Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Saumade F., (2008), Maçatl, les transformations mexicaines des jeux taurins

Presses Universitaires de Bordeaux, 398 p.
Paul Minvielle
p. 139-140
Bibliographical reference

Saumade F., (2008), Maçatl, les transformations mexicaines des jeux taurins, Presses Universitaires de Bordeaux, 398 p.

Full text

1Compte rendu de l’ouvrage de Frédéric Saumade, Maçatl, les transformations mexicaines des jeux taurins, publié en octobre 2008 au PUB, les Presses universitaires de Bordeaux dans la collection Corps de l’Esprit dirigée par Robert Dantzer et Jean-Marie Pradier.

2On peut évoquer au moins deux bonnes raisons de lire ce livre foisonnant de Frédéric Saumade, professeur d’anthropologie à l’université de Provence et membre de l’IDEMEC, l’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative. Tout d’abord il s’agit d’un texte d’une lecture très agréable dans le style du récit de voyage. S’exprimant souvent à la première personne, l’auteur nous emmène de la banlieue de Mexico au cœur de la province de Puebla, en passant par les territoires indigènes de la Huaxtèque. Cette capacité à aborder des idées complexes dans un langage agréable et soigné, n’est pas sans nous rappeler les meilleurs textes de Georges Ballandier dont l’auteur a été jadis l’élève. Deuxième bonne raison de lire Maçatl, l’analyse que nous invite à partager Frédéric Saumade, s’inscrit initialement dans la culture et les territoires de la Méditerranée, via le filtre des jeux taurins. À bien des égards, cette approche des jeux taurins mexicains peut-être considérée comme le dernier volume d’une trilogie, qui a débuté en 1991 avec la publication des Sauvages en Occident, les cultures tauromachiques en Camargue et en Andalousie, suivie d’un deuxième volet en 1998, LesTauromachies européennes. Anthropologue chevronné, l’auteur pose les jalons d’une géographie des jeux taurins, centrée sur la péninsule ibérique et le Sud de l’Europe avec de puissants relais méso-américains. Il faut d’ailleurs signaler que Frédéric Saumade collabore étroitement avec Jean-Baptiste Maudet, maître de conférences en géographie qui vient de publier Terres de taureaux, les jeux taurins de l’Europe à l’Amérique; ouvrage dont nous ferons le compte rendu prochainement.

3Le cœur du propos de Maçatl estde nous offrir une grammaire du jeu d’arènes pour mieux saisir la subversion mexicaine. Les mots clés de cette grammaire sont la transformation, l’inversion, la dérision. La monte du taureau, centrale dans les jeux taurins mexicains est un de ces éléments d’inversion. Elle permet à l’auteur d’intégrer les différentes formes de rodéos dans le champ de la tauromachie. La définition qui est donnée de ce terme est d’ailleurs particulièrement éclairante: elle est conçue comme un mode de ritualisation sur les thèmes de la conduite, de l’exploitation et de l’abattage du bétail. À travers ses différentes versions régionales (andalouse, portugaise, camarguaise  mexicaine…), elle déploie un système de transformation où les formes ludiques se déploient différemment.

4La découverte de l’univers très singulier du sport national mexicain, pratiqué par les élites créoles du pays, la Charreada, est l’occasion de se familiariser avec des pratiques culturelles marquées par un protocole digne du cricket britannique. Ce spectacle complexe est composé de multiples parties que nous apprenons à connaître: la cala de Caballo, le coleo, le floreo de reata, le ballet des escaramuzas. Ce spectacle hautement métaphorique, dominé par la figure du Charro, cavalier prestigieux détenteur d’importants pouvoirs, est majoritairement pratiqué par les élites urbaines. Le Jaripeo, deuxième pratique taurine majeure mexicaine est inversement un jeu qui se rencontre plutôt dans les campagnes, où il passionne les populations paysannes de certains États comme l’État de Puebla. Le Jaripeo est une forme de rodéo particulièrement spectaculaire et dangereuse. La monte du taureau, déjà présente sous une forme plus civilisée dans la Charreada, est incontestablement d’origine mexicaine, par inversion et dérision des pratiques tauromachiques andalouses. Dans la deuxième partie du xixe siècle, suite à l’intégration de la Californie et du Texas dans son territoire, les États-Unis, ont développé le rodéo nord-américain. Aujourd’hui le Jaripeo est non seulement issu des rites méso-américains les plus anciens mais aussi par un curieux retour d’acculturation du rodéo étasunien.

5La partie la plus stimulante du livre de Saumade est l’interprétation anthropologique de ces jeux taurins mexicains entre impérialisme hispanique et impérialisme américain. Dans un essai magistral d’histoire régressive, dans l’esprit de Nathan Wachtel, l’auteur parvient à retrouver les racines les plus profondes des systèmes de transformation des jeux taurins. La réversibilité de la monte est à cet égard particulièrement symptomatique de la capacité de la culture mexicaine à intégrer l’extériorité moderne, en se conformant aux traditions préhispaniques les plus enfouies. La danse du Torito où des hommes déguisés en taureaux se promènent à dos d’homme, est une expression de cette réversibilité dont les origines sont encore plus anciennes. On découvre l’existence des Tlamenes, porteur d’hommes, par ailleurs décrits dans le roman de Malcom Lowry, Au-dessous du volcan. Un des paradigmes de la culture mexicaine est ainsi la conjonction de termes que la raison occidentale oppose, en particulier l’homme et l’animal. Le nahualisme, croyance enracinée dans de nombreuses communautés indigènes, illustre ce paradigme. Dans cette croyance certains hommes ont le pouvoir de se transformer en nahual animal, végétal voire minéral. Le terme de Maçatl qui donne son titre à l’ouvrage de Saumade, signifie tout à la fois cerf, cheval, taureau et homme. Le cerf, animal préhispanique est ainsi très paradoxalement et très métaphoriquement une des clés des jeux taurins mexicains.

6Un des grands mérites de ce texte est de nous amener par étape, en partant des jeux taurins mexicains, à une réflexion sur la culture méso-américaine, le métissage, l’acculturation et les relations Nature-Culture

Top of page

References

Electronic reference

Paul Minvielle, « Saumade F., (2008), Maçatl, les transformations mexicaines des jeux taurins », Méditerranée [Online], 115 | 2010, Online since 31 December 2010, connection on 19 October 2017. URL : http://mediterranee.revues.org/5292

Top of page

About the author

Paul Minvielle

Professeur de géographie, Université Aix-Marseille, UMR 6635 CEREGE

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page