Skip to navigation – Site map
Faire reculer la ville

Nouvelles approches en matière de protection
et de gestion du littoral en Tunisie

New approaches to protection and coastal management in Tunisia
Abdelala Bounouh
p. 45-53

Abstracts

The Tunisian coastlinee, coveted and subjected to multiple pressures, is a fundamental element in land development. The many uses of this area, which accomodates two thirds of the national population, the vast majority of the country’s tourist infrastructures and more than 80% of industrial areas, have caused environmental damage detrimental to all of its users.Initially, government bodies attempted to address the problem by adopting a traditional approach, favouring legal tools for prevention and repression. The limitations of the latter has recently led the Tunisian State to adopt a new approach that incorporates the dimensions of sustainable development, the participation of civil society and the support of international organisations.

Top of page

Full text

1Le littoral oriental de la Tunisie constitue l’épine dorsale du pays en raison de la richesse de ses ressources naturelles, terrestres et marines. Exerçant une attraction très forte sur les civilisations successives, il a de tous temps été le siège d’activités humaines intensives et multiples. Sur environ 1300 km, il offre une grande variété de milieux et de paysages naturels, ainsi qu’un patrimoine archéologique de très grande valeur. Parallèlement, il concentre plus de 60% de la population et la quasi-totalité des activités touristiques et industrielles. Souvent mal maîtrisés, les aménagements économiques et l’urbanisation perturbent l’environnement côtier, bouleversent les paysages et les modes d’occupation du sol, et aggravent les phénomènes d’érosion. Les effluents industriels affectent quant à eux les écosystèmes naturels et réduisent les richesses halieutiques.

2L’arsenal juridique en matière de protection et conservation de l’environnement s’est développé à partir des années 1970. Mais la législation spécifique au domaine côtier a fait son apparition très tardivement, au milieu des années 1990. D’une part avec la promulgation de textes qui réglementent le domaine public ou définissent des zones sensibles devant faire l’objet d’aménagements spécifiques. D’autre part avec la création de l’Agence de Protection et d’Aménagement du Littoral (APAL), une instance publique dédiée à la gestion du littoral. Mais plusieurs facteurs réduisent l’efficacité de ces outils juridiques et réglementaires, comme ils pénalisent les nouvelles approches inspirées de la Gestion Intégrée du Littoral et des préceptes du développement durable.

1 - Un panorama de la dégradation de l’environnement côtier

  • 1  La capacité d’accueil touristique s’est accrue de 29 %, passant de 185 000 lits en 1998 à 240 000 (...)

3La Tunisie a connu un développement urbain soutenu durant les trois dernières décennies. La population urbaine est passée de 2,7 millions en 1975 à 6,6 millions en 2004. Le taux d’urbanisation dépasse actuellement les 65%, avec une concentration des villes sur l’axe littoral, interface majeur du pays et foyer de peuplement plurimillénaire. La pression urbaine y est donc très forte et la dégradation environnementale multiforme, aggravée par la multiplication des aménagements de front de mer à partir des années 1970 et par le développement d’un tourisme balnéaire de masse destiné à la clientèle européenne1 (Belhédi, 1999). On observe notamment un processus inquiétant d’érosion du trait de côte puisque sur les 500 km de côtes sableuses, 40 sont sérieusement affectés, (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Carte de l’état actuel de l’environnement côtier de la Tunisie

Source: APAL − cartographie: A. Bounouh

4Un rapide panorama du littoral tunisien permet d’entrevoir différentes déclinaisons d’un même phénomène.

5* Le littoral septentrional de la Tunisie, qui s’étire sur plus de 200 km, se distingue par la variété de son relief montagneux et par ses fonds marins riches et préservés. Toutefois, dans la région de Tabarka, on peut s’inquiéter des nouveaux complexes touristiques en projet, en construction ou réalisés. Plusieurs risques sont à craindre: recul du rivage du fait de l’érosion marine, destruction des herbiers de posidonies et raréfaction des poissons, (photo 1).

Photo 1

Photo 1

Implantation de nouvelles unités touristiques à Tabarka

Crédit photographique: www.rahhala.net

6* Le littoral bizertin montre des signes de dégradation en raison de l’importance des activités industrielles (raffinage du pétrole et sidérurgie), responsables de rejets polluants dans le lac de Bizerte. Le petit archipel de Zembra et Zembretta, où l’on recense des richesses benthiques et des espèces rares ou en voie de disparition, constitue la principale aire maritime protégée du pays (photo 2).

Photo 2

Photo 2

L’archipel protégée de Zembra et Zembretta

Cliché de l’auteur, 2008

7* Le littoral autour du Golfe de Tunis a subi une forte pression du fait de l’urbanisation et de l’implantation des activités industrielles. Il a vu la disparition de ses plages, notamment dans ses banlieues nord (Goulette Salammbô, Amilcar) et sud (Hammam-Lif, Ezzahra). Cette situation a nécessité la mise en place de plusieurs ouvrages de protection, notamment des brise-lames. Les implantations industrielles ont aussi favorisé des phénomènes d’eutrophisation dans la partie sud du lac de Tunis. En revanche, l’assainissement de ses rives nord a permis une régénération du milieu, en particulier une augmentation de la transparence de l’eau, l’apparition de nouvelles espèces et la disparition des odeurs nauséabondes estivales (photo 3 et fig. 1).

