Skip to navigation – Site map

La viticulture dans les Alpes du Sud entre nature et culture

Viticulture in the southern Alps between nature and culture
Paul Minvielle
p. 73-86

Abstracts

Following a spectacular decline over two centuries, vineyards in the southern Alps have taken on a new lease on life. New perceptions have emerged as part of the larger evolution in French wine growing. The mountain environment has contributed to the definition of wine type and authenticity to the product. By learning to know their terroirs, grape-growers have gained a new awareness of viticultural potential in this region. In this connection, the «social construction of nature» elaborated by the New Zealand geographer Warren Moran has offered a new kind of understanding about viticulture.

Top of page

Index terms

Geographical index :

France, Alpes du sud
Top of page

Full text

Introduction 

1Le vignoble des Alpes du Sud a pratiquement disparu après la crise phylloxérique et ne s’est maintenu que dans quelques rares secteurs. Les 125 000 hl actuellement produits pèsent très peu en comparaison des 2,7 millions d’hectolitres de la vallée du Rhône, ce qui correspond à peine à 0,22 % de la production française.

2L’originalité de cette viticulture de montagne ne peut s’appréhender sans faire appel à l’environnement naturel, élément constitutif de l’identité même des vins. Mais cette nature contraignante, est indissociable d’une culture vitivinicole forte malgré le recul des surfaces plantées depuis plus de deux siècles. Un renouveau récent de la vigne et du vin dans les Alpes du Sud semble prendre forme, relevant tout autant des stratégies diversifiées des caves particulières que de la capacité à évoluer des caves coopératives.

  • 1  Dans son article récent des Annales de Géographie, Waren Moran (2000, p.525-551) développe le conc (...)

3Pour évoquer cette viticulture bas-alpine entre nature et culture, nous commencerons par donner une définition opératoire de la notion de vignoble de montagne, ce qui nous conduira à tracer des limites à notre terrain d’étude. Puis nous dresserons un tableau de l’évolution de la répartition des surfaces en vignes, en nous appuyant sur deux périodes de référence, l’entre-deux-guerres et le début du xxie siècle. Enfin nous étudierons plus précisément le fonctionnement des trois noyaux viticoles qui ont perduré jusqu’à ce jour. Cette analyse du renouveau d’un vignoble longtemps en déshérence, à la forte personnalité, nous permettra de réfléchir au concept de « construction sociale de la nature »1 (Moran, 2000) et de s’interroger sur le rôle des terroirs dans la production des vins de qualité.

1. Définition opératoire de la notion de vignoble de montagne

4La viticulture en montagne est souvent un défi lancé à la nature, tout comme d’ailleurs la plupart des activités agricoles. La pratique de l’agriculture est rendue aléatoire par la présence de pentes escarpées, d’une couverture neigeuse qui tient au sol une partie de l’année, par l’augmentation du nombre de jours de gel pendant la période végétative des plantes cultivées. Mais on peut aussi soutenir que la viticulture montagnarde ne manque pas d’atouts, du moins sur les terroirs les plus intéressants. La sécheresse de l’air, un ensoleillement important, une position d’abri grâce à la protection de hautes murailles, le rôle clé des expositions d’adret, les phénomènes d’inversion de températures entre les versants et les fonds de vallée, les brises thermiques, sont autant de facteurs qui compensent en partie les effets de l’altitude. On doit y ajouter des conditions agropédologiques favorables au drainage et au réchauffement des sols, en particulier sur les formations de tabliers d’éboulis, sur les cônes de déjection ou les matériaux morainiques (Letessier, 2005). Mais la recherche de ces conditions optimales dans la conduite de la culture, provoque un morcellement important des vignobles et des surfaces plantées réduites au sein d’exploitations vouées traditionnellement à la polyculture. Cela ne facilite pas l’émergence de viticulteurs spécialisés, motivés pour lancer des démarches de valorisation, notamment l’amélioration de la qualité des vins et des conditions de commercialisation ou le montage de dossiers de demande de reconnaissance en appellation d’origine.

5Il est souvent difficile de fixer une limite altitudinale inférieure pour définir un vignoble de montagne. C’est davantage la position au cœur d’un massif qui est déterminante, plutôt qu’un seuil d’altitude. Ainsi la Combe de Savoie possède un vignoble typiquement montagnard en terme de climat et de sols, alors qu’elle est située majoritairement en dessous de 400 m. En revanche le vignoble du plateau triasique du nord du département du Var, souvent installé à des altitudes équivalentes voire plus élevées ne possède pas les caractéristiques d’une viticulture de montagne. Les communes de Cotignac, Correns ou Flayosc bénéficient pourtant des primes de l’ICHN (indemnité compensatoire de handicap naturel) au titre de la loi Montagne. Il est donc important de se donner un cadre territorial qui ne s’appuie ni sur les limites administratives des départements, des Alpes-de-Haute-Provence ou des Alpes-Maritimes par exemple, ni sur les critères de la loi Montagne, mais sur un découpage régional classique que nous avons emprunté à Paul Veyret (1979).

  • 2  Voir la figure 2 de la carte géologique de Chorges au 1/50 000 éditée par le BRGM qui propose un c (...)
  • 3  La problématique choisie ne s’appuie donc pas sur un concept de « nature », anthropisée à des degr (...)

6Dans cette optique les grands ensembles morpho-structuraux déjà utilisés par Raoul Blanchard, (préalpes, vallées méso-alpines, massifs externes ou massifs centraux, zone intra-alpine), ont été retenus pour délimiter les Alpes du Sud. Bien que ces divisions régionales ne soient plus guère utilisées aujourd’hui en géographie et que les connaissances aient évolué en géologie2, nous émettons l’hypothèse que cette construction du savoir, certes datée, reste opératoire pour réfléchir aux relations nature/culture en viticulture. Cela nous permet aussi, d’affirmer que lorsque nous parlons de nature sans guillemets3, nous faisons référence à une construction sociale de la Nature, telle qu’elle est perçue et interprétée à un moment donné par les scientifiques ou les professionnels de la vigne. Sur les figures 1 et 2, nous avons donc tracé une limite qui sépare Alpes du Nord et Alpes du Sud passant entre Diois et Vercors puis par le nord du Dévoluy et du Briançonnais ; à l’ouest une limite incluant les Préalpes dauphinoises à partir de Pierrelongue pour les Baronnies jusqu’à Aouste-sur-Sye dans le Diois ; au sud une ligne qui s’appuie sur la crête Ventoux-Lure, puis à l’est de la Durance sur les limites des Préalpes provençales, de Sisteron à la Palud-sur-Verdon et de Castellane à Menton. Ce cadre géographique définissant un massif sud-alpin est certes discutable, comme toutes limites dans une géographie contemporaine qui n’ignore plus les discontinuités spatiales. Notre objectif est double : permettre une comparaison avec l’étude du vignoble des Alpes réalisée par Raoul Blanchard dans la Revue de Géographie alpine (Blanchard, 1930) ; écarter de cette étude les vignobles d’appellation des Coteaux de Pierrevert, des Côtes du Luberon, des Côtes du Ventoux et Bellet situés aux confins des Alpes mais qui ne constituent pas selon notre analyse des vignobles montagnards.

7Si la limite altitudinale inférieure nécessite de faire appel à la nature, en revanche la limite supérieure de l’implantation de la vigne est souvent bien plus culturelle que naturelle. Au xixe siècle, avant la crise phylloxérique et la disparition des lopins destinés à la consommation familiale, il était fréquent de rencontrer des parcelles situées bien au dessus de 1000 m d’altitude. Citons Raoul Blanchard qui observe de la vigne en moyenne Maurienne au dessus de Saint-André, mais aussi à la Maison du Roi surplombant le défilé du Guil dans le Queyras à 1300 m ou encore à Saint-Martin-de-Queyrières dans le haut Embrunais à une altitude équivalente (Blanchard, 1945). Les vignes les plus hautes d’Europe étaient alors localisées dans les Alpes du Sud. Ce vignoble en position extrême traduisait de façon spectaculaire l’attachement des vignerons à produire leur propre vin, qui était souvent des verjus acides issus de vendanges incomplètement mûres, peu chargés en alcool et de conservation difficile. La production étant d’autant plus aléatoire et les rendements d’autant plus bas que l’altitude étaient élevées.

  • 4  Thérèse Sclaffert mentionne des vignes dans les forêts de chênes des Sieyes près de Digne dès le M (...)

8 Jules Blache (1933) nous explique l’importance de ce vin obtenu de haute lutte dans la vie du montagnard. Un superflu que l’on s’offre quitte « à forcer la nature » selon son expression, et ne fabriquer son vin qu’une année sur trois voire une année sur dix. Un vin de montagne toujours préféré « aux vins étrangers » malgré « les sarcasmes des vignerons des plaines orgueilleux des fruits lourds et sucrés de leurs vignes ». La privation de vin est beaucoup plus durement ressentie que l’absence de fruits, d’huile d’olive ou de noix dans l’alimentation. La viticulture de montagne était aussi une affaire de prestige, et si les atouts de l’environnement montagnard la rendait possible, elle s’expliquait surtout par les sacrifices et les risques encourus par les vignerons sur des terres abruptes, souvent conquises au détriment de la forêt et notamment de la chênaie4. Dans les Hautes-Alpes, il fallait remonter la terre chaque printemps dans une hutte ou pratiquer la terraillée à l’aide d’une baysse, sorte de brancard porté par deux hommes (Donato, 2005). « Quand tous ces vignobles perchés auront disparu par le progrès des relations, on aura peine à croire que des hommes ont pu s’aventurer sur les lèvres de véritables précipices pour en tirer leur vin » (Blache, op.cit.).

