Skip to navigation – Site map
La Méditerranée, bassin culturel et créatif

L’impact des expositions internationales et universelles sur les métropoles de la péninsule ibérique: Séville / Lisbonne / Saragosse

The impact of international and universal expositions on the large regional centers of the Iberian Peninsula : Seville, Lisbon, Saragossa
Jean-Bernard Castet
p. 113-120

Abstracts

Universal and international expositions are listed in the category of major events. Initially oriented toward the staging of individual displays of achievement and the progress of nation-states, they have gradually acquired a cultural dimension by opening their doors to a wide public and taking on an educational and pedagogical mission. How have the Seville Lisbon, and Saragossa expos been able to link together the metropolitan and cultural dynamics at work in Europe? A comparative analysis reveals contrasting situations.

Top of page

Full text

  • 1  Le Bureau International des Expositions (BIE) distingue les Expositions Internationales Enregistré (...)

1Au milieu du xixe siècle, pour la première fois dans l’Histoire, la reine Victoria utilise pour évoquer la première exposition universelle à Londres des phrases qui sont en général réservées aux victoires militaires: « Le 1er mai 1851 aura été le plus grand jour de notre histoire, il aura offert le spectacle le plus beau, le plus imposant et le plus touchant qu’on ait jamais vu…et mon cher pays a montré qu’il en était digne. ». Les grands évènements à vocation culturelle ou sportive, mais aussi économique, s’avèrent inséparables du développement des villes au xixe siècle. Puis, ces manifestations se multiplient au cours du xxe siècle: expositions internationales ou universelles1, jeux olympiques, championnats, …

2Les expositions internationales et universelles, qui sont habituellement répertoriées dans la catégorie des grands événements, ont progressivement construit des spécificités qui les rendent difficilement comparables à d’autres manifestations de grande envergure. Leur dimension culturelle n’allait pas de soi de prime abord. Orientées vers la mise en scène des avancées industrielles et des progrès des États nations, elles ont peu à peu acquis cette dimension du fait des caractéristiques des produits ou des techniques présentées et de leur mission aussi bien éducative que pédagogique. S’il s’agissait effectivement de promouvoir une culture « élitaire pour tous » (Vitez, 1991), les expositions y sont parvenues en ouvrant leurs portes à un public large et en travaillant sur l’accessibilité du savoir.

3Mais si elles peuvent être pensées comme des vecteurs de culture, ces expositions sont aussi par essence des évènements urbains dans la mesure où leur avènement est étroitement lié à l’apparition de la ville moderne. Pour le géographe, elles induisent un certain nombre de mutations importantes. Si au xixe siècle, elles passaient par « des réalisations spatiales de diverses sortes: la destruction des murailles, la construction de réseaux, des percées, des extensions, l’aménagement des fronts de mer, etc. », le xxe siècle se situe à une autre échelle, « celle des grandes métropoles et de leur aire. » (Girard et Marin, 2004). Ainsi, il apparaît aujourd’hui possible de dégager des permanences dans les types d’infrastructures favorisant la modernisation, indépendamment des différences spatiales ou des disparités institutionnelles. Cependant, ces expositions, traditionnellement perçues comme de véritables accélérateurs pour les agglomérations souhaitant accéder au rang de métropole font actuellement l’objet de transformations qui tendent à redéfinir leurs missions dans le sens d’une intensification de leur rôle culturel.

4Dans quelle mesure les expositions internationales ou universelles récentes sont-elles parvenues à s’articuler avec les dynamiques métropolitaines et culturelles actuellement à l’œuvre en Europe? Ces sites autrefois qualifiés de « territoires de l’éphémère » (Perthuison, 1982) sont‑ils aujourd’hui ou seront-ils demain des territoires plus pérennes et durables? L’examen des expositions de Séville 1992, de Lisbonne 1998 et de Saragosse 2008, trois villes de la péninsule ibérique, permet de mieux comprendre l’intérêt de ce type de grands évènements, tandis que l’analyse comparée de leurs impacts révèle des situations contrastées.

1 - Les expositions internationales et universelles: un type spécifique d’événement culturel

5L’essor progressif du commerce international induit l’apparition de nombreux marchés et lieux d’échanges, mais c’est surtout à l’ère industrielle que naît une nouvelle volonté d’exposer des œuvres nationales hors de tout cadre commercial précis. Le xviie siècle est le théâtre de ces premiers évènements de grande ampleur fortement imprégnés d’une ambition culturelle. Il faut cependant attendre la fin du xviiie siècle pour assister à l’émergence de manifestations exclusivement destinées à exposer des produits industriels: en 1798, François de Neufchâteau, inspiré par une exposition industrielle ayant eu lieu à Prague en 1791, ouvre la première exposition des produits de l’industrie française (Pinot de Villechenon, 2000). L’organisation de ce type d’expositions se poursuit ensuite pour aboutir en 1851 à la première exposition dite universelle.

