Skip to navigation – Site map
Mondialisation et nouveaux systèmes hiérarchiques

Régionalisation et mondialisation au Maroc: interférences positives ou déséquilibres accrus?

Regionalization and globalization in Morocco : Positive interference or the accentuation of imbalances ?
Jean-François Troin
p. 69-76

Abstracts

This paper proposes to measure two processes - globalization and regionalization - to qualify territories in Morocco by relating the changes that affect the organization of Moroccan regions and their new position in the face of globalization. It examines the new hierarchies that it creates among regions, especially those raised to the rank of dynamic spaces in contrast to areas relegated to second-class regions by the international community. The paper speculates on their impact upon the geo-economics and social development of the nation.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Italie, Italie, Maroc, Maroc, Tanger, Tanger, Casablanca, Casablanca, Tétouan, Tétouan, Europe, Europe, Ceuta, Ceuta, Maghreb, Maghreb, Agadir, Agadir, Atlas, Atlas, Fès, Fès, Méditerranée, Méditerranée, Nador, Nador, Saïdia, Saïdia, Atlantique, Atlantique, Atlantique, Atlantique, Marrakech, Marrakech, Meknès, Meknès, Ouarzazate, Ouarzazate, Safi, Safi, Melilla, Melilla, Oujda, Oujda, Schengen, Schengen, Rif, Rif, Gharb, Gharb, Souss-Massa, Souss-Massa, Fahs de Tanger, Fahs de Tanger, Saïs de Fès, Saïs de Fès, Haouz de Marrakech, Haouz de Marrakech, Errachidia, Errachidia, conurbation atlantique, conurbation atlantique, Tadla, Tadla, Khénifra, Khénifra, Péninsule tingitane, Péninsule tingitane, Khmiss Sahel, Khmiss Sahel, Gharb-Loukkos, Gharb-Loukkos, Doukkala, Doukkala, Srarhna, Srarhna, Chaouia (la), Chaouia (la), Zaër-Zemmour, Zaër-Zemmour, Benguérir, Benguérir, Beni Snassen, Beni Snassen, Triffa (la plaine des), Triffa (la plaine des), l’Oriental, l’Oriental, Chiadma, Chiadma, Haha, Haha, Ouardigha, Ouardigha, Khouribga, Khouribga, Moulouya (Haute), Moulouya (Haute), Moulouya (Moyenne), Moulouya (Moyenne), Maroc (oriental), Maroc (oriental), l’Anti Atlas, l’Anti Atlas, haut Atlas, haut Atlas, rrovinces sahariennes, République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), Tindouf, Tindouf, Laayoune, Laayoune, Laayoune-El Marsa, Laayoune-El Marsa, Canaries (les), Canaries (les), Figuig, Figuig, provinces sahariennes
Top of page

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1Le contenu de la notion de Région, la poursuite de la régionalisation, la reconnaissance d’identités régionales sont des thèmes de plus en plus débattus au Maroc. Une commission consultative pour la régionalisation a été mise en place en janvier 2010 et a donné naissance à un grand débat politique à travers le pays. Le Maroc remettrait-il en cause, du moins partiellement, son modèle unitaire et centralisé? Nous n’entrerons pas dans ces supputations, mais nous voudrions mettre en relation les changements qui affectent l’organisation des régions marocaines et leur nouveau positionnement (affirmation ou au contraire effacement des différents espaces) face à un phénomène particulièrement agressif: la mondialisation.

2Dans une démarche classiquement géographique, nous tenterons de mesurer les interférences de ces deux processus – régionalisation et mondialisation – sur la qualification des territoires, opposant montée en puissance de certaines régions et affaiblissement d’autres espaces. La mondialisation suscite en effet de nouvelles hiérarchies, élève des régions quelque peu effacées, voire atones, au rang d’espaces dynamiques ou plus encore conquérants. En même temps, délaissant d’autres territoires, elle accuse les différences et relègue des espaces – le plus souvent intérieurs ou périphériques – au rang de régions de seconde zone, du moins dans une observation faite selon un prisme international. Quelles conséquences cela peut-il entraîner sur l’équilibre géoéconomique et bien entendu social de l’espace national?

