Skip to navigation – Site map

Dynamiques rurales et leviers associatifs en Haute Provence

Rural dynamics and associated levers in Haute-Provence
Estelle Regourd
p. 13-22

Abstracts

The city-countryside dichotomy tends to lose meaning in industrial countries. Beyond persistent physical disparities, certain characteristics become less marked and new ruralities are created that are closer to urbanity. It is important then to analyze how the rural world assimilates these changes and what that means in spatial and territorial terms. Numerous actors, especially the diverse associations involved in these low-density areas, enable one to apprehend this question. In Haute-Provence, these associational structures are the real mechanisms to explain the rural changes now taking place.

Top of page

Full text

1Dans une Europe où les démarches identitaires s’amplifient et où des appartenances multiples se cristallisent petit à petit (Jean, 2000 ; Di Méo, 2001 ; Sencébé, 2002), la ruralité semble perdre de la visibilité. Elle fait partie de ces notions écartelées entre dépréciation et réaffirmation, désaffection et ré-appropriation. Et tandis que l’urbanisation n’a de cesse de gagner du terrain, que l’urbanité imprègne la plupart des comportements, les territoires ruraux du xxie siècle continuent d’être l’objet de bouleversements qui mettent à mal leurs repères, leurs caractères et leurs limites, mais participent aussi de leur redéfinition. Dans ce contexte, les associations relevant du statut loi 1901 prennent un relief particulier. Elles se sont progressivement diversifiées dans les espaces de faible densité, traitant de préoccupations citoyennes, culturelles, environnementales, patrimoniales ou liées au développement local… Dans les dynamiques rurales en cours, elles font partie des agents des transformations. Comment ces nouveaux acteurs, révélateurs des mutations, peuvent-ils participer à la construction de nouvelles ruralités ? Le secteur rural de Reillanne, au sud-ouest des Alpes-de-Haute-Provence, avec une densité de l’ordre de 21 habitants/km2 et un tissu associatif riche et diversifié, offre des éléments de réponse. Il illustre l’implication des associations dans les processus ruraux et territoriaux en cours.

1. Un secteur à la territorialité éclatée ?

2Située entre Lure et Luberon et à la frontière du Vaucluse (fig. 1), la zone de Reillanne présente une spatialisation marquée à la fois par une relative linéarité, liée à la RN 100, voie de passage et axe de desserte pour les villages environnants et par une double polarisation à partir de Manosque et Apt et secondairement de Forcalquier (fig. 2).

Fig. 1 - Le canton de Reillanne en Haute Provence

Fig. 1 - Le canton de Reillanne en Haute Provence

© S. C. / UMR 5045-CNRS / 2004
Source : IGN – Top 100

Fig. 2 - Un secteur entre linéarité et polarités

Fig. 2 - Un secteur entre linéarité et polarités

©E. Regourd / 2005

3L’épine dorsale du territoire, la vallée de l’Encrème, est enserrée entre les contreforts sud de la montagne de Lure et le versant nord du massif du Grand Luberon. Empruntée par la RN 100, elle constitue la principale voie de raccordement entre Apt, à l’ouest, en Vaucluse et Forcalquier, à l’est ou entre Apt et Manosque, au sud-est. Elle fait donc du secteur une zone particulièrement perméable aux échanges entre l’est et l’ouest de la région. Les relations tissées par Céreste dans la vallée, et Reillanne légèrement excentré, renforcent encore cette organisation linéaire, tout en la déclinant en arborescence, à une échelle plus fine.

4Reillanne et Céreste, avec plus de 1 000 habitants chacun, occupent en fait la position de petits pôles locaux pour les communes voisines. Sainte-Croix-à-Lauze et Oppedette s’approvisionnent couramment sur Céreste, tandis Montjustin se tourne facilement vers Reillanne (INSEE, 1998). Pour autant, les mouvements quotidiens dans cet espace sont liés à la proximité de bassins d’emploi tels que celui de Manosque.

5Le secteur de Reillanne porte enfin de nombreux territoires de projet qui ne facilitent pas la lisibilité territoriale mais sont révélateurs de nouvelles politiques de gestion, ainsi que de représentations et de mobilisations inédites pour une ruralité devenue complexe et plurielle. L’approche est alors différente. La structuration locale ne tient pas à une configuration spécifique ou à des qualités intrinsèques, mais bien à une volonté concrétisée de fédérer un certain nombre de démarches dans le cadre, sinon d’un élargissement, du moins d’une coopération territoriale (fig. 3).

