Skip to navigation – Site map
Mondialisation et nouveaux systèmes hiérarchiques

L’émergence métropolitaine de Tunis dans le tournant de la mondialisation

The emergence of metropolitan Tunis in the face of globalization
Habib Dlala
p. 95-103

Abstracts

Tunisian integration with regards to globalization challenges the economic and territorial metropolitanism of a capital long regarded as a national metropolis, the capital of a centralized regional state and as a regional metropolis for the northeast. Regionally, globalization raises the issue of reshaping the north-east region of the country and locally that of the urbanization of Tunis land determining the transition from a city to an urban area by an active process of spontaneous suburbanization.

Tunisian integration with regards to globalization alsoquestions the regional division that sets a coastal port benefitting from its development potential against a depressed inland region receiving compensatory measures so as to curb the socio-spatial imbalances. Globalization also poses the problem of shrinking competitive space that structures the series of interfaces being strengthened in the northeast and the Sahel in Sousse.
This article attempts to highlight the spatial change levers that have been in place within the capital and its regional environment over the past two decades against abackground of globalization and to explain the different spatial and economic changes at work.

Top of page

Full text

This article has been published in open access since 30 December 2013.

1L’ouverture économique du pays amorcée dès le début des années soixante dix, suite à l’essoufflement de l’expérience coopérative protectionniste, a pris le tournant de l’ajustement structurel dès 1987 et celui de la mondialisation quelques années après. L’ouverture par l’exportation, est confirmée comme une dimension fondamentale dans la stratégie de développement et l’arrimage à l’Europe comme le moyen de la promouvoir et de développer les exportations.

2Ce nouveau contexte a induit d’importantes mutations économiques et territoriales, d’abord spontanées puis volontaires, liées à la mise en route de réformes d’ajustement libéral forcé et d’un processus d’insertion dans l’économie mondiale déclenché officiellement par la ratification de l’accord d’adhésion à l’Organisation Mondiale du Commerce et la signature, cinq ans plus tard, de l’accord d’association à l’Union européenne.

3Dès lors, les finalités et modalités du développement économique et de l’aménagement du territoire en Tunisie ne peuvent plus se concevoir en dehors de ce cadre. Elles obéissent à une logique libérale de pleine concurrence « sous contrôle ». La régulation ne se fait plus que par le marché et par certaines dispositions compensatoires mises en œuvre sur fond de solidarité sociale et interrégionale. Dans la pratique, ce choix reste peu conciliable avec un centralisme décisionnel autoritaire, peu conforme à l’esprit de gouvernance que prônent les instances internationales auxquelles l’État tunisien est lié.

4Dans ce contexte, la capitale de la Tunisie aspire à une métropolité internationale qui la rapprocherait ou la hisserait au rang des hauts lieux euro-méditerranéens de la mondialisation. Mais, comparativement aux principales grandes villes méditerranéennes mises en concurrence par la mondialisation, le Grand Tunis reste en retrait par sa taille démographique proche de 2 350 000 habitants en 2010 contre 2 070 000 en 2004 et 1 274 000 en 1994. La décélération de sa croissance est clairement soulignée par la baisse continue du taux d’accroissement démographique annuel de 3,83% entre 1975 et 1984 à 2,75% entre 1987 et 1994 et de 2,08% par an dans la période 1994‑2004. Même si le rythme de croissance du Grand Tunis demeure globalement modéré, l’étalement de l’espace a été plus important que ne le laisserait supposer le croît démographique da la ville. Dans ses limites administratives englobant quatre gouvernorats, le Grand Tunis évolue à l’intérieur d’un espace couvrant 350 000 ha contre 150 000 en 1975. Le bâti urbain couvrirait plus de 60 000 ha dont 16 330 de zones d’habitat et 2 270 ha de zones industrielles ou d’activités.

1 - Émergence de la métropolité, métropolité émergente de Tunis et recompositions territoriales

1.1 - Émergence de la métropolité de Tunis : les principaux déterminants

5On peut trouver les prémisses de la métropolisation spontanée du Grand Tunis dans l’adoption, dès les années 70, du modèle d’industrialisation extravertie donnant lieu aux premières implantations industrielles dans les villes petites et moyennes du Nord-Est du pays. Ce phénomène, qui s’est accéléré avec la confirmation, en 1987, du choix libéral fondé sur le Plan d’Ajustement Structurel (Dlala H., 1994) a provoqué un véritable déploiement industriel en faveur du semis urbain et villageois local des deux couronnes urbaines situées respectivement à 30-40 et 60-70 km autour de la capitale. La nouvelle dynamique industrielle s’est donc produite en dehors de la zone d’habitat aggloméré de Tunis qu’il convient d’appeler« zone métropolitaine centrale ».