  • 5  Le vignoble le plus haut du monde est situé en Bolivie sur le piémont tropical de la cordillère or (...)

9Aujourd’hui, les vignes les plus hautes des Alpes se trouvent plus au nord malgré des conditions naturelles moins favorables. Posséder la vigne la plus haute d’Europe est devenu un argument commercial déterminant, comme nous l’explique Maurice Messiez dans son ouvrage sur les vignobles des pays du Mont Blanc (Messiez, 1998). Il s’est installé une véritable rivalité entre le haut Valais et le Val d’Aoste. Ainsi la vigne la plus haute est localisée soit en Italie à Morgex-la-Salle avec son paysage remarquable de pergolas en pierre, soit en Suisse sur les hautes terrasses de Visperterminen. Dans les deux cas l’altitude maximale revendiquée est de l’ordre de 1300 m. Ces paysages viticoles font l’objet de la plus grande attention de la part des autorités locales et sont valorisés non seulement lors des campagnes publicitaires mais aussi sur les étiquettes des bouteilles5. La vigne la plus élevée des Alpes du Sud se trouve à l’Argentière-la-Bessée à près de 1100 m, mais il s’agit d’une parcelle expérimentale, entretenue pour des raisons scientifiques, historiques et paysagères. Le vignoble de l’Argentièrois est en effet mentionné dans le cartulaire de l’abbaye d’Oulx au xe siècle, ce qui en fait un des vignobles les plus anciens des Alpes du Sud (Pogneaux, 2001). Les vignes réellement en production dans les Alpes du Sud atteignent des altitudes maximales d’environ 700 m. On en rencontre par exemple dans les Baronnies à Pierrelongue ou dans le Gapençais à Théüs. Dans le contexte climato-pédologique du Sud-Est de la France, il semblerait que ce seuil soit l’altitude maximale où il est possible d’obtenir des raisins de bonne qualité pour produire un vin conforme aux exigences actuelles des consommateurs. Ces appréciations œnologiques s’appuient sur des contrôles de maturité mesurant notamment les taux de sucre et d’acidité.

  • 6  La gastronomie est un puissant relais pour consolider la notoriété d’un vin et développer sa conso (...)
  • 7  On pense au vignoble de la région de Sion avec ses aménagements spectaculaires en terrasses de cul (...)
  • 8  C’est l’analyse bien connue de Roger Dion (1959), qui évoque de grands vins aujourd’hui disparus c (...)

10Ainsi les caractéristiques gustatives des vins de montagne doivent être prises en considération car elles contribuent au maintien de l’activité viticole au même titre que la culture locale associant vin et gastronomie traditionnelle6. Les régions productrices qui se sont maintenues, une fois disparues les pratiques de consommation familiale, ont toutes réalisées d’importants progrès en matière de conduite des parcelles et de vinification afin d’améliorer la qualité organoleptique de leurs produits. Les exemples suisses ou néo-zélandais montrent que l’on peut produire de grands vins dans des environnements très contraignants7. On peut même ajouter, sans trop verser dans le paradoxe, que les progrès de la vitiviniculture se sont d’abord réalisés dans les régions où la nature est peu favorable à la vigne. L’émergence de vins à forte notoriété au cours des siècles s’est effectuée en dehors de l’aire de culture traditionnelle méditerranéenne, que se soit en Bourgogne, dans le Bordelais, voire en Ile-de-France8, grâce à l’adaptation progressive du matériel végétal à des terroirs plus froids et/ou plus humides. De grands crus correspondent souvent à l’expression d’un cépage situé à la limite de son aire de culture : les vins d’Hermitage pour la Syrah, les vins de Chablis pour le Chardonnay et le Fendant du Valais pour le Chasselas. Le Fendant rencontre en effet, sur les terrasses escarpées de la montagne suisse, exposées en adret, des conditions optimales pour une expression aromatique exceptionnelle. Il faut évoquer aussi la renommée des vins de montagne construite à partir de cépages locaux qui leur confèrent une forte typicité, comme le Savagnin dans le Jura ou la Mondeuse en Savoie. Ces vins n’ont certes pas les mêmes prétentions dans la hiérarchie mondiale des grands crus, mais ils ont su trouver leur place dans la constellation des appellations nationales. Ainsi que les vignerons choisissent la voie de l’excellence ou celle de l’originalité, les stratégies existent pour que des vins de montagne trouvent leurs consommateurs.

  • 9  Bulletin des Amis des Mées, oct 1985.

11Si nature et culture contribuent aux réussites des vins suisses, jurassiens ou savoyards, qu’en est-il dans les Alpes du Sud ? Force est de constater qu’il n’existe pas de vins à forte notoriété comparables aux exemples précédents à l’exception notable de la Clairette de Die. Dans le Diois, on retrouve le lien privilégié entre des cépages locaux ou régionaux et des conditions naturelles rudes favorables à la production de vins très aromatiques : en l’occurrence l’association entre les cépages muscat et Clairette et les terroirs spécifiques des Préalpes dauphinoises. Il s’y ajoute le savoir-faire pluriséculaire de la fabrication de vins blancs effervescents naturels. La tradition veut que dès l’antiquité les Voconces découvrirent la méthode dite ancestrale, en plongeant les jarres de raisins fraîchement foulés dans les eaux glaciales de la Drôme pour ralentir la fermentation, produisant un vin naturellement pétillant et très parfumé qui aurait séduit Pline l’Ancien, habitué aux lourds vins romains aromatisés artificiellement. Ailleurs dans les Alpes du Sud, s’il a existé des vins fameux ils ont aujourd’hui disparu. À Chabrières sur les pentes de la Bléone, on produisait un vin blanc pétillant qui fut très apprécié par Napoléon (Abbé Féraud, 1890). La clairette de La Saulce rivalisait avec celle de Die. Enfin et surtout, le vin des Mées9 est cité par les grands spécialistes de la viticulture du xixe siècle comme le docteur Guyot, qui vante sa couleur, sa force, son bouquet, et le compare à une liqueur. Ce vin était déjà loué par les souverains pontifes d’Avignon à l’instar du Châteauneuf-du-Pape. Il ne faudrait pas pour autant donner à penser que l’on ne faisait que de grands vins dans les Alpes du Sud. L’abbé Féraud nous parle des vins médiocres de Bléguiers et des méchants vins de Turriers et de Gigors. Pourtant le fait majeur sur lequel il faut insister, c’est le déclin de cette viticulture sud-alpine en terme de notoriété après la crise phylloxérique. Il nous faut maintenant nous interroger sur ce phénomène qui ne s’est produit ni en Savoie ni dans le Jura. Nous allons voir qu’elle est indissociable de la diminution spectaculaire des surfaces plantées depuis deux siècles et de la concurrence des vignobles proches des Côtes-du-Rhône et de Provence.

2. Évolution de la répartition des surfaces en vignes dans les Alpes du Sud

12La forte diminution des surfaces plantées en vigne dans les Alpes du Sud doit être placée dans un contexte plus large, celui d’une nouvelle géographie viticole du Sud-Est de la France (Durbiano, 1996), caractérisée par la baisse brutale de la production en Provence et par une augmentation sensible dans la vallée du Rhône. Il faut préciser que la vigne ne représente généralement qu’une part infime de la SAU, surface agricole utile, généralement bien en dessous de 1 %. Si la part du département de la Drôme atteint près de 8,5 %, c’est en raison d’un vignoble localisé essentiellement dans la vallée du Rhône (tabl. 1).

Tabl. 1 - Évolution de la superficie en vignes dans les 4 départements du Sud-Est qui correspondent partiellement au territoire des Alpes du Sud

Superficie en vigne (en ha)

1979

1988

2000

Part dans la SAU en 2000

Drôme

16 971

17 941

19 274

8,5 %

Alpes-de-Haute-Provence

1661

997

889

0,5 %

Alpes-Maritimes

361

171

89

0,1 %

Hautes-Alpes

721

287

106

0,1 %

Source : RGA

13Si la diminution a été importante ce dernier quart de siècle, ce qui est le plus frappant, c’est la précocité de la baisse des surfaces plantées dès la fin du xixe siècle, en comparaison notamment avec les Alpes du Nord voisines. Le vignoble s’est reconstitué avec difficulté après la crise phylloxérique. Il est difficile d’évaluer les superficies avant cette crise majeure car la pratique du complantage était généralisée. « Les plants étaient disposés en treillage le long d’autres cultures en longues lignes de lisses, qu’il faudrait pouvoir exprimer en kilomètres » (Vaudaine, 1930) plutôt qu’en hectares pour ne pas conduire à une surévaluation des superficies. Ces rangées de vignes alignées dans le sens de la longueur du champ s’apparentaient aux oulières et aux outins de Basse Provence et étaient appelés localement les Jouelles (Donato, 2005). Il faut donc utiliser avec précaution les données anciennes, en particulier celles des cadastres napoléoniens.