Fig 3 - Une zone entre Coopérations Intercommunales et Pays

Fig 3 - Une zone entre Coopérations Intercommunales et Pays

© S. C. / UMR 5045-CNRS / 2004
Source : PNR Luberon – SC P -IGN

6Le premier et le plus ancien de ces territoires recouvre un projet lié à l’environnement et au patrimoine. Il s’agit du parc naturel régional du Luberon. Créé en 1977, il englobe une vaste superficie de près de 165 000 hectares, répartie sur 70 communes dont 7 appartiennent au canton de Reillanne. Au total, il concerne plus de 140 000 habitants du Vaucluse et des Alpes-de-Haute-Provence. À travers cinq orientations majeures que sont « la protection et la mise en valeur du patrimoine naturel, culturel et paysager », « l’aménagement du territoire », « le développement local », « l’accueil, l’information et l’éducation du public » et « l’expérimentation dans tous ces domaines », les circonscriptions adhérentes du secteur participent donc à la construction d’un territoire rural structuré autour d’un projet concerté de développement durable.

7Certaines communes adhèrent à un autre type de coopération intercommunale. Il s’agit d’un EPCI (Établissement public de coopération intercommunale) à fiscalité propre, constitué sous forme d’une communauté de communes, la CCHP (Communauté de communes de Haute Provence). Son périmètre, créé en 1990, est bien plus réduit que le précédent, mais englobe une partie du canton de Reillanne, soit les communes de Céreste, Montjustin et Villemus. Cette adhésion leur permet de bénéficier de l’appui financier de la structure dans le cadre de projets divers d’aménagement, de collecte des ordures, etc., et d’avoir un partenaire pour intervenir sur leur territoire, tout en ouvrant le champ de leur coopération.

8L’ultime territoire de projet concernant le canton de Reillanne découle de la LOADDT du 25 juin 1999. Il s’agit du « Pays de Haute Provence », dont le périmètre est désormais définitif. C’est la structure la plus récente, bien que le projet ait été engagé dès 1995 dans le cadre de la loi Pasqua. Il comprend 48 communes des Alpes-de-Haute-Provence, dont le canton de Reillanne, soit plus de 40% de la population départementale sur près de 20% de sa superficie. Manosque en est le pôle majeur. Mais deux autres pôles complémentaires servent de relais, Forcalquier et Gréoux-les-Bains. Selon ses principaux instigateurs, il présente une forte identité géographique, historique, culturelle et économique, qui a permis, par une ancienne habitude de travail en commun et une forte mobilisation de l’Europe à son endroit, de le positionner comme pays-test dès 1995.

9Ces structures participent à décloisonner le territoire en l’intégrant dans des entités plus vastes. Dans le même temps, elles le morcellent indubitablement.

2. Des associations au cœur des réseaux locaux

10Inscrites dans cette complexité territoriale, les associations reillannaises ont un rôle déterminant vis-à-vis des dynamiques en cours. À travers leurs actions, leurs complémentarités et leurs alliances avec d’autres acteurs, elles insufflent des changements profonds dans la définition et la perception des territoires ruraux d’aujourd’hui.

2.1. L’association, acteur élémentaire dans le tissu rural

11À Reillanne, les structures type loi 1901 sont nombreuses et variées. Un recensement a dénombré 127 associations et l’enquête réalisée a porté sur 31 structures. Leurs créations s’échelonnent sur près de 80 ans, de 1921 à 2001. Elles sont hétérogènes du point de vue de la taille (nombre d’adhérents : de 10 à 1 000) et disparates du point de vue de leurs secteurs d’intervention puisque sur les 31 associations enquêtées sur la zone, 8 domaines-types sont représentés (tabl. 1), bien que les champs « culture-patrimoine-environnement», « sport et loisirs » et, dans une moindre mesure, « santé-action sociale et familiale 3e âge » soient les mieux représentés.

Tabl. 1 - Les associations reillannaises

Nom de l’association

Secteur d’activité

Siège social

Date création

Nb adhérents

Anciens combattants et veuves de guerre de Céreste

1. anciens combattants

Céreste

1921

43

Association des Chasseurs d’Oppedette

2. chasse pêche

Oppedette

1989

21

Groupement d’intérêt cynégétique «Cerfs Le Lergue»

