Skip to navigation – Site map
Réseaux et ancrages locaux

Les « nouveaux riches » de l’importation algérienne: des agents de la transformation sociale et urbaine?

Étude dans quatre petites villes du Nord-Est algérien (Aïn Fakroun, Aïn M’lila, El Eulma, Tadjenanet)
The "nouveaux richs" from Algerian imports : agents of social and urban change ?
A study of four small towns in the north-east of Algeria (Aïn Fakroun, Aïn M’lila, El Eulma, Tadjenanet)
Pierre Bergel and Brahim Benlakhlef
p. 17-24

Abstracts

The end of the Algerian government’s monopoly on foreign trade since the decision made in 1991 has encouraged private importers. With the break out of civil war during the 1990s, their activity did not start developing before the 2000s. As members of family businesses or self‑made men, they knew how to seize the opportunities offered by the return to peace and by the increase in consumers’ creditworthiness. In less than ten years, they have become rich, sometimes accumulating vast fortunes. In addition to the large cities, where commercial activity is less intense, their entrepreneurialism has become particularly visible in the small towns, notably in those that offer special business deals.

We chose to study Aïn Fakroun, El Eulma, Aïn M’lila and Tadjenanet in the north-east of Algeria. What these towns (fig.1) have in common is that they have experienced a sharp demographic and trade growth over the last two decades. This change in scope has also changed the nature of commercial prosperity. The supply chains have become globalized, whereas locally, sales methods and commercial premises have been transformed. Importers have specialized in providing certain types of goods and they regularly go to the Persian Gulf, the Middle East or Asia to buy stock, connecting these towns that have just left rurality to the world economy.

Top of page

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1Avec le développement des importations suite à la fin du monopole d’État sur le commerce extérieur, en 1991, les commerçants-importateurs ont accumulé, en quelques années, des revenus confortables qu’ils ont investis dans des magasins, des entrepôts, des villas au luxe ostentatoire. À la tête d’entreprises florissantes, ils ont dynamisé l’économie locale en salariant ou en intéressant à leur activité un personnel nombreux. Proposant des biens à bas prix rendus désirables par la publicité, ils ont rencontré une clientèle avide de consommation et soucieuse de rompre définitivement avec l’isolement de la « décennie noire ». L’attrait de l’offre a constitué ces petites villes en places centrales d’échelle régionale, voire nationale. Aïn Fakroun, Aïn M’lila, El Eulma, Tadjenanet sont devenues des ruches bourdonnantes et des chantiers permanents. Dans des quartiers commerçants dont les superficies s’étendent, chalands venus de toute l’Algérie, magasins à étages, villas aux façades clinquantes, ballet de camions porte-conteneurs, de camionnettes et de voitures particulières rythment les paysages et la vie urbaine.

2Notre enquête tente de démontrer que les « nouveaux riches » de l’importation mondialisée sont des agents déterminants de la transformation urbaine et sociale de ces quatre villes. Par leurs investissements immobiliers, par les salariés qu’ils emploient, par les clientèles qu’ils attirent, par les modes de vie qu’ils prescrivent plus ou moins volontairement, ces entrepreneurs modèlent les espaces autant que les mentalités. Ils semblent donc être les vecteurs d’une transformation socio-spatiale de grande ampleur, particulièrement visible dans les petites villes du commerce spécialisé.

3Une grande part des importations algériennes échappant à la statistique officielle, il est impossible de quantifier leur importance. Ces lacunes nous ont incités à privilégier les méthodes qualitatives: durant les mois d’avril et de septembre 2010, deux campagnes d’entretiens ont été réalisées auprès de ces « nouveaux riches » et de leurs employés. À Aïn Fakroun, nous avons interrogé trois vendeurs dans deux boutiques différentes ainsi que le salarié d’une entreprise d’importation. À El Eulma, deux importateurs et deux bailleurs de locaux commerciaux nous ont ouvert les portes de leur propriété. À Aïn M’lila, nous avons pu interroger un importateur. Les entretiens tentés à Tadjenanet se sont révélés infructueux mais la proximité avec El Eulma (vingt kilomètres) et la similitude des situations permet d’étendre nos conclusions à ce quatrième exemple. Outre les personnes directement intéressées à l’activité commerciale, nous avons sollicité des observateurs (cinq entretiens). Ceux-ci nous ont procuré des éléments plus généraux, susceptibles de nourrir une réflexion d’ensemble. Compte tenu du caractère sensible de nombre de déclarations, il a toutefois été impossible de procéder à l’enregistrement de ces entretiens.