14 On peut néanmoins affirmer qu’au xixe siècle, la vigne pénétrait profondément à l’intérieur de la montagne, par exemple en Ubaye jusqu’au défilé du Lauzet ou dans le haut Embrunais de Guillestre à l’Argentière. La vigne était omniprésente sous deux principales formes d’utilisation du sol (Reparaz de, 1982) : soit des surfaces réduites de 1 à 2 ha pour la consommation familiale ; soit de véritables ceintures viticoles autour des principales villes. Les expertises cadastrales du Premier Empire donnaient 508 ha autour de Sisteron au début du xixe siècle. La situation était sensiblement la même autour de Digne avec un petit vignoble qui s’étendait sur neuf communes dont Champtercier, Entrages, Le Chaffaut-Saint-Jurson. La production y était estimée à 14 496 hl en 1837. De l’autre côté de la Durance, au pied de la montagne de Lure, en 1836, seules deux communes sur vingt quatre ne possédaient pas de parcelles de vignes (Reparaz de, 2004). On en comptabilisait alors 541 ha au total. À Castellane, la vigne était considérée comme une ressource importante dès le bas Moyen Âge. Ce tour d’horizon non exhaustif témoigne de l’importance d’un vignoble pré-phylloxérique qu’il nous faut comparer avec un état des lieux bien plus précis, effectué par la Revue de Géographie alpine en 1930 (Vaudaine, op. vit., p.215-217). Andrée Vaudaine s’est appuyée sur une moyenne de deux années de production en 1927 et 1928, afin de tenir compte du caractère aléatoire de la production montagnarde. Les données ont été fournies par les services des contributions indirectes, ce qui permet de disposer de valeur en hectolitres, plus fiables que des superficies en hectares car la pratique du complantage n’avait pas disparu dans l’entre-deux-guerres (fig. 1). Dès 1927-1928, la vigne est partout en repli, de la montagne niçoise aux Préalpes provençales. Dans la vallée de l’Asse, la vigne ne dépasse plus la cluse de Chabrières, dans celle de la Bléone la limite amont se situe vers la Javie, sur la Sasse à Astoin. La vigne est également en recul sur le haut Var entre Entrevaux et la Mescla, sur la Roya en amont du bassin de Breil, sur la Vésubie en amont de Levens.

fig. 1 - Répartition communale de la production viticole dans les Alpes du Sud en 1927/1928

fig. 1 - Répartition communale de la production viticole dans les Alpes du Sud en 1927/1928

Source : A. Vaudaine, 1930, Revue de Géographie Alpine.

15Raoul Blanchard (1930, p.219-260), insiste sur cette déprise spectaculaire en menant une comparaison éclairante entre Alpes du Nord et Alpes du Sud à partir de la carte de A. Vaudaine : « avec 441 500 hl, les Alpes du Nord fournissent 64 % du vin produit dans les Alpes (…). Le vin est récolté en plus grande abondance dans les pays de l’humidité et du froid que dans ceux du soleil et de la sécheresse (…). La partie des Alpes où le climat favorise la culture de la vigne produit beaucoup moins de vin que celle où il lui est plutôt contraire ». En fait le désavantage des Alpes du Nord n’est qu’apparent. La dissection plus forte des grandes vallées intérieures se traduit par des altitudes plus basses à position équivalente dans la chaîne. Ainsi dans la zone intra-alpine, la vallée de la Maurienne est nettement moins élevée que l’Ubaye. Dans les Alpes du Nord, 87 % de la vendange était effectuée en dessous de 500 m. L’argument climatique était aussi déterminant : les Préalpes du nord humides, n’étaient quasiment pas viticoles alors que les grandes cluses intra-alpines plus sèches comme celle de Chambéry voyaient la vigne prospérer. Mais il ne fait pas l’ombre d’un doute dans l’esprit de R. Blanchard que l’essentiel est ailleurs. Il insiste sur l’ampleur spectaculaire de l’exode rural dans les Alpes du Sud, qui vide la montagne de ses hommes faisant disparaître non seulement les agriculteurs mais aussi les consommateurs de vin. Il mentionne les avantages comparatifs des vignobles des plaines méditerranéennes qui ont été manifestes dès que les moyens modernes de communication se sont développés. Il n’oublie pas la concurrence en terme d’occupation du sol des autres cultures méditerranéennes comme l’olivier et les arbres fruitiers, en particulier dans les Alpes maritimes.

16Depuis l’entre-deux-guerres, la déprise viticole s’est accentuée à partir d’un substrat déjà fragilisé. Pour mener à bien la comparaison entre la période actuelle et 1927-1928, nous avons utilisé les données des fiches viticulture du RGA en 2000. Ces sources présentent le grand avantage de proposer des superficies en vigne strictement localisées sur une commune et non pas au siège de l’exploitation. Traditionnellement, les paysans des hautes communes alpines possédaient des parcelles dans les communes voisines, plus propices à la viticulture. Après la Première Guerre mondiale, il y avait encore soixante dix paysans de Vars cultivant la vigne à Eygliers et Saint-Clément. Le même phénomène s’observait un peu partout, comme au Poil à 1600 m, où les habitants faisaient leur vin avec des raisins vendangés dans la vallée de l’Asse du côté de Mézel. Les structures d’exploitation actuelles gardent parfois des traces de ces pratiques anciennes : ainsi dans le département des Hautes-Alpes, 23 communes ont des exploitations possédant de la vigne mais seulement 16 communes ont véritablement des parcelles. Ces précisions méthodologiques étant faites, entamons notre comparaison entre 1927-1928 et l’époque actuelle à l’échelle de la commune.

  • 10  Remarquons aussi que le déséquilibre en faveur des Alpes du nord s’est fortement réduit, puisqu’on (...)

17La mise en regard de la figure 1 d’après A. Vaudaine et de la figure 2 d’après les fiches viticulture du RGA 2000, illustre clairement le fait que la vigne a disparu de la majorité des communes des Alpes du Sud, pour se concentrer dans le Diois, les Baronnies et le long de la Durance. Pourtant la production globale en hectolitres ne s’est pas effondrée avec 115 420 hl en 200010 contre 178 430 hl en 1927-1928, ce qui peut apparaître surprenant à la lecture des cartes (tabl. 2).

Fig. 2 - Répartition communale de la production viticole dans les Alpes du Sud en 2000

Fig. 2 - Répartition communale de la production viticole dans les Alpes du Sud en 2000

Source : RGA 2000, fiches viticulture

Tabl. 2 - Évolution de la production de vin dans les Alpes du Sud entre 1927-1928 et 2000 selon les grandes unités morphostructurales

Production en hl

1927-1928

2000

Préalpes

107 300

108 100

Vallées méso-alpines

61 680

7200

Massifs centraux

5710

120

Zone intra-alpine

3740

0

Total

178 430

115 420

18Partons de l’intérieur du massif en nous dirigeant vers la périphérie. Dans la zone intra-alpine et dans les massifs centraux, la production était déjà limitée en 1927-1928, la vigne ayant déjà disparue depuis longtemps des secteurs les plus rudes de l’Ubaye, du Queyras et du Briançonnais. En revanche, il y avait tout de même près de 3700 hl de vins produits à des altitudes élevées dans le haut Embrunais : « Peut-être le couloir le plus sec des Alpes » d’après R. Blanchard (op. cit.), qui rajoute : « la vallée de Guillestre à l’Argentière est presque nord-sud, et les vignes peuvent s’installer sur les deux versants. Elles y trouvent assez d’éboulis, de cônes de déjection, de terrasses de poudingues, de replats pour éviter les dangers de gelée de la basse plaine ». La vigne y a complètement disparue, si l’on excepte la parcelle déjà mentionnée de l’Argentière-la-Bessée maintenue grâce à la volonté locale.

19Il faut pénétrer en aval dans le bassin d’Embrun (massifs centraux) pour découvrir à Saint-Clément et à Châteauroux deux parcelles résiduelles de 1 ha chacune qui rappellent l’existence d’un vignoble nettement plus conséquent durant l’entre-deux-guerres : « toutes les communes sont viticoles du défilé de Saint Clément en amont à la proue de Morgon en aval » (Blanchard, ibid.). La vigne était présente même en ubac au Baratier. Les altitudes étaient élevées, partout supérieures à 750 m. Ce bassin du bas Embrunais totalisaient plus de 5000 hl et constituait l’unique contribution des massifs centraux pour les Alpes du Sud, si l’on excepte aux confins du Mercantour quelques parcelles résiduelles du côté de Valdeblore. Il faut préciser que les deux hectares résiduels, mentionnés par le RGA 2000 dans le bassin d’Embrun correspondent à des parcelles destinées à la commercialisation ou à l’amélioration végétale. Mais il existe des parcelles de vignes non comptabilisées par le RGA. En effet, un mouvement associatif dynamique encadre une production vouée à la consommation familiale, estimée à 15 ha (Donato, 2005). Entre la Roche-de-Rame et Pontis de nombreux petits propriétaires pratiquent une agriculture de loisir. En mars 2005 a été organisé le premier concours du clairet de haute Durance avec une dégustation à la mairie de Saint-André. La fête des vendanges se déroule en octobre au hameau des Celliers autour d’un noyau de vignerons amateurs de Crévoux, Baratier, Châteauroux, Saint-André, Saint-Clément et Saint-Sauveur, pour y gouter le vin bourru. L’association de Rénovation viticole des coteaux de la Durance créée en 1988, participe également à l’entretien d’un vignoble expérimental à Châteauroux, constitué autour d’une collection de cépages traditionnels sous l’égide de l’INRA de Montpellier. L’attachement des habitants des Alpes du Sud à la vigne notée par Jules Blache dans les années 1930, ne se dément donc pas au début du xxie siècle.