6Succédant à cette première étape de libéralisation économique et d’insertion progressive et contrôlée dans l’économie mondiale, la création d’une zone de libre échange entre la Tunisie et l’Union européenne, suite à l’accord intervenu en juillet 2005, a permis d’amarrer solidement la Tunisie à l’Europe pour bénéficier de plus importants flux d’IDE et d’un plus grand nombre d’entreprises délocalisées. La baisse du nombre d’emplois qui en découla, fut compensée par l’accroissement du nombre d’entreprises et des effectifs salariés dans les zones périurbaines de Tunis et dans les villes petites et moyennes. Elles forment un vaste bassin d’emploi qu’il convient de qualifier de zone de solidarité métropolitaine. Dans cette zone, la croissance urbaine a été deux à trois fois supérieure à celle de la zone métropolitaine centrale. Liée surtout à un report centrifuge de population, cette croissance a été favorisée par l’amélioration de la taille des entreprises nouvellement créées à partir de 1994 et 2005 dans les bassins d’emploi du Sahel de Bizerte, de l’Ariana et du Cap Bon.

7Cette tendance à la métropolisation spontanée découle aussi de la hausse des valeurs foncières dans les espaces communaux du Grand Tunis et de l’émergence de nouveaux acteurs agissant dans le domaine de l’habitat.

8Même si les Tunisiens sont à 77,4% propriétaires de leur logement, la hausse des valeurs foncières ne semble pas connaître de répit. Le retard pris par la production de terrains urbanisables viabilisés sur la demande foncière justifie tout à la fois la pression croissante sur le marché foncier, la recherche de terrains à bâtir de plus en plus éloignés par rapport au centre, l’expulsion vers la grande périphérie de la capitale des couches sociales moyennes et défavorisés et le développement effréné de la construction illicite dans de nouvelles marges périurbaines de plus en plus éloignées.

  • 1  le SMIG brut (régime de 40 heures / semaine) s’élève à environ 220 dinars, indemnité complémentair (...)

9Dans les secteurs non viabilisés situés au voisinage immédiat des banlieues moyennes ou éloignées, le prix du m2 varie de 220 dinars dans les zones populaires ou mal situées, à 400 dinars1 dans les zones plus accessibles ou celles situées à proximité d’un lotissement viabilisé ou d’un équipement important existant ou annoncé.

10Dans les marges périurbaines de première génération situées dans des zones inondables ou humides ou dans des zones de sauvegarde agricole intégrées assez récemment aux communes de banlieue, le prix du mètre carré avoisine les 350/400 dinars. C’est le cas des secteurs résiduels situés aux abords Sud de Sebkhet Ariana à la Soukra ou à Chotrana (en plein cône de nuisance de l’aéroport). Dans le zones limitrophes des grands lotissements de Aïn Zaghouan ou de Bhar Lazreg (aujourd’hui abandonné sans raison apparente), les terrains non viabilisés issus de morcellements illicites se vendent de 400 à 600 dinars le mètre carré. Dans les secteurs populaires, inondables, difficiles d’accès ou encore franchement ruraux, le prix varie de 220 à 300 dinars. Dans l’ensemble de ces marges, les valeurs foncières ont triplé en 6 ans ; elles ont doublé au cours des trois dernières années.

11Dans les nouvelles marges périurbaines de Tunis, les prix fonciers ont tendance à diminuer avec la distance et la situation par rapport aux principaux axes de transport, et de ce fait varient de 29/30 dinars à 150 dinars le mètre carré. Dans le secteur de Sanhaja situé à 3 km de la Manouba hors de son périmètre communal, le prix du terrain agricole ou nu issu de morcellements illicites, donc sans viabilisation, varie de 70 à 130 dinars le mètre carré, prix qui a doublé par rapport à celui de l’an dernier, suite à des transactions répétées (2 à 3 reventes). C’est le cas aussi de Sébelat Ben Ammar et Sidi Thabet où les prix sont nettement plus élevés qu’à Sanhaja.

12Par ailleurs, le marché immobilier, qui demeure naturellement dépendant de l’offre de terrains constructibles viabilisés, n’arrive pas à se stabiliser :
– Les terrains, de plus en plus rares dans le Grand Tunis, coûtent de plus en plus cher, tirent vers le haut le prix du logement qui est déjà très élevé du fait de la hausse continue des prix des matériaux de construction et des coûts de la main-d’œuvre.
– L’amenuisement du rôle régulateur des opérateurs publics qui contribuent à la production nationale de logement à hauteur de 2% seulement, contre 18% pour les promoteurs privés et 80% pour les particuliers (autoconstruction). Ce taux était de 49,6% entre 1956 et 1976 et 32,9% entre 1977 et 1991.
– La hausse des coûts de production des logements sociaux et économiques au regard du pouvoir d’achat des catégories concernées, même si les opérateurs publics parviennent à faire des économies sur le coût du terrain, l’habillage et la qualité des matériaux (carrelage, céramique …).

