Skip to navigation – Site map

Évolution de l’occupation du sol dans les Alpes-de-Haute-Provence (début du XIXe siècle-fin du XXe siècle)

Evolution of land-use in Alpes-de-Haute-Provence (beginning of the nineteenth to the end of the twentieth centuries)
Eric Fabre and Claire Vernet
p. 35-42

Abstracts

This broad-based analysis classifies land-use in the communes of Alpes-de-Haute-Provence into ager, saltus, and silva expressed in terms of the percentage of communal land cover of each of these three categories. The department territory is cut up into geographical zones of valleys, plateaus, foothills and mountains. Trajectories of change in these zones are defined by taking into account the quantitative importance (length of the trajectory) and qualitative (orientation of the trajectory in multidimensional space). In the nineteenth century, the foothill and mountain zones had similar profiles in which heath land dominated, whereas agriculture (ager) dominated in the Durance Valley and on the plateaus. At the end of the twentieth century, the foothills and mountains kept that same pattern, though agricultural regression tended to make these profiles less distinct. Both spontaneous and planted reforestation tied to demographic decline explain the growth of forest cover in all zones. Agricultural intensification and the decline in the number of farms have concentrated economic activity in the valleys and on the plateaus.

Top of page

Index terms

Geographical index :

France, Alpes-de-Haute-Provence
Top of page

Full text

Introduction

1Les territoires présentent deux types d’occupation du sol agricole : les espaces cultivés et les espaces pastoraux. Les espaces cultivés sont le meilleur marqueur de l’implication permanente de l’homme. En effet, les espaces pastoraux, en dépit de l’abaissement de la limite forestière, représentent un investissement moindre. Toutefois ces catégories d’usage fonctionnent comme des vases communicants en fonction de la pression démographique et des systèmes technico-économiques. La compréhension de la dynamique de ces fluctuations impose une approche associant sciences de la nature et sciences humaines.

2La zone étudiée correspond à l’actuel département des Alpes-de-Haute-Provence, en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), resté en grande partie rural. Ce département présente une forte diversité paysagère avec de hautes montagnes au nord, une zone de plateaux et de collines faisant transition avec la Basse Provence au sud et la vallée de la Durance.

1. Matériel et méthode

1.1. Les données

3L’analyse est conduite du début du xixe siècle, apogée du système traditionnel, à la fin du xxe siècle, défini par un système agrotechnique et marchand, à l’échelle de la commune. Elle reprend la typologie classique des espaces ruraux méditerranéens (ager, saltus, silva) obtenue en regroupant les divers types d’occupation du sol du cadastre « napoléonien » et de 1999. Le cadastre ancien a été utilisé dans la quasi-totalité des 255 communes (celui de Mane était en restauration et celui de Sisteron avait disparu).

4Entre les deux périodes considérées, le nombre de communes a chuté à 200 du fait de fusions et associations. Tous les calculs sont effectués sur la base des limites spatiales actuelles des communes c’est-à-dire que les communes dans leurs nouvelles configurations sont simulées à partir des données anciennes pour être comparées aux données actuelles de l’occupation du sol. Celles pour lesquelles le calcul global à l’échelle de la commune n’a pas été possible n’ont pas été prises en compte, par exemple lorsque seul un quartier communal est en jeu. C’est le cas de Digne qui cède en 1973, sous la pression de la préfecture, un quartier à La Robine pour que celle-ci accepte la fusion avec Lambert, Ainac et Tanaron.

5Les rubriques d’occupation du sol du cadastre ont été regroupées en trois types selon les limites retenues par A. de Réparaz (1978). L’ager contient les terres labourables, les prairies irriguées, les vergers et toute terre nécessitant un entretien, un investissement en temps et en énergie. Ont été rangées dans le saltus les landes, les terres vagues et les terres arides. Les rares futaies, les blaches et autres boisements forment la silva.

6La mosaïque paysagère du département permet de compléter l’approche communale en créant 4 zones reprenant la typologie adoptée par C. Durbiano et Ph. Moustier (2004) : le Val de Durance, les plateaux, les préalpes et la montagne (tabl. 1).