Photo 3

Photo 3

Protection de la plage de Hammam Lif par des brise-lames

Cliché de l’auteur, 2008

8* Les littoraux du Golfe de Hammamet et du Sahel de Sousse concentrent près de la moitié de la capacité d’accueil touristique du pays. Ils souffrent par endroits d’atteintes graves à l’environnement et montrent des signes d’équilibre précaire du trait de côte (processus d’érosion des plages et de recul des falaises).

9* Sfax et Gabès, les deux principales villes du sud de la Tunisie, ont connu une évolution comparable. Soucieux de ne pas entraver le développement économique du pays, les pouvoirs publics ont encouragé à partir des années 1970 l’implantation d’unités de transformation du phosphate de la région de Gafsa (production d’acide phosphorique et d’engrais). Le rejet des effluents en pleine mer provoque une grave pollution industrielle, cause principale de la dégradation du milieu naturel. La régression des herbiers de posidonies a affaibli la biodiversité, modifié la morphologie des plages déjà fragilisées par les aménagements, et favorisé la régression de l’agriculture littorale, notamment dans l’oasis de Gabès (Bouzid, Megdiche, 2006).

10* Les rivages insulaires de Djerba et Kerkennah ont connu des transformations majeures du fait de l’aménagement de complexes touristiques sur des plages fragiles. Comme nous le verrons plus loin, cette situation a engendré une modification profonde des paysages et un sévère recul du trait de côte. La lagune des Bibanes, située à l’extrémité méridionale du pays, où l’exploitation des richesses halieutiques est contrôlée, constitue l’unique écosystème stable dans cette partie du littoral.

2 - Les limites de la protection réglementaire de l’environnement côtier

2.1 - Définition du Domaine Public Maritime et protection de la « bande des 100 mètres »

11Le Domaine Public Maritime (DPM) est régi par la loi du 24 Juillet 1995, réformant les textes de 1985 et 1987. Six chapitres principaux définissent sa consistance, les modalités de sa délimitation, les servitudes qu’il supporte, son régime d’utilisations et d’occupation, sa police ainsi que diverses dispositions spéciales. Le DPM se compose à la fois du domaine public maritime naturel (le rivage, les lacs et lagunes en communication naturelle avec la mer, la zone de pêche exclusive, la zone économique exclusive) et du domaine public maritime artificiel (rades, ports, îles artificielles, etc.). On notera que la loi de 1995 a étendu l’emprise de son volet terrestre, concrétisant ainsi une prise de conscience environnementale. Ce prolongement est important dans la mesure où il doit permettre à la fois la conservation des secteurs les plus vulnérables et la prévention des risques d’érosion et de submersion du littoral (fig. 3).

12Fig. 3 - Les composantes spatiales du Domaine Public Maritime

1 Début des constructions – 2 Esplanade – 3 Zone non constructible – 4 Couloir 3m – 5 Dune – 6 Lais et relais

Source: APAL

13La délimitation du DPM sert de base de calcul à l’instauration d’une servitude d’urbanisme, inspirée de la loi Littoral française et sa disposition dite « de la bande des 100 mètres ». Cette servitude est définie dans l’article 25 de la loi du 28 novembre 1994 qui édicte des règles spéciales d’aménagement sur le littoral. On distingue deux situations:
- Dans les zones non couvertes par un plan d’aménagement approuvé, il est strictement interdit de construire à une distance inférieure à 100 m à partir de la limite haute du domaine public maritime. Cette distance peut être augmentée dans les zones menacées d’érosion maritime, et chaque fois que la nécessité de protection du littoral l’impose.
Dans les zones couvertes par un plan d’aménagement cette distance est fonction de la situation particulière de chaque zone, mais elle ne peut en aucun cas être inférieure à 25 m.

14Toutefois ces dispositions ne s’appliquent pas aux équipements publics et aux activités économiques nécessitant d’être à proximité du rivage de la mer; auquel cas leur implantation est soumise à une autorisation spéciale du ministre chargé de l’Urbanisme, après avis des ministres chargés des Domaines de l’État, de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire. Sont dispensés de cette autorisation tous les ouvrages et constructions nécessaires à la sécurité de la navigation maritime et aérienne, à la défense nationale ou à la sécurité publique.

2.2 - Une délimitation du DPM presque achevée mais imparfaite

15La délimitation du Domaine Public Maritime constitue l’une des actions principales réalisées sur le littoral tunisien. Les procédures ont débuté en 1987 et sont à près de 90% achevées, soit 1 123 km bornés par arrêtés ministériels. La délimitation est réalisée par un comité comprenant des représentants du Ministère de l’Équipement, de l’Agence de Protection et d’Aménagement du Littoral (APAL) et de représentants locaux. L’évolution du trait de côte est analysée à partir des anciennes cartes nautiques à diverses échelles levées par le Service Hydrographique de la Marine Française entre 1883 et 1890, des éditions successives de la carte topographique au 1/50 000e qui couvre la majeure partie des côtes du pays, et des nouvelles cartes au 1/25 000e. Les photographies aériennes consistent en deux séries de couvertures diachroniques (1948-1949 et 1962-1963). Enfin, de nombreuses missions de terrains ont eu lieu depuis 1970 dans les secteurs touristiques balnéaires. Au final donc, ces données ont permis la réalisation de cartes de l’évolution du trait de côte sur plusieurs décennies. Depuis 1995, l’Observatoire du Littoral de l’APAL a mis en place un Système d’Information Géographique afin de mieux connaître, gérer et communiquer sur le littoral Tunisien.