13Aujourd’hui, la SNIT, promoteur public de logements sociaux, produit en moyenne 1 200 logements par an dans le Grand Tunis, c’est-à-dire beaucoup moins que ce qu’elle construisait dans les années 1980. En 2009, elle a prévu la construction de logements surtout dans la zone de solidarité métropolitaine, soit : 1 684 logements sociaux à Fouchana, El-Agba et Slimane ; 1030 logements économiques à El-Mrezga (Nabeul) et à El-Agba, et 180 habitations Standing (6%) à El-Mrezga (Nabeul).
– Ne percevant plus de subventions, les promoteurs publics sont tenus de ne pas être déficitaires. De ce fait, ils s’orientent vers les catégories sociales moyennes ou moyennes supérieures auxquelles ils destinent certains programmes de logement de haut standing.

14La métropolisation de l’espace tunisois est également liée à la mobilité croissante de la population dépendant de l’amélioration du niveau de vie, facteur déterminant des progrès de la motorisation. En effet, le taux de motorisation est passé dans le Grand Tunis de 2,8% en 1977 à 4,9% en 1985 puis à 6,7% en 2000 pour atteindre 10,2% en 2006. Il a progressé deux fois plus vite que le croît démographique entre 1977 et 2006 et trois fois plus entre 1985 et 2006. C’est le résultat des progrès réalisés par le transport individuel qui est passé de 47% à 60% des déplacements entre 1985 et 2006, contre 40% pour le transport en commun. Par ailleurs, la moyenne des distances parcourues par le bus « suburbain » de la STT dans la première couronne est de 25 km autour de Tunis contre 60 km pour les distances dans la deuxième couronne avec une densité de trafic respectivement de 4,5 et 3,9 voyageurs par km parcouru, témoignant d’une importante mobilité dans l’ensemble de la zone de solidarité métropolitaine de Tunis.

1.2 - La métropolité émergente de Tunis

1.2.1 - Les traits caractéristiques de la métropolité émergente de Tunis

15Sous sa forme économique, la métropolité « émergente » de Tunis se définit par plusieurs traits caractéristiques majeurs :

16– La capacité de la ville à valoriser les segments d’activité «traditionnels» délocalisés dans le cadre de la nouvelle division internationale du travail et déployés dans les bassins d’emploi situés dans le voisinage jusqu’à 60 ou 70 km de l’agglomération tunisoise ;
– La capacité de jouer, dans le cadre du développement du libre échange, le rôle d’interface entre les nœuds (proches) de la mondialisation et les régions tunisiennes ;
– L’omniprésence de l’État qui joue encore un rôle directionnel déterminant dans la hiérarchie régionale et nationale des lieux et un rôle d’intermédiaire par rapport au monde extérieur ;
– La faiblesse des fonctions d’innovation et l’insuffisance du système de transport multimodal ;
– Le déficit d’image de la zone métropolitaine lié aux retards dans la réalisation de grands projets et d’équipement de haut niveau.
– Le poids croissant du revers informel, outil de régulation socio-économique imposé par l’exclusion des territoires les moins performants dans le contexte de la mondialisation.

1.2.2 - Le développement des fonctions d’interface : trait saillant de la métropolité émergente de Tunis

17L’aspiration de Tunis à une métropolité économique internationale arrimée à un « hinterworld » euro-méditerranéen prend appui sur une chaîne interfaciale complexe, un entre-deux structurant une dorsale économique majeure dont l’extension est limitée au Nord-Est du pays et au sahel de Sousse.

  • 2  « The concept of hinterworld has been created to describe the worldwide pattern of connections bet (...)
  • 3  Fonctions d’interface politico-administrative, financière, informationnelle, d’accueil, de transpo (...)

18Comparativement aux hauts lieux de l’archipel mondial et aux lieux hiérarchiques intermédiaires « régionaux » et inférieurs émergents de la mondialisation, Tunis tente d’acquérir les attributs d’un « portail émergent ». Du fait de sa modeste taille et de la faible étendue du territoire tunisien, la métropolité émergente de la capitale reste davantage liée à une approche qualité qu’aux entraînements attendus de sa masse démographique. Autrement dit, dans la hiérarchie « archipélagique » mondiale, Tunis démarre une intégration à l’économie mondiale à un « niveau d’émergence mineur », inférieur à celui du Caire par exemple et déterminé par un poids comparatif relativement limité. Ce lieu, tout en participant au processus de globalisation, fonctionne comme une interface entre les lieux de la mondialisation et les places structurant les espaces régionaux et locaux intérieurs. Aujourd’hui, les fonctions d’interface se concentrent le long d’une ligne interfaciale articulant un avant-pays qu’on pourrait appeler l’« hinterworld » proche où se trouvent les pourvoyeurs de capitaux, les détenteurs de technologie et les marchés, à un « hinterland2» (Dlala H., 2010) en fait peu étendu au-delà duquel se trouvent des territoires livrés à des processus d’évolution mineurs. L’arrimage de l’économie tunisienne émergente au monde s’appuie sur un panel complet de fonctions d’interface formant une rangée polyfonctionnelle d’interfaces3 qui structure le triangle de compétitivité du Grand Nord-Est (formé avec le Sahel). La ligne joignant les lieux d’exercice de ces fonctions, maximisées dans la capitale, tend à se prolonger jusqu’à Sousse formant une chaîne interfaciale qui englobe les stations touristiques de Hammamet-Sud et bientôt celles de Selloum et Hergla, l’aéroport et le port en eau profonde d’Enfidha, et la plateforme de transport multimodal qui sera établie à Jebel Oust. Située sur le littoral tunisien, à 90 km au sud de Tunis dans le Golfe d’Hammamet, à mi-chemin entre Hammamet et Sousse-Monastir, la ville d’Enfidha bénéficie de projets d’envergure intégrant de grandes infrastructures touristiques, industrielles et un hub de transport destinés à épaissir la rangée interfaciale et à l’étendre vers le Sud afin de faire bénéficier la Tunisie d’un meilleur positionnement international. Ces projets d’Enfidha, dont la population passerait de 9 000 à 200 000 habitants dans moins de quinze ans, complétés par les projets de stations touristiques de Selloum et Hergla créeront la jonction entre le Nord-Est et le Sahel de Sousse.