Villemus

2001

31

Association des Commerçants et Artisans de Céreste

3. commerce, activités économiques

Céreste

2001

25

Témoignage contemporain

4. culture patrimoine environnement

Reillanne

1995

45

Association d’Histoire et d’Archéologie du Grand Lubéron

Céreste

1987

30

Théâtre Le Tilleul

Reillanne

1999

20

La Villemuse

Villemus

1996

15

Patrimoine de Vachères

Vachères

1987

120

Association de sauvegarde de Montjustin

Montjustin

1999

60

Alpes de Lumière

Manes

1953

1000

Association de développement de l’audiovisuel en milieu rural

Pierrevert

1996

58

Télévision locale de pays

Céreste

1998

150

Les Amis des arts

Reillanne

1972

110

Céreste et ses arts

Céreste

1999

30

Ecole de musique de Reillanne

5. éducation formation jeunesse

Reillanne

1989

30

Amicale cérestaine des donneurs de sang bénévoles

6. santé action sociale et familiale 3e âge

Céreste

1997

50

Donneurs de sang bénévoles

Reillanne

1994

267

Association Crèche halte garderie la Maisonnette

Reillanne

1994

27

Association d’Aide à domicile en milieu rural

Céreste

1970

70

Bridge club cérestain

7. sports, loisirs

Céreste

1985

70

Football club de Céreste

Céreste

1982

27

Judo club Céreste

Céreste

1985

62

Vachères loisirs

Vachères

1996

40

Bal et détente

Reillanne

1999

60

La boule cérestaine

Céreste

1982

69

C2R

Reillanne

2000

55

Branlow 4x4 club

Reillanne

1990

10

Comité des fêtes de Castellet-les-Sausses

Vachères

1950

28

Office de tourisme

8. tourisme

Reillanne

1952

182

Office de tourisme

Céreste

1998

136

E. Regourd, 2005.

12Ces associations font partie des acteurs locaux élémentaires, qui sont à la base de deux piliers de la construction rurale : l’action et la réflexion. Bien que leur engagement soit parfois ciblé et ponctuel, comme il l’est pour la Crèche halte garderie La Maisonnette, l’association culturelle Témoignage contemporain, pour la promotion artistique et l’association Patrimoine de Vachères, axée sur la sauvegarde et la rénovation du patrimoine, leur participation au développement local est effective. Elle se traduit pour la première par une mobilisation forte pour « le maintien et l’essor des services dans des zones de faible densité » ; pour la seconde, par des montages de projets autour de manifestations valorisant « la culture et l’art en milieu rural » ; pour la troisième, enfin, par des opérations pour la « conservation de l’histoire et du patrimoine local ».

13D’une manière générale, les associations reillannaises sont le reflet d’une ruralité soumise à des influences exogènes et d’un métissage socioculturel. Elles sont largement investies par les populations allochtones porteuses de représentations nouvelles en terme de qualité de vie, d’accès aux services, de préservation de l’environnement et de restauration patrimoniale. Elles font office de liant entre des individus ou des groupes et leur cadre de vie et constituent des interfaces multiformes, nécessaires dans un monde rural de plus en plus kaléidoscope d’un point de vue démographique, social et culturel. La sphère associative rend ainsi compte de la convergence rural-urbain par dynamiques exogènes, en même temps qu’elle reflète un profil rural « restauré » à travers la recherche d’une ruralité perdue.

14Mais les associations s’engagent aussi dans des projets territoriaux plus vastes, en diversifiant le champ de leurs activités et en mobilisant des effectifs de plus en plus nombreux. On pense particulièrement à l’association culturelle, éducative, environnementale et patrimoniale Alpes de Lumière, implantée à proximité de Reillanne. Comptant plus de 1 000 adhérents, elle développe des activités aussi diverses que l’édition, l’organisation de chantiers bénévoles de formation et même une implication dans des projets européens, tels que le projet de valorisation Interreg IIC des voies romaines en Méditerranée, en plus de ses missions patrimoniales locales. À travers des opérations multiples, elle est donc « un pôle de référence local, régional, national et européen en matière d’action patrimoniale ».

2.2. L’intégration dans le jeu des acteurs locaux comme support d’action

15L’intégration dans un jeu d’acteurs est alors un levier réel pour accéder à l’action territoriale car elle permet d’acquérir un certain nombre de soutiens. Pour entrer dans ce ballet et agir avec les autres, les associations recherchent des circuits d’insertion. Bien évidemment, ces circuits commencent avec les alliances interassociatives qui permettent de mutualiser les moyens et d’agir sur le territoire, qu’elles soient formelles ou informelles, sectorielles ou plurisectorielles, traditionnelles ou plus inédites, ponctuelles ou durables. Mais, ces circuits concernent aussi les autres éléments de la sphère rurale. Autour du projet « Reillanne en sculptures », inscrit dans le cadre d’une animation culturelle départementale, « l’Art de mai », l’association Témoignage contemporain a su, par exemple, établir des partenariats financiers et logistiques durables avec des acteurs associatifs tels que l’ADAC (Association départementale d’animation culturelle), mais également des acteurs institutionnels comme le parc naturel régional du Luberon, la municipalité de Reillanne, le conseil général des Alpes-de-Haute-Provence, les conseils régionaux Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon et la Direction des affaires culturelles des préfectures de ces régions, tous partenaires financiers, même si c’est à des niveaux divers. Le partenariat crée un élan de développement décuplé par l’importance des moyens déployés et dans le même temps, l’association gagne en visibilité.