16Dans la pratique, les méthodes et les procédures de la délimitation demeurent incomplètes et imprécises, voire douteuses. Elles ne prennent en considération ni la configuration spéciale de la côte ni les spécificités de l’environnement côtier, et elles omettent les situations particulières. C’est le cas de la côte à falaises de Rass Eddimess dans la région de Monastir, où les bornes du DPM sont placées à très faible distance du sommet de la falaise vive, façonnée dans des formations tendres et connue pour l’importance de son recul(Ben Cheikh, Dallagi 1999 et Oueslati, 2004). Il existe par ailleurs plusieurs insuffisances au niveau du bornage, signalées par le géomorphologue A. Oueslati à l’occasion des enquêtes et relevés géomorphologiques, montrant par exemple que des bornes peuvent disparaître à l’occasion de travaux de construction.

2.3 - Infractions au DPM et privatisation des plages

17Plusieurs types d’infractions sont relevés chaque année par les services de l’APAL. Selon le rapport national de l’état de l’environnement, plus de 80 infractions ont été commises en 2007, dont plus de la moitié dans les gouvernorats de l’Ariana, Bizerte, Monastir et Nabeul. Les occupations en dur sur le DPM sont de 3 types: la construction d’ouvrages ou de parties d’ouvrages, l’extension et l’aménagement des ouvrages réalisés avant la promulgation de la loi sur le DPM,et enfin l’aménagement de clôtures, terrasses ou trottoirs. Les infractions dites « légères » concernent le non-respect des autorisations d’occupation temporaire, l’implantation de baraques ou autres installations légères sans autorisation préalable, la destruction des dunes ou l’enlèvement et le transport de sable de plage, le remblaiement des sebkhas, l’occupation des parties incluses dans le DPM et la mise en place de haies (photo 4 et tab. 1).

Photo 4

Photo 4

Constructions sur le DPM et ouvrages de protection de la plage d’Ezzahra dans la banlieue Sud de Tunis

Cliché de l’auteur, 2009

Tableau 1

Tableau 1

Infractions sur le DPM relevés en 2007

Source: Agence Nationale de Protection de l’Environnemen

18Dans la zone touristique de Hammamet, les infractions sont nombreuses; certaines antérieures à la création de l’APAL, d’autres plus récentes. Sur les 17 km de côtes, le public ne dispose que de quelques accès à la mer, et doit en général contourner les luxueux hôtels construits très près du rivage. Par ailleurs, il arrive fréquemment que les propriétaires de villas « pieds dans l’eau » privatisent la plage, ce qui déclenche des altercations avec les usagers voulant accéder au rivage. D’autres se sont purement et simplement appropriés le DPM en bloquant l’accès à la plage par des obstacles. La pression sociale reste très forte dans la mesure où les autorités continuent de délivrer des autorisations d’occupation du DPM aux promoteurs. L’Association d’Éducation Relative à l’Environnement a tiré le signal d’alarme à plusieurs reprises et sollicité l’APAL afin de ne pas privatiser l’accès aux plages de Hammamet et de veiller au respect des principes de libre fréquentation et de circulation le long du littoral (Sahli, 2008)

19Le littoral oriental du Cap Bon offre un second exemple de privatisation des plages. Suite à la construction du deuxième hôtel du projet « Kélibia La Blanche », les habitants de la ville de Kélibia ont envoyé une pétition aux pouvoirs publics exprimant leur inquiétude face à la privatisation de la plage et à la dégradation de l’environnement côtier (accélération de l’érosion des plages, disparition de la faune et de la flore, transformation du paysage). En outre, cette privatisation pourrait entraîner une réduction du nombre d’usagers, donc de touristes, et par conséquent générer un manque à gagner pour les professionnels locaux de l’immobilier. Enfin, le projet, qui se voulait écologique et touristique, et devait créer des emplois permanents, s’est transformé en une opération de promotion immobilière de villas de haut standing. Les signataires de cette pétition ont réclamé la suspension immédiate de tous les travaux de construction de la deuxième unité hôtelière, l’annulation de tout autre projet sur ces plages, l’interdiction ferme de toute forme de privatisation des plages, et la prise des mesures nécessaires pour s’assurer du respect du droit d’accès au DPM.

  • 2  On citera parmi les plages ainsi aménagées: , Raoued 2 et 3, Ras Angela,  (Bizerte), , Saloum 2 ( (...)

20Face à cette privatisation récurrente des plages par les hôteliers et les riverains, les pouvoirs publics ont imaginé une alternative: offrir aux familles tunisiennes, moyennant des tarifs préférentiels, des plages publiques dotées de commodités et d’équipements (parasols, tables, chaises, sanitaires, douches, etc.); ce qui nécessite un raccordement aux réseaux d’eau, d’électricité et d’assainissement. Que la gestion soit assurée par un acteur privé ou par la commune, le cahier des charges impose de veiller à la protection et la propreté de la plage, ainsi qu’au maintien de l’ordre et de la sécurité. Pensée en 2000, mise en œuvre à partir de 2002-2003, cette idée a conduit en 2008 à l’aménagement de 80 plages, concernant treize gouvernorats depuis Bizerte jusqu’à Djerba, financé à parts égales par le fonds de la protection de l’environnement touristique et par le budget de l’État2. Une seule société privée a relevé le défi, mais elle gère plus de la moitié des plages. Ces plages aménagées sont toutefois loin de rivaliser avec celles des hôtels, fréquentées par les touristes et les catégories aisées de la population tunisienne.

