorer l’image de la métropole lilloise. Cet héritage est un atout qui améliore l’attractivité de certains équipements culturels de Roubaix et de Tourcoing, mais surtout de la ville de Lille, confortée en 2006 dans son statut de station de tourisme, classement qui lui permet d’accueillir un casino à la lisière d’Euralille et donc du centre ville (Collin, 2007; Lemonier, 2007). Quant aux Maisons Folies, leur impact en matière de renouvellement urbain est pour le moment encore limité: quelques façades de maisons ont été ravalées sans qu’on observe pour autant une revalorisation foncière des quartiers, et les espaces publics environnants sont insuffisamment investis pour animer les quartiers (Estienne, Landry et al., 2008). Si l’année européenne de la culture a permis la création de nouveaux équipements culturels dans les périphéries de la métropole lilloise, l’urbanisme événementiel s’est d’abord déployé dans le cœur historique de la ville de Lille et à proximité des nœuds de communication, renforçant le processus de muséification et de gentrification de la ville, de mise en scène des paysages urbains en faveur des touristes, des investisseurs et des cadres que l’on souhaite attirer.

2.5 - Une gouvernance partenariale sur la sellette après 2004

20Au-delà des résultats économiques, de l’aura médiatique et de la régénération urbaine, l’événementiel culturel a eu deux impacts, sur la demande culturelle régionale et sur la gouvernance des territoires à différentes échelles. Le premier paradoxe de Lille 2004 est, qu’au-delà d’une réussite reconnue par la majorité des acteurs et même par ses détracteurs, l’événement aurait généré une déception liée à l’écart entre les espérances initiales et le programme tel qu’il a pu être construit (Lemaire, 2004; Lavieville, 2006; Leduc, 2006). Ainsi l’enthousiasme de Didier Fusillier, dans sa volonté de donner à Lille 2004 une dimension eurorégionale, a suscité un foisonnement d’initiatives de la part des artistes, des associations et des territoires à différentes échelles. Mais les ressources disponibles ont obligé les organisateurs à faire des choix, au prix de déceptions et de critiques. La répartition des programmes montre par exemple l’écart entre la dispersion régionale des types de manifestations (fig. 4) et leur concentration quantitative sur la métropole lilloise (fig. 5), et sur la ville de Lille (fig. 6).

Fig. 4

Fig. 4

Lille 2004, Capitale européenne de la culture: une programmation eurorégionale

Conception/réalisation: C. Liefooghe/J. Domont, TVES, Lille 1, 2009. D'après Lemaire C., 2004, Lille 2004 dans les villes moyennes du Nord-Pas-de-Calais, Master 1, Grégoris M.-T. (dir.), Lille 1

Fig. 5

Fig. 5

Lille 2004: répartition des programmes (sauf Métamorphoses)

Conception/réalisation: C. Liefooghe/J. Domont, TVES, Lille 1, 2009. D'après Lemaire C., 2004, Master 1, Grégoris M.-T. (dir.), Lille 1

Fig.6

Fig.6

Répartition géographique des manifestations de Lille 2004 (en pourcentage des 2500 événements)