20Poursuivons ce tour d’horizon de la viticulture des Alpes du Sud en pénétrant dans les vallées méso-alpines. On observe la disparition des ceps dans la plupart des vallées où ils étaient encore mentionnés en 1927-1928 : sur le haut Verdon, la haute Bléone, ou en Ubaye avec Le Lauzet. Disparition également dans le Bôchaine où la vigne était présente de part et d’autre de la cluse de Serres. La production y était estimée à 11 400 hl de Laragne à Aspres-sur-Buëch et Veynes. Aujourd’hui il ne reste plus qu’un hectare à Laragne-Montéglin. Même phénomène dans la partie orientale des Alpes du Sud où il y avait encore 5000 hl produits dans la vallée du Var d’Entrevaux à Puget-Théniers. Si on y ajoutait la haute Tinée, la haute Vésubie et la haute Roya, on parvenait à 11 049 hl. De nos jours, si la vigne a disparu de Levens, Sospel ou Breil-sur-Roya, elle s’est maintenue sur le tronçon est-ouest du haut Var. Une petite cave particulière produit du vin AOC « Côtes de Provence » sur six hectares, à Villars-sur-Var. Il reste aussi deux hectares à Entrevaux.

21La grande région productrice des vallées méso-alpines était le Gapençais : « La vraie région viticole du Gapençais, c’est la cluse de la Durance à travers le dôme de Gap, cette vallée étroite et abritée qu’on appelle la Petite Provence du Gapençais. Il y a là de Serre-Ponçon à Tallard un très remarquable adret où la vigne foisonne sur les éboulis et les cônes de déjection (…). Le Gapençais tient ici, et non sans mérite étant donné son altitude le rôle viticole du Sillon Alpin» (Blanchard, ibid.). On y comptabilisait 39 232 hl en 1927-1928, soit un total très appréciable qui correspondait au quart du vin produit dans les Alpes du Sud. Depuis, les surfaces en vigne ont été fortement réduites, mais le Gapençais est malgré tout la troisième région productrice sud-alpine avec 6100 hl. Le vignoble s’est fortement concentré sur quelques communes, en particulier Tallard, Châteauvieux, Jarjayes, Valserres, Remollon, Théüs et Espinasses, soit une petite centaine d’hectares répartis sur sept communes. À la périphérie du cœur du vignoble, on rencontre encore un à deux hectares sur les communes situées à l’aval, comme à Fouillouse, Lardier-et-Valença, Curbans, Ventavon, Sigoyer, ainsi que sur l’axe Venterol-Piegut-Rochebrune. Au total 7 200 hl pour l’ensemble des vallées méso-alpines contre 61 000 hl en 1927-1928. Une viticulture que l’on peut qualifier de résiduelle, concentrée sur un nombre réduit de communes.

22Cela pèse très peu au regard de la production des Préalpes qui s’élève à 108 100hl en 2000, soit l’équivalent du bilan de 1927-1928. Ce maintien de la viticulture dans les Préalpes est d’autant plus étonnant, que les vignes ont complètement disparue des Préalpes de Digne où elles étaient déjà rares en 1927-1928 et des Préalpes de Nice où il y avait en revanche une viticulture active notamment à Contes, Colomars et l’Escarène. Dans les Préalpes dauphinoises, il convient de préciser que, là encore, les superficies en vigne ne concernent plus qu’un nombre réduit de communes. Dans le Diois, la vallée de la Drôme en amont de Aouste-sur-Sye jusqu’à Luc-en-Diois, rassemble un potentiel important de 1415 ha pour 68 300 hl en 2000, contre seulement 30 000 hl environ en 1927-1928. Une progression unique dans les Alpes du Sud, organisée en trois bassins : la partie aval autour de Vercheny ; le centre structuré par Die ; et enfin l’amont bien représentée par Châtillon-en-Diois.

23Dans les Baronnies, la répartition de la viticulture est plus diffuse. Les vignes ont déserté la partie orientale drainée par les affluents du Buëch. Il n’y a plus aucune parcelle sur la Méouge, le Jabron ou le Céans. La viticulture s’est concentrée dans l’ouest en trois unités : la vallée de l’Ouvèze entre Pierrelongue et Saint-Auban ; la bassin de Sainte-Jalle ; la vallée de l’Eygues d’Aubres à Villeperdrix. Là aussi, le bilan est supérieur à celui de 1927-1928 : 39 800 hl sur un peu moins de 800 ha, contre environ 30 000 hl lors de l’entre-deux-guerres.

24Cette déprise viticole du xxe siècle a donc radicalement bouleversé l’organisation de la viticulture dans les Alpes du Sud, désormais, principalement concentrée à la périphérie du massif. Nous nous sommes appuyés sur deux bornes chronologiques assez distantes dans le temps pour essayer de présenter un tableau général. Mais il faut préciser que le recul de la viticulture s’est surtout accéléré à partir des années 1950-60, lors de la modernisation des exploitations agricoles. La concentration du vignoble s’explique assez aisément par la diminution très importante du nombre d’exploitations vouée à la polyculture traditionnelle, qui conservait 1 à 2 ha de vignes pour la consommation familiale. Parallèlement ont émergé des exploitations ayant fait le choix d’une production viticole commercialisable, sans pour autant qu’il s’agisse toujours d’exploitations spécialisées en viticulture. Ces exploitations viticoles se sont localisées dans les pays où la vigne s’était bien maintenue après l’entre-deux-guerres, constituant ainsi une masse critique permettant la création d’outils de production et de commercialisation, notamment les caves coopératives.

25Les facteurs d’explication avancés par R. Blanchard en 1930 ont continué à jouer : le déclin démographique au moins jusqu’aux années 1970-80 avec le recul des terres cultivées ; la concurrence des vignobles méditerranéens proches avec l’amélioration des moyens de communication ; et surtout la concurrence dans l’occupation du sol d’autres spéculations. Le long de la Durance, les possibilités d’irrigation après les grands aménagements des années 1960-70, ont incontestablement favorisé les cultures fruitières au détriment de la vigne. Le renouveau de l’oléiculture a également joué, plus particulièrement dans les Baronnies et dans les Préalpes niçoises, illustré par le succès des appellations d’origine de l’huile d’olive et des olives de table de Nyons et de Nice dans les années 1990.

26Mais on peut émettre l’hypothèse qu’une phase plus favorable à la viticulture est en train de s’amorcer. Elle s’appuie sur un certain renouveau démographique et résidentiel au sein de pays auparavant en déclin persistant. Certains indices permettent d’étayer cette hypothèse : le succès commercial des vins du Diois ; l’apparition de démarches de valorisation du vin dans les Baronnies autour de producteurs motivés ; l’arrêt du déclin de la viticulture du Gapençais grâce à l’émergence de produits de qualité.

3. Diois, Baronnies et Gapençais : le renouveau de la viticulture dans les Alpes du Sud

27L’organisation, l’originalité, et le renouveau de ces trois vignobles sont en partie liés à l’environnement naturel. Commençons donc par présenter les grands traits des paysages, préalable nécessaire pour aborder la question de la compréhension des terroirs par les vignerons eux-mêmes. Cette approche des vignobles à une échelle fine, nous permettra d’utiliser la notion de « construction sociale de la nature ».

28Les paysages du Gapençais se distinguent assez sensiblement de ceux des Préalpes dauphinoises. Les altitudes sont plus élevées, la haute montagne plus proche. À bien des égards, on peut considérer qu’il s’agit d’un archétype de paysage viticole de montagne tel qu’on peut en rencontrer dans le Valais ou dans le Piémont. Dans ces Alpes méridionales sèches et ensoleillées, l’action des glaciers de la Durance a dégagé les pourtours du dôme de Remollon en érodant les terres noires du Jurassique. Tous les facteurs sont réunis pour que la viticulture soit possible :

  • une situation protégée, à l’abri de grands versants, de la montagne de Saint-Maurice au mont Colombes à 1734 m d’altitude ;

  • des sols très caillouteux sur des cônes torrentiels anciens et des moraines de Valserres à Espinasses (photo 1) ;

  • une exposition plein sud sur la rive droite de la Durance à des altitudes variant de 650 à 750 m, avec un étagement des cultures faisant se succéder arbres fruitiers et vignes.

Photo 1 - Sols caillouteux à Théüs

Photo 1 - Sols caillouteux à Théüs

Cliché : P. Minvielle, 2005

29Les parcelles sont morcelées et de petites dimensions, souvent au milieu des habitations récentes, en particulier le long de la départementale entre Tallard et Théüs.

30Les paysages des Baronnies et du Diois présentent en revanche une certaine similitude et sont plus complexes à appréhender. Dans les deux cas, l’armature dure traditionnelle des paysages crétacés et jurassiques est plus fine et plus déformée que dans les grandes régions préalpines voisines des Alpes du Nord. L’Urgonien est complètement absent des séries crétacées et l’assise tithonique du Jurassique supérieur ne fait que maintenir les crêtes, soulignées en escarpements étroits. Cette couche dure alimente les éboulis qui nappent les pentes, et colmatent les dépressions à soubassement essentiellement marneux. Cette structure croûtée explique en partie l’étroitesse des vallées. Dès que la marne est atteinte le dégagement érosif est intense. Cela aboutit à une inversion généralisée des formes du relief, avec de nombreux vaux perchés comme ceux de Sainte-Jalle, de Saint-Auban ou de Villeperdrix, et aussi d’étroites et profondes combes, dégagées dans les marnes noires. Il en résulte un paysage singulier, très compartimenté de gorges, de dépressions, de cuvettes, multipliant les possibilités d’installation pour la vigne sur des terroirs très variés. La végétation de chênes, de buis, de garrigues à genévrier, révèle un climat méditerranéen à tendance montagnarde (photo 2).

Photo 2 - Paysage des Baronnies : le bassin de Sainte-Jalle

Photo 2 - Paysage des Baronnies : le bassin de Sainte-Jalle

Cliché : P. Minvielle, 2005

  • 11  Les paysages des Baronnies sont décrits dans les romans de René Barjavel, Plus particulièrement da (...)