1 - Tentatives de découpage régional du Maroc

1.1 - Une première tentative de découpage qualitatif du Maroc en régions fonctionnelles

3Nous avons proposé en 2002 une division du Maroc en 20 régions géographiques (Troin J.-F. 2002), découpage soumis à la critique et à de possibles adaptations. Cette division est fondée sur un modèle classique centre-périphérie et sur l’utilisation d’un gradient dégressif depuis le littoral atlantique. Le cœur national est constitué par la « convergence atlantique » de Casablanca au Gharb, d’où se détachent des régions-antennes de la zone métropolitaine, certaines dotées d’une forte personnalité et de fortes polarisations intérieures comme la région de Fès-Meknès. Puis viennent des espaces de transition en profonde transformation, s’insérant de plus en plus efficacement dans l’espace national voire mondial (Marrakech). Le poids des facteurs naturels ne pouvant être nié, notamment dans les zones montagneuses, des régions-barrières (Atlas, Rif) sont ainsi désignées et reconnues, concession faite à une vieille géographie naturaliste. Sur le revers de ces dorsales montagneuses, des espaces excentrés, éloignés, mais pas forcément dépourvus de dynamisme constituent les marges du système. Enfin, entrant en contradiction avec ce modèle de gradient décroissant centre-périphérie, trois régions font exception à la règle; nous les avons appelées « angles dynamiques » du fait de leur localisation en coin dans le territoire national et de leur vitalité. Ce sont la péninsule de Tanger, la région de Nador et l’ensemble du Souss-Massa ou arrière-pays d’Agadir.

4Telle quelle, cette structuration de l’espace marocain ne saurait avoir la prétention d’orienter une organisation régionale du pays. Elle était considérée à l’époque comme une étape dans l’affinage de la compréhension de ce qu’étaient les régions marocaines et comme une approche de leurs identités propres.

1.2 - Une seconde forme d’analyse spatiale selon le degré d’ouverture ou de fermeture des régions au monde extérieur

5Nous avons dans un ouvrage collectif (Troin J.‑F., 2006,) tenté une autre approche en croisant la division régionale précédente avec les impacts de la mondialisation et donc en ordonnant les diverses régions marocaines en fonction de leur ouverture ou fermeture au monde extérieur (fig. 7.1 de l’ouvrage p. 228-229). Ce classement peut sembler subjectif, mais il nous a paru intéressant de l’aborder afin d’affiner quelque peu les divisions régionales précédentes et de voir si ne se dessinaient pas au milieu de la décennie 2000 de nouveaux espaces « ouverts » face à des « régions traditionnelles », pourrait-on dire, car marquées par une permanence de leur poids historique, de leur modes de vie et par un solide enracinement territorial lié le plus souvent à la continuité des hinterlands urbains (on pense au Fahs de Tanger, au Saïs de Fès, au Haouz de Marrakech).

6Reprenant, quatre ans plus tard, cette typologie et tentant de l’actualiser, nous pouvons reconnaître trois types d’espaces à travers le pays que nous allons isoler les uns des autres par un simple déboîtage de la carte citée ci-dessus, ce qui fera apparaître des configurations particulières à l’intérieur du territoire national.

7Ce classement retient ainsi:
– des régions ouvertes sur le monde, dans le cadre d’une économie légale ou illégale,
– des régions en retrait mais bien intégrées nationalement (et centrées localement),
– des régions marginalisées, espaces de repli.

8Nous mettons à part le cas des « provinces sahariennes » qui fonctionnent économiquement comme région à l’intérieur de l’espace national, qu’on le veuille ou non, même si leur sort n’est toujours pas fixé au sein de la communauté internationale.

2 - Types de régions selon les impacts de la mondialisation

2.1 - Les régions ouvertes sur le monde: un cerclage presque total du territoire national (fig. 1)

Fig. 1

Fig. 1

Des régions ouvertes sur le monde

D’après J.-F. Troin, 2005. Cartographie: Fl. Troin, CITERES-EMAM 2010

9Qu’il s’agisse de pôles isolés (Saïdia sur la Méditerranée, Safi sur l’Atlantique) ou de zones étendues (conurbation atlantique, Souss-Massa c’est-à-dire arrière pays d’Agadir), l’ensemble de ces régions constitue une sorte de couronne, un cerclage quasi total de l’espace marocain non saharien. Ne lui échappe que la bande orientale frontalière de l’Algérie. L’ouverture n’est donc pas liée uniquement à des situations maritimes, à l’accumulation métropolitaine (Casablanca-Rabat), elle peut aussi se produire en situation intérieure continentale ; elle est alors liée au tourisme (Marrakech, Errachidia) ou au tourisme plus industrie du cinéma (Ouarzazate) ou encore à des flux migratoires internationaux intenses couplés à des activités informelles, voire clandestines (ensemble Tadla-Khénifra en relation avec l’Italie).