Source: Lille Horizon 2004, Indicateurs Lille 2004

21À plus long terme, le désir de culture né de Lille 2004 fait face au manque de moyens et engendre des crispations territoriales. Lille 3000 en est l’expression même puisque la géographie des manifestations s’est recroquevillée sur quelques sites de la métropole lilloise et en particulier de la ville de Lille (Estienne, Grégoris, 2009). Un autre paradoxe du programme de Lille 2004 est d’avoir ainsi réactivé les concurrences territoriales alors que la candidature et la construction de l’année culturelle ont été dans un premier temps un moment d’apprentissage de gouvernance partenariale, de l’échelle du quartier à l’échelle de l’Eurorégion. Le paysage politique s’était recomposé au point que le rôle d’un événement culturel dans le développement économique et l’attractivité d’une métropole relevait « de croyances infalsifiables ou peu mises en discussion » (Lefèbvre, 2006, p. 279). L’organisation d’une année européenne de la culture est souvent un outil politique pour mettre en scène un projet urbain (Gravari-Barbas, 2007; Vivant, 2007). Force est de constater qu’à travers la mise en récit de Lille 2004 puis de Lille 3000, ce qui s’est joué, « c’est la construction d’une légitimité territoriale pour le maire de Lille », Martine Aubry (Lefèbvre, 2006). Dans un premier temps première adjointe à la mairie de Lille et ministre du gouvernement, Martine Aubry s’est impliquée très tôt dans le dossier Lille 2004, par intérêt personnel pour la culture. Quand elle succède à Pierre Mauroy et devient maire de Lille en 2001, son implication dans l’organisation de Lille 2004, la recherche de financements et la médiatisation de l’opération est l’occasion de montrer sa capacité à dessiner l’avenir de sa ville et à construire des coalitions à l’échelle de la métropole. Stratégie qui a réussi puisque Martine Aubry a été réélue en 2008, puis a été choisie pour succéder à Pierre Mauroy à la présidence de la communauté urbaine, ce qui, dans une histoire locale complexe, était loin d’aller de soi. En revanche, une fois passés l’événement et l’euphorie du succès, les jeux politiques et personnels ont refait surface et la gouvernance partenariale en matière de politique culturelle et touristique s’est étiolée au point que chaque ville de l’agglomération lilloise a repris ses droits en la matière, à l’exception de quelques rares équipements culturels dits d’intérêt métropolitain (Damien, 2004). Lille 2004 fut une belle occasion d’inventer une gouvernance partenariale à différentes échelles, mais le consensus n’a tenu que le temps d’un projet.

Conclusion: de l’événementiel culturel à l’économie créative

22Dans les années quatre-vingt, le modèle de développement choisi par les acteurs régionaux pariait sur l’ouverture des frontières, le TGV et le tunnel pour attirer des Parisiens, des Bruxellois voire des Londoniens, qui auraient pu être tentés par des prix avantageux de l’immobilier. Si quelques cas qui confirment ce schéma, le fait est qu’un certain nombre d’habitants de la métropole lilloise, et pas des moins qualifiés, sont devenus des banlieusards à longue distance de Paris, voire de Bruxelles et Londres. Le modèle de l’événementiel culturel reprend l’objectif d’accroissement de l’attractivité, vis-à-vis des touristes, des cadres et des investisseurs, mais sur de nouvelles bases. L’impact de Lille 2004 capitale européenne de la culture ne doit pas être analysé dans sa dimension éphémère, mais comme un moment fort d’une série d’événements susceptibles de modifier durablement l’image de Lille métropole et du Nord-Pas-de-Calais. Cette politique participe d’une approche plus large du rôle de la culture dans le développement des territoires, combinant attractivité, vitalité créative des populations et développement endogène. À Lille, à Roubaix ou à Tourcoing, d’anciens quartiers industriels sont désormais aménagés pour accueillir de jeunes stylistes de mode, un pôle multimédia, un lieu de développement des technologies et de l’économie liées à Internet. D’autres projets émergent, plus informels, autour de « l’art du futur » ou dans la mise en relation des artistes, des chercheurs et des entreprises. Reste à savoir si la culture, terreau de la créativité et des innovations, peut devenir à plus long terme une ressource pour le développement économique d’un territoire de tradition industrielle, au-delà d’un événement éphémère et des emplois liés aux activités culturelles soutenues par la puissance publique (Liefooghe, 2009).

Top of page

Bibliography

ADULM, (1999), Les capitales européennes de la culture: étude comparative, Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole, Lille, janvier, 62 p.

CCILM, (1999), Lille métropole internationale: dix chantiers pour acquérir le statut de métropole internationale, chambre de commerce et d’industries de Lille Métropole, commission tertiaire supérieur et rayonnement international, Lille, novembre, 63 p.

Chantelot S., (2009), « La géographie de la classe créative: une application aux aires urbaines françaises », 46e colloque de l’ASRDLF, Clermont-Ferrand, 6-8 juillet, 28 p., [www.asrdlf2009.com]

Chaudoir P., (2007), « La ville événementielle: temps de l’éphémère et espace festif », Géocarrefour, 3, p. 107-110.

