Skip to navigation – Site map
Réseaux et ancrages locaux

Les entrepreneures des deux rives

Mobilités franco-tunisiennes
Businesswomen on both sides: Franco-Tunisian mobilities
Pierre-Noël Denieuil
p. 35-41

Abstracts

This paper discusses entrepreneurial women working between France and Tunisia. Through their economic activities and relations, these women consciously use two facets of their dual nationality. Some women have created businesses in their country of adoption, while others look to benefit from their “in-between” status at the intersection of the two countries, drawing on family networks and relations. These economic activities are therefore tied into a transnational space. In both cases, the question of integration is moulded with that of mobility and identity.

Top of page

Outline

Top of page

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1J’évoquerai ici des parcours de femmes, devenues « entrepreneures » en situation de mobilité internationale entre la France et la Tunisie, et réalisant des investissements économiques réguliers entre les deux pays, Ces femmes jouent, dans leur activité économique et par leur réseau de relations, des deux facettes d’une double appartenance, d’un « agir » dual, assignant une ambivalence à la motivation d’entreprendre. Pour les unes, il s’agit de créer son entreprise pour trouver sa place au pays d’accueil. Pour les autres, il s’agit de tirer profit d’une économie « d’entre‑deux » déjà mise en œuvre grâce aux réseaux familiaux et communautaires. Dans les deux cas, la problématique de l’intégration vient se fondre dans celle de la mobilité. Il en ressort des formes d‘actions économiques issues d’une socialisation dans laquelle la notion de territoire national (Péraldi, 2002) ne constitue plus le seul indicateur pertinent pour étudier l’entrepreneuriat, qu’il soit masculin ou féminin.

  • 1  La méthodologie qui a présidé à l’élaboration de ce document croise deux types de données. Je m’ap (...)

2De manière à rendre compte de cette situation supranationale, je distinguerai globalement trois profils. D’une part, des femmes soit issues de l’immigration et nées en France, soit venues en France dans le cadre du regroupement familial ou d’études ou emplois, et vivant en France. Deux cas de figures émergent à ce propos: celles qui ont créé leur entreprise en France pour y pallier la crise de l’emploi salarié et pour contrecarrer leur stigmatisation dans la société française; celles, souvent arrivées en France pour leurs études, qui s’y sont faites une « place » et qui mènent une activité économique emboîtée sur les deux pays. D’autre part, des femmes ayant fait un retour dit « définitif » en Tunisie où elles résident tout en ayant gardé des liens de différentes natures (professionnels, familiaux, affectifs) avec la France1. Elles s’appuient sur des réseaux pour y développer une activité économique parallèle. Enfin, des femmes moins munies de diplôme universitaire ou professionnel, positionnées sur des mobilités de courtes durées renouvelées, opérant depuis la Tunisie ou depuis la France (notamment les retraitées en proie à un « impossible » retour). Ces femmes « passeurs » des deux rives, se trouvent engagées dans des pratiques de voyages et de petit entrepreneuriat « occasionnel », par des activités d’achat et de vente de petites marchandises. Elles poursuivent des migrations circulatoires de petit commerce entre « cabas et containers », selon l’expression de Michel Péraldi (2003).

3Je résumerai rapidement les différents cas de figure de ces entrepreneures tunisiennes en relation avec la France1, à partir de trois indicateurs: les « résidentes » en Tunisie, les « résidentes » en France, les « passeurs » des deux rives. Je montrerai, au travers de ces cas, que les motivations pour l’activité économique dans « l’autre » pays sont loin d’être « strictement économiques » et qu’elles sont imbriquées de motivations affectives, voire d’intérêts familiaux. Il ressortira de mes analyses, que le voyage ou l’implantation à l’étranger, constitutifs de « l’actorité » (B’Chir, 2007) de la femme dans un contexte de mondialisation des échanges, ne constituent pas une simple activité professionnelle ou une opération économique, mais bien aussi une expérience identitaire qui correspond à une transformation de la personnalité et du comportement des femmes concernées.

1 - Les entrepreneures des deux rives, résidentes en Tunisie

1.1 - De retour au pays d’origine, elles mènent désormais leur activité professionnelle en Tunisie

4En général, le projet de retour en Tunisie a été impulsé après un long séjour en Europe. En témoigne cette jeune entrepreneure en communication, qui a décidé de rentrer en Tunisie pour travailler dans le prolongement de ce qu’elle avait initié en France. Pour nombre de ces femmes qui ont voyagé, en particulier celles qui l’ont fait dans le cadre d’une expérience professionnelle (et non de l’obtention d’un diplôme), le départ a déjà constitué une manière d’entreprendre. « Entreprendre », pour elles, c’était une façon de rejeter une forme d’oppression et de vouloir retrouver, sinon une identité, du moins une liberté: « c’était pour quitter la médiocrité. J’ai rejeté la Tunisie pendant cinq ans ».