16Les rapprochements prennent parfois un tour moins formel et se présentent comme un simple échange de bons procédés. Dans ce cas, l’association recherche un appui en même temps qu’elle en garantit un. Il n’y a ni contrat, ni supports financiers, simplement un soutien réciproque qui passe par l’échange d’idées ou la mise en commun de réseaux d’intégration. C’est ce que l’on observe dans le cas des ADMR (Associations d’Aide à domicile en milieu rural) de Reillanne et de Céreste. Particulièrement reconnues au plan local, car garantissant des services à la population, ces structures, issues de la même organisation verticale, ont tissé des liens informels mais étroits avec l’ensemble de la branche médico-sociale locale. Ainsi, tout en bénéficiant par ailleurs de partenariats classiques avec des acteurs publics tels que les municipalités ou les conseils général et régional (par le biais de la fédération), elles profitent d’un réseau d’échange avec les acteurs professionnels du canton, médecins et infirmières. Tandis qu’elles servent fréquemment de relais de surveillance à ces derniers, eux demeurent leurs principales personnes ressources en cas d’alerte... Les deux partis échangent donc dans le cadre des relations de proximité, superposent un champ d’action, tout en participant collectivement à l’amélioration de la structuration territoriale.

17L’intégration dans le jeu des acteurs locaux se fait enfin occasionnellement par le biais de ce qu’on appelle parfois les réseaux de mobilisation citoyenne. Dans ce cas, les associations sont en quête d’outils d’intégration, de circuits de réflexion et d’action, en même temps que d’autres acteurs venus de sphères différentes. Tous convergent alors, soit vers des lieux ponctuellement investis, cadres informels de rencontres citoyennes, soit vers des structures officielles, supports formels de débats organisés. Le cas de l’association Patrimoine de Vachères illustre bien le choix d’intégration de tels circuits. Elle le fait d’autant mieux qu’elle a, au fil du temps, expérimenté le cadre informel comme le cadre formel. Elle a eu notamment l’occasion d’organiser des réunions publiques dans la salle polyvalente du village, ce qui lui a permis de nouer des contacts avec de simples citoyens, mais aussi des personnalités, des entreprises et la municipalité, acteurs clés au plan territorial. L’intégration officielle de ses responsables dans le Conseil de développement du pays de Haute Provence résulte de cette première démarche et relie l’association à de nombreux autres acteurs territoriaux.

18L’utilisation de ces divers circuits, pour s’impliquer localement, ne se fait pas toujours sans heurts et certains contacts s’avèrent conflictuels. Mais même dans ce cas, la rencontre avec l’autre a une incidence sur le développement local et le devenir rural.

2.3. Les effets contrastés de ces jeux d’acteurs sur les dynamiques rurales

19L’impact des associations sur les mutations rurales et l’édification territoriale varie suivant les circuits d’insertion qu’elles privilégient ou non et selon les trois pôles « rapprochements », « confrontations » ou « absence de lien » (fig. 4).

Fig. 4 - Impact territorial selon le type d’intégration parmi les autres acteurs

Fig. 4 - Impact territorial selon le type d’intégration parmi les autres acteurs

20Quand les associations font le choix de s’allier à d’autres acteurs, leur action acquiert généralement un écho territorial plus important. Dans le cadre de réseaux informels, tels que ceux noués entre l’ADMR de Céreste et des médecins locaux, par exemple, l’impact est constructif dans la mesure où le rapprochement fait converger des motivations et des énergies au service de la population locale. Il est vrai que ces accords restent ponctuels, fragiles et parfois inégalitaires. Dans le même temps, ils servent de déclencheurs à une réflexion collective et préparent l’établissement ultérieur d’ententes plus officielles. Dans le cadre de partenariats officiels et contractuels, tels que ceux qui existent entre Témoignage contemporain et la municipalité de Reillanne, le rapprochement confère une assise collective au projet, ce qui lui donne une visibilité et une efficacité plus grande et lui fournit un caractère durable. Il existe bien sûr un risque dans la mesure où ces convergences peuvent être instrumentalisées par l’un ou l’autre des signataires. Pourtant, elles constituent un pont essentiel et volontairement établi vers la coordination indispensable à toute entreprise locale.