Tabl. 1 - Constitution des zones

Val de Durance

Aubignosc, Brillanne (La), Château-Arnoux-Saint-Auban, Corbières, Lurs, Malijai, Manosque, Mées (Les), Montfort, Oraison, Peipin, Peyruis, Sainte-Tulle, Salignac, Villeneuve, Volonne, Volx

 Plateaux

Allemagne-en-Provence, Banon Céreste, Entrevennes Esparron-de-Verdon, Forcalquier, Gréoux, Limans, Montagnac-Montpezat, Moustier-Sainte-Marie, Oppedette, Puimichel, Puimoisson, Quinson, Revest-des-Brousses, Revest-du-Bion, Riez, Roumoules, Saint-Martin-de-Brome, Simiane, Valensole

 Préalpes

Aiglun, Authon, Auzet, Barles, Barrème, Bayons, Beaujeu, Clamensane, Clumanc, Entrages, Javie (La), Moriez, Motte-du-Caire (La), Nibles, Piégut, Prads-Haute-Bléone, Sigoyer, Sourribes, Tartonne, Thoard, Turriers, Vaumeilh

 Montagne

Barcelonnette, Beauvezer, Colmars, Condamine-Châtelard (La), Enchastrayes, Jausiers, Larche, Lauzet-Ubaye (Le), Meyronnes, Montclar, Saint-Paul-sur-Ubaye, Selonnet, Thorame-Haute, Thuiles (Les), Uvernet-Fours, Villars-Colmars

1.2. Analyse des données

7Tous les traitements sont faits à partir des pourcentages que représente chaque type d’occupation du sol (par rapport à la surface cadastrée communale) de façon à réduire d’éventuelles différences d’appréciations de surface à deux époques différentes. La similarité des zones en terme d’importance relative de chaque type d’occupation du sol a été quantifiée par un indice de proximité : la distance euclidienne.

8Les trajectoires évolutives des communes ont été définies en ne prenant en compte que l’ager et le saltus, les trois variables correspondant aux trois modalités de l’occupation de l’espace étant liées (ager + saltus + silva = 100%) donc en partie redondantes. Les trajectoires sont calculées en transformant les coordonnées cartésiennes des communes dans le plan ager-saltus en coordonnées polaires et en mesurant, pour chaque zone les distances évolutives (distance euclidienne) et les orientations des trajectoires évolutives par les angles moyens entre les deux dates. Les analyses sont réalisées avec le logiciel libre R (Ihaka et Gentleman, 1996 ; R Core Development Team, 2003).

2. Résultats

2.1. Composition d’une « commune moyenne » au début du xixe siècle : des zones aux caractéristiques bien marquées

9Une « commune moyenne » au premier tiers du xixe siècle comprend 30% d’ager, 52% de saltus et 18% de silva (tabl. 2). La lande domine dans la plupart des communes (tabl. 3) et cette prépondérance est due à l’importance globale des communes de préalpes et de montagne dans le département. En effet, dans la haute et moyenne montagne, la lande domine dans plus des trois-quarts des communes par opposition à l’ager qui prévaut dans la moitié des communes du Val de Durance et des plateaux. La forêt qui, à l’échelle du département, n’occupe pas plus de 18% du territoire, est rare en Val de Durance (9,8%) mais plus présente sur les plateaux (23,6%) où elle se concentre sur les versants non cultivés.

Tabl. 2 - Occupation moyenne du sol dans le premier XIXe siècle

Zones

Occupation du sol (en %)

Ager

Saltus

Silva

Ensemble du département

30.3

51.9

17.8

Val de Durance

43.0

47.2

9.8

Zone de plateaux

44.2

32.2

23.6

Préalpes

29.6

52.6

17.8

Montagne

25.6

60.3

14.1

Tabl. 3 - Pourcentage de communes où domine chaque type d’occupation du sol

Début xixe s.

Fin du xxe s.

