Skip to navigation – Site map

Terre d’élevage ou « nature préservée » en zone centrale des parcs nationaux français des Alpes du Sud ?

Farm land or «preserved nature» in the central zone of French national parks in the southern Alps?
Lionel Laslaz
p. 53-66

Abstracts

This article aims to show how the national parks of the southern French Alps have moved from an implicit rejection of agriculture towards an integrated perspective of that same activity. This evolution was shaped by both the retreat of farming and by the financial and technical support, including the patrimonalization of territorial markers. When Écrins (1973) and Mercantour (1979) national parks were created, the presence of farming in the central zone was perceived as a hindrance to nature protection. This view still remains widespread in certain scientific circles. The farmers, by their fundamental role in maintaining Alpine landscapes and their local economic activity considered «traditional», have gained the support of governmental authorities and managers of protected areas. Public entities have undertaken promotion of pastoral activity. But is that their role and are they competent to do that? Is the admission of local people into the process simply a response to a political objective? With 30 years of agricultural retreat in the two national parks, what appraisal can be drawn of this process?

Top of page

Outline

Top of page

Editor's notes

Remerciements : DDAF des Hautes-Alpes : mme Kleimberg et M. Valere, service statistiques ; DDAF des Alpes-Maritimes : M. Dupuy, chef du service statistiques ; DDAF des Alpes-de-Haute-Provence : mme Mourrier, chef du service statistiques.
PNM : P. Commenville ; PNE : B. Janet, responsable du service aménagement ; M. Della-Vedova, chargée de mission pastoralisme du PN ; P.-Y. Motte, directeur de la Chambre d’agriculture des Hautes-Alpes, président de la commission agricole du PNE, membre du CA du PNE ; H. Dodier, technicien pastoral, CERPAM, Chambre d’agriculture des Alpes-de-Haute-Provence.
D. Madeleine, ancien secrétaire général (1993-1999) puis président (1999-2001) du Groupe Loup France, devenu Ferus, spécialiste des grands prédateurs ; M. Porte, chargée de mission agropastoralisme et forêt, Communauté de communes de la Tinée et des stations du Mercantour, responsable du site pilote d’agriculture durable de la Tinée.

Full text

Introduction 

1L’élevage en zone centrale des parcs nationaux sud-alpins est confronté à leurs objectifs de protection et de découverte. L’essentiel de cet élevage, en superficie, en nombre d’Unités pastorales, comme en têtes, est ovin. En raison de l’altitude moyenne des zones centrales (2429 m dans les Écrins pour 2120 m dans le Mercantour) il s’effectue essentiellement sur des unités pastorales d’altitude, alpages ou estives. De rares unités d’intersaison et quelques unités abandonnées complètent ce panorama. Les unités pastorales d’altitude sont des unités géographiques fonctionnelles d’un seul tenant, pouvant atteindre plusieurs centaines d’hectares, situées généralement au-dessus de l’habitat permanent et des cultures. Leurs limites sont d’origine naturelle (hydrologie, relief, changement de végétation…), administrative (parcelle, commune, limite de parc) ou calquées sur des artefacts (route, clôture, muret…). Une unité pastorale est découpée en quartiers exploités successivement au cours de la saison (Audoin et Chatain, 2002). La gestion menée en alpage, ou conduite, a pour but de satisfaire les besoins alimentaires du troupeau. L’unité pastorale désigne donc une Surface toujours en herbe d’au moins 10 hectares, exploitée une partie de l’année seulement, sans retour journalier sur les lieux d’hivernage (Ernoult et al., 1998).

2Les parcs nationaux, établissements publics administratifs, ont été créés malgré les réticences, voire l’hostilité des populations locales, notamment des éleveurs et des chasseurs. Le Parc national des Écrins voit ainsi le jour en 1973, justifié par le fait que : « la conservation de la faune, de la flore, du sol, du sous-sol, de l’atmosphère, des eaux et, en général du milieu naturel, présente un intérêt spécial et qu’il importe de préserver ce milieu contre tout effet de dégradation naturelle et de le soustraire à toute intervention artificielle susceptible d’en altérer l’aspect, la composition et l’évolution » (loi de 1960, art. L. 241-1). Sa zone centrale s’étend sur 918 km2 et 23 communes, pour l’essentiel (16) dans les Hautes-Alpes. Six ans plus tard, et après 19 années de tergiversations, le Parc national du Mercantour occupe l’essentiel du haut Pays des Alpes-Maritimes, et le nord-est des Alpes-de-Haute-Provence. La zone centrale (685 km2) s’étire sur 80 km le long de la frontière italienne.

3Même si une limite Alpes du Nord/Alpes du Sud peut sembler arbitraire à tracer (il n’y a d’ailleurs pas de différence considérable entre les logiques agricoles du Valbonnais et celles du Valgaudemar, par exemple), le département de l’Isère sera exclu de cette étude qui se limitera aux trois départements précédemment cités. Mais c’est surtout sur la notion de zone centrale qu’il importe de s’arrêter : l’étude des rapports entre agriculture et protection de l’environnement devient pertinente lorsque cette protection est réglementaire et stricte. Or, par définition, une zone centrale de parc national doit être maintenue en l’état, ce qui suppose de prime abord que la présence de troupeaux et les aménagements nécessaires au pâturage soient contraires à une préservation stricte des écosystèmes, tels que voulus par la loi créant les parcs nationaux en 1960. Pour autant, les zones centrales sont le siège de différents usages, très anciens, comme la sylviculture ou l’élevage, d’autres plus récents comme la randonnée pédestre ou l’alpinisme : la question de leur compatibilité sur des territoires restreints est donc également posée. Ainsi, dans sa session extraordinaire du 23 juin 1969, le Conseil général des Hautes-Alpes émet un « vœu relatif à la création du parc national du Pelvoux » (finalement dénommé en 1973 « parc national des Écrins ») « dans le but d’équiper, et de développer l’action touristique et de maintenir les activités agricoles traditionnelles tout en sauvegardant les richesses naturelles du département pour les mettre en valeur […] » (souligné par nous). L’ordre établi par les élus départementaux entre les différentes missions du parc national n’est pas celui retenu par l’État dans la loi et les décrets de création. Le développement touristique apparaît avant les activités agricoles dans la hiérarchie des préoccupations, les richesses naturelles doivent être sauvegardées non pas en tant que telles, mais pour être mises en valeur…

4Depuis une dizaine d’années de manière insistante, l’établissement public devient un acteur supplémentaire de l’élevage, alors que ce n’est pas sa fonction, ni le métier des personnels, alors qu’il est gestionnaire d’un espace protégé dont il n’est pas propriétaire. Il se voit donc contraint de travailler avec les acteurs locaux et tente de construire des formes de contractualisation autour de mesures agri-environnementales, voire de protection des espèces.

5La première partie montrera cette implication progressive des établissements publics dans l’élevage, considéré comme de plus en plus impératif au maintien en l’état des paysages. Cela ne va pas sans une modification considérable des comportements des différents acteurs impliqués. Quels sont les outils et les moyens d’intervention des gestionnaires de ces espaces protégés sur le pastoralisme ? Ils demeurent cependant limités par les conditions conjoncturelles et structurelles dans lesquelles ils s’exercent (deuxième partie). La troisième partie dressera un bilan nuancé de cette synergie entre les acteurs du pastoralisme et les établissements publics.

1. De l’entrave idéologique et fonctionnelle à l’élevage vers la construction d’un projet idéalisé de sauvetage…

6Pour des raisons idéologiques et fonctionnelles, l’agriculture a longtemps été considérée comme une activité n’ayant plus sa place dans la future zone centrale. Mais le contexte socio-économique a aussi joué son rôle : les années 1970-1980 ont mis en avant le rôle déterminant de la pâture et de la fauche dans l’entretien et le maintien des paysages montagnards : d’où une volonté politique de l’État et des acteurs locaux, relayée par les parcs nationaux, de contribuer à la survie de cette activité.

1.1. Légitimité de l’agriculture et intangibilité de la loi

7L’antériorité de l’agriculture dans les hautes vallées alpines a construit sa légitimité et limité les remises en cause de son emprise, lorsque certains protecteurs envisageaient les zones centrales comme dépourvues de toute trace et de toute présence humaines.

1.1.1. Une agriculture ancestrale présente de longue date

8« Au cours de tout son passé, la Haute-Provence, dans ses limites historiques les plus larges, fut, avant tout, mais non exclusivement, le pays du mouton » écrivait Th. Sclafert (1945). L’élevage ovin est culturellement associé à la Provence et aux hautes vallées sud-alpines, la transhumance est une tradition, même si des flux importants affectent aujourd’hui aussi les alpages plus riches de Savoie et d’Isère (Fabre, dir., 2002). Ainsi, le cheptel ovin estivé dans le Parc national du Mercantour représente environ le quart des Alpes du Sud, soit 160 000 têtes en 1985, pour 85 000 en zone centrale en 2000.

9On peut, comme pour tout espace, remonter aux origines de la présence humaine, en faisant référence aux bergers de la Roya et leurs gravures des vallées des Merveilles et de Fontanalba comme marque historique de l’élevage sur le territoire qui nous concerne. Datées de l’âge du Cuivre et du début de l’âge du Bronze (3200 à 1700 av. J.-C.), les 40 000 pétroglyphes sont la transcription des pratiques agraires ou des croyances divines. Ces gravures (notamment des corniformes qui représentent 60% de l’ensemble, et des attelages) sont surtout dédiées à la « déesse terre ». De même, les archéologues ont découvert des vestiges de la présence humaine très ancienne des pasteurs dans l’Embrunais ou le Champsaur. La toponymie de la Tinée en est une autre illustration : La Mount Gno (au sens de pâturage) désignait le Mont Saint-Sauveur, et les termes Cabana-Moutoun ou « Quartier d’Aoust » se trouvent sur Isola, ces quartiers de plein été étant d’ailleurs abondamment répandus aussi bien dans les Écrins que dans le Mercantour.