31Cette singularité paysagère11 est renforcée par des systèmes de culture étagés où se succèdent de bas en haut, oliviers et prés de fauche, ou blé dur, lavandins, vignes et abricotiers. Les tilleuls sont omniprésents le long des routes, et font l’objet d’une valorisation traditionnelle. Dans le Diois, on rencontre des paysages proches, dominés par les hautes corniches du Vercors et une présence plus importante de la vigne (photo 3). L’olivier et les vergers disparaissent, à l’exception des noyers, attestant d’un climat plus rude. Dans ces Préalpes dauphinoises, les conditions climatiques sont moins rudes que dans le Gapençais, ce qui accroît le nombre de lieux propices pour faire une viticulture de qualité. Encore faut-il que les viticulteurs aient une perception fine des potentialités différenciées des terroirs. C’est là que la dimension culturelle intervient, selon les compétences plus ou moins solides des professionnels. La modernisation du vignoble à partir des années 1970-80, en particulier lors de la réalisation de plan de restructuration, a permis l’émergence de nouvelles connaissances ayant trait aux terroirs. L’idée selon laquelle les vignerons comprennent leurs terroirs mieux que quiconque de générations en générations, est très certainement à revoir, d’autant plus lorsque les exploitants ne sont pas spécialisés en viticulture. L’agronomie, la pédologie, l’écophysiologie, ont évolué ces vingt dernières années, faisant très fortement progresser la compréhension des mécanismes fondamentaux de la circulation de l’eau dans les sols, ou de la synthèse des précurseurs d’arômes dans les baies, pour ne citer que deux exemples. Les viticulteurs commencent à s’approprier ces nouveaux savoirs via les techniciens agricoles, les organismes professionnels, les experts viticoles. La prise de décision concernant l’implantation d’une nouvelle parcelle, le choix d’un porte-greffe ou d’un clone adapté à un sol, une altitude, une exposition, est désormais systématiquement mûrement réfléchie. Cette perception évolutive de la nature, au gré des nouvelles connaissances acquises par les viticulteurs, se traduit par des comportements, des décisions qui conditionnent l’avenir du vignoble.

Photo 3 - Vignes au pied du Vercors : le haut Diois

Photo 3 - Vignes au pied du Vercors : le haut Diois

Cliché : P. Minvielle, 2005

  • 12  Cet aspect de l’analyse s’appuie sur les expertises terroir réalisées par la pédologue Isabelle Le (...)

32Pour illustrer la notion de « construction sociale de la nature », exposons brièvement les grandes lignes du contexte géomorphologique et pédologique des coteaux viticoles des Baronnies, afin d’apprécier la validité des choix faits par les exploitants12. Les paysages compartimentés multiplient les sites susceptibles d’accueillir de nouvelles parcelles. La variété des alternances de roches dures calcaires et tendres marneuses, souvent tapissées de formations superficielles caillouteuses d’origine périglaciaire, induit des successions de sols très différentes aux potentialités inégales. On considère malgré tout pour schématiser qu’il y a trois principales familles de sols :

  • des sols sur substrat calcaire, très caillouteux, souvent sur des pentes convexes à matrice de terre fine plutôt lourde. Des peyrosols calcaires qualifiés de « grèzes » ou « gresses » par les vignerons ;

  • des sols plus rougeâtres et très caillouteux en situation de replats ou de terrasses anciennes ;

  • des régosols/calcosols issus de roches marneuses comprenant des bancs de calcaires plus ou moins importants.

33Globalement les deux premières familles de sols constituent de bons terroirs pour la vigne dans les Baronnies. Ils permettent des enracinements assez profonds, sans pour autant être trop fertiles, se ressuyant vite et se réchauffant bien, ce qui est adapté aux conditions climatiques de la zone. Soit un déficit estival des précipitations, avec plus de fraîcheur liée à l’altitude et/ou à l’encaissement. Sur ces terroirs de qualité, on constate que dans la majeure partie des cas, les viticulteurs ont choisi de planter de la vigne, plus rarement de la lavande ou des abricotiers, qui sont parfois en concurrence sur les mêmes sols. Cela conduit les hommes à privilégier des systèmes de pentes convexes et des sols caillouteux dans des situations microclimatiques très variées. De ce fait, ces sites sont choisis indépendamment des expositions et des altitudes comme à Sahune, Saint-Férréol, Rochebrune, où l’on note des vignes récemment plantées en exposition nord, à des altitudes élevées, souvent au dessus de 500 m. Ces choix bien que surprenants au départ, s’avèrent judicieux. Ils signifient que l’environnement naturel, certes montagnard des Baronnies, n’est pas aussi sévère qu’on pourrait le croire. Il n’est donc pas nécessaire de bénéficier conjointement de la meilleure exposition, d’une position d’abri et d’une pente forte pour installer une parcelle de vigne. Les facteurs de localisation privilégiés par les agriculteurs sont par ordre d’importance, le sol (caillouteux si possible), l’altitude (700 m maximum) et la pente (généralement modérée).

  • 13  Dans un environnement différent, les sols de ce type sont susceptibles de produire de grands vins, (...)

34Mais il n’est pas toujours possible d’opter pour un terroir intéressant. Les paysages des Baronnies étant fortement marqués par les marnes grises ou bleues, on rencontre assez fréquemment de la vignes sur des calcosols ou des régosols issus de ces formations. Ils sont souvent peu propices voire fortement déconseillés pour la viticulture de qualité.13 Notamment lorsque la marne domine, avec des bancs de calcaires trop fins pour produire des sols avec un minimum d’éléments grossiers. Les parcelles aux topographies concaves et peu pentues de bas de versants et les situations marneuses très érodées évoluant en bad-lands, sont également peu recommandées. Ces trois cas de figures s’observent dans la partie nord-est de la cuvette de Sainte-Jalle, sur des affleurements de marnes plus ou moins épais, inégalement tapissés d’éboulis (photo 4). Dans le même ordre d’idée, des agriculteurs ont mal mesuré les contraintes liées à certains types de sols, certes caillouteux, mais développés sur des alluvions récentes. Ces basses terrasses plantées en vigne (par exemple entre Arpavon et Curnier) sont très peu indiquées pour produire des vins de qualité en raison des risques de gel accru et de débordement des cours d’eau. Ces parcelles mal localisées, ne pourront pas être retenues dans l’aire du futur VDQS et les viticulteurs concernés en conviennent volontiers.

Photo 4 - Érosion dans les marnes au Poët-Sigillat, bassin de Sainte-Jalle

Photo 4 - Érosion dans les marnes au Poët-Sigillat, bassin de Sainte-Jalle

Cliché : P. Minvielle, 2005

35Cette connaissance de plus en plus fine des terroirs, est également mobilisée lorsqu’il s’agit de faire des choix d’encépagement. L’adaptation du matériel végétal selon les contraintes climatiques et pédologiques, illustre un vrai savoir-faire empirique acquis récemment. Le merlot qui convient bien aux sols argileux, a été planté en priorité dans les secteurs les plus frais et les plus humides (photo 5). Néanmoins, sa présence dans les bas-fonds est regrettable car il s’agit d’un cépage peu résistant au gel. Le cabernet-sauvignon, souvent planté dans les mêmes types de lieux, résiste mieux aux situations gélives car son débourrement est plus tardif. Il est donc bien à sa place lorsqu’on le retrouve en exposition nord sur des bas de versants. Syrah et grenache ont colonisé les coteaux jusqu’à des altitudes élevées (700 m). On observe des écarts de maturité de près de dix jours entre communes voisines. Les grands versants caillouteux de Pierrelongue sont nettement plus précoces que les secteurs encaissés de Propiac, ce qui atteste d’effets terroirs marqués.

Photo 5 - Cépages merlot et mollard en position froide à Valserres

Photo 5 - Cépages merlot et mollard en position froide à Valserres

Cliché : P. Minvielle, 2005

  • 14  Selon l’expression consacrée par l’INAO depuis de longues décennies, pour définir les pratiques tr (...)

36Mais les enjeux qui conditionnent l’avenir de la viticulture sud-alpine ne se limitent pas à des problèmes de compréhension des terroirs. La viabilité des exploitations agricoles dépend aussi de l’organisation des filières, de la solidité des entreprises vitivinicoles et de l’efficacité des démarches de valorisation des produits. Autant d’aspects qui relèvent de la connaissance du monde du vin : savoir-faire « locaux loyaux et constants »14, mais aussi apprentissage des techniques modernes de vinification et prospection des marchés à la consommation. On peut donc formuler l’enjeu fondamental ainsi : comment les acteurs de la vitiviniculture sud-alpine parviendront à concilier culture locale et insertion dans la mondialisation ?

37Des structures agraires peu adaptées sont à signaler, marquées notamment par un faible degré de spécialisation des exploitations et par une part réduite de la vigne dans la SAU. Dans la majorité des cas, cette part est comprise entre 10 et 30 %. Citons néanmoins l’exception notable de quelques communes des Baronnies ou du Diois comme Saint-Sauveur-en-Diois (72 %) ou Propiac (45 %)… Un paramètre important à prendre en considération, est la configuration territoriale des aires productives selon la SAU. Les Baronnies constituent une marge viticole de la vallée du Rhône proche. On peut ainsi définir un gradient de décroissance de la part de la vigne dans la SAU selon un axe sud-ouest/nord-est, de Vaison-la-Romaine en AOC Côtes-du-Rhône à Verclause ou Remuzat, confins des Baronnies où il n’y a plus de ceps (fig. 3). En revanche le Diois forme un bassin viticole cohérent le long de la vallée de la Drôme indépendamment des territoires qui le jouxte à l’ouest. Ainsi lorsque l’on quitte l’aire d’appellation « Clairette de Die » à Aouste/Sye en direction de la vallée du Rhône, la vigne disparaît complètement du paysage à l’exception des coteaux de Brézem, paysages de reconquête, à Livron.

