Skip to navigation – Site map
Mondialisation et nouveaux systèmes hiérarchiques

L’Algérie, mondialisation et nouvelles territorialités

Algeria : globalization and new territorialities
Marc Côte
p. 77-84

Abstracts

Algeria is emerging from a phase of economic management during which time well-defined territories were governed by a strong state. Today, the rise of liberal economics and globalization today contrast with these former tendencies. Nonetheless, society’s new spaces, be they formal or informal, are no less vigorous. Often contradictory, they help explain present social and territorial evolutions.

Top of page

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1On entend par territoire l’espace, lorsque celui-ci est habité, travaillé, aménagé, humanisé. Et la territorialité est la pratique du territoire. Le territoire est ainsi une facette de la société dans un espace donné. Et une facette relativement aisée à appréhender, parce que concrète, matérielle. Elle est donc un bon indicateur d’une société à un moment donné.

2Nous savons que l’Algérie a été marquée comme au fer rouge par deux grands traits:
– l’un hérité de la géographie physique, l’organisation zonale en un ordonnancement W/E relativement rigoureux qui organise occupation du sol et densités de population (littoral, Tell, Hautes Plaines, Sahara);
– l’autre, hérité d’une histoire déjà ancienne, qui est une forte concentration humaine et économique sur la bande littorale exacerbé par la colonisation et qui se poursuit depuis. Trois des 4 métropoles du pays s’y trouvent.

3Le régime socialisant de la période 1970-85 a tenté de prendre le contre-pied de cette organisation, de rééquilibrer les régions, de « reconquérir » le territoire en direction du sud. Le basculement brutal depuis 1985 marqué par l’entrée dans l’économie de marché et la mondialisation, a-t-il modifié ces territorialités? La réflexion qui suit voudrait répondre à cette question en trois approches successives.

1 - Nouvelles territorialités browniennes

4Il s’agit de recompositions territoriales au niveau fin, au plan local, liées à des mouvements multiples, en tous sens, sur courte distance. L’Algérie est familière de ce type de mouvements. La période de la colonisation agraire (processus de dépossession), puis celle de la guerre d’indépendance (regroupements militaires), ont donné lieu à des mouvements de grande ampleur de ce type. L’époque récente a renouvelé le phénomène.

1.1 - Flux et reflux sécuritaires

5La décennie noire (1990-2000) a provoqué un traumatisme politique et social dans le pays, qui s’est traduit par de multiples mouvements territoriaux. Il faut resituer ce phénomène dans le contexte du pays, qui au cours des 5 décennies précédentes avait connu une forte mobilité: exode rural lié à la phase de grande croissance économique, taux d’urbanisation passé de 25 % en 1954 à 60 % en 1998. Cependant, on assistait depuis la décennie 1980 à un tassement de ce mouvement. Mais la décennie d’insécurité a relancé les flux migratoires internes. Fuyant les zones d’insécurité (zones montagnardes, espaces ruraux enclavés, périphéries urbaines), les populations se sont réfugiées en ville. Là, elles ont accepté n’importe quel logement précaire: cour, garage, entrepôt, écurie. Elles ont été hébergées, puis ont loué, puis ont acheté ou construit. En effet, si le flux a mis en mouvement les plus pauvres, il a compté aussi des catégories moyennes, ayant fait l’objet de racket, qui ont reporté leur bien sur la ville. L’afflux a provoqué une forte demande mobilière et immobilière et une flambée des prix.

6De Tlemcen ou Oran à Tizi Ouzou ou Msila, les villes ont connu ainsi de nouvelles « tombées » des ruraux. Le Grand Alger et les villes sahariennes (Ouargla, Touggourt, Biskra), réputées sûres, l’ont connu plus encore. Hormis ces derniers cas, on constate que les migrations se sont effectuées sur une distance limitée, vers la ville de proximité, au sein d’une aire d’appartenance. On a pu essayer de chiffrer ces flux. La wilaya d’Ain Defla aurait connu le départ de 80000 personnes (principalement des zones montagnardes du Dahra et de l’Ouarsenis), celle de Tissemsilt un mouvement de 100 000 personnes, et celle de Médéa 125000 personnes.

