Skip to navigation – Site map
La Méditerranée, bassin culturel et créatif

Culture et requalification de friches: le front pionnier de la conquête des marges urbaines

Le cas de Mylos, Thessalonique
Culture and regeneration of cultural art zones : the innovative front in the recovering of urban margins
The case-study of Mylos, Thessalonica 
Maria Gravari‑Barbas
p. 85-94

Abstracts

The first part of this article presents the sceneries which prevail in recycled wastelands. The second part examines Mylos, a former flour mill on the eastern fringe of Thessaloniki, atypical in three ways: a cultural space carried out by non-institutional actors located on the city margins in an industrial framework . Mylos is used to analyze the destinies of recycled wastelands. The “bifurcation” tried out after cultural transformation constitues the beginning of their “second history” marked not by production but by cultural, patrimonial even touristic recognition. The scales of impact of these places are neither hierarchical nor stacked together: the impact on “the geography of culture” of the city can in this sense be important even if the one on the nearby environment is minimal. Mylos constitutes an interesting example with which to analyze, spatially and temporally, wasteland recycling in metropolitan areas as a system.

Top of page

Full text

1La littérature sur les espaces en friche, requalifiés à des fins culturelles, a été abondante ces dernières années (Vanhamme, 2000; Raffin, 2000a et b, 2001; Gravari‑Barbas, 2004; Saint-Girons, 2004; Vivant, 2006; Andres, 2008 ). Le rapport Lextrait (2001) a considérablement contribué à une plus grande reconnaissance de ces lieux – et des initiatives culturelles qui y sont accueillies – et a dévoilé la grande diversité de ces « Nouveaux Territoires de l’Art ».

2Au cœur des nouvelles initiatives culturelles, les friches industrielles sont devenues, depuis une trentaine d’années, de nouveaux espaces à conserver et à investir. Leur réinvestissement induit non seulement une conservation du bâti dont le caractère patrimonial est lentement reconnu, mais pose aussi des questions quant aux opportunités de réutilisation et de réaménagement des territoires dans lesquels elles s’inscrivent.

3Dans cet article, il nous a semblé important de nous interroger sur les impacts urbains de ces « reconquêtes ». L’investissement d’une friche implique a minima une adaptation des lieux délaissés par l’industrie à de nouvelles fonctions. Mais il induit le plus souvent de conséquents travaux de requalification et de restauration, voire la réécriture en profondeur des espaces investis (Fagnoni, 2004 et 2007). À une autre échelle, la transformation d’une friche en lieu culturel n’est pas sans impact sur son environnement proche: effets de « tâche d’huile » caractérisés par l’installation d’autres lieux culturels à proximité, gentrification résidentielle ou commerciale, impacts économiques ou sociaux. Au-delà du quartier, l’investissement de la friche par la culture peut avoir des impacts plus globaux sur l’offre culturelle urbaine ou métropolitaine.

  • 1  Saint-Girons (2004) rappelle à propos de Toulouse que Mix’Art Myrys figure au Guide du Routard 200 (...)

4L’article concerne les impacts scalaires et temporels de ces « greffes culturelles » sur des espaces désertés par l’industrie. Il vise à mettre en évidence que les échelles ne sont ni hiérarchisées ni emboitées: l’impact sur la « géographie de la culture » de la ville peut en ce sens être important même si celui sur l’environnement proche est minime. Le caractère quasi-enclavé de certaines friches requalifiées n’est pas contradictoire avec leur réelle inscription dans les réseaux et pratiques culturels métropolitains. La « bifurcation » que ces lieux expérimentent constitue le début de leur « deuxième histoire », marquée par une reconnaissance culturelle, patrimoniale, voire touristique1. Cette « histoire culturelle » des lieux reflète l’histoire personnelle des porteurs de projets. Pour reprendre les termes du créateur de Mylos – une ancienne minoterie située à Thessalonique réhabilitée à des fins culturelles –, « il y a les lieux et l’âme des lieux » (Stéphanidès, 2009). Leur histoire n’avance pas toujours dans le même sens, ni au même rythme.

5Mylos constitue un exemple intéressant pour l’analyse spatiale et temporelle du système friche – espace métropolitain. Après avoir présenté dans une première partie les scenarii qui prévalent dans le cas des friches requalifiées, nous étudierons le cas de Mylos à proprement parler.

1 - La friche après réécriture: un élément mouvant du système urbain

6L’examen de l’évolution de plusieurs friches culturelles au cours des dernières années démontre la complexité des relations que celles-ci entretiennent avec le système urbain dans lequel elles s’inscrivent. Plusieurs scenarii dans le temps et dans l’espace peuvent être a priori distingués.

1.1 - Pérennisation de l’initiative culturelle

7La pérennisation de l’initiative culturelle implique une intégration de la friche dans son contexte urbain proche ou lointain. Or, les espaces requalifiés sont souvent, du fait de leurs fonctions préalables (industrie, fabriques, entrepôts) peu perméables. Clôtures, grillages et autres obstacles imposent une distance matérielle et visuelle entre les bâtiments et les espaces environnants. Les friches requalifiées coexistent longtemps avec d’autres espaces industriels qui peuvent conserver une valeur d’usage, ne serait-ce que déclassée (transformation par exemple des lieux de production en entrepôts) ou ont déjà atteint le stade de « déchet », pour reprendre les étapes successives définies par Krzysztof Pomian (1990): valeur d’usage, « déchet », reconnaissance et patrimonialisation. La pérennité des projets culturels implique ainsi leur adaptation à leur environnement, par des stratégies d’ouverture ou bien au contraire par des tactiques d’auto-enfermement et d’accentuation de leur enclavement. L’organisation autocentrée de la friche, où les différents bâtiments sont structurés autour d’un lieu de référence qui joue le rôle de l’espace « public » (une rue ou une place intérieure) est en effet courante. Il est fréquent qu’une relation plus soutenue soit établie avec la centralité urbaine qu’avec le quartier: la friche peut être un lieu de référence à l’échelle urbaine ou métropolitaine, tout en restant relativement hermétique aux quartiers environnants.