19Quant à l’« hinterworld » de Tunis, il correspond à un « near shore » centré sur l’Europe. « Le «near shore» européen s’articule tout particulièrement sur la France qui représente près de 47% du total UE… » . « … En regard du « near shore » qui englobe surtout l’arc métropolitain méditerranéen de la rive Nord, le « far shore » océanique reste encore insignifiant ; le poids des États-Unis n’excède pas celui du Royaume Uni (ou de la Suisse) ».

La faible étendue de l’ « hinterworld » interfacial tunisien que les proximités géographiques et culturelles limitent au monde euro-méditerranéen, traduit le « niveau d’émergence mineur » qui caractérise le « rang hiérarchique » mondial de la métropolité de Tunis. (Dlala H., 2010)

2 - Métropolité territoriale et recompositions spatiales

20Dans sa forme territoriale, la métropolité émergente de Tunis se manifeste dans la formation incontrôlée de nouvelles marges périurbaines et la recomposition régionale du Nord-Est.

2.1 - La formation incontrôlée de nouvelles marges périurbaines

21La métropolité territoriale de Tunis renvoie à une diffusion incontrôlée de l’urbanisation au-delà de la zone métropolitaine centrale (fig. 1), dans une zone que nous avons qualifiée de zone de solidarité métropolitaine.

Fig. 1

Fig. 1

Évolution du bâti dans le Grand Tunis

Cartographie : H. Dlala, décembre 2010 ‑ Carte élaborée à partir de plans, photographies aériennes et imageries satellitales disponibles

22Quant à la ville compacte qui occupe la zone métropolitaine centrale, elle s’emploie à densifier ses banlieues proches et lointaines et poursuit son extension. L’évolution de cette zone est liée à l’exécution de programmes résidentiels de moyen ou de haut standing dans les zones interstitielles ou dans de nouveaux secteurs suburbains Nord, Sud et Ouest. Il s’agit, entre autres,  des lotissements d’Ain Zaghouan, Bhar Lazreg, Jardins Manouba-Tunis et Mourouj VI. L’évolution est également liée à la mise en œuvre de projets internationaux d’urbanisme réglementaire de qualité particulièrement dans la zone circumlacustre (opérations Porte de la Méditerranée et City Sport autour du Lac de Tunis, Bled El Ward et le port financier de Tunis autour de Sebkhet Ariana). La conjoncture défavorable qui prévaut depuis l’été 2008 tend à compromettre ces « méga-projets » destinés à améliorer l’image de Tunis (opération marketing), à drainer de nouvelles liquidités au profit de l’État et à créer de nouveaux emplois dans le secteur du bâtiment et travaux publics. À cela s’ajoute l’ affirmation de nouvelles centralités spontanées ou volontaires que l’asthénie du centre principal tend à favoriser sans pour autant altérer foncièrement la structure monocentrique de l’agglomération. Au cours des deux dernières décennies, les centralités spontanées l’ont emporté sur les centralités « régionales » programmées par le Plan Régional du District de Tunis de 1977 pour décongestionner l’hypercentre de la capitale. Sur les trois centres urbains prévus, seul le Centre Urbain Nord est actuellement en phase d’achèvement.

23Au-delà de la zone métropolitaine centrale, se situe une zone périurbaine récente formant une « ligne de conflit » avec le voisinage rural du secteur Ouest de la Manouba, la plaine de Mornaguia et du Mornag, le secteur de Cebalat Ben Ammar / Sidi Thabet, les abords de Sebkhet Ariana à Raoued. Ces nouvelles marges tendent à occuper les zones les plus fertiles aux cultures intensives irriguées de la région de Tunis, notamment la Vallée du Miliane, la zone irriguée par le canal Cap Bon-Mejerda et la Basse Vallée de Mejerda.