2.4 - Ports de plaisance et atteintes environnementales

21Bien qu’elle soit très peu développée, l’activité de plaisance constitue un facteur de dégradation pour certains rivages côtiers. Le pays dispose aujourd’hui de sept ports de plaisance situés dans les grandes stations touristiques (Yasmine Hammamet, Monastir, El Kantaoui, Sidi Bou Saïd, Tabarka et Bizerte), et qui totalisent environ 2100 anneaux. Le plus important est celui de Yasmine Hammamet avec 750 anneaux. Alors que des voix s’étaient élevées contre la réalisation de cet ouvrage sur un secteur fragile du littoral, c’est l’aspect purement économique qui avait prévalu; les partisans de cette marina ayant mis en avant la valeur ajoutée du projet, dans un esprit de « station touristique intégrée ».

22Le port a été réalisé sur un trait de côte linéaire et homogène, dans une zone classée sensible par le Schéma Directeur d’Aménagement de Hammamet-Sud. D’autre part, selon S. SAHLI, de l’Association d’Éducation Relative à l’Environnement de Hammamet, l’ouvrage empiète plus largement que prévu sur le DPM puisque l’on est passé d’un projet de 5 ha lors des études préliminaires à une réalisation effective de 21 ha dont 16 gagnés sur la mer. Enfin, l’étude d’impact s’est limitée aux conséquences prévisibles dans le périmètre de la zone d’aménagement. De fait, aujourd’hui, la digue nord de la marina bloque complètement le transit littoral du sable, provoquant un engraissement de la plage en amont et son érosion à l’aval. L’obstacle a également entravé la diffusion des posidonies mortes du nord vers le sud, provoquant l’entassement de dizaines de tonnes de matière végétale sur la plage. Leur putréfaction occasionne des désagréments pour les hôteliers et les usagers, obligeant les pouvoirs publics à une gestion quotidienne du problème (Sahli, 2008) (photos 5 et 6).

23Face à la perturbation du transit sédimentaire et à la dégradation des plages, largement liées aux complexes touristiques et portuaires, le programme opérationnel engagé par l’APAL n’a pas donné les résultats escomptés (Bounouh, 2008). En effet, les techniques lourdes de défense ont souvent aggravé la situation et ont fait ressurgir de nouveaux problèmes comme l’indique l’exemple de l’intervention de l’APAL dans le Golfe de Tunis, (tab. 2).

Tab. 2 - Travaux de protection du littoral Sud du golfe de Tunis

Tab. 2 - Travaux de protection du littoral Sud du golfe de Tunis

Source: APAL

24Cette situation difficile en matière de gestion de l’érosion, de privatisation de l’espace public ou de maîtrise de l’urbanisme littoral a orienté la réflexion vers de nouvelles approches, inspirées du concept de Gestion Intégrée des Zones Côtières et s’inscrivant dans une optique de développement durable.

3 - Une nouvelle approche pour la gestion du littoral tunisien

3.1 - Vers un modèle de stations touristiques durables. Le cas de Yasmine Hammamet

25Dès 1960, le tourisme occupait une place de choix dans les plans de développement économique successifs. En 1959, l’État tunisien en était devenu un acteur direct en créant la Société Hôtelière et Touristique de Tunisie (SHTT), premier constructeur du pays. L’Agence Foncière Touristique (AFT), créée en 1973, fut à l’origine de la première génération de zones touristiques balnéaires à Hammamet, Sousse et Djerba, incitant les investisseurs privés à s’y installer à leur tour. Les aménagements touristiques ont mobilisé des ressources foncières considérables pour les besoins des unités hôtelières et des infrastructures (aéroports, routes, parkings, stations d’épuration). Mais les effets pervers ont été nombreux: accroissement de la demande de sol urbain entrainant une flambée du foncier et de l’immobilier, concentration des constructions sur les dunes bordières aggravant l’érosion marine, augmentation constante des besoins en eau et en énergie pour la clientèle touristique, etc. (photo 7).

Photo 7

Photo 7

Concentration de plus de 120 unités hôtelières à Hammamet

Source: Fédéral Hotel, Hammamet

26Prenant acte de cette situation, le Programme d’Action National de l’Environnement et du Développement Durable pour le xxie siècle a recommandé en 1995 de développer et de promouvoir un tourisme diversifié, intégré et respectueux de l’environnement en améliorant la localisation et la qualité des unités touristiques et en développant et promouvant un système touristique diversifié, déconcentrant le tourisme des zones balnéaires en l’ouvrant sur l’intérieur du pays, et respectueux de l’environnement (Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire, 1995). Ces exigences compliquent la tâche des pouvoirs publics qui doivent développer un nouveau type d’offre, tout en garantissant la compétitivité du produit touristique tunisien à l’échelle du bassin méditerranéen. Car la tendance aujourd’hui est aux nouvelles formes d’hébergement, en vue de capter d’autres segments de la clientèle européenne. Ainsi, l’hôtellerie classique intégrée est concurrencée par « l’appart-hôtellerie », forme d’hébergement intermédiaire entre l’hôtel et la location de vacances. C’est pourquoi la construction d’appartements, en pleine croissance, s’accompagne de centres commerciaux et de parcs d’animations. En conséquence, planificateurs et urbanistes ont dû réfléchir à de nouveaux concepts d’opérations touristiques, en intégrant ces nouvelles exigences spatiales, environnementales et commerciales.