5Dans bien des cas, le retour s’explique par des raisons familiales articulées sur un constat de difficultés économiques en France soit pour soi-même, soit pour son entourage (mari ou enfants). Certaines de ces femmes ont émis leur projet de retour en cours de carrière et lors de la fin d’un cycle d’études. Telle Samira qui a quitté Lyon au bout de dix ans d’études et après son mariage, pour réaliser à Tunis son projet professionnel. D’autres, après avoir construit une vie familiale en France, ont profité d’une mise en retraite pour partir. Telle Naïma, de nationalité française, venue rejoindre son mari en France en 1971 et qui, en 2001, a décidé de rentrer pour créer en Tunisie (où elle réside désormais) une entreprise de confection et de lavage industriel. Et cela avec deux objectifs: d’une part, pour y insérer son fils qui avait fait des études de modélisme qui n’ont « pas trop marché »; d’autre part, pour aller retrouver sa mère. « Je suis née ici, c’est pour être plus proche de ma famille, sauf mes enfants qui sont loin ».

6La plupart d’entre elles gardent des liens identitaires avec la France: double nationalité, présence familiale ou belle‑famille en France, enfants francophones, etc. Quelques unes y perdent même une partie de leur motivation; Naïma, par exemple, estime que « c’est difficile à tenir la double activité professionnelle entre la France et la Tunisie, il faut être solide, surtout si on n’a pas l’aide du mari »).Même si elles ont effectué leur « retour », elles demeurent dans un entre-deux, à la fois dynamique et problématique. En témoigne leur position très critique à l’égard de leurs compatriotes tunisiens de France qui « reviennent chaque été se « ressourcer » puis « repartent ».

1.2 - De retour en Tunisie, elles ont conservé des attaches économiques avec la société française

7Ces femmes demeurées ou devenues acteurs économiques français sont souvent implantées dans des réseaux francophones pour la plupart liés à des attaches familiales. Certaines, plus âgées, ont en France des enfants ou de la famille (un frère ou une sœur) qui leur tiennent lieu de relais pour leurs opérations économiques (commerce, par exemple). Dans cette catégorie, nous trouvons beaucoup de petites entreprises commerçantes (pâtisseries, épiceries, restaurants), mises en gérance en France et supervisées, lors de voyages, par des anciens « Tunisiens de France » résidant désormais en Tunisie. Dans ce cas, la femme peut jouer, aux côtés de son mari, un rôle de substitut ou de relais économique entre les deux rives.

8Leurs objectifs économiques sont très liés à l’import‑export et à l’investissement à l’étranger; elles sont prêtes à saisir toutes les opportunités de la libéralisation économique « pour consolider nos relations avec l’Union européenne ». Toutefois, beaucoup d’entre elles, lorsqu’elles n’ont pas la double nationalité, évoquent les fréquentes difficultés qu’elles rencontrent pour l’obtention d’autorisations, l’État tunisien étant saisi par des interventions d’entreprises locales concurrentes qui sentiraient leur production interne menacée.

9Ces entrepreneures, même si elles ont monté leur entreprise en Tunisie où elles résident, ont conservé une perspective professionnelle prioritaire avec la France. Telle Monia qui produit des vêtements à l’exportation. Par ses réseaux acquis « là-bas », elle s’est mise en contact, pour des ventes de chemises avec des plates-formes intermédiaires entre le marché et les producteurs. Pour ces femmes, l’entreprise tunisienne reste l’aboutissement du lien noué avec la France au temps de leur séjour. Cela a été le cas d’Olfa qui n’a pu monter son unité au pays que grâce à ses positions en France: « j’aurais pu faire une société résidente et créer une entreprise tunisienne en Tunisie, mais c’est un autre statut bien moins avantageux ».

10Ces femmes sont généralement influencées par le système de valeurs entrepreneuriales européennes. Au moment de leur « retour », elles se voulaient « innovatrices » dans leur domaine. C’est le cas de cette jeune femme qui a suivi des études de stylisme en France et qui a monté un salon de coiffure et d’esthétique à Sfax. S’inspirant du goût français, elle a eu du mal à imposer son projet professionnel, fort éloigné de la stricte coiffure: faire « redécouvrir leur beauté aux femmes tunisiennes et travailler à la mise en valeur esthétique de leur corps », « j’ai voulu rendre ce métier noble et le sortir des mains des escrocs ».

11Pour beaucoup, au bout du chemin, le voyage les a incitées à « rechoisir » la Tunisie et ses produits, sans toutefois couper les ponts économiques et identitaires avec la France. Au retour, rien n’est plus comme avant, et le système de valeurs de l’individu a dérivé. Le voyage, cette « aventure ambiguë » (A. Kane, 1975) a laissé des traces et transformé l’identité personnelle et professionnelle.