24Enfin, une zone périurbaine externe se développe dans la vaste zone de solidarité métropolitaine de Tunis où les principales villes de la deuxième couronne se sont dotées à leur tour de marges périurbaines spécifiques recherchées par les catégories moyennes à supérieures de ces villes ou de Tunis. Tel est le cas par exemple à Nabeul-Hammamet (entre Nabeul et El Mansoura, El M’rezgha, Hammam Jedidi et Besbassia) et à Bizerte (Le Nador et Béni Meslim), les secteurs Nord-Nord-Ouest de Zaghouan… Cette dynamique périurbaine opérant aux marges de la zone métropolitaine centrale et dans la zone de solidarité métropolitaine obéit à des processus informels qui sont :
– l’institutionnalisation, après coup, de nouvelles territorialités suburbaines par création de nouvelles communes, les 33 PAU que compte le Grand Tunis ne couvrant qu’une partie de sa périphérie livrée à la périurbanisation ;
– la réhabilitation des réalités issues de l’informalité résidentielle que le désengagement de l’État tend à accroître et de ce fait, l’incapacité de réguler le marché foncier et immobilier ;
– la promotion de manière illicite d’opportunités d’affaires produisant des logements à ceux qui sont déjà logés ou bien logés (fig. 1).

25Confinée à ce jour dans une orientation fonctionnaliste que le projet fondé sur la soutenabilité ne semble pas parvenir à infléchir sensiblement, l’action urbaine dans le Grand Tunis, persiste à ignorer les processus d’artificialisation à l’œuvre dans la zone de solidarité métropolitaine « interne » de Tunis où s’établit l’essentiel des nouvelles marges périurbaines. Cette insouciance par rapport à un processus d’évolution urbaine majeur est en Tunisie la conséquence d’une métropolité territoriale peu considérée. Et, même si la capitale est sérieusement préoccupée par une informalité résidentielle croissante dans ses périphéries immédiates, elle est loin de porter l’intérêt qui convient aux stratégies d’appropriation permettant à de nouveaux types d’acteurs agissant dans des secteurs relativement éloignés de l’agglomération de se saisir des plus values et rentes qui croissent d’une année à une autre au gré de manœuvres spéculatives plus ou moins illicites, plus ou moins véreuses.

2.2 - Les recompositions territoriales

26Au plan spatial, la métropolité de Tunis induit également une satellisation des villes petites et moyennes situées dans un rayon de 30-40 et 60-70 kilomètres autour de l’agglomération. Elles s’organisent en bassins d’emploi à forte croissance démographique et correspondent à une aire de solidarité métropolitaine enveloppant la capitale. Cette zone tend à se souder au Sahel, où Sousse satellise également des villes petites et moyennes qui forment un grand bassin d’emploi pour plus de la moitié des industries exportatrices de la région. La reconfiguration du Nord-Est et du Sahel qui comptent respectivement 89% et 90% du nombre d’entreprises exportatrices et des effectifs salariés (dans le textile, et de plus en plus dans l’électromécanique et la chimie) à l’intérieur d’un triangle de compétitivité articulé autour de la chaîne interfaciale précédemment évoquée. Ces évolutions invitent à remettre en cause le découpage régional traditionnel établi selon le critère d’homogénéité qui distingue le grand-Nord-Est du Sahel et dans le Nord‑Est la région de Bizerte de la plaine de Tunis et du Cap Bon (fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Le triangle métropolitain

Cartographie : H. Dlala, 2010 ‑ Source :  recensement de la population et des logements, INS 2004

27En dehors du triangle de compétitivité, les autres agglomérations du pays se trouvent désormais soumises à une logique de survie et de gouvernance locale les contraignant à développer des ressources propres, à promouvoir, non sans difficulté, PME et micro-projets dans des espaces aménagés par l’acteur public. En l’absence d’une véritable alternative, notamment dans les secteurs frontaliers, ces agglomérations sont réduites à tirer avantage de l’expansion des circuits informels ouvertement tolérés. Ainsi, apparaissent des interfaces frontalières continentalesau Sud et à l’Ouest du pays générant des activités de trafic et de change informels tolérés et dont l’effet concerne plusieurs gouvernorats du Sud et du centre jusqu’à Sfax.

28L’absence de perspectives dans le domaine de l’emploi amplifiée par le chômage des jeunes diplômés a généré des débordements sociaux dans de nombreuses villes petites et moyennes situées à l’écart du triangle de compétitivité, notamment dans le Sud et le centre-Ouest : Il s’agit des troubles qui ont agité Redeyef en 2008, l’un des principaux centres miniers de Gafsa à la suite d’un concours d’embauche qui a mal tourné, Ben Guerdane en août 2010 à cause de restrictions apportées par la Libye au commerce informel transfrontalier pour les habitants du Sud, et Sidi Bouzid en décembre 2010 suite à un incident impliquant un jeune actif dans le secteur informel et soulevant l’épineuse question du chômage des jeunes diplômés.

29Quant au projet de métropolisation de Sfax, deuxième ville du pays, il est compromis depuis longtemps par un étalement excessif (20 000 ha) sans rapport avec l’effectif de sa population (550 000 hbts), la multiplicité des pollutions, la difficile réconciliation de la ville avec la mer, l’absence de la fonction d’accueil et de loisirs, ainsi que la difficile insertion des IDE dans l’agglomération. En 2008, le nombre d’entreprises liées aux IDE dont la ville a bénéficié n’excède pas 6% du nombre total de tout le pays, contre 28% pour le Sahel et 60% pour le Nord Est. À cela s’ajoute la tendance de la bourgeoisie sfaxienne à investir dans les secteurs économique et foncier situés hors de Sfax, notamment à l’intérieur du triangle de compétitivité (fig. 2).