7Ces mouvements ont-ils été définitifs? Dans le cadre de l’amélioration sécuritaire actuelle, un certain nombre de retours vers les anciens habitats ont eu lieu. Ils sont favorisés par le programme de soutien à l’habitat rural, lancé sur tout le territoire qui aide les intéressés à construire sur leur propre terre, donc en habitat dispersé (ce qui est nouveau dans les politiques d’État et correspond à une vieille aspiration des ruraux).

8L’examen des derniers recensements montre que pratiquement toutes les communes rurales ont vu leurs effectifs de population gonfler. Mais une analyse plus fine permet de voir que, à l’intérieur des terroirs communaux, des poches de vidage existent, au profit des chefs-lieux ou des villes. C’est le cas dans nombre de montagnes (« triangle du risque » Alger-Blida-Larbaa, montagnes de Texenna au-dessus de Jijel), qui ne connaîtront pas de remontée. C’est là un fait grave pour la société, car c’est pour elle un nouveau « déménagement » de son territoire, un nouvel à-coup dans une histoire déjà mouvementée. Et c’est grave pour les pouvoirs publics, car cela vient à contre-courant de la politique engagée pour fixer les populations en milieu rural.

1.2 - Libéralisation des transports et mouvements pendulaires

9S’il est des effets de l’économie libérale sur lesquels tous les Algériens sont d’accord pour porter un jugement positif, c’est sur les transports. Ceux-ci ont été longtemps tenus par des organismes nationaux, wilayaux ou communaux qui ont sous-tendu le démarrage de l’économie du pays, mais étaient entravés par la bureaucratie étatique. Dans le cadre de la libéralisation générale, celle des transports a été relativement rapide. Le phénomène a été particulièrement spectaculaire dans les transports en commun de voyageurs. Dans chaque ville, les organismes publics ont été remplacés par une multitude de petites entreprises privées, équipées de bus et minibus. L’organisation aux mains des municipalités a été quelquefois hésitante, mais la fluidité de la circulation y a beaucoup gagné: offre plus nombreuse, plus souple, plus adaptée aux besoins. Le transport urbain et vers la ville n’est plus un problème.

10Profitant de cette fluidité, les populations ont moins hésité à dissocier lieu d’habitat et lieu de travail, donc à effectuer des mouvements pendulaires. Autour de chaque ville, grande ou petite, ils se sont multipliés dans un rayon de 10 à 50 km, provoquant le desserrement des grandes agglomérations. C’est particulièrement net autour des 4 métropoles du pays. Elles continuent à croître, mais en reportant sur leur couronne extérieure leur croît démographique, alors que la ville stricto sensu stagne et que le centre ville perd des habitants. Dans le cas d’Alger, L. Amirèche, analysant le travail dans la capitale, a dénombré 100 000 mouvements à partir de la wilaya de Blida et 110 000 à partir de celle de Tizi Ouzou; mouvements quotidiens ou hebdomadaires (voire mensuels), mais permettant aux intéressés de conserver logement et famille au point de départ. C’est là un nouveau type de rapports ville-campagne.

1.3 - Recomposition agricole et agraire

11Ce domaine est classiquement considéré comme arriéré et fixiste. Et pourtant, là aussi, des recompositions se manifestent. L’Algérie a longtemps souffert du piétinement de son agriculture et consécutivement d’importations massives. Ce sont les crises que le pays a connues qui, par effet de retour, ont relancé cette activité. Le dégraissement des entreprises et le chômage croissant ont acculé nombre de familles à se retourner vers leur lopin agricole et à lui demander un complément de revenu. Les investissements étatiques importants dans le domaine agricole depuis les années 2000 (FNDA, PNDA) ont fait le reste.