27C’est dans ce contexte que s’inscrit l’aménagement de la station touristique de Yasmine Hammamet. Elle s’étend sur 88 ha et s’articule autour de grands complexes résidentiels implantés sur des parcelles de cinq hectares, situés en périphérie de la station. Le port de plaisance et le boulevard de front de mer constituent les espaces publics de la partie centrale et occupent la majeure partie du bord de mer (Belhedi, 1999). Toutefois, cette opération pêche par sa déconnection et son éloignement à la ville, qui peuvent générer une impression de ségrégation socio-spatiale et d’isolement. A contrario, la station d’El Kantaoui, bien que plus ancienne, n’offre pas de séparation entre les habitants et les touristes, et l’on y remarque une certaine continuité entre la ville et les établissements hôteliers (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

Station touristique de nouvelle génération de Yasmine Hammamet

Conception: A. Bounouh, réalisation: P. Pentsch

3.2 - La requalification des sebkas littorales. Le cas de la Sebkha de Mahdia

28Le littoral tunisien abrite plusieurs sebkhas de tailles et de caractéristiques physiques et écologiques variées, parfois enclavées dans le tissu urbain. Elles subissent des agressions anthropiques d’origine urbaine, touristique et économique. Les effets en sont nombreux: pollutions, contraction par assèchement et/ou remblaiement des berges, régression floristique et faunistique, altération de la qualité du milieu, etc. Ces dépressions fermées sont devenues aussi une source de nuisances olfactives et d’insécurité sanitaire pour les populations avoisinantes.

29Face à cette situation, l’APAL a établi un programme d’intervention sur les sebkhas littorales, dont celle de Ben Ghayadha située à proximité de la mer dans la partie sud de la ville de Mahdia. Cette sebkha est à l’origine de multiples nuisances. Elle constitue, par la présence d’eaux stagnantes durant une longue période de l’année, un vaste gîte larvaire de moustiques. Les riverains souffrent aussi, surtout en été, des émanations gazeuses issues de la décomposition des matières organiques rejetées dans la sebkha. Car malgré ces nuisances, des activités industrielles, des quartiers d’habitat social et des équipements se sont développés sur ses berges et ont fait de la dépression le réceptacle naturel des eaux usées et des déchets ménagers. Enfin, le paysage de cette partie méridionale de la ville, qui abrite des usines agro-alimentaires vétustes et délabrées, présente un contraste saisissant avec la partie septentrionale qui connaît au contraire un développement soutenu avec l’aménagement de la zone touristique et la construction de nouveaux quartiers résidentiels.

30De grands travaux de nettoyage et de plantations, coordonnés par le Ministère de l’Environnement, ont été effectués en 1998. Ils ont permis d’évacuer vers la décharge la totalité des déchets solides déversés dans la sebkha, et de réaliser avec un succès relatif un certain nombre de plantations ornementales. Un talus de protection entoure toute la dépression afin d’éviter les intrusions dommageables et l’occupation illicite des terrains. L’APAL a également lancé un vaste programme d’assainissement, d’aménagement et de valorisation de cette zone. La première tranche a concerné des travaux de terrassement et d’infrastructure: dragage, remblaiement et protection des berges, construction d’un ouvrage de franchissement, création ou détournement des Voiries et Réseaux Divers (VRD), réalisation de deux stations de pompage. D’autre part, la connexion de la sebkha à la mer par l’intermédiaire de deux canaux va permettre l’aménagement d’un port de plaisance. Toutefois il faudrait tenir compte de l’élévation du niveau marin. Il aura des conséquences évidentes sur les marais maritimes et les sebkhas en général, avec des risques d’envahissement permanent et la possibilité que les aménagements réalisés deviennent inopérants. Celle de Mahdia est déjà souvent inondée et envahie par les eaux marines au cours de la saison hivernale (photo 8).

Photo 8

Photo 8

Vue générale de la Sebkha de Mahdia après la première phase d’aménagement

Source: APAL

31La deuxième tranche du projet, qui comprend l’aménagement proprement dit, n’a pas encore démarré faute de financements suffisants. Des groupes d’investisseurs du Qatar et du Koweït ont manifesté leur intérêt pour la réalisation de projets immobiliers et touristiques mais la question des investissements étrangers suscite déjà des inquiétudes au sein de la classe entrepreneuriale locale, et particulièrement parmi les jeunes promoteurs. On s’interroge en effet sur l’implication des ressources humaines locales, et sur les répercutions sociales et économiques de ces futurs projets. À l’inverse de ces préoccupations, pour encourager les investissements étrangers, les autorités ont restreint les possibilités d’achat pour les tunisiens dans les zones touristiques, et instauré un abattement fiscal sur 90% des revenus pour tout étranger voulant s’établir en Tunisie. Des statistiques du ministère du Tourisme indiquent que plusieurs milliers d’Européens, surtout parmi le troisième âge, ont choisi de s’établir en Tunisie, tout particulièrement dans les villes touristiques et côtières du pays.