8La pérennisation de l’initiative culturelle implique des opérateurs stables, capables de porter un projet culturel identifié et de mener une négociation constante avec le milieu institutionnel pour se faire reconnaître. La pérennisation des lieux, liée à des stratégies plus globales des opérateurs culturels, induit également une stratégie de positionnement urbain plus au moins consciencieusement menée: être, habiter, créer dans une « marge urbaine » implique un positionnement à l’échelle du quartier, de la ville, de l’aire métropolitaine: une instrumentalisation certaine du lieu marginal est effectuée par les opérateurs culturels (Gravari‑Barbas, 2004). En effet, la pérennisation de l’initiative culturelle dans une friche signifie précisément de pouvoir jongler longtemps avec ce positionnement « intermédiaire », institutionnel et urbain: s’installer – plus ou moins durablement – dans les « marges » (Saint-Girons, 2004).

1.2 - Fragilisation/évolution/disparition de l’initiative culturelle

9Le retour à un état de friche, quoique peu fréquent, n’est pas à exclure. La friche requalifiée peut retourner à son état initial de « déchet » si l’environnement urbain rejette cette « greffe culturelle », si les porteurs du projet n’arrivent pas à créer de consensus, s’ils agissent dans un milieu institutionnel hostile. Ce retour en arrière ne signifie toutefois pas que l’initiative culturelle qui y avait vu le jour ait été sans impacts. La requalification, fût-elle provisoire, contribue à l’émergence de lieux culturels dans la ville (Gravari‑Barbas, Violier, 2003), dont la pérennité – dans les pratiques et dans les esprits – peut excéder le temps de vie de l’initiative culturelle qui y était localisée. Le retour à l’état de friche, accompagné souvent d’une « narration héroïque » portant sur le caractère avant-gardiste de l’initiative culturelle disparue, n’est pas contradictoire avec la brève vie de certaines de ces initiatives.

1.3 - Mutation des projets initiaux de la friche

10Un troisième scénario, sans doute le plus courant, est caractérisé par l’évolution de l’initiative culturelle qui, au cours de son déroulement, de l’évolution personnelle de ses porteurs originels, de son adaptation au milieu culturel local, de son instrumentalisation par les acteurs institutionnels modifie ou subit la modification, de son projet d’origine (Saint-Girons, 2004).

11La friche culturelle, projet avant-gardiste au départ, situé aux marges de la culture « établie », acquiert renommée et reconnaissance et devient progressivement un lieu vitrine des institutions dirigeantes: la gestion, la programmation, les publics désormais ciblés peuvent se situer en rupture avec le caractère de friche. De lieu d’avant-garde, d’expérimentation culturelle, de contestation, l’ex-friche culturelle évolue vers un lieu obéissant aux lois du marché. Des glissements peuvent être opérés vers le divertissement, le spectacle, la vie nocturne, voire la mise en scène de son propre passé contestataire et alternatif.

12Dans le cas de Mylos l’ancienne friche requalifiée existe toujours, du moins en ce qui concerne ses composantes matérielles. Mais le projet d’origine a évolué dans une direction différente.

2 - Le cas de Mylos à Thessalonique: une triple exemplarité

13Tout en s’inscrivant dans la lignée des initiatives similaires de réinvestissement de friches culturelles en Europe au cours des deux dernières décennies (Bordage, 2001), Mylos représente un cas atypique du fait notamment de la nature de ses protagonistes et du contexte de la ville d’implantation.

14Ce caractère atypique a été voulu et revendiqué par les créateurs de Mylos. Désireux de créer un « lieu paradigmatique », ils ont inscrit leur projet dans une triple exemplarité (Nijman, 2000): proposer un concept alternatif qui se démarque de l’offre culturelle de la ville; montrer qu’il était possible de formuler une proposition culturelle originale dans une zone située aux marges industrielles de la ville; s’inscrire dans des débats concernant la conservation des bâtiments industriels, dont la nature patrimoniale est peu reconnue à Thessalonique.

2.1 - Des acteurs hors milieux culturels établis

  • 2  « Happening à Thessalonique », Eleftherotypia, 31 mai 1992; « Kvarnen ger kulture, Vingar », Sönd (...)

15En 1991, au moment où Mylos ouvre ses portes, le mouvement de requalification des friches industrielles par la culture est largement inconnu dans les villes grecques. L’inauguration de Mylos à Thessalonique, ville marquée par sa compétition avec Athènes (Molyvdis, 2000 ; Darques, 2000) notamment culturelle, représente un événement. Pendant ses premières années de fonctionnement, la presse européenne2 salue avec enthousiasme cette initiative novatrice.