12La marque de ce renouveau est visible dans le paysage agricole: jeunes vignobles de raisin de table en Oranie, plantations d’oliviers en Kabylie, vergers dans les vallées du Constantinois. Dans les Aurès, l’essor des plantations de pommiers de montagne a fait le succès de nombreux petits exploitants et se traduit sur les marchés urbains. Globalement, si les progrès des céréales et de l’élevage restent limités à l’échelle nationale, on constate sur 2 décennies le doublement des superficies des vergers d’agrumes, d’oliviers et des vignes ainsi que de leurs productions.

13Cette évolution est-elle en relation avec un progrès dans le domaine du foncier agricole? La situation de celui-ci, en Algérie, est complexe, par suite de la superposition des statuts, et incertaine, en raison des réformes inachevées. Mais là aussi la fixité de façade masque des mouvements de fond. Les coopératives de terres publiques (EAC) ont pratiquement toutes individualisé leurs lots (partage entre attributaires, sans qu’il y ait privatisation), et désormais le gabarit des exploitations « publiques » rejoint celui des terres privées (7,5 ha par exploitation privée, 10 ha /EAI, 13 ha par attributaire EAC). Par ailleurs, le rapport des fellahs à la terre trouve aujourd’hui une grande souplesse à travers les formules de cession, location court terme, location long terme, association, entreprise de travaux agricoles… Pratiques faisant que d’une année sur l’autre le paysage agraire est changeant, que les exploitations se font et se défont, que les différents éléments de l’exploitation agricole sont dissociés, que le propriétaire peut se louer comme ouvrier agricole sur sa propre terre. La limite entre l’activité de fellah, de commerçant, d’entrepreneur devient floue. Il faudra attendre pour savoir si ce flou agraire favorise une agriculture plus dynamique et plus intensive.

1.4 - Disparités sociales et spatiales

14Longtemps bridées par le régime socialisant de Boumediene, les disparités sociales étaient moins affirmées qu’au Maroc ou en Tunisie. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, l’entrée dans l’économie de marché ayant creusé les écarts. Les classes moyennes tendent à être laminées, classes aisée et pauvre à se renforcer. Longtemps discrète, la classe supérieure n’hésite plus aujourd’hui à montrer sa richesse, exhibant ses villas somptueuses en bordure des axes urbains (Ain Mlila), et ses grosses cylindrées dans les lieux publics. Les ports de plaisance sont saturés (Sidi Frej), il se construit chaque année en Algérie 400 piscines particulières.

15De plus en plus il y a une Algérie des riches et une Algérie des pauvres. Mais elles sont étroitement imbriquées. C’est à l’échelle fine, locale, que ces disparités peuvent se lire au niveau territorial. Déjà en 1998, la grande « enquête pauvreté » menée par l’ANAT avait montré que, dans chaque wilaya, le chef-lieu était plus favorisé que le reste du territoire, que dans chaque commune le chef-lieu avait un niveau de vie plus élevé, que dans chaque ville les périphéries étaient défavorisées. On comprend que les blocages de routes et pneus enflammés soient devenus familiers aux Algériens. Si l’on essaie de dessiner une géographie des révoltes sociales, on constate que, de foyers limités et facilement identifiables, on est passé progressivement à une généralisation du phénomène à tout le pays.

2 - Nouvelles territorialités formelles

16D’autres territorialités apparaissent à l’échelle macro, c’est-à-dire celle de la région ou du territoire national. Nous aborderons d’abord celles qui sont liées au cadre réglementaire et sont menées sous l’égide, directe ou indirecte, des pouvoirs publics. Quelques tendances fortes se dégagent, parfois contradictoires.

2.1 - Le fort repli de l’industrie

17La phase socialisante avait été marquée par la construction d’un tissu industriel national, fondé sur les industries de base, structuré par filières, organisé en grosses unités publiques. Il était l’outil d’un aménagement territorial descendant loin vers le sud, gagnant loin au niveau des villes moyennes et petites. L’entrée dans l’économie de marché s’est traduite par l’ouverture des frontières. Le pays est entré dans l’ère des importateurs-exportateurs (plus de 31 000 recensés en 2009), en fait uniquement importateurs par conteneurs.