1 - Quatre petites villes projetées dans la mondialisation

1.1 - Du commerce local à l’échange mondialisé

4Depuis l’indépendance, la croissance de la population algérienne a été rapide et son urbanisation plus rapide encore. Les citadins sont à peine quatre millions en 1966 mais environ 12 millions en 1987, date à laquelle est atteinte la parité démographique entre villes et campagnes. Aujourd’hui, l’Algérie compte 35 millions d’habitants et 65 % d’entre eux vivent dans des centres urbains (ONS, 2008). Cette tendance semble se poursuivre puisque les projections pour 2025 estiment que 80 % des Algériens vivront dans les villes ou à leur proximité (Ghenouchi, 2009).

5En dehors de la capitale algéroise et des agglomérations importantes, cet accroissement concerne des villes de rang inférieur dont le nombre a rapidement augmenté en vingt ans. Les politiques publiques n’étant plus hégémoniques, ces villes se développent sous l’influence des investissements pri vés, qu’il s’agisse de constructions de résidences ou de locaux d’activité. De telles initiatives sont déterminantes dans les villes de petite taille, moins concernées par ce qui reste des grands programmes publics de logements ou d’équipements. Le souci d’évacuer ce dernier facteur explique que le choix de nos terrains se soit préférentiellement porté sur cette strate de la hiérarchie urbaine (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Système urbain du Nord-Est algérien et localisation des terrains d’enquête

Réalisation: P. Pentsch

6Les quatre villes d’Aïn Fakroun, Aïn M’lila, El Eulma et Tadjenanet font partie des petites villes, au sens où Marc Côte l’entend, c’est-à-dire celles qui comptaient entre 5 000 et 40 000 habitants au milieu des années 1990 (Côte, 2005). À cette époque, seule El Eulma dépasse ce seuil, avec 68 000 habitants dès les années 1980. En une vingtaine d’années, ces quatre villes ont connu une croissance qui avoisine ou dépasse les 100 % (tab. 1), supérieure à la moyenne nationale. Parfois ancienne, l’activité commerciale s’est spécialisée et son rayon de chalandise s’est élargi.

Tab. 1

Tab. 1

Croissance démographique de quelques petites villes du Nord-Est algérien (en gras et italique, les quatre villes terrains d’étude)

Source: ONS, 2010

7Depuis les années 2000, le succès commercial tient à la mondialisation des sources d’approvisionnement. Les personnes interrogées ont souvent répété une histoire identique: à partir des années 1980, le monopole de l’État sur les circuits commerciaux génère une pénurie de plus en plus mal vécue par des ménages algériens dont la solvabilité augmente alors que l’offre de consommation demeure quasi inexistante (confirmé par Nouiri, 1993). Marketing, télévision par satellite, dépenses ostentatoires des émigrés de retour « au bled » stimulent les frustrations et amplifient la demande. Se développe alors un commerce d’importation informel qui s’approvisionne en France. Limité à de petites quantités aisées à transporter et à dissimuler, il est initié par les migrants puis par de jeunes « trabendistes » adeptes de « l’économie du cabas ». Alors que le terrorisme des années 1990 conduit les autorités françaises à durcir les conditions d’admission des ressortissants algériens, les circuits d’importation se modifient. Ils s’orientent vers le Moyen-Orient (Tripoli, Le Caire, Damas) puis vers les États du Golfe (Dubaï, Abou Dhabi) à un moment où les pouvoirs publics algériens libéralisent le commerce. Au cours de la décennie suivante, les importateurs atteignent les pays ateliers d’Asie pour s’approvisionner à la source. Aujourd’hui, les marchandises qui inondent les étals sont importées de Chine, d’Indonésie, du Moyen-Orient, de Turquie ainsi que de pays développés de plus en plus divers. Outre la France, l’Italie, l’Allemagne, voire les États-Unis. L’économie du conteneur a remplacé celle de la valise, le trabendiste s’est transformé en entrepreneur.