6Cet évènement présente l’originalité de se présenter à la fois comme international et universel. Mais ces deux caractéristiques ne permettent pas à elles seules de comprendre la nature des expositions. Elles sont caractérisées par cinq critères principaux qui renvoient à l’intensification de leur fonction culturelle: elles sont à la fois internationales, universelles, non commerciales, pédagogiques et ludiques.

7Elles sont dites universelles car l’idée est de regrouper tous les savoirs sur un sujet donné, à un instant donné et en un lieu donné. Les techniques, les savoir- faire exposés permettent ainsi de faire le point sur l’état d’avancement d’un champ particulier de la connaissance. Cette ambition illustre la consécration de l’idée de progrès, inséparable du fait expositionnel: il s’agit de dresser un bilan pour mieux progresser ensemble sur le sujet en question ce qui crée un certain contrepoids au capitalisme naissant: l’objectif affiché, n’est pas de connaître l’état d’avancement des autres Nations, mais de découvrir quelles collaborations pourraient être envisagées pour travailler ensemble à l’amélioration de la connaissance de l’Humanité. C’est en ce sens que l’on prend toute la mesure de leur caractère international et universel.

8Les expositions mettent en scène des outils de travail, des techniques et des savoir-faire. Il n’est donc pas directement question de vendre des produits et des techniques. Il s’agit surtout de mettre en valeur une technique ou une technologie particulière. Selon Walter Benjamin: « les expositions universelles (sont) les lieux de pèlerinage du fétiche commercial » (Monclus Fraga, 2006). Il s’agit pour chaque pays, de prouver au reste du monde qu’il est le plus avancé en la matière. L’objectif affiché est plutôt de donner à voir ces avancées que de vendre les produits ou les techniques en question.

9Pour les visiteurs, les expositions ont une mission pédagogique puisqu’il s’agit à la fois de favoriser les échanges entre les techniciens et de vulgariser certaines informations pour les masses. À une époque où les media étaient peu développés, les populations souhaitaient également visiter ces expositions pour avoir un accès à la connaissance et pour découvrir les techniques ou les outils du futur. Dans la seconde moitié du xixe siècle, la modulation des prix d’accès aux sites en fonction des revenus (spécialement pour les ouvriers) visait aussi à limiter le caractère strictement commercial des expositions.

10L’éducation des masses se faisait avant tout par l’intermédiaire du jeu. Les pavillons comme les spectacles étaient perçus comme plus pédagogiques s’ils laissaient une large place au ludisme. L’objectif était d’apprendre en s’amusant. Les expositions apparaissaient comme de grandes fêtes de communion locale voire nationale. Teintées de fierté patriotique dans la mesure où leur présentation en pavillon permettait de comparer les avancées de chacun, elles revêtaient ainsi les caractéristiques des grandes célébrations nationales à portée culturelle.

  • 2  Selon les données du Bureau International des Expositions.

11Rapidement, ces grands évènements culturels connaissent un succès retentissant: alors que 6 millions de visiteurs s’étaient pressés à Londres en 1851, Paris accueille en 1900 plus de 50 millions de visiteurs2. Cette augmentation s’accompagne d’une tendance à la prolifération d’expositions qui ne correspondent pas toujours aux objectifs assignés initialement. Du fait des enjeux commerciaux croissants, certains États craignent une confiscation de ces évènements par les puissances du marché et la décadence de leur mission culturelle. P. Forest et B. Schroeder-Gudehus(1991) l’expliquent ainsi: « L’exaltation des premières expositions (…) ne pouvait sûrement pas résister à la lassitude des industriels et des milieux d’affaires, sollicités bien au-delà de leurs intérêts, ou à la contrariété des gouvernements, sommés tous les deux ou trois ans d’assurer une représentation digne et avantageuse. » C’est ainsi que l’idée de constituer une instance de préparation et de régulation des expositions émerge à la fin des années 1920.