  • 4  Tels que le parc urbain de Chott Mardassia, le Pôle Naturel et Culturel de Thyna et le site archéo (...)

30Par ailleurs, les projets d’équipement que les deux « ailes littorales Nord et Sud » devraient accueillir pour asseoir la métropolité de Sfax4 ne sont pas « métropolisants » et ne trouvent pas, en l’absence de structure supra-communale et sans l’appui du pouvoir central le chemin de la réalisation. En attendant, cette zone s’ouvre à l’urbanisation informelle illicite (logements populaires, résidences secondaires de luxe en front de mer, dépôts, poulaillers). Quant àla petite couronne d’agglomérations qui enveloppe Sfax au-delà de la rocade 11 km, elle est encore peu affirmée et attend d’être satellisée par la ville. Piégée par son marché foncier, Sfax ne cesse d’être préoccupée par son extension au-delà de cette rocade (prévue comme limite à l’étalement), et ce malgré l’immensité de ses marges périurbaines où les densités avoisinent les 3 habitants à l’hectare. Toutefois, la réalisation de l’autoroute, la construction du parc technologique lié à l’essor de la fonction universitaire et le projet de plateforme multimodale sont autant de facteurs laissant espérer une plus grande ouverture à l’économie monde et à la concrétisation du projet métropolitain sfaxien.

3 - Les adaptations de l’aménagement du territoire

31Le besoin d’aménager l’ensemble du Grand Tunis est ressenti depuis le début des années soixante. Les motions élaborées en 1961 ont servi de base au Plan Directeur du Grand Tunis qui préconisait la limitation de son poids démographique.

32À un moment où la législation en vigueur ne prévoyait que des plans d’urbanisme, un Plan régional d’aménagement fut rédigé entre 1972 et 1977, introduisant le concept de district urbain dans le but d’étendre le cadre d’intervention à trois gouvernorats, soit à 300 000 hectares dont 20 000 urbains. Le District de Tunis s’est assigné trois objectifs : corriger les dysfonctionnements « régionaux » par un rééquilibrage zones de résidence/zones d’emploi entre le Nord et le Sud de l’agglomération, maîtriser le développement urbain « régional » et protéger les terres agricoles à haut rendement et les espaces naturels situés au sein du périmètre d’étude et d’aménagement. Le parti développé en 1977 reprenait l’option de la limitation du poids démographique du Grand Tunis et envisageait, avant l’heure, la mise en œuvre d’un « plan vert ».

  • 5  District de Tunis - juillet 1989, p. 14.

33La note d’orientation rédigée en juillet 1989 par le District de Tunis associera la densification du périmètre aggloméré au freinage de la croissance des agglomérations périphériques et l’autonomisation des agglomérations situées à 60 km de Tunis. L’amélioration des équipements dans ces villes devait permettre de retenir une partie de la population tentée de s’installer dans la capitale. Autrement dit, la note d’orientation de 1989, destinée à actualiser le PRA (Plan Régional d’Aménagement), n’a pas été sensible à l’émergence de la métropolisation spontanée de la région du Nord-Est. Comme le PRA, elle fut fondée sur des hypothèses établies sur une base démographique. Pourtant, elle souligne la nécessité de prendre en compte les changements prévisibles de l’environnement international et l’enjeu de l’exportation. Le paradoxe réside dans le fait que le qualificatif d’aire métropolitaine5 souligné dans la note, et n’ayant pas à ce jour d’existence juridique et institutionnelle, s’inscrit tout au plus dans une problématique étroite d’aménagement régional visant à stabiliser ou à freiner la croissance urbaine et non pas dans une perspective de mondialisation, amorcée déjà par les réformes de l’ajustement structurel.

  • 6  MEAT-DGAT/SDAT-Phase II/Tunisie 1997/ p. S23.

34Fondée également sur une démarche sectorielle et partant d’une définition brumeuse et incomplète de la métropolisation, ignorant les processus qui la sous-tendent en général et ceux qui sont déjà à l’œuvre autour de Tunis, le Schéma Directeur d’Aménagement du Territoire National de 1997 souligne que «l’objectif central est d’abord de réussir la métropolisation »6 internationale de la capitale. Mais pour cela, il ne recommande aucune marche à suivre.

35Plus récemment, le Schéma Directeur d’Aménagement du Territoire du Grand Tunis fondé de bout en bout sur une analyse-bilan sectorielle et énumérative et non sur un diagnostic territorial, souligne dès la première phase de l’étude, que l’enjeu de la métropolisation de Tunis se justifie par la globalisation. Dans le rapport de deuxième phase, il réduit la métropolisation à un déploiement ou un simple « …report sur les villes périphériques d’une partie de la croissance et des investissements publics ». Il s’agirait aussi de confirmer Tunis dans sa vocation naissante de pôle-relais international de services de haut niveau qui passerait par la réalisation de technopoles, de zone de services off shore, de parcs archéologiques et culturels, de plate-formes de transport multimodal.