8On peut citer l’exemple d’un importateur de pièces détachées automobile interrogé à Aïn M’lila (entretien effectué le 28 avril 2010). Il fait des séjours réguliers à Dubaï où il achète à des grossistes locaux qui se fournissent en Asie. Pour les payer, il passe par un mandataire auquel il confie ses liquidités. Celui-ci achète en gros pour plusieurs clients et il affrète des navires qui, une fois remplis, desservent les ports tunisiens, algériens et marocains. Arrivée à Annaba ou à Skikda, la marchandise est transportée vers Aïn M’lila par des camions loués pour l’occasion. Sur place, elle est vendue à des grossistes qui alimentent le marché algérien (jusqu’à Tlemcen et Oran). Exerçant également à Aïn M’lila, un autre importateur vit le plus souvent à Paris et il se déplace régulièrement vers Shangaï, où il négocie directement avec des grossistes chinois. Il y possède une adresse postale qui lui donne une existence officielle. Localisée au sein du quartier d’affaire de Shenzen, cette dernière lui apporte un surcroît de prestige. Depuis peu, il semble qu’on soit passé à l’étape ultime. Des importateurs commandent sans intermédiaires aux fabricants chinois. Au cours de nos entretiens, on nous a mentionné l’existence de deux ou trois entrepreneurs qui monopolisent l’importation des meubles chinois. Les produits sont fabriqués à la demande et ils sont exclusivement destinés au marché algérien.

1.2 - Quatre places centrales devenues attractives

9Le développement commercial d’Aïn Fakroun, Aïn M’lila, El Eulma et Tadjenanet peut paraître surprenant dans une région où dominent des pôles de commandement anciens et puissants (Constantine, Annaba, Sétif, Batna). L’activité commerciale s’y est pourtant développée indépendamment de ces grands centres en s’appuyant sur les souks hebdomadaires dont chacune de ces villes était dotée. Ne disposant pas de lieux de vente propres, les trabendistes des années 1980 ont investi ces souks pour y proposer leurs marchandises rapportées d’Europe. Aujourd’hui, la fonction de souk demeure, notamment à Tadjenanet. Surnommé Souk Elile (souk de nuit) car il ouvre le soir pour éviter le contrôle des autorités, son rayonnement s’étend sur les régions de l’est et du centre et il attire deux types de clientèle. Une clientèle régionale plutôt jeune, localisée dans un rayon de deux cents kilomètres (Annaba, Bordj Bou Arreridj, Bejaïa, Biskra) y recherche des vêtements griffés destinés à une consommation personnelle. D’autres viennent de plus loin pour acheter en gros et revendre dans leurs échoppes ou à la sauvette. En deux décennies, la surface de vente n’a pas cessé de s’étendre pour occuper près de cinq hectares. Depuis peu, le souk ouvre deux fois par semaine: le mardi pour l’habillement et les marchandises diverses, le mercredi exclusivement pour la pièce de rechange automobile. À la différence des souks d’El Eulma, d’Aïn M’lila et d’Aïn Fakroun, qui ont retrouvé leur fonction traditionnelle une fois le commerce d’importation installé dans des quartiers nouveaux et spécifiques, le souk de Tadjenanet continue de jouer un rôle central pour l’importation de marchandises dans le nord-est algérien.

10À la fin des années 1980, Aïn M’lila et Tadjenanet (ainsi que Bir El Ater) se sont donc constituées en places informelles dont la renommée s’est affirmée (Saoud et Sabehri, 2007). Réputés proposer un bon rapport qualité/prix, les commerçants y ont acquis une renommée, parfois nationale comme au Dubaï d’El Eulma. On vendait alors de la pièce de rechange automobile, particulièrement rare à l’époque. On y échangeait également des devises étrangères « au noir » (principalement du Franc français). Aujourd’hui, les hiérarchies se sont modifiées. Certaines de ces places ont périclité (cas de Bir El Ater, effacée par Aïn Fakroun); d’autres se sont maintenues: Tadjenanet et Aïn M’lila; certaines enfin, ont acquis une renommée nationale pour certaines marchandises: textile-habillement à Aïn Fakroun, électro-ménager et sanitaires à El Eulma. Comme l’a montré notre enquête, les spécialisations peuvent dater de quelques décennies (Tadjenanet, Aïn M’lila) ou être plus récentes (El Eulma et Aïn Fakroun).