  • 1 Non pas publiques, mais palpables dans le discours d’au moins l’un des deux responsables.

21Lorsque l’intégration des associations dans le jeu collectif tourne au conflit, l’impact de leur action sur leur environnement peut être ambivalent. Les confrontations peuvent déboucher sur l’amputation pure et simple d’une partie des initiatives en faveur d’un développement territorial mais elles peuvent aussi avoir un effet bénéfique. Les tensions1 qui semblent avoir opposer un temps une petite structure telle que Patrimoine de Vachères et la macrostructure Alpes de Lumière, alors que toutes deux ont le même champ d’action, ont eu pour effet de décupler la motivation de la petite pour mener à bien, seule, ses projets. Parallèlement, elles l’ont obligée à faire preuve d’inventivité et d’originalité pour pouvoir s’imposer dans le champ patrimonial déjà largement occupé dans la région. Dans ce cas, les tensions font l’effet de détonateurs de l’innovation.

22Lorsque, enfin, des associations font le choix de se mettre en retrait d’un système d’acteurs local, pour des raisons telles qu’un désintérêt ponctuel, une relative inexpérience ou la crainte d’être phagocyté, l’impact de leur action conserve des proportions modestes ou se trouve assourdi par la dispersion des forces en présence. Le cas d’une structure aussi spécialisée que l’est le Groupement d’intérêt cynégétique de Villemus-Reillanne- Saint-Michel-l’Observatoire est évocateur à cet égard. Pour l’heure, cette association fonctionne en électron libre au plan local. Pourtant, le cadre de réflexion et d’études que constitue le parc naturel régional du Luberon dans lequel elle s’insère, serait à même de faire émerger, pour elle, de nouvelles orientations, tant vis-à-vis de l’entretien des milieux forestiers que de la préservation des paysages naturels provençaux. Le problème est que le parc mobilise avant tout les réseaux verticaux, tels que les fédérations de chasse et n’interpelle peut-être pas assez directement les acteurs de terrain. De leur côté, ces derniers sont peut-être encore trop jeunes (le GIC avait moins d’un an quand nous avons rencontré son responsable) et ne souhaitent pas, pour le moment, développer une vue à long terme des enjeux locaux. Toujours est-il que l’action du GIC paraît limité en regard de ce qui pourrait être fait.

3. Un engagement territorial pour de nouvelles ruralités

23Quels que soient leur enthousiasme et leur intégration au plan local, la plupart des associations reillannaises ont montré une implication réelle, bien qu’inégale, dans le développement territorial.

3.1. Les enjeux territoriaux à Reillanne

24Les rencontres, les situations observées, les documents recueillis et les différents supports de communication des territoires de projet concernant Reillanne ont permis de dégager trois grands types d’enjeux en matière de développement local et d’aménagement territorial. Ces enjeux sont aussi localisés qu’universels. Ils s’appliquent à la zone en même temps qu’ils incarnent les défis à relever désormais dans les campagnes françaises.

25Le premier est lié à la nécessité de renforcer le territoire sur le plan structurel. La zone de Reillanne bénéficie d’un capital structurel de développement important grâce au regain démographique par apports migratoires, au maintien d’exploitations agricoles de bonne taille, au développement du tertiaire, à l’explosion de la fréquentation touristique et à la proximité de centres tels que Manosque, Apt ou Forcalquier. Encore faut-il qu’elle le fasse fructifier.

26Le deuxième implique de coordonner les différentes initiatives locales. Un maintien des projets territoriaux tels qu’ils sont formulés dans un premier temps ne sert à rien s’ils ne sont pas accompagnés d’une solide réflexion sur leur éventuelle redondance. À terme, le risque est l’éclatement territorial, saisi comme juxtaposition ou dispersion aggravée des différents programmes. Il faut donc permettre aux différents acteurs impliqués dans les logiques de développement territorial de se rencontrer, de fédérer les divers territoires existants et de clarifier les missions de chacun, que l’on parle de territoires de projets ou de porteurs de projets.