Ensemble du département

     L’ager domine

28,9

15,0

     Le saltus domine

62,2

43,5

     La silva domine

8,9

41,5

Val de Durance

     L’ager domine

55,6

33,3

     Le saltus domine

44,4

11,1

     La silva domine

0,0

55,6

Zone de plateaux

     L’ager domine

50,0

31,8

     Le saltus domine

22,7

18,2

     La silva domine

27,3

50,0

Zone préalpine

     L’ager domine

18,2

4,5

     Le saltus domine

77,3

54,5

     La silva domine

4,5

40,9

Zone de montagne

     L’ager domine

23,5

11,8

     Le saltus domine

76,5

76,5

     La silva domine

0,0

11,8

10En rapport avec la forte diversité du territoire, la part de l’ager est très fluctuante : de 8 % à St-Paul-sur-Ubaye à 98 % dans certaines communes du Val de Durance (fig. 1). Sur la carte qui représente l’importance de l’ager au début du xixe siècle, les limites de classes ont été posées pour avoir un effectif voisin de communes dans chaque classe. Il est bien visible que l’ager occupe moins de la moitié de la surface cadastrée dans près de 80% des communes.

Fig. 1 - Importance de l’ager au début du xixe siècle en pourcentage de la surface communale cadastrée totale

Fig. 1 - Importance de l’ager au début du xixe siècle en pourcentage de la surface communale cadastrée totale

11Cette analyse montre que c’est dans la zone préalpine que les valeurs se rapprochent le plus de celles d’une « commune moyenne » du début du xixe siècle (tabl. 2). Toutefois la classification hiérarchique construite sur les communes échantillonnées montre que la zone de montagne est très proche et possède un profil d’occupation du sol voisin de celui de la zone préalpine (fig. 2). En revanche les plateaux, par leur relative pauvreté en landes et leur richesse en forêt, se démarquent des autres espaces, le Val de Durance occupant une position intermédiaire dans la typologie créée par l’analyse.

Fig. 2 - Dendrogramme des zones selon l’occupation du sol dans le premier XIXe siècle

Fig. 2 - Dendrogramme des zones selon l’occupation du sol dans le premier XIXe siècle

2.2. Composition d’une « commune moyenne » à la fin du xxe siècle

12La figure 3 montre une contraction considérable de l’ager dans la basse Durance et sur le plateau de Valensole. Les classes ont été définies avec les mêmes limites que pour la carte de l’ager au xixe siècle (fig. 1). On voit que le minimum s’abaisse à 2% de la surface cadastrée et que le maximum ne s’élève plus qu’à 77%. La première classe contient les trois-quarts des communes avec la quasi-totalité des communes préalpines et montagnardes.

13Une commune moyenne du département des Alpes-de-Haute-Provence se compose de 17% d’ager, 47% de saltus et 36% de silva à la fin du xxe siècle (tabl. 4). La forêt domine en Val de Durance et sur les plateaux tandis que la lande est prééminente dans la zone préalpine et en haute montagne. Les zones agricoles sont 2 à 3 fois plus importantes en vallée et sur les plateaux qu’ailleurs. En 1999, le département est encore plus hétérogène qu’il ne l’était lors de l’établissement du cadastre napoléonien. Sur les dendrogrammes (fig. 2 et 4) on constate que si les préalpes et la haute montagne conservent des caractéristiques similaires, les plateaux acquièrent des caractéristiques proches de celles du Val de Durance.

Tabl. 4 - Occupation moyenne du sol à la fin du xxe s.

