Skip to navigation – Site map
Réseaux et ancrages locaux

Mondialisation et recompositions du capitalisme algérien

L’émergence d’une nouvelle figure: l’entrepreneur religieux
Globalization and change of Algerian capitalism
Emergence of a new figure : the religious contractor
Mohamed Madoui
p. 48-43

Abstracts

Based on an investigation in Algeria with fifty small and medium-sized enterprises operating in sectors of services, production and food-processing industry, this article concerns a category of contractors, who mobilize the Islamic ethics of the work, in purposes of modern management and competitiveness of their company. We analyze then the way they make use of social networks to find new markets, recruit of the staff or still build of the social link.

Top of page

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1Depuis que l’Algérie a entamé sa transition vers l’économie de marché, la fibre entrepreneuriale gagne toutes les couches sociales. Certains y voient une opportunité pour s’en sortir, d’autres pour s’enrichir. La crise du modèle de développement, le gigantisme industriel, la mondialisation, le manque de souplesse de la grande entreprise publique et le désir de promotion sociale fera de l’entrepreneur le nouvel héros d’une économie en crise. L’économie de marché n’est plus un tabou et l’entrepreneur jouit désormais de tous les égards tant de la part des pouvoirs publics algériens que des institutions internationales (FMI, Banque mondiale, Union européenne, etc.) qui voient en lui l’instrument privilégié de développement économique, de créations d’emploi et de transformation sociale. Autrement dit le deus machina d’une économie en crise, une sorte de « modèle social » pour des populations en quête de promotion sociale.

2Cet article se propose de porter le regard sur une catégorie d’entrepreneurs algériens qui tente tant bien que mal d’adapter l’entreprise capitaliste aux principes islamiques (Madoui, 2008; 2009). Alors que l’imaginaire social reste figé sur les questions de revendication identitaire portées par l’islam politique, une nouvelle génération d’entrepreneurs, instruits et ayant fait pour certains leurs études en Europe ou aux USA avant de rentrer au pays et créer leur entreprise, remettent au gout du jour la compatibilité de l’Islam avec les nouvelles formes du capitalisme qui repose comme on sait sur la vertu individuelle (Roy, 1992). Alors que l’Algérie entame sa transition à l’économie de marché, il s’agit de montrer comment ces « entrepreneurs de la foi » (re) mettent ainsi les principes du management moderne à la sauce islamique en militant fortement pour l’ouverture encore de l’économie algérienne à la globalisation néolibérale (Henni, 2007). L’analyse porte ensuite sur la façon dont ils mobilisent les réseaux sociaux pour trouver de nouveaux marchés, recruter du personnel ou encore construire du lien social.

1 - L’émergence d’une nouvelle figure: l’entrepreneur religieux

3L’entrepreneur religieux s’apparente davantage à la figure du gagnant, économiquement performant, politiquement désintéressé et socialement impliqué. Il cultive les valeurs du travail, de l’entreprise, de la richesse et de l’ambition. Son objectif pour le moins ambitieux est de réconcilier religion, économie et société. Mokrane qui a créé son entreprise de fabrication de chaussures à la fin des années 1990 souligne à quel point il est essentiel pour lui de réconcilier la religion musulmane avec l’esprit du travail, de l’initiative et de l’effort comme condition de sortir du sous-développement:

Les gens pensent que si vous êtes pratiquant et religieux, vous êtes forcément un intégriste. Ce qui m’intéresse moi en tant que musulman conscient du retard que nous accusons à l’égard de l’Occident, c’est de me dire que nous avons à mener une lutte implacable, un jihad pour notre développement. Pourquoi s’inspirer d’autres modèles pensés et construitsailleurs quand notre religion nous encourage dans la voie du travail, de l’effort et de la solidarité. Moi personnellement j’essaie dans ma pratique de tous les jours de transformer un tant soit peu les choses, faire l’apologie du travail et non pas du prosélytisme. C’est ce que j’essaie de transmettre aux autres et de me l’appliquer à moi-même. Notre drame ce n’est pas la religion, c’est l’ignorance ou les mauvaises interprétations que font certains à propos de l’islam.