27Le troisième est relatif à la question des identités. Faisant écho à cette idée de H. Gumuchian et al. (2003), selon laquelle la mobilisation de l’identitaire est un des leviers des stratégies territoriales, il faut veiller à ce qu’une cohésion identitaire persiste localement ou se crée progressivement. L’ensemble des acteurs endogènes et exogènes impliqués sur place ne se mobiliseront jamais autant que s’ils partagent des référents communs, susceptibles de les ancrer dans une même appartenance au lieu, c’est-à-dire une même implication vis-à-vis de ce lieu (Sencébé, 2002). Cela ne signifie pas que l’on doive gommer les attachements des uns et des autres à d’autres espaces. Simplement, à ceux-ci doit s’ajouter une référence collective parfaitement identifiée, support de rassemblement et de cohésion sociale, capable de dépasser les rapports de force entre groupes et les conflits d’usage. Cela paraît d’autant plus important en Haute Provence que la néoruralité et la secondarité (saisie comme phénomène lié à la résidence secondaire) y sont très prégnantes.

28En définitive, dans un contexte territorial aussi complexe que celui de Reillanne, il semble important de trouver et d’affirmer un équilibre entre un caractère rural profondément ancré, une ruralité défendue et perçue comme un système de valeurs porteur de modes de vie, et une dimension globale, métropolitaine de plus en plus appuyée. La zone de Reillanne est le support privilégié d’associations au profil traduisant une convergence rural-urbain où la logique de type agricole n’est plus que résiduelle. Comme en milieu urbain, les habitants demandent des services, des loisirs et des animations culturelles, non forcément liés à la culture rurale et cette demande est renforcée par la fréquentation saisonnière de populations aisées.

3.2. Les associations, instruments de réponse aux défis des ruralités émergentes ?

29Face à ces divers enjeux, l’apport des associations reillannaises est en demi-teinte. Sur le plan structurel, les associations du Val-d’Encrème et des contreforts de Lure et du Luberon œuvrent à la multiplication des services et à l’amélioration de la qualité de vie par une offre diversifiée de loisirs et de structures d’animation. Mais, dans le même temps, elles ont parfois du mal à s’affirmer vis-à-vis des organismes subventionneurs (tels que les mairies), des organismes de liaison (tels l’ADAC), ou des fédérations verticales (comme l’Union nationale des ADMR). De même, en termes d’appui à l’agriculture et précisément de mise en relation avec les autres activités comme le tourisme, des efforts sont faits par le biais d’associations départementales (comme Païsalp) ou à résonance globale (telles que le CIVAM, Centre d’initiative pour valoriser l’agriculture et le milieu rural, ou le CPIE, Centre d’initiative pour l’environnement Alpes-de-Haute-Provence). Mais, ces associations n’ont pas d’antennes locales et peinent parfois à s’affirmer au plan local. L’association Païsalp ne compte qu’une seule adhérente sur Reillanne. Parallèlement, si des structures locales existent depuis longtemps pour valoriser le tourisme en Luberon (Offices de tourisme, Vélo loisir en Luberon, Association du gîte d’accueil de Céreste…), elles ne semblent pas prêtes à coopérer davantage entre elles. Quant à l’aménagement du territoire et aux infrastructures de communication, quelques associations semblent bien disposées à mener à terme des projets novateurs en termes de réseau local de télécommunication (parmi lesquelles, Télévision locale de pays). Mais elles sont encore peu nombreuses et n’en sont, pour l’heure, qu’à leurs balbutiements.

30Du point de vue de la coordination des initiatives, le bilan est aussi nuancé. Devant la diversité et la richesse des associations locales, mais également face à leurs volontés diverses de ne pas se perdre dans des alliances parfois hasardeuses, les regroupements sont difficiles. Cependant, ce n’est qu’en multipliant auprès des diverses organisations les opérations de communication sur les possibilités existantes en terme de liaison territoriale, que l’on optimisera les connexions entre associations ou entre associations et autres acteurs. Beaucoup de structures de la zone de Reillanne sont apparues isolées, assez peu au fait des opportunités que des organismes de rapprochement comme les maisons ou les réseaux d’association ou à une toute autre échelle, les pays, pouvaient leur apporter. Pour autant, de nombreux réseaux se sont constitués et s’ils ne parviennent pas à tisser une toile recouvrant l’ensemble du territoire, ils maillent tout de même une part importante de la zone, tout en la reliant parfois à des territoires plus vastes, à l’échelle régionale, nationale, voire européenne.