12Une organisation intergouvernementale est créée par la Convention de Paris le 22 novembre 1928. Il s’agit du Bureau International des Expositions installé à Paris. Il a pour mission de réglementer la fréquence des expositions, de veiller à leur qualité et de garantir le respect de la convention constitutive ainsi que celui du droit international. Les pays faisant partie de l’organisation (104 en 2007) sont représentés par des délégués. La gestion de l’organisation est confiée à un Secrétaire Général, entouré d’une quinzaine de personnes. L’assemblée générale regroupant l’ensemble des délégués est réunie deux fois par an. Elle délibère sur les candidatures et prend connaissance des rapports rédigés par des commissions constituées au sein de l’organisation. Quatre commissions sont actuellement en place: la commission de l’administration et du budget, la commission exécutive, la commission du règlement et enfin la commission de l’information et de la communication. Le bureau est financé par les contributions des États membres et par le Gate money, à savoir un pourcentage perçu sur les entrées aux différentes expositions.

  • 3  Article 1 de la convention concernant les expositions internationales signée à Paris le 22 novembr (...)

13Cependant, si leur ampleur sans précédent faisait des expositions des évènements culturels à part, aucune définition claire n’en était donnée. C’est en fait avec la refonte du texte en 1972 que le Bureau insère en son article premier une définition officielle des expositions internationales et universelles: « Une exposition est une manifestation qui, quelle que soit sa dénomination, a un but principal d’enseignement pour le public, faisant l’inventaire des moyens dont dispose l’homme pour satisfaire les besoins d’une civilisation et faisant ressortir dans une ou plusieurs branches de l’activité humaine les progrès réalisés ou les perspectives d’avenir3. » L’un des principaux intérêts de ce texte, outre la formalisation des normes destinées à règlementer l’organisation des expositions, est de définir les termes de manière plus précise qu’auparavant. Trois critères sont donc retenus par le B.I.E.: le caractère éducatif des expositions, leur volonté d’universalité sur un champ de connaissance donné et l’objectif de mise en scène prospective des progrès de l’humanité. Les expositions acquièrent ainsi le statut d’évènement de nature culturelle.

14Cette organisation présente aussi l’intérêt de règlementer les expositions en termes de fréquence, de durée et de taille. L’exposition universelle de Barcelone en 1929 devient alors la dernière exposition dite historique, selon la classification chronologique mise en place par le BIE. Depuis 1972, un règlement consacre l’existence de deux catégories d’expositions: les expositions enregistrées (ou universelles) et les expositions reconnues (ou internationales).

Tableau 1

Tableau 1

Les deux catégories d’expositions et leurs spécificités

Source: Jean-Bernard Castet, 2008, à partir de données issues du site du BIE: http://www.bie-paris.org

15Mais la tâche du B.I.E. n’a pas été facilitée par les États membres et les États candidats dans la mesure où la règle de la fréquence a été décriée pendant de nombreuses années avant d’être acceptée. En 1982, alors qu’un amendement porté à la Convention de 1928 risquait de menacer son application, le Bureau a réagi avec fermeté permettant de maintenir la périodicité établie et d’éviter la prolifération des expositions.

16La dynamique d’internationalisation s’est également poursuivie tout au long du xxe siècle pour exporter des évènements qui étaient autrefois essentiellement européens et exceptionnellement étatsuniens. D’autres zones du monde telles que l’Asie (le Japon surtout) ou le Proche-Orient (Israël) accueillent des expositions. D’autres pays, sans organiser d’évènements construisent des pavillons dans les différentes expositions. Malgré tout, force est de constater que ce type de grand évènement est resté et reste encore aujourd’hui largement attaché aux pays occidentaux dans la mesure où de nombreuses zones du monde n’ont jamais accueilli d’exposition quand bien même certaines d’entre elles s’attachent à être représentées fréquemment. C’est le cas pour l’ensemble du continent africain, mais aussi pour l’Amérique centrale et l’Amérique du sud. L’Europe était le continent de prédilection des expositions jusqu’en1960. Sur 41 expositions organisées depuis 1851, 31 avaient eu lieu en Europe. Mais, de 1960 à 2008, sur les 24 expositions organisées, 15 ont eu lieu sur d’autres continents, essentiellement aux États-Unis et au Japon. L’exposition universelle de 2010 aura lieu à Shangaï. La géographie des expositions illustre les dynamiques à l’œuvre dans le monde.

2 - Les dynamiques métropolitaines européennes contribuent à réaffirmer la fonction culturelle des grands événements

17Le succès des expositions internationales et universelles a rendu nécessaire l’émergence d’une instance de régulation destinée à les protéger, mais la question de leur utilité est aujourd’hui posée.

18Nombreux sont ceux qui considèrent désormais les expositions comme des vestiges d’un passé révolu où le culte du progrès technique se conjuguait à l’exacerbation des nationalismes propre au xixe siècle. Ces expositions n’auraient plus leur place aujourd’hui comme en témoigne la chute brutale de nombre de visites: 41 millions à Séville en 1992, 10 millions à Lisbonne en 1998. Pour faire le point sur les savoirs et les techniques, de nouveaux media sont apparus: la radio, la télévision puis les technologies numériques. Désormais, les échanges de nature culturelle peuvent être instantanés et diffusés aux masses via les différents média dont nous disposons.