18En moins de deux décennies, ils ont entrainé la ruine de la structure industrielle du pays: fermeture des petites unités wilayales ou communales, privatisation d’une partie des entreprises d’État, cession à des firmes étrangères. Dans tous les cas, cela s’est traduit par la réduction des effectifs employés: sidérurgie d’El Hadjar passant de 18000 à 7500 emplois; unités de Oued Hammine et Ain Smara près Constantine passant de 3000 à 700 et de 4000 à 800 emplois. La tuberie spirale de Ghardaia voit ses tubes invendus s’empiler dans ses entrepôts alors que l’on en importe pour les gazoducs. Les zones industrielles que l’on avait essaimées à travers le territoire sont aujourd’hui à moitié vides (Oum el Bouaghi, Tiaret). Au total, on estime à 400000 le volume de dégraissage d’emplois dans les entreprises industrielles et de services.

19Ce recul est-il compensé par un renouveau du secteur privé? De nombreuses PMI nationales sont nées (secteur agro-alimentaire, briqueteries,…). Les investisseurs étrangers se sont montré frileux, réticents à racheter des unités devenues obsolètes, réticents à s’associer à des partenaires algériens pour créer du neuf. Et les seules grosses unités en cours de création ou en projet sont localisées sur le littoral (Alger et la Mitidja, Beni Saf, Arzew, Béjaïa). L’opération rénovation des Zones Industrielles n’a pas suffi à attirer dans l’intérieur les investisseurs: le site de Sougueur prévu pour une grosse raffinerie de pétrole vient d’être abandonné pour celui de Béjaia; le grand site de Tiaret où devait se construire dans les années 1980 une unité de véhicules particuliers est toujours vide, les pouvoirs publics peinent à y intéresser Mercedes.

20Ainsi, le repli structurel s’est traduit par un repli territorial, l’espace industriel algérien s’est fortement contracté. Fin 2008, les entreprises étrangères inscrites au registre du commerce/industrie se concentrent pour 59 % dans la wilaya d’Alger, pour 70 % dans les 4 wilayates centrales. Cette concentration littorale est renforcée par le programme des unités de dessalement de l’eau de mer, comprenant 12 unités (capacité moyenne 200 000 m3/jour) par définition échelonnées le long du rivage. Elle est renforcée encore par les projets du secteur touristique, impulsés par les pouvoirs publics à travers l’étude des Zones d’Equipement Touristique et les aides à l’implantation. Investisseurs étrangers (émiratis en particulier) ou nationaux sont frileux là encore. Le Ministère vient de donner son accord pour 430 projets (capacité 40000 lits), mais la grande majorité sont situés sur le littoral.

2.2 - Le redéploiement des grandes infrastructures

21Entré depuis une décennie dans l’ère du pétrole cher et doté de rentrées financières conséquentes, l’Algérie a cherché à concilier économie libérale et réponse à une forte demande sociale. Ayant renoncé au secteur productif, l’État s’est reporté sur le domaine où il est plus à même d’agir, celui des grandes infrastructures (cf. fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Les grandes infrastructures

Cartographie : P. Pentsch

22Pour ce faire, il a tout naturellement ressorti des tiroirs les grands projets d’infrastructure élaborés lors de la phase socialisante mis en veilleuse à la suite de la crise pétrolière. Il peut ainsi redéployer sur l’ensemble du territoire les grands chantiers, pourvoyeurs d’emplois et d’activités induites.