2 - Les entrepreneures des deux rives, résidentes en France

2.1 - Nées en France ou installées de longue date, elles sont devenues des acteurs économiques de la société française

2.1.1 - Une présence invisible

12Les activités indépendantes exercées par les migrants maghrébins dans le pays d’accueil (tous pays d’Europe) ont souvent été reléguées, jusqu’aux années 1980, en périphérie des intérêts scientifiques des chercheurs. De plus, la présence de l’entrepreneuriat maghrébin féminin, dans la vie économique française, est longtemps restée invisible. En effet, et tout particulièrement en ce qui concerne les femmes, Nadia Boukhobza (2005), dans ses travaux sur les communautés maghrébines de France, évoque la question de « l’invisibilité » des filles issues de l’immigration, dans les « quartiers ». Elle montre que l’on parle de « clandestins » et non de « clandestines », et que dans les quartiers si l’on peut nommer des « grands frères » comme des « médiateurs culturels », les femmes sont rarement mentionnées comme telles. Elle estime aussi que les femmes sont plutôt identifiées par leur sexe alors que les hommes le sont plutôt par leur origine « ethnique-nationale » (id., 2005, 233). Tout se passe, selon l’auteur, comme si « les filles naissent après les garçons ». Il est à ce titre intéressant de constater que le stigmate du pays d’origine ne s’est guère transformé face à la situation de migration en France, où la femme maghrébine est loin d’être considérée comme un acteur économique à part entière. Dans cette même perspective, Christine Catarino et Mirjana Morokvasic (2005) montrent que les approches sur les migrations ont parfois considéré la femme comme inscrite dans le sillage du mari ou sous l’étau du regroupement familial. D’autres, refusant de s’intéresser « aux femmes migrantes qualifiées ou investissant d’autres secteurs d’activités considérés comme valorisants (entrepreneuriat, etc.) », l’ont enfermée dans un ghetto féministe ou « victimisé » (id., 2005, 9).

13La situation change aujourd’hui, car la dynamique de parcours des entrepreneures voyageant entre la France et la Tunisie répond à une tendance forte de l’évolution des sociétés contemporaines: la féminisation des flux migratoires, de femmes entreprenant puis voyageant et circulant seules, mariées ou non, et issues de pays (monde arabo-musulman, par exemple) où ces traditions n’étaient jusqu’alors pas répandues.

2.1.2 - L’entrepreneuriat maghrébin féminin en France, pour échapper à la stigmatisation

14Depuis les années quatre-vingt, le nombre d’entrepreneurs étrangers ou issus de l’immigration a sensiblement augmenté. Le nouvel entrepreneuriat maghrébin, dont le tunisien, en France, diffère sensiblement, de celui des « petits boutiquiers » ou des petits commerçants issus de l’immigration (M. Madoui, 2007). La moitié des entreprises se situe désormais dans le secteur des services et tertiaires, et près de 50 % de ces dernières ont été créées depuis dix ans. Représentant près d’un tiers de la population des entrepreneurs, les femmes investissent, dans les secteurs suivants: fabrication de stores, création de cosmétiques et produits de beauté, dirigeantes de sociétés d’assurances, conseils en formation, mais aussi restauration et petites activités traditionnelles.

15J’ai montré antérieurement combien la création d’entreprise est souvent un palliatif, voire une seconde chance pour ceux qui n’ont pu s’épanouir dans le salariat ou qui, diplômés, se sont retrouvés au chômage (P.-N. Denieuil, 2010). Elle est aussi un moyen de réguler une situation professionnelle voire personnelle chez les femmes à qui cela libère du temps pour la vie familiale (id.). L’enjeu de la création d’entreprise n’est pas réductible aux seules motivations économiques, et est largement subordonné à des impératifs sociaux. Ainsi que l’a explicité Mohamed Madoui, la création d’entreprise est l’issue, après trente ans, d’un parcours d’obstacles « semé d’embûches (petits boulots, intérim, CDD, emplois non qualifiés, chômage, etc.) » (M. Madoui; 2007, 13). L’auteur explique alors que la création d’entreprise constitue un mode de régulation pour échapper à la stigmatisation et rechercher une reconnaissance sociale dans un « besoin d’affirmer une identité débarrassée de ses connotations négatives » (id., 9). Il s’agit bien là d’une « troisième voie »: « si l’école et le salariat ne garantissent plus une ascension sociale pour les enfants d’immigrés, la petite entreprise individuelle et/ou familiale apparaît comme la troisième voie dans cette quête acharnée de promotion sociale » (id., 10). Ce parcours d’insertion et de reconnaissance se trouve redoublé dans le cas des femmes qui, en plus de la stigmatisation ethnique, subissent la discrimination d’être dans un univers traditionnellement masculin.

16Malgré l’attachement sans faille qu’elles vouent à leur pays, ces femmes s’avèrent très critiques sur la Tunisie et sur son système administratif. C’est sans doute la raison pour laquelle certaines d’entre elles n’ont pas directement implanté d’activité économique en Tunisie. Lorsqu’elles y retournent lors de vacances ou lors de séjours professionnels, elles mentionnent certains griefs à l’encontre de leur société d’origine, tout en se référant à ce qu’elles vivent en France. La même remarque est faite par Fanny Schaeffer à propos du Maroc: « habitués à une administration qui, certes, fonctionne parfois à plusieurs vitesses en France, mais qui tente toutefois d’être la plus égalitaire possible, les migrants perçoivent la corruption du système marocain d’autant plus fortement comme une grave injustice » (Shaeffer, 2001a,168-169).