   Occupation du sol (en %)

Ager

Saltus

Silva

 Ensemble du département

16,8

46,8

36,4

 Val de Durance

34,4

19,5

46,1

 Zone de plateaux

36,4

23,7

39,9

 Préalpes

14,8

46,6

38,6

 Montagne

11,5

58,5

30,0

Fig. 3 - Importance de l’ager à la fin du xxe siècle en pourcentage de la surface communale cadastrée totale

Fig. 3 - Importance de l’ager à la fin du xxe siècle en pourcentage de la surface communale cadastrée totale

Fig. 4 - Dendrogramme des zones selon l’occupation du sol à la fin du xxe siècle

Fig. 4 - Dendrogramme des zones selon l’occupation du sol à la fin du xxe siècle

2.3. Les trajectoires évolutives

14La figure 5 montre que le point commun de l’évolution de chaque zone est le développement de la forêt au détriment de l’ager (montagne et préalpes), du saltus (Val de Durance) ou des deux (plateau). En effet, tous les types d’occupation du sol changent dans chaque zone mais la diminution du saltus en zone préalpine et en montagne est faible.

15On distingue trois évolutions (fig. 6) dont la plus radicale est celle du Val de Durance avec essentiellement les variations du saltus et de la silva. Il y a une augmentation de la disparité entre les zones (distance moyenne entre les communes distinguées par zone de 26.2 contre 18.1) essentiellement imputable aux profonds changements des caractéristiques du Val de Durance.

Fig. 5 - Profil d’évolution des zones entre le premier tiers du XiXe et la fin du xxe siècle

Fig. 5 - Profil d’évolution des zones entre le premier tiers du XiXe et la fin du xxe siècle

Fig. 6 - Dendrogramme des zones selon leur évolution entre le premier tiers du xixe et la fin du xxe siècle

Fig. 6 - Dendrogramme des zones selon leur évolution entre le premier tiers du xixe et la fin du xxe siècle

16L’analyse des profils d’évolution en séparant les distances de changement et les types de changement permet d’affiner cette conclusion. Les évolutions du Val de Durance sont plus profondes que celles des autres zones mais leurs modalités ne sont pas différentes de celles de la zone préalpine. En revanche, les autres zones évoluent de la même façon et avec des intensités similaires.

17À l’intérieur de chaque zone, les tendances sont homogènes : une classification hiérarchique ascendante par distance euclidienne calculée sur l’ensemble des communes montre qu’elles ne sont pas plus différentes entre elles aujourd’hui (min = 0, moy = 7.024, max = 73.270) qu’elles ne l’étaient au début du xixe siècle (min = 0, moy = 6.997, max = 84.500) même si ces différences ne recouvrent pas la même réalité. On constate également que le mode est, aux deux périodes, d’environ la moitié de la moyenne, ce qui signifie que beaucoup de communes se ressemblent alors que seules quelques unes se différencient.

18Ainsi la délimitation des zones à partir de la connaissance du terrain est validée par l’analyse statistique.

3. Discussion

19Le cadastre est un document à finalité fiscale : il n’est donc pas, a priori, le plus adapté à une étude relevant de la géographie et de l’écologie. Pourtant c’est pour A. Douguedroit (1976) et A. de Réparaz (1978) la seule source de renseignement aisément utilisable concernant l’utilisation du sol à cette échelle et sur la période considérée. Nous renvoyons à ces auteurs pour le détail de la discussion sur les limites entre les landes et les forêts et sur la sous-représentation des forêts dans les données cadastrales.

20Le cadastre permet une approche par unité territoriale, la commune. Ce découpage n’a, dans l’absolu, pas de sens pour étudier des processus écologiques, tels que la colonisation forestière (Aubin, 1981 ; Barry et al., 1986 ; Tauzer, 1977), ou humains tels que la déprise. La région biogéographique ou le bassin d’activité seraient plus appropriés. Selon S. Frontier et D. Pichot-Viale (1995), l’approche spatiale régionale ne correspond pas à un niveau d’organisation du système écologique mais à un niveau de contrainte administrative et politique : c’est un niveau de perception adapté aux politiques d’aménagement. A contrario l’approche communale peut sembler grossière car elle inclut une trop forte hétérogénéité. L’approche des dynamiques sur la base communale se justifie donc par le fait que la commune est l’unité territoriale de base des politiques d’aménagement. Mais aujourd’hui, la combinaison avec le niveau intermédiaire de l’intercommunalité et des pays s’impose.

