Skip to navigation – Site map

Introduction

« Nouvelles dynamiques du développement rural dans les Alpes du Sud »
Claudine Durbiano and Angela Barthes
p. 3-4

Index terms

Geographical index :

France, Alpes du sud
Top of page

Full text

1Ce numéro de la revue Méditerranée consacré aux Alpes du Sud rassemble une dizaine d’articles qui sont essentiellement le résultat de travaux de jeunes chercheurs, certains aboutis, d’autres encore en cours de gestation. Sans être exhaustifs, ils abordent de nouvelles approches du développement territorial dans des espaces montagnards de faibles densités.

2Les sociétés rurales françaises ont cessé d’être des sociétés paysannes. Les Alpes du Sud n’échappent pas à cette règle avec 6% d’actifs du secteur primaire (RGP 1999) contre 54% en 1954. Le solde migratoire très fortement positif illustre une vigueur démographique retrouvée, à tel point que près d’un quart des habitants des Alpes du Sud n’y résidaient pas en 1990. Cet apport migratoire et l’explosion du secteur tertiaire se manifestent par l’émergence d’une nouvelle ruralité. Françoise Cognard s’interroge sur les profils des nouveaux arrivants, les « néoruraux », tant dans la dimension professionnelle que dans le « choix de vie » à travers l’exemple emblématique du Diois et s’interroge sur le rôle des recompositions sociales dans les dynamiques rurales récentes. Estelle Regourd estime que le dynamisme associatif est un bon indicateur des dynamiques locales. À travers l’analyse détaillée des associations reillannaises, entre montagne de Lure et grand Luberon, elle indique qu’elles sont le reflet du métissage socioculturel de la population rurale et de centres d’intérêts nouveaux. À côté des secteurs d’intervention de la santé, de l’action sociale, familiale et du 3e âge, ceux de la culture, du patrimoine, de l’environnement ainsi que des sports et des loisirs sont les mieux représentés. Ainsi les associations impliquées directement ou indirectement dans le développement territorial illustrent un équilibre délicat entre « une ruralité défendue et perçue comme un système de valeurs porteur de modes de vie et une dimension globale, métropolitaine de plus en plus appuyée ». Angéla Barthes s’interroge sur les effets de l’apport de population nouvelle dans les lieux de vie – le village périurbain – et démontre grâce à l’analyse statistique à l’échelle infracommunale que la mixité sociale apparente n’est en fait que la juxtaposition de population dans des lieux différents, avec une influence directe sur les rapports de sociabilité. Enfin, les recompositions sociales se traduisent par l’évolution des catégories socioprofessionnelles des élus locaux entre 1953 et 2003 étudiée par Fabien Conord. Si la diminution du nombre de maires agriculteurs est évidente, il n’en reste pas moins que leur poids est largement supérieur à leur place dans la population. « Cette résistance révèle la force de l’association entre agriculture et monde rural et de l’enracinement dans les territoires qui confère toujours à ce métier une légitimité dans la gestion des campagnes ».