36Soulignant la permanence des ségrégations sociales, le déséquilibre fonctionnel (habitat/activités) entre le Nord et le sud, les dysfonctionnements du système de transport et la faiblesse des centralités secondaires (programmées depuis 1977 et partiellement réalisées), le SDA, dans sa version finale livrée en janvier 2010 (fig. 3), abandonne pour la première fois l’option de la limitation de la croissance de Tunis et cela dans une logique de réhabilitation de la grande ville en termes d’externalités que la compacité du tissu urbain et sa densification pourraient conforter. Le scénario, que les deux premières phases de l’étude laissaient timidement prévoir, entérine les tendances constatées d’étalement dans la plaine de la Marsa et dans le secteur de Sidi H’cine-Sijoumi. Il prévoit aussi l’ouverture contrôlée du front d’urbanisation Ouest déjà stimulé par la création en 1980 d’un nouveau gouvernorat (celui de Manouba) et par la saturation avancée des autres fronts.

37La planification du territoire métropolitain tunisois semble ignorer que le territoire du Grand Tunis, qui correspondait au District de Tunis d’avant 1995, date de création de l’Agence d’Urbanisme du Grand Tunis, réunit quatre gouvernorats dirigés chacun par un gouverneur (épaulé par un Conseil régional) et dont les prérogatives s’arrêtent strictement aux limites administratives du gouvernorat. En l’absence de structure intercommunale, l’extension du tissu urbain de chacune des agglomérations tend à s’inscrire à l’intérieur du périmètre communal correspondant, sans référence aucune à ce qui structure le Grand Tunis et anime son aire métropolitaine. À l’intérieur des limites des délégations qui s’y trouvent, les terres agricoles sont gérées comme des espaces d’interdiction, de sauvegarde ou soumis à autorisation. Livrée à un processus de périurbanisation spontanée au-delà des limites administratives communales, l’aire métropolitaine du Grand Tunis pose le problème de la nécessaire coopération/coordination entre ses différentes instances territoriales en ce qui a trait aux questions intercommunales transversales et à la protection des espaces agricoles à haut rendement situés dans le voisinage. Cela pose en fait le problème de la gouvernance métropolitaine qui reste à ce jour hors de portée malgré l’existence d’un observatoire actif au sein de l’agence d’Urbanisme du Grand Tunis (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Schéma directeur d'aménagement du Grand Tunis, février 2010

Cartographie : H. Dlala, décembre 2010 ‑ Source : Direction Générale de l'Aménagement du Territoire. Étude du schéma directeur du Grand Tunis, rapport final, janvier 2010

38Le plan ignore également les processus de recomposition à l’œuvre depuis les années quatre vingt non seulement dans le Grand Tunis mais également et surtout dans l’ensemble du Nord-Est dont les agglomérations petites et moyennes, fortement satellisées par Tunis, jouent le rôle de bassins d’emploi à forte croissance démographique et représentent la seule alternative pour les populations et les activités expulsées par une hausse vertigineuse des valeurs foncières. Il passe sous silence l’extension des emprises périurbaines dans les périmètres agricoles intensifs, créant une économie foncière (rentière) empruntant des circuits spéculatifs illicites qui reposent sur divers détours destinés à neutraliser l’acteur public. Il évacue le problème de l’accentuation de l’empreinte écologique de la ville tout particulièrement dans les secteurs internes de la zone de solidarité métropolitaine où on assiste  au mitage des espaces agricoles les plus riches, surtout ceux dominés par la micropropriété ; à l’artificialisation croissante de l’environnement, la détérioration des écosystèmes fragiles particulièrement dans les zones humides situées aux abords des sebkhats et de la lagune ainsi qu’à la propagation des rejets domestiques et l’amoncellement de déchets le long des routes locales et des chemins battus ; à la recrudescence des risques qui menacent les secteurs inondables à forte densité d’occupation résidentielle et dépourvus d’ouvrages de protection suffisants.

Conclusion

39Tunis est aujourd’hui confronté à une mise en concurrence des lieux qui l’engage dans une logique de changement dans laquelle la tendance est à l’affaiblissement ou à l’exclusion des niveaux de base et intermédiaires de la hiérarchie urbaine nationale. En d’autres termes, la capitale est appelée à faire valoir ses atouts compétitifs et à améliorer son image pour conforter les attributs de sa métropolité économique et ses fonctions d’interface. Par contre, les autres agglomérations du pays se trouvent soumises à une logique de survie et de gouvernance locale les contraignant à développer des ressources propres, à promouvoir PME et micro-projets dans des espaces aménagés par l’acteur public. En l’absence d’une véritable alternative, ces agglomérations se trouvent astreintes à tirer quelques avantages de l’expansion des circuits informels ouvertement tolérés.