21Toutes les analyses sont conduites après transformation en pourcentage des surfaces occupées par les landes, les terres agricoles et les forêts. Les calculs montrent que, sur l’ensemble des communes du département, les surfaces indiquées par le cadastre ancien sont, globalement, sous-estimées de 8 à 9%. Mais cette valeur moyenne relativement faible, compte tenu du progrès technologique, ne doit pas masquer des fluctuations extrêmement importantes. Dans deux tiers des cas, les valeurs anciennes sont inférieures aux valeurs modernes. Dans un tiers des cas, elles sont supérieures. Les erreurs relatives de plus de 100% ne sont pas rares : une même surface est mesurée jusqu’à deux fois plus grande selon la date. La distorsion moyenne dans chaque zone évolue de +22% en Val de Durance à –16% en montagne : plus le relief est tourmenté, plus les anciennes mesures sous-estiment les surfaces alors qu’elles étaient surestimées en plaine. La transformation en valeurs relatives des différents types d’occupation du sol permet d’atténuer fortement l’effet de ces distorsions et donc d’utiliser avec plus de justesse le cadastre ancien.

22Le cadastre ancien a été établi entre 1811 et 1842, soit à une période proche de celle du maximum démographique dans les campagnes de Haute Provence. A. Douguedroit (1976) affirme qu’il n’y a pas de logique géographique à l’établissement des cadastres sur l’ensemble de la Haute-Provence et des Alpes-Maritimes. Toutefois un sondage effectué sur le département des Basses-Alpes montre que, en début de période, ce sont surtout les communes des vallées qui ont été cadastrées. Les dates des cadastres des communes préalpines et de montagne se calent assez bien sur celles du maximum démographique : par exemple les cadastres des communes du moyen Verdon ont été établis en 1836 et ceux de la haute Ubaye en 1842. Un sondage sur 12 communes rurales non étudiées par A. de Réparaz (1978) permet de retrouver le maximum démographique déjà observé par cet auteur dans la zone préalpine, c’est-à-dire entre les recensements de 1836 et de 1841. En revanche le maximum démographique sur l’ensemble du département se trouve plutôt vers le milieu du siècle : les cadastres décrivent une situation d’autant plus proche de la réalité du maximum démographique que l’on est en zone de montagne.

23À partir des informations du sondage et des données de A. de Réparaz (1978), on peut estimer que la densité de population actuelle dans les zones rurales n’est, au mieux, que le cinquième de celle qu’elle était au maximum démographique. À l’échelle de l’ensemble de Alpes du Sud, C. Vidal (1988) confirme ce constat. Mais cette population est fondamentalement différente (Sylvestre, 2002) : les agriculteurs et éleveurs ont presque partout disparu là où les cultivateurs formaient la quasi-exclusivité des habitants. Les labours sont extrêmement réduits et les landes sont utilisées de façon très extensive par les éleveurs d’ovins. Les ruraux non agriculteurs n’utilisent que de façon ponctuelle l’espace.

24L’agriculture s’est concentrée dans les vallées mais, si on observe une spécialisation des résultats au niveau des exploitations entre culture et élevage, au niveau de l’utilisation du sol la séparation est moins évidente. En effet, les éleveurs peuvent produire l’alimentation du bétail (fourrages, céréales), ce qui maintient un espace agricole.