1.3 - Les nouveaux riches du commerce mondialisé: des fabricants d’espaces urbains

11Au fur et à mesure de leur succès, les importateurs et les commerçants ont quitté les souks pour investir dans des constructions à usage professionnel ou résidentiel. Les paysages de ces petites villes sont ainsi marqués par la construction de nouveaux bâtiments et par la concentration d’activités et de richesses, comme c’est le cas à Tadjenanet (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

L’artère principale de Tadjenanet: une succession d’enseignes liées à la pièce détachée automobile

Source: prise de vue des auteurs, septembre 2010

12Dans trois des quatre villes étudiées, les commerçants ont investi l’artère principale de la ville. À Aïn Fakroun, par exemple, le boulevard Bouabdellah Ederradji (connu localement sous le nom d’Essatha) traverse la ville d’est en ouest et concentre les boutiques du textile, de l’habillement et de la chaussure. Un comptage effectué en septembre 2010 relève 250 échoppes dévolues à ces activités sur moins d’un kilomètre. Ces dernières sont généralement de petite taille, quelques mètres sur la rue (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Le boulevard Bouabdellaah Ederradji à Aïn Fakroun

Source: prise de vue des auteurs, septembre 2010

13Une autre enquête dénombre 535 boutiques sur un périmètre plus large comprenant 860 bâtiments et 5160 habitants (Wahaf et Zeghoud, 2006). Si on y ajoute les 119 autres activités présentes en rez-de-­chaussée, on obtient un total de 654 locaux professionnels.

14Les mêmes auteurs ont en outre procédé à une enquête par questionnaire sur un échantillon plus étroit de 100 boutiques. 76 d’entre elles sont consacrées au commerce textile, confirmant la proportion de 81 % relevée dans l’échantillon général. 68 ont été créées après 2000, ce qui montre le caractère récent du développement commercial d’Aïn Fakroun. À contrario, El Eulma apparaît comme un cas particulier. Le quartier commerçant (baptisé « Dubaï ») est inséré dans un lotissement de constructions neuves. Il est donc à la fois plus massif dans sa forme et plus distinct du reste de la ville.

15Dans les quatre villes, les importateurs ont en outre édifié des zones d’entrepôt, souvent situées en périphérie. C’est par exemple le cas à Tadjenanet, à l’entrée est de la ville (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

Zone d’entrepôts à l’entrée est de Tadjenanet

Source: prise de vue des auteurs, avril 2010

16Enfin, la prospérité de ces villes commerçantes est assurée par l’ampleur de leurs aires de chalandise. Le retour de la sécurité, le développement du parc de véhicules particuliers et d’autocars facilitent les déplacements (tab. 2).

Tab. 2

Tab. 2

Le parc automobile algérien entre 2000 et 2006

Source: ONS, 2010 - Conception et réalisation: Pierre Bergel

17Les clients n’hésitent pas à parcourir plusieurs centaines de kilomètres à la recherche du meilleur rapport qualité/prix ou, plus simplement, pour goûter aux joies du « shopping ». Le « Dubaï » d’El Eulma est par exemple desservi par une station d’autobus qui draine une clientèle nationale, à laquelle s’ajoute une aire de stationnement qui peut accueillir plusieurs centaines de véhicules.

2.1 - Des « aventuriers »? Entre mondialisation et société traditionnelle

18Des « aventuriers », c’est ainsi que nous ont été présentés les importateurs exerçant à El Eulma (entretiens des 29 avril et 16 septembre 2010). Selon nos interlocuteurs, les restrictions de visas vers la France pour cause de terrorisme les ont incités à délaisser la rive nord de la Méditerranée. Au même moment, les villes du Golfe arabo-persique connaissaient un développement portuaire les transformant en étapes pour les produits manufacturés originaires d’Asie. Les » aventuriers » prospectent, comparent les prix, inventent une ingénierie financière avec le concours d’intermédiaires iraniens (entretiens à Aïn M’lila, 28 avril 2010 et à El Eulma, 29 avril 2010). La fermeture politique du continent européen au cours des années 1990 semble donc avoir accéléré une ouverture commerciale orientée vers d’autres horizons même si, selon nos interlocuteurs, cet élément n’est pas déterminant. Un d’entre eux use à ce propos d’une formule imagée: « À certains moments, nous n’avions que la France: la “monovision” » (entretien à El Eulma, 16 septembre 2010).

