Skip to navigation – Site map
Compte rendus

Allen Scott, (2000), The Cultural Economy of Cities

Londres, Sage Publications, 246 p.
Boris Grésillon
p. 145
Bibliographical reference

Allen Scott, (2000), The Cultural Economy of Cities, Londres, Sage Publications, 246 p.

Full text

1Le géographe Allen J. Scott est l’un des grands noms de la géographie économique outre-Atlantique. Éminent représentant de l’école de Los Angeles, professeur à la prestigieuse université UCLA, il fut l’un des premiers à s’intéresser de près à l’économie culturelle dont il a analysé l’essor et le développement. Il s’est notamment penché sur les rapports entre l’industrie culturelle au sens large (cinéma, audiovisuel, mode, design, arts, architecture…), l’économie métropolitaine et la ville mondialisée. C’est lui, notamment, qui a contribué à une meilleure appréhension de l’univers des industries culturelles en proposant un classement en biens dits « mobiles » et reproductibles à l’infini et biens « immobiles ». Allen Scott a analysé le cas de Los Angeles, capitale mondiale du cinéma avec le poids économique et symbolique des studios d’Hollywood. Fin connaisseur de la France et de Paris, francophone et francophile, il a également mené des travaux novateurs sur Paris en tant que capitale mondiale de la mode et de l’industrie du luxe.

2L’ouvrage intitulé The Cultural Economy of the Cities (L’économie culturelle des villes), paru en 2000, reprend en les actualisant quelques-uns des meilleurs articles d’Allen J. Scott. Il donne ainsi un très bon aperçu de sa pensée. Doté d’une très riche bibliographie internationale ainsi que d’un index, il est parfaitement adapté aux besoins des étudiants et chercheurs en géographie, économie, urbanisme ou sociologie. Selon la tradition anglo-saxonne, l’ouvrage est très clairement structuré autour d’une première partie à vocation théorique intitulée « Propédeutique » (partie 1), puis d’un second volet composé d’études pratiques rassemblées en trois parties thématiques: joaillerie et industrie des biens d’équipement ménagers (partie 2), cinéma, musique et multimédia (partie 3), enfin Los Angeles et Paris (partie 4). Comme il se doit, une conclusion (« Coda ») clôt l’ensemble.

3L’une des hypothèses principales de l’auteur, exposée clairement dans la première partie, est que de nos jours, les sphères de l’économie et de la culture s’interpénètrent totalement et s’influencent réciproquement. D’une part, les produits culturels (disques, films, objets design, vêtements, etc.) obéissent aux lois du marché. Le capitalisme englobe désormais toute la sphère de l’économie, y compris les biens culturels matériels et immatériels. D’autre part, ces derniers influencent de plus en plus fortement l’économie capitaliste, sensible aux signes et aux sigles, aux « signatures » (d’architectes ou de designers) et aux symboles. Sur le plan de l’organisation spatiale, il en résulte un fonctionnement en « clusters » ou districts de l’économie culturelle, dont les quartiers de la bijouterie-joaillerie à Bangkok ou à Los Angeles (chapitre 4), du multimédia dans la Silicon Valley (chapitre 9) fournissent quelques exemples, précisément analysés ici. Les donneurs d’ordre se regroupent dans les quelques points nodaux que représentent les villes globales dans l’économie monde (Los Angeles, New York, Londres, Paris, Tokyo, Shanghai), et l’économie culturelle se déploie dans des clusters spécialisés et bien identifiés au sein des métropoles.

4Allen Scott rejoint ici en partie les thèses de Richard Florida et de Charles Landry sur l’importance de l’économie créative (employée souvent comme synonyme de « culturelle ») et des villes créatives dans le système monde. Il reste l’un des précurseurs de ce courant puisque tous ces articles sont parus avant l’année 2000 – or, le fameux ouvrage de Florida sur les Creative Cities date de 2002. Mais là où R. Florida se focalisait essentiellement sur une analyse économique et sociale des classes créatives, l’intérêt des travaux du géographe Scott est de mettre en avant les conséquences spatiales du fonctionnement de l’économie culturelle. Reste que la vision d’Allen Scott demeure celle d’un Américain qui ne différencie pas les arts (théâtre, peinture, musique, danse…), régis par des lois qui ne sont pas celles de l’offre et de la demande, et les produits émanant de l’industrie culturelle. Cela n’enlève rien à la qualité de cet ouvrage synthétique.

Top of page

References

Electronic reference

Boris Grésillon, « Allen Scott, (2000), The Cultural Economy of Cities », Méditerranée [Online], 114 | 2010, Online since 30 September 2010, connection on 19 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/4549

Top of page

About the author

Boris Grésillon

Maître de conférences en géographieUMR Telemme/MMSH, université Aix-Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page