2.2 - Toujours installées en France, elles privilégient les liens identitaires avec le pays d’origine

2.2.1 - L’entrepreneuriat au pays d’origine, comme palliatif à la crise en France

17Il convient de relever l’ambivalence de ce palliatif et de cet outil de reconnaissance qu’est l’entrepreneuriat. À cet égard, Rached Ben Khalifa (2007) montre les liens que la création d’entreprise en France entretient avec le pays d’origine, par le projet d’investissement que font les promoteurs. Selon Emmanuelle Santelli (2007), vouloir investir, en Algérie, est moins « le signe d’un repli identitaire» qu’une autre « façon de recomposer des liens avec le pays d’origine »; et d’y rechercher à la fois un profit économique et une place ou une reconnaissance sociale que le projet entrepreneurial n’a pas suffi à donner en France. On saisit là, constate l’auteur (id.), une combinaison inaliénable entre le capital social, professionnel et d’expérience acquis en France et la volonté, non plus de « poursuivre l’histoire migratoire des parents », mais surtout « d’être en position de tirer profit de cet espace migratoire ». Toutefois, cette « seconde chance » que ces descendants d’immigrés se donnent pour tirer profit de leur pays d’origine – qu’ils se représentent comme « un vaste territoire économique » –, se heurte à des désillusions notoires, dans un espace de « vacances », ainsi que le notait Abdelmalek Sayad, oùla migration passée les transforme du côté du pays d’origine en émigrés, et du côté du pays d’accueil en immigrés. Emmanuelle Santelli précise à ce titre à propos des entrepreneurs algériens, que « du côté algérien, ils sont perçus comme des immigrés, voire des Français; en aucun cas ils ne sont vus comme des Algériens qui reviennent au pays investir, car ils le font dans une optique et avec des manières de faire qualifiées de « françaises » (souci de la rigueur, normes de qualité, etc.) » (id., 60). Et de leur propre point de vue, « confrontés à la société algérienne à l’occasion des démarches nécessaires à la création de leur entreprise, puis lors de son fonctionnement, ils mesurent la distance prise avec ce pays: aujourd’hui la majorité affirme qu’ils ne pourraient jamais y vivre de manière permanente et, par conséquent, ils affirment leur francité » (id., 60).

2.2.2 - L’entrepreneuriat, comme l’affirmation d’un combat et d’une mixité identitaire assumés

18Ces femmes se sont beaucoup « opposées » dans leur vie. À la différence de leurs compatriotes en Tunisie qui ont souvent été appuyées par les réseaux familiaux et par la présence bienveillante du père (P.‑N. Denieuil, 2005), elles ont dû affronter à leur famille. Dans la mise en œuvre de leur projet de vie, leur parcours est souvent marqué par une rencontre. Pour Jamila, c’est la patronne d’une grande surface qui a fonctionné comme « tuteur » et qui a remplacé la figure parentale (« je suis devenue la fille de la patronne pendant quatre ans dans ce monde hostile »). Leur insertion s’est constituée sur la base d’une rupture temporaire avec les parents et d’un refus de l’ordre familial, ainsi que le précise Jamila: « au début j’étais fâchée avec mes parents, à la maison je faisais la bonne pour les garçons. J’étais diabolisée, et mes frères et sœurs me donnaient de l’argent en cachette ».

19Ces femmes, dans leur majorité, lorsqu’elles sont venues en France avant ou à l’adolescence, avouent avoir vécu un tiraillement entre la liberté en France et l’autorité d’un père pris lui-même dans la contradiction d’élever sa fille dans les valeurs françaises, et de lui inculquer le respect des valeurs traditionnelles. Ainsi témoigne Samira: « Je n’avais pas le droit d’aller aux matchs de handball, je me faisais tabasser et, à chaque fois, il me fallait négocier. J’étais l’aînée et ma mère temporisait mais elle le suivait. À la fois, il voulait que je réussisse mes études comme Française et, en même temps, je devais respecter l’esprit conservateur, ne pas sortir pour faire de la danse ». Entreprendre, c’est pour ces femmes déployer leur « nature de rebelle ». C’est aussi se situer en constant décalage avec le pays d’origine: « quand on rentrait, on nous appelait les « chez nous à Paris », c’était péjoratif, pour se moquer de nous; il y avait de l’envie et on nous jalousait ». Décalage qui allait jusqu’au refus du mariage au pays, ainsi que l’a vécu Lahamia: « mon oncle est venu sur Reims et a voulu que je me marie. Mon objectif n’était pas le mariage. Soit je tenais tête, soit je suivais, mais je trouvais toujours une sortie pour m’épanouir, comme si je voulais leur prouver qu’ils avaient tort ».