19Les entretiens montrent en outre que l’activité d’importation est un fait générationnel. Dans beaucoup de cas, les importateurs sont quinquagénaires et ils ont entamé des études supérieures dans les années quatre-vingt. Homogène par son âge, ce groupe marchand est divers par ses trajectoires. Certains viennent du « trabendo » des années quatre-vingt. Leur première expérience leur a permis d’accumuler du capital et du savoir-faire, deux ressources qu’ils mobiliseront dans les deux décennies suivantes. D’autres sont issus de familles commerçantes du souk. Enfin, les entretiens montrent qu’une forte proportion de fonctionnaires (enseignants, personnels administratifs, etc.) pratique une double activité. Si leurs affaires prospèrent, ils font valoir leurs droits à une retraite anticipée pour se consacrer totalement à l’activité d’importation, bien plus rémunératrice.

20Sur nos terrains d’étude, deux modèles d’organisation collective semblent apparaître. À El Eulma et à Tadjenanet, les importateurs sont issus de familles de maquignons actives dès la colonisation. Les maquignons d’El Eulma jouissaient par exemple d’une réputation nationale, contrôlant un souk qui était le deuxième en importance régionale après celui d’El Khroub (près de Constantine). Entre les années 1980 et 2000, ces négociants comprennent que l’ouverture au commerce international représente une opportunité. Les entretiens nous inclinent en outre à penser que l’organisation tribale constitue un facteur favorable. C’est le cas à Aïn Fakroun, dont l’activité commerciale est tenue par la tribu des Segnias. La réussite des trabendistes de la ville voisine de Bir El Ater (fig. 1) a encouragé certains commerçants d’Aïn Fakroun à se lancer dans l’importation au début des années 2000. La tribu a porté ces pionniers en leur offrant son assistance: mobilisation de fonds par solidarités familiales et couverture administrative assurée par les membres de la tribu exerçant dans les services de l’État. Selon plusieurs de nos interlocuteurs, il est particulièrement difficile de vérifier la légalité des importations opérées à partir d’Aïn Fakroun (entretien à Oum El Bouaghi, 15 septembre 2010). Le siège de l’administration locale est pourtant proche puisqu’il est situé au chef-lieu de Wilaya d’Oum-El-Bouaghi, distant d’une cinquantaine de kilomètres au sud. À Aïn M’lila, la ville est réputée pour son « trabendo » dès les années 1980, notamment dans le domaine de la pièce de rechange automobile. La tribu offre des aides identiques, même si son organisation est moins visible et peut-être moins puissante qu’à Aïn Fakroun.

21Les « aventuriers » rencontrés au cours de nos entretiens sont donc dans une posture paradoxale. Pionniers du commerce mondialisé, ils n’agissent pas en solitaires. Ils s’appuient sur des structures sociales (l’organisation tribale) ou des institutions (le statut de fonctionnaire). Ces « aventuriers » restent donc prudents: les solidarités horizontales mutualisent le risque financier et permettent l’impunité administrative. En cas de revers, le salaire du fonctionnaire limite la gravité des pertes. En Algérie, l’insertion dans le commerce mondialisé ne semble donc pas entrer en contradiction avec le maintien de cadres plus classiques. Considérée comme « traditionnelle », l’organisation tribale s’accommode de la mondialisation et semble en tirer profit.

2.2 - La maison des « nouveaux riches »: entre ostentation et fonctionnalité

22Les « nouveaux riches » qui tirent profit de la mondialisation commerciale semblent en passe d’inventer de nouveaux modes de vie. Ceux qui ont fait fortune à partir des années 1990 n’hésitent pas à montrer leur richesse par des signes extérieurs qui les affranchissent de l’humilité religieuse traditionnelle (fig. 5A confirmée par Haenni, 2005). Une telle ostentation a des conséquences sur la ville où la richesse se montre au moyen de constructions spectaculaires (fig. 5B).

Fig. 5A et 5B

Fig. 5A et 5B

Les « nouveaux riches » vus par la presse algérienne

23De vastes demeures à l’architecture ostentatoire balisent les entrées, les rocades ou les grandes artères des villes les plus dynamiques, (Brahimi et Saïdi, 2006). Parfois édifiées en retrait de la voie pour bénéficier de la perspective, elles sont placées là où elles peuvent être vues. En dépit de leur taille modeste, les quatre villes comptent de nombreuses maisons de ce type (fig.6).