19À l’heure de la suprématie du courrier électronique et de la transmission de données en temps réel, l’idée d’une exposition concrète du savoir revêt pour certains une dimension obsolète. En vérité, les progrès scientifiques et l’essor de l’éducation sur les cinq continents rendent inatteignable l’objectif de réunir en un lieu et à un instant donné l’ensemble des savoirs relatifs à un sujet précis. Le temps où l’Europe et les États-Unis dominaient la connaissance, l’ensemble des savoir-faire et la culture est désormais révolu. Il semble donc nécessaire de revenir sur la dimension universalisante des expositions

20Par ailleurs, se pose la question des coûts que des acteurs de la vie publique et de la société civile jugent surdimensionnés par rapport aux bénéfices attendus. D’aucuns estiment que ces expositions s’avèrent être un luxe que nombre de puissances ne peuvent plus se permettre. L’absence d’études économétriques sur les répercussions des expositions vient renforcer ce diagnostic. Nombre de blogs et de dialogues en ligne permettent de discuter les difficultés ou les incohérences des expositions. Ainsi, comme le précise M. Gallopin (1997) dans son ouvrage consacré aux expositions: « L’écho de ces prédictions ne s’est guère atténué au lendemain de Séville 1992 où, au vu de l’effort colossal consenti par le pays hôte et du coût budgétaire de nombreux pavillons, des voix se sont élevées pour affirmer que l’évènement ne saurait être réédité et qu’avec la fin du siècle s’achevait l’ère des grandes expositions universelles. »

21Pour d’autres, ce sont les thématiques envisagées ces dernières années autour de thèmes écologiques qui accentueraient le paradoxe d’un évènement destiné à sauvegarder la planète alors que les bâtiments construits à la hâte contribuent largement à la destruction de sites naturels. Pire, la prolifération de thèmes de plus en plus conceptuels nuirait au sens des expositions et à leur message. De trop nombreuses expositions proposent des thèmes redondants vis-à-vis des expositions antérieures.

22Et pourtant, « les expositions internationales dont la disparition est annoncée depuis des décennies, défient la marche du temps (…). Si leur succès est inégal, si maints observateurs y voient aujourd’hui une crise d’identité, peu d’évènements sont encore capables de rassembler en un lieu et sur une courte période autant de millions, voire de dizaines de millions d’êtres humains. Sans doute répondent-elle aujourd’hui comme hier à un besoin profond des peuples qui se font fort de déjouer les calculs économiques et les mutations programmées » (Gallopin, 1997).

23Au-delà de ces remises en causes, personne n’envisage réellement la disparition imminente de ce type d’évènements. Certains auteurs précisent ainsi que « les années 1990 ont vu l’apparition d’un intérêt renouvelé pour les grands évènements pensés comme relevant d’un nouveau genre culturel mais aussi la réactivation du mouvement des expositions » (Roche, 2000). Ce succès est attesté par l’empressement des villes et États candidats pour l’organisation des expositions. On se souviendra de la lutte acharnée de Thessalonique, Trieste et Saragosse pour l’obtention de l’exposition internationale de 2008 ou encore de l’effervescence née à Shanghai suite à l’attribution de l’exposition universelle de 2010. Dès 2002, cinq pays s’étaient portés candidats pour l’organisation de la première exposition universelle du xxie siècle: la Russie, le Mexique, la République de Corée, la Pologne; la Chine. C’était la première fois depuis 1851 que cinq pays étaient en lice.

24Mais comment expliquer l’engouement actuel pour ce type de manifestation alors que l’analyse de leurs fonctions traditionnelles tendrait à les rendre obsolètes? J. Méline écrivait en 1896: « Aujourd’hui, les peuples sont, en réalité, en relations constantes; ils se pénètrent sans cesse. Tous les marchés ne sont qu’un immense marché universel. Quant aux produits, ils sont à peine créés qu’il sont connus, vendus et bien souvent copiés d’un bout à l’autre du monde. » Même si la mondialisation s’est considérablement accélérée ces dernières décennies, le cadre national reste primordial: « la nation est toujours le principal point de repère des expositions – une tendance mise en lumière par le défilé presque ininterrompu des ‘journées’ pendant lesquelles chaque participant, à tour de rôle, monopolise l’attention officielle et d’approprie l’avant-scène de l’exposition » (Schroeder-Gudehus, 1992).