Collin I., (2007), « De l’événementiel au tourisme au cœur de la métropole: Lille 2004, capitale européenne de la culture », in P. Duhamel et R. Knafou, Mondes urbains du tourisme, Belin, Paris, p. 103-115.

Damien M.-M., (2004-2005), « Tourisme, patrimoine, culture et affirmation métropolitaine: le cas de la métropole lilloise », Hommes et terres du Nord, no 2, p. 2-15.

Dreano L., (2004), « Lille 2004 ou la culture comme moteur de transformation d’un territoire », in M. Aubry(coord.), Culture toujours et plus que jamais !, éditions de l’Aube, coll. Proposer, La Tour d’Aigues, p. 193-207.

Estienne I., Grégoris M.-T., (2009), « Dynamiques culturelles, métropolisation et renouvellement urbain », in D. Paris et D. Mons (dirs), Lille Métropole: Laboratoire du renouveau urbain, éditions Parenthèses, coll. La ville en train de se faire, Marseille, p. 74-99.

Estienne I., Landry L., Martin M., (2008), Les lieux culturels, un levier pour le renouvellement urbain?, GIP EPAU, rapport POPSU, Métropole lilloise, 22 p., [www.archi.fr/GIP_EPAU/POPSU]

Gravari-Barbas M., Jacquot S., (2007), « L’événement, outil de légitimation de projets urbains: l’instrumentalisation des espaces et des temporalités événementiels à Lille et Gênes », Géocarrefour, no 3, p. 153-163.

Grésillon B., (2008), « Ville et création artistique: pour une autre approche de la géographie culturelle », Annales de géographie, no 660-661, p. 179-198.

Jeannier F., (2008), « Culture et régénération urbaine: le cas de Glasgow », Géoconfluences, dossier: De villes en métropoles, ENS Lyon, 11 p.,[http://geoconfluences.ens-lsh.fr]

Landry C., (2006), Culture et régénération urbaine. Activités culturelles et industries créatives, moteurs du renouvellement urbain, rapport pour le réseau URBACT CULTURE, agence de développement et d’urbanisme de Lille métropole, août, 60 p.

Lavieville J.-P., (2006), Lille 2004, tremplin pour l’élargissement du public?, rapport au conseil économique et social régional, Région Nord-Pas-de-Calais, 41 p.

Leduc D., Alem S., Bouvet L., (2006), Les impacts de Lille 2004 sur la formation d’une aire métropolitaine, mémoire de Master 1 AUDT, sous la direction de P. Ginet, UFR de géographie et aménagement, université de Lille 1, 185 p.

Lefèbvre R., (2006), « Lille 2004: une capitale européenne de la culture. Des usages politiques et territoriaux de la culture », in F. Bachelet et alii, Action publique et projet métropolitain, L’Harmattan, Paris, p. 269-289.

Lemaire C., (2004), Lille 2004 dans les villes moyennes du Nord-Pas-de-Calais, mémoire de maîtrise sous la direction de M.-T. Grégoris, UFR de géographie et aménagement, université de Lille 1, 115 p.

Lemonier M., (2007), « Lille, station classée », Diagonal, 175, p. 33-36.

Liefooghe C., (2004-2005), « La diffusion spatiale des services aux entreprises: un révélateur des résistances territoriales aux innovations du système productif », Cahiers Nantais, 62-63, p. 213-220.

— (2009), « La créativité: une ressource pour le développement économique d’une région de tradition industrielle? », 46e colloque de l’ASRDLF, Clermont-Ferrand, 6-8 juillet, 15 p., [www.asrdlf2009.com].

Lucchini F., (2006), « Les capitales européennes de la culture », Les annales de la recherche urbaine, no 101, p. 91-99.

Menger P.-M., (2005), Profession artiste: extension du domaine de la création, Les éditions Textuel, Coll. Conversation pour demain, Paris, 109 p.

Palmer/Rae Associates, (2004), European Cities and Capitals of Culture, Study prepared for the European Commission, Part 1, Bruxelles, 235 p., [http://ec.europa.eu/culture].

Vincent G., (1997), « Les artistes dans la ville », Hommes et terres du nord, no 3-4, p. 165-176.