10Les alpages constituent l’essentiel de la superficie de la zone centrale dans le Mercantour (52.5%) pour 19 % de celle des Écrins, plus élevés, rocailleux et pentus. Mais la différence est nette entre le groupe septentrional Meije-Écrins-Pelvoux très minéral et les vastes alpages du Champsaur ou de l’Embrunais. De même, les alpages forment une part élevée des SAU communales. Ainsi l’enquête pastorale de 1968 a montré que, dans le canton de Colmars-les-Alpes (haut Verdon), les alpages représentaient 41% de la superficie totale (dont 49% sont gérés par l’ONF). L’Office national des forêts est effectivement très présent depuis les grands reboisements de la fin du xixe siècle, notamment en Ubaye, haut Verdon, haut Var et haute Tinée.

1.1.2. Une profession impliquée dans la création des parcs nationaux

11Sans doute plus incontournables par le passé, les agriculteurs représentent aujourd’hui plus, en terme d’influence, qu’une simple approche statistique des actifs agricoles. Les agriculteurs retraités, les agriculteurs reconvertis, les familles et les actifs agricoles eux-mêmes, qui sont bien souvent chasseurs aussi, pèsent dans les différentes communes. Ils se soucièrent très tôt des projets de création de parcs nationaux, dont certaines rumeurs affirmaient qu’ils allaient bannir l’élevage de leur territoire, notamment des alpages des zones centrales. Les Chambres d’agriculture notamment firent partie des organismes consultés lors des projets de création. Elles eurent des élus dans les conseils d’administration et les ont bien souvent conservés. C’est le cas pour celle des Hautes-Alpes, influente au sein du parc national des Écrins.

12Les archives soulignent combien fut importante pour la création de ce dernier la session extraordinaire de la Chambre d’agriculture des Hautes-Alpes en date du 18 janvier 1972 à laquelle participèrent toutes les parties. Elle permit d’aborder tous les problèmes, pas seulement agricoles, de renégocier les limites, d’accélérer le processus et de déboucher sur un accord de principe du Comité interministériel des parcs nationaux trois mois plus tard (Merveilleux du Vignaux, 2003).

13L’incompatibilité protection/agriculture, si elle n’est guère mise en avant aujourd’hui par les gestionnaires des espaces protégés, l’est par certains visiteurs qui conteste la présence du mouton, espèce domestique dans un milieu naturel. Il est vrai que parfois les établissements publics recommandent des mises en défens, pestent contre des conduites de troupeaux mal menées, ou contre des éleveurs ayant recours à des véhicules motorisés. Les éleveurs ont donc bien souvent mal vécu la création des parcs nationaux, plus par a priori que par gêne réelle.

1.2. De l’évolution de l’agropastoralisme et de sa nécessaire survie…

14L’agropastoralisme alpin a connu un net recul, notamment dans les Alpes du Sud. Concurrencée par les très gros producteurs mondiaux (Nouvelle-Zélande, Australie, Argentine), la viande ovine française n’est pas compétitive et manque de débouchés. Elle doit, de ce fait, tabler sur la qualité, la proximité de marchés de consommation et s’appuyer sur des labels. L’élevage laitier, trop contraignant, périclite et l’absence d’AOC limite la rentabilisation. Les formes d’associations et de groupements sont encore trop peu répandues pour soutenir un élevage en grande difficulté qui ne se maintient que grâce aux subventions de la PAC (plus du double des revenus agricoles de l’ovin viande de montagne en 1996).

15Pourtant, le secteur primaire constitue encore l’activité principale de 30% des communes des Écrins (PNE, 2003), alors que le tourisme et les services sont la première activité pour plus de la moitié d’entre elles. Le secteur dit « secondaire » ne domine que dans 11% des communes. Même si cette classification n’a plus guère de pertinence aujourd’hui, elle illustre le poids encore majeur de l’activité agricole ; certes il faut sans doute la compléter par les activités de transformation agroalimentaires et l’agritourisme – qui reste peu développé. Pour autant, les actifs agricoles ne représentent que 6% des actifs totaux en 2002, pour 16% en 1990 et 34% en 1968. Le nombre d’exploitations a chuté de 26% de 1979 à 1988, soit 5 points de plus que la moyenne nationale (Bazin, 1996). Ainsi en 2000, ce sont 629 exploitations dont 319 professionnelles qui sont installées en zone centrale et périphérique, pour 679 chefs d’exploitations et coexploitants (PNE, 2003). Les alpages collectifs s’étendent sur 67 000 ha. Ils accueillent 120 000 ovins (sur 212 300 du département des Hautes-Alpes) et 5000 bovins (sur 14 520 du département) par an : 60% sont des troupeaux locaux, 30% du département et 10% extra-départementaux, du reste de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. En 1883, F. Briot dénombrait dans le département des Hautes-Alpes 262 055 ovins et 25 632 bovins (Briot, 1884). Qu’en est-il des communes de la zone centrale ? En 1988, 378 exploitations résident dans les communes de la zone centrale pour 3369 dans le département des Hautes-Alpes. Certes, en 2000, si l’on se place à l’échelon intra-parc, le Champsaur et le Valgaudemar demeurent les places fortes de l’élevage dans le parc du haut Dauphiné avec 50% des exploitations agricoles des Écrins (301 dont 183 professionnelles pour une SAU de 10 643 ha). Mais les formes sociétaires sont peu développées. Les études menées sur les cantons d’Orcières (8.3% d’actifs agricoles en 1999) et de Saint-Bonnet (12.8% d’actifs agricoles en 1999) dans le Champsaur (PNE et CEMAGREF, 1995) ont montré que la Superficie toujours en herbe augmente dans le premier et diminue dans le deuxième, alors que la taille des troupeaux croît conjointement. Ces derniers se répartissent différemment : le nombre moyen de brebis par exploitation (120 et 150) augmente de plus de 10% en 1979 et 1988 ; mais les vaches laitières reculent au profit des vaches nourrices (800% et 220% d’augmentation respectivement) (DDAF, 2001).

16À l’échelle microlocale, la montagne de l’Alp (ou Alpe) à Villar-d’Arêne conserve sensiblement la même charge en 1873 (2000 ovins) qu’en 1997 avec 1884 têtes. Est-ce un signe de vigueur ou au contraire une preuve de disparité ? Car si cet alpage réputé pour ses qualités herbagères reste utilisé prioritairement par l’élevage, beaucoup d’autres, moins productifs, moins accessibles, moins étendus, sont laissés à l’abandon. C’est le cas de l’alpage des Bans (Vallouise). La logique est la même à l’échelle des communes : les gros villages agricoles résistent mieux à la déprise (Chateauroux-les-Alpes) que les plus petits : de 1979 à 1988, Pelvoux (Vallouise) a perdu 75% de ses exploitations agricoles, Freissinières (Argentiérois) 65% (photo 1).

Photo 1

Photo 1

Troupeau transhumant de la vallée de Freissinières, au-dessus du lit du torrent de Ruffy et de la « Barre Noire », sur un secteur de l’alpage de Faravel dénommé le « Quartier d’Août ». Sur ce vaste territoire d’altitude (1687 ha entre 1700 et 2800 m), accidenté, les 1430 ovins recensés en 1997 exploitent de manière très organisée les différents secteurs.

(Cliché : L. Laslaz, août 2003)

17La zone centrale du parc national du Mercantour accueille 85 000 ovins sur 83 unités pastorales (60 sont situées dans les Alpes-Maritimes, partagées entre 45 transhumants et 15 éleveurs locaux). Le parc national du Mercantour comptait en 1985 23 000 UGB « ovins » contre 3300 UGB « bovins ». Sans surprise, le recul est généralisé. De 1988 à 2000, la Tinée a perdu la moitié de ses exploitations, les agriculteurs ne représentant plus que 3% des actifs. La transhumance « inverse », une des originalités très anciennes de la Tinée, a tendance à disparaître, car les bergers se fixent plus facilement près des pâturages d’hiver. Dans le Mercantour, l’opposition historique entre un ouest et un nord traditionnellement ovin et un sud et un est où les troupeaux bovins représentaient une part non négligeable du bétail, a été troublée par les mutations économiques. Il y a une trentaine d’années, les vacheries sont devenues des bergeries, les éleveurs bovins ont préféré se reconvertir dans l’ovin, plus extensif et moins exigeant en temps (cas notamment de la Tinée, de la moyenne Roya et du haut Var). La grande transhumance a aussi glissé progressivement des hauts plateaux de Provence vers les vallées alpines (de Reparaz, 2000). Les ovins transhumants reculent nettement de 1963 à 1976 (-20%) avant de remonter, car les très gros troupeaux, gardés, surveillés sanitairement, sont plus rentables mais nécessitent de vastes étendues riches en herbe destinées à être pâturées trois mois.