  • 3  « Happening à Thessalonique », Eleftherotypia, 31 mai 1992

16Mylos est le fruit d’une initiative personnelle. L’initiateur du projet, animateur de la station de radio « Utopie » et d’un lieu culturel alternatif (concerts de jazz et de rock), souhaitait mettre en place un nouveau projet culturel dans la ville. Ce projet est monté par quatre partenaires – des » amis‑relations‑parents » – qui créent l’entreprise en investissant « leurs sous et leurs névroses »3 dans ce nouvel espace. Mylos ne reçoit aucune subvention de l’État grec, de la région ou de la ville. Ils y recyclent l’expérience acquise dans le milieu musical underground de Thessalonique dans les années 1980. Tout en s’inscrivant dans les réalités du marché, Mylos est en ce sens le fruit de réflexions élaborées dans les milieux de gauche. Mylos profite ainsi du cursus personnel et professionnel de son fondateur et de ses réseaux: le public est, du moins au départ, celui de la petite salle de concerts gérée par son fondateur; le personnel est constitué d’amis qui ont déjà partagé avec lui d’autres aventures artistiques; et la programmation profite des réseaux culturels déjà établis.

17L’appartenance des créateurs de Mylos à des milieux politiques contestataires, l’indépendance d’une initiative culturelle qui se situait idéologiquement et philosophiquement dans ces milieux alternatifs, tout en posant les exigences d’une entreprise viable, a représenté une plus-value au début de cette aventure. Mylos a été salué comme une initiative originale, fraîche, jeune et audacieuse, située aux antipodes des lieux culturels existant alors dans la ville.

2.2 - Une inscription « hors les murs »

18Si l’approche est atypique, les lieux le sont aussi: comme son nom l’indique, Mylos, qui signifie « moulin » en grec (μύλος), est un ancien moulin à farine. Il est localisé dans l’ancienne zone industrielle développée dès les années 1870 dans la partie ouest de Thessalonique, sur une ancienne zone de jardins et de marécages à l’arrière du port (Kolonas, 1987) (fig.1). Celle-ci, relativement prospère jusqu’aux années 1960, a été progressivement abandonnée au profit d’activités d’entreposage, de vente de pièces détachées, de baraquements divers. Les usines qui y avaient été construites, dont certaines monumentales, sont progressivement tombées en ruine.

19Fig. 1

Plan de Thessalonique, 1909 (détail) - Le cercle marque le futur emplacement de Mylos, construit dans les vergers, au sud des lignes des chemins de fer, dans une zone déjà occupée par des fabriques

Source : département des cartes, Bibliothèque nationale, Paris

20La zone est enclavée entre les entrepôts du front maritime portuaire et les lignes ferroviaires. L’environnement urbain, assez dégradé, est le résultat de l’accueil d’activités disparates et non planifiées, venues progressivement se rajouter dans un tissu urbain lâche.

21Le moulin Hadjiiannakis et Altinamazis a été fondé en 1924 par deux réfugiés venus d’Asie Mineure. L’usine, construite sur une parcelle de 5000 m2 dont la moitié était occupée par les bâtiments de production, employait à ses débuts soixante ouvriers pour une capacité de production de soixante tonnes de farine par jour. Devenue société anonyme en 1928, elle voit sa productivité baisser dès 1934 suite aux effets de la crise économique. Louée à la société Alatini de 1958 à 1983, elle a été arrêtée définitivement en 1987. Le bâtiment est toutefois resté en l’état, avec la totalité de sa machinerie et outillages répartis dans l’ensemble de ses multiples annexes (photo 1). Sa location en 1990 par les initiateurs du projet Mylos et sa reconversion en espace culturel polyvalent représentent un acte audacieux, totalement inédit dans le paysage de Thessalonique.

Photo 1

Photo 1

Mylos photographié après la cessation de ses activités en 1987

Source: Thessalonique 1912-1940. Industrie et Ville, Banque Grecque pour le développement industriel (ETBA), 1989

  • 4  Le quartier de Ladadika est situé à la limite des quartiers juifs historiques de Thessalonique, en (...)

22La démarche des fondateurs de Mylos était caractérisée par la volonté de se positionner « ailleurs ». Le suivi des projets antérieurs lancés par le fondateur et principal animateur de Mylos témoigne d’un mouvement d’éloignement progressif: d’abord localisé au centre-ville, il explore dans un premier temps le quartier de Ladadika4 (carte) avant de s’installer à Mylos, à l’extrémité ouest de la zone industrielle. Le choix de Mylos, dicté par des raisons économiques (prix des loyers élevés à Ladadika), témoigne aussi d’une fascination certaine pour le passé industriel des lieux: la zone, les bâtiments, les outillages étaient porteurs de mémoires et contribuaient à donner sens à la démarche culturelle. La configuration du lieu, un ensemble de bâtiments organisé autour d’une rue fermée, confère une forme d’autonomie et d’indépendance à ce « microcosme » autocentré.

2.3 - La prise en compte d’un patrimoine architectural ignoré

  • 5  L’usine Karolos Fix a été fondée en 1892 et a fonctionné jusqu’aux années 1970. Depuis cette date, (...)

23Mylos est une des premières initiatives à Thessalonique de reconversion d’une ancienne zone industrielle en espace culturel. Dans un pays où patrimonialité rime surtout avec antiquité, les bâtiments industriels n’ont acquis leur statut patrimonial que récemment, et de manière très sélective. Rares sont les villes – telle Volos (Hastaoglou-Martinidis, 2003) – qui mettent en place un programme cohérent de réintégration des vestiges industriels. À Thessalonique, peu d’ensembles sont en effet reconnus ou valorisés. L’usine FIX elle-même, sans doute un des exemples le plus emblématiques de l’ancienne zone industrielle de Thessalonique, tombe depuis plusieurs années en ruine, malgré la mobilisation des architectes de la ville5.