Vivant E., (2007), « Les événements off: de la résistance à la mise en scène de la ville créative », Géocarrefour, no 82, 3, p. 131-140.

Werquin T., (2004), Impact de Lille 2004 Capitale européenne de la Culture sur l’activité des restaurants des « Tables Gourmandes », Axe culture, Lille, 12 p., [www.axeculture.com]

— (2006), Impact de l’infrastructure culturelle sur le développement économique local: élaboration d’une méthode ex-post et application à Lille 2004 capitale européenne de la culture, thèse de doctorat en sciences économiques, université de Lille 1, 260 p.

— (2008), « L’impact des équipements et événements culturels sur le développement économique local: entre fantasme et réalité », actes du colloque: Arts et territoires: vers une nouvelle économie culturelle?, ACFAS/INRS, Québec, 6-7 mai, 13 p., http://chaire_fernand_dumont.ucs.inrs.ca/Mai2008/Werquin.pdf.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Budget d’activités de Lille 2004
Credits Source: association Lille Horizon 2004, Lille 2004 Indicateurs
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4249/img-1.jpg
File image/jpeg, 236k
Title Tab. 1
Caption Typologie des mécènes
Credits Source association Lille Horizon 2004, Lille de A à Z
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4249/img-2.jpg
File image/jpeg, 192k
Title Tab. 2
Caption Exemples d’implication des collectivités publiques dans le financement de Lille 2004
Credits Réalisé par C. Liefooghe (2009, TVES, Lille 1) d’après: Lemaire C., 2004, Master 1, Grégoris M.-T. (dir.), Lille 1; rapport POPSU Lille, 2008; association Lille Horizon 2004, Lille 2004 de A à Z
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4249/img-3.jpg
File image/jpeg, 276k
Title Fig. 2
Caption Distribution des 9 millions de participants à Lille 2004
Credits Source: Liefooghe / Domont, TVES, Lille 1, 2009. D’après: Lille Horizon 2004, Indicateurs Lille 2004
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4249/img-4.jpg
File image/jpeg, 180k
Title Tab. 3
Caption Impacts de Lille 2004: évolution de l’emploi entre octobre 2003 et septembre 2004
Credits Source: INSEE - Lille Horizon 2004, impact de Lille 2004 sur l’économie du tourisme
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4249/img-5.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Fig. 3
Caption Aménagements urbains réalisés à l’occasion de Lille 2004
Credits Conception/réalisation: C. Liefooghe / J. Domont, TVES, Lille 1, 2009
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4249/img-6.jpg
File image/jpeg, 720k
Title Fig. 4
Caption Lille 2004, Capitale européenne de la culture: une programmation eurorégionale
Credits Conception/réalisation: C. Liefooghe/J. Domont, TVES, Lille 1, 2009. D'après Lemaire C., 2004, Lille 2004 dans les villes moyennes du Nord-Pas-de-Calais, Master 1, Grégoris M.-T. (dir.), Lille 1
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4249/img-7.jpg
File image/jpeg, 480k
Title Fig. 5
Caption Lille 2004: répartition des programmes (sauf Métamorphoses)
Credits Conception/réalisation: C. Liefooghe/J. Domont, TVES, Lille 1, 2009. D'après Lemaire C., 2004, Master 1, Grégoris M.-T. (dir.), Lille 1
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4249/img-8.jpg
File image/jpeg, 344k
Title Fig.6
Caption Répartition géographique des manifestations de Lille 2004 (en pourcentage des 2500 événements)
Credits Source: Lille Horizon 2004, Indicateurs Lille 2004
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4249/img-9.jpg
File image/jpeg, 80k
Top of page

References

Electronic reference

Christine Liefooghe, « Lille 2004, capitale européenne de la culture ou la quête d’un nouveau modèle de développement », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2012, connection on 19 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4249

Top of page

About the author

Christine Liefooghe

Maître de conférences en géographie, Laboratoire TVES (EA 4019), UFR de géographie et aménagement, Université de Lille 1, 59655 Villeneuve d’Ascq, christine.liefooghe@univ-lille1.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page