20Par la suite, ces femmes se sont construites pour la plupart une identité mêlée, de chevauchement entre les deux cultures. Selon Jamila: « il y a un peu de tout, c’est un mélange. J’écoute le Coran comme je savoure un sandwich jambon. Je suis à cheval sur les deux cultures. Quand je rêve, je rêve en français et pas en arabe, je parle arabe en pensant français ». Nombre d’entre elles précisent que cette traversée des espaces français et tunisien leur a donné une « posture de liberté », leur a permis de puiser dans différents registres identitaires pour composer une identité souple, malléable, mouvante, adaptable aux lieux et aux milieux investis, une véritable identité « situationnelle » (Shaeffer,2001b). À cet égard, elles développent une volonté de promouvoir la Tunisie par le biais des valeurs françaises qui deviennent un outil efficace. Telle Lilia, cette femme cadre qui a créé son association C3D (Citoyen Devoir, Droit, Dignité) qu’elle ne définit pas comme essentiellement tunisienne: « mon association n’est pas tunisienne, elle est française pour promouvoir la culture tunisienne en France. Ce n’est pas en restant entre Tunisiens, il faut plutôt la faire connaître aux Français, Grecs, Marocains, Italiens et être euro-méditerranéens ». Comme Lilia, Samira a multiplié les engagements associatifs (professionnels puis politiques), et se dit « séduite par la politique française ». Elle préside l’Association tuniso-européenne des femmes d’affaires. Elle pense à un projet politico-économique pour « montrer à nos pays maghrébins au sein d’entreprises en Tunisie, qu’on est capable de fédérer ». Courtière en assurance, Samia a la même volonté d’utiliser sa mixité culturelle pour construire son activité entrepreneuriale, tout en s’appuyant sur une clientèle « exotique » liée à ses origines. Elle dit vouloir combiner la posture économique et juridique « à la française » avec le « cœur tunisien ».

21Les Tunisiennes entrepreneures en France sont en général d’excellentes promotrices des valeurs d’émancipation de la femme et de « l’affranchissement du carcan » (selon Lilia) dans lequel leurs aïeules se trouvaient. Rendant hommage aux « discours de rupture de Haddad et de Bourguiba », à la « révolution des mentalités » du code du statut personnel, elles louent la « femme épanouie et responsable, citoyenne à part entière, audacieuse, entreprenante ». Selon notre entretien avec Samia, les Tunisiennes, en position phare dans le monde arabe, seraient « d’indispensables pionnières et d’incontournables partenaires dans un combat contre une régression qui les menace au premier chef », afin de passer d’un « féminisme d’État » à un « féminisme civil ».

3 - Des passeurs de l’entre-deux rives

3.1 - Les femmes résidentes en  France: le petit commerce d’import-export durant les périodes de fêtes et vacances

22La situation des entrepreneures franco-tunisiennes, aujourd’hui, renvoie à un profond changement de la condition de la femme maghrébine à l’étranger. Ainsi, dans les années 1970, les femmes présentes en France étaient le plus souvent d’origine rurale et dénuées de formation. Leur destin demeurait inscrit dans le cadre d’une immigration subie très liée au parcours du mari et très dépendante des données familiales. Ces données ont changé. Actuellement, un nouveau positionnement de l’acteur-femme apparaît sur la scène des migrations internationales. Il met en scène des nouvelles pratiques de femmes qui ne sont plus simples mères ou épouses ou des personnes perçues comme passives dans le cadre du regroupement familial. En ce sens, les travaux de Saâdia Elhariri (2003) sur le Maroc (mais les mêmes pratiques ont été observées en Tunisie) décrivent des femmes participant à la sphère publique et professionnelle et venant seules dans le cadre de nouvelles pratiques commerciales. Ces femmes, selon l’auteur, « ont élargi leur espace et ont dépassé le seuil de leur espace privé pour fréquenter d’autres lieux ». L’objet de cette mutation est la « circulation des marchandises » qui alimentent un commerce informel. D’une part, elles importent au pays des produits (par exemple, des produits de beauté, des vêtements ou des ustensiles de cuisine, machines à café, sèche-cheveux). D’autre part, elles exportent en France « des produits ethniques à forte demande » (par exemple, de petits objets traditionnels, des produits culinaires, des bijoux, etc.). Leurs clientes françaises sont maghrébines et tiennent des boutiques de prêt à porter. Leurs clientes au pays sont des femmes du voisinage.

23Ce petit entrepreneuriat commerçant se pratique, selon le même auteur, au cours de deux types de voyages en France et au pays d’origine: l’un lié au retour annuel des vacances d’été, et le second hors saison au cours de l’année. Ce commerce revêt une double portée économique et symbolique: « les marchandises que les femmes rapportent durant la période des vacances sont commercialisées dans le but d’aider leur famille au Maroc, de financer leur séjour et de mettre en valeur leur réussite sociale » (id., 226). Ce type d’entrepreneuriat peut être mené en concertation avec le mari, mais il peut aussi lui échapper et vient surtout alimenter l’autonomie personnelle de ces femmes parfois aidées par une fille ou une sœur (id., 232). Ces femmes, qui se sont ainsi constitué leur réseau de fournisseurs et de clients, « deviennent des acteurs économiques » en situation de « traits d’union » entre les deux rives, « en rapprochant des femmes installées de l’autre côté de la Méditerranée, des produits qu’il leur était autrefois difficile d’acquérir » (id. 231).

3.2 - Les retraitées et résidentes des deux rives: la double présence et l’impossible retour

24Les femmes évoquées par Saädia Elhariri sont jeunes, souvent mères de famille et d’enfants peu âgés. Mais il existe également un autre cas de femmes entrepreneures commerçantes, les retraitées. Fanny Schaeffer (2001a, 168‑169) évoque, au Maroc (mais c’est transposable sur la Tunisie), le fait des retraités « qui s’installent dans l’entre-deux », «  à la fois en raison des difficultés de réintégration dans la société d’origine et de la force des liens qui les attachent au pays d’installation, mais également parce qu’ils se sont forgés une identité multiple tout au long de leur vie en migration ».