25L’idée selon laquelle les expositions internationales et universelles seraient en train de péricliter n’est pas davantage nouvelle. Ainsi, plusieurs articles de presse pronostiquaient la fin des expositions après celle d’Osaka en 1970. La crainte était de ne voir que des parcs à thème dénués de sens. La peur de la disparition des expositions serait finalement plutôt inhérente à des périodes de doute.

26À l’heure où tout est toujours plus rapide, l’exposition devient une sorte de parenthèse où se trouvent rassemblés, pour un temps court (trois ou six mois) mais suffisamment intense pour permettre la rencontre, l’ensemble des talents disponibles sur un sujet particulier. Ainsi, selon F. Pinot de Villechenon (2000): « À l’heure du « temps réel », le train du « progrès » est tellement rapide que l’on éprouve parfois le besoin de s’arrêter en gare pour voir où il nous emmène et choisir éventuellement l’aiguillage ». Elle va même plus loin: « Il s’agit moins de célébrer le « progrès » que de s’interroger sur son orientation, moins de proclamer une quelconque maîtrise de l’univers que de prendre conscience avec humilité de l’immensité des problèmes à résoudre et de la nécessité de les aborder solidairement. » Nous sommes donc dans une phase où le mythe du progrès en vient à son paroxysme et dans laquelle l’arrêt sur image porté par l’exposition permettrait de questionner et de repenser ce paradigme. Les expositions internationales et universelles auraient ainsi évolué au cours du siècle passé pour devenir désormais des lieux de questionnement de la modernité.

27Pour A. Rasmussen (1992): « Le visiteur n’est plus un acheteur de marchandises, il est devenu un consommateur de concepts, de genres de vie, de projets de société… ». Il souligne ainsi le passage d’une société industrielle à une société tertiaire soucieuse de son cadre de vie, et met l’accent sur le développement durable comme sur le développement culturel. Ainsi, à la différence des expositions dites « historiques », les expositions actuelles seraient des évènements adaptés aux nouvelles conditions d’une civilisation de loisirs et de la communication. À l’instar des musées dont on craignait la perte de vitesse à l’heure d’internet, les expositions ont sans doute elles aussi bénéficié de « l’économie d’expérience » (Pine et Gilmore, 1999) c’est-à-dire d’un phénomène qui loin de remettre en cause le sens de la visite sur place permet d’inciter les visiteurs à se rendre sur un site d’exposition.

28L’évolution des expositions internationales et universelles au cours du xxe siècle a surtout contribué à exacerber leurs fonctions traditionnelles qui renvoient au développement du champ culturel et urbain. Elles cultivent toujours le culte du progrès, mais de façon différente, en sachant le questionner. Éducatives et pédagogiques, elles le sont aujourd’hui plus qu’hier encore à travers la notion de ludisme qu’elles sont parvenues à domestiquer dans des sociétés occidentales de plus en plus tournées vers les loisirs et la culture. Enfin, les expositions restent plus que jamais les vitrines d’une région ou d’un pays dans un contexte d’exaltation du « marketing urbain » (Rosenberg, 2000). Or cette dimension s’appuie aujourd’hui sur des stratégies de développement culturel.

3 - Séville, Lisbonne et Saragosse, trois expositions et trois villes de la péninsule ibérique pouvant donner lieu à une étude comparative

29La péninsule ibérique a été le théâtre de plusieurs expositions dans la période récente. Séville, Lisbonne et Saragosse ont chacune accueilli une exposition internationale ou universelle. Frontière sud de l’Europe, la péninsule ibérique, expression issue de la rencontre de la géographie (péninsule) et de l’histoire (ibérique) est diverse et divisée (catalane, basque, andalouse, portugaise…). Mais elle se définit également comme méditerranéenne et européenne. Cette double identité lui permet de s’insérer dans des espaces bien plus vastes. Ce n’est pas un hasard si, à la même date, le 1er janvier 1986, l’Espagne et le Portugal ont officiellement intégré la Communauté Économique Européenne. En effet, l’histoire contemporaine des deux États est comparable. Isolés du reste de l’Europe pendant plusieurs décennies, ils ont engagé un processus de démocratisation au début des années 1970. L’ouverture, la célèbre movida, espagnole mais aussi portugaise, modifie la donne et permet de repenser le rôle de la péninsule ibérique en Europe. La péninsule devient ou redevient un pont vers l’Afrique pour les uns, une porte d’entrée vers l’Europe pour les autres. Avec le mouvement de libération et de rénovation, l’essor du tourisme et les gigantesques efforts de modernisation déployés, la péninsule ibérique attire.