24La restauration de Mylos fut assurée de manière consciencieuse, à la fois pour le bâti et pour les machines et les outillages encore présents. Consolidés et maintenus à leurs emplacements originaux, ils ont été intégrés dans les différents espaces. Les nombreux bâtiments disséminés dans l’enceinte ont accueilli différentes fonctions (plusieurs salles de concert, des espaces de restauration, des salles d’exposition, etc.). Une rue centrale structure l’ensemble depuis l’entrée jusqu’à l’esplanade, dédiée aux concerts en plein air, qui jouxte les rails de chemin de fer sur lesquels stationnent des anciens wagons réhabilités (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Les différentes composantes de Mylos - 1tabac; 2café-restaurant; 3café de plein air; 4expositions; 5Mylos, bâtiment principal, bar, expositions; 6Michanostasio, bar; 7lieu d’entreposage; 8wagon, station radio; 9café de plein air;10cinéma de plein air; 11scène; 12» domatio », musique classique; 13apothiki, salle de concerts; 14liveclub; 15ouzeri, restaurant; 16,17parking; 18bureaux de Mylos; 19station radio 88,5 FM.

Source: Archives de Mylos.

  • 6  La valeur des infrastructures de l’ancienne usine était estimée en 1990 à 80 M de drachmes. Les de (...)

25La restauration des bâtiments est d’autant plus exemplaire qu’elle a été assurée sans aucune aide publique. Mylos est réhabilité grâce à des investissements lourds assurés avec une prise de risque considérable: les sommes investies dès la première année sont vingt fois supérieures à la valeur du bâtiment6. (Stéfanidès, 2009). C’est d’ailleurs cette initiative que souligne et récompense l’International Association for the Protection and Enhancement of Europe’s Architectural and Natural Heritage en décernant à Mylos en 1993 le prix Europa Nostra (photo 2).

Photo 2

Photo 2

Mylos après restauration

Source: Archives de Mylos

3 - Mylos: une inscription toujours négociée dans la géographie culturelle de la ville

26L’inscription socio-spatiale de Mylos dans le contexte de Thessalonique peut être analysée à travers diverses phases depuis son ouverture en 1991. D’abord « événement spatial » (temps 1), il devient un lieu » confortablement » installé dans l’offre culturelle de Thessalonique, reconnu nationalement et internationalement (temps 2), avant d’atteindre les limites (pourrait-on dire inhérentes?) d’un lieu installé depuis longtemps dans les marges (temps 3). Menacé de disparition pure et simple, son cadre matériel sera pérennisé au prix d’une mutation profonde de son esprit (temps 4).

3.1 - Temps 1: Mylos, un « événement spatial » à Thessalonique

27L’ouverture de Mylos en 1991 constitue incontestablement un événement culturel. Mais elle représente également un véritable événement spatial: son installation dans une zone marginale, peu intégrée dans le vécu des habitants de Thessalonique, bouleverse très rapidement leurs habitudes de sorties diurnes et nocturnes.

28Le développement du port et de l’industrie dans la partie ouest de la ville, dès la fin du xixe siècle, a contribué à la concentration des lieux de divertissement des Thessaloniciens le long du littoral Est de la ville (notamment à Kalamaria Aretsou). Une césure lisible existe toujours aujourd’hui entre la partie Est, qui continue de concentrer le long du front de mer cafés, restaurants et bars très fréquentés par une population jeune et la partie ouest industrielle. Le développement du port et l’installation des lignes de chemin de fer ont contribué à l’enclavement de l’Ouest de la ville, tandis qu’à l’Est, le développement du tourisme et des résidences secondaires (dans des quartiers de Peraia et plus loin, vers la Chalcidique), a accentué cette polarisation.

29Le développement de l’aéroport a davantage contribué à la dynamisation de l’Est de Thessalonique, principale porte d’entrée de la ville. C’est autour de l’aéroport que se développent au cours des dernières années les grands centres commerciaux, les multiplexes, les parcs de loisirs, les zones ludiques. À l’inverse, la zone de Mylos est certes desservie par des lignes de bus, mais sa connectivité au centre-ville est limitée. On s’y rend difficilement en transport public et, a fortiori, on ne s’y promène pas.

30Parler d’événement spatial dans le cas de Mylos prend tout son sens dans ce contexte: l’ouverture d’un pôle culturel fort fait voir cette zone marginale sous un autre jour. L’impact de Mylos peut être mesuré par le lancement, à peine deux ans après son ouverture, d’une deuxième reconversion industrielle à des fins culturelles: Vilka, une ancienne usine de mise en bouteilles, juste en face de Mylos (carte).

Carte

Carte

La zone industrielle Ouest de Thessalonique

Maria Gravari‑Barbas, septembre 2009

31Conçu en apparence selon le même schéma que Mylos le projet Vilka reposait sur un concept différent: l’émanation d’acteurs déjà établis dans le divertissement des Thessaloniciens représentait une réponse « professionnelle » à l’engagement militant des fondateurs de Mylos. Il signifiait en ce sens à la fois la consécration de l’initiative de Mylos et son pervertissement: la « recette » de Mylos, était désormais appréhendée comme une initiative rentable et commercialisable, reconnue comme telle par les acteurs déjà établis dans le milieu du spectacle.

3.2 - Temps 2: installation dans l’offre culturelle globale de la ville

32L’installation de Mylos dans la zone industrielle modifie rapidement la perception de celle-ci. La friche requalifiée donne son nom à l’ensemble de la zone environnante. Désormais on se rend « au Mylos » même si la destination est Vilka ou le Fix.