10Il s’agit là de classiques zones de contact, d’échanges, établissant une connexion entre un avant-pays international et un arrière-pays national et local, jouant une fonction de transfert, mais aussi de traversée (que ce soit via la mer ou la montagne) la synapse, telle que vulgarisée par R. Brunet dès 1990 (Brunet R., 1992) à partir d’un terme médical désignant une zone de contact entre neurones.

11Mais entrent aussi dans cette catégorie de régions ouvertes des espaces de transit international, ne disposant que d’un étroit arrière-pays, simples « têtes de pont », peu aptes à exercer une polarisation des territoires intérieurs. Ce sont avant tout des zones portuaires, apparaissant comme des greffes sur l’espace continental marocain.

12La Péninsule tingitane, fortement reliée à l’Europe par les ferries, le gazoduc Maghreb-Europe, le port de conteneurs Tanger-Méditerranée en est le meilleur exemple. Triste contradiction cependant, cette zone d’ouverture est pour les migrants clandestins qui viennent s’y échouer ou y mourir une zone de fermeture de plus en plus implacable. Outre ce développement industrialo-portuaire, cette péninsule de Tanger dispose également d’équipements touristiques achevés (côte tétouanaise) ou en projet (station balnéaire de Khmiss Sahel sur le versant atlantique). Cette région pointée vers l’Europe est un condensé des aspirations marocaines à l’ouverture internationale.

13Un second espace de transit est représenté par la grande région de Nador, à l’autre extrémité de la côte méditerranéenne marocaine. Dotée d’un port moderne, d’un aéroport international, elle voit passer des flux internationaux conséquents, qui sont aussi bien liés aux liens migratoires réguliers vers l’Europe qu’aux mouvements de contrebande avec le préside de Melilla. Enfin, l’enclave exportatrice de Safi, ville industrielle traitant le phosphate et écoulant ses produits vers l’étranger, peut être rangée dans les portes de transit international alors qu’elle est pratiquement coupée de son arrière-pays.

14Les pôles d’Errachidia dans le Sud-Est du pays et de Saïdia à la frontière algérienne, sont des cas particuliers qui illustrent le rôle du tourisme comme passeur de la mondialisation: le premier est un centre touristique continental, la porte d’entrée du Tafilalt, « un port du désert » en quelque sorte; le second, nouveau venu, est le premier des six centres balnéaires de grande taille prévus par le Plan Azur et qui devrait doter le Maroc de 80000 lits en bordure de mer.

15Enfin, et ce n’est pas là le moindre des paradoxes, des régions d’économie illégale et / ou affectées par de grands mouvements de migrations clandestines sont aussi à ranger dans les espaces ouverts sur l’extérieur avec lequel ils communiquent intensément: le Rif via le cannabis, les zones frontalières de Ceuta, Melilla et Oujda à travers la contrebande, la région du Tadla, déjà citée, étroitement liée à l’Italie par les échanges migratoires.

2.2 - Des régions en retrait, mais de plus en plus intégrées à la zone métropolitaine et à forte polarisation interne: le cœur du pays (fig. 2)

Fig. 2

Fig. 2

Des régions en retrait mais bien intégrées nationalement

D’après J.-F. Troin, 2005. Cartographie: Fl. Troin, CITERES-EMAM 2010

16Ce second ensemble concerne des régions dynamiques tant sur le plan démographique qu’économique, bien intégrées à la nation par le système administratif et la représentation gouvernementale, de mieux en mieux reliées et intégrées à la zone métropolitaine atlantique, et le plus souvent centrées autour d’un pôle productif (un périmètre irrigué par exemple). Nous y relevons tout d’abord les trois ensembles de périmètres irrigués modernes du Gharb-Loukkos, des Doukkala et des Srarhna, résultant d’aménagements étatiques et lancés dans une agriculture intensive et commerciale. À eux trois, ils totalisaient, en 2000, environ 260 000 hectares irrigués, soit plus du quart de la superficie totale nationale.