4À la différence des militants islamistes engagés dans des partis politiques et partisans d’un retour à la chari’â comme le scandaient autrefois les partisans du front islamique du salut (FIS), ces entrepreneurs aux costumes-cravates, cultivés et branchés (internet, téléphone portable, écoute de toutes sortes de musiques, vacances, écoles privées pour les enfants, pratique des langues, lecture) prennent leurs distances avec « la politique ». Ils ne prennent parti ni pour le pouvoir en place incarné par les apparatchiks du FLN et de ses partisans ni pour les partis islamistes. Ils préfèrent se consacrer à la gestion et au développement de leur entreprise en faisant rencontrer autant qu’il est possible les valeurs islamiques auxquelles ils croient (travail, justice, équité, redistribution) et le libre jeu du marché autorégulateur. Le passage à l’économie de marché est l’occasion pour eux de développer leur entreprise, de s’enrichir et d’investir. Certains appliquent à la lettre les grands piliers de la doctrine de l’économie islamique: la prohibition de l’usure (riba),un système de prélèvement sur des revenus (la Zakat, aumône canonique) et enfin un ensemble de normes et de comportements défini par le Coran et la Sunna tels que l’honnêteté, la générosité et le travail (Kuran, 1986).

5Pour agir au plus près des préceptes de l’Islam, ces entrepreneurs éthiques recourent souvent pour leur emprunt aux banques islamiques. La banque al baraka à Alger qui fonctionne selon le principe islamique de partage des profits et de prohibition de l’usure, compte parmi ses clients de nombreux entrepreneurs éthiques qu’elle traite avec beaucoup d’égards.Ils adoptent ainsi des postures d’action visant à transformer les conditions de vie de leurs concitoyens comme me le disait cet entrepreneur d’une quarantaine d’années, rentré de France après un diplôme d’ingénieur en poche, pour créer une entreprise dans le secteur des télécommunications:

le problème de notre jeunesse c’est qu’elle ne rêve plus, qu’elle n’a plus d’ambition et c’est cela qu’il nous importe de réinventer en dépassant la conception purement instrumentale du travail. Le travail ce n’est pas uniquement gagner de quoi vivre mais c’est aussi transformer autant que faire se peut son petit monde. Dieu n’invoque-t-il pas dans le coran que le travail est sacré…La preuve il est cité 259 fois le terme dépensez votre effort et 400 fois réussir et régir la terre. »

6Pour ces entrepreneurs religieux, il est attendu du travail non seulement la rétribution matérielle (un salaire), symbolique (reconnaissance d’autrui), mais également la récompense divine (avoir la sensation d’avoir agi en conformité avec Dieu et en mériter le salut ici bas et dans l’autre monde).

2 - Un engouement pour l’éthique islamique du travail

7Gwénaëlle Feillard (2004) souligne le même engouement pour l’éthique islamique du travail en Indonésie. Elle trouve cette affinité troublante entre une forme d’islamisation de l’économie et le capitalisme. Elle est renforcée par le fait que ceux qui véhiculent aujourd’hui l’éthique islamique du travail sont non plus seulement des intellectuels ou des idéologues, mais bel et bien de véritables capitalistes à la fois prédicateurs et entrepreneurs à l’image d’Abdullah Gymnastiar, le prédicateur branché le plus en vue à Djakarta qui, en plus de ses prêches, enchaine sans répit les cours de management, de motivation et d’accomplissement de soi (Haenni et Tamam, 2003)

8Parmi les entrepreneurs que j’ai rencontrés, certains cultivent en pratiquant l’islam les valeurs de la sérénité (al ikhlas), de la respectabilité (al ihtiram) et la zakat (impôt religieux) les faisant apparaître au sein de la société comme des décideurs « justes » agissant en conformité avec les exigences religieuses. Certains reconnaissent que ce n’est pas l’esprit de l’entreprise qui leur manquait, mais l’incapacité des pouvoirs en place à produire des institutions économiques efficaces. La corruption, le népotisme, la gabegie, l’autoritarisme politique, les luttes de clan, le régionalisme sont monnaies courantes des systèmes politiques arabes et musulmans qui « broient », pour reprendre l’expression d’un des entrepreneurs interrogés, l’esprit d’innovation, d’entreprendre et de transformation de l’ordre social établi. Certains considèrent que c’est sur le plan économique qu’il faut désormais porter la révolution de la transformation des mentalités longtemps habituées à attendre tout de l’État. Ainsi s’exprimait Hocine, 50 ans, patron d’une entreprise de confection textile et prédicateur dans une mosquée de la banlieue d’Alger:

Au lieu de faire des prêches de haine, ne faut-il pas prêcher l’amour du travail, de l’effort, de la patrie, de sa religion pour arriver peu à peu à sortir de ce fatalisme qui consiste à remettre sur le destin l’ensemble des malheurs dont nous sommes responsables. Personne même Dieu ne pourra venir à votre secours si vous-même vous ne faites rien pour transformer votre quotidien et bien entendu c’est par le travail que l’on pourrait le faire. D’autant plus que l’islam est une source d’inspiration au sens où il encourage l’esprit d’entreprise. Tout le problème est de transformer cela en véritable éthique de vie.