30Mais au-delà de l’unité et de la diversité la péninsule ibérique, de sa cohérence et de sa fragmentation, de l’expérience comparable vécue par l’Espagne et le Portugal depuis les années 1970, l’étude des mutations des villes et de leurs liens avec les expositions internationales et universelles revêt une véritable spécificité.

31Les expositions universelles de Séville et de Lisbonne ainsi que l’exposition internationale de Saragosse entrent dans le champ des expositions récentes. En ce sens, elles sont caractérisées par des thématiques qui ne renvoient plus directement à l’éloge du progrès et de l’industrie mais plutôt aux notions de dialogue interculturel (Lisbonne mais surtout Séville) ou de développement durable (Saragosse). Le glissement d’une dynamique à l’autre est d’ailleurs révélateur d’une évolution sociétale, soutenue par les media et qui a fait le succès de ces nouvelles thématiques. Les deux expositions de Séville et de Lisbonne sont liées aux grandes découvertes et prônent le dialogue interculturel. En effet, le thème retenu à Séville en 1992 est « L’Ère des découvertes » (« La Era de los descubrimientos ») tandis qu’à Lisbonne en 1998, l’exposition propose de découvrir « Les océans, un patrimoine pour l’avenir » (« Os oceanos: um património para o futuro »). Enfin, à Saragosse, l’intérêt est porté sur » L’eau et le développement durable » (« Agua y desarrollo sostenible »).

Tableau 2

Tableau 2

Les principales caractéristiques des expositions de Séville, Lisbonne et Saragosse

Source: Jean-Bernard Castet, 2008. À partir de données du Bureau International des Expositions

32Mais ces manifestations ont également une dimension commémorative: à Séville et à Lisbonne sont célébrés le cinq centième anniversaire des départs respectifs de Christophe Colomb en 1492 et de Vasco de Gama en 1498. À Saragosse, une exposition franco-espagnole avait eu lieu cent ans auparavant en 1908; à Séville, une exposition ibéro- américaine avait été organisée en 1929. Le glissement des thèmes est relativement net: à Séville, l’exposition est encore manifestement tournée vers la notion de progrès des nouvelles technologies et l’expression du patriotisme national. À Lisbonne, même si cette dernière notion est aussi présente, l’idée de progrès est clairement délaissée au profit de l’écologie. Enfin, à Saragosse, il ne s’agit plus de parler de progrès et le terme de développement durable figure dans le titre de l’exposition.

33Le fait le plus révélateur est que ces trois expositions ont été conçues avec comme objectif la rénovation ou la création d’espaces urbains pouvant à terme devenir des moteurs du développement métropolitain des agglomérations de Saragosse, Séville ou Lisbonne. En effet, le choix des sites n’a pas été fait au hasard. À Séville, ce fut le site de l’île de la Cartuja, site quasiment désert à proximité du centre ville. La création de l’île a contraint les organisateurs à prévoir la déviation du Guadalquivir, chantier plus souhaité que subi dans la mesure où il devait permettre à long terme de développer la ville vers l’ouest et surtout, de protéger le centre ville des inondations fréquentes provoquées par le fleuve dans les années 1960. À Saragosse, on se trouve sur cette même logique de front pionnier, avec un méandre déjà constitué, le méandre de Ranillas, mais quasiment vierge lui aussi. L’objectif était de développer le nord-ouest de la ville situé sur les berges du fleuve, face à une zone déjà urbanisée. À Lisbonne, il s’agissait de rénover une friche industrialo-portuaire de dimension gigantesque située à proximité du quai des Olivais, espace très pollué et devenu particulièrement répulsif.

34Les trois sites d’expositions, décrits page suivante, correspondaient à des lieux délaissés qui faisaient l’objet de projets de la part des municipalités organisatrices, dans le cadre des dynamiques métropolitaines à l’œuvre.

Plan 1

Plan 1

Le site de la Cartuja à Séville

Source : Expo’92 SA, 1991

Plan 2

Plan 2

Le site des Olivais à Lisbonne

Source : Parque Expo SA, 1997

Plan 3

Plan 3

Le site du méandre de Ranillas à Saragosse

Source : Expo Zaragoza SA, 2007

4 - Les impacts des expositions sur les métropoles de Séville, Saragosse et Lisbonne

35Les expositions internationales et universelles ont donné lieu à une importante littérature scientifique dès le milieu du xixe siècle (Joest, 1987; Schroeder-Gudehus et Rasmussen, 1992; Galopin, 1997; Pinot de Villechenon, 1992 et 2000; Vasseur, 2001; Curien, 2003; Lecardane, 2004; Ballester, 2008), mais leurs analyses s’arrêtent en 1992 et leur approche est souvent plus sociologique et anthropologique que géographique. L’impact des grands évènements sur les métropoles a quant à lui fait l’objet de quelques articles et ouvrages de synthèse (Sallet-Lavorel et Lecloart, 2002; Sinno, Laumière et Leriche, 2004) et le Bureau International des Expositions (BIE) ou encore Métropolis, l’association Mondiale des Grandes Métropoles (2002) ont produit quelques études partielles. Cependant, la plupart d’entre elles portent sur les années immédiatement postérieures à l’événement et peu de travaux concernent les transformations sur le long terme (15 ans).