3Malgré le renouveau démographique, les paysages portent toujours les stigmates d’une longue déprise humaine. Ainsi, Eric Fabre, Claire Vernet et Philippe Moustier analysent l’évolution de l’occupation du sol, à partir des données cadastrales dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes avec le Champsaur-Valgaudemar, essentiellement marquée par le reboisement spontané, en dépit du reboisement conduit à l’initiative de l’État après 1860. Si les exploitants agricoles sont de moins en moins nombreux, l’activité agropastorale reste la base territoriale des Alpes du Sud. Le dépouillement exhaustif des cadastres napoléoniens et actuels permet à E. Fabre et C. Vernet de dresser des trajectoires évolutives par zone de façon modélisante tandis que P. Moustier débouche sur les dynamiques paysagères et l’impact des mesures agroenvironnementales sur le maintien des exploitations indispensables à l’entretien du territoire. Enfin, Lionel Laslaz démontre comment les parcs nationaux des Alpes du Sud « sont passés d’une situation plus ou moins implicite de rejet de l’agriculture comme perturbatrice du milieu vers une perspective d’intégration de cette activité » dans un projet général de développement durable même si, dans le Parc du Mercantour, les conflits autour du loup entraînent une instabilité de la politique pastorale. Dans le cadre de la diversification et de la multifonctionnalité des exploitations, l’agriculture biologique et l’agritourisme constituent, selon Aurélie Volle, un bon indicateur de la nouvelle dynamique des campagnes. Elle constate une double corrélation entre ces activités et l’obtention de signes officiels de qualité pour les produits et entre ces activités et l’origine sociologique des acteurs. Elle tend ainsi à démontrer que le développement fondé sur les spécificités locales serait engendré par des tendances exogènes et géré par des acteurs venus de l’extérieur. Ils participent au façonnement d’une nouvelle société locale, ainsi dans le massif des Monges, et s’orientent vers des activités plus rurales qu’agricoles avec une offre de loisirs pour les habitants des grandes métropoles. Avec la viticulture, Paul Minvielle traite du renouveau du vignoble des Alpes du Sud après deux siècles de déclin grâce à la prise de conscience par les vignerons de leur potentiel partant de leur typicité selon le concept de « construction sociale de la nature ». À partir du vignoble baronniard, diois et gapençais, il démontre comment « l’appropriation d’un territoire viticole par un groupe social, en particulier lors des démarches collectives de labellisation, donne lieu à une instrumentalisation de la nature et à une affirmation des particularités culturelles ».

4Si l’agropastoralisme reste la base territoriale des Alpes du Sud, le tourisme constitue désormais l’activité fondamentale en produisant plus de la moitié de la richesse économique. Des années 1960 aux années 1980, ce sont les stations de sports d’hiver qui ont fait l’objet des recherches les plus nombreuses et approfondies. Au delà de réussites certaines comme dans la vallée de l’Ubaye ou le Queyras, le tourisme d’hiver, qui connaît actuellement quelques difficultés, a été générateur de déséquilibres socio-économiques, notamment pour la moyenne montagne. C’est pourquoi en relation également avec l’évolution des modes de vie et une nouvelle demande sociale, de nouvelles approches et pratiques se développent plus en accord avec un développement durable, donc plus respectueuses de l’environnement et des spécificités du milieu. Le réseau des musées du Verdon étudié par Christel Barde illustre l’impact touristique des structures culturelles et scientifiques pour le développement plus équilibré d’un territoire identifié. Le tourisme ne se développe que si les territoires sont accessibles rapidement depuis les grandes métropoles. Catherine Mestre constate aujourd’hui un regain d’intérêt pour le transport ferroviaire à travers son rôle touristique (train des Pignes entre Digne et Nice, train des alpages dans les Hautes-Alpes et train des Merveilles dans les Alpes-Maritimes), mais aussi comme élément de systèmes de transport multimodaux périurbains en fonction de la progression dans l’arrière-pays de l’urbanisation azuréenne (basse vallée du Var et vallée de la Durance). La desserte ferroviaire répond à l’enclavement des aires métropolitaines par la congestion du trafic automobile. Aux deux extrémités de la région PACA, Nice et Marseille modernisent et densifient les dessertes des lignes alpines. Les lignes ferroviaires du massif des Alpes du Sud se placent désormais dans une problématique de désenclavement métropolitain à défaut de réalisations des projets de liaisons transfrontalières (tunnel sous le Montgenèvre) et d’insertion dans un système de transport international.

Top of page

References

Electronic reference

Claudine Durbiano and Angela Barthes, « Introduction », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 26 November 2008, connection on 18 August 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/450

Top of page

About the authors

Claudine Durbiano

Professeur émérite, Université de Provence, Aix-en-Provence.

By this author

Angela Barthes

Maître de conférences, IUT de l’Université de Provence, Digne-les-Bains.

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page