Fig. 3 - Répartition de la surface en vigne en % de la SAU pour un ensemble de communes situées à la périphérie de l’aire proposée par le syndicat des producteurs de vin des coteaux des Baronnies

Fig. 3 - Répartition de la surface en vigne en % de la SAU pour un ensemble de communes situées à la périphérie de l’aire proposée par le syndicat des producteurs de vin des coteaux des Baronnies

Source : RGA 2000.

  • 15  Enquête réalisée par Gilles Vaudelin et Paul Minvielle, à la cave coopérative de Puyméras et à la (...)

38Pour approfondir l’analyse des structures agraires, nous avons réalisé une enquête15 auprès de viticulteurs-coopérateurs des Préalpes baronniardes, soit un échantillon de 20 exploitations agricoles sur un total de 139 apporteurs aux caves coopératives des Pilles et de Puyméras (extérieure à la zone). D’après l’enquête, la surface moyenne des exploitations des apporteurs aux coopératives est de 17,5 ha pour 1,5 UTA, (Unité de temps de travail annuel). On y pratique une polyculture associant vignes (en moyenne 7 ha), arboriculture fruitière, olivier et lavandins, agrotourisme sous la forme de gîtes et plus rarement l’élevage ovin. Donnons l’exemple de quatre exploitations représentatives de l’échantillon :

  • une exploitation située à Buis-les-Baronnies : 20,5 ha dont 8,5 ha de vignes, 8 ha d’abricotiers et 4 ha d’oliviers, 2 UTA ;

  • une exploitation localisée à Condorcet : 10 ha dont 6,5ha en arbres fruitiers (cerisiers, coings, abricotiers), 1,5 ha de lavandins, 1 ha d’oliviers, 1 ha de vignes pour 1UTA ;

  • une exploitation à Pierrelongue : 10,5 ha dont 8 ha de vignes, 1 ha d’oliviers, 1 ha en maraîchage, 0,5 ha en arboriculture pour 1 UTA ;

  • une exploitation à Eyrolles : 54 ha dont 5 ha de vignes, 1 ha d’oliviers, 1 ha de cerisiers, 35 ha de landes, 10 ha de fourrages et 2 ha de céréales et un petit troupeau ovin-viande pour 2 UTA.

39La grande majorité de ces exploitations baronniardes ont des repreneurs connus, ce qui est assez étonnant dans ce contexte difficile de petite polyculture de moyenne montagne. On peut y voir un indice indéniable d’un renouveau démographique après des décennies de déprise.

40Dans le Diois, les structures d’exploitation sont comparables avec une surface moyenne en vignes de 7 ha, mais on doit noter la présence d’un nombre non négligeable de viticulteurs spécialisés, en particulier dans le bassin aval de Vercheny. La polyculture associe plus volontiers élevage ovin ou avicole et petite céréaliculture. Dans le Gapençais on retrouve l’importance des arbres fruitiers, l’élevage ovin et une présence plus réduite de la vigne dans les systèmes de culture.

41Dans les trois pays, le fait majeur reste la place omniprésente des caves coopératives par rapport aux caves particulières. Les coopératives comptabilisent ainsi 90 % du vin produit dans les Baronnies, 80 % dans le Gapençais et 75 % dans le Diois. En ce qui concerne la part des exploitants agricoles, le bilan est encore plus spectaculaire avec respectivement, 96 %, 99 %, et 80 %. Ce secteur coopératif est donc vital pour l’avenir de la viticulture dans ces régions marquées par la petite polyculture. Or force est de constater que plusieurs fermetures se sont produites ces dernières années, en particulier dans le Gapençais. Évoquons la fermeture de la cave de Tallard en 1993 et celle de Remollon en 1995. Il ne reste plus que la cave coopérative des «Hautes vignes» à Valserres. Elle regroupe désormais 150 adhérents sur 37 communes pour moins de 80 ha de vignes, soit une moyenne de moins d’un demi-hectare par apporteur. La cave est actuellement bien gérée avec des équipements modernisés grâce à des investissements courageux. Mais le marché actuel des vins de pays est très peu porteur, et la crise viticole actuelle pourrait lui être fatale. Il ne resterait alors que deux caves particulières d’une dimension comparable d’environ 10 ha.

42L’augmentation du nombre de caves particulières et le processus de spécialisation des exploitations, semblent étroitement corrélés à l’ancienneté des démarches de valorisation collective du vignoble. La construction de la notoriété et de la typicité, associées à la mise en place d’une AOC, est indissociable de l’émergence de producteurs motivés dont les compétences, les savoir-faire, et les stratégies se focalisent sur la vigne et le vin. Dans cette optique, les agriculteurs du Diois ont su prendre des initiatives précoces. Dès 1942, l’appellation « Clairette-de-Die-contrôlée » était obtenue, avec une aire de 31 communes comprises entre Aouste-sur-Sye et Luc-en-Diois, sur une superficie de plus de 1300 ha. La grande notoriété du vin blanc pétillant a permis cette reconnaissance précoce de la qualité du travail des vignerons du Diois. La volonté de diversifier la production a amené la cave coopérative de Die à prendre l’initiative d’une nouvelle appellation, « Châtillon-en-Diois-contrôlée », obtenue en 1975. Son objectif est de valoriser les vins rouges traditionnels produits dans la haute vallée de la Drôme, sur une aire de 12 communes d’Aix-en-Diois à Saint-Roman, pour une superficie restreinte de seulement 65 ha. Enfin plus récemment, la diversification dans la gamme des vins effervescents, a incité les vignerons à créer une appellation « Crémant-de-Die-contrôlée », acceptée par l’INAO, l’Institut national des appellations d’origine, en 1993. Le Crémant est fabriqué grâce à une seconde fermentation en bouteille après l’ajout d’une liqueur de tirage (méthode traditionnelle), alors que la Clairette est issue d’une fermentation naturelle unique (méthode ancestrale). Cette nouvelle appellation ne concerne qu’une aire réduite de 50 ha. On le voit, les initiatives ont été nombreuses et échelonnées dans le temps.

43En revanche, rien de comparable dans le Gapençais. Les démarches collectives sont difficiles à susciter en raison du petit nombre de viticulteurs en activité. Pourtant quelques personnalités ont pris des initiatives à partir des années 1980 : d’abord l’accession au statut de vin de pays des Hautes-Alpes en 1984, puis la mise en place d’une route des vins de 15 km, partant de Chorges en direction de Tallard en 1988.

  • 16  Serge Liotaud qui défendait avec beaucoup de convictions et de compétences les vins des Baronnies (...)

44Dans les Baronnies, à la différence du Diois, les initiatives locales pour promouvoir collectivement les vins peuvent paraître bien modestes. Cela explique en partie qu’on produise aujourd’hui presque deux fois plus de vins dans le Diois alors que les volumes étaient comparables durant l’entre-deux-guerres. L’isolement, le caractère individualiste des Baronniards, ou l’absence de cave coopérative située au cœur du vignoble, sont autant d’éléments pour tenter de comprendre un tel état de fait. Mais depuis le début du xxie siècle, le vignoble est entré dans une nouvelle dynamique avec une demande d’accession en VDQS, vin délimité de qualité supérieure, appellation qui est une véritable antichambre de l’AOC. L’initiative de ce projet, déposé à l’INAO en janvier 2001, est à mettre à l’actif du président de l’association des vignerons des Coteaux des Baronnies16. Les vins, déjà labellisés en vin de pays depuis 1975, sont entrés dans une logique qualitative à la suite de toute une série de mesures visant à :

  • remplacer le matériel végétal existant dans le cadre de plans de restructuration du vignoble réalisés principalement dans les années 1970-80 ;

  • améliorer la conduite des vignes, en particulier les contrôles de maturité, les traitements phytosanitaires ;

  • moderniser les techniques de vinification par des investissements dans les caves.

  • 17  D’après le dossier des consultants auprès de l’INAO portant sur la demande d’accession en AOVDQS d (...)

45Dans le contexte actuel difficile du marché des vins de pays, la demande d’accession en VDQS, apparaît aux professionnels comme une suite logique après trois décennies d’effort. Le projet est en cours d’expertise par les services de l’INAO mais nous pouvons déjà poser quelques jalons17 pour mieux saisir la portée d’une telle initiative. La demande concerne les vins rouges, traditionnellement dominants dans cette région, en s’inspirant en partie du dossier « Châtillon-en-Diois-contrôlée ». C’est-à-dire produire des vins de montagne, rustiques, colorés et vifs. Les points forts du dossier sont les suivants :

  • un territoire aisément identifiable, possédant un réel potentiel en terme de conditions agropédologiques pour produire des vins de qualité. Des terroirs typiquement montagnard, caractérisés par des positions d’abris, des expositions variables et des sols caillouteux sur des pentes modérées ;

  • une motivation forte des producteurs, qu’ils soient coopérateurs ou à la tête de caves particulières. 98 % des vignerons ont adhéré au syndicat de défense des vins des Coteaux des Baronnies ;

  • des efforts répétés pour améliorer qualitativement les vins.