23La réalisation phare du régime actuel est celle de l’autoroute W/E, qui sur 1200 km va relier la frontière marocaine à la frontière tunisienne. Réalisée par des entreprises chinoises et japonaises, elle répondra aux tensions sur la circulation dans la partie active du pays. Mais elle va contribuer à renforcer la concentration sur la zone nord du territoire. Cependant le reste du réseau routier couvre assez largement le territoire national. Le Sahara n’est plus à l’ère de la piste, Tindouf, Tamanrasset et Djanet sont reliées par routes asphaltées. Dans l’ensemble du pays, les dessertes rurales ont été multipliées, en montagne comme en zone semi-aride. On peut dire qu’aujourd’hui tous les villages d’Algérie sont reliés par route revêtue.

24L’évolution du réseau ferroviaire va dans le même sens. Au cours de décennies récentes, il était devenu obsolète, n’assurant guère plus de 10 % du trafic global du pays. Les projets en cours lui prévoient un rôle nouveau: prise en charge de 25 % du trafic marchandise et 30 % du trafic voyageurs, dédoublement de la voie ferrée longitudinale d’une frontière à l’autre, rénovation et électrification des 3 voies transversales (Béchar, Laghouat, Touggourt, celle du Djebel Onk étant déjà électrifiée). Ces 3 rénovations sont quasiment achevées.

25Deux autres programmes ont accompagné ce redéploiement vers l’intérieur et le sud. D’une part celui des aéroports qui ont été multipliés à travers le territoire, y compris dans les Hautes Plaines et le Sahara, au point que certains sont pour le moment nettement sous-utilisés. D’autre part, l’essaimage universitaire, la déconcentration des structures universitaires aboutissant aujourd’hui à doter presque tous les chefs-lieux de wilaya d’une université ou d’un centre universitaire. C’est ainsi que des villes comme Ghardaia, Ouargla, El Oued, Adrar ou Tamanrasset ont vu des universités d’une belle architecture être édifiées à leurs portes.

26Paradoxalement, c’est l’infrastructure portuaire qui a le moins profité de ces grands investissements. Un certain nombre de petits ports de pêche ont été créés. Mais les ports commerciaux (Oran, Mostaganem, Alger, Béjaia, Skikda, Annaba) demeurent saturés, celui de Djendjen (Jijel) est sous-utilisé. Faute de pouvoir être accueillis dans les ports algériens, les grands porte-containers étrangers sont obligés de transiter dans les ports européens avant de dispatcher leur cargaison à destination de l’Algérie. Les ports algériens risquent un jour d’être éclipsés par ceux de Tanger-Med (Maroc) ou d’Enfidha (Tunisie).

2.3 - La régionalisation de l’eau

27L’eau a été un des points faibles du développement algérien. Or, c’est peut-être là que s’observe aujourd’hui la territorialisation la plus cohérente des différents secteurs du développement. Un effort financier considérable a été consenti; le pays compte désormais 66 barrages, 19 autres sont programmés à courte échéance. Mais surtout, le pays s’est donné une politique spatiale de l’eau. On est passé des interventions ponctuelles, au coup par coup, à des programmes régionalisés: cinq Agences de bassins correspondent aux grands bassins-versants. Les interventions visent à interconnecter les ressources en systèmes régionaux (fig. 2):
– dans le Constantinois, le grand barrage de Beni Haroun (780 millions de m3) est destiné à l’alimentation de la ville de Constantine, mais aussi, relayé par 5 autres barrages plus petits, à desservir une vingtaine de villes et 38 000 ha en 4 périmètres d’irrigation;
– dans le Sétifois, les deux barrages existant dans les montagnes du Tell (Erraguène et Kherrata), ne seront plus destinés à l’électricité, mais leurs eaux transférées vers le sud, desserviront 36 000 ha irrigués et 1,7 million de personnes;
– dans le Centre, les nouveaux barrages de Taksebt et de Koudiat Acerdoun seront intégrés dans le système complexe desservant la capitale et ses annexes (Tizi Ouzou);
– pour l’Oranie enfin, région ayant le plus souffert du manque d’eau, le MAO (système Mostaganem-Arzew-Oran) connecte les barrages intérieurs, le Chélif, et les unités de dessalement, pour desservir les zones urbaines du NW du pays.