36L’analyse des impacts de long terme, négligée jusqu’à présent, s’avère donc indispensable et doit s’effectuer sur les trois temps de l’évènement:

37L’avant, le temps de la projection;

38le pendant, le temps de la représentation;

39l’après, le temps de la reconversion.

40Ces temporalités permettent ainsi d’évaluer les quatre types d’impacts majeurs des grands évènements dans le contexte actuel:

41l’impact sur le développement urbain;

42l’impact socio économique;

43l’impact sur l’image interne et externe;

44l’impact sur les acteurs (concepteurs, décideurs

45et société civile).

46En utilisant cette grille d’analyse, il est possible de mettre en évidence quelques résultats partiels, (tab. 3).

Tableau 3

Tableau 3

Aperçu des analyses existantes, des analyses à mener et des outils nécessaires concernant l’impact des expositions internationales et universelles

Source: Jean-Bernard Castet, 2008

47L’impact sur le développement urbain apparaît majeur. De nouveaux sites ont été aménagés: l’île de la Cartuja à Séville, le méandre de Ranillas à Saragosse d’autres ont été rénovés comme le quartier Oriente de Lisbonne. Pour les trois expositions, nombre d’axes de communication ont été créés (ponts, rénovation des rocades, agrandissement des aéroports, rénovation des gares, …). Mais elles ont également contribué à encourager certaines nouveautés architecturales et urbanistiques, désormais consacrées à des missions commerciales, entrepreneuriales mais aussi culturelles. Tel a été le cas pour la construction du centre commercial Vasco de Gama à Lisbonne, la rénovation du monastère de las Cuevas à la Cartuja à Séville, la construction de la Torre del Agua à Saragosse.

48L’impact sur l’image de la ville ou de la région est loin d’être négligeable, c’est d’ailleurs de l’un des enjeux motivant l’organisation de ce type de grand évènement. Pour Séville 1992, le Rapport de la Commission Métropolis (2001) précisait qu’« il est indéniable que l’Exposition Universelle de Séville (1992) a contribué à donner une image moderne de la ville et de sa région (l’Andalousie), associées jusqu’alors plutôt à leur riche passé et à leur patrimoine. » Il est également certain que le nouveau quartier dont s’est doté Lisbonne, suite à l’exposition, a considérablement contribué à améliorer son image sur la scène internationale. Pour Saragosse, la proximité de l’évènement rend l’appréciation plus délicate. Cependant, compte tenu des difficultés d’accessibilité à la ville depuis l’étranger, du faible caractère international de la participation et de ses retombées médiatiques très limitées, l’impact de l’exposition sur l’image de la ville et sur l’Aragon devrait être plus modeste.

49L’impact sur les concepteurs, les décideurs et la société civile, s’il apparaît moins immédiat, s’avère néanmoins capital. Ce qui est en jeu, c’est la reconnaissance internationale de la compétence des experts pour les années à venir, influencée par l’impression d’un site bien pensé ou mal organisé. Les décideurs quant à eux s’inscrivent dans un processus d’apprentissage. Ils acquièrent une première expérience de l’organisation de grands évènements qui pourra ensuite leur permettre d’organiser d’autres manifestations de grande ampleur comme des championnats ou des forums européens, pour suivre l’exemple de Lisbonne. Ils en retirent également une plus grande ouverture à l’international et un savoir faire dans les partenariats publics-privés. Enfin, pour la société civile se pose la question de l’appropriation de l’évènement et des nouveaux territoires aménagés. Si la population ne s’approprie pas les lieux, l’échec du site est presque assuré comme le démontre à Séville l’exemple du vaste espace de la Cartuja aujourd’hui délaissé. En revanche, l’exemple du Parque das Naçoes et du quartier de l’Oriente à Lisbonne témoignent d’une transformation réussie.