46Une des principales faiblesses du dossier est l’hétérogénéité de l’aire proposée, comprenant 29 communes pour environ 600 ha de vignes. Il y a clairement trois sous-ensembles régionaux : une vallée de l’Eygues marquée par les plans de restructuration des années 1970-80, encépagée en plants améliorateurs surtout adaptés à la production de vins de pays ; un bassin de Sainte-Jalle, dominé par les caves particulières, orienté vers la production de vins typés dans un environnement plus frais ; une vallée de l’Ouvèze tournée vers les vignobles voisins rhodaniens et des Côtes du Ventoux. Avant l’accession en AOC, le vignoble du Ventoux incluait plusieurs communes des Baronnies dans son aire VDQS. Un autre obstacle de taille est l’absence d’une structure coopérative au cœur de la zone capable de fédérer les énergies.

47Enfin l’avenir de la viticulture des Alpes du Sud se joue aussi sur le terrain des stratégies commerciales, elles-mêmes indissociables des types de vins produits. Si les terroirs de montagne sont propices à la production de grands vins blancs, une des particularités des Alpes du Sud, est la tradition des vins rouges rudes et vifs : celui de Valserres, à la notoriété certaine ; celui du Châtillonais promu AOC depuis 1975 ; et enfin celui des Baronnies qui tente de se différencier des vins de pays. De tels produits trouvent difficilement preneurs, dans un marché mondial recherchant plutôt des vins ronds et faciles à boire. Chaque producteur tente donc de trouver des solutions durables pour consolider ces débouchés.

48Dans le Gapençais, le domaine Allemand à Théüs joue la carte de la tradition. Il est installé depuis quatre générations sur les terroirs les plus emblématiques de la petite Provence du Gapençais. On y produit des vins typiquement bas-alpins, dont un rouge à base d’un cépage local, le mollard noir, et un blanc sec à base de muscat. Le domaine Tresbaudon à Tallard est de création très récente. Il mise plutôt sur l’innovation, avec une production apte à séduire des consommateurs moins sensibilisés au style gustatif local. Les vins y sont plus ronds, à base de merlot et de syrah. Les deux caves produisent des vins de qualité régulièrement primés dans les concours agricoles, et s’appuient sur leurs structures de vente directe pour profiter d’une clientèle de passage, le long d’un axe touristique très fréquenté été comme hiver.

  • 18  Un des plus puissants groupe de négoce français, spécialisé dans le commerce des vins des Côtes-du (...)
  • 19  Vaste zone incluant plusieurs départements du Sud-Est de la France à la différence du vin de pays (...)

49Dans les Baronnies, les stratégies commerciales sont très délicates à construire car les coopérateurs sont dépendants des structures extérieures au territoire. La cave des Pilles est une annexe de la cave de Nyons, spécialement montée pour vinifier les vins de pays des Baronnies. Elle totalise à elle seule 55 % de la vendange des Préalpes baronniardes. Elle fonctionne en étroite symbiose avec le groupement de producteur des Celliers des Dauphins,18 qui écoule la plus grosse partie de la production, en vin de pays des « Portes de la Méditerranée19 ». Une telle situation est dommageable pour la notoriété du vin, qui est commercialisé majoritairement sous une étiquette générique. Les 35 % apportés à la cave de Puyméras, ne connaissent pas un sort plus enviable, car ils constituent l’entrée de gamme d’un caveau spécialisé dans la vente de vins d’appellation « Côtes-du-Rhône-contrôlée ». Enfin les 10 % restant sont vinifiés par six caves particulières, qui se sont engagées depuis quelques années, dans un processus d’amélioration qualitative. Pour ne citer que deux exemples, les deux domaines de la Rosière et de Rieufrais, installés sur des terroirs d’éboulis typiquement montagnards, constituent un vitrine pour les viticulteurs locaux. Des caveaux de vente ont été mis en place mais la fréquentation est essentiellement estivale dans ce pays isolé.

  • 20  Entretien auprès de Gérard Establet, œnologue en chef, décembre 2005.

50Dans le Diois, la situation est plus enviable. La cave coopérative située à Die au centre du pays, est particulièrement dynamique. Longtemps en position dominante, elle a porté à bout de bras la viticulture de la région. Mais à partir des années 1960, un processus s’est enclenché, conduisant à l’émergence de caves particulières très actives portées par le succès commercial de la Clairette de Die. Ces nouvelles caves se situent surtout dans la partie aval de la vallée de la Drôme, dans le bassin de Vercheny. Depuis deux à trois décennies, le nombre de caves particulières n’a fait que s’accroître, pour atteindre une bonne trentaine d’unités de production. Une saine rivalité s’est installée entre les caveaux de vente directe du bassin de Vercheny et la cave coopérative de Die. Les premiers bénéficient de la circulation active le long de la départementale reliant le Valentinois à Gap ou au Vercors. Un musée de la Clairette a été créé, pour attirer les touristes de passage. La cave coopérative de Die a fait preuve d’une grande capacité d’adaptation malgré une conjoncture difficile. En effet, elle est aujourd’hui capable non seulement d’affronter un monde du vin de plus en plus globalisé, mais aussi de gagner des parts de marché grâce à des stratégies marketing adaptées, dans l’esprit du fameux rapport Berthomeu publié en 2003, visant à mieux positionner les vins français à l’exportation. La cave de Die20 met sur le marché des vins « souhaités » et non plus « subis ». L’idée est de vendre du vin en établissant un pilotage par l’aval, c’est-à-dire par le négoce qui recherche des produits bien précis en fonction des besoins du marché. Les goûts et les exigences des consommateurs étant variables, l’outil de production doit s’adapter. C’est ainsi que pour satisfaire des clients suisses, la cave produit de la Clairette bio, selon un cahier des charges helvétique.

51Ce pilotage par l’aval est surtout matérialisé par les activités de négoce de la structure dioise. Conjointement à la cave coopérative, une société indépendante, appelée Jaillance, a vu le jour il y a peu. Jaillance produit et commercialise non seulement de la Clairette et du Crémant de Die, mais aussi du Crémant de Loire à Vouvray et du Crémant de Bordeaux, suite au rachat d’une société de négoce et de champagnisation installée à Bourg-sur-Gironde. Il y a là une stratégie claire de positionnement fort sur le marché des vins effervescents en rachetant, si nécessaire, des unités de production concurrentes. Le développement d’une grande marque, Jaillance, permet à la coopérative de Die de se démarquer du reste de l’appellation, en faisant des campagnes promotionnelles ciblées. Jaillance vend chaque année 5 à 6 millions de bouteilles de vins effervescents du Diois dont 70 % à la grande distribution. Le marché à l’exportation se développe depuis peu pour atteindre environ le cinquième des ventes. Mais ce succès commercial n’est possible que grâce à une gestion rigoureuse de la production en amont, dans l’esprit des grandes wineries californiennes. Les apporteurs doivent se plier à un règlement, qui établit une grille de rémunération selon la qualité du raisin. Les investissements très réguliers en matériel de vinification, font que la méthode dite ancestrale, utilisée pour la fabrication de la Clairette, est en fait une des plus modernes qui soit.

  • 21  Entretien au domaine Allemand, en décembre 2005.

52Ainsi à des degrés divers, le vignoble des Alpes du Sud est entré dans une phase de reconquête. Reconquête des terroirs dans les Baronnies ou reconquête des marchés dans le Diois, les vignerons des Préalpes dauphinoises s’adaptent pour continuer à exister. Le Gapençais viticole joue sa carte, qui relève davantage du registre de la particularité culturelle, mais l’essentiel est que la vigne ne recule plus. On plante même et on innove comme au domaine Allemand21 où une parcelle expérimentale visant à sélectionner des clones de mollard noir, le cépage local, a été plantée récemment sous le contrôle de l’ENTAV, l’Établissement national technique pour l’amélioration de la viticulture.

Conclusion

  • 22  Nous nous appuyons sur la définition suivante : « les terroirs viticoles sont des lieux propices à (...)

53Comprendre la viticulture dans les Alpes du Sud, nous a conduit à interroger les relations qui se tissent entre nature et culture. De ce fait, il nous a paru impossible de distinguer et de dissocier les agro-terroirs des socio-terroirs,22 selon la terminologie utilisée par certains géographes (Hinnewinkel, 2003). L’appropriation d’un territoire viticole par un groupe social, en particulier lors de l’élaboration de démarches collectives de labellisation, donne lieu à une instrumentalisation de la nature, et à une affirmation des particularités culturelles. « La construction sociale de la nature », à l’œuvre dans les Alpes du Sud, associe de façon inséparable connaissances agro-pédologiques et caractère gustatif des vins, identification des microclimats et savoir-faire vitivinicoles, mesures de maturité de la vendange et stratégies commerciales.

  • 23  Paradoxe souligné par Denis Dubourdieu, lors d’une communication au colloque international « Vigne (...)

54L’étude du vignoble des Alpes du Sud a également mis en lumière le caractère paradoxal du terroir23, qui doit être compris comme un atout et aussi comme une contrainte. Ainsi grâce aux contraintes liées à l’altitude, à la sécheresse de l’air, à l’isolement, la viticulture de montagne présente de très sérieux atouts, pour produire dans un futur proche des vins naturels, sans pesticides ni additifs, prisés par les consommateurs actuels. Les acteurs de la filière vitivinicole devront s’appuyer sur ce paradoxe pour produire des vins séduisants, allant à la rencontre des marchés, sans pour autant renoncer à leur identité. Il en va de l’avenir de la viticulture sud–alpine.

Top of page

Bibliography

Blache J., (1933), L’homme et la montagne, Paris, Gallimard, p. 59-68

Blanchard R., (1930), La répartition de la vigne dans les Alpes françaises, Revue de Géographie Alpine, tome XVIII, p. 219-260.

Blanchard R., (1945), Les Alpes occidentales : les Préalpes françaises du Sud, tome IV, Grenoble, Arthaud.

