Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

C. Durbiano et Ph. Moustier (sous la dir.), « l’agriculture des Alpes-de-Haute-Provence »

(2004), Actes des assises pour l’agriculture des Alpes-de-Haute-Provence, organisées par la Chambre d’agriculture, l’Université de Provence, l’UMR TELEMME et l’IUT de Digne-les-Bains, Vial, 180 p., 18 cartes ht.
Pierre Gabert
p. 110
Bibliographical reference

C. Durbiano et Ph. Moustier (sous la dir.), (2004), Actes des assises pour l’agriculture des Alpes-de-Haute-Provence, organisées par la Chambre d’agriculture, l’Université de Provence, l’UMR TELEMME et l’IUT de Digne-les-Bains, Vial, 180 p., 18 cartes ht.

Full text

1Ces assises ont pour but de faire le bilan des activités agricoles dans ce département qui s’étend de la Durance aux grandes Alpes et d’en dégager les principales lignes de force pour l’avenir. Universitaires, agriculteurs, professionnels et fonctionnaires des chambres d’agriculture des Alpes du Sud se sont retrouvés en juin 2003 dans ce colloque.

2Le département est un véritable puzzle de productions végétales et animales dans des milieux géographiques très différents, depuis la grande vallée de la Durance jusqu’aux alpages offerts à la transhumance ovine ; et l’agritourisme en plein développement tente de consolider une économie agricole très dépendante d’aides publiques, qui justement sont en réduction. Le poids des facteurs géographiques et historiques est mis en valeur par B. Barbier et A. de Réparaz qui montrent qu’une « nouvelle société moderne et ouverte » a transformé l’image d’un département trop souvent considéré comme pauvre et arriéré.

3L’état des lieux montre la place importante (20 % des actifs) occupée par les activités agricoles grâce à l’irrigation, au développement des vergers (10% des pommes françaises) et des plantes à parfum, en première place de la lavande.L’irrigation est sécurisée grâce aux aménagements d’EDF et du Canal de Provence. L’élevage ovin participe pour 26 % au produit brut agricole. Il s’appuie sur l’abattoir de Sisteron (le 1er de France) et la transhumance qui commence à se heurter aux problèmes du loup. Mais, cette activité dépend de l’évolution de la PAC encore incertaine. Une politique de qualité valorise les AOC de l’huile d’olive de Manosque aux Mées, le vignoble de Pierrevert, l’essence de lavande, et l’IGP pour le miel, le fromage de chèvre de Banon ainsi que le label rouge de l’agneau de Sisteron. Cette politique de qualité encourage la mise en place de projets territoriaux cohérents.

4La Chambre d’agriculture développe des politiques de valorisation des produits du terroir en participant à de nombreuses foires expositions en France, en soutenant les Maisons de produits de pays très fréquentées par les touristes. Elle guide, ainsi que la DDAF, les agriculteurs dans le dédale des aides européennes, et encourage l’agritourisme qui est né dès 1951 dans le département. De gros efforts restent à faire car les potentialités sont très fortes comme le montrent l’étude des paysages par R. Courtot et celle des chartes de pays par A. Ailloud. Mais la réforme de la PAC avec ses restrictions financières et ses nouvelles orientations va exiger des innovations plus dynamiques.

5L’avenir des Alpes-de-Haute-Provence repose encore largement sur ses activités agricoles pourtant fragiles comme le montre Ph. Moustier dans le bilan de ces assises : fragilité démographique, économique et sociale, avec un contraste croissant entre les grandes vallées et la montagne (malgré les stations de sports d’hiver de l’Ubaye et du haut Verdon. Le tourisme (40 % du PIB départemental) est étroitement lié à la qualité des paysages, du climat et des productions agricoles. Plusieurs scénarios sont présentés, pessimistes pour la moyenne et la haute montagne, beaucoup plus optimistes pour les vallées irriguées et les terrains valorisés par la qualité de leurs produits. Mais, là comme ailleurs, se posent les problèmes de l’installation de jeunes agriculteurs, la maîtrise du foncier, l’organisation des marchés, la pluralité des activités, le maintien des structures administratives (école, poste), la politique des réserves en eau, des meilleurs liaisons routières et ferroviaires avec les grandes agglomérations de Provence-Alpes-Côte d’Azur et vers Rhône-Alpes.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Gabert, « C. Durbiano et Ph. Moustier (sous la dir.), « l’agriculture des Alpes-de-Haute-Provence » », Méditerranée [Online], 107 | 2006, Online since 04 December 2008, connection on 16 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/480 ; DOI : 10.4000/mediterranee.480

Top of page

About the author

Pierre Gabert

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page