25Ces retraitées se livrent à des transports de marchandises entre les deux rives, ce qui leur apporte des compléments financiers. Elles sont généralement habitées par l’impossibilité d’un projet de retour et, en même temps, sa présence est forte dans leur esprit. De nombreux témoignages recueillis auprès des Tunisiens de France viennent assombrir le mythe du retour au pays d’origine, notamment à propos des tracasseries administratives ou de la non reconnaissance par les pairs. Ainsi, explique Fanny Schaeffer (2001a,170), ces retraitées qui veulent s’installer « sont souvent déconnectées des réseaux locaux, indispensables à qui veut trouver des fournisseurs, une clientèle et surtout connaître les ficelles et les passe-droits du marché local ». On peut dire en ce sens que cette notion de retour est auto-justificative et fonctionne comme une sorte de « caution morale » régulatrice d’une situation contradictoire marquée par l’impossibilité de couper les liens avec l’un des deux pays (id.).

3.3 - Les femmes résidentes en Tunisie: la féminisation des circulations commerciales

26De son côté, Camille Schmoll (2005) analyse la féminisation des circulations commerciales en Méditerranée, en suivant un collectif de femmes tunisiennes de Sousse qui procèdent à de réguliers voyages pour achats et revente de marchandises, autour de la place marchande de Naples. Leurs séjours durent de quatre jours à un mois, lors de déplacements en « réseaux de copines ». Ces Tunisiennes sont souvent d’âge mûr, mariées, parfois avec une fille qui les accompagne. Le voyage à l’étranger, souvent dans le cadre d’un projet conjugal pour accroître les revenus, constitue une stratégie économique pour gagner sa vie ou pour réinvestir dans un projet familial (construction de maison) ou professionnel (achat de boutique). Cette activité se présente comme un mode de régulation des difficultés rencontrées au pays, un moyen temporaire d’affronter la précarité et un palliatif pour répondre aux mauvaises conjonctures. Ainsi que le remarque Camille Schmoll (id. 138): « à la différence des travailleuses du sexe et des domestiques installées en Europe, ces femmes ne répondent pas à une demande de travail émanant des sociétés européennes, mais s’inscrivent davantage dans les évolutions du marché du travail au Maghreb, qui se caractérisent par une féminisation de certaines activités d’ordinaire réservées aux hommes comme le commerce (Jomni, 2000) ».

27Cette visibilité de la femme dans l’espace public, courante en Afrique centrale, est nouvelle au Maghreb et résulte d’une forte ouverture de l’espace urbain à la mixité, elle-même s’expliquant par le desserrement des liens de contrôle exercé par le mari. Toutefois, nombre de femmes divorcées nous ont expliqué que cette situation les avait bien arrangées. En témoigne cette femme à la valise, qui voyage avec sa fille, jeune adolescente qui expliquait: « quand le mari est absent, ça libère et on gagne sur tous les plans » (Denieuil, 2005, 90).

4 - L’entrepreneuriat féminin et la question migratoire

4.1 - L’autonomisation et le voyage comme émancipation

28L’affirmation identitaire peut se trouver stimulée par de nombreux vecteurs marquant la sortie d’une condition de « gardienne du foyer », tel le soutien apporté à la création d’activités féminines par l’octroi d’un micro-crédit (Laroussi, 2009). Le voyage entrepreneurial à l’étranger constitue aussi et simultanément une expérience identitaire forte qui marque l’inclusion de la femme dans le système de consommation et de suivi de la mode, et conduit à son autonomisation par des formes de reconnaissance sociale. Ainsi que le commente Camille Schmoll (2005, 138), « la migration tout comme la sortie au souk, sont des formes d’affirmation de soi dans la mesure où elles permettent de s’extraire socialement et spatialement du foyer ». L’auteur montre que la circulation de ces « transmigrantes » « donne lieu à des formes d’autonomisation, de reformulation des statuts et de mobilité sociale, mais celle-ci est négociée, à la fois au sein du foyer et dans les espaces traversés » (id., 169).

29Toutefois, il convient de préciser que ces nouvelles autonomies ne se situent jamais en rupture définitive avec l’ordre existant, elles se construisent plutôt comme des formes de négociation et d’adaptation à la réalité. Elles s’insèrent, comme je l’avais montré à propos de l’innovation sfaxienne (P.‑N. Denieuil, 1992), dans des formes de recomposition et de continuité (Zghal, 1992).