Fig. 6

Fig. 6

Une villa récente à Aïn M’Lila

Source: prise de vue des auteurs, avril 2010

24Il s’agit de constructions en hauteur (souvent R + 4) à l’architecture surprenante: crépis de couleurs vives, toitures en tuiles et à pentes. Parfois, des silhouettes en forme de pagode suggèrent les relations régulières que les importateurs entretiennent avec l’Asie. Au cours de leurs déplacements, ces derniers prennent des photos ou acquièrent des plans qu’ils ramènent en Algérie. Ils commandent ensuite aux entrepreneurs locaux des édifices similaires. Nos entretiens montrent que les habitants « ordinaires » sont capables de mentionner l’identité des commerçants bâtisseurs, démontrant combien la symbolique est efficace.

25La forme architecturale est utilisée de manières diverses, par exemple pour matérialiser des liens familiaux. La figure 7, montre les maisons mitoyennes de deux frères d’Aïn M’lila associés dans le commerce de la pièce de rechange automobile. Ces maisons sont reliées par un local d’activité commun, montrant que le lien familial est complété par un lien d’affaire.

Fig. 7

Fig. 7

Deux maisons mitoyennes appartenant à deux frères ayant réussi dans le commerce d’importation (Aïn M’Lila)

Source: prise de vue des auteurs, avril 2010

26Dans la même ville, un autre négociant s’est fait bâtir une maison dont l’architecture fait référence aux constructions yéménites. Par ce signe, il entend montrer qu’il est originaire de ce pays, conformément à une légende qui court au Maghreb depuis plusieurs décennies (rappelée dans Meynier, 2008, p. 31). Selon cette dernière, les Algériens ne seraient pas des autochtones berbères. Ils proviendraient du monde arabe, particulièrement du Yémen, ce qui les distinguerait positivement des Marocains et des Tunisiens.

27Nos entretiens, accompagnés de visites, ont permis de constater que ces demeures sont très partiellement occupées: le rez-de-chaussée abrite une activité commerciale ou un entrepôt tandis que les étages demeurent inachevés. Nos interlocuteurs ont insisté sur le fait qu’ils souhaitaient être en mesure d’accueillir l’ensemble de leur famille, le traumatisme de la pénurie de logement demeurant vivace: On est malade. Il faut construire plusieurs étages parce qu’on est passé par une crise du logement. Il leur semble donc indispensable de construire des gourbis en hauteur (El Eulma, 16 septembre 2010). Ils insistent en outre sur le défi que représente une construction de ce genre. Indépendamment du besoin réel, il s’agit de construire, de réaliser quelque chose bref, de montrer sa réussite. Jusqu’ici, seuls les colons puis les hauts responsables du régime ont pu accéder à ce genre de propriété. Pour ces nouveaux riches, notamment ceux qui sont issus de familles pauvres, la maison apparaît comme une revanche de la société, une revanche des indigènes (El Eulma, 16 septembre 2010).

2.3 - L’aspiration à une urbanité nouvelle

28Nos interlocuteurs ont insisté sur le fait que l’ouverture économique de l’Algérie avait pour effet de distendre les liens avec l’Europe. Si les formes urbaines européennes marquent encore les villes algériennes par leurs quartiers coloniaux, les nouvelles formes d’urbanisation observées dans les quatre villes empruntent aux Émirats du Golfe ou à l’Asie plus qu’à la rive nord de la Méditerranée. Les paysages et les ambiances urbaines des Émirats semblent constituer des références pour ces entrepreneurs, qui voyagent pour leur métier, mais aussi pour leurs loisirs. Certains sont allés en vacances à Dubaï, notamment pour visiter l’île artificielle de Palm Island. L’attrait de la Tunisie apparaît également. Un entrepreneur (El Eulma, 16 septembre 2010) évoque les vacances de son cousin, commerçant dans le « Dubaï ». Celui-ci avait l’habitude de séjourner à Lyon chez un ami afin de visiter les centres commerciaux de l’agglomération. Désormais, il se rend en vacances en Tunisie: On ne part plus. Les grandes surfaces sont aussi en Tunisie. On parle la même langue, on a la même culture. On remarque que le déplacement vers la Tunisie n’est pas assimilé à un voyage (on ne part plus), beaucoup d’importateurs louant de grandes villas à Hammamet, là où ils se sentent à l’aise. La rupture avec le modèle européen semble donc consommée, au profit d’un modèle oriental imprécis, qui panache les tendances du Proche-Orient, de la péninsule arabique ou de l’Asie orientale.