9Tout comme Hocine, Arezki 41 ans, de formation ingénieur travaux publics reconverti il y a maintenant 6 ans dans la création d’une entreprise BTP, employant une vingtaine de salariés, descendant d’une famille maraboutique, tient à afficher sa foi en Dieu et dans les affaires.

Moi je suis pratiquant et comme j’ai foi en Dieu, je travaille sans arrêt pour le glorifier. Dieu n’a-t-il pas insisté sur le « âmal îbada ». Il faut travailler beaucoup pour gagner à la fois l’estime de Dieu et sa miséricorde ici bas et dans l’au-delà. Il m’arrive de discuter avec mes salariés et je suis frappé de voir qu’ils n’attendent du travail que le bulletin de salaire à la fin du mois. C’est cela qu’il faut changer, il faut apprendre aux gens à travailler, à aimer travailler car en aimant son travail, on sert Dieu et les hommes par les richesses et les emplois que l’on crée… Moi je n’attends rien de l’État, s’il a une chose à faire c’est d’inculquer aux jeunes générations, à l’école, partout cette éthique islamique du travail que nous avons longtemps délaissée. Peu importe si nous pratiquons ou pas, c’est la croyance que nous mettons dans le travail comme moyen de nous transformer. Regarder les européens, il a fallu la réforme protestante pour permettre leur développement et leur essor économique. Nous, nous n’avons pas besoin de réformes, tout est dit dans le Coran, il suffit seulement de s’intéresser au fond des choseset laisser de côté les choses superficielles. Peu importe pour moi si vous mettez un jean, un costume,ou une djellaba, que vous ayez une barbe ou pas, ce qui est important c’est que faire pour transformer le monde dans lequel nous vivons ici aujourd’hui et quel monde nous laisserons demain à nos enfants?

3 - Réconcilier les Algériens avec le travail

10Arezki fait parti de cette génération d’entrepreneurs conscients de la nécessité de réconcilier les Algériens avec le travail et de sortir l’Islam de ce repli identitaire qui le « castre » et « qui n’apporte pas grand-chose ni pour nous ni pour les autres si ce n’est de véhiculer une image négative de notre religion ». Il poursuit:

Si l’Islam a dû régner par le passé c’est parce qu’il a mis l’accent sur l’innovation spirituelle et matérielle, sur l’ijtihad, cet effort critique sur soi-même pour maitriser ses pulsions et ses passions, sur la quête de la science, etc. Regardez tous ces gens qui font la prière, observent le ramadan, font le pèlerinage de la Mecque, etc.Ils adoptent des pratiques complètement vidées de leur sens spirituel. Nombreux sont ceux qui ignorent la place et la valeur du travail dans notre religion et qui dépendent encore de leur famille pour vivre au quotidien. Aujourd’hui, il est impératif de rééduquer la jeunesse et de lui donner d’autres valeurs que celles du repli et du fatalisme. Des valeurs du travail, de l’effort, de la richesse, de la performance et de la solidarité… En somme toutes les valeurs que l’Islam véhicule dans son message afin de se rendre compte que la soumission à Dieu se fait également par le travail qui seul permet de gagner le salut dans l’autre monde.

11Arezki, Hocine et les autres font ainsi de l’islam un autre usage que celui véhiculé dans les années 1980-1990 par l’islam politique (repli, obscurantisme, intégrisme). Désormais, c’est sur le terrain de l’économique et par le bas qu’ils entendent mener leur révolution silencieuse de transformation des manières d’être et d’agir des salariés en réactivant au sein de leur entreprise les valeurs de l’islam propices au travail, à l’effort, à l’ambition, à la production de la richesse et à la quête de Dieu par le travail. Ils ne comptent plus sur les élites politiques au pouvoir trop préoccupées par leur permanence au sommet de l’État et par leur propre reproduction (selon la stratégie du pouvoir pour le pouvoir), ils entendent désormais dans ce contexte de libéralisation économique jouer un rôle à la fois d’acteur économique et d’institutions, d’acculturation et de resocialisation. Autrement dit, inculquer aux jeunes générations de travailleurs les valeurs islamiques du travail, de l’effort et d’accomplissement de soi qu’ils transmettront à leur tour à leur entourage et aux autres membres de la société.