18Depuis moins de dix ans, on constate de manière limitée le phénomène inverse : l’élevage bovin reprend de la vigueur. C’est le cas par exemple au Boréon (Saint-Martin-Vésubie). Il n’est toutefois pratiquement plus laitier mais plutôt tourné vers l’allaitement. Deux causes ont été avancées pour analyser cette évolution :

  • le prix de vente de la viande d’agneau, déjà abordé plus haut. Même si des investissements sont nécessaires pour les ateliers de transformation fromagère, les fromages se vendent bien. Les labels fromagers sont en outre plus faciles à obtenir que les labels ovins : ainsi, un projet d’AOC « Tomme de la Vésubie » est actuellement porté par le GEDAR (Groupe d’étude et de développement agricole de la Vésubie), association regroupant les éleveurs de la vallée et menant des actions de développement (études, soutien aux projets) et de promotion (plaquettes d’information, dépôt de la marque susdite) ;

  • le retour du loup, évoqué plus loin, mais il s’agit plus d’un révélateur que d’un déclencheur de crise…

19Une autre manifestation de la crise de l’élevage est bien sûr une transcription paysagère à travers l’extension des friches et landes (Chambre régionale d’agriculture PACA, 1998). Dans les Hautes-Alpes de 1976 à 1986, l’augmentation des landes atteint 11 400 ha (étage alpin exclu) et les surfaces boisées ont gagné 4 700 ha, dans les deux cas par abandon des terrains agricoles. Cette expansion de 19% se rencontre également à hauteur de + 5% dans les Alpes-de-Haute-Provence alors que dans les Alpes-Maritimes, le recul des friches atteint 15%. Mais c’est plus pour des impératifs de prévention des incendies qu’une traduction d’une vigueur retrouvée de l’exploitation agricole. Dernière traduction du recul agricole, la fauche a disparu des zones centrales : dans le parc national du Mercantour, les derniers prés ont été fauchés en 1995 (ils ont pu représenter au maximum près de 400 ha, ce qui est considérable).

Les aléas de la survie

20Contrairement à ce qui est souvent avancé, l’élevage ovin n’est pas en recul irrémédiable. Le cheptel ovin champsaurin a ainsi augmenté de 11% de 1988 à 2000, pour passer d’un troupeau moyen de 245 brebis et agnelles à 365. Indivisions, place disponible pour la construction de bâtiments d’exploitation dans des vallées très encaissées et souvent soumises à des PPR rigoureux, coût d’une installation ou d’une transmission sont autant d’obstacles pour les locaux. Si ces petits troupeaux connaissent des difficultés de maintien, notamment pour des problèmes d’accès au foncier, les grands transhumants demeurent, eux, toujours autant demandeurs des Unités pastorales. Toutes celles de l’Ubaye sont utilisées, et les collectivités publiques de la haute Tinée refusent des demandes, faute d’alpage disponible. Mais la pérennité de cet élevage repose plus sur des installations de permanents dans les communes que sur des « saisonniers de l’herbe », tels que l’on pourrait définir les transhumants. Historiquement, ils étaient mal vus par les locaux, accusant leurs troupeaux d’être vecteurs de maladie, comme le montre F. Bellon (1989) pour le Valgaudemar.

21La petite commune de Rimplas (108 habitants en 1999 pour 38 en 1968), en moyenne Tinée (Alpes-Maritimes), étirée entre vallon de Mollières au nord et vallon de Bramafan au sud, disposait de deux Unités pastorales. Celle de la vacherie de Rimplas (45 vaches laitières) fonctionne encore, mais avec de graves difficultés d’accès à l’eau. À l’inverse, au sein de la zone centrale, celle du vallon de Velail, exploité jusqu’en 1987 par un éleveur de la commune, est abandonnée (Trecul, 1987). Entre les granges éponymes à 1400 m et la cime des Lauses à 2651 m, elle s’étire sur 357 ha, dont 107 répartis entre 9 propriétaires privés, le reste appartenant à la commune. Le recensement des Unités pastorales (1997) met en avant les trois obstacles principaux à une reprise d’activité sur cet alpage qui pourrait accueillir 250 moutons : des bâtiments très dégradés ne permettant pas d’abriter un berger ; la nécessité de débroussailler, 10 ans après l’abandon, sur cet ubac caillouteux ; la raison majeure, qui explique en partie les deux précédentes : les difficultés d’accès. Effectivement, seuls des sentiers nécessitant 1 heure 30 à 3 heures de marche permettent de rejoindre cette vallée enclavée en zone centrale.

22Comme dans les Alpes du Nord, la survie de nombreux alpages est donc conditionnée à leur accès. Est-ce à dire que non situé en zone centrale, cet alpage aurait pu bénéficier d’un tracé de piste pastorale que la réglementation stricte et les longues procédures, au sein des parcs nationaux, limite considérablement ? La réalité est beaucoup plus complexe… Car l’ouverture de la piste est aussi conditionnée à sa rentabilisation ; et celle-ci n’est pas assurée pour un troupeau ovin de 250 têtes. Ces conditions d’accès demeurent pourtant un facteur majeur de disparités spatiales dans la gestion des Unités pastorales : baisse de l’élevage et du nombre d’éleveurs aidant, seules les plus accessibles sont utilisées, et de manière plus intensive que jadis, les autres étant progressivement gagnées par la friche et les ligneux. La moitié des estives des Alpes-Maritimes sont desservies par un sentier (pour 20% par route goudronnée) et la ressource herbagère peu entretenue. Le taux de desserte à pied atteint 30% pour les Unités pastorales du Champsaur, du Briançonnais et du haut Embrunais.

23L’avenir des exploitations repose enfin sur leur durabilité qui dépend de l’âge de l’exploitant et des possibilités de reprise de l’exploitation, or le vieillissement est généralisé.

1.3. Les parcs nationaux des Alpes du Sud, contraintes lourdes ou « sauveurs » de l’élevage ?

24Dans ce contexte de déprise agricole, les parcs nationaux des Alpes du Sud, longtemps perçus comme une contrainte supplémentaire au développement agricole, sont-ils devenus des atouts sur le terrain, par leurs apports matériels et financiers ?

1.3.1. Les parcs nationaux, des « empêcheurs de brouter en rond » ?

25Le fait que le premier programme d’aménagement du PN du Mercantour ne date que de 1995 est une illustration des difficultés de celui-ci, développées plus avant, de construire un projet sur son territoire et d’accompagner le développement local. Au lieu d’avancer une ouverture, l’établissement public se retranche durant cette période derrière une position de repli en se cantonnant à l’application stricte de la réglementation. Ainsi, le programme d’aménagement renferme des passages indiquant une grande fermeté et une utilisation rigide de la loi de 1960. On peut lire, par exemple, à la page 6 : « L’objectif est d’obtenir à terme des milieux représentatifs d’une évolution strictement naturelle. Aucune forme nouvelle d’exploitation ou d’intervention humaine ne doivent donc être admises dans ces milieux et ni encouragées pour celles qui pourraient y subsister ». Doit-on considérer que l’agriculture fait partie de ces « exploitations » dont on ne saurait « encourager » la pratique ? Cela est finalement en totale opposition avec la logique développée en même temps (dans le parc national des Écrins et la plupart des territoires alpins) (fig. 1) sur l’utilité de l’agriculture dans le maintien de la biodiversité. Le programme désigne également un certain nombre d’Unités pastorales où l’élevage constitue une gêne, voire va à l’encontre des objectifs de protection : celui-ci poserait un problème au tétras-lyre sur l’alpage de Couastas à Entraunes. L’unité pastorale de Salèse à St-Martin-Vésubie est interdite aux ovins, alors que d’autres sont affectées par le surpâturage et l’érosion ou posent des problèmes quant à l’éventuel tracé d’une piste. Les mises en défens ou les incitations à ne plus pâturer un secteur jugé fragile écologiquement ne sont donc pas rares. Dans les Écrins, la neuvième des dix-sept réserves formulées par le Conseil général des Hautes-Alpes lors de son vœu favorable à la création du parc national le 26 février 1972 stipule qu’il n’y ait pas « d’entrave à la vie pastorale et forestière, la liberté totale des ovins et le libre pacage ». Il s’agit d’une demande expresse des maires sous la pression des bergers, inquiet de cette future création émanant de Paris. Mais une analyse fouillée des archives des conseils d’administration permet de montrer que l’agriculture ne sera jamais véritablement une pierre d’achoppement dans les Écrins : problèmes de limites de la zone centrale, notamment pour la chasse, construction de domaines skiables, équipements touristiques et tracés de sentiers seront des dossiers autrement plus épineux. Cependant, l’interdiction du pastoralisme interviendra bel et bien lorsque l’État décide de créer (le 9 mai 1995) la seule réserve intégrale en vigueur aujourd’hui, autour du lac du Lauvitel (Oisans) avec interdiction de pénétration humaine et d’animaux domestiques sur 689 ha. L’exploitation forestière arrêtée en 1922, et le dernier pâturage remontant à 1947, le terrain étant propriété d’État depuis 1977, les conditions étaient évidemment requises pour instaurer une mesure aussi lourde.

Fig. 1 - Les espaces protégés dans les Alpes françaises

Fig. 1 - Les espaces protégés dans les Alpes françaises

  

1.3.2. Quand les parcs nationaux s’allient aux éleveurs…

26Les élus, puis les gestionnaires des espaces protégés, prennent conscience de la nécessité d’aider les bergers afin que l’abandon, déjà fortement entamé, ne soit pas généralisé et afin que les instances de décision des parcs nationaux tiennent compte, dans la limite des impératifs de protection, du contexte actuel de l’élevage. Les rénovations de chalets, les demandes de tracés de pistes ont été examinées avec plus de souplesse. Mais la contrepartie de cet intérêt résidait dans les efforts demandés aux agriculteurs pour la gestion de la ressource et l’extensivité (tout en étant contrôlée) de leurs pratiques pastorales. Les Mesures agri-environnementales (MAE) (Auriac, 1997), à travers l’instauration des Contrats territoriaux d’exploitation faisaient partie des objectifs (Della-Vedova, 1996). Les CTE, issus de la loi d’Orientation agricole du 9 juin 1999, sont signés entre l’agriculteur et l’État. Mis en place en 2000 dans le PN des Écrins et en 2001 dans celui du Mercantour, ils font partie de ces contrats agri-environnementaux qui proposent des primes en contrepartie de travaux comme la pose de clôtures, des parcs de nuit pour fertiliser, ou un calendrier de pâturage. Ces contrats, instruits par les Directions départementales de l’agriculture et de la forêt (DDAF), sont signés pour cinq ans. Le parc national du Mercantour travaille alors avec différents groupements agricoles comme le GDA de la vallée de la Tinée, ou le GEDAR de la vallée de la Vésubie, mais très peu de contrats sont signés au final dans les Alpes-Maritimes et les Alpes-de-Haute-Provence (mobilisation faible des acteurs du département et tensions liées au retour des loups) : les méfiances sont trop fortes.