25Au début du xixe siècle, la moitié des propriétés sont des micropropriétés inférieures à 5 ha. De surcroît, elles sont souvent constituées de mauvaises terres. Sur l’ensemble du département, le cadastre napoléonien attribue 30% des surfaces arables à la cinquième classe fiscale. Cette classe peut atteindre plus des deux tiers des surfaces labourables (par exemple 69% à La Rochegiron et 82% à Pontis) et même représenter la quasi-totalité des surfaces comme à Taulanne. Cette situation est le reflet combinée de la rareté de la terre arable dans un département de montagne et de la pression démographique qui conduit à défricher et utiliser des terres de plus en plus difficiles et marginales. Elles ne permettent pas, seules, de vivre : la tranche la plus pauvre des propriétaires terriens doit également louer ses bras et migrer saisonnièrement. Ces familles sont nombreuses : au maximum démographique des années 1840, 50 à 70% des exploitants sont également brassiers et sont donc les premiers à subir l’exode (Réparaz de, 1978). Cette situation est commune, dans ses grandes lignes, à l’ensemble des Alpes du Sud (Moustier, 2000) et aux autres régions montagneuses (par exemple l’Ariège : Chevalier, 1956). L’abandon progressif des terres, corrélé à la chute de la démographie, conduit rapidement à la reforestation qui se poursuit encore aujourd’hui. Un marqueur de cet ensemble de paramètres qui évoluent de façon concomitante est la disparition administrative des entités communales. Quasiment inexistante durant le xxe siècle dans les Alpes-de-Haute-Provence, en dehors du cadre de la loi Marcellin de 1971, la fusion des communes accompagne leur dépeuplement durant tout le xixe siècle. La déshumanisation de grandes zones du département a conduit l’administration à regrouper des communes devenues entièrement vides d’hommes, certaines étant actuellement formées des territoires de 3 ou 4 communes, voire plus, comme Castellane qui correspond au regroupement de 8 communes. Dans ces espaces, la dynamique de reforestation est particulièrement forte.

26D’après A. Douguedroit (1976) citant T. Sclafert (1959) et P.-A. Peyriat (1951), cette situation n’est pas nouvelle mais perdure, avec des fluctuations, depuis le maximum démographique du xiiie siècle, maximum juste inférieur à celui du xixe siècle. En revanche, la déprise de la seconde moitié du xixe et du xxe siècles est sans précédent. La contraction de l’utilisation agricole des territoires débouche, en Haute Provence comme ailleurs dans le sud de la France (Delcros, 1993 ; Moustier, 2000 ; Trively, 2004 ; Réparaz de, 2001) essentiellement sur le reboisement spontané. Le reboisement volontaire, à l’initiative de l’État après 1860, mais surtout après 1882, (Chalvet, 2002 ; Brugnot, 2002) conduit au départ des derniers habitants de communes comme Feissal ou Mariaud, et donc à leur disparition administrative. Toutefois, selon A. Douguedroit (1976) et les services forestiers, malgré les conséquences de la reforestation volontaire sur l’organisation et l’activité du peuplement humain, son importance en terme de surface reboisée reste limitée par rapport à celle du reboisement spontané. En revanche, ils insistent, comme R. Courtot et A. de Réparaz (1982), sur les nouveaux paysages générés par cette dynamique et sur les problèmes induits par leur absence de gestion.

27La rupture des années 1960, avec la modernisation et l’agrandissement des structures, dans un contexte de déclin du nombre d’exploitations, débouche sur la concentration des activités dans les vallées (Stephens et al., 2003 ; Alphandéry, 2001 ; MacDonald et al., 2000) avec de grands problèmes de concurrence entre les différents usages du foncier. L’augmentation de la taille des troupeaux nécessite des alpages équipés (cabanes pastorales, abreuvoirs) de taille suffisante : les grandes zones pastorales sont donc entretenues par le pâturage, au risque d’être surpâturées, alors que les plus petites sont abandonnées (CERPAM, 2002). En revanche, la plupart des bas versants n’ont plus de finalité agricole, à l’exception de quelques pâturages intermédiaires lorsque la maîtrise du foncier le permet (Chabert et al., 1998 ; Réparaz de, 1992, 2001).

28L’ approche diachronique, qui ne prend en compte que deux points dans une évolution forcément complexe et multiple, ne peut répondre à toutes les questions. En particulier, il faudrait analyser des dates intermédiaires, afin de mettre en évidence d’éventuelles ruptures et mutations à rechercher séparément et à comparer, dans les différentes zones naturelles.