33Mylos réussit à « faire émerger » cette partie de la ville (Gravari‑Barbas, Violier, 2003), à lui donner une identité et à la rattacher au cœur de Thessalonique – essentiellement par l’intermédiaire de ses publics, les mêmes que ceux des boites et bars du centre-ville. Il n’est ainsi pas exagéré de soutenir que Mylos a modifié de manière notable la géographie culturelle de Thessalonique.

34Le développement de Mylos est progressivement marqué par une attitude plus réaliste de ses gestionnaires. Si son ouverture a représenté « un pavé dans la marre culturelle » de Thessalonique, il s’agit désormais d’assurer la pérennisation de cette initiative qui a déjà rencontré – et dans une mesure créé – son public. Ce « temps 2 » de Mylos est celui des grands projets, d’initiatives culturelles innovantes et marquantes, qui lui permettent d’asseoir sa notoriété. Les invitations de grands noms de la musique, de la photographie, des arts plastiques, contribuent à donner à Mylos la réputation d’un lieu laboratoire et d’expérimentation. L’affirmation progressive de Mylos dans le paysage culturel de la ville et l’approche plus économique qui a été adoptée, ne signifient pas pour autant que le lieu a été institutionnalisé. Pour les autorités locales, Mylos reste un lieu à part et leur attitude oscille entre la tentation d’appropriation d’un équipement – au bout du compte valorisant pour la ville – et l’hostilité envers une initiative qui émane « d’électrons libres », difficilement contrôlables.

35Cette tension entre appropriation et hostilité est illustrée par le fait que Mylos est le seul équipement culturel à figurer au dossier « Thessalonique, capitale culturelle » en 1997, sans que les gestionnaires du lieu aient été avertis (Stéfanidès, 2009). La reconnaissance « officielle » de Mylos, marquée par une volonté d’instrumentalisation le temps de l’événement, ne produit toutefois pas d’effets pérennes.

36Le succès de Mylos et la création d’un pôle culturel attirent rapidement d’autres enseignes de divertissement. Celles-ci se démarquent du caractère trans-artistique et avant-gardiste de Mylos. Il s’agit pour la plupart de boîtes de nuit qui ne contribuent pas à l’animation diurne du quartier.

  • 7  Mylos, projet succinct pour l’avenir, Thessalonique 2000.
  • 8  Kathimerini, 28 janvier 2001, p. 41.

37La notoriété de Mylos conduit ses concepteurs à envisager la création d’une franchise. En 2000, la direction rédige un Projet de développement pour l’avenir qui propose l’ouverture d’espaces polyvalents « Mylos » dans d’autres villes grecques (Larissa, Ioannina, Patras, Xanthi) et dans d’autres capitales des Balkans7. En 2001, le fondateur de Mylos annonce, dans une interview au journal Kathimerini8, qu’il recherche des locaux à Athènes pour « exporter à la capitale l’expertise de la réussite du nord de la Grèce ».

3.3 - Temps 3: mise en difficulté progressive des lieux culturels et prolifération des lieux de divertissement

38Ces projets de développement ne verront jamais le jour. L’initiative culturelle des origines s’est progressivement essoufflée. Le réalisme d’une entreprise qui doit faire face à ses obligations quotidiennes s’est progressivement imposé. L’entreprise a été violemment combattue par le milieu local, notamment par la municipalité. Au début des années 2000, le montage partenarial qui avait permis au projet de voir le jour ne tient plus. La tentative du fondateur de contrôler l’ensemble de l’entreprise en rachetant les trois autres parts se heurte aux projets d’un des quatre partenaires d’origine. Celui-ci, conseiller financier de l’entreprise de restauration rapide Goodys, souhaite racheter Mylos pour le compte de son entreprise. Les pressions de cession deviennent encore plus fortes lorsque Goodys est racheté par la société Delta. De lieu culturel alternatif Mylos devient objet transactionnel, négocié par les milieux financiers locaux, nationaux et internationaux, dans le contexte économique particulièrement euphorique de la bulle boursière. Mylos est finalement racheté, mais dans des conditions difficiles: l’entreprise Delta ne facilite pas la transaction et l’acheteur se retrouve à gérer un équipement culturel exigeant sans avoir les connaissances nécessaires L’avenir de Mylos se joue dans les tribunaux ce qui n’est pas sans répercussion sur le public. En 2004, un incendie détruit plusieurs bâtiments, dont le bâtiment central, et la totalité des machineries jusqu’alors conservées in situ.

39Les nouveaux propriétaires mettent en place un nouveau « produit »: les bâtiments endommagés sont restaurés ou reconstruits. Le feu a toutefois détruit des éléments irremplaçables. Parallèlement, les infrastructures sont mises en spectacle (photo 3).

Photo 3

Photo 3

La mise en spectacle des infrastructures de Mylos. Le portail d’entrée en 1994 et en 2008

Photos: Maria Gravari‑Barbas

40Les différentes composantes du projet initial éclatent: sous le « parapluie » de l’enseigne Mylos (que le fondateur n’avait pas déposée et dont il se trouve dessaisi), chacune propose sa propre programmation. Les activités nocturnes prennent le pas sur les animations diurnes. « L’événement » culturel s’est banalisé. Mylos subit les effets de mode: son public se tourne vers des lieux plus « branchés ». Ni Mylos, ni Vilka n’ont réussi à devenir des « lieux de vie ».