27Dans les Hautes-Alpes (PNE, 1999), le financement relève à 50% de l’Union européenne, pour 30% de l’État et 20% du Conseil général. Plus de la moitié des agriculteurs des Hautes-Alpes se sont positionnés pour un CTE, 55 contrats « alpage » sont alors signés, dont 45 dans ce département, bénéficiant à 252 éleveurs, principalement en zone centrale. Ils sont très majoritairement locaux, à 15% des transhumants départementaux, pour 12% de grands transhumants. Le parc national des Écrins (2003) souhaite soutenir et développer « une agriculture productrice de produits de qualité : basée sur différents CTE type ou collectifs ; une agriculture productrice de services marchands de qualité ; une agriculture humaine et viable ». Mais ce dernier intitulé semble décalé dans un contexte actuel de baisse du nombre d’agriculteurs pour une augmentation de la taille des exploitations. Cette formulation est suivie par des déclarations de bonnes intentions mais sur lesquels on peut douter du pouvoir d’intervention d’un parc national : transmissibilité des exploitations ou contribution à l’installation. En invoquant la « qualité » et en souhaitant limiter les agrandissements, les PN peuvent-ils aller à l’encontre de la logique économique des exploitations agricoles ? De son côté, le parc national du Mercantour consacre 20 000 à 30 000 euros d’investissement par an (sur un budget global d’investissement de 1173 millions d’euros en 2002) pour des actions d’équipement des alpages (matériel de protection et de prévention). Au final, on peut s’interroger : est-ce un mariage de raison ou d’intérêt ? Les professions agricoles n’ont-elles pas intérêt à profiter des crédits de la zone périphérique et des financements ou aides matérielles en zone centrale ? Les espaces protégés tirent-ils profit de relations le moins tendues possible avec un groupe social facilement mobilisable, et qui contribue à l’image de l’espace sur lequel ils exercent leur autorité ?

2. Outils et limites de l’aide des parcs nationaux sud-alpins à l’activité agricole

28Sur quels outils travaille la profession agricole aux côtés des parcs nationaux ? Ces derniers sont-ils initiateurs de projets ou accompagnateurs ? Ont-ils réellement les moyens et la possibilité d’intervenir ?

2.1. La « mosaïque éclatée » : une grande diversité d’outils et d’aides multiformes

2.1.1. Regrouper pour survivre ?

29Mettre en commun les troupeaux, les hommes, les structures, le foncier font partie des opérations proposées en France pour limiter les impacts de la déprise. Mais là encore, sans surprise, les logiques de collaboration et de mise en commun ne sont pas plus fortes et plus impulsées sous l’effet des établissements publics qu’elles ne le sont en dehors. Les Associations foncières pastorales sont considérées comme la panacée. Personne morale constituée entre plusieurs propriétaires en vue de favoriser le regroupement, l’aménagement, l’exploitation et l’entretien des surfaces, elle permet de lutter contre l’obstacle de l’indivision mais nécessite de longues procédures de regroupement et d’entente des propriétaires et une forte volonté politique communale. Les Hautes-Alpes sont le premier département pour ces associations (25), mais seules 4 sont présentes en zone centrale du PN des Écrins pour une seule dans le Mercantour (cf. infra). Les Groupements pastoraux (association agréée par arrêté préfectoral consistant en la mise en commun d’un troupeau par plusieurs éleveurs pour l’exploitation d’alpages) ne représentent que 16% des utilisateurs des unités pastorales de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Mais ils rencontrent un succès important dans les communes du parc national des Écrins. Les GAEC, a contrario des Alpes du Nord, restent limités, malgré les projets dans le Champsaur et à La Grave.

2.1.2. Équiper ou protéger ?

30La quadrature du cercle pour les établissements publics s’exerce à travers l’équipement des alpages. Céder revient à assouplir une réglementation qui exclut toute construction d’artefact et à constituer un précédent jugé dangereux. Refuser signifie faire fi des conditions actuelles de l’élevage et de l’impérieuse nécessité de rendre un alpage exploitable au xxie siècle si l’on souhaite y maintenir une activité. Cela passe par l’accès à l’alpage (les plus isolés seront irrémédiablement abandonnés) et par les conditions de vie du berger. Or ceux-ci disposent bien souvent d’équipement médiocre, et leurs conditions lamentables d’existence sont très loin des représentations urbaines sur une vie pastorale idyllique. Toutes les cabanes pastorales ne disposent pas de l’eau courante, d’ailleurs rarement à l’intérieur du bâtiment. Celui-ci est souvent vétuste, de petite taille et nécessite des rénovations (toitures, charpentes, murs, isolation), demande souvent exprimée dans les fiches de recensement des unités pastorales. Sanitaires et électricité s’apparentent à des luxes. Mais indépendamment de ces données intrinsèques, la nécessité d’une deuxième cabane (par exemple sur le « Quartier d’Août »), permettant plus de proximité entre le berger et d’autres zones de couchade (reposoir nocturne) des brebis par exemple, peut se faire sentir, notamment sur de très vastes alpages. Quelle attitude adopter alors ? Une attitude « comptable » (une seulement est nécessaire), ou tenant compte des réalités de terrain et de la nécessité économique d’un éleveur ou d’un groupement travaillant de manière raisonnée ?

31Le parc national du Mercantour, avec entre autres partenaires la Direction départementale de l’agriculture et la forêt des Alpes-Maritimes, a dressé un inventaire exhaustif des 220 cabanes pastorales de la zone centrale (seules cinq appartiennent à l’établissement public). Les trois finalités de l’inventaire, soulignent combien, derrière la rénovation et l’aspect patrimonial de l’architecture, la volonté de (re)donner une fonction agricole à des bâtiments l’ayant perdu est prégnante.

32Les pistes pastorales sont nécessaires pour limiter les temps de déplacement des exploitants, pour assurer le ravitaillement, pour favoriser le rapatriement de bêtes malades ou blessées, pour permettre aux bergers un lien plus fréquent avec la vallée, pour déplacer une salle de traite mobile et le lait en cas d’élevage laitier… Mais il s’agit d’un aménagement qui n’est pas neutre dans le paysage, qui n’est pas toujours bien perçu par les touristes, voyant des véhicules se déplacer sur des pistes qui leur sont interdites. Des cadres stricts sont aujourd’hui proposés afin d’éviter tout abus dans le tracé, à la fois en terme d’itinéraire et d’impact.

33La piste du Rabioux (Châteauroux-les-Alpes, Embrunais, PNE) passe tantôt en zone périphérique, tantôt en zone centrale ; en 1976, le préfet des Hautes-Alpes demande que l’autorisation de circulation soit accordée aux résidents de la commune suite aux récriminations de ceux-ci (séance du conseil d’administration du PNE, 6 et 7 février 1976). La plupart était de toute façon antérieures à la création du parc national des Écrins, mais il faut déterminer qui a le droit de l’emprunter. En 2004, seul un projet de nouveau tracé est en cours de discussion pour desservir le plateau de Charnières (Prapic, commune d’Orcières, Champsaur). La logique est différente dans le Mercantour, où dès l’origine des tensions s’affichent sur de potentielles ouvertures de pistes dont les gestionnaires de l’espace protégé contestent le bien-fondé. Des pistes forestières en Roya ont ainsi défrayé la chronique dans les années 1980-1990, le débat portant sur la pénétration d’engins motorisés (jeep, 4x4, quads…) en zone centrale. Car indépendamment des éleveurs, elles peuvent être utilisées à des fins de loisirs, comme ce fut le cas en juillet 1999 (col de la Bonnette) par 450 motos d’un club motocycliste italien contre lequel la direction du parc national du Mercantour a porté plainte.

2.1.3. Valoriser pour vendre ?

34Alors que les Alpes-Maritimes opposent un littoral densément peuplé à un arrière-pays qui cherche des voies de maintien de sa population et de son tissu économique, la proximité du premier ne bénéficie pas au second. Bien que les troupeaux ovins grossissent, ils ne représentent que 10% de la consommation du département, alors qu’il y aurait là un marché porteur et économiquement rentable.

35Alors que les aides de l’État et de l’Europe (Prime compensatoire ovine et l’Indemnité compensatoire aux handicaps naturels) constituent environ 50% du revenu des grands transhumants et 60% de celui des éleveurs locaux, la question de la finalité de l’élevage pour la production est donc posée. Le vieux débat des années 1970 sur les éleveurs « jardiniers du paysage », et payés pour l’être, est lancinant : l’agriculture n’a-t-elle désormais de raison d’être qu’à travers le prisme des perceptions urbaines, amatrices d’espaces entretenus et d’étendues parcourues par la faune domestique ? La finalité du travail agricole demeure la production. Dans ce contexte, la recherche de la valorisation est nécessaire et existe déjà avec le label rouge « agneau fermier César », la demande en cours d’IGP « agneau de Sisteron » et celle plus délicate d’« agneau du Mercantour ». La marque « agneau des Alpes d’Azur » a été développé pendant plusieurs années par une grande chaîne de supermarché présente à Nice et garantissant un prix valorisé. Mais les animaux étaient abattus à Puget-Théniers, dans un petit abattoir non agréé par les normes européennes, ce qui a conduit le magasin à mettre fin à l’opération en raison de la réglementation sanitaire. Le projet d’atelier de découpe porté par le site pilote d’agriculture durable de la Tinée tente de relancer, avec les mêmes éleveurs, cette opération qui s’est avérée une réussite. Il permettrait en outre d’offrir quelques emplois dans cette vallée des Alpes-Maritimes. En attendant, et pour l’essentiel des éleveurs du parc national, c’est la vente directe aux bouchers qui est de règle. Mais vraisemblablement près de la moitié des ovins locaux « sortent » des circuits en étant achetés directement par la clientèle musulmane du littoral, surtout pour les fêtes religieuses. Pour les autres produits, ce sont les circuits courts, notamment en vente directe aux touristes, qui semblent aujourd’hui privilégiés (fromage, huiles essentielles…) : mais la saisonnalité de la fréquentation touristique, élevée en hiver, plus inégale durant les deux mois d’été, ne permet pas de garantir des revenus pérennes. Toucher la population, permanente ou vacancière, qui se concentre sur le littoral semble bel et bien une issue inexorable… Quoiqu’il en soit, une marque « Parc national » n’est envisagée par aucun des établissements publics.