29Toutefois, l’évolution de l’occupation du sol au cours des deux derniers siècles dans un territoire aussi diversifié permet de percevoir deux phénomènes majeurs visualisés sur les figures 7 et 8 :

  • l’augmentation du contraste entre la montagne et l’ensemble constitué par les plateaux et le Val de Durance

  • la diminution de l’ager et la progression de la silva.

Fig. 7 - Occupation du sol dominante au début du xixe siècle

Fig. 7 - Occupation du sol dominante au début du xixe siècle

Fig. 8 - Occupation du sol dominante à la fin du xxe siècle

Fig. 8 - Occupation du sol dominante à la fin du xxe siècle

30Les espaces montagnards sont devenus des espaces quasi exclusivement pastoraux. La contraction de l’ager s’est faite au profit de la lande. En dépit de l’intensification de certains systèmes de production, localisés dans les vallées, c’est l’extensification de l’élevage, essentiellement ovin, qui est le moteur majeur des changements observés. Ces modifications sont pilotées par le jeu complexe de facteurs sociaux et technico-économiques.

Top of page

Bibliography

Alphandéry P., (2001), Les campagnes françaises de l’agriculture à l’environnement (1945-2000). Politiques publiques, dynamiques sociales et enjeux territoriaux, Thèse de sociologie de l’Institut d’Études Politiques de Paris, 2 tomes, 465 p.

Aubin M.C., (1981), Contribution de l’histoire à la connaissance de la dynamique de la végétation dans la commune de Vidauban (Var), DEA Écologie méditerranéenne, Univ. Aix-Marseille III, 50 p.

Baldocket al., (1996), Farming at the margins: abandonment or redeployment of agricultural land in Europe, Institute for European Environmental Policy Agricultural Economics Research Institute, Londres.

Barry J.-P., Laugier J.-P. et Persici L., (1986), Utilisation des documents d’archives dans la restitution des modifications des limites des écosystèmes naturels et anthropisés, in Territoires, Seigneuries, Communes. Limites des territoires en Provence, Actes des 3e journées d’histoire de l’espace provençal (Mouans-Sartoux), p.243-274.

Brugnot G., (2002), Développement des politiques forestières et naissance de la restauration des terrains de montagne, Annales des Ponts et Chaussées, 103, p.23-30.

CERPAM, (2002), Cabanes pastorales d’alpages dans les Alpes du Sud, CERPAM, 129 p.

Chabert J.-P. et al., (1998), Eleveurs et chercheurs face aux broussailles, Le courrier de l’environnement, 35.

Chalvet M., (2002), Reboiser la forêt provençale. L’instrumentalisation de Surell par les élites provençales, Annales des Ponts et Chaussées, 103, p.44-50.

Chevalier M., (1956), La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Ed. Génin, Paris, 1060 p.

Courtot R. et Réparaz A. de, (1982), Déprise agricole et mutations de l’organisation de l’espace dans les Préalpes du Sud : le cas de Chaudon-Norante, Méditerranée, 3-4, p.71-76.

Delcros P., (1993), Écologie du paysage et dynamique végétale post-culturale, Thèse de l’Université Grenoble I, 334 p.

Douguedroit A., (1976), Les paysages forestiers de Haute- Provence et des Alpes-Maritimes. Géographie - Ecologie- Histoire, Edisud, Aix-en-Provence, 550 p.

Durbiano C. et Moustier Ph. (dir.), (2004), Assises pour l’agriculture des Alpes-de-Haute-Provence, Actes du colloque du 10 juin 2003, Digne-les-bains, Chambre d’agriculture des Alpes-de-Haute-Provence,183 p.

Frontier S. et Pichot-Viale D., (1995), Écosystèmes : structure, fonctionnement, évolution, Masson, 447 p.

Ihaka R. et Gentleman R., (1996), R: a language for data analysis and graphics, Journal of Computational and Graphical Statistics, 5, p.299-314.

MacDonald D. et al., (2000), Agricultural abandonment in mountain areas of Europe: environmental consequences and policy response, Journal of Environmental Management, 59, p.47-69.