17Cette seconde catégorie englobe également des zones de grand capitalisme agraire, espaces d’investissement pour des citadins-entrepreneurs. Elles sont généralement très encadrées par le maghzen qui y recrute fonctionnaires, militaires, agents d’autorité. Dans ce groupe figurent la région de Fès-Meknès, territoire de grandes cultures autour du doublet urbain constitué par les deux villes impériales, mais aussi le Moyen Atlas, zone pourtant très rurale mais où se développent des vergers créés par des citadins, des espaces de loisirs pour les habitants des villes proches et du littoral. En même temps, ces régions centrales demeurent un véritable réservoir traditionnel de recrutement pour les forces armées nationales. Enfin, la Chaouia, grenier céréalier du Maroc et de plus en plus grande banlieue rurale de Casablanca en cours d’industrialisation, peut aussi être placée dans ce second sous-ensemble, assez hétérogène dans ses composantes mais fonctionnellement intégrée à la conurbation littorale atlantique, vers laquelle les grandes villes intérieures ont basculé par l’importance de leurs échanges.

18Dans une dernière sous-catégorie nous avons distingué des « zones de transition », qui sont en réalité des espaces‑relais en cours de rattachement à des pôles voisins. Ici se placent des régions très variées comme les Zaër-Zemmour aux portes de la capitale nationale, de plus en plus « satellisés » par l’agglomération Rabat-Salé, la zone de Benguérir sur l’axe Casablanca-Marrakech, revivifiée par l’autoroute et un nouveau gisement phosphatier. La région des Abda, tournant quelque peu le dos à Safi et orientant ses échanges vers Casablanca, ou encore le couple constitué par la montagne des Beni Snassen et la plaine irriguée des Triffa dans l’Oriental appartiennent aussi à cette catégorie. Enfin, quelques grandes vallées atlasiques, de plus en plus liées aux villes du piémont, et notamment à Marrakech, par le biais des spéculations agricoles et du tourisme, s’y insèrent logiquement.

19Dans notre ouvrage régional sur le Maroc (Troin J.-F., 2002), nous avions utilisé l’image d’une scène de théâtre (ou mieux d’amphithéâtre) située sur le littoral atlantique autour de laquelle s’agençaient des gradins constitués par les régions de l’arrière-pays. C’est un peu ce que ces territoires intérieurs par leur disposition et leur localisation en auréole suggèrent et symbolisent aujourd’hui: ils sont le cœur historique et géographique du pays, sans en être le moteur économique. L’ensemble Triffa-Beni Snassen, apparaît dans ce schéma quelque peu excentré, mais son dynamisme et sa position idéale de relais dans l’éventualité d’une réouverture de la frontière maroco-algérienne autorisent à l’associer au noyau central.

20Cette seconde catégorie de régions est enfin marquée par une forte identité, à la fois une identité « interne », issue de leur histoire, de leur peuplement, de leurs traditions, mais aussi une identité « externe » qui est définie et reconnue par les habitants de l’extérieur qui leur attribuent une certaine forme de personnalité (façon peut‑être de compenser un certain décalage dans le gradient de la mondialisation).

2.3 - Des régions marginalisées, pauvres, espaces de repli: un croissant périphérique (fig. 3)

Fig. 3

Fig. 3

Des régions marginalisées, espaces de repli

D’après J.-F. Troin, 2005. Cartographie: Fl. Troin, CITERES-EMAM 2010

21Ce troisième ensemble pourrait constituer les plus hauts gradins de notre amphithéâtre imaginaire, régions pauvres, véritables « poches d’oubli » peu touchées par les grands aménagements, peu présentes dans les grandes options nationales de développement, peu visibles à travers leurs communautés et populations. Ce sont des espaces de repli, victimes de l’ingratitude des conditions naturelles comme de celle des hommes.

22Entre dans cette « marginalisation » le Prérif, région bien arrosée mais en proie à une violente érosion, soumise à une forte hémorragie de ses hommes, éclatée en cellules parallèles et orientées vers les régions voisines. Très différente, la grande bande de terres sèches qui s’étire depuis les Chiadma et Haha en bordure maritime jusqu’au pays Ouardigha (Khouribga), où l’économie phosphatière, plaquée, n’a pas pu enclencher un réel développement local, n’en est pas moins à classer dans ces zones « retirées ». Le Haut Atlas ensuite – hormis quelques vallées incluses précédemment dans les régions dynamiques – fait partie intégrante des espaces encore fermés. Enfin, la Haute et Moyenne Moulouya, vaste couloir du Maroc oriental, aride, éloigné des centres de commandement du pays, faiblement productif est à ranger également dans ces régions « en marge » nécessitant une assistance spécifique.