2.2. La tendance à la contractualisation

36Premier parc national à ébaucher des conventions de partenariat et des contrats les associant aux éleveurs, les Écrins se lancent dans d’ambitieux projets de travail en synergie avec les agriculteurs et creusent un sillon dans lequel s’engouffrent d’autres espaces protégés par la suite.

2.2.1.Le parc national des Écrins, initiateur d’une dynamique dès 1992

37Dès 1992 en effet, le parc national des Écrins fait parvenir une note d’intention précisant les objectifs de l’établissement public pour les programmes de « mesures agri-environnementales » : son attention se porte particulièrement sur les alpages et les prés fauchés (Laurens, 1995). Le 11 juillet 1996, la « charte d’environnement et de développement durable » est signée avec toutes les communes du parc. La partie II (p.3) consacre sous le titre « soutenir une sylviculture et une agriculture […] » quatre entrées :

  • activité agropastorale (exemple : « amélioration du cadre de vie des bergers » évoqué plus haut) ;

  • productions locales de qualité (exemple : commercialisation de produits locaux) ;

  • installation d’agriculteurs (exemple : soutien au démarrage d’installations nouvelles) ;

  • entretien de l’espace, des paysages et du patrimoine rural (exemple : réhabilitation de canaux et de murets).

38Même si, comme toute déclaration de principe, le texte reste peu précis sur les moyens mis en accord avec ses bonnes intentions, la charte est signée par les 61 communes du parc national. Les trois premières actions sont d’ailleurs reprises dans la convention de partenariat signée le 4 décembre 1998 entre le parc national des Écrins et les deux chambres d’agriculture de l’Isère et des Hautes-Alpes. Il est intéressant de noter que la quatrième s’est « évaporée » en deux années, car formulée telle quelle, elle est peu en accord avec la conception qu’ont les agriculteurs de leur métier. Le parc entend appliquer préférentiellement cette convention vers les exploitants adoptant les modalités d’une « agriculture durable », selon une expression à la mode ne désignant pas un élevage économiquement viable et « qui va durer », mais respectueux des ressources… Mais qu’est-ce que cela implique en terme de pratiques agraires ?

2.2.2. Contractualiser pourquoi et sur quoi ?

39Bien que non situés en zone centrale, les bocages des Écrins illustrent les interventions sur des thématiques paysagères. Des opérations ont été menées conjointement par les acteurs locaux avec le PNE pour l’entretien et la sauvegarde du plus vaste et emblématique d’entre eux, le « bocage du Champsaur », où l’irrigation gravitaire existe encore. Considéré comme le mieux conservé des Alpes françaises et comme une réussite de la collaboration parc national des Écrins/agriculteurs, le premier a abondamment communiqué autour de cette opération (programme européen LEADER). Le bocage champsaurin fait partie des « paysages à enjeux », sous entendu agri-environnementaux, identifiés par la direction du parc national. Les Opérations locales agri-environnementales (OLAE), proposées par la Commission européenne en 1992, ont permis l’instauration de contrats de gestion avec les agriculteurs à titre individuel ou collectif. Transformées en CTE puis CAD (Contrats d’agriculture durable), les opérations sont plus contraignantes et moins intéressantes financièrement. Mais 84 contrats ont pu être signés depuis 2001, assurant l’entretien de 140 km de haies pour 7 km de haies plantées. L’aspect environnemental repose sur la diversité ornithologique, la circulation des espèces dans les « corridors biologiques » et le maintien des sols face au risque d’érosion. Preuve, s’il en est, du rôle bénéfique de l’agriculture à la diversité biologique. Le parc des Écrins intervient auprès des communes notamment pour ce qui touche au remembrement et à la sensibilisation sur la « richesse » des paysages concernés.

40Les travaux de S. Audoin et C. Chatain (2002) dans le Mercantour visaient à optimiser l’exploitation pastorale des alpages dans le cadre de la mise en place des Contrats territoriaux d’exploitation. Le but est d’éviter le surpâturage de certains secteurs, le maintien des bêtes dans d’autres de manière prolongée, afin d’obtenir la gestion la plus efficace et la moins nocive écologiquement sur l’alpage. Sur l’unité pastorale de l’Alpe-Bonnette (commune de Saint-Dalmas-le-Selvage, haute Tinée, Alpes-Maritimes), occupée par deux troupeaux de 2000 ovins et 80 chèvres, les auteurs ont proposé 7 espaces de couchade, avec parc de contention mobile, en général proches des pierres à sel, réparties de manière homogène sur l’unité d’altitude (945 ha de 1700 à 2600 m). Vingt-trois secteurs de parcours sont suggérés en fonction des périodes et des ressources en herbe et en eau disponibles. L’objectif est de faire rentrer les éleveurs progressivement dans une logique de « gestion raisonnée » de la ressource en herbe et donc du milieu afin d’en maintenir la richesse. Les CTE tentaient de prouver la convergence d’intérêt entre la protection des ressources et leur exploitation économique, trop longtemps opposées. Mais ils ont été peu suivis dans le Mercantour.

41Reste le cas par cas : les éleveurs et les parcs nationaux contractualisent ainsi en fonction de leur entente et de leurs intérêts réciproques. Dans le parc national du Mercantour, l’État possède peu de terrain et les relations avec les éleveurs ne sont pas très développées, et pourtant une association fonctionne : celle de l’unité pastorale située sous le lac d’Allos dans les Alpes-de-Haute-Provence. Pour cette mosaïque de foncier privé acquis par le parc auprès de 36 propriétaires, il a fallu 11 ans pour arriver à signer le compromis de vente. Un exemple qui illustre la difficulté à faire avancer les choses dans une commune pourtant sinistrée au niveau agricole, malgré son héritage d’élevages bovin et ovin. À Champ Richard, grosse ferme située en rive droite du Laus, le PNM loue ainsi 21 ha (dont 11 ha en prés de fauche) en 2004 au dernier éleveur d’Allos. La fauche est effectivement facilitée par la topographie du site permettant la mécanisation. L’éleveur doit tenir des clauses de restauration des prés de fauche : l’objectif est bien agri-environnemental.

2.3. Le loup et la « nature préservée »

42L’objectif n’est pas ici de retracer les effets des retours des loups en zone centrale des parcs nationaux, abondamment traités dans divers travaux, mais de montrer en quoi il influe sur la politique agricole des établissements publics.

2.3.1. L’arrivée « déclarée » du loup dans le Mercantour en 1992…

43Le moins que l’on puisse dire est que le retour du loup fut facteur de crispations des relations entre les éleveurs et l’espace protégé. Il est d’abord « salué » comme la récompense du travail de protection accompli internationalement, mais aussi en France, qui par la protection des écosystèmes, a permis la réapparition d’espèces disparues. L’augmentation du gibier, la reconquête progressive des espaces forestiers, font ainsi partie des facteurs avancés pour celle-ci. Evoqué en 1987 lors de « l’affaire du loup de Fontan », le retour inexorable du prédateur depuis l’Italie a été plus ou moins passé sous silence jusqu’a sa réapparition officielle en novembre 1992. Mais le parc national va commettre l’erreur de s’approprier l’épineuse gestion de l’animal, alors que celle-ci sort du cadre de ses attributions et relève de l’État. D’où une assimilation progressive de l’établissement public aux attaques commises envers les troupeaux, ce qui va rendre sa tâche ardue. Dès lors, partisans et opposants du maintien du loup dans les alpages vont s’affronter. Le 1er juin 1995, une explosion touche le pont Bailey dans les gorges de la Vésubie à Utelle (Alpes-Maritimes). Une manifestation d’éleveurs, exaspérés par le retour du loup, devait avoir lieu le lendemain à Nice. La rupture du pont les oblige donc à un long détour. L’attentat est revendiqué par le commando « Frères des Loups » appartenant à la « tribu Lyc », mais le groupuscule dispose d’une bien faible lisibilité. La réponse du berger à la bergère ne se fait guère attendre : le 20 mai 1997, une explosion criminelle (attribuée aux opposants au loup) détruit la maison d’accueil du circuit de l’Authion. Le maire de Moulinet, propriétaire du bâtiment qui accueillait deux gardes pendant l’été, le louait pour le franc symbolique. Il déplore des « méthodes fascistes » (photo 2).

Photo 2 - Maison d’information du parc national du Mercantour vandalisée (massif de l’Authion, commune de Moulinet).

Photo 2 - Maison d’information du parc national du Mercantour vandalisée (massif de l’Authion, commune de Moulinet).

Inscriptions perpétrées et photographiées le 17 juillet 2004, soit 2 jours avant l’annonce du « Plan Loup » par le ministère de l’Écologie et du Développement durable. Une façon de maintenir la pression sur un ministre très esseulé au sein de sa majorité sur cette question… On peut lire : « Parc usine à touristes, non au Disneyloup ; loup fantasme citadin, calamité agricole ». La même maison d’information avait été détruite à l’explosif en 1997.