29En dépit des changements qu’ils contribuent à mettre en œuvre, les entrepreneurs vivant à El Eulma ne se considèrent pas comme des citadins: Ici, on n’a pas une ville, c’est un grand village. Quand on dit ville, on dit salles de cinéma, loisirs. Comme le relève une des personnes interrogées: aller vers la ville est une expression qui a beaucoup de sens. Compte tenu de sa proximité (trente kilomètres) et de son importance (l’agglomération compte 300 000 habitants), Sétif est considérée comme la référence citadine. Les entrepreneurs interrogés y exercent une part de leur activité et ils s’y déplacent également pour leurs loisirs: distractions, restaurants, parcs d’attraction pour les enfants: si tu veux manger au restau le soir, ici tu ne peux pas le faire. À Sétif, oui. Nos interlocuteurs évoquent la possibilité que Sétif accueille une grande surface commerciale, équipement qui leur semble indispensable pour en confirmer l’attractivité. Pour eux, le déménagement vers les beaux quartiers de Sétif (lotissement « Dallas ») constitue donc un objectif, notamment pour offrir une éducation de qualité aux enfants, qui pourront alors être scolarisés dans des établissements privés.

30Les importateurs d’Aïn Fakroun subissent un tropisme du même ordre en direction de Constantine, où ils achètent des immeubles dans le quartier de Sidi Mabrouk. Après démolition des anciennes maisons coloniales, ils font édifier des centres commerciaux ou des maisons aux caractéristiques architecturales similaires à celles de la figure 7. Ces commerçants ont les moyens de proposer des sommes colossales à des propriétaires ravis de l’aubaine.

Conclusion

31Aux commandes d’activités prospères, les « nouveaux riches » du commerce mondialisé sont des agents déterminants de la transformation physique des quatre villes d’Aïn Fakroun, Aïn M’lila, El Eulma et Tadjenanet. Exerçant leur activité économique à l’échelle mondiale, ils demeurent des « enfants du pays » qui se font bâtisseurs pour transformer leurs espaces urbains d’appartenance et, dans une certaine mesure, pour les modeler à leur image. Sous leur impulsion, se multiplient les locaux commerciaux, les entrepôts, les villas cossues à l’architecture démonstrative. Bien qu’ils soient concurrents en affaire, ces entrepreneurs agissent de façon convergente et leur action présente des effets urbains indéniables. Spatial, le changement est également social: les importateurs modifient la structure locale de l’emploi, transforment les habitudes de consommations et les goûts. Par la réputation de leurs produits, ils contribuent en outre à intégrer ces petites villes à l’espace national.

32Les entretiens effectués dans ces quatre villes montrent que la mondialisation n’y est pas affaire d’élites globalisées ou de multinationales géantes. Les « aventuriers » qui y prospèrent sont des importateurs qui ont tenté leur chance, épaulés par des solidarités locales ou des réseaux de connaissances. Nous sommes donc en présence d’une « mondialisation par le bas » (Tarrius, 2002), moins spectaculaire mais peut-être plus déterminante en matière d’effets géographiques et sociaux.

33Après d’autres, notre étude montre qu’il n’existe pas de différences entre des sociétés réputées traditionnelles et des sociétés « modernes » en matière de réceptivité à l’ouverture économique. Les premières ne sont pas forcément moins disposées à entrer dans la mondialisation que les secondes. Comme le montre l’exemple d’Aïn Fakroun, les cadres traditionnels peuvent même constituer des atouts plus que des contraintes.

34Enfin, notre enquête révèle que mondialisation ne rime pas avec occidentalisation. Dans ces quatre villes, les références urbaines et culturelles mobilisées simultanément au processus d’ouverture économique sont inspirées du Moyen-Orient, des États du Golfe ou de la Chine. La société algérienne est captée par de nouveaux horizons: sans tapage mais avec résolution, elle semble tourner le dos à l’héritage colonial et s’éloigner des modèles européens qui ont façonné une bonne part de son histoire.