23Ces régions en repli sont parfois en position assez centrale (pays de Khouribga) ou bien ont accès à la mer (Chiadma, Haha); elles ne souffrent donc pas d’une position excentrée et ont, pour certaines dont le Prérif, des densités humaines assez élevées. Pauvreté et marginalisation résultent plutôt ici d’une forme d’enclavement, d’une situation de zones tampons entre deux régions voisines plus actives, d’un certain délaissement des politiques à leur égard. On peut aussi avancer prudemment, comme hypothèse, qu’elles présentent – conséquence plus que cause de cette mise à l’écart – une relative atonie de leurs sociétés, à l’exception notable des populations du Haut Atlas qui font souvent preuve de dynamisme en proposant des initiatives intéressantes.

24Enfin, une dernière sous-catégorie de régions privées d’ouverture vers l’extérieur et repliées sur elles-mêmes est représentée classiquement par les confins, aux frontières du territoire national. On y retrouve logiquement les pays de l’Oriental en situation de cul-de-sac, dans l’attente d’une réouverture de la frontière algéro-marocaine. On y inclut tout le Sud-Est présaharien, déjà désertique, peu peuplé, sans ville notable et bloqué par le no man’s land stratégique séparant le Maroc de l’Algérie. Le circuit s’achève par le revers sud de l’Anti-Atlas, avant-poste du désert, encore isolé malgré l’amélioration récente du réseau routier.

25L’ensemble de ces régions marginales occupe une vaste superficie, approximativement autour de 40 % du territoire (en excluant les « Provinces sahariennes »). Il dessine une sorte de croissant externe et souligne la dissymétrie qui sépare les potentiels régionaux marocains, pas seulement celle classiquement reconnue entre villes et monde rural, mais aussi celle qui s’accuse entre régions d’ouverture et régions intégrées d’une part et espaces de repli d’autre part.

2.4 - Le cas particulier des « Provinces sahariennes »

26Le terme de « Provinces sahariennes » désigne officiellement au Maroc le territoire du Sahara occidental, jadis occupé par les Espagnols, récupéré par l’État marocain après la Marche Verte de 1975 et administré aujourd’hui civilement, militairement et économiquement par le royaume chérifien. Revendiqué par le Front Polisario, mouvement indépendantiste sahraoui ayant proclamé en 1976 une République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD), en exil à Tindouf, ce territoire de 266 000 km2 n’a pu trouver de statut définitif malgré les efforts de l’ONU et une intense activité diplomatique à l’échelon mondial. La situation internationale de cette zone est donc loin d’être réglée.

27Administrativement, économiquement, politiquement (dans l’optique marocaine), ces régions sont donc pour le moment dans le prolongement de l’espace national du Nord marocain. Gérées sous forme de cinq provinces et trois régions administratives, reliées par un réseau routier de qualité, elles ont pour centre majeur la ville de Laayoune qui, avec son annexe maritime d’El Marsa, atteint aujourd’hui 200 000 habitants. D’importantes ressources halieutiques et phosphatières sont exploitées par le Maroc et exportées. Une contrebande active et des migrations clandestines avec les Canaries proches ( moins de 100 kilomètres), représentant à la fois une zone franche commerciale et la pointe extrême de l’espace Schengen, affectent cet espace. Si on ajoute qu’un tourisme de long séjour en camping-caravaning (retraités allemands en particulier) s’est installé sur les rivages désertiques en bordure de l’Atlantique, on peut constater que ce territoire contesté, éloigné des grands marchés européens, participe fort activement aux flux de la mondialisation.

3 - Renforcements et déséquilibres

28La région est en géographie une notion changeante dans le temps. Elle évolue, et ne peut donc être définie par des critères immuables, déterminés une fois pour toutes et appliqués mécaniquement.

29Les composantes de la « région moderne » sont en effet de complexité croissante, car le développement économique multiplie les facteurs de polarisation et les vecteurs de la mobilité. Les limites spatiales deviennent alors mobiles et variables. Les découpages successifs sur le plan administratif ont pour effet de réduire l’étendue des circonscriptions et donc l’emprise spatiale de l’autorité de tutelle par rapport à la situation antérieure basée sur des subdivisions à larges mailles. Mais en même temps, ces découpages valorisent les territoires nouvellement promus et tout particulièrement leurs chefs-lieux.