31Les associations ont paru, en revanche, plus avancées dans la création d’une cohésion identitaire. Sans aucun doute, cela tient au fait qu’elles sont souvent pilotées par des néoruraux et parfois même des résidents secondaires, qui ont tout à bâtir en termes d’identité et d’appartenance locale. Cette réflexion rejoint alors l’idée développée par le sociologue J. Rémy (1999), selon laquelle il existe un lien entre la mobilité et l’ancrage identitaire et selon laquelle la quête identitaire peut être renforcée par la plurirésidence. Si à Reillanne et dans ses alentours, les structures associatives constituent les cadres expérimentaux de la construction identitaire, cela n’aboutit pas toujours à une cohésion sociale et territoriale, mais cela crée un consensus sur la nécessité d’une démarche en ce sens. Les associations à dimension socioculturelle, comme la Villemuse, font ainsi des efforts constants en matière de création ou de valorisation d’une identité locale. De même, les associations patrimoniales et environnementales, très nombreuses, comme Alpes de Lumière, s’attellent à promouvoir les ressources naturelles et culturelles, diffusent et éditent les connaissances.

3.3. Interfaces nécessaires et instruments de rénovation des modes de gestion traditionnels

32Au final, malgré leurs potentiels inégaux en matière de participation à la construction territoriale, les associations reillannaises demeurent des interfaces indispensables au bon fonctionnement et à la dynamique des lieux.

33Elles participent activement à rapprocher des individus profondément métissés en Haute Provence. Elles font notamment se rencontrer des artistes néoruraux et des agriculteurs autochtones, comme le fait Témoignage contemporain ; des résidents permanents soucieux de leur qualité de vie et des résidents secondaires avides de s’intégrer au village, comme l’association de pétanque la Boule cérestaine ; des jeunes actifs en quête de services et des gens formés, en recherche d’emploi, comme la crèche La Maisonnette, qui emploie trois salariés, etc. Elles concourent ainsi à créer des synergies collectives au niveau territorial. De la même façon, en étant le point de rencontre ou de confrontation entre des groupes d’acteurs de sphères différentes, elles s’impliquent dans la mise en contact des acteurs territoriaux. Qu’elles opposent des intellectuels attachés à leur village d’adoption à des étrangers en quête de paysages et de leur valeur marchande, comme l’Association de sauvegarde de Montjustin ; qu’elles fassent converger des paysans fermiers et des citadins en quêtes de produits de qualité, tels que Païsalp ; qu’elles créent des échanges entre des spécialistes de l’archéologie et des groupes scolaires locaux, comme l’Association d’histoire et d’archéologie du grand Luberon ; ou qu’elles incitent des usagers de l’espace comme les propriétaires de quatre-quatre à aller au-devant des élus municipaux comme l’association Quatre-quatre Branlow, etc., elles font office de tampon entre des fonctions, des statuts, des représentations et font progresser l’appréhension multimodale du territoire. Enfin, en se hissant parfois au rang d’association élargie par la fusion de plusieurs structures ou leur mise en relation avec des organismes interassociatifs, elles deviennent instruments de coordination territoriale à un niveau supérieur. Ainsi qu’elles se connectent entre elles par le biais d’un réseau patrimonial, tel que le CLAPAS (Groupement d’associations de bénévoles du patrimoine entre Lure et Luberon) auquel appartient Patrimoine de Vachères ou qu’elles se rapprochent d’associations de liaison comme le fait la Crèche halte garderie de l’association ALPE (Association de liaison de petite enfance, basée à Manosque), elles deviennent incontournables et s’affirment comme des lieux phare de la concertation territoriale.

34Toutefois la permanence de schémas de gestion classiques persiste et des associations restent enfermées dans une toile sectorielle. Dans le domaine sanitaire et social, le réseau des ADMR (associations d’Aide à domicile en milieu rural) en est une illustration. Certes, la fédération évolue, s’adapte à la demande en répondant aux sollicitations de résidents secondaires, en s’implantant en zone urbaine et en laissant se développer des partenariats locaux informels. Mais elle coopère toujours aussi peu avec les autres associations locales, notamment les clubs du troisième âge ou les associations d’accueil de l’enfance, alors qu’elle serait en mesure de le faire puisque des projets similaires se développent ailleurs. Dans une société qui redécouvre les vertus de l’accompagnement des plus jeunes par les plus âgés et vice versa, le projet semblerait tout à fait positif en Provence, d’autant plus que la région est particulièrement investie par les seniors. De même, le secteur culturel paraît souffrir de la dimension relativement verrouillée et hiérarchisée des réseaux d’animation locaux, notamment au détriment du domaine musical. Pour l’heure, l’ADAC (Association départementale d’animation culturelle), qui donne le ton, privilégie ainsi le champ théâtral et les arts plastiques. Mais des géographes ont montré que le secteur de la musique est tout aussi susceptible de générer des phénomènes de territorialisation (Romagnan, 2003).