Fig. 2

Fig. 2

Transfert et interconnection des eaux

Cartographie : P. Pentsch

28Ainsi, schématiquement, on tend à passer d’une ère où le sud alimentait souvent le nord, à une ère de transferts nord‑sud. Renversement territorial intéressant.

29Comme la mondialisation n’est pas absente là non plus, la gestion des eaux urbaines est désormais assurée en gestion déléguée (Lyonnaise des Eaux/Suez à Alger, Marseillaise des Eaux à Constantine,…) avec pour programme un régime d’AEP 24 h x 24 au bout des 5 années.

30Le territoire saharien connaît un autre transfert d’envergure, en cours de réalisation également: celui qui sur 750 km transfèrera les eaux profondes d’In Salah vers Tamanrasset, ville de 100 000 habitants qui souffre d’un grave déficit en eau (climat aride, massif cristallin). Ce transfert renoue avec la pratique du coup par coup, en ce sens que ce pompage dans un aquifère saharien (le Continental Intercalaire) ne s’intègre pas dans une politique d’ensemble vis-à-vis des aquifères sahariens non renouvelables. Malgré des études menées sous l’égide de l’Observatoire Sahara-Sahel, cette politique n’est pas encore arrêtée et on continue une pratique « minière » de l’exploitation des ressources profondes.

3 - Nouvelles territorialités informelles

31Nous étions jusque-là dans le domaine des territorialités impulsées par les pouvoirs publics, directement par leurs décisions et investissements, indirectement par les retombées de ceux-ci. Mais il en est qui leur échappent totalement et relèvent de la sphère de l’informel.

3.1 - Tertiairisation et territorialités commerçantes

32Les deux décennies écoulées ont fait basculer l’économie des secteurs productifs (primaire et secondaire) vers le secteur tertiaire, celui du commerce et des services. Dans toutes les villes, on est frappé par l’essor de services urbains nouveaux: informatique, cybercafés, téléboutiques, ateliers de photocopie, agences immobilières, conduites-auto,… Le petit commerce informel, le « trabendo à la valise » aux mains de jeunes qui se rendent régulièrement à l’étranger, est doublé aujourd’hui par le commerce de haut niveau, le « business au container », qui s’alimente directement en Syrie, en Turquie, dans les Émirats ou en Chine. Il importe par bateaux ou camions. Toléré ou semi-contrôlé par les services douaniers il inonde le marché de produits de tous types. L’ère des pénuries a fait place à l’ère de la » bazardisation ».

33Or, tous les supports de la vie économique avaient été mis en place dans la phase précédente par l’État, dans le cadre d’une gestion centralisée et d’une organisation planifiée, hiérarchisée, homogène, à travers les concepts de grille d’équipements, de normes de taille et localisation, de hiérarchie d’institutions. Le renversement actuel du rôle public/privé, qui voit l’économie échapper largement à l’État dans son fonctionnement, la voit y échapper également dans ses lieux forts, avec l’émergence d’éléments hors cadre.

34De nouveaux « nœuds » de l’espace ont surgi en 2 ou 3 décennies (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Lieux nouveaux de centralité régionale

Cartographie : P. Pentsch

35C’est le cas de marchés de fruits et légumes, nés dans des régions en forte expansion et dépourvues de structures commerciales (El Ghrouss, Mziraa) ou encore de localités où la sous-traitance industrielle s’est développée en ayant défini un créneau porteur (électronique à Bordj-Bou-Arreridj, yaourts à Akbou). C’est le cas des marchés automobiles, qui se sont multipliés, et dont certains drainent une clientèle à l’échelle nationale (Tidjelabine, Sidi Aissa, Sétif). Mais les noeuds qui ont émergé avec le plus de force depuis 2 ou 3 décennies sont des places commerçantes en lien avec l’étranger lointain, important par containers des produits fabriqués, pour les redistribuer à l’échelle nationale, chacun spécialisé sur un créneau: électro-ménager à Tadjenanet, pièces automobiles à Ain Mlila, vêtements à Ain Fakroun, mobilier et informatique à El Eulma,… Le prototype a été initialement celui de Tadjenanet, passé de l’artisanat de la menuiserie au commerce de l’or, puis à celui de l’électro-ménager. Mais aujourd’hui ce sont 7 ou 8 centres, principalement dans l’Est du pays, qui ont émergé sur la place du grand commerce, et éclipsent les villes places commerçantes traditionnelles (Constantine).