30Sur le plan du fonctionnement économique, envisagé sous l’angle des zones d’influence locale, les régions sont soumises à des flux de concentration/dilatation: il y a des régions en expansion (par exemple, la zone d’influence d’Agadir) et des régions en rétrécissement (par exemple, l’espace directement commandé par Marrakech) si l’on se place dans le cadre des rayonnements à partir des villes.

31Tout ceci aboutit donc à un renforcement des zones dites « d’ouverture » qui bénéficient par ailleurs de gros investissements dans les infrastructures (transports, équipements tertiaires, télécommunications) et à un creusement du différentiel avec les zones en retrait et encore plus avec les zones en repli.

Conclusion

32La « littoralisation », phénomène universel d’accumulation des activités et de l’urbanisation sur les rivages maritimes, a souvent été associée aux processus de la mondialisation. Ces processus vont certes continuer à accentuer cette hyper-croissance des espaces littoraux, mais l’exemple marocain révèle que des territoires intérieurs (Marrakech, Ouarzazate, Tadla) sont tout autant atteints par les ramifications du développement « global ». Ceci pourrait être rassurant pour les équilibres internes du pays.

33Mais ce développement mondialisé contribue en réalité à la mise en place d’une sorte de « puzzle de régions » à développement économique différencié, juxtaposant des territoires dynamiques à des espaces à croissance plus lente et à des zones en fort repli. Cette dysharmonie territoriale conduit à des fractionnements: attraction migratoire vers les zones de croissance à partir des régions voisines moins favorisées; handicap des régions frontalières privées d’accessibilité; délaissement et sentiment de frustration chez les populations des espaces « oubliés » (Prérif, région de Figuig, par exemple); inversement, surenchère du développement dans les régions déjà bien dotées – notamment en infrastructures – confirmant l’adage bien connu: « l’on ne prête qu’aux riches. »

34De ce fait, si les difficultés rencontrées par l’État pour établir un aménagement harmonieux et équilibré du territoire national ne sont pas nouvelles et remontent à plusieurs décennies, on peut craindre qu’en ce début du xxie siècle elles ne soient, du fait de la mondialisation, singulièrement exacerbées. Et ceci pose bien entendu la question des attributions en matière d’aménagement à confier à une future (et éventuelle) gouvernance régionale.

35Brunet R., Ferras R., Théry H., (1992), Les mots de la Géographie, dictionnaire critique, Montpellier, Paris, Reclus‑La Documentation Française, 470 p.

Top of page

Bibliography

Troin J.-F. (dir.), (2002), Maroc. Régions, pays, territoires, contributions de M. Berriane, A. Guitouni, A. Kaioua, A. Laouina, M. Naciri et J.F. Troin, 67 cartes, dont 8 pl. couleurs, cartographie: Fl. Troin, Paris, Maisonneuve & Larose, et Casablanca, Tarik éd., 502 p.

Troin J.-F. (dir.), (2006), Le Grand Maghreb, ouvrage collectif en coll. avec J. Bisson, V. Bisson, J.-C. Brûlé, R. Escallier, J. Fontaine, P. Signoles, cartographie: Fl. Troin, Paris, Armand Colin, coll. U, 364 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Des régions ouvertes sur le monde
Credits D’après J.-F. Troin, 2005. Cartographie : Fl. Troin, CITERES-EMAM 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5401/img-1.png
File image/png, 249k
Title Fig. 2
Caption Des régions en retrait mais bien intégrées nationalement
Credits D’après J.-F. Troin, 2005. Cartographie : Fl. Troin, CITERES-EMAM 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5401/img-2.png
File image/png, 153k
Title Fig. 3
Caption Des régions marginalisées, espaces de repli
Credits D’après J.-F. Troin, 2005. Cartographie: Fl. Troin, CITERES-EMAM 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5401/img-3.png
File image/png, 168k
Top of page

References

Electronic reference

Jean-François Troin, « Régionalisation et mondialisation au Maroc: interférences positives ou déséquilibres accrus? », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 18 April 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5401

Top of page

About the author

Jean-François Troin

Professeur honoraire, Université de Tours, jf-troin@wanadoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page