35Aujourd’hui, il semble que la zone de Reillanne souhaite s’inscrire aux côtés de ses voisines dans une gestion territorialisée plus globale. Son intégration au territoire de projet qu’est le pays de Haute Provence correspond tout à fait à cette volonté. Plusieurs associations locales sont d’ailleurs associées au projet. Mais le pays n’est pas la seule issue pour gagner en cohérence et développer des réseaux d’acteurs diversifiés. Ainsi la Télévision locale associative suscite des animations qui fédèrent tout un territoire au-delà des seules limites départementales.

Conclusion

36De plus en plus, les actions entreprises par les associations au plan local font écho à l’affirmation de M. Bussi (2001), selon laquelle tout développement local harmonieux doit passer par une gestion territorialisée transversale et systémique. Elles sont de plus en plus nombreuses à s’attacher à faire évoluer ainsi les modèles de gestion rurale, qu’elles s’inscrivent dans le cadre de projets institutionnalisés ou dans le cadre de mobilisations indépendantes, volontaires et spontanées. La sphère associative est un bon indicateur des dynamiques locales. Dans le secteur de Reillanne, elle rend bien compte du modèle post-ruralité représentatif aujourd’hui des dynamiques rurales provençales.

Top of page

Bibliography

Bussi M., (2001), La géographie sociale face au développement local, in J.-M. Fournier (dir.), Faire la géographie sociale aujourd’hui ? (Actes du colloque de Caen, 18-19 nov. 1999), Presses universitaires de Caen, coll. Les documents de la MRSH de Caen, n° 14, p.97-102.

Di Méo G., (2001), De l’effet de lieu au territoire : la question du sujet et de la territorialité, in J.-M. Fournier (dir.), Faire la géographie sociale aujourd’hui, Les documents de la MRSH de Caen, n° 14, oct., p.69-80.

Gumuchian H., Grasset E., Lajarge R., Roux E., (2003), Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Anthropos, coll. Géographie, 186 p.

Insee, (2000), Recensement de la population 1999. Tableaux, références et analyses. Exploitation principale. 04 Alpes-de-Haute-Provence, 150 p.

Insee, (1998), Inventaire communal.

Jean Y., (2000), Identité rurale et nouvelles populations, Les nouveaux espaces ruraux de l’Europe atlantique, in J. Soumagne (dir.), Hommage au Professeur R. Béteille. Poitiers, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, Université de Poitiers, ITEEM ICOTEM, p.254-270.

Regourd E., (2004), Le phénomène associatif dans la recomposition territoriale : vers de nouvelles ruralités, Thèse de doctorat dactylographié, Université de Montpellier, 623 p.

Remy J., (1999), Dédoublement des espaces sociaux et problématiques de l’habitat, in P. Bonnin, R. de Villanova (dir.), D’une maison l’autre. Parcours et mobilités résidentielles, Ed. CREAPHIS, p.315-346.

Romagnan J.-M., (2003), L’activité musicale in situ au service de l’analyse géographique : l’école de musique du district de moyenne Durance (Alpes-de-Haute-Provence), Méditerranée, n° 1-2, p.23-28.

Sencébé Y., (2002), Les manifestations contrastées de l’appartenance locale, in J.-P. Sylvestre (dir.), Agriculteurs, ruraux et citadins. Les mutations des campagnes françaises, Dijon, CRDP de Bourgogne, Educagri, p.293-310.

Top of page

Notes

1 Non pas publiques, mais palpables dans le discours d’au moins l’un des deux responsables.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Le canton de Reillanne en Haute Provence
Credits © S. C. / UMR 5045-CNRS / 2004Source : IGN – Top 100
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/453/img-1.jpg
File image/jpeg, 120k
Title Fig. 2 - Un secteur entre linéarité et polarités
Credits ©E. Regourd / 2005
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/453/img-2.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Fig 3 - Une zone entre Coopérations Intercommunales et Pays
Credits © S. C. / UMR 5045-CNRS / 2004Source : PNR Luberon – SC P -IGN
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/453/img-3.jpg
File image/jpeg, 108k
Title Fig. 4 - Impact territorial selon le type d’intégration parmi les autres acteurs
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/453/img-4.jpg
File image/jpeg, 110k
Top of page

References

Electronic reference

Estelle Regourd, « Dynamiques rurales et leviers associatifs en Haute Provence », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 01 December 2008, connection on 27 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/453 ; DOI : 10.4000/mediterranee.453

Top of page

About the author

Estelle Regourd

UMR 5045 CNRS, Mutations des Territoires en Europe, Université Paul Valéry Montpellier III.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page