4.2 - L’immigration comme point d’appui à la mobilité entrepreneuriale

4.2.1 - La question des transferts de fonds

30Les transferts de fonds ont, aux débuts des processus migratoires, contribué aux financements de constructions au pays, puis se sont progressivement inscrits dans une dynamique de création d’entreprises et de développement local.. Les femmes entrepreneures enquêtées nous ont déclaré avoir pu, avant même de rentrer, compter sur des transferts vers la structure familiale (un frère, un père) qui assure pour elles l’investissement au pays dans l’attente de leur retour: un membre de la famille sur place peut gérer le projet en son absence. Ensuite, le séjour en France a permis la constitution de réseaux pour développer du partenariat d’exportation. Par exemple, une femme peut jouer de ses relations tant en France qu’en Tunisie, pour s’associer avec un frère qui a la nationalité française et obtenir ainsi, en Tunisie, les avantages qui y sont donnés aux investisseurs étrangers. Enfin, certaines sont des anciennes migrantes reconverties. En général, leurs investissements en locaux et en bâtiments ont été acquis lors de leur séjour à l’étranger par transferts de fonds – de même que leur savoir-faire professionnel s’est construit ailleurs. La motivation de revenir en Tunisie est alors fondée sur un mariage, sur la scolarisation des enfants ou sur une autre nécessité de rejoindre des parents. Leur souci du « retour » en Tunisie est, en général, celui de trouver du personnel qualifié. Certaines se situent très en marge des institutions nationales, telles l’UTICA, d’autres recherchent au contraire des liens avec elles.

4.2.2 - Entrepreneuriat et nouvelles mobilités transnationales

31Les acteurs des processus migratoires ne sont plus seulement des immigrés mais aussi des émigrés (Sayad, 1999) avec une histoire de vie qui dépasse les frontières, hors de la dichotomie assimilation-exclusion. Ils sont le résultat d’un processus de globalisation « par le bas » (Peraldi, 2001; Tarrius, 2002), dessinant de « nouveaux espaces économiques et productifs » (Peraldi, 2001) qui, transnationaux, se trouvent construits par les aléas des déplacements migratoires, d’implantations économiques et juridiques à cheval entre plusieurs sociétés nationales, et d’investissement des individus dans un capital de réseaux « ici et là-bas ». La circulation des personnes et des biens se situe alors sur des espaces frontières et transnationaux, des zones de « porosité », et de « déterritorialisation-reterritorialisation des frontières et des espaces qui dépassent la logique de l’État-nation » (Istituto Studi Mediterranei 2006, 5). Dans ce contexte, des femmes deviennent actrices de pratiques transnationales en voyageant régulièrement entre pays d’accueil et pays d’origine. Leur entre-deux circonscrit un espace transfrontalier d’action sociale et économique dans laquelle elles inscrivent leurs pratiques, selon les engagements et les ressources dont elles disposent à différents niveaux (position sur le marché du travail, engagement politique, pénétration du système socio-culturel d’accueil, géographie du capital social et des réseaux familiaux). Le concept de transnationalisme donne alors à penser la migration autrement que dans un processus d’adaptation et/ou d’intégration « entre deux sédentarités » (Tarrius, 1992), « unidirectionnel dans un espace bipolaire, impliquant les dichotomies départ-arrivée, installation-retour, temporaire‑permanent » (Catarino et Morokvasic, 2005).

Conclusion: la question des origines et la négociation de l’identité

32Il ressort de nos analyses sur la circulation de femmes entrepreneures entre la France et la Tunisie, l’ambivalence de la motivation d’entreprendre. Pour les unes, il s’agit de créer leur entreprise pour trouver leur place au pays d’accueil. Pour les autres, il s’agit de tirer profit d’une économie « d’entre-deux » déjà mise en œuvre grâce aux réseaux familiaux et communautaires. Dans les deux cas, les comportements observés relèvent moins d’une analyse des modalités de l’intégration issue de formes achevées de la migration, que d’une approche psychosociale et socioéconomique des nouvelles pratiques de mobilités intersociétales. C’est ainsi qu’une réflexion en terme de transnationalisme, permet au chercheur de mieux cerner de nouvelles identités entrepreneuriales, où « la perte d’une identité territoriale se trouve compensée par une insertion dans les processus qui dépassent les frontières et les pesanteurs géographiques » Cesari, 1997, 81).

33Nous avons pu comprendre, au travers des témoignages présentés, la tension et les compromis culturels possibles entre les rêves d’un « chez‑soi ailleurs » (la France en Tunisie ou la Tunisie en France), et la réalité d’un « chez‑soi ici et maintenant ». La question de l’identité se pose alors moins en termes d’origines que d’ancrage, comme « ce qui permet d’avoir un bout de la « réalité présente » à portée de main, un lien dans la séparation, mais un lieu qui est une corde attachée à un point précis comme un élastique, qui y ramène toujours » (Ramos, 2006, 97). Selon Elsa Ramos (id., 98), ces liens conjuguent des injonctions contradictoires « parce que des petits bouts de là-bas peuvent être ici, ils entretiennent une matérialisation de la vie là-bas, la rendant encore plus éloignée ». L’on peut alors situer l’entrepreneure des deux rives dans des formes de négociation de sa propre identité, à partir de sa propre consistance historique, « qui l’autorise à rompre avec telle ou telle partie du passé, et à définir, par droit d’inventaire, ce qui compte le plus pour lui et qui mérite d’être conservé » (Singly [de], 2006).

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Aït Ben Lmadaris F., (1998), La circulation entre les deux rives ou la gestion du double rejet. Le cas des retraitées marocaines en France, 89 p., mémoire de DEA en sociologie, Université Paris 7.

Amidou Kane C., (1975), L’aventure ambiguë, Paris, Bourgois, coll. 10/18.