36Pourquoi ces nœuds sont-ils nés là et pas ailleurs? Le cas est simple pour les localisations frontalières (« souk libya » de Bir el Ater ou El Oued, moins actifs d’ailleurs depuis que les frontières sont ouvertes). Il est moins évident ailleurs. Il semble que l’émergence de ces centres corresponde à la conjonction de deux phénomènes: une initiative locale, née dans un groupe, structuré (les Segnia d’Ain Fakroun), avec quelques « têtes chercheuses », qui ont souvent essayé plusieurs portes avant de trouver la bonne, et une situation géographique particulièrement favorable, mais non utilisée jusqu’alors, sur un grand axe routier, à mi-distance entre 2 grandes villes: ainsi Tadjenanet et El Eulma entre Sétif et Constantine, Ain Mlila entre Constantine et Batna,

37Au maillage colonial visant le contrôle de l’espace, au maillage administratif de l’Algérie socialisante, fondé sur des hiérarchies géométriques, se superpose ainsi un maillage nouveau, valorisant des rentes géographiques dans le cadre d’une économie libérale à base de commerce. Certaines initiatives peuvent d’ailleurs échouer. Ainsi Ain Beida, qui tenta en vain de se donner un rôle de grand commerce. Une fois celui-ci en place, les « minorités agissantes » essaient de prendre en main les vieilles métropoles (Ain Fakroun phagocitant Constantine aujourd’hui).

3.2 - Les nouvelles centralités urbaines

38Dans la majorité des villes algériennes, le centre ville des affaires correspond à l’ancienne ville européenne, où l’urbanisme est plus propice à ce type d’activité que la médina. Les décennies récentes ont fait naître de nouvelles formes commerciales dans ces centres villes, par passage du commerce de boutiques au commerce d’étal sur la voie publique. Des rues, spécialisées dans le commerce informel, sont devenues le cœur actif de la ville (rue des Aurès à Oran, rue d’Announa à Guelma). Des « Wall Street locaux » (Port Saïd à Alger) organisent le marché noir de la devise, aux mains de jeunes, dont les deux instruments de travail sont le portable et la calculette.

39Mais apparaissent également aujourd’hui, dans la périphérie des villes, des centres de commerce, gros et détail réunis. Certains s’installent dans des rez-de-chaussée de lotissements: quartier Hamiz à Alger, quartier Dubaï à El Eulma. D’autres s’enracinent dans des quartiers d’architecture informelle, malgré l’exiguïté des rues; l’informalité du bâti attire celle du commerce, le commerce à l’étal double celui des boutiques. Ils présentent des produits à prix abordables, visent une clientèle populaire. Certains battent leur plein le soir et non le matin, sont fréquentés plus par les femmes que par les hommes. C’est le cas de Star Melouk à Biskra, de Oued Skhoun à Guelma, de Bouakal à Batna, de Graba à El Bayadh, comme étaient nés plus anciennement ceux de Medina Jdida à Oran ou Oued el Had à Constantine (fig. 4, 5, 6, 7).