3.4 - Temps 4: prise en compte plus générale des opportunités offertes par la zone

41Tandis que Mylos changeait de cap et que Vilka limitait ses activités à quelques concerts par semaine, le quartier subissait une évolution notable. Les espaces proches ont été progressivement investis par des boites de nuit. Ces nouvelles structures ont pris place dans un tissu urbain d’une grande hétérogénéité, sans réflexion préalable et sans autre perspective que la disponibilité de vastes surfaces et la capacité du quartier à supporter les nuisances de ce type d’activités.

42Tout autour, un tissu urbain encore très lâche supporte une très large gamme d’activités: entrepôts, ateliers, vente en gros, mais aussi constructions tertiaires récentes (photo 4).

Photo 4

Photo 4

Séquence de photos prises aux abords de Mylos(à l’est du bâtiment) – Photo du haut: Mylos, rue Georgiou, photo du milieu: fin de la rue Georgiou, Photo du bas: habitations illégales au bout de la rue Georgiou

Source: Maria Gravari‑Barbas, février 2009

43Certaines parmi celles-ci prennent place dans un bâti ancien qu’elles requalifient de manière radicale, sans toujours prendre en compte son caractère patrimonial. Contrairement à Mylos ou Vilka, les salles de concert et les boites de nuit sont insensibles à la qualité patrimoniale des lieux. L’installation d’une salle de concert dans l’usine FIX non seulement n’a pas valorisé le cadre architectural, mais a contribué à sa détérioration.

44Une zone tertiaire émerge en même temps à l’ouest de la ville, en passe de s’affirmer comme la deuxième « porte d’entrée » de Thessalonique. Des hôtels, des bureaux, des centres commerciaux sont inaugurés à proximité de Mylos. Certains s’installent dans des anciens bâtiments industriels réhabilités: c’est le cas de l’hôtel Porto Palace (hôtel 5 étoiles, 110 chambres et salle de conférence. Capacité: 2 000 personnes) qui a réinvesti une ancienne faïencerie de 1913 ou, plus près du centre-ville, de l’hôtel Tabacco (hôtel 4 étoiles, 57 chambres), entrepôt de tabac requalifié en 2004.

45La plupart des activités tertiaires profitent toutefois simplement des disponibilités foncières et de la localisation sur l’axe de la rue Egnatia (c’est le cas des Atrina Center ou de Limani center).

46Le caractère tertiaire de la zone proche de Mylos s’accentue à la fin des années 2000. L’inauguration en 2009 de l’hôtel MET du groupe Chandris témoigne de l’évolution des fonctions et de la « coloration » touristique de la zone. Dire que Mylos serait à l’origine de cette requalification est sans doute exagéré. La disponibilité du foncier, la création d’une nouvelle « porte d’entrée » dans la partie Ouest de la ville y sont certainement pour beaucoup. Il est toutefois important de rappeler que Mylos a apporté une plus-value incontestable à la zone requalifiée: une identité. Pour être localisé, l’hôtel Chandris est positionné non seulement par rapport au centre ville, relativement éloigné, mais aussi par rapport à Mylos:« The MET Hotel is situated in the new harbour area of Thessaloniki, a bustling economic hub with great development prospects, at the western entrance of the city (…) The famous entertainment complex, Mylos, is a few steps away offering galleries, theatres and restaurants ».

47La tertiarisation du secteur n’est pas accompagnée d’une quelconque gentrification résidentielle: le processus n’a encouragé ni l’occupation résidentielle, ni l’occupation spontanée (squats d’artistes, lofts, etc.) ou organisée. Nous sommes loin des schémas proposés par Zukin (1982, 1995). Les interactions avec le milieu urbain sont encore très limitées. À quelques dizaines de mètres de l’hôtel MET, des baraquements ou des maisons closes sont construits dans des culs de sac ou devant des rues mal tracées qui s’arrêtent soudainement.

CONCLUSION

Les lieux et l’esprit des lieux. Quelle pérénnité pour l’initiative de Mylos?

48« Mylos existe toujours aujourd’hui, 19 ans après sa création »« Mylos n’existe plus, il a disparu en 2000 et peut-être même avant »... Loin d’être contradictoires, les deux assertions partagent une part de vérité. Si la destination est toujours reconnue dans le paysage culturel de Thessalonique, elle n’ a que peu de liens avec l’initiative avant-gardiste qui l’a fait naître en 1991. Mylos est représentatif des tensions qui caractérisent ces initiatives. La volonté d’indépendance entre en concurrence avec le besoin de reconnaissance, y compris de la part des milieux institutionnels. Ces conditions instaurent des relations peu claires et souvent tendues entre les opérateurs et les institutions municipales. Mylos est porteur de changements pérennes pour Thessalonique. Les acteurs locaux se sont avérés incapables d’impulser ou de suivre les nouvelles dynamiques urbaines. Or, la mise en cohérence de toutes ces initiatives culturelles n’aurait pu être assurée, in fine, que par le secteur public.

49Mylos a mis en lumière la zone industrielle ouest de Thessalonique et a créé des émules. Pourtant, ses fondateurs l’avaient conçu comme un microcosme fermé, sans volonté de l’ancrer à son environnement urbain proche. Il encore trop tôt pour tirer des conclusions sur l’ouverture touristique du quartier issue de l’implantation de nouveaux hôtels. Les touristes pourraient contribuer à l’émergence d’une nouvelle urbanité dans ces zones reléguées.