12Ce qui les anime, en tant qu’entrepreneurs, c’est d’abord la question de savoir comment rendre l’entreprise compétitive et performante. Ils sont épris de méthodes du management moderne telles qu’elles se pratiquent dans les entreprises européennes. Leur objectif est d’introduire des changements qui vont dans le sens de la modernisation de l’entreprise et de sa rationalisation en s’appuyant au passage sur les différents dispositifs mis en place par l’État pour sortir ces petites entreprises de l’emprise d’une logique de simple reproduction vers une logique plus productiviste et accumulativiste. Ils sont ainsi favorables aux programmes de mise à niveau des entreprises, à la formation du personnel et des dirigeants, etc. Des pratiques qui font écho aux discours diffusés par ailleurs par les tenants du tout marché au niveau des institutions internationales (FMI, Banque mondiale, OMC, etc.) et relayé par les pouvoirs publics algériens au travers de nombreuses réformes qui vont toutes dans le sens de la libéralisation et de l’économie de marché. Ils introduisentainsi de nouveaux changements tant dans la gestion des ressources humaines que dans les modes de recrutement. Au recrutement sur la base familiale et clanique, ils imposeront des méthodes de recrutement baséessur les critères de qualification et de compétence. Certains sous traitentla comptabilité de leur entreprise à des cabinets d’expert comptable indépendants, font appel aux services de l’ANEM (l’équivalent de l’ANPE en France) pour ce qui est de leurs besoins en matière de recrutement, envoient leur personnel en formation, introduisent au sein de leur entreprise des normes qualité ISO 9000, etc.

4 - L’importance de la solidarité et du prestige social

13Dans une société algérienne où l’être prime sur l’avoir, on est d’abord défini par ce qu’on est que par ce qu’on a, on est jugé sur sa capacité à cimenter les liens sociaux, à venir en aide aux membres de son groupe et à redistribuer en faveur des pauvres et des nécessiteux. Tirer profit de son activité, faire du gain et devenir riche est perçu comme on vient de le voir plutôt comme un signe de grâce. À son prestige matériel, l’entrepreneur doit mériter aussi la respectabilité de son entourage et cela il ne peut l’obtenir que par sa capacité à partager sa réussite avec le groupe: offrir du travail aux membres de son groupe, aide aux pauvres, dons pour la collectivité, construction de mosquées, de routes, etc. Toutes ces dépenses ou tous ces dons, l’entrepreneur les assume parfois au risque de se ruiner. Il y va de son honneur, mais aussi parce que sa religion l’y incite. Je pense, à l’instar de Bourdieu, que l’honneur n’est pas un simple assemblage de traits culturels, mais un ensemble d’idées et de valeurs qui guident l’action des individus et des groupes dans une société donnée, en l’occurrence ici la société algérienne. S’inspirant de Marcel Mauss, il souligne que l’honneur peut s’analyser en termes de défis, autrement dit comme un système d’échanges impliquant la circulation des biens, des paroles et de la violence symbolique. L’institution économique peut donner lieu à une interprétation sociale par son inscription culturelle et symbolique et le fait de donner est porteur de messages et de significations sociales. Comme dans le potlatch, celui qui fait le don se représente à l’autre qui, en le recevant, le reconnaît et doit donc donner en retour un peu plus (Denieuil, 2004, p. 48). Mauss le reconnaissait lui-même, le cadeau est une sorte de poison que l’on fait à l’autre le mettant dans l’obligation de rendre et rendre parfois plus. On retrouve cette dimension aujourd’hui dans les rapports sociaux et dans les politiques de recrutements des petites et moyennes entreprises. Donner du travail à un membre de la famille est assez courant dans les entreprises algériennes un peu par solidarité, beaucoup par calcul et par volonté d’obtenir plus de celui qu’on embauche. L’action de donner du travail véhicule en effet de la violence symbolique et du pouvoir dans le sens où ce don implique de celui qui le reçoit l’obligation de faire un contre don qui prend la forme parfois d’un don « de soi », en termes de subordination et d’assujettissement à l’ordre productif et aux désirs du patron. « Nous sommes frères dans la mesure où la frontière entre moi entrepreneur et mon cousin salarié est respectée, chacun à sa place », me disait un des entrepreneurs kabyle interrogé. On voit à quel point l’action d’offrir un emploi à un membre de sa famille véhicule aussi un certain rapport de domination, de pouvoir et de subordination.