Top of page

Bibliography

Brahimi A., Saïdi L., (2006), Aménagement de l’entrée sud d’Aïn M’lila,mémoire de fin d’études, non paginé, université Larbi Ben M’hidi, Oum El Bouaghi, département Gestion et techniques urbaines.

Côte M., (2005), L’Algérie, Constantine, éd. Média-Plus, 253 p.

Décret exécutifno 37-91 du 13 février 1991 qui détermine les conditions d’exercice du commerce avec les pays étrangers.

Ghenouchi A., (2009), Avant-propos au no 1 de la revue Faire la ville, université Larbi Ben M’hidi, Institut de gestion et techniques urbaines, Oum El Bouaghi, 186 p., citation extraite de la p. 9.

Haenni P., (2005), L’islam de marché. L’autre révolution conservatrice, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 108 p.

Meynier G., (2007), L’Algérie des origines. De la préhistoire à l’avènement de l’islam, Alger, éd. Barzakh, 235 p.

Nouiri A., (1993), Face à la difficile transition: vers l’économie de marché. Économie sans frontière. En hommage à André Tiano, Montpellier, faculté de droit et de sciences économiques, Centre d’étude des projets, 279 p.

Saoud A., Sabehri S., (2007), L’extension urbaine de la ville de Bir El Ater, mémoire de fin d’études, université Larbi Ben M’hidi, Oum El Bouaghi, département Gestion et techniques urbaines, non paginé.

Tarrius A., (2002), La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland, 220 p.

Titi N., Belaïd L., (2006), La gestion commerciale d’Aïn M’lila, mémoire de fin d’études, Mohamed Serradj (dir.), université Larbi Ben M’hidi, Oum El Bouaghi, département Gestion et techniques urbaines, 136 p.

Wahaf S., Zeghoud Z., (2006), Centralités commerciales à Aïn Fakroun, mémoire de fin d’études, Kenza Tlemceni (dir.), université Larbi Ben M’hidi, Oum El Bouaghi, département Gestion et techniques urbaines, 119 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Système urbain du Nord-Est algérien et localisation des terrains d’enquête
Credits Réalisation: P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5337/img-1.png
File image/png, 779k
Title Tab. 1
Caption Croissance démographique de quelques petites villes du Nord-Est algérien (en gras et italique, les quatre villes terrains d’étude)
Credits Source: ONS, 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5337/img-2.jpg
File image/jpeg, 124k
Title Fig. 2
Caption L’artère principale de Tadjenanet: une succession d’enseignes liées à la pièce détachée automobile
Credits Source: prise de vue des auteurs, septembre 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5337/img-3.png
File image/png, 337k
Title Fig. 3
Caption Le boulevard Bouabdellaah Ederradji à Aïn Fakroun
Credits Source: prise de vue des auteurs, septembre 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5337/img-4.png
File image/png, 604k
Title Fig. 4
Caption Zone d’entrepôts à l’entrée est de Tadjenanet
Credits Source: prise de vue des auteurs, avril 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5337/img-5.png
File image/png, 322k
Title Tab. 2
Caption Le parc automobile algérien entre 2000 et 2006
Credits Source: ONS, 2010 - Conception et réalisation: Pierre Bergel
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5337/img-6.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Fig. 5A et 5B
Caption Les « nouveaux riches » vus par la presse algérienne
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5337/img-7.jpg
File image/jpeg, 256k
Title Fig. 6
Caption Une villa récente à Aïn M’Lila
Credits Source: prise de vue des auteurs, avril 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5337/img-8.png
File image/png, 741k
Title Fig. 7
Caption Deux maisons mitoyennes appartenant à deux frères ayant réussi dans le commerce d’importation (Aïn M’Lila)
Credits Source: prise de vue des auteurs, avril 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5337/img-9.png
File image/png, 598k
Top of page

References

Electronic reference

Pierre Bergel and Brahim Benlakhlef, « Les « nouveaux riches » de l’importation algérienne: des agents de la transformation sociale et urbaine? », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 19 April 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5337

Top of page

About the authors

Pierre Bergel

UMR CNRS 6590 Espaces et sociétés, Université de Caen Basse-Normandie, esplanade de la Paix, 14032 Caen Cedex (France),compierre.bergel@unicaen.fr

Brahim Benlakhlef

UMR CNRS 6590 Espaces et sociétés, École Normale Supérieure, plateau du Mansourah, Constantine (Algérie), benlakhlef@yahoo

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page