Top of page

Bibliography

Andres L., (2008), La ville mutable, thèse soutenue le 20 juin 2008 sous la direction de M. Vanier, université Joseph Fournier, Grenoble.

Bordage F., Gromberg Ph. et al., (2001), Les fabriques, lieux imprévus, TransEuropeHalles, Saint-Ouen, éditions de l'Imprimeur, Besançon, 155 p.

Bourdin A., (2008), « Gentrification: un « concept » à déconstruire », Espaces et sociétés, no 132-133, mars, p. 23-37.

Darques R., (2000), Salonique au xxe siècle. De la cité ottomane à la métropole grecque, CNRS éditions, Espaces et milieux, 392 p.

Dupuis B., (2008), « The New Town Planning Movement in Europe : the project “Quartier am tacheles” in Berlin », communication présentée au colloque Les héritages culturels dans l’urbanisme et l’architecture au xxie siècle, université Paris Sorbonne Abu-Dhabi, 19-20, mai.

Fagnoni E., (2007), « Tourisme-loisirs et reconversion territoriale: les dynamiques entre mémoire et projet » Pré-actes des 6es Rencontres de Mâcon, « Tourismes et territoires » 13, 14 et 15 septembre.

— (2004), « Amnéville, de la cité industrielle à la cité touristique: quel devenir pour les territoires urbains en déprise? », Mondes en Développement, vol. 32-2004/1, no125, p. 51-66.

Gravari‑Barbas M., Violier, Ph., (2003), Lieux de Culture – Culture des lieux. Production(s) culturelle(s) locale(s) et émergence de lieux: dynamiques, acteurs, enjeux, coll. Géographie, Presses Universitaires de Rennes, 303 p.

Gravari‑Barbas M., (2004), « Les friches culturelles: jeu d’acteurs et inscription spatiale d’un « anti-équipement » culturel, in Métropolisation et grands équipements structurants, Corine Siino, Florence Laumière, Frédéric Leriche (coord.) , Presses Universitaires du Mirail, coll. Villes et Territoires, p. 230-277.

Grésillon B., (2002), Berlin, Métropole Culturelle, Belin, Paris, coll. Mappemonde, 352 p.

— (2004), « Le Tacheles, histoire d'un "SquArt" berlinois », in Multitudes, no 17, p. 47-57.

Hastaoglou-Martinidis V., (2004), « Les acquis d’une initiative locale. La mise en valeur du patrimoine industriel de la ville de Volos, en Grèce », in Maria Gravari‑Barbas (dir.) Habiter le patrimoine, Presses Universitaires de Rennes, p. 527-541

Kolonas V., (1987), Les débuts de l’industrie à Thessalonique (ΑρχέςτηςβιομηχανίαςστηΘεσσαλονίκη), Banque Grecque pour le Développement Industriel (ETBA), Thessalonique.

Minca C., (2007), « The tourist landscape paradox », Social and Cultural Geography, vol. 8, no 3, juin.

Molyvdis C. (2000), « Formes urbaines et production de l’espace: l’exemple de Thessalonique », Essai de géographie sociale urbaine, thèse de 3e cycle, université de Caen.

Nijman J., (2000), « The Paradigmatic City », Annals of the Association of American Geographers, vol. 90, no 1, p. 135-145.

Pomian k., (1990), « Musée et patrimoine », in Henri-Pierre Jeudy, Patrimoines en folie, Paris, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 177-198

PrevelakisG, (2000), Athènes, Urbanisme, culture et politique, L’Harmatttan, Paris, 146 p.

Raffin F., (2000b), « Du nomadisme urbain aux territoires culturels », in Métral J., (dir.) Cultures en ville: de l’art du citoyen, éditions de l’Aube, Paris, p. 55-78.

— (2000a), « Espace appropriable et quartier en lisière du politique », Bernié Boissard (dir.) Espace de la culture, politiques de l’art, l’Harmattan, Paris, p. 95-114.

— (2001), « Espaces en friche, culture vivante », Le Monde Diplomatique, octobre.

Saint-Girons F., (2004), Marginalité et innovation culturelle dans les friches urbaines. Un enjeu dans l’aménagement du territoire , thèse de 3e cycle, sous la direction de V. Berdoulay, université de Pau et des Pays de l’Adour.

— (2005) , « Friches urbaines et médiation culturelle: l’émergence de nouvelles formes de tourisme urbain », in Montagnes Méditerranéennes, no 22, p. 101-106.

Stefanides N., (2009), Entretien avec le fondateur de Mylos, Thessalonique.

Vanhamme M., (2000), « Friches industrielles, friches culturelles: appropriation ou transmission ? », in Bernié‑Boissard C. (dir), Espaces de la Culture, Politiques de l’Art, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques Sociales, p. 128-143.

Vivant E., (2006), « Le soutien aux expériences artistiques alternatives: une rupture dans les politiques culturelles? », Colloque international France-Brésil « État, Culture et communication » , Gresec, Échirolles, 29 septembre 2006.

Yerolympos A. et al., (1992), « Ladadika de Thessalonique. Reconnaissance du caractère et perspectives de conservation d’un paysage historique » (Λαδάδικα Θεσσαλονίκης. Αναγνώριση της φυσιογνωμίας και προοπτικές διατήρησης ενός "ιστορικού τόπου" », Revue scientifique du Centre d’Histoire de Thessalonique, Thessalonique.

Zukin S., (1982), Loft Living: culture and capital in urban change, 2e édition, 1989, Rutgers University Press, 252 p.

— (1995), The Culture of Cities, Blackwell, Londres, 336 p.