40La métropolité émergente de Tunis apparaît comme une réalité que les outils d’urbanisme et d’aménagement ne parviennent pas à intégrer et à recadrer dans une matrice territoriale institutionnellement reconnue. L’engagement d’une réforme administrative apportant une reconnaissance légale de l’aire métropolitaine de Tunis reste le seul cadre de cohérence territoriale pertinent. Cette réforme institutionnelle est seule capable d’autoriser la gestion des espaces hors communaux et intercommunaux et de l’entre-deux périurbain et de prendre en compte la répartition de hommes, des activités et des flux à l’échelle métropolitaine. L’engagement d’une réforme institutionnelle permettrait également de créer les synergies et les articulations nécessaires à l’instauration d’un ordre durable. Or, aujourd’hui, face aux enjeux et aux évolutions métropolitains, seuls comptent pour la capitale tunisienne les grands projets impulsés par les plus hautes instances politiques du pays en vue d’asseoir une métropolité soutenue par les IDE. Plus généralement, l’acteur public se contente de développer une politique urbanistique à deux vitesses : celle qui vise à promouvoir les espaces les plus compétitifs, l’image d’excellence que procurent les grands projets d’urbanisme et d’équipement du territoire et celle qui tend à compenser les déficits, réguler les déséquilibres socio-spatiaux et régulariser les situations les plus précaires voire informelles et illicites.

Top of page

Bibliography

Bennasr A., (2010), « De la ville régionale au projet de métropole », in Mondialisation et changement urbain, H. Dlala, (dir.), CPU, Tunis, p. 79-95.

Corade N. (1994), « La métropolisation ou la ville retrouvée ». RERU, no 2, p. 251-266.

District de Tunis - Le Plan Directeur d’Urbanisme du Grand Tunis, Note d’orientation, juillet 1989, 14 p.

Dlala H., (2010), « Logique d’interface et mondialisation : leviers de la « métropolité émergente » de Tunis, in Mondialisation et changement urbain, sous la direction de H. Dlala, CPU, Tunis, p. 7-36.

– 1999, « Nouvelle littoralité industrielle en Tunisie, mondialisation et aménagement du territoire », L’Espace Géographique, t. 28, no 1, p. 49-58.

– (1995) : « L’aménagement du Grand Sfax : enjeu, jeux des acteurs et projet de ville », Nice, Cahiers de la Méditerranée, no 51, p. 113‑141.

Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire, (1997),DGAT/Schéma directeur de l’Aménagement du Territoire national, phase II, Tunisie.

Municipalités du Grand Sfax, (2004), Stratégies de Développement du Grand Sfax, (SDGS), rapport de la phase diagnostic.

Ministère de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire / DGAT/Urbaconsult-URAM-BRAMMAH, (2010), étude du Schéma directeur du Grand Tunis, rapport final, janvier.

Top of page

Notes

1  le SMIG brut (régime de 40 heures / semaine) s’élève à environ 220 dinars, indemnité complémentaire provisoire comprise). Un euro équivaut à un peu moins de 2 dinars.

2  « The concept of hinterworld has been created to describe the worldwide pattern of connections between a given world city and other world cities under conditions of contemporary globalization. » (Taylor P.J., « Urban Hinterworlds: Geographies of Corporate Service Provision under Conditions of Contemporary Globalization », GaWC Research Bulletin 17, (2001), 51-60).

3  Fonctions d’interface politico-administrative, financière, informationnelle, d’accueil, de transport multimodal …

4  Tels que le parc urbain de Chott Mardassia, le Pôle Naturel et Culturel de Thyna et le site archéologique de Thyna.

5  District de Tunis - juillet 1989, p. 14.

6  MEAT-DGAT/SDAT-Phase II/Tunisie 1997/ p. S23.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1
Caption Évolution du bâti dans le Grand Tunis
Credits Cartographie : H. Dlala, décembre 2010 ‑ Carte élaborée à partir de plans, photographies aériennes et imageries satellitales disponibles
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5416/img-1.png
File image/png, 498k
Title Fig. 2
Caption Le triangle métropolitain
Credits Cartographie : H. Dlala, 2010 ‑ Source :  recensement de la population et des logements, INS 2004
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5416/img-2.png
File image/png, 131k
Title Fig. 3
Caption Schéma directeur d'aménagement du Grand Tunis, février 2010
Credits Cartographie : H. Dlala, décembre 2010 ‑ Source : Direction Générale de l'Aménagement du Territoire. Étude du schéma directeur du Grand Tunis, rapport final, janvier 2010
URL http://mediterranee.revues.org/docannexe/image/5416/img-3.png
File image/png, 271k
Top of page

References

Electronic reference

Habib Dlala, « L’émergence métropolitaine de Tunis dans le tournant de la mondialisation », Méditerranée [Online], 116 | 2011, Online since 30 December 2013, connection on 26 February 2015. URL : http://mediterranee.revues.org/5416

Top of page

About the author

Habib Dlala

Professeur à l’Université de Tunis, Habib.Dlala@fshst.rnu.tn

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page