(Cliché : L. Laslaz, juillet 2004)

44Mais ce sont en réalité des destructions en rafale affectant le patrimoine du parc national qui sont perpétrées dans la nuit du 20 au 21 mai 1997 pour des dégâts chiffrés à 850 000 francs. Les destructions ne seront pas remplacées pendant l’été, mais des panneaux provisoires installés. De 23 heures dans le haut Var (destruction des portes d’Estenc et du col de l’Espaul), en passant par les portes de Mollières et de Valabre aussi détruites, jusqu’à 3 heures du matin sur le massif de l’Authion où sept tables d’interprétation sont détruites à la masse, des panneaux noircis ou sciés. C’est tout le Mercantour qui est touché par ce mouvement. Des groupes très mobiles et coordonnés, qui ont laissé sur place des affiches « danger loups, promenade déconseillée », sont sans doute à l’origine des dégradations. Le secteur le plus touché est la Bévéra.

45Le remplacement en 1997 de l’ancienne directrice du PNM par L. Olivier, qui va tenter de « dissocier l’image du parc de celle du loup » (Emerit, in Benhammou et al., 2004, p.33), permet un apaisement et va progressivement permettre à l’établissement public de mener une politique pastorale, entravée par une naissance difficile, une affirmation limitée et véritablement minée par le dossier « loup ». Le climat ne reste pour autant pas totalement serein.

46Dans les Écrins, le prédateur ne réapparaît que plus tardivement après avoir recolonisé le Queyras, ce qui laisse le temps à l’établissement public de prévenir plus que de guérir. Le retour se passe globalement « mieux » que dans d’autres « pays » des Hautes-Alpes, comme le Dévoluy. Les spécialistes considèrent d’ailleurs que le loup ne constitue véritablement une menace que dans le cœur du massif, là où petits troupeaux et vallées très encaissées coexistent ; sur les vastes alpages accueillant les transhumants, la problématique n’est pas aussi ardue.

2.3.2. La gestion de la prédation par les espaces protégés

47Le premier programme européen LIFE Nature initié en 1997-1998 va désormais gérer le retour du grand prédateur, notamment par le financement de cabanes pastorales. Entre 1992 et 1999, quinze cabanes en bois à moindre coût, dites cabanes LIFE, furent installées en zone centrale du Mercantour. Si ce financement européen ne s’applique pas uniquement en zone centrale des parcs nationaux, ces derniers se sont chargés de ses modalités d’application, en mettant du personnel et des moyens techniques (héliportage) à disposition des éleveurs. L’Office national de la chasse et de la faune sauvage gère depuis cette date en partie les constats d’attaque, les mesures de protection et contribue à l’acquisition de connaissances. La structuration de la filière pastorale dans les Alpes-Maritimes (CERPAM, 2004 ; DDAF ; Association pour le pastoralisme dans les Alpes-Maritimes) contribue à diversifier les acteurs et les aides. Depuis 2002, le programme LIFE s’est arrêté, et le parc national supplée en partie les actions dans le cadre de la mesure « t » financée par l’Europe. Les dispositions du programme LIFE sont reprises dans la continuité : clôtures, aide-bergers, acquisitions et entretien de chiens de protection, diagnostic de vulnérabilité (avec une localisation judicieuse des couchades par les techniciens pastoraux afin de se protéger au mieux). L’opération « Pastoraloup », initiée par l’association de défense des prédateurs Ferus, met à disposition des éleveurs des aide-bergers bénévoles, étudiants en provenance des villes pour la plupart. Une façon pour eux de mesurer la complexité et la difficulté du métier, notamment depuis le réapparition du prédateur, et un moyen pour les bergers de partager leur mode de vie et de s’ouvrir au dialogue vers des urbains plutôt enclins à saluer cette dernière.

48L’aide n’est-elle au final qu’illusoire et intéressée ? Les parcs nationaux constituent-ils désormais des acteurs de l’agriculture à part entière, malgré le décalage d’objectifs et l’absence de moyens, souvent avancée ? Si les problèmes de gestion de l’élevage demeurent, sont-ils désormais reconnus comme utiles dans sa survie ?

3. Réussites et échecs dans l’accompagnement du pastoralisme en zone centrale des parcs nationaux des Alpes du Sud

49En aucun cas, les parcs nationaux ne peuvent se substituer aux administrations, groupements et chambres chargés de soutenir l’activité agricole. Mais dans un contexte difficile, ils constituent des partenaires parmi d’autres, et ce, à part entière. Ils ont de plus tout à gagner à une intégration progressive dans les programmes de sauvegarde du pastoralisme.

3.1. De fortes disparités de gestion de l’agro-pastoralisme entre parcs nationaux

50Sur le modèle du parc national des Écrins, les parcs nationaux étoffent aujourd’hui leurs équipes de « chargé de mission pastoralisme », ou à défaut d’un responsable de la direction en charge de cette fonction. Quel bouleversement pour des administrations longtemps réservées aux forestiers et où dominaient des spécialistes de la biologie et de l’écologie. Mais les héritages conflictuels ou consensuels ne s’effacent pas derrière le profilage d’un poste. Ainsi, l’héliportage vers les alpages est financé par la Chambre d’agriculture des Alpes-Maritimes et une partie par les éleveurs. Le parc national du Mercantour achète de son côté le matériel de contention : clôtures, filets, batteries, abreuvoirs. La moitié de son budget « élevage » est ainsi consacré à l’aménagement des alpages. Il est clair que cela ne s’inscrit pas au même niveau que les liens de partenariat et d’action entre le PNE et la Chambre d’agriculture des Hautes-Alpes, certes fruit d’une longue recherche de convergence d’intérêt et d’idées.

51Des perspectives alarmistes expliquent en partie la mobilisation de tous les acteurs locaux autour de la sauvegarde de l’élevage, ou en tout cas pour une limitation du recul. Les initiatives locales, soit des maires, soit des groupements communaux, sont un moyen d’appui supplémentaire auquel se joignent les parcs nationaux. En Tinée, la synthèse de M. Porte (2005 et entretien) indique que 64% des exploitations ont disparu de 1988 à 2000, faisant de cette vallée une des plus fragiles en terme d’agriculture, poussant la Communauté de communes de la Tinée à se préoccuper de cette situation. Celle-ci s’est penchée sur la faisabilité des projets de développement dans cette vallée encaissée au nord de Nice. À ce jour, des programmes d’accueil sur les exploitations, la réhabilitation de cabanes pastorales et l’adduction d’eau sur les alpages ont été opérés. Les projets à court terme visent au développement de l’agri-tourisme, la mise en place d’un atelier de découpe pour la valorisation de la viande ovine et « l’action foncière ». Considérée par cette chargée de mission comme le principal obstacle, celle-ci repose sur des associations foncières permettant de nouvelles installations.

3.2. À l’échelle intra-parc, des expériences contrastées

52En 1986, le haut Verdon et l’Ubaye, domaines de la grande transhumance, reçoivent respectivement 47 800 et plus de 30 000 ovins estivés par an (dont plus de 25 000 brebis qui n’appartiennent pas à la commune d’estive) (Trecul, 1987). La moyenne Tinée accueille 18 570 ovins et 315 bovins. Bien qu’en recul, ces valeurs restent supérieures aux autres vallées du Mercantour où la transhumance demeure de moindre ampleur. Ces vallées ne seront-elles à terme que les lieux d’estivage pour transhumants, où les troupeaux locaux auront disparu ?

53Les situations départementales sont une échelle de réflexion pertinente si l’on se penche sur les actions des Chambres d’agriculture, voire des Directions départementales de l’agriculture. L’appui d’une antenne du CERPAM (Centre d’études et de réalisations pastorales Alpes-Méditerranée) peut aussi se révéler utile. Les disparités dans la mise en place des CTE (nombre final et forme) dans le parc des Écrins entre les départements de l’Isère, assez réticent, et celui des Hautes-Alpes, en sont une illustration.

54Si l’on examine les contrastes par secteur, des actions relayées par le parc des Ecrins comme « l’accueil à la ferme » ou les « gîtes labellisés » parc national des Écrins ont connu un vif succès dans le Champsaur et le Valgaudemar, beaucoup plus timide dans les autres secteurs. À l’échelle locale enfin, dès 1985, un groupe de travail rassemblant différents acteurs s’est mis en place pour construire un outil de « diagnostic pastoral en Champsaur ». Ainsi, depuis 1992, un des premiers contrats d’alpage agri-environnementaux a été signé entre le parc national des Écrins et les éleveurs de l’alpage du Saut du Laire (au-dessus du hameau de Prapic, commune d’Orcières). Le contrat associe des objectifs conjoints de limitation de la gêne de la fréquentation touristique pour les bergers, de renouvellement de la ressource pâturable (débroussaillement et fertilisation), de construction d’une nouvelle cabane pour l’exploitation du quartier de septembre et de protection du milieu (station de chardon bleu et tétras-lyres). La bergerie du Saut du Laire sert à la fois de refuge pour les gardes du parc national des Écrins lors de leurs missions de terrain et de bergerie depuis 1975.

3.3. Les « survivants de l’herbe » : une traversée des estives des Alpes du Sud

55À travers deux exemples, l’un en moyenne Tinée, l’autre comparant des alpages de haute Ubaye et de Vallouise, l’élevage dans les parcs nationaux des Alpes du Sud apparaît fort divers dans ses formes, ses outils, ses réussites et ses échecs.