Des transformations urbanistiques: la nouvelle gare de Saragosse et le parc métropolitain situé près du pont Vasco de Gama à Lisbonne

Des transformations urbanistiques: la nouvelle gare de Saragosse et le parc métropolitain situé près du pont Vasco de Gama à Lisbonne

La gare Zaragoza Delicias, Saragosse

Source: Jean-Bernard Castet, 2008

Le parc du Tage et le pont Vasco de Gama, Lisbonne

Source: Jean-Bernard Castet, 2008

Conclusion

50Les expositions internationales et universelles ont profondément évolué ces dernières décennies, eu égard au phénomène de métropolisation et de mondialisation. Sans perdre leurs caractéristiques intrinsèques, elles se sont imposées comme une catégorie de grand événement à vocation culturelle à part entière. Les thèses reprenant l’idée d’un déclin de ce type de grand événement ne semblent pas convaincantes. En effet, ce sont avant tout leurs enjeux qui ont changé dans un contexte de concurrence interurbaine et, plus largement, de compétition entre les territoires. Les expositions doivent aujourd’hui, plus qu’hier encore, devenir des matrices de développement urbain et de croissance économique dans le but d’impulser de nouvelles dynamiques métropolitaines, notamment dans des villes de dimension moyenne comme Séville, Saragosse ou encore Lisbonne, qui doivent lutter pour trouver leur place dans le concert des villes de dimension européenne voire mondiale.

51L’enjeu crucial pour ces villes est de maintenir les sites qui ont accueilli ces grands évènements et de les intégrer pleinement. C’est pour mieux parvenir à cet objectif qu’une analyse des impacts de long terme des expositions s’avère capitale. Qu’il s’agisse d’impacts en termes de développement urbain, de transformation de l’image des territoires ou de modification de la gouvernance métropolitaine, l’exposition est un évènement culturel qui change la ville. La change-t-elle durablement? La réponse est différente selon les villes. C’est le cas, semble-t-il à Lisbonne mais pas à Séville. Dans le cas de Saragosse, il reste un long travail à accomplir pour passer de l’instantanéité à la durabilité.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.
Top of page

Notes

1  Le Bureau International des Expositions (BIE) distingue les Expositions Internationales Enregistrées – dites universelles - (fréquence : 5 ans, durée maximale : 6 mois, superficie : non restreinte, thème : général) et les Expositions Internationales Reconnues – dites internationales - (fréquence : intervalle de deux expositions enregistrées, durée maximale : 3 mois, superficie : 25 ha maximum, thème spécialisé).

2  Selon les données du Bureau International des Expositions.

3  Article 1 de la convention concernant les expositions internationales signée à Paris le 22 novembre 1928. [http://www.bie-paris.org/].

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1
Caption Les deux catégories d’expositions et leurs spécificités
Credits Source: Jean-Bernard Castet, 2008, à partir de données issues du site du BIE: http://www.bie-paris.org
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4444/img-1.jpg
File image/jpeg, 88k
Title Tableau 2
Caption Les principales caractéristiques des expositions de Séville, Lisbonne et Saragosse
Credits Source: Jean-Bernard Castet, 2008. À partir de données du Bureau International des Expositions
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4444/img-2.jpg
File image/jpeg, 128k
Title Plan 1
Caption Le site de la Cartuja à Séville
Credits Source : Expo’92 SA, 1991
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4444/img-3.png
File image/png, 311k
Title Plan 2
Caption Le site des Olivais à Lisbonne
Credits Source : Parque Expo SA, 1997
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4444/img-4.png
File image/png, 359k
Title Plan 3
Caption Le site du méandre de Ranillas à Saragosse
Credits Source : Expo Zaragoza SA, 2007
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4444/img-5.png
File image/png, 273k
Title Tableau 3
Caption Aperçu des analyses existantes, des analyses à mener et des outils nécessaires concernant l’impact des expositions internationales et universelles
Credits Source: Jean-Bernard Castet, 2008
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4444/img-6.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Des transformations urbanistiques: la nouvelle gare de Saragosse et le parc métropolitain situé près du pont Vasco de Gama à Lisbonne
Caption La gare Zaragoza Delicias, Saragosse
Credits Source: Jean-Bernard Castet, 2008
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4444/img-7.png
File image/png, 1.5M
Caption Le parc du Tage et le pont Vasco de Gama, Lisbonne
Credits Source: Jean-Bernard Castet, 2008
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/4444/img-8.png
File image/png, 1.2M
Top of page

References

Electronic reference

Jean-Bernard Castet, « L’impact des expositions internationales et universelles sur les métropoles de la péninsule ibérique: Séville / Lisbonne / Saragosse », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2012, connection on 06 December 2016. URL : http://mediterranee.revues.org/4444 ; DOI : 10.4000/mediterranee.4444

Top of page

About the author

Jean-Bernard Castet

doctorant en urbanisme et aménagement du territoire, Université de Provence , UMR Telemme, Aix-en-Provence, jb.castet@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page