Dion R., (1959), Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle, Paris, Flammarion, 768p

Donato M.,( 2005), Vignes et vin, une aventure dans les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence, l’Argentière-la-Bessée, Ed. du Fournel, 239p

Durbiano C., (1996), La nouvelle géographie viticole de la Provence, in Des vignobles et des vins à travers le monde, Bordeaux, PUB, p. 228-245.

Feraud Abbé, (1890), Histoire des Basses Alpes, Digne, F. Giraud.

Hinnewinkel J.-C., (2002), Les terroirs des vins d’AOC: des constructions sociales dans la durée, HDR, Université Michel de Montaigne, Bordeaux, vol. 2, 273p.

Letessier I., (2004), Etude des terroirs viticoles de Neuchâtel, Saint-Martin-d’Uriage, Sigales, 169p.

Messiez M., (1998), Les vignobles des pays du Mont Blanc, Grenoble, Revue de Géographie Alpine, 319p.

Moran W., (2000), Culture et nature dans la géographie de l’industrie vinicole néo-zélandaise, Annales de Géographie, n°614-615, Paris, Colin, p. 525-551

Pitte J.-R., (1996), La marche vers la qualité des vignobles du Sud de la Nouvelle-Zélande, in Des vignobles et des vins à travers le monde, Bordeaux, PUB, p. 607-618.

Pogneaux N., (2001), Le vignoble d’altitude, L’Argentière-la-Bessée, Ed. du Fournel, 69p.

Reparaz A. de, (1982), Techniques de culture et utilisation du sol dans la montagne de Haute Provence du premier xixe siècle (1800-1850), in Techniques et sources documentaires, Actes du colloque du GIF-Maison de la Méditerranée, Aix-en-Provence, CNRS, Cahiers n°7, p. 219-224.

Reparaz A. de, (2004), L’agriculture in La montagne de Lure, Forcalquier, Les Alpes de Lumière, p. 128-130.

Sclaffert Th., (1959), Cultures en Haute Provence, déboisements et pâturage au Moyen Âge, Paris, SEVPEN.

Vaudaine A., (1930), Carte de la production viticole des Alpes française en 1927-1928, Revue de Géographie Alpine, tome XVIII, p. 214

Veyret P. et G., (1979), Atlas et Géographie des Alpes françaises, Paris, Flammarion, p. 18 et planche I.

Top of page

Notes

1  Dans son article récent des Annales de Géographie, Waren Moran (2000, p.525-551) développe le concept de « construction sociale de la nature » qui peut se comprendre comme une analyse des représentations associée à la nature. Il l’applique à l’identification et à l’interprétation des terroirs néo-zélandais par les professionnels de la filière vitivinicole.

2  Voir la figure 2 de la carte géologique de Chorges au 1/50 000 éditée par le BRGM qui propose un croquis d’ensemble pour les grandes unités des Alpes. Si la typologie a évolué, on continue néanmoins à distinguer zones externes et internes.

3  La problématique choisie ne s’appuie donc pas sur un concept de « nature », anthropisée à des degrés divers, tel qu’on l’envisage généralement en géographie physique depuis Jean Tricart.

4  Thérèse Sclaffert mentionne des vignes dans les forêts de chênes des Sieyes près de Digne dès le Moyen Âge (Sclaffert, 1959).

5  Le vignoble le plus haut du monde est situé en Bolivie sur le piémont tropical de la cordillère orientale des Andes à la Concepcion au sud de la ville de Tarija. Les 2500 ha de vignes font l’objet d’une production diffusée dans le monde entier en utilisant l’argument commercial d’un vin produit à l’altitude record de 2000 m.

6  La gastronomie est un puissant relais pour consolider la notoriété d’un vin et développer sa consommation. Les vins de montagne s’insèrent ainsi dans une solide culture gastronomique selon des accords mets et vins tirés des grands livres de cuisine régionale ou des grandes tables : en Jura et en Savoie citons l’incontournable poulet au vin jaune et aux morilles ; le Crépy blanc et le soufflé au Beaufort ; la Mondeuse et le civet de lièvre au genièvre…

7  On pense au vignoble de la région de Sion avec ses aménagements spectaculaires en terrasses de culture et le succès non démenti de son vin blanc, mais aussi au petit vignoble de Central Otago en Nouvelle-Zélande évoqué par J.-R. Pitte (1996) où il décrit le domaine de Chard Farm au cœur d’un bassin des Alpes néo-zélandaises produisant des vins de grandes qualités sur les 8 ha d’un cône de déjection dans un environnement particulièrement sévère.

8  C’est l’analyse bien connue de Roger Dion (1959), qui évoque de grands vins aujourd’hui disparus comme ces « vins de France » (Ile-de-France) très appréciés de Philippe le Bel.

9  Bulletin des Amis des Mées, oct 1985.

10  Remarquons aussi que le déséquilibre en faveur des Alpes du nord s’est fortement réduit, puisqu’on n’y produit plus qu’environ 150 000 hl, dont l’essentiel en Savoie.

11  Les paysages des Baronnies sont décrits dans les romans de René Barjavel, Plus particulièrement dans Tarendol (nom d’une petite commune du bassin de Sainte-Jalle).

12  Cet aspect de l’analyse s’appuie sur les expertises terroir réalisées par la pédologue Isabelle Letessier, dans le cadre de l’examen de la demande de reconnaissance des vins de pays des « Coteaux des Baronnies » en AOVDQS par la commission de consultants de l’INAO.

13  Dans un environnement différent, les sols de ce type sont susceptibles de produire de grands vins, par exemple de grands vins blancs en Côte de Beaune.

14  Selon l’expression consacrée par l’INAO depuis de longues décennies, pour définir les pratiques traditionnelles des vignerons permettant de définir la typicité des vins d’appellation (taille, encépagement, type de vinification…).

15  Enquête réalisée par Gilles Vaudelin et Paul Minvielle, à la cave coopérative de Puyméras et à la cave des Pilles lors de réunions de travail pour examiner la demande syndicale d’accession en AOVDQS du vin de pays des Baronnies.

16  Serge Liotaud qui défendait avec beaucoup de convictions et de compétences les vins des Baronnies a disparu tragiquement dans un accident de montagne lors de l’été 2004. Le domaine de la Rosière a été repris par son fils œnologue de formation.

17  D’après le dossier des consultants auprès de l’INAO portant sur la demande d’accession en AOVDQS du vin des Coteaux des Baronnies, rédigé par Gilles Vaudelin, Isabelle Letessier, Paul Minvielle, juillet 2005.

18  Un des plus puissants groupe de négoce français, spécialisé dans le commerce des vins des Côtes-du-Rhône.

19  Vaste zone incluant plusieurs départements du Sud-Est de la France à la différence du vin de pays des Coteaux des Baronnies qui correspond à une petite aire de 29 communes.

20  Entretien auprès de Gérard Establet, œnologue en chef, décembre 2005.

21  Entretien au domaine Allemand, en décembre 2005.

22  Nous nous appuyons sur la définition suivante : « les terroirs viticoles sont des lieux propices à l’implantation de la vigne, constituant des systèmes complexes entre nature et culture ».

23  Paradoxe souligné par Denis Dubourdieu, lors d’une communication au colloque international « Vignes, vin et civilisation en Aquitaine et dans le monde », Bordeaux mai 2005. Selon lui, les terroirs doivent s’envisager plus en terme de contraintes à surmonter que d’atouts. Les régions où la viticulture est sans contraintes ne produisent généralement pas de grands vins, à la différence des régions plus froides ou plus humides. Le domaine Pétrus à Pomerol, installé sur des sols très difficiles d’argiles noires gonflantes, nécessitant un drainage permanent sous le climat humide du Libournais, en est la parfaite illustration.

Top of page

List of illustrations

Title fig. 1 - Répartition communale de la production viticole dans les Alpes du Sud en 1927/1928
Caption Source : A. Vaudaine, 1930, Revue de Géographie Alpine.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/467/img-1.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Fig. 2 - Répartition communale de la production viticole dans les Alpes du Sud en 2000
Caption Source : RGA 2000, fiches viticulture
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/467/img-2.jpg
File image/jpeg, 204k
Title Photo 1 - Sols caillouteux à Théüs
Credits Cliché : P. Minvielle, 2005
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/467/img-3.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Photo 2 - Paysage des Baronnies : le bassin de Sainte-Jalle
Credits Cliché : P. Minvielle, 2005
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/467/img-4.jpg
File image/jpeg, 180k
Title Photo 3 - Vignes au pied du Vercors : le haut Diois
Credits Cliché : P. Minvielle, 2005
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/467/img-5.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Photo 4 - Érosion dans les marnes au Poët-Sigillat, bassin de Sainte-Jalle
Credits Cliché : P. Minvielle, 2005
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/467/img-6.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Photo 5 - Cépages merlot et mollard en position froide à Valserres
Credits Cliché : P. Minvielle, 2005
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/467/img-7.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Fig. 3 - Répartition de la surface en vigne en % de la SAU pour un ensemble de communes situées à la périphérie de l’aire proposée par le syndicat des producteurs de vin des coteaux des Baronnies
Caption Source : RGA 2000.
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/467/img-8.jpg
File image/jpeg, 183k
Top of page

References

Electronic reference

Paul Minvielle, « La viticulture dans les Alpes du Sud entre nature et culture », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 01 December 2008, connection on 24 June 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/467 ; DOI : 10.4000/mediterranee.467

Top of page

About the author

Paul Minvielle

UMR TELEMME, mmSH, Aix-en-Provence

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page