3.3 - Les zones sensibles, un équilibre difficile entre protection et développement. Le cas de Ras Remel (île de Djerba)

  • 3  Sur le littoral septentrional, trois secteurs sont à signaler: Tabarka-Zouaraâ, l’extrême Nord, e (...)

32Le décret du 28/10/1998 définit une zone sensible comme un espace présentant « des caractéristiques naturelles spécifiques qui constituent un écosystème fragile ou un élément d’un ensemble d’éléments dans ce système, et qui requiert, pour sa protection contre la dégradation, la mise en œuvre de normes et de procédés d’aménagement prenant en compte ses spécificités et préservant les sites naturels y existant ». À la fin de l’année 2000, suite aux travaux de l’APAL, plusieurs zones littorales ont été classées zones sensibles, soit 190 km de côtes et 9500 ha3.

33Ces secteurs sont dotés de plans de gestion évaluant la situation écologique, environnementale et socio-économique du site ainsi que les risques qu’il peut encourir. Ces plans servent aussi à identifier les évolutions tendancielles et les mesures de conservation, à évaluer les potentialités du site et son aptitude à l’aménagement et à la réhabilitation dans un contexte de développement durable, à définir les actions de protection et de valorisation nécessaires. Cependant, dans la pratique, ces documents sont difficilement applicables ou adaptés aux réalités du terrain.

34La zone sensible de Ras Remel offre un bon exemple de la difficulté à protéger un secteur sensible sur le plan environnemental mais stratégique sur le plan économique. Située dans la partie nord-est de l’île de Djerba, en limite de la zone touristique, elle consiste en une flèche dunaire de 10 km de long et 3 km de large. De formation récente, elle est constituée d’un complexe de dunes mobiles, de dunes fixées par une végétation principalement halophile, d’une plage sableuse très large par endroits et de zones marécageuses. Elle prolonge une sebkha de plusieurs hectares et des dunes hautes colonisées par des palmiers. Cette zone est donc très sensible et vulnérable en termes de biodiversité, de paysage et de milieu dunaire. Les pressions anthropiques y sont très largement liées à l’activité touristique. Au nord-est de l’île, sur une vingtaine de kilomètres de rivages, on dénombre une cinquantaine d’unités touristiques représentant 23000 lits et pouvant accueillir 300000 personnes. L’exploitation du site par les professionnels du tourisme, dans le cadre d’excursions en mer, se fait à partir du port de Houmt Souk jusqu’à la zone d’accostage sur la flèche sableuse. La flèche dunaire subit donc une fréquentation intense durant la haute saison avec environ 1000 visiteurs par jour, et doit supporter divers aménagements (appontements et quais d’accostage, activités de restauration, buvettes et douches, etc.). Son équilibre est d’autant plus menacé qu’elle a été l’objet d’une exploitation abusive en matière de sable, juste au pied de la flèche où le terrain est aujourd’hui totalement aplani et le champ de dunes détruit. Enfin, la progression du système dunaire connait un léger ralentissement en raison de la diminution du stock de sable au niveau des plages (fig. 5 et photo 9).

Fig. 5

Fig. 5

Zone touristique et flèche dunaire de Ras Remel à Djerba

Source: commune Houmet Souk, cartographie: A. Bounouh

Photo 9

Photo 9

Vue partielle de la flèche de Ras Remel

Source: commune Houmet Souk

3.4 - La stratégie de développement du Grand Sfax et le projet Taparura

35Le littoral sfaxien offre un autre visage de la même problématique. Les études réalisées sur la côte de la ville de Sfax ont révélé une situation alarmante sur le plan environnemental, nécessitant par exemple l’interdiction de baignade sur plusieurs kilomètres. Il a donc fallu engager le développement de l’agglomération dans une nouvelle voie, conciliant les impératifs de développement économique et social d’une part et les besoins de protection environnementale d’autre part. C’est dans ce contexte que s’inscrit la Stratégie de Développement du Grand Sfax (SDGS), entamée fin 2002 par la commune de Sfax et les six communes avoisinantes (Sakiet Eddaeïr, Sakiet Ezzit, Chihia, Gremda, El Aïn et Thyna). Il s’agit d’une expérience originale, appuyée sur un programme de l’Union européenne en collaboration avec Medcités, et qui a bénéficié de la coopération d’autres villes méditerranéennes comme Barcelone, Marseille et Rome. Elle a profité aussi de la participation et de la collaboration d’un grand nombre de cadres, responsables politiques et universitaires de la région.

36Le volet environnemental de cette démarche concerne la valorisation et la protection du littoral, impacté par un lourd héritage industriel. Le projet Taparura en est l’opération phare. Au début des années 1960, l’installation d’une unité de transformation de phosphates en plein centre-ville, dans la zone portuaire, a dégradé une partie du littoral nord de la ville. Une spectaculaire opération a été engagée, consistant en la dépollution du site, la réhabilitation des plages et l’extension de l’agglomération urbaine sur cette ancienne friche industrielle gagnée sur la mer.

37La première phase de travaux a démarré en mars 2008 et s’est achevée en mai 2009. Elle a consisté à décaper et dépolluer un énorme dépôt de phosphogypse de 50 ha, lui-même entouré d’une plaque de même nature de 90 ha. Le site a été remodelé, aménagé sous forme d’un tronc de cône, parfaitement isolé sur tout son périmètre puis recouvert de terre végétale. Plusieurs travaux ont ensuite été menés: épis, canal de collecte des eaux pluviales, remblaiement des terrains gagnés sur la mer et destinés à l’espace urbain, etc. La seconde phase, qui n’a pas encore commencé, consistera à aménager l’espace gagné sur la mer par l’installation d’activités touristiques, culturelles, commerciales, résidentielles, de services et surtout d’animations et de loisirs. Sur les 6 km de plage et de promenade, un parc urbain est prévu, d’une superficie équivalente à deux fois celle de la médina (photos 10, 11, 12).