14Pour ces entrepreneurs, la dimension altruiste et les finalités sociales de partage, de solidarité et de cohésion sociale sont tout aussi importantes que l’accumulation des richesses. Pierre Bourdieu a déjà montré que la rationalité du calcul marchand en Kabylie n’est qu’un aspect d’une rationalité globale qui guide le « sens pratique » dans laquelle les biens symboliques ont la prééminence sur les biens matériels. Dans le cas qui nous occupe ici, les entrepreneurs religieux attachent beaucoup d’importance à l’accumulation sociale, mais l’accumulation matérielle doit aussi servir à la collectivité pour éviter que des fractures n’entament la cohésion sociale. Néanmoins, la quête de la distinction sociale dans la bravoure et le savoir être (honnêteté, loyauté, éthique et religiosité) leur apparaissent comme les plus importantes, ce qui nous amène à penser que les critères de valeur ne sont pas exclusivement économiques, ils sont aussi symboliques et relèvent du jugement et de l’appréciation d’autrui (sens de l’honneur, respectabilité, prestige social). Si ces entrepreneurs recherchent la distinction sociale dans la bravoure et le savoir être, c’est parce que la richesse matérielle est autorisée par l’Islam à condition d’observer la Zakat au profit des nécessiteux. Ces entrepreneurs religieux m’ont tous dit qu’ils donnent à peu près chaque année un dixième de leur bénéfice au profit des nécessiteux. Soit ils cotisent au fonds national de la zakat institué par le ministère des affaires religieuses, soit ils distribuent directement des sommes d’argent aux nécessiteux à l’occasion de certaines fêtes religieuses (l’aïd, le ramadhan, etc.). Ils savent cependant que derrière l’acte de « redistribution », se cache un véritable calcul sous la formedu don contre don (je fais don d’argent ou de tel ou tel produit et, en contrepartie, ces dons reviendront à mon entreprise sous forme de « commandes » qui me permettront de multiplier mes gains). Certains la versent à leurs proches nécessiteux, d’autres comme Hocine et Arezki préfèrent l’investir dans des projets collectifs là où l’État a failli à ses fonctions: il peut s’agir de la participation à la construction de routes ou de pistes reliant certains villages éloignés aux centres villes, de la construction ou de la réfection des écoles, de l’électrification de certains villages isolés, de la construction des mosquées, de l’alimentation en eau de certains villages, etc.

5 - L’entreprise algérienne à l’épreuve du sacré

15Ces entrepreneurs adoptent une attitude beaucoup plus tolérante à l’égard des travailleurs et des employés désirant pratiquer leur culte sur les lieux de travail, comme la prière notamment:

quand on travaille on s’occupe des affaires d’ici et de maintenant et quand on prie on s’adresse à Dieu comme signe de reconnaissance de ce qu’il nous a donné et nous donne encore, bon ou mauvais …Moi je fais la prière, mes employés aussi… il faut pas croire que le fait de prier est une perte de temps comme certains le pensent à propos de nous…au contraire prier c’est bénir ce lieu où nous produisons ce que nous vendons et qui nous permet de vivre… en termes de temps, il faut en moyenne 10 minutes pour faire la prière, deux fois plus chez certains spécialistes du caf (entendre pause café). À chacun sa nourriture, il y a ceux qui aiment le café et il y a ceux qui préfèrent la prière…pour moi la prière permet aux gens de se ressourcer, de relativiser leur problèmes et après tout comme on dit chez nous un lieu de prière c’est un lieu de baraka.

16Pour cet entrepreneur, il ne fait plus aucun doute que le travail est la meilleure des prières et que la prière est une baraka (bénédiction). À l’instar du commerçant mouride – le thème du travail, valeur morale et religieuse, constitue l’un des aspects les plus fascinants sans doute du mouridisme – étudié par Sophie Bava (2002), la recherche de la baraka est un moteur pour l’entrepreneur religieux algérien. Composante de la religiosité populaire, la barakase présente comme une qualité dont est investi un être, un objet ou un temps et qui peut profiter aux actions de l’hommesur terre et dans l’au-delà. L’islam joue aussi dans ces entreprises un rôle de régulation et de cohésion sociale; les entrepreneurs religieux savent très bien que la pratique de la prière aide à la cohésion et à l’adhésion effective et affective des employés à l’ordre sacro-profane de l’entrepreneur et de son entreprise.