3.3.1. L’alpage de Longon (Roure, moyenne Tinée)

56L’alpage de Longon est situé sur la commune de Roure, sur les contreforts du mont Mounier. Il appartient à une AFP (Association foncière pastorale), la seule du département. Cette association rassemble terrain public et surtout parcelles privées sur 766 ha. Une vacherie et un refuge sont implantés à l’est de l’alpage, une cabane de berger est située à l’ouest, aux Portes de Longon, elle a été alimentée en eau potable à partir du ruisseau éponyme. De nombreux abris pour bivouac ou bêtes malades parsèment l’unité pastorale : 2 aux Portes de Longon, 2 au col entre le Pervoux et le mont Autcellier, une dizaine au col de la Vallette. Au début des années 1990, le troupeau de près de 3000 bêtes appartenait à 7 propriétaires. Mais le parc tombant en ruine était trop petit pour trier un tel troupeau. Les observations de M. Lambertin (1994) ont montré que le temps de pâturage du troupeau, la surface visitée par le troupeau et la superficie nécessaire pour une brebis augmentent fortement au cours de l’estive. Inversement, le nombre de brebis nourries par hectare diminue. Le cercle vicieux de fin d’été est que plus l’herbe devient rare, plus les brebis marchent et plus elles consomment.

57C’est durant cette période que les phénomènes de dégradations peuvent être les plus poussés (nourriture et drailles liées à leurs déplacements). Sur l’alpage de Longon, M. Lambertin et F. Regnault (1994) ont identifié des sommets et des lignes de crête en zone centrale victimes du surpâturage pour lesquels ils recommandent d’arrêter l’utilisation : mont Gravières/col de la Vallette au nord, crêtes de Granréon et de Montagne Haute au nord-ouest, versant ouest du Pervoux au sud. La plupart de ces secteurs (milieux ouverts et fragiles) seront par la suite mis en défens dans le cadre d’une convention avec le parc national du Mercantour, notamment en raison de la concurrence avec la faune sauvage, limitant d’autant la charge admissible. Un nouveau cahier des charges est établi pour l’estive 2001, tenant notamment compte des restrictions de pâturage.

58Mais l’action du parc national ne s’est pas limitée à cette gestion de la ressource herbagère : il est devenu acteur dans l’aide à l’élevage. Porté par la municipalité de Roure dès 1997, le projet d’AFP a été long et complexe à se mettre en route. Depuis 1999, 80 propriétaires louent l’alpage avec un objectif de production et un programme d’action, d’investissement sur les terrains ; ils ne forment qu’un seul interlocuteur et il est très difficile de sortir de cette association. Redonner vie à l’alpage et trouver des éleveurs, tels sont les missions de cette AFP ; pour cela il faut assurer une certaine unité et continuité à des terres d’estive, remédiant ainsi aux problèmes d’indivisions et d’éclatement du parcellaire. Ce sont aujourd’hui trois troupeaux (deux ovins et un bovin de vaches tarines) qui se répartissent sur l’alpage de Longon. Le bovin laitier s’est donc réinstallé alors qu’il avait massivement disparu du haut pays. Une fromagerie (installée à proximité du refuge) a été mise aux normes européennes en 1998, avec pour but de maintenir la fabrication de la tomme de montagne. Du coup, les terrains sont devenus les plus chers du département, en raison du bon état des cabanes pastorales et de la restauration du pré-bois de mélèzes.

3.3.2. Chardon bleu et élevagefont-ils bon ménage ? Les vallons du Lauzanier et du Fournel

59Deux vallons des parcs nationaux, entre autres, concentrent des stations de Panicaut des Alpes, dit chardon bleu. Espèce emblématique de la flore alpine, très protégée, elle affectionne particulièrement les espaces ouverts et les prés de fauche. Cela implique que les parcs nationaux puissent travailler de concert avec les éleveurs exploitant les unités pastorales. Le vallon du Lauzanier (commune de Larche, Alpes-de-Haute-Provence, frontière italienne) est constitué d’aval en amont des trois unités pastorales suivantes : le vallon Pont Rouge, les Eyssalps Cabane Donadieu et le vallon du Lauzanier. Les deux premières accueillent des éleveurs des Bouches-du-Rhône avec respectivement 1500 têtes sur 261 hectares et 1100 têtes sur 231 hectares, soit un chargement très élevé. Dans les deux cas, ce sont des privés qui louent ces alpages de fin juin à début octobre. Le troisième s’étire sur 1197 hectares communaux, loué par un éleveur du Var pour ses 1600 têtes. Nous sommes donc en présence de la grande transhumance ovine avec gardiennage permanent et suivi sanitaire dont l’intérêt réside dans la location d’alpages très productifs afin d’obtenir des agneaux les plus lourds possible. Mais la pression du pâturage est mal répartie car les unités pastorales sont découpées transversalement au vallon : cela oblige le troupeau à des allers et retours bi-quotidiens, entraînant l’érosion en ravines (accélérée par le caractère orageux des précipitations estivales) et creusant les drailles. Mais plus loin, là où le troupeau ne broute plus, les espèces indésirables gagnent déjà en superficie ; alors, terre localisée ou rumex généralisé ? Ce constat de terrain est relevé dans les fiches des unités pastorales soulignant cette perte de ressource fourragère. Le parc national du Mercantour fait faucher et paie des prestations de mise en défens autour des stations de Panicaut, mais la collaboration est difficile car les intérêts sont divergents. Préoccupation précoce du parc national, la mise en place d’un Contrat territorial d’exploitation n’a ainsi jamais abouti.

60À l’inverse, le vallon du Fournel (commune de L’Argentière-La-Bessée, Hautes-Alpes), objet des attentions du parc national des Écrins depuis de nombreuses années, se veut l’emblème de sa réussite avec les collectivités locales et les éleveurs. Défini par l’établissement public comme « ensemble paysager prioritaire», il fait partie des six secteurs de prairies de fauche aidées dans le parc des Écrins. Quatre contrats agri-environnementaux ont été passés avec pour objectif le retard de fauche (PNE, 1999, p. 87). Le parc interdit en outre l’écobuage, demande à l’éleveur la double fauche de certains secteurs, l’entretien des haies et murets, la limitation de la progression des ligneux. 2266 brebis des Alpes (supérieures à la charge maximale de 2100 têtes) pâturent les 1686 hectares de l’alpage, avec mis en défens des stations de Reine des Alpes (plus de 100 000 pieds, première population mondiale). Pour permettre le développement de l’espèce, la fauche se fait après les dates précisées dans un contrat, alors que le pâturage avant floraison est interdit. Le pâturage d’automne a pour but de maintenir le milieu ouvert et de favoriser l’enfouissement des graines de Panicaut des Alpes. La contrainte du pâturage (report jusqu’au 30 août) est compensée par une aide financière. 160 000 francs par an sont ainsi consacrés aux 100 hectares de prés et prairies du vallon du Fournel depuis 1992.

61Pour une même espèce floristique et un même type d’élevage, les gestions politiques et les rapports agriculture et parcs nationaux sont donc très nuancés. Une manière de souligner qu’à réglementation égale, les acteurs locaux restent bel et bien déterminants dans la manière de l’appliquer et de faire de l’établissement public un partenaire privilégié d’un monde agricole qui l’a longtemps, et parfois encore, considéré comme un fauteur de troubles à « l’ordre éternel des champs ».

Conclusion : L’élevage comme intrant de l’admission territoriale des parcs nationaux 

62Le cas de la Reine des Alpes développé ci-dessus souligne à quel point la gestion de l’agriculture est divergente d’un établissement public à un autre. Elle n’est finalement le reflet que des conditions plus ou moins tumultueuses de sa gestation, des aléas de son évolution, et des personnalités qui lui ont insufflé telle ou telle orientation. Cela étant, la perspective diachronique demeure déterminante, car au fur et à mesure de leur histoire, les parcs nationaux ont su prendre en compte cette présence agricole, qui n’était pas leur priorité à l’origine, malgré les fortes attentes exprimées par les élus locaux à ce sujet dès l’origine. Dès lors le fonctionnement en partenariat avec les représentants agricoles, avec les services de l’État, avec les éleveurs directement, a pu émerger, malgré les réticences et les méfiances réciproques. Il n’a pas été beaucoup plus précoce dans les Alpes du Nord autour du parc national de la Vanoise. Mais la bonne santé (toute proportion gardée) de l’élevage bovin laitier sous l’effet notamment de l’AOC Beaufort plaçait l’agriculture dans une situation bien meilleure. La différence entre les deux parcs nationaux des Alpes du Sud réside principalement dans la mise en place des chartes en vigueur dans les Hautes-Alpes permettant une approche globale du pastoralisme, inséré dans un projet général de « développement durable » (même si l’on peut rester très sceptique devant l’emploi systématique de ce terme passe-partout). À l’inverse, le parc du Mercantour, plus récent, ballotté entre l’instabilité de ses directeurs et la fixité de son conseil d’administration, rongé par une dizaine d’années de conflits autour du retour du loup, gère plus sa politique pastorale au coup par coup et au cas par cas. L’embauche récente d’un chargé de mission pastoralisme devrait permettre de stabiliser une collaboration plus que nécessaire dans deux départements en relative difficulté agricole.

Top of page

Bibliography

Abbe A., Bresc H. et Ollivier J.-P., (1996), Bergers de Provence et du pays niçois, Serre Editeur, 128 p.

Archives des Parcs nationaux et des Conseils généraux concernés.

Audoin S. et Chatain C., (2002), Élaboration du volet environnemental des CTE dans le cadre du Parc national du Mercantour : formalisation d’une démarche méthodologique, Mémoire de Diplôme d’agronomie approfondie, ss la dir. de P. Lapeyronie, ENSA Montpellier, 81 p.

Auriach V., (1997), Les mesures agri-environnementales, un enjeu pour le monde agricole et rural, Institut d’aménagement régional PACA, 177 p.