Photo 10 - Projet Taparura

Photo 10 - Projet Taparura

Décapage du phosphogypse

Source: SMAP III

Photo 11 - Projet Taparura

Photo 11 - Projet Taparura

Canal de collecte des eaux pluviales

Source: SMAP III

Photo 12 - Projet Taparura

Photo 12 - Projet Taparura

Périmètres des futurs aménagements

Source: commune de Sfax

  • 4  Schéma directeur d’aménagement du Grand Sfax, schéma directeur d’aménagement des zones sensibles d (...)

38Dans le périmètre du Grand Sfax, la mise en œuvre de plusieurs programmes4 montre que l’objectif d’une GIZC est hypothéqué dès la phase de planification et rencontre ensuite des difficultés de mise en œuvre. On reproche à ces programmes le peu de coordination entre les différents acteurs et le manque d’implication du secteur privé. D’autre part, les bénéficiaires, notamment au sein de la population locale, ne sont pas clairement identifiés et ne sont donc pas impliqués dans la conception des programmes. Enfin, un grand effort doit être fait en matière de financement et de fonds étrangers. La Stratégie de Développement du Grand Sfax a tenté de s’appuyer sur un panel de programmes de coopération internationale, a mobilisé plusieurs départements de l’administration centrale, régionale et locale, et bénéficié d’une forte volonté politique. Pour autant, au delà des premiers succès du projet Taparura, elle n’a pas réunit les conditions d’une gouvernance efficace: absence d’une coordination institutionnelle, faible participation des associations et de la société civile, difficulté à mobiliser des sources de financement dans un contexte de crise économique mondiale, etc. La planification et la mise en œuvre d’une gestion intégrée de la zone côtière de Sfax nécessitera, avant toute chose, la désignation d’un chef de file qui aura pour tâches de coordonner les actions, d’arbitrer les conflits et d’assurer le suivi et l’évaluation des projets.

Conclusion

39Les nouvelles approches en matière de gestion des zones côtières tunisiennes impliquent un processus de gouvernance capable d’articuler de manière adéquate des institutions politiques, des acteurs sociaux et des organisations privées dans une logique d’élaboration et de mise en œuvre des choix collectifs. C’est en effet dans l’exercice de la citoyenneté que se créent les conditions d’une légitimation de l’action politique en faveur d’un projet de développement durable. Or dans l’exemple du littoral tunisien, la gouvernance demeure encore monolithique puisque la plupart des grands projets sur le littoral sont pilotés par des institutions publiques comme l’APAL. Un grand décalage existe donc entre le discours officiel et la réalité. En particulier, les modes d’aménagement et de gestion du littoral sont insuffisamment décentralisés et souffrent ainsi d’un déficit de participation citoyenne et de pluralisme des points de vue. On peut même considérer, à l’inverse, que l’on assiste à une privatisation et une financiarisation progressive et rampante de la gestion et de l’aménagement du littoral tunisien, dans un contexte de mondialisation et d’ouverture économique du pays, notamment vers les investisseurs des pays du golfe arabo-persique.

Top of page

Bibliography

Aouij-Mrad A., (1999), « Les politiques d’aménagement du littoral: l’assainissement », colloque international Le développement durable du littoral méditerranéen, collection Forum des juristes, Tunis, p. 221.

Belhédi A., (1999), L’espace touristique en Tunisie, communication au cours d’été de l’université de Girona, Institut supérieur des études touristiques, Espagne.

Ben Cheikh A., Dallagi A., (2002), « Le statut juridique du littoral et ses incidences sur sa protection et son aménagement », colloque international Le développement durable du littoral méditerranéen, 1999, Collection Forum des juristes, Tunis, p. 86-87.

Bennasr A., (2006), « Aménagement urbain durable et gouvernance: le cas de Sfax », colloque international Les villes au défi du développement durable, Sfax, CNRS, Le Mans, université du Maine, 15 p., [en ligne].

Bounouh A., (2008), « Protection, requalification et valorisation d’une plage dégradée dans le Sud du Golfe de Tunis: la plage de Hammam lif », colloque international Le littoral: subir, dire, agir, Lille, [en ligne].

Bouzid J., Megdiche J., (2006), Rapport de diagnostic de la zone côtière sud du grand Sfax, prolongée aux îles de Kerkennah, SMAP III, fichier pdf, 144 p., [en ligne].

Haj Taieb R., (2006), Grand Sfax 2016: une nouvelle approche de planification prospective, Archibat, no 13, p. 58-61.

Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire. (1995), Programme d’action national de l’environnement et du développement durable pour le xxie siècle, Agenda 21 National, 244 p.

— (2004), Étude de la délimitation du DPM en relation avec l’élévation du niveau de mer, IHE Tunis, 103 p.

— (2007) Rapport national sur l’état de l’environnement, 217 p.

Miossec J.-M., (2002), Tunisie, métropolisation, mondialisation: efficience renforcée de l’axe oriental, Cahiers de la Méditerranée, vol. 64 | 2002, en ligne [http://cdlm.revues.org/index77.html].