B’Chir A., (2007), La femme tunisienne, acteur de développement régional, Tunis, publication du CREDIF.

Ben Khalifa R., (2007), Les entrepreneurs maghrébins de France et les investissements dans le pays d’origine: approche par le genre, communication au séminaire du CREDIF, Tunis, FSP Maghreb, LISE-CNAM-CNRS, juillet 2007.

Boukhobza N., (2005), « Les filles naissent après les garçons: représentations sociales des populations d’origine maghrébine en France », Revue européenne des migrations internationales (REMI), vol. 21, no 1, Université de Poitiers, p. 227‑242,[en ligne].

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Catarino C. et Morokvasic M., (2005) « Femmes, genre, migration et mobilités », Revue européenne des migrations internationales (REMI), vol. 21, no 1, p. 7‑27,[en ligne].
DOI : 10.4000/remi.2534

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Cesari J., (1997), « Les réseaux transnationaux entre l’Europe et le Maghreb: l’international sans territoire », Revue européenne des migrations internationales (REMI), vol. 13, no 2, Université de Poitiers, p. 81‑94, [en ligne].
DOI : 10.3406/remi.1997.1551

Denieuil P.-N., (2005), Femmes et entreprises en Tunisie. Essai sur les cultures du travail féminin, Paris, L’Harmattan, 174 p.

— (2010), « La création d’entreprise n’est pas la solution miracle », in Denieuil, Madoui, Entrepreneurs maghrébins, terrains en développement, Paris, Karthala, 446 p.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Elhariri S., (2003), « Les Marocaines au cœur d’un nouveau circuit d’échanges marchands: entre ici et là-bas », Revue européenne des migrations internationales (REMI), vol. 19, no 1, Université de Poitiers, p. 7‑27,[en ligne]
DOI : 10.4000/remi.2991

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Gauthier C., (1997), « Mobilités migratoires, sociabilités et échanges marchands », Revue européenne des migrations internationales (REMI), vol. 13, no 3, Université de Poitiers, p. 183-210, [en ligne].
DOI : 10.3406/remi.1997.1572

Istituto Studi Mediterranei, (2006), « Mouvements migratoires et nouveaux espaces productifs dans les villes de la Méditerranée », compte-rendu du séminaire Forum Mediterraneo Parcours méditerranéen: images, lieux et civilisations, Lugano.

Laroussi H., (2009), Micro-crédit et lien social en Tunisie. La solidarité instituée, Paris, IRMC-Karthala, thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 5 René Descartes, soutenue en 2006.

Madoui M. (dir.), (2007), « Nouvelles figures de l’immigration en France et en Méditerranée », Hommes et migrations, no 1266, Paris, éditions de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, 190 p.

Péraldi M. (dir.), (2003), Cabas et containers, Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve & Larose, 361 p.

Ramos E., (2006), L’invention des origines. Sociologie de l’ancrage identitaire, préface de François de Singly (« Société liquide et consistance de soi »), Paris, Armand Colin, 220 p.

Santelli E., (2007), « Investir en Algérie ou comment est repensé le lien au pays d’origine », in Mohamed Madoui (dir.), « Les nouvelles figures de l’immigration en France et en Méditerranée », Hommes et migrations, Paris, no 1266, p. 54-65.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Schaeffer F., (2001a), « Mythe du retour et réalité de l’entre-deux. La retraite en France ou au Maroc », Revue européenne des migrations internationales (REMI), vol. 17, no 1, Université de Poitiers, p. 165-176.
DOI : 10.3406/remi.2001.1768

— (2001b) , « Ici et là-bas, le champ des possibles », in L. Joyeux et alii, Quand l’altérité se fait en jeux, Paris, L’Harmattan, Sciences humaines et sociales, p. 213-261.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Schmoll C., (2005), « Pratiques spatiales transnationales et stratégies de mobilité des commerçantes tunisiennes », Revue européenne des migrations internationales (REMI), vol. 21, no 1, Université de Poitiers, p. 131-154, [en ligne].
DOI : 10.4000/remi.2352

Tarrius A., 1996), « Territoires circulatoires et espaces urbains », Annales de la recherche urbaine, no 59-60.

Zghal R., (1992), « Sfax, mythes et réalismes, Postface », in Pierre-Noël Denieuil, Les entrepreneurs du développement. Essai sur l’ethnoindustrialisation de Sfax en Tunisie, Paris, L’Harmattan, p. 171-196.

Top of page

Notes

1  La méthodologie qui a présidé à l’élaboration de ce document croise deux types de données. Je m’appuie d’une part sur une série de 15 entretiens qualitatifs sélectionnés, effectués en 2008 auprès de femmes chefs d’entreprises en France et en Tunisie. Je me réfère d’autre part à des lectures et à un balayage provisoire de la littérature consacrée aux échanges marchands entre les deux rives de la Méditerranée, ainsi qu’aux stratégies de réinvestissements des Maghrébins de France au pays d’origine.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre-Noël Denieuil, « Les entrepreneures des deux rives », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 27 March 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5364

Top of page

About the author

Pierre-Noël Denieuil

chercheur, Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, IFRE-USR 3077, CNRS, Tunis, pierrenoeldenieuil@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page