Avocat C., (1977), Le Parc national des Écrins, Bulletin de la Société d’Études des Hautes-Alpes, 47 p.

Avocat C., dir., (1981), Espaces protégés… espaces conservés, RGL, N° 3 spécial, p. 227-338.

Bazin G., (1996), Population et activité agricole dans les communes du parc national des Écrins, PNE/INRA, Documents scientifiques du PNE, n°7, 48 p.

Bellon F., (1989), La bourse du chat ; l’autrefois en Valgaudemar, Edisud, coll. Trace de mémoire, 208 p.

Benhammou F. et al., dir., (2004), La cohabitation hommes/ grands prédateurs en France (loup et ours), Nature Centre, Recherches naturalistes en région Centre, n° 14, 214 p.

Bornard A., dir., (1977), Équipements pastoraux dans le parc national des Écrins, Ministère de l’Agriculture/ministère de l’Environnement, 3 tomes, 870 p.

Bornard A. et Brau-Nogue C., coord., (2000), Le pastoralisme en France à l’aube des années 2000, Pastum, hors-série, Association française de pastoralisme, Ed. de la Cardère, 252 p.

Bourdon R., (1991), Saint-Etienne-de-Tinée jadis et aujourd’hui ; histoire et évolution d’un village frontalier des Alpes-Maritimes, à compte d’auteur, 154 p.

Bracque P., (1999), Rapport de mission interministérielle sur la cohabitation entre l’élevage et le loup, Ministère de l’Écologie et du Développement durable, 80 p.

Bravard Y., (1961), Le dépeuplement des hautes vallées des Alpes-Maritimes, RGA, Tome XLIX, pp. 5-127.

Briot F., (1884), Étude sur l’économie alpestre des Hautes-Alpes, Revue des Eaux et Forêts, 144 p.

CERPAM, (2004), Pour que vos espaces naturels respirent, Diagnostic pastoral et pratiques d’aménagement en Provence-Alpes Côte d’Azur, 20 p.

Chambre régionale d’agriculture PACA, coord., (1998), Les friches agricoles, Actes des Journées techniques agriculture-environnement, 183 p.

Champollion A. et B., (1977), L’écologie dénaturée : les parcs nationaux : le cas des Écrins, La Pensée Sauvage, 103 p.

Charvet J.-P., (1994), La France agricole en état de choc, Liris, 224 p.

Crosnier C., (1993), La Vallée du Fournel : diagnostic et propositions de gestion et de protection, PNE/Mairie de l’Argentière-La Bessée, 99 p.

DDAF Hautes-Alpes, (2001), Le Champsaur : le cheptel laitier demeure majoritaire, les ovins progressent fortement, Agreste, n° 1, 4 p.

DDAF Alpes-Maritimes, (2004), Un regain d’intérêt pour l’activité pastorale, Agreste, 8 p.

Della-Vedova M., (1996), Le programme de mesures agri-environnementales sur le parc national des Écrins ; Bilan de la phase de mise en oeuvre, PNE, 52 p.

Ernoult C. et Favier G., (2000), Atlas pastoral Provence-Alpes-Côte d’Azur, Recensement des Unités pastorales 1997, CEMAGREF, 60 p.

Fabre P., (textes réunis par), (2002), Transhumance : relique du passé ou pratique d’avenir ? État des lieux d’un savoir-faire méditerranéen en devenir, Cheminements, 339 p.

Finger-Stich A.S. et Ghimire K.B., (1997), Travail, culture et nature : le développement local dans le contexte des parcs nationaux et naturels régionaux de France, L’Harmattan, 234 p.

Kleimberg V., (1999), Le pastoralisme haut-alpin : une activité économique, un enjeu environnemental, Agreste, Hautes-Alpes,12 p.

Lambertin M. et Regnault F., (1994), Les unités pastorales du Mont Mounier : propositions de gestion de l’alpage de Longon, Mission réalisée pour le PNM, 50 p.

Laslaz L., (2005), Les zones centrales des Parcs Nationaux alpins français (Vanoise, Écrins, Mercantour) ; des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards, Thèse de doctorat en géographie, Université de Savoie, 2 vol., 644 p.

Laurens L., (1995), Les Parcs naturels, du concept à la pratique d’une agriculture environnementale, Ann. Géo., N° 584, p.339-359.

Laurent A., (1984), Le Parc national du Mercantour sur les Alpes-de-Haute-Provence : revendications, controverses et oppositions, Université de droit, d’économie et des sciences d’Aix-Marseille, IAR, Thèse de Troisième Cycle en Urbanisme, ss la dir. de J.-P. Angrand, 715 p.

Leynaud E., (1985), L’État et la Nature : l’exemple des Parcs Nationaux français : contribution à une histoire de la protection de la Nature, Parc National des Cévennes, 70 p.

Merveilleux du Vignaux P., (2003), L’aventure des Parcs nationaux ; la création des Parcs nationaux français, fragments d’histoire, ATEN, 224 p.

Mourier G., (1997), Des pratiques pastorales sur toute la région, Agreste, Provence-Alpes-Côte d’Azur, 60 p.

Olivier L., dir., (2002), Atlas du Parc National du Mercantour, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, 80 p.

PNC, (1998), Quelle nouvelle politique pour les espaces protégés ?, Actes du Colloque de Florac, 1-3 mai 1997, 119 p.

PNE/communes du PNE, (1996), Charte d’Environnement et de Développement durable, Document cadre de partenariat, 7 p.

PNE/Chambres d’agriculture des Hautes-Alpes et de l’Isère, (1998), Convention cadre de partenariat, Charte d’Environnement et de Développement durable, 8 p.

PNE, (1999), Pratiques agri-environnementales dans le parc national des Écrins : effets sur les exploitations agricoles et les milieux ; Projet agriculture-demain, PNE/Chambre d’agriculture des Hautes-Alpes/CERPAM/CEMAGREF, 181 p. + annexes.

PNE, (2000), Des « savoir-faire » pour l’architecture et les paysages, Dossier, 6 p.

PNE, (2003), Les enjeux et mesures agri-environnementaux dans le parc national des Écrins, Hautes-Alpes, 29 p.

PNM, (1995), Programme d’aménagement et de gestion 1996-2000, 22 p. + annexes.

Plasmann G. et Brancaz E., coord., (2001), Gestion des alpages, Réseau alpin des espaces protégés, Les Actes du Réseau Alpin, n° 2, 116 p.

Porte M., (2005), Dossier de présentation du site « Tinée », Site pilote d’agriculture durable dans le massif alpin, 24 p.

Reparaz A. de, (2000), Les campagnes de l’ancienne Haute-Provence vues par les géographes du passé 1880-1950, Les Alpes de Lumière, n° 136, 180 p.

Sclafert Th, (1945), À propos du déboisement des Alpes du Sud, Annales de Géographie, p. 34.

Terrasson F., (1997), La peur de la nature, Sang de la Terre, 3e éd., 192 p.

Thenoz M., (1982), Les paysages humanisés du Parc National des Écrins, RGL, N° 4, p. 391-399.

Traub P., dir., (2000), Atlas du Parc National des Écrins, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, 64 p.

Trecul C., (1987), Pastoralisme en Mercantour ; étude de cas sur cinq pâturages, ENITA Clermont-Ferrand, 2 tomes, non paginé.

Vallet O., (1975), Hommes et nature en montagne : les Hautes-Alpes, Berger-Levrault, 203 p.

Vernet D. et Ernoult C., (1997), Usages et activités dans les espaces pastoraux du Parc National du Mercantour, rapport final, Direction de la Nature et des Paysages, 46 p.

Zuanon J.-P., Gerbaux F., Tron L., (1994), 1913-1974 : du Parc National de la Bérarde, à celui du Pelvoux et enfin des Écrins ; histoire du Premier Parc National français, PNE/ONF, 63 p.

Top of page

List of illustrations

Title Photo 1
Caption Troupeau transhumant de la vallée de Freissinières, au-dessus du lit du torrent de Ruffy et de la « Barre Noire », sur un secteur de l’alpage de Faravel dénommé le « Quartier d’Août ». Sur ce vaste territoire d’altitude (1687 ha entre 1700 et 2800 m), accidenté, les 1430 ovins recensés en 1997 exploitent de manière très organisée les différents secteurs.
Credits (Cliché : L. Laslaz, août 2003)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/462/img-1.jpg
File image/jpeg, 172k
Title Fig. 1 - Les espaces protégés dans les Alpes françaises
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/462/img-2.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Photo 2 - Maison d’information du parc national du Mercantour vandalisée (massif de l’Authion, commune de Moulinet).
Caption Inscriptions perpétrées et photographiées le 17 juillet 2004, soit 2 jours avant l’annonce du « Plan Loup » par le ministère de l’Écologie et du Développement durable. Une façon de maintenir la pression sur un ministre très esseulé au sein de sa majorité sur cette question… On peut lire : « Parc usine à touristes, non au Disneyloup ; loup fantasme citadin, calamité agricole ». La même maison d’information avait été détruite à l’explosif en 1997.
Credits (Cliché : L. Laslaz, juillet 2004)
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/462/img-3.jpg
File image/jpeg, 83k
Top of page

References

Electronic reference

Lionel Laslaz, « Terre d’élevage ou « nature préservée » en zone centrale des parcs nationaux français des Alpes du Sud ? », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 02 December 2008, connection on 16 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/462 ; DOI : 10.4000/mediterranee.462

Top of page

About the author

Lionel Laslaz

Maître de conférences, Département de géographie de l’Université de Savoie, Laboratoire EDYTEM (Environnements, Dynamiques et Territoires de la Montagne) - CNRS UMR 5204, Campus scientifique, 73376 Le-Bourget-du-Lac cedex. lionel.laslaz@univ-savoie.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page