17Ce temps de la prière considéré comme prise de distance par rapport aux cadences de la production est aussi le temps de l’établissement de relations contractuelles entre l’entrepreneur et ses salariés et un moyen pour certains de contourner l’emprise syndicale sur les travailleurs (Madoui, 2005). C’est une façon de neutraliser tout rapport de force qui soit défavorable à l’entrepreneur. Nous sommes ici en présence d’une logique symbolique de don contre don où entrepreneurs et salariés trouvent chacun son compte; pour le premier, concéder un peu de temps et un peu de cet espace de production pour la prière et, pour les seconds, adhérer à la culture de l’entreprise en veillant à ne pas remettre en question ni le temps industriel ni les modes d’être et de faire de l’entreprise.

18Dans une Algérie où la résurgence du fait religieux est manifeste ces vingt dernières années, la quête de ces instants de prière qui permettent aux travailleurs de satisfaire aux obligations religieuses obligatoires est interprétée par les employés pratiquants comme une sorte de reconnaissance par leurs patrons. Un entrepreneur de la région de Béjaia reconnaît qu’il peut compter à n’importe quel moment sur ses employés même le vendredi (jour saint, repos hebdomadaire).

Dernièrement,nous avons reçu énormément de commandes à exécuter dans une période de temps très courte et comme je ne veux pas embaucher des personnes sur des contrats déterminés j’ai demandé à mes employés de travailler pendant plusieurs semaines sans aucun jour de repos y compris le vendredi. Toutefois nous sommes tous aller ensemble prier à la mosquée juste à côté. Personne n’a refusé de venir. Combien de fois au début de mon entreprise je n’avais pas les moyens de les payer tous les mois, eh bien ils ont dû attendre parfois plusieurs mois pour toucher leur paye… Je leur suis vraiment très reconnaissant et moi de mon côté je fais en sorte qu’ils puissent prier dans de bonnes conditions, j’ai mis à leur disposition un lieu de prière et tout le monde est content…on n’a pas besoin ici de syndicats parce qu’ils foutent la m… (Patron d’une semoulerie, 49 ans, Béjaia).

19Il est intéressant de rapporter ici l’étude conduite par Thomas Subhi (1985) auprès de travailleurs cadres et ouvriers musulmans travaillant dans l’industrie automobile française (au moment où ce secteur était traversé par de nombreux conflits et grèves entre 1981-1984); cette étude souligne l’importance que requiert pour eux la pratique de la prière en milieu de travail. Celle-ci figurait largement en tête d’une série de souhaits comme celui d’une meilleure prise en compte des fêtes religieuses (congés adaptés à la période du ramadhan, du pèlerinage, aménagements des cadences, etc.) ou des interdits alimentaires dans les cantines (alcool, porc). Dans l’usine automobile où il avait enquêté, les immigrés étaient fortement représentés dans les organisations syndicales et plus particulièrement à la CGT et à la CFDT où certains occupent des postes de responsabilités (délégués du personnel et/ou syndical, membres du comité d’entreprise). Ils ont ainsi créé des « collectifs mosquée » pour la création des mosquées d’atelier à la tête desquelles un « imam cégétiste » disposant d’un horaire aménagé pour pouvoir préparer et organiser la prière du vendredi. Avant l’ouverture de ces salles, ils utilisaient le temps de pause (de dix à quinze minutes chacune selon les équipes) pour prier à proximité des chaînes.

20À la chaîne, certains postes permettent selon Linhart (1978) de gagner quelques minutes supplémentaires « si on accélère quelque peu les cadences »; ce temps gagné sur la chaîne est utilisé par certains pour fumer une cigarette ou boire un coup tandis que d’autres (certains ouvriers musulmans pratiquants) l’utilisent pour prier. Thomas Subhi constate que cette « irruption du sacré dans le monde de l’entreprise » est loin d’être dicté par les préoccupations de la direction de répondre à une quelconque quête identitaire de ses OS musulmans mais qu’elle vise plutôt à les intégrer à l’ordre productiviste de l’entreprise en utilisant la capacité de mobilisation et de charisme de certains imams qui jouent un rôle d’intermédiaires entre la direction et les OS de confession musulmane.