Oueslati A., (2004), Littoral et aménagement en Tunisie, Orbis, Tunis, 534 p.

Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), (2005), « Gestion des zones côtières en Tunisie », Centre d’Activités Régionales pour le Programme d’Actions Prioritaires, Split, 44 p.

— (2007), Plan d’action pour la Méditerranée, 8e réunion des points focaux pour les ASP, 53 p.

Sahli S., (2008), De l’impact de la marina sur le littoral de Yasmine Hammamet, Journal Attariq Aljadid.

Top of page

Notes

1  La capacité d’accueil touristique s’est accrue de 29 %, passant de 185 000 lits en 1998 à 240 000 lits en 2008. Dans le même temps, les arrivées ont presque doublé (de 4,7 à 7 millions de touristes), pour 38 millions de nuitées et 3,3 milliards de dinars de recettes.

2  On citera parmi les plages ainsi aménagées: , Raoued 2 et 3, Ras Angela,  (Bizerte), , Saloum 2 (Bouficha),   (Mahdia) Echaffar (Sfax), Corniche (Gabès) et Hachani ( ).

3  Sur le littoral septentrional, trois secteurs sont à signaler: Tabarka-Zouaraâ, l’extrême Nord, et le rivage oriental de Bizerte. Dans le golfe de Tunis, on retiendra les rivages de Carthage-Sidi Bou Saïd, tandis que l’ensemble du est pris en compte. Le Sahel de Sousse est concerné par les secteurs de, . Enfin une grande partie du golfe de Gabès est classée, en particulier les Iles Kerkennah,  , G l’Ile de DJerba, et la lagune El Bibane.

4  Schéma directeur d’aménagement du Grand Sfax, schéma directeur d’aménagement des zones sensibles des îles de Kerkennah, plans d’aménagement urbains des 7 communes du Grand Sfax, programme d’aménagement côtier pour la zone de Sfax, programme régional de l’environnement de Sfax, et stratégie de développement du Grand Sfax.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Carte de l’état actuel de l’environnement côtier de la Tunisie
Credits Source: APAL − cartographie: A. Bounouh
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-1.png
File image/png, 943k
Title Photo 1
Caption Implantation de nouvelles unités touristiques à Tabarka
Credits Crédit photographique: www.rahhala.net
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-2.png
File image/png, 553k
Title Photo 2
Caption L’archipel protégée de Zembra et Zembretta
Credits Cliché de l’auteur, 2008
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-3.png
File image/png, 306k
Title Photo 3
Caption Protection de la plage de Hammam Lif par des brise-lames
Credits Cliché de l’auteur, 2008
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-4.png
File image/png, 490k
Caption 1 Début des constructions – 2 Esplanade – 3 Zone non constructible – 4 Couloir 3m – 5 Dune – 6 Lais et relais
Credits Source: APAL
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-5.png
File image/png, 11k
Title Photo 4
Caption Constructions sur le DPM et ouvrages de protection de la plage d’Ezzahra dans la banlieue Sud de Tunis
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-6.png
File image/png, 439k
Title Tableau 1
Caption Infractions sur le DPM relevés en 2007
Credits Source: Agence Nationale de Protection de l’Environnemen
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-7.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Tab. 2 - Travaux de protection du littoral Sud du golfe de Tunis
Credits Source: APAL
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-8.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Photo 7
Caption Concentration de plus de 120 unités hôtelières à Hammamet
Credits Source: Fédéral Hotel, Hammamet
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-9.png
File image/png, 551k
Title Fig. 4
Caption Station touristique de nouvelle génération de Yasmine Hammamet
Credits Conception: A. Bounouh, réalisation: P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-10.png
File image/png, 438k
Title Photo 8
Caption Vue générale de la Sebkha de Mahdia après la première phase d’aménagement
Credits Source: APAL
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-11.png
File image/png, 495k
Title Fig. 5
Caption Zone touristique et flèche dunaire de Ras Remel à Djerba
Credits Source: commune Houmet Souk, cartographie: A. Bounouh
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-12.png
File image/png, 130k
Title Photo 9
Caption Vue partielle de la flèche de Ras Remel
Credits Source: commune Houmet Souk
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-13.png
File image/png, 543k
Title Photo 10 - Projet Taparura
Caption Décapage du phosphogypse
Credits Source: SMAP III
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-14.png
File image/png, 724k
Title Photo 11 - Projet Taparura
Caption Canal de collecte des eaux pluviales
Credits Source: SMAP III
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-15.png
File image/png, 453k
Title Photo 12 - Projet Taparura
Caption Périmètres des futurs aménagements
Credits Source: commune de Sfax
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5073/img-16.png
File image/png, 484k
Top of page

References

Electronic reference

Abdelala Bounouh, « Nouvelles approches en matière de protection
et de gestion du littoral en Tunisie », Méditerranée [Online], 115 | 2010, Online since 30 December 2012, connection on 23 March 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/5073 ; DOI : 10.4000/mediterranee.5073

Top of page

About the author

Abdelala Bounouh

Université du 7 Novembre, Carthage, Institut Supérieur des Technologies, de l'Environnement, de l’Urbanisme et du Bâtiment. Unité de recherche « Biogéographie, climatologie appliquée et dynamique érosive », abdelala.bounouh@laposte.net

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page