Moustier Ph., (2000), Les hommes et la montagne dans le Champsaur et le Valgaudemar, Thèse de l’Université de Provence, 2 tomes, 634 p.

Peyriat P.-A., (1951), La Chambre des Eaux et Forêts du Parlement de Provence au xviiie siècle et son rôle dans la défense des bois, Thèse de l’Université d’Aix, 478 p.

R Development Core Team, (2003), The R environnement for Statistical computing and graphics (version 1.8.1), 2115 p., http://www.gnu.org/copyleft/gpl.html.

Réparaz A. de, (1978), La vie rurale dans les préalpes de Haute Provence, Thèse de l’Université d’Aix-Marseille II, 3 tomes, 1230 p.

Réparaz A. de, (1992), Le recul de l’espace agropastoral dans les préalpes du sud et ses conséquences sur le paysage de la moyenne montagne, Pirineos, 139, p.47-66.

Réparaz A. de, (2001), Mutations et permanences dans la géographie des campagnes méditerranéennes (1960-2000), Méditerranée, 3-4, p.5-10.

Sclafert T., (1959), Cultures en Haute-Provence, Déboisements et pâturages au Moyen Age, SEVPEN, 271 p.

Stephens P.A. etal., (2003), Agriculture, transport policy and landscape heterogeneity, Trends in Ecology and Evolution, 11, p.555-556.

Sylvestre J.-P., (2002), Les usages de la campagne et la dynamique identitaire des agriculteurs français. In Agriculteurs, ruraux et citadins - Les mutations des campagnes françaises, Educagri Ed., p.11-70.

Tauzer D., (1977), Variation de l’équilibre agro-sylvo-pastoral de la commune de Levens (Alpes-Maritimes) d’après les cadastres de 1864 à 1964, DEA Écologie méditerranéenne, Univ. Aix-Marseille III, 60 p.

Trively E., (2004), Quand les moutons s’en vont… Histoire et représentations sociales du boisement des pelouses sèches du sud-est de la France, Presses de l’Université de Provence, 263 p.

Vidal C., (1988), La population des Alpes du Sud de 1860 à nos jours, Ed. Ophrys, Gap, 622 p. et atlas de 93 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 - Importance de l’ager au début du xixe siècle en pourcentage de la surface communale cadastrée totale
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/458/img-1.jpg
File image/jpeg, 96k
Title Fig. 2 - Dendrogramme des zones selon l’occupation du sol dans le premier XIXe siècle
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/458/img-2.jpg
File image/jpeg, 12k
Title Fig. 3 - Importance de l’ager à la fin du xxe siècle en pourcentage de la surface communale cadastrée totale
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/458/img-3.jpg
File image/jpeg, 96k
Title Fig. 4 - Dendrogramme des zones selon l’occupation du sol à la fin du xxe siècle
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/458/img-4.jpg
File image/jpeg, 12k
Title Fig. 5 - Profil d’évolution des zones entre le premier tiers du XiXe et la fin du xxe siècle
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/458/img-5.jpg
File image/jpeg, 36k
Title Fig. 6 - Dendrogramme des zones selon leur évolution entre le premier tiers du xixe et la fin du xxe siècle
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/458/img-6.jpg
File image/jpeg, 12k
Title Fig. 7 - Occupation du sol dominante au début du xixe siècle
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/458/img-7.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Fig. 8 - Occupation du sol dominante à la fin du xxe siècle
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/458/img-8.jpg
File image/jpeg, 83k
Top of page

References

Electronic reference

Eric Fabre and Claire Vernet, « Évolution de l’occupation du sol dans les Alpes-de-Haute-Provence (début du XIXe siècle-fin du XXe siècle) », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 02 December 2008, connection on 25 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/458 ; DOI : 10.4000/mediterranee.458

Top of page

About the authors

Eric Fabre

IUT de l’Université de Provence, 04000 Digne-les-Bains (efabre@up.univ-mrs.fr).

Claire Vernet

Etudiante en Agronomie à l’IUT de Provence, 04000 Digne-les-Bains.

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page