Top of page

Notes

1  Saint-Girons (2004) rappelle à propos de Toulouse que Mix’Art Myrys figure au Guide du Routard 2003. L’exemple le plus connu de conversion touristiquede friche culturelle est celui du Tacheles (Grésillon, 2002 et 2005, Dupuis, 2008), lieu désormais incontournable de la carte touristique de Berlin.

2  « Happening à Thessalonique », Eleftherotypia, 31 mai 1992; « Kvarnen ger kulture, Vingar », Söndax Expresse, 31 juillet 1994; « Een Grieks aquarium vol soortgenoten », de Volkskrant, 25 novembre 1995; « Jewel in Thessaloniki’s cultural crown », Financial Times, 12 mai 1995, etc.

3  « Happening à Thessalonique », Eleftherotypia, 31 mai 1992

4  Le quartier de Ladadika est situé à la limite des quartiers juifs historiques de Thessalonique, enclavé entre les rues Tsimiski, Salaminos et I. Dragoumi. Caractérisé par un tissu commercial de faible hauteur, le quartier a échappé aux reconstructions et densifications massives de l’après-guerre. Il a été requalifié à partir de 1991 (Darques, 2000). Les bâtiments commerciaux ou artisanaux accueillent désormais des fonctions récréatives. Très prisé des Thessaloniciens à la fin des années 1990, il subit aujourd’hui une certaine désaffection du public, imputable partiellement à la mono-activité récréationnelle et touristique qui y a été développée (Yerolympos et al., 1992)

5  L’usine Karolos Fix a été fondée en 1892 et a fonctionné jusqu’aux années 1970. Depuis cette date, le bâtiment tombe en ruine et ses équipements, machineries et outillages sont pillés ou détruits. Achetée en 1991 par un groupe d’entrepreneurs privés, elle est classée monument historique en 1994 par la Commission des Monuments Modernes (ENM). Après 1995, une partie des bâtiments est louée, sans autorisation préalable de la Commission, afin d’y accueillir des salles de concert. Entre 1995 et 2002, de nombreuses interventions, démolitions partielles et destructions sont observées, à la fois sur les parties non classées et protégées. Le 7 avril 2003, le ministère de la Culture déclasse neuf bâtiments dans leur ensemble et douze autres partiellement, ne laissant ainsi qu’un seul bâtiment classé dans sa totalité (parmi les 22 qui avaient été initialement classés en 1994). Source: correspondance entre la Chambre Technique et le ministère de la Culture.

6  La valeur des infrastructures de l’ancienne usine était estimée en 1990 à 80 M de drachmes. Les dettes de l’entreprise s’élevaient toutefois à plus de 500 M de drachmes. L’option d’achat n’était pas envisageable à l’époque. Les investissements ont été effectués sur un bien menacé de saisie.

7  Mylos, projet succinct pour l’avenir, Thessalonique 2000.

8  Kathimerini, 28 janvier 2001, p. 41.

Top of page

List of illustrations

Caption Plan de Thessalonique, 1909 (détail) - Le cercle marque le futur emplacement de Mylos, construit dans les vergers, au sud des lignes des chemins de fer, dans une zone déjà occupée par des fabriques
Credits Source : département des cartes, Bibliothèque nationale, Paris
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4390/img-1.png
File image/png, 1.0M
Title Photo 1
Caption Mylos photographié après la cessation de ses activités en 1987
Credits Source: Thessalonique 1912-1940. Industrie et Ville, Banque Grecque pour le développement industriel (ETBA), 1989
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4390/img-2.png
File image/png, 404k
Title Fig. 2
Caption Les différentes composantes de Mylos - 1 tabac; 2 café-restaurant; 3 café de plein air; 4 expositions; 5 Mylos, bâtiment principal, bar, expositions; 6 Michanostasio, bar; 7 lieu d’entreposage; 8 wagon, station radio; 9 café de plein air;10 cinéma de plein air; 11 scène; 12 » domatio », musique classique; 13 apothiki, salle de concerts; 14 live club; 15 ouzeri, restaurant; 16, 17 parking; 18 bureaux de Mylos; 19 station radio 88,5 FM.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4390/img-3.png
File image/png, 795k
Title Photo 2
Caption Mylos après restauration
Credits Source: Archives de Mylos
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4390/img-4.png
File image/png, 720k
Title Carte
Caption La zone industrielle Ouest de Thessalonique
Credits Maria Gravari‑Barbas, septembre 2009
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4390/img-5.png
File image/png, 106k
Title Photo 3
Caption La mise en spectacle des infrastructures de Mylos. Le portail d’entrée en 1994 et en 2008
Credits Photos: Maria Gravari‑Barbas
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4390/img-6.png
File image/png, 779k
Title Photo 4
Caption Séquence de photos prises aux abords de Mylos(à l’est du bâtiment) – Photo du haut: Mylos, rue Georgiou, photo du milieu: fin de la rue Georgiou, Photo du bas: habitations illégales au bout de la rue Georgiou
Credits Source: Maria Gravari‑Barbas, février 2009
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4390/img-7.png
File image/png, 1.0M
Top of page

References

Electronic reference

Maria Gravari‑Barbas, « Culture et requalification de friches: le front pionnier de la conquête des marges urbaines », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2012, connection on 20 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4390

Top of page

About the author

Maria Gravari‑Barbas

Professeur de géographie, IREST /EIREST (Équipe Interdisciplinaire de Recherche sur le Tourisme), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, maria.gravari-barbas@wanadoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page