Conclusion

21L’éthique du travail est mobilisée sur le terrain par les nouvelles figures du capitalisme algérien. Certains des entrepreneurs que j’ai rencontrés lors de mes enquêtes prenant leurs distances tant vis-à-vis de l’État que des mouvements politiques d’opposition (islamistes et démocrates réunis) s’intéressent désormais aux opportunités économiques que leur offre le marché algérien. Politiquement désenchantés, ils sont issus pour leur grande majorité des classes moyennes, voire de la petite bourgeoisie algérienne, ayant fait pour certains leurs études en Europe. Ces entrepreneurs de la foi se consacrent désormais à l’entreprise privée et aux affaires dans un double objectif: la réussite économique et l’aspiration au salut céleste. Ils remettent au goût du jour les principes islamiques et les recettes modernes du management qu’ils essaient d’adapter et de reformuler aux réalités sociales et culturelles algériennes pour les rendre plus accessibles. La mondialisation et l’ouverture de l’Algérie à l’économie de marché sont pour eux des opportunités certaines de faire des affaires et de s’enrichir car après tout l’islam n’encourage-t-il pas ses « fidèles » à acquérir des richesses à condition qu’elles soient acquises par le travail et des moyens licites. Cet « Islam du marché » pour reprendre l’expression de Patrick Haenni (2005) séduit de nombreux entrepreneurs algériens qui tentent de réaliser à travers l’entreprise cet équilibre tant recherché entre leur quête spirituelle et leur désir de se réaliser individuellement. Certains sont fascinés par l’ascétisme intramondain des calvinistes et voient du coup dans l’éthique islamique du travail une réponse au problème de sous-développement de l’Algérie et plus largement des pays musulmans. Pour autant, ils ont conscience que la difficulté réside dans la transformation de cette éthique islamique du travail en une véritable conduite de vie faisant du travail une « fin en soi de la vie ».

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Bava S., (2002), « De la baraka aux affaires. La captation de ressources religieuses comme initiatrices de nouvelles routes migratoires », Ville‑École‑Intégration‑Enjeux, no 131, p. 48‑63.

Boltanski et Chiapello E., (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 842 p.

Copans J., (1980), Les marabouts de l’arachide. La confrérie mouride et les paysans du Sénégal, Paris, Le Sycomore, 280 p.

Ebin V., (1990), « Commerçants et missionnaires. Une confrérie musulmane sénégalaise à New York », Hommes et migrations, no 1332, p. 25‑31.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Feillard G., (2004), « Insuffler l’esprit du capitalisme à l’Umma: la formation d’une éthique islamique en Indonésie », Critique internationale, no 25, p. 65‑91.
DOI : 10.3917/crii.025.0065

Haenni P., (2005), L’Islam et le marché, Paris, Seuil, 108 p.

Haenni P. et Tamam H., (2003), « L’islam branché de la bourgeoisie égyptienne », Monde diplomatique, septembre.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Kuran T., (1986), « The economic system in contemporary islamic thought : interpretation and assessment », International Journal of Middle eastern Studies, no 18, p. 135.
DOI : 10.1017/S0020743800029767

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Linhart R., (1978), L’établi, Paris, Minuit, 180 p.
DOI : 10.3406/arss.1978.2585

Madoui M., (2008), « Les nouvelles figures de l’entrepreneuriat en Algérie. Un essai de typologie », Les cahiers du Cread, no 85‑86, p. 45‑58.

— (2005), « Temps de travail, temps de prière. Les entrepreneurs algériens face à l’irruption du sacré dans l’entreprise », Temporalités, no 54, p. 105‑114.

Roy O., (1992), L’échec de l’Islam politique, Paris, Le Seuil, 250 p.

Subhi T., (1985), « Musulmans dans l’entreprise », Revue Esprit, no 3‑4.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Salem G., (1983), « De la brousse sénégalaise au Boul’Mich’: le système commercial mouride en France », Cahiers d’études africaines, vol. XXI, 1‑3.
DOI : 10.3406/cea.1981.2315

Top of page

References

Electronic reference

Mohamed Madoui, « Mondialisation et recompositions du capitalisme algérien », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 03 March 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5373

Top of page

About the author

Mohamed Madoui

Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie économique (LISE), UMR 3320 CNRS, CNAM CNRS-Pouchet, mohamed.madoui@cnam.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page