Fig. 4

Fig. 4

Oran

Cartographie : P. Pentsch

Fig. 5

Fig. 5

Batna

Cartographie : P. Pentsch

Fig. 6

Fig. 6

Biskra

Cartographie : P. Pentsch

Fig. 7

Fig. 7

Guelma

Cartographie : P. Pentsch

40Ces commerces desservent initialement leur quartier, puis progressivement haussent leur niveau de chalandise, desservent toute la ville, et entrent dans certains cas en concurrence avec le centre ville (Bouakal à Batna). Cette évolution aboutit, pour ces quartiers informels et marginalisés, à les réintroduire dans la ville et à leur donner une nouvelle centralité.

Conclusion

41Ces nouvelles centralités, régionales ou intra-urbaines, prennent à contre-pied tout ce que le régime socialisant avait mis en place, manifestant par là une volonté de s’émanciper de ses structures et de ses lieux, et tendant à construire de nouvelles territorialités. Le double mouvement contradictoire de repli du tissu productif (industriel) et de déploiement des grandes infrastructures tend également à recomposer le territoire national. Celui-ci est donc en mouvement, mais soumis à des tensions fortes, des mouvements dans certains cas contradictoires. C’est la rançon de l’entrée dans l’ère de la mondialisation.

Top of page

Bibliography

Abdoun M., (2010), « Le processus de métropolisation dans la ville d’Alger », thèse de doctorat, Université de Paris 8, 238 p.

Amireche L., « Alger et ses territoires à l’heure de la mondialisation », thèse de doctorat d’État, Université d’Alger, non encore soutenue.

Agence Nationale pour l’Aménagement du Territoire (ANAT), (2000), Carte de la pauvreté en Algérie, Alger, dossier réalisé pour le compte du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement).

Arama Y.,( 2007), « Périurbanisation, métropolisation et mondialisation des villes, l’exemple de Constantine », thèse de doctorat, Université de Constantine.

Brakchi S., (2006), « Disparités socio-spatiales en Algérie, approche statistique et cartographique », thèse de doctorat, Université de Provence, 364 p.

Ferrier J.-P.,(2000), « La métropolisation dans le monde arabe et méditerranéen, un outil majeur du développement des macro-régions du monde » in Les enjeux de la nouvelle métropolisation, colloque, Nice, CMMC, 20 p.

Ghodbani T.,( 2009), « Environnement et littoralisation dans l’Ouest algérien », thèse de doctorat, Université d’Oran/Paris 8, 306 p.

Mebarki A.,( 2005), « Hydrogéologie des bassins de l’Est algérien, ressources en eau, aménagement et environnement », thèse de doctorat d’État, Université de Constantine, 360 p.

Messaoudi K., (2008), « L’habitat et l’habiter en territoire rural, inscription spatiale, micro-urbanisation, mutation », thèse de doctorat, Université de Constantine.

Mohamed-Cherif F. Z., (2004), L’activité portuaire et maritime de l’Algérie, éd. OPU, Alger.

Nemouchi H., (2009), La question du foncier agricole en Algérie, thèse de doctorat, Université de Caen, 343 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Les grandes infrastructures
Credits Cartographie : P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5406/img-1.png
File image/png, 517k
Title Fig. 2
Caption Transfert et interconnection des eaux
Credits Cartographie : P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5406/img-2.png
File image/png, 509k
Title Fig. 3
Caption Lieux nouveaux de centralité régionale
Credits Cartographie : P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5406/img-3.png
File image/png, 520k
Title Fig. 4
Caption Oran
Credits Cartographie : P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5406/img-4.png
File image/png, 306k
Title Fig. 5
Caption Batna
Credits Cartographie : P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5406/img-5.png
File image/png, 152k
Title Fig. 6
Caption Biskra
Credits Cartographie : P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5406/img-6.png
File image/png, 138k
Title Fig. 7
Caption Guelma
Credits Cartographie : P. Pentsch
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5406/img-7.png
File image/png, 121k
Top of page

References

Electronic reference

Marc Côte, « L’Algérie, mondialisation et nouvelles territorialités », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 01 April 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5406

Top of page

About the author

Marc Côte

Professeur émérite, université de